the beginning after the end Chapitre 413

Le goût de la magie

CECILIA

Mes entrailles bouillonnaient de nausée alors que la distorsion du tempus nous ramenait à Taegrin Caelum.

J’avais échoué. Maintenant, je devais en quelque sorte faire face à Agrona et expliquer cet échec. L’Héritage avait été vaincu par une simple Faux.

Draneeve nous attendait avec un certain nombre de préposés. Le mage aux cheveux cramoisis, à moitié fou, s’est profondément incliné lorsque j’ai descendu de la plateforme de réception, bras dessus, bras dessous avec Nico.

“Bienvenue à la maison, Faux Nico et Dame Cecilia. Le Haut Souverain vous attend.”

Malgré l’épuisement profond qui s’était installé en moi, nécessitant une journée complète de repos avant de pouvoir affronter le tempus warp, je savais qu’il était impossible d’échapper à cette convocation.

Nico le savait aussi. “Peut-être qu’il peut t’aider à comprendre ce qui s’est passé à Aedelgard ?” a-t-il demandé d’un air consolateur.

Dans ma vie précédente, mes manipulateurs et le train de scientifiques et de spécialistes de l’optimisation de la kyrielle qu’ils ont fait défiler n’avaient pas compris ce que j’étais – pas vraiment. Même le nom qu’ils m’ont donné, “l’Héritage”, semblait issu d’un mythe ou d’une légende, un terme qui n’était pas de leur propre invention.

Mais Agrona, lui, me comprenait. Il voyait au-delà des contraintes de sa propre perception, et ce faisant, il acquérait des connaissances inaccessibles aux autres. Mais il partageait peu ce qu’il voyait, et il devait travailler autour de mon esprit encore humain, et donc nous progressions lentement et seulement quand il décidait que j’étais prêt à en savoir plus.

“Je suis prête”, ai-je dit, plus en réponse à mes propres pensées qu’à la question de Nico.

Draneeve s’est éloigné en tournoyant, sa tignasse cramoisie non entretenue éclaboussant son sillage. Les autres assistants – embaumeurs, guérisseurs, sentinelles, tous ceux dont on aurait pu avoir besoin à mon retour – se sont alignés derrière nous sans mot dire, comme un troupeau de canards qui suit son chef sans réfléchir.

Mes yeux étaient aveugles aux couloirs de la forteresse qui défilaient. Inconsciemment, je fixais l’uniforme cramoisi et noir de Draneeve, la vue de ce dernier m’attachant comme une laisse pour que mes pieds puissent suivre où il mène, mais mes pensées étaient à Sehz-Clar, coincées là comme si une partie de moi n’était pas vraiment partie. Je souhaitais comprendre pourquoi la barrière me résistait. Aucun autre mana que j’avais rencontré n’échappait à mon contrôle, pas même les particules purifiées à l’intérieur du corps d’autres êtres vivants.

Et pourtant, d’une manière ou d’une autre, Seris avait trouvé le moyen de lier le mana si complètement qu’il résistait même à mon influence. Non seulement cela, mais même un bombardement omnidirectionnel sur de multiples fronts de la part de milliers de puissants mages n’avait rien pu ébranler non plus. Et puis il y avait la Faux elle-même… Je savais déjà qu’elle était dangereuse. Tous les autres Faux la considéraient avec une combinaison méfiante de respect et de peur. Maintenant, je comprenais pourquoi.

Avec toute ma force, je savais que j’aurais pu vaincre la technique de vide de mana qu’elle utilisait. Mais je n’avais pas été à ma pleine puissance, et je l’avais donc laissée me submerger et me repousser.

Au moins, j’ai éliminé son serviteur, ai-je pensé, mais c’était une petite victoire, et il n’y avait aucune fierté ou plaisir à cela.

Draneeve s’est écartée en haut d’un escalier qui menait aux niveaux inférieurs de recherche. Nico regardait les escaliers avec appréhension, comme un enfant qui a peur du noir. Je voulais lui demander ce qui n’allait pas, mais j’ai jeté un nouveau coup d’œil à Draneeve et à tous les assistants. Non, je pourrais demander quand nous serions seuls. Je ne voulais pas attirer l’attention sur le malaise de Nico, et me souvenant du noyau de mana qu’il avait caché, j’ai mis deux et deux ensemble.

“Le Haut Souverain te cherchera là où le phénix se perche”, a dit Draneeve, la voix rocailleuse, le regard fuyant et mal à l’aise.

“Qu’est-ce que ça veut dire ?” J’ai demandé, confus par cette dramatisation inutile.

“Je connais le chemin”, répondit rapidement Nico. “Tu es renvoyé, Draneeve.”

