the beginning after the end Chapitre 403

LA MOINDRE DES FAUX

NICO SEVER

La lueur stérile de mon établi éclairant les artefacts illuminait un ensemble de pièces réparties sur le bois sombre. Des runes d’argent couraient autour du bord et sur la surface de l’établi d’Imprégnation, en cercles de différentes tailles.

J’ai pris deux objets presque identiques : des raccords hexagonaux avec une série de rainures et d’encoches gravées à l’intérieur.

Les deux étaient des alliages d’argent plutôt que de l’argent pur j’ai supposé qu’ils pourraient être plus performants pour abriter des cristaux de mana actifs, mais je devais expérimenter pour voir quel argent se tenait mieux et permettait un transfert de mana plus propre.

Il y avait un millier de variables à prendre en compte pour entreprendre un projet d’Imprégnation aussi compliqué que celui-ci, et je ne pouvais pas me permettre de ne pas atteindre la perfection.

Mon regard s’est arrêté sur une imperfection sur le bord de l’une des rainures intérieures de la ferrure. Avec un souffle de frustration, je l’ai remis sur la surface de l’établi en bois de charpente.

Encore un retard. Cette imperfection va empêcher le cristal de mana de se loger correctement. Et je vais devoir commander un remplacement auprès d’un autre orfèvre.

Mon œil droit a tressailli, et un autre souvenir de la Terre a perturbé ma concentration.

J’avais huit ou neuf ans, assis seul derrière l’orphelinat. Avec un petit canif en main, je taillais un bâton que j’avais trouvé dans la rue. Rien de spécial, je sculptais juste un tas de cercles autour de lui pour qu’il ressemble à une fausse baguette magique.

J’avais taillé un peu plus de la moitié du bâton quand le couteau a glissé, s’enfonçant profondément dans mon pouce.

Ça m’a fait mal, mais j’avais plus peur de me faire prendre avec le couteau.

La Directrice Wilbeck me l’aurait confisqué et m’aurait grondé, puis j’aurais dû voir ce stupide regard ‘je souffre avec toi’ sur le visage de Grey pendant une semaine.

C’était une petite mais importante leçon. Sois plus prudent. Fais attention, mais n’attire pas l’attention. Cache-toi quand tu as mal.

et Une vie est faite de milliers de petits moments comme celui-ci… la peur la douleur l’emportent sur tout le reste, apprenant à une personne à ne pas toucher une surface chaude ou à mettre son pouce du mauvais côté de la lame.

C’était une grande partie de la matière qui forgeait une personnalité. Sans ces souvenirs, que devient une personne ? Face à des questions auxquelles je ne pouvais pas répondre, j’ai cherché l’apathie que j’avais ressentie après m’être réveillé dans le laboratoire, loin en dessous… après que Grey ait détruit mon noyau et m’ait laissé mourir.

Après que Cecilia ait fait l’impossible et m’ait guéri à nouveau. Un poing a martelé l’établi, faisant sauter les pièces apprêtées.

Le noyau de dragon que j’avais volé a roulé hors d’un cercle de runes et vers le bord de l’établi. La rage que j’avais ressentie a été effacée par une soudaine inquiétude, et je me suis pratiquement précipité sur la table pour attraper le noyau, le tenant dans mes deux mains.

En tenant la coque froide et dure, il était plus facile de repousser la voix de la colère en moi et de me concentrer sur l’apathie à la place.

J’aurais besoin de ce contrôle. Autant ces souvenirs envahissants de ma vie passée – sur Terre et sur Dicathen en tant que ce stupide, Elijah – étaient gênants, autant je me sentais farouchement protecteur à leur égard.

Ils étaient à moi. Et maintenant que je les avais récupérés, je ne voulais pas les abandonner à nouveau.

Ce qui signifie que j’aurais un secret à cacher à Agrona. Il y avait quelque chose d’excitant dans cette perspective. Mais ce n’était pas un homme facile à duper. Je devais feindre un manque de contrôle tout en gardant une maîtrise de fer sur moi-même et mes émotions.

Je ne pouvais pas lui donner de raison de trafiquer mon esprit.

Ce raisonnement a provoqué un vif sentiment de culpabilité que je n’ai pu ignorer.

Cecilia…

Malgré mon empressement à lui parler après la résurgence de mes vieux souvenirs, je ne l’avais que brièvement croisée, et je n’avais pas trouvé en moi la force d’entamer la discussion que je savais nécessaire.