Nico a pris mon bras à nouveau et m’a conduit vers les escaliers. J’ai jeté un dernier coup d’œil par-dessus mon épaule, fronçant les sourcils à Draneeve et aux autres préposés, mais je n’ai plus obtenu de réponse de leur part.

“C’était un message”, a dit Nico après un moment, sa voix très basse, presque un murmure. “Agrona sait que je l’ai rencontré. Il… pourrait même savoir pour le noyau que j’ai pris.”

“Oh”, ai-je dit, puis, “Rencontré qui ?”

“Un de ses prisonniers, une femme asuran. Un phoenix. Après que j’ai été… après que tu m’aies guéri.”

Les escaliers étaient suffisamment étroits pour qu’il soit inconfortable de marcher côte à côte, et j’ai donc ralenti, me mettant au pas derrière Nico, le regardant d’en haut. Plus nous descendions, plus les escaliers devenaient sombres, jusqu’à ce que les marches en pierre noire soient presque indiscernables des ombres.

“Pourquoi serait-ce important que tu aies rencontré ce phénix ? Il s’est passé quelque chose ?” J’ai dit après une minute.

Les pas de Nico ont bégayé, et il a commencé à se retourner pour lever les yeux vers moi. Quoi qu’il pensait, cependant, il l’a rapidement étouffé et a repris la lente descente. “Non.”

J’ai laissé échapper un petit rire, mais je me suis arrêté lorsque l’obscurité a avalé le son. “Je ne vois pas le problème, Nico.”

“Juste…ne dis rien à propos du noyau ? Même s’il sait que je l’ai pris, n’admets pas que tu le sais ?”

“Mais je pourrais…”

Il a complètement arrêté sa descente cette fois, et j’ai failli lui rentrer dedans. “S’il te plaît ?”

“D’accord”, ai-je dit, en tendant la main vers le sommet de sa tête, mais en m’arrêtant. De tels petits actes d’intimité me donnaient toujours d’horribles nausées déchirantes auxquelles je ne pouvais échapper. Maudit corps, ai-je pensé, soudainement en colère. “Mais tu ne devrais pas avoir si peur de lui”, j’ai craqué, évacuant cette colère sur la seule cible que j’avais. “Il n’est pas une menace pour toi. Agrona est la clé de notre avenir.”

Les épaules de Nico se sont raidies et il s’est légèrement replié sur lui-même, et je me suis mordu la langue. La culpabilité et le regret ont immédiatement éclipsé ma colère. Les mots de Seris l’avaient ébranlé, je le savais. Je pouvais dire, au moment où elle a prononcé le mensonge immonde – nous dire qu’Agrona n’avait pas le pouvoir de nous renvoyer à nos vies – que cela avait pris racine dans l’esprit de Nico, et je l’avais vu grandir en lui alors qu’il l’arrosait de ses pensées et de son attention.

Mais ce que j’ai vu lorsqu’il s’est tourné pour me regarder, c’est un sourire, et dans ses yeux, je n’ai vu que sa confiance et son amour pour moi. Quelles que soient les épreuves auxquelles nous étions confrontés, je savais au moins que cela serait toujours là.

Nous avons recommencé à avancer, poursuivant en silence la lente descente des escaliers en colimaçon.

Il n’a pas fallu longtemps pour que des voix commencent à nous parvenir de quelque part en bas. Nico s’est à nouveau arrêté, cette fois en levant une main pour m’avertir de ne pas faire de bruit. Deux voix, celles des Faux, Viessa et Melzri.

“-Nous traiter comme de vulgaires racailles, c’est absurde,” disait Melzri, sa voix résonnant légèrement dans l’étroite cage d’escalier, basse et colérique.

“Nous avons de la chance d’être en vie, ma soeur”, répondait Viessa. Les mots semblaient se faufiler le long de la pierre noire et chatouiller mes oreilles comme un spectre obsédant.

“Fais attention à tes mots.”

“Tch, que fait Agrona, de toute façon ?” Melzri a sifflé. “Il s’absente pendant des jours pour retenir les cornes des Wraiths-Vritra, pourquoi ne pas envoyer les autres basilics à Sehz-Clar ou à Dicathen ? Son traité avec Epheotus est depuis longtemps de la poussière, ainsi que les forêts elfiques, et pourtant il n’a rien fait.”

“La vie des asuras est longue”, dit Viessa, le ton légèrement critique. “Ce qui, pour nous, peut sembler des siècles, pour le Haut Souverain est un clin d’œil. Peut-être que ce qui ressemble à de l’inaction n’est en vérité que de la patience.”

“Alors notre échec ne devrait guère compter, n’est-ce pas ?” a rétorqué Melzri.

Viessa a commencé à répondre, mais Nico a choisi ce moment pour descendre bruyamment. Viessa et Melzri sont restés silencieux, leurs pas se sont arrêtés.

Lorsque Nico a accompli un autre tour lent de la cage d’escalier et les a aperçus, il s’est arrêté, feignant la surprise. “Que faites-vous tous les deux ici ?”

“Ce n’est pas tes affaires, petit frère”, a claqué Melzri, en jetant un regard suspicieux vers nous deux. “Je n’ai pas à demander pourquoi vous descendez ces marches à quatre pattes, bien sûr.” Ses yeux se sont enfoncés dans les miens comme des asticots. “Peut-être que l’échec de l’Héritage enlèvera un peu de saveur au nôtre, ou au moins nous fera paraître meilleurs en comparaison. Je devrais vous remercier pour cela, Lady Cecilia.”

“Assez”, a dit Nico fermement, puis il s’est remis à marcher.

Je n’avais pas l’énergie de me soucier de ses sarcasmes puérils, et j’ai suivi Nico sans mot dire, impatient d’en finir avec l’inévitable confrontation avec Agrona où il exprimera sa déception. Ensuite, nous pourrions trouver un moyen d’abattre la barrière de Seris, ensemble.

Viessa s’est repliée contre le mur intérieur pour permettre à Nico de passer, mais Melzri s’est tenu fermement au centre de l’escalier.

“Agrona lui-même a demandé notre présence,” dit Nico avec raideur. “Voulez-vous être la raison pour laquelle nous sommes retenus ? Ce n’est peut-être pas une marque noire particulièrement sombre sur votre dossier, mais avec tout ce qui s’est passé, ce sera peut-être la planche qui a brisé le dos du wogart.”

Melzri a ricané et s’est écarté. “Je suppose que je ne devrais pas vous blâmer pour votre urgence. Depuis qu’Agrona a été heureux de vous laisser pour mort après votre pathétique démonstration à la Victoriade, je suis sûr que vous vous sentez obligé de prouver que vous n’êtes pas entièrement sans valeur.”

Mes poings se sont serrés, et une furie de mana a jailli sans prévenir autour de nous, projetant Melzri et Viessa contre le mur intérieur incurvé de la cage d’escalier.

Des vrilles de mana noir se tordaient autour de Viessa, luttant contre mon propre pouvoir, essayant de l’extraire et de me forcer à partir. J’ai attrapé ces vrilles – son pouvoir – et les ai enroulées autour de la gorge de Melzri, en serrant.

“Arrêtez ça”, a sifflé Viessa, ses grands yeux fixant avec impuissance son sort hors de contrôle.

Le feu de l’âme ondulait et sautait sur la peau de Melzri alors qu’elle tentait de brûler mon influence, mais je supprimais son pouvoir, le retenant contre elle, pas plus dangereux pour moi que la fumée dans le vent.

“Pendant bien trop longtemps, tu l’as traité – une faux du Dominion central – comme un chien que tu peux frapper pour te sentir plus puissant “, ai-je dit, prononçant les mots entre mes dents serrées. “Parle-moi ou à Nico de cette façon encore une fois, et je retirerai le noyau de ta poitrine et boirai son mana pendant que la lumière disparaîtra de tes yeux.”

J’ai relâché mon emprise sur le mana, et leurs deux sorts se sont évanouis. La main de Melzri s’est portée sur sa gorge où le vent du vide l’avait étouffée.

Pas un seul mot n’a été prononcé alors que nous descendions les escaliers en passant devant eux, et Nico est resté silencieux jusqu’à ce qu’il ait dû être certain qu’ils étaient loin au-dessus de nous.

“Tu n’aurais pas dû faire ça”, a-t-il finalement dit, sans s’arrêter ni se retourner pour me regarder.

“Pourquoi ?” J’ai demandé incrédule, laissant échapper un rire ironique. “Les autres Faux deviennent plus insignifiants chaque jour qui passe. Au contraire, tu devrais être plus en colère. Pourquoi ne l’es-tu pas ?”

Nico s’est raclé la gorge, puis a jeté un regard noir dans la cage d’escalier derrière nous. “Comme tu l’as dit, ils deviennent sans intérêt. Pourquoi gaspiller ses sentiments pour eux ?”

Après une ou deux minutes supplémentaires, Nico nous a conduits à travers une porte de pierre noire dans une grande pièce rectangulaire avec un haut plafond. Une série soudaine et malvenue de souvenirs a envahi mes pensées alors que la vue de cet espace stérile me rappelait les nombreuses pièces similaires que j’avais vues dans ma dernière vie : des endroits où l’on m’a coupée, droguée et soumise à des tests inhumains.

Le vertige faisait trembler mes genoux, et au-delà de la maladie de la sensation elle-même, il y avait aussi la honte sous-jacente plus profonde que je ressentais d’être si faible. Il y a quelques instants à peine, je m’étais senti si puissante en remettant les deux Faux à leur place, et pourtant j’étais là, prête à me mettre en boule et à vomir à la vue de quelques tables, outils et lumières vives.