À ce moment précis, un certain nombre de souvenirs falsifiés obscurcissaient son esprit, des souvenirs que j’avais contribué à développer.

Mais surtout, je n’avais aucun moyen de savoir combien de petits moments de sa vie antérieure pouvaient lui manquer.

Combien de ce qui a fait de toi la personne que j’aime le plus au monde est encore intact ? Je me suis demandé, en mordant l’intérieur de ma joue jusqu’à ce que je goûte le goût métallique du sang.

J’ai fermé les yeux avec force, en fronçant mon visage et en contractant mes muscles, puis j’ai relâché la tension.

Si je m’enfonçais maintenant dans l’obscurité profonde et froide de ces pensées, je n’arriverais jamais à
terminer ma tâche actuelle.

Avec précaution, j’ai remis le noyau sur l’établi et j’ai examiné l’ensemble des pièces et des équipements que j’avais réussi à obtenir discrètement. Cela aurait été beaucoup plus simple si je n’avais pas ressenti le besoin de cacher mes activités à Agrona, ou du moins ce qui était possible.

Le problème était que je ne pouvais pas tout fabriquer moi-même. Bien sûr, il y avait des installations à l’intérieur de Taegrin Caelum pour le faire, mais tout ce que j’y faisais était surveillé.

Et si je commandais tous les matériaux aux mêmes Imbuers et forgerons, je risquais de dévoiler une
trop grande partie de ma conception. Et donc j’ai tranquillement rassemblé tous les matériaux petit à petit.

C’était mieux pour garder les choses discrètes, mais pas tellement pour l’efficacité.

En plus de l’armature éraflée, j’avais déjà reçu trois cristaux de mana avec des imperfections, un morceau de bois de charpente de sept centimètres trop courts et une commande de vif-argent raffiné contaminé
par du cinabre.

Mais la résurgence de mes vieux souvenirs m’a rappelé exactement où se trouvaient mes forces.

Pendant trop longtemps, j’ai compté sur la puissance brute inhérente à ma réincarnation dans un corps de sang Vritra.

La capacité à maîtriser ne serait-ce qu’un seul des arts du mana de type décomposition des Vritra me rendait plus fort que la plupart des autres mages de ce monde, et je m’étais appuyé presque exclusivement sur cela
tout au long de ma formation à Taegrin Caelum.

Même les runes marquant la chair de ma colonne vertébrale semblaient dérisoires en comparaison.

Mais avec le retour de mes vieux souvenirs en rafale, j’ai réalisé que j’avais quelque chose d’autre, aussi, quelque chose qu’aucun autre Alacryen n’avait.

Sur Terre, j’étais un magicien technique, maîtrisant des principes scientifiques avancés à un jeune âge pour réaliser des exploits comme supprimer le ki de Cecilia et lui permettre de mener une vie normale.

Après sa mort… je me suis lancé dans la recherche, apprenant tout ce que je pouvais sur l’ingénierie, la physique et les études liées au ki.

Une quantité surprenante de ces connaissances était directement transférable au travail de la magie, en particulier l’imprégnation et l’artifice.

Il fallait trouver de l’énergie et la transférer efficacement, donner des instructions et produire de
l’énergie pour obtenir un résultat spécifique.

L’efficacité, me suis-je répété. C’est là le vrai problème. Si ce que je fais doit fonctionner, cela doit permettre une manipulation entièrement efficace du mana, sans délai ni perte.

Sur Dicathen, j’avais été formé à la manipulation du mana atmosphérique, pas seulement à celle de mes runes et des formations de sorts qu’elles fournissaient.

J’avais fréquenté l’une des meilleures écoles de magie du continent et étudié sous la direction de professeurs talentueux, apprenant la théorie du mana et un type de manipulation qui n’était pas étudié en
Alacrya.

Les mages apprenaient à comprendre la forme d’un sort, à modeler le mana avec leur esprit et leur intention par le biais de chants et d’autres dispositifs, comme les baguettes.

C’était plus difficile, et cela prenait plus de temps, mais c’était beaucoup plus polyvalent. Le mage pouvait ajuster la concentration de son intention ou les mots d’un chant pour modifier le résultat d’un sort, ou même inventer un sort entièrement nouveau.

Les runes, par contre, pouvaient être maîtrisées mais jamais modifiées. Elles étaient fixes, tout comme le bénéfice qu’elles procuraient au corps et à l’esprit du mage. Et sans les nouvelles runes lentement distribuées par les serviteurs d’Agrona, aucun mage alacryen ne pouvait faire de réels progrès, même parmi les Faux.