“Cecil, es-tu…”

“Bien”, ai-je marmonné, en clignant rapidement des yeux.

Nico a dû comprendre, car il a de nouveau passé son bras dans le mien et m’a rapidement guidé à travers la pièce et dans un long couloir. Des cellules bordaient les deux côtés, mais je n’avais pas l’intention de les inspecter, et Nico semblait savoir où nous allions.

Lorsque ce couloir s’est terminé, il m’a conduit à gauche dans une deuxième série de cellules presque identiques, puis s’est arrêté devant la première pour contenir un occupant vivant que j’avais remarqué.

La femme de l’autre côté de la barrière de protection de la cellule était vraiment belle – ou l’avait été avant sa captivité. Elle avait l’air jeune mais se sentait très vieille, avec des yeux fatigués de la couleur du feu et une teinte gris fumé sur sa peau. C’était la façon dont ses riches cheveux roux s’agglutinaient en forme de plumes que je trouvais la plus intéressante et la plus belle, cependant.

Son pouvoir était supprimé, le peu qu’elle avait encore étant protégé par la barrière, mais je pouvais encore sentir son mana. Il brûlait sous la surface, comme des charbons ardents sous une couverture de cendres.

“Le réincarné revient”, a-t-elle dit, sa voix est faible et mourante. Ces yeux brillants se sont posés sur Nico, qui s’est déplacé sans ménagement. Puis, lentement, comme s’ils étaient entraînés par la force de la volonté, ils se sont tournés vers moi. Plusieurs battements de cœur lourds ont passé, puis ils se sont élargis en reconnaissance. “L’héritage…”

Mes lèvres se sont ouvertes, une question se formant sur ma langue, mais Nico a parlé en premier. “C’est une asura, un phoenix. Selon elle, ils ont une certaine compréhension de la renaissance et de la réincarnation.” Il semblait nettement mal à l’aise, ses yeux ne se posant jamais sur l’asura plus d’un instant avant de détourner le regard.

Ses lèvres sèches et craquelées se sont retroussées aux coins. “Les dragons ont leurs arts de l’éther, les panthéons l’art de la guerre. Les Titans prétendront comprendre la vie mieux que tous les asuras, mais ils ne comprennent que la création, tout comme les basilics connaissent la corruption et la pourriture. La vie, et toutes les nombreuses facettes qui la composent, est le domaine des phénix.”

“Vous n’êtes pas charitable, Lady Dawn”, a dit une voix grave juste derrière moi, ce qui m’a fait tourner sur moi-même par surprise.

La vue d’Agrona ne manquait jamais de m’inspirer un sentiment de crainte. Ses traits à la fois légers et statufiés étaient d’une uniformité qui me calmait les nerfs, tandis que la série de chaînes et de bijoux ornant ses vastes cornes en forme de bois attiraient la lumière et retenaient mon attention.

À côté de moi, Nico s’est reculé, loin d’Agrona, et s’est incliné, son regard restant sur le sol à l’exception d’un seul regard jeté dans le couloir, à droite de l’endroit d’où nous venions. Je savais instinctivement que la cellule devait être dans cette direction, celle où il avait pris le noyau du dragon. Il se demandait si Agrona était descendue là, craignant d’avoir été découvert.

“Haut Souverain Agrona Vritra,” ai-je dit, sans sourire en utilisant son titre complet, ce que je faisais rarement. “Je suis venue vous faire part de mon échec à reprendre Sehz-Clar. Le bouclier s’est avéré plus robuste que je ne l’avais prévu, et dans mon état de faiblesse, la technique de mana vide de Seris…”

Il a levé une main, un doigt tendu, et je suis devenu silencieuse immédiatement. Ses yeux, comme deux bassins insondables de vin rouge riche, m’ont attiré.

“C’est ma faute, cher Cecil, de ne pas avoir vu la vérité des choses plus tôt.” Agrona a passé ses doigts dans mes cheveux et m’a souri avec tendresse. “J’ai senti la signature d’Orlaeth dans la barrière que Seris a érigée, mais j’ai supposé qu’elle avait été conçue par lui. C’est peut-être encore le cas, mais sa présence au sein de la magie est beaucoup plus littérale, je le réalise maintenant.”

J’ai fait appel à ma compréhension de la technologie de ce monde, mais elle était encore trop limitée, et je n’ai trouvé que de la confusion.

Nico a aspiré un souffle effaré. “Vous voulez dire… mais comment une telle chose pourrait-elle être possible ?”

Agrona a souri à Nico, mais ce n’était pas exactement une expression agréable. “Olraeth était un génie paranoïaque. Il a sans doute construit le bouclier pour se protéger de moi, et Seris l’a en quelque sorte attiré dans un piège. La vérité demeure qu’Orlaeth est certainement la source d’énergie derrière le mécanisme du bouclier.”

J’ai haleté, la compréhension venant enfin. “Comme si elle l’utilisait comme une… une batterie ?”

“Exactement,” dit Nico, une main passant sur son visage, ses yeux perdant leur concentration alors qu’il regardait quelque chose que lui seul pouvait voir. “Donc, il ne s’agissait pas seulement de la quantité de mana que tu pouvais contrôler, ou de la finesse de ton contrôle, mais aussi du fait que ce mana est contrôlé par un asura.”

“Ce qui nous a amenés ici”, a terminé Agrona, en me prenant par les épaules et en me faisant tourner pour faire face au phénix, Dawn. “Si vous souhaitez contrer les arts du mana asuran, vous devez d’abord goûter au mana asuran.”

Le phénix a serré sa mâchoire, un muscle a tressailli dans sa joue. Ses yeux brillants m’ont transpercé comme des tisonniers. “Touche-moi, et je te brûlerai de l’intérieur, héritage ou pas.”

Agrona a gloussé sombrement. “Lady Dawn, vous n’êtes guère en mesure de proférer des menaces. Si vous étiez aussi vicieuse ou puissante que vous voulez le faire croire à Cecilia ici présente, peut-être n’auriez-vous pas passé ces nombreuses années emprisonnée sous ma forteresse.”

Le phénix se renfrogna sur Agrona, sa poitrine se gonflant comme si elle était sur le point de crier, mais toute l’énergie semblait la quitter d’un coup, et elle s’affaissa contre ses liens et lâcha un soupir vaincu. “Faites ce que vous voulez, alors. La mort serait mieux que de pourrir ici plus longtemps.”

“Heureux que nous soyons sur la même longueur d’onde, pour ainsi dire”, a dit Agrona, en relâchant mes épaules et en éloignant le mur de mana qui la retenait prisonnière. “Sois heureuse que toi, dans ta mort, tu seras plus utile que tu ne l’as jamais été dans ta longue et gâchée vie.”

Elle a détourné la tête, ne regardant plus aucun de nous trois.

Du coin de l’œil, j’ai surpris Nico se déplacer inconfortablement d’un pied à l’autre, une expression coupable sur son visage douloureux. Il a semblé s’en rendre compte lui-même au même moment et a forcé ses traits dans un blanc passif.

“Qu’est-ce que tu veux que je fasse ?” J’ai demandé, en levant les yeux vers Agrona.

“Prends son mana”, a-t-il dit fermement. “Tout. Jusqu’à la dernière goutte.”

Je savais ce qu’il voulait avant de poser la question, et pourtant, la réponse a réussi à me prendre au dépourvu, me faisant frissonner et me donnant la chair de poule sur les bras.

C’était différent de tout ce que j’avais fait jusqu’à présent. Qu’avais-je pensé en m’agenouillant sur le corps brisé de Nico après que Grey ait percé son noyau ?

Il est trop cruel d’enlever la magie une fois que quelqu’un en a ressenti la joie.

Ce n’était pas seulement prendre une vie, ou même enlever la magie du phoenix. Je drainais sa force vitale – le mana qui donnait du pouvoir à son corps et le maintenait en vie – comme une sangsue surdimensionnée…

J’ai fixé pendant un long moment les lignes décharnées mais magnifiques du visage de Dawn, et je me suis demandé soudainement quel âge avait l’asura. Elle aurait pu avoir trente, ou trois cents, ou même trois mille ans pour ce que j’en savais.

Combien de vie pouvait-on avoir avec autant de temps ? Et pourtant, elle était là, ligotée et impuissante, sa longue vie se résumant à ce dernier moment de misère et de désespoir. C’était vraiment cruel, qu’elle doive savoir que ce serait son pouvoir utilisé contre les ennemis d’Agrona. Si son plan fonctionnait, bien sûr.

Je n’ai pas laissé ces rêveries se tourner trop vers l’intérieur, cependant. Je n’ai pas examiné ma propre place dans cette cruauté. Je ne faisais que ce que je devais faire pour récupérer ma vraie vie. Un jour, je me réveillerais sur Terre, dans mon propre corps avec Nico à mes côtés, et le temps que j’ai passé dans ce monde ne serait plus qu’un rêve, comme Seris l’avait dit…

Agrona s’est déplacée, un mouvement subtil qui exprimait bruyamment son impatience, et j’ai fait un pas vers le phénix.

Elle n’a pas croisé mon regard lorsque j’ai commencé.