Mais il n’y a aucune raison pour que je doive compter sur Agrona pour gagner en puissance. Pas avec toutes les connaissances et les compétences que j’avais à ma disposition.

Je voyais tout plus clairement maintenant que mon noyau avait été détruit et reconstruit.

Cecilia avait fait un miracle que je ne comprenais toujours pas en me rendant le don de la magie, mais cela avait un prix. Mon noyau était faible.

Et cela signifiait que tout le monde me verrait comme faible. Mais le monde changeait. Tout changeait autour de nous, devenant plus dangereux de jour en jour. Cecilia était si occupée depuis ma guérison, et je savais qu’il n’y avait qu’une seule raison à cela. Agrona la préparait pour la guerre.

Si elle me trouvait trop faible, elle me laisserait derrière elle. Il y aurait de la tristesse dans ses yeux, et elle croirait vraiment que c’est pour me protéger, mais cela nous détruirait. Elle ne me regarderait plus jamais de la même façon, et Agrona m’exclurait peu à peu du tableau.

Bientôt, elle ne serait plus qu’une arme pour lui, et le pire, c’est qu’elle ne saurait même pas qu’elle a voulu être autre chose.

Je devais rester à ses côtés. Je devais la protéger. Et je ferais tout pour être sûr d’être assez fort pour le faire.

En tenant fermement mon objectif, j’ai soulevé une longue branche noire et tordue de bois charbonneux, que j’avais pris le risque de piller dans les réserves privées d’Agrona après que premier échantillon se soit révélé insuffisant.

Le bois charbonneux provenait de la maison d’Agrona à Epheotus, il était aussi dur que l’acier et parfait pour travailler la magie runique, mais aussi très rare et cher.

Le bâton d’un mètre quatre-vingt se terminait par une pointe émoussée à l’une de ses extrémités, mais était
fendu à l’extrémité la plus large, là où il s’était détaché de son arbre.

J’ai pris un outil qui ressemblait à une cuillère peu profonde croisée avec un scalpel et l’ai pressé contre le bois charbonneux.

Le mana a sauté de ma main au manche de l’outil, et des runes cachées sous l’enveloppe de cuir ont converti le mana en chaleur. En quelques instants, la cuillère en métal noirci a brillé en orange.

J’ai appuyé fort sur le bois brut, et l’outil a mordu dedans, dégageant un mince filet de fumée qui sentait la vanille.

Alimentant mes muscles avec du mana, j’ai enfoncé l’outil dans le bois, mais je n’ai pu en retirer qu’une fine couche.

En serrant les dents, j’ai répété le processus, puis à nouveau, et à chaque fois, je n’ai obtenu qu’une fine lamelle de papier.

Au bout de vingt minutes, j’avais creusé une petite rainure dans le bâton.

Après une heure, j’avais une fosse irrégulière. Au bout de deux heures, j’étais capable de tailler une facette précise. Ensuite, j’ai pris l’un des raccords métalliques, en vérifiant deux fois qu’il était parfait.

Je l’ai pressé dans la facette, puis j’ai pris un petit marteau et l’ai enfoncé dans l’ouverture. Le tintement du marteau couvrait tous les autres bruits subtils du château, comme les va-et-vient des serviteurs dans le couloir à l’extérieur et les éclats étouffés de magie provenant d’une des salles d’entraînement en dessous.

Après avoir posé le marteau, j’ai inspecté le résultat : la monture argentée s’était parfaitement installée dans la facette sculptée, et soudain, le bâton ordinaire semblait être quelque chose de plus que ce qu’il avait été. Ce n’était plus un morceau de la nature, mais quelque chose d’artisanal qui avait un but.

Prenant un autre objet sur l’établi, j’ai glissé un bijou hexagonal dans la monture. La pierre rouge vif semblait sanglante et sombre contre le bois noir et le métal argenté. Mais je n’ai pas fixé la pierre de façon permanente.

Au lieu de cela, je l’ai détachée et replacée sur l’établi, j’ai retourné le bâton et j’ai repris l’outil de sculpture.

“Cela ressemble à un projet fascinant.”

J’ai sursauté si fort que j’ai raclé l’outil brûlant sur mes jointures. Il a brûlé assez fort pour percer ma barrière de mana et écorcher la chair en dessous. J’ai juré et jeté cette stupide chose sur la table.