Bien que son mana ait été supprimé, des particules étaient encore épaisses dans sa forme physique. Alors que le corps d’un humain a besoin de sang et d’oxygène, celui d’un asura a également besoin de mana, et je pouvais le voir imprégner chaque partie de son corps. La dureté de ses os, la force de ses muscles, la durabilité de sa chair, même les impulsions électriques de son esprit : tout cela nécessitait du mana pour fonctionner correctement.

Ce qui signifie qu’il y avait encore une quantité assez importante de mana infusant son corps.

Je me suis approché de ce mana, avec précaution au début. Il ne s’agissait pas d’un simple sort de relocalisation de mana comme celui que j’avais utilisé contre Grey ; je n’essayais pas simplement d’évacuer tout le mana d’une zone, j’essayais spécifiquement de retirer le mana contenu dans son corps pour l’amener dans le mien. J’aurais besoin de purifier le mana asuran à l’intérieur de mon propre noyau afin de m’y adapter.

Son mana a répondu à mon appel.

C’était lent au début, juste un filet d’eau. Je pouvais sentir comment elle se retenait, essayait de garder le mana à l’intérieur même si, extérieurement, elle abandonnait tout espoir. C’était instinctif, j’imagine, comme presser une main sur une blessure qui saigne après avoir vu la première poussée soudaine de cramoisi.

Peut-être que si elle avait été en meilleure condition, moins affaiblie par son long emprisonnement et la suppression du mana, je n’aurais pas été capable de prendre le mana de force. Ou peut-être que cela aurait simplement été plus difficile. En fait, il y a eu un moment de va-et-vient alors que ma volonté luttait contre la sienne, puis son contrôle s’est fissuré comme la rupture d’un barrage, le filet d’eau est rapidement devenu une inondation.

Le visage du phénix s’est effondré, toute lutte ayant disparu, et j’ai trouvé qu’elle avait l’air presque sereine…

Quelque chose dans le mana a changé soudainement. Des images ont commencé à défiler dans mon esprit, des pensées ou des souvenirs transportés avec le mana, une vague impression de la vie du phénix qui s’échappait dans mon esprit depuis le sien. J’ai vu un vol de créatures ailées massives, d’énormes corps de dragons couverts de plumes orange ambré, de longs cous gracieux se terminant par des becs crochus féroces, des yeux orange vif scrutant l’horizon à la recherche de leurs ennemis, les dragons.

Ces phénix étaient ensuite sous leurs formes humaines, mais ils étaient moins nombreux. Les désaccords avaient éclaté en cris, en menaces, en malédictions et en supplications, qui se mélangeaient tous dans la mémoire. Certains souhaitaient rester et se battre, d’autres fuir et rejoindre les Vritra dans le royaume des inférieurs, d’autres encore implorer le pardon du clan Indrath… mais lorsqu’un homme aux cheveux orange indisciplinés et aux yeux jaune vif leva la main, les nombreuses voix se turent d’un seul coup.

Puis il y en a eu encore moins, beaucoup moins, et elles étaient ailleurs, entièrement. L’arrière-plan s’est fusionné à mesure que la mémoire se concentrait sur lui : des forêts sauvages, indomptées, pleines de bêtes de mana. Une main sur son épaule, le bel homme aux yeux jaunes, un sourire triste sur son visage…

Des images ont défilé, de plus en plus rapidement, difficiles à digérer : des tunnels sombres et des jours de travail sans fin ; des personnes étranges, tatouées, se mêlant aux asuras ; la croissance lente d’arbres imposants, leur écorce gris argenté brillant comme l’acier dans la faible lumière d’une caverne souterraine cachée, leurs feuilles rouges et oranges flottant comme des flammes ; un enfant, juste un garçon, courant et riant, ses yeux dépareillés – l’un orange vif, l’autre bleu glacé – pleins de joie et d’émerveillement.

Un amour qui n’était pas le mien a réchauffé mon cœur et fait nager mes propres yeux de larmes…

La toile de fond a changé à nouveau, et je regardais la cage du phénix. Le passage du chaud au froid était si soudain que je craignais de me briser comme du verre. Agrona s’est retourné avec malveillance, un sourire cruel comme une entaille sur son visage. “Mordain était stupide de croire que je laisserais son messager en liberté après avoir vu une si grande partie de mes terres et de ma forteresse. J’ai beaucoup entendu parler de vous, Dame Aurore du clan Asclepius, et j’ai hâte de tester les limites de votre soi-disant stoïcisme.”

Le phénix a gémi, et la mémoire a changé, vacillant dans et hors de la concentration comme j’ai vécu des jours, puis des mois, puis des années de solitude, d’ennui, de douleur et de regret tous forcés ensemble dans une poignée de secondes … puis c’était fini, les souvenirs ont été joués, et mon esprit s’est installé dans mon propre corps à nouveau.

Une bouffée de chaleur irradiait de mes veines de mana et de mon noyau alors que le mana de l’asura filtrait en moi. Le mana lui-même était pur, autant que n’importe quel mana que j’avais connu, mais il me faisait l’effet d’un feu. Je me suis demandé dans un espace inoccupé au fond de mon cerveau si c’était un attribut inné de la race des phénix, mais le reste de mon esprit est resté concentré sur la tâche.

La sueur s’accumulait sur mon front, maintenant, à la fois à cause de la chaleur et de l’effort pour contrôler le mana. Même lorsqu’il pénétrait dans mon corps, j’avais l’impression d’être dans un état sauvage, un animal à moitié sous contrôle, comme si je perdais ma concentration, il me jetterait de son dos et courrait librement. Ou comme s’il allait me brûler de l’intérieur, un feu de forêt à peine contenu. Comme elle a dit qu’elle le ferait…

Cette pensée m’a fait me crisper encore plus fort. Mes dents se sont serrées jusqu’à ce qu’elles commencent à faire mal, et mon cœur s’est rapidement senti gonflé et tendre. J’ai oublié tous les souvenirs, les menaces, j’ai tout banni sauf me concentrer sur le maintien du contrôle. Mais, même si le flux de mana s’accélérait, il en restait de plus en plus à l’intérieur du corps du phénix, un réservoir massif qu’il m’était difficile de comprendre.

Non, j’avais déjà subi pire que ça auparavant. Comparé aux explosions de ki qui avaient fait des ravages dans mon corps, ceci n’était rien.

“Tu commences à le sentir, n’est-ce pas ? ” demanda-t-elle, sa voix étant un murmure à peine audible par-dessus le battement de mon propre pouls dans mes oreilles. “Ton esprit peut transporter ton potentiel d’une vie à l’autre, L’heritage, mais tu es toujours enveloppé dans une peau et des os elfiques faibles.” Sa propre peau s’était éclaircie en un gris cendré et maladif, et le feu avait disparu de ses yeux, mais ses lèvres incolores parvenaient encore à former un sourire en coin. “Comme la poule d’eau qui a avalé le noyau de la wyvern, vous allez… brûler…”

Nico avait la bougeotte, ses mains se serraient et se desserraient, mais Agrona était parfaitement immobile et apparemment calme. S’il s’inquiétait que ce phénix puisse avoir raison, il ne le montrait pas.

Il ne laisserait jamais cela se produire, me suis-je dit. Et pourtant… plus j’absorbais de son mana, plus il était difficile de le contenir, et plus j’avais mal. La pression augmentait rapidement dans toutes les parties de mon corps, si bien que je me sentais comme un ballon trop rempli sur le point d’éclater…

Un tremblement douloureux a secoué mon cœur, et j’ai laissé échapper un souffle d’agonie involontaire.

“Cecilia !” Nico a dit plaintivement, en tendant la main vers moi.

La main d’Agrona a saisi le poignet de Nico. “N’intervenez pas.”

J’ai fermé les yeux, repoussant ces distractions. Agrona a dit que je devais “goûter” à son mana, pour l’absorber entièrement. Il y avait plus que cela, cependant, il devait y avoir quelque chose. Prendre simplement son mana n’allait pas m’aider à contourner le bouclier parce que…

Mes yeux se sont ouverts.

Je devais comprendre.

Le mana n’était que du mana, ça je le savais. Il prenait les attributs du feu, de l’eau, de la terre ou de l’air, selon le stimulus environnemental, et pouvait ensuite être modelé en attributs déviants par un mage suffisamment talentueux, mais – à part la pureté, déterminée par la clarté du noyau d’un mage – le mana utilisé par un mage était identique à n’importe quel autre. De même, le mana lui-même que je tirais du phénix ne devrait pas être différent, et pourtant…

Le corps asuran, physiquement supérieur, avait besoin de mana pour fonctionner, contrairement à un corps humain – ou elfique, pensais-je maladroitement – et cela signifiait que le noyau, les veines et les canaux étaient probablement structurés différemment aussi, ne serait-ce que parce que le mana devait constamment, et automatiquement, circuler, de la même manière que mon cœur continuait à pomper le sang sans que je me concentre sur la flexion et le relâchement du muscle.

Est-ce que le fait de faire circuler le mana le rend en quelque sorte plus fort ou plus pur ? Je me suis demandée, heureuse que mon esprit ait une énigme sur laquelle travailler, ce qui a permis d’alléger la tension sur mon corps.

Un flux épais de particules de mana – pour la plupart pures, bien que mêlées à du mana atmosphérique fraîchement absorbé qui avait gardé sa teinte naturelle – s’échappait du phénix et était aspiré dans mes veines de mana, nous faisant briller tous les deux d’une lumière orange-blanche.

Cela pourrait être les deux, mais cela pourrait aussi être plus en accord avec le corps de l’asura… comme les groupes sanguins chez un humain !