“Oh, désolé !” Cecilia s’est précipitée à mes côtés, se penchant et prenant ma main dans la sienne.

Je me suis demandé nerveusement combien de temps elle était restée là, puis j’ai réalisé qu’elle avait dû entrer pendant que je martelais.

Elle s’est mordue la lèvre en inspectant la blessure, et quand elle a levé les yeux vers moi, les siens brillaient.

“Tu vas bien ?”

“Bien,” ai-je dit, la voix dure, puis j’ai ajouté, “Je vais bien,” sur un ton plus doux.

Le mana s’écoulait du bout de ses doigts et traversait la blessure, refroidissant la chair et atténuant la brûlure. Mon propre mana circulait déjà dans mon corps pour améliorer mon taux de guérison également.

“Je suis content que tu sois là, en fait,” ai-je ajouté après une pause gênante où nous avons tous les deux regardé la coupure.

“J’ai besoin de te parler de quelque chose.”

Elle m’a lancé un sourire chagriné et a subtilement roulé les yeux vers la porte.

“Cela devra attendre, j’en ai peur. Agrona nous a convoqués. Toutes les Faux, et moi.”

Son ton portait la même incertitude que celle que je ressentais à cette nouvelle. Il était rare que tous les Faux soient réunis en même temps.

“Est-ce que tu…”

“Non, mais il est… énervé,” a-t-elle dit lentement.

“Je ne l’ai jamais vu comme ça avant.”

J’avais envie de lui dire qu’elle n’était pas avec lui depuis si longtemps, qu’elle ne le connaissait pas bien, qu’elle ne l’avait pas vu sous son pire jour, mais j’ai gardé mes pensées pour moi. Quelle que soit la nouvelle, le fait qu’Agrona se soit permis d’avoir l’air bouleversé ne présageait rien de bon.

Avant de suivre Cecilia hors de ma chambre, j’ai pris un moment pour examiner l’établi.

J’ai utilisé un chiffon pour essuyer mon sang sur l’outil de sculpture, j’ai tripoté quelques objets pour mieux les aligner dans leurs cercles runiques respectifs, puis, réalisant qu’il serait extrêmement stupide de le laisser ici pendant mon absence, j’ai subrepticement pris le noyau et l’ai glissé dans une poche intérieure de ma veste.

“Sur quoi tu travailles, au fait ?” a demandé Cecilia quand nous sommes sortis dans le hall.

Je me suis retourné et j’ai installé le verrou de mana.

“Oh, rien vraiment,

c’est…”

Elle a souri à moi et j’ai traîné.

“Je peux dire que c’est quelque chose qui t’excite. Tu n’as pas besoin de le dire, bien sûr, mais je suis contente que tu aies trouvé quelque chose pour occuper ton temps.”

Enfonçant mes mains dans mes poches, j’ai frotté le noyau avec mon pouce à travers le tissu de la doublure, mais je n’ai pas développé.

Cecilia a tourné à droite au lieu de tourner à gauche dans le couloir, me prenant au dépourvu.

“N’allons-nous pas dans l’aile privée d’Agrona ?” J’ai demandé, en me dépêchant de la suivre.

“Non. Il nous a tous convoqués à la Voûte d’Obsidienne.”

Je n’avais rien à répondre à ça.

Je n’étais même pas sûr de ce que je ressentais. La Voûte d’Obsidienne était l’endroit où les plus hauts échelons des sujets d’Agrona recevaient leurs effusions: Des Wraiths, des Faux, des serviteurs, et parfois même des guerriers de haut sang ou des ascendeurs qui attiraient l’attention d’Agrona.

Il n’y avait qu’une seule raison pour qu’il nous appelle à la Voûte Obsidienne.

Il allait y avoir une effusion. Peut-être que ce n’est pas une mauvaise nouvelle après tout.

“Nico, je voulais te dire…” La voix de Cecilia m’a tiré de mes pensées, et je me suis retourné pour la regarder.

J’avais accepté son changement d’apparence, tout comme j’avais accepté le mien. Voir les fines caractéristiques elfiques – les oreilles pointues, les yeux en amande et les cheveux argentés qu’elle menaçait sans cesse de teindre – maintenant, cependant, enveloppé dans tous les souvenirs d’Elijah
de Tessia Eralith, causait plus de conflit que ce à quoi j’étais habitué.

“…désolée de ne pas avoir été très présente ces derniers jours. J’avais envie de te parler – je suis sûr qu’il n’a pas été facile d’accepter ce qui s’est passé à la Victoriade – mais il se passe beaucoup de choses à Dicathen et à Alacrya, et Agrona m’a tenu inhabituellement occupé, alors…”

Cela n’a fait que confirmer ce que j’avais déjà deviné. Agrona se préparait à lâcher Cecilia, à l’envoyer au combat.

Mon esprit se tourna rapidement vers le bâton, à peine entamé dans ma chambre, et je fus soudain irritée par cette perte de temps.

Quoi qu’Agrona ait à dire, cela ne pouvait pas être aussi important que de m’assurer que j’avais la force de défendre Cecil.

Une main se posa délicatement sur mon épaule, et je réalisai que j’avais, une fois de plus, été distrait.

“Nico, es-tu sûr que tu vas bien ?” Cecilia a demandé, son inquiétude étant inscrite dans les lignes de froncement des sourcils de son visage autrement impeccable.

“Comme tu l’as dit, ça a été… difficile. Je suis désolé d’avoir été distrait. J’ai juste… beaucoup de choses en tête.”

Elle a souri du sourire le plus aimable et le plus compréhensif que je puisse imaginer, et ses doigts ont effleuré ma joue.

“Ne t’excuse pas auprès de moi. Nous sommes les deux seules personnes qui peuvent vraiment comprendre ce que l’autre a vécu.” L’émotion a gonflé à l’intérieur de moi, remplissant ma poitrine d’une douceur chaleureuse, puis elle a ajouté,

“Enfin, à l’exception d’Agrona bien sûr,” et le sentiment s’est flétri et a disparu.

J’ai suivi Cecilia le long d’une série d’escaliers étroits et sinueux et dans un tunnel grossièrement taillé. Au bout de celui-ci, nous sommes entrés dans une chambre taillée dans une pierre noire lisse et ondulée qui brillait d’un éclat violet, comme si elle émettait sa propre lumière interne.

Agrona était déjà là.

Il se tenait devant une paire de portes sur lesquelles était gravée l’image d’un basilisk transformé, avec son long corps serpentin enroulé en forme de “V” et ses ailes de cuir repliées contre ses côtés.

Des runes tombaient de ses griffes sur une série de visages retournés. Agrona donnant de la magie au peuple.

J’ai toujours trouvé la sculpture sereine, sa vue à la fois rassurante et paisible.

Le véritable Agrona, debout devant elle, les bras croisés et le visage le plus mécontent possible, en était l’exact opposé.

Melzri et Viessa étaient déjà là. Je fus stupéfait de voir les deux puissantes femmes les yeux détournés, repliées sur elles-mêmes comme deux petites voleuses tirant leur capuchon sur elles-mêmes pour paraître aussi petites et inoffensives que possible.

Ce n’était pas un regard que j’avais déjà vu de la part d’une Faux auparavant.

Derrière chaque Faux se tenait un serviteur.

J’étais plus que familier avec Mawar, la “Rose Noire d’Etril”. Vêtue d’une robe noire et vaporeuse, elle disparaissait presque dans la pénombre de l’antichambre, à l’exception bien sûr de ses courts cheveux blancs, qui étaient si brillants qu’ils semblaient briller.

Bien qu’elle ne soit que légèrement plus âgée que moi – ou, du moins, que ce corps – elle avait été
le serviteur de Viessa pendant près de quatre ans, et nous nous étions entraînés ensemble de manière intensive.

La sorcière empoisonneuse Bivrae, par contre, je l’avais largement évitée. C’était une créature horrible à regarder, comme si quelqu’un avait collé une poignée de bâtons cassés avec de la boue de marais et avait ensuite accroché quelques vieux chiffons miteux pour faire office de vêtements.

Ses frères étaient au mieux des mages médiocres, Bilal étant à peine capable de retenir Tessia Eralith assez longtemps pour que j’arrive, et bien sûr de mourir dans le processus.

Mawar a eu le bon sens de garder les yeux sur le dos de Melzri, mais Bivrae nous a fixés Cecilia et moi lorsque nous sommes entrés dans l’antichambre, et n’a détourné son regard que lorsque, plusieurs très longues secondes plus tard, des bruits de pas lourds ont annoncé une autre arrivée.

Dragoth a dû se pencher pour traverser le tunnel de liaison sans s’écorcher les cornes, et lorsqu’il est entré dans l’antichambre, il se tenait droit et s’étirait négligemment.

Avec un sourire négligent à l’intention d’Agrona, il nous a contournés, Cecilia et moi, pour se placer juste devant nous, son dos si large qu’il nous cachait tous les deux de la vue d’Agrona.

Dragoth était suivi par un mage que je connaissais de nom et de réputation, mais pas de vue : Echeron, son nouveau serviteur. L’homme était grand et statufié. De courtes cornes d’onyx dépassaient comme des pointes de ses cheveux dorés soigneusement entretenus.

Ses yeux gris argenté rencontrèrent les miens, et les traits ciselés du serviteur se transformèrent
en une grimace avant de s’adoucir à nouveau. Il se tenait à côté et juste derrière Dragoth.

Le silence a envahi l’antichambre, devenant de plus en plus inconfortable à mesure qu’il s’éternisait.

A côté de moi, je pouvais sentir la frustration de Cecilia qui émanait d’elle comme une aura alors que ses yeux turquoise faisaient des trous dans le dos de Dragoth.

Tout sentiment d’intimidation qu’elle avait l’habitude de ressentir en présence des Faux avait disparu, mais je n’étais pas sûr de ce qui motivait ses émotions actuelles. Il y avait un suintement nauséabond dans mon
estomac lorsque j’ai fait le lien entre la peur de Melzri et Viessa et la colère de Cecilia.

Les Faux avaient fait échouer Agrona à quelque chose. Ce dont je me suis retrouvée à me foutre, mais voir à quel point Cecilia était devenue loyale et attachée à Agrona était une horreur qui commençait à poindre et que je ne savais pas comment gérer.

C’était presque comme regarder dans un miroir qui montrait une version beaucoup plus jeune de
moi-même, à l’époque où je me serais jeté dans le Mont Nishan sur ordre d’Agrona.

Un froid intense a soudainement commencé à s’infiltrer dans la pièce, faisant apparaître des cristaux de givre sur les murs, le sol et même le tissu de ma veste.

Puis Agrona commença à parler.

“D’abord, vous me décevez à la Victoriade, permettant au garçon Arthur Leywin de s’échapper, puis vous réussissez à perdre Sehz-Clar au profit d’un traître.”

Mon esprit est resté bloqué sur ces mots, comme une roue de chariot dans une ornière.

Sehz-Clar, perdu? Quoi ? C’est alors que j’ai compris l’absence de Seris et de son serviteur.

“Enfin, deux de mes Faux battent en retraite devant un adversaire blessé et probablement proche de la mort, laissant Dicathen sous l’autorité d’un seul serviteur, dont nous avons perdu le contact.”

Les yeux écarlates furieux d’Agrona ont balayé la pièce, brûlant comme un feu de l’enfer là où ils se posaient.

“Pardonnez-nous, Haut Souverain, nous craignions que…”

Le souffle s’est échappé des poumons de Melzri alors qu’Agrona tournait toute la force de sa colère contre elle, et tout ce qu’elle avait l’intention de dire est mort sur ses lèvres.

“Tu es faible.” Il a fait une pause, laissant cette proclamation s’imprégner.

“L’ennemi t’a dépassé. Et pourtant, bien que tu m’aies déçu, je ne t’en ferai pas porter l’entière responsabilité.” Il décroisa ses bras et se plaça devant Melzri, caressant sa corne.

“Je t’ai donné le pouvoir dont tu avais besoin pour le rôle que je voulais te faire jouer. Maintenant, il semble que vos rôles vont devoir changer. Notre ennemi a évolué, et vous aussi.”

Melzri a instantanément mis un genou à terre.

“S’il vous plaît, Haut Souverain. Permettez-moi d’être la première à pénétrer dans la Voûte d’Obsidienne.”

Aucune émotion ne ternit les traits lisses d’Agrona lorsqu’il regarda l’arrière de sa tête. Après une courte pause, il dit simplement,

“Non.”

Puis il se retourna et traversa l’antichambre pour se tenir devant Dragoth.

Ce faisant, les proportions de la pièce et de tous ceux qui s’y trouvaient ont semblé changer, de sorte que la Faux et le Haut Souverain étaient de taille égale.

J’ai cligné des yeux plusieurs fois, m’efforçant de repousser cette étrange sensation.

Lorsque j’ai repris mes esprits, Agrona a repris la parole.

“De mes quatre Faux restantes, un seul a été assez courageux pour affronter Arthur