J’ai fait cette dernière connexion avec un souffle vif. “Phénix, basilics, dragons… la forme de leur mana pur a changé au cours des âges, n’est-ce pas ?”

J’ai dirigé la question vers le phénix, puis j’ai réalisé qu’elle était trop loin pour répondre. Sa peau, désormais plus bleue pâle que grise, s’était tendue de façon anormale sur son corps, et sous elle, les muscles s’étaient atrophiés et rétrécis. L’orange avait disparu de ses yeux, les laissant d’une couleur terne et trouble.

“C’est ce changement évolutif qui a alimenté la déviation de nos arts du mana”, dit doucement Agrona.

Un pic soudain de douleur provenant de mon cœur a attiré mon dos vers l’intérieur, et j’ai réalisé que j’étais à la limite de ma capacité à continuer à puiser du phénix. J’ai immédiatement diminué mon emprise sur le peu de mana qui lui restait, mais une main puissante a saisi mon coude douloureusement.

“Non, tu dois tout absorber”, a dit fermement Agrona.

J’ai rencontré son regard, j’ai essayé de lire les pensées ou les émotions extraterrestres qui me renvoyaient l’image et j’ai échoué, puis j’ai dit : “Je-je ne peux pas, mon noyau est-“.

Puis, j’ai vécu un deuxième moment de réalisation.

Le corps entier de Dawn avait été rempli de mana, et les asuras devaient faire circuler le mana à tout moment pour soutenir leur corps. Je n’avais pas les attributs physiques qui rendaient cela possible pour eux, mais j’avais quelque chose d’encore mieux.

D’une seule pensée, le mana s’est déversé de mon noyau. Au lieu d’être libéré de mon corps ou concentré dans un sort, je l’ai guidé à travers mes canaux de mana, dans chaque membre, chaque organe, en me concentrant sur le renforcement de mon corps physique. Au lieu de m’arrêter là, comme le feraient la plupart des Strikers, j’ai guidé le mana pour qu’il continue à se déplacer, passant d’une partie de mon corps à l’autre, pour finalement retourner dans mon noyau.

Bientôt, mon corps entier était infusé de mana. Cela a permis de relâcher la pression sur mon noyau et d’extraire les dernières particules de mana de l’enveloppe froide et sans vie du phénix.

J’ai regardé où le mana du phénix et le mien se mêlaient, s’enroulant l’un autour de l’autre comme des flammes. Bien que son mana ait été trop chaud et étranger au début, je me suis rendu compte que je m’y étais déjà acclimaté, que je l’avais fait mien, et je savais avec une certitude absolue que, si je faisais face à un phénix, je n’aurais pas plus de mal à me défendre contre ses sorts que n’importe quel autre mage.

Cette pensée a fait naître un froncement de sourcils sur mon visage, et j’ai regardé Agrona. Derrière lui, Nico m’observait attentivement, son corps entier tendu comme un ressort comprimé.

Agrona souriait, me regardant d’un air fier. “Bien joué, Cecil.”

“Est-ce que ce sera suffisant ?” J’ai demandé, en pensant à Seris et à son maudit bouclier. “Je le sens, le mana de l’attribut phoenix. Je l’ai déjà pris dans mon corps et l’ai fait mien. Mais le bouclier… cette perspicacité sera-t-elle suffisante contre le mana du basilic ?” Une pensée provisoire se tramait dans le fond de mon esprit, mais j’avais peur de lui donner une voix.

Nico, apparemment, n’avait pas de telles compulsions. “Le souverain Kiros est-il toujours emprisonné ? Cecilia pourrait…”

“Non”, dit fermement Agrona, son sourire craquant comme de la glace fine. Puis, plus doux, laissant revenir une ombre de sourire, il dit : “Non, ce ne sera pas nécessaire. J’ai peut-être d’autres utilisations pour Kiros. Une compréhension du mana asuran sera suffisante.”

Nico a soutenu mon regard derrière Agrona, sans faire d’autre geste qu’un léger écarquillement des yeux. C’était suffisant pour communiquer ses pensées.

“Il y a autre chose”, ai-je dit, rongé par la puissance qui me traverse comme une tempête de feu. “J’ai vu d’autres asuras. A Dicathen, dans les clairières de la Bête.”

Les sourcils d’Agrona se sont levés alors qu’il considérait le cadavre flétri du phénix. “Intéressant. Donc, Dame Aurore, toutes ces années à protéger Mordain, et vous l’abandonnez quand la vie vous quitte. Tragique.” À moi, il a dit : “Peut-être qu’après avoir éliminé la légère menace que représentent Seris et sa ‘rébellion’, vous pourrez aiguiser vos griffes sur un véritable ennemi, ma chère Cecil.”


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser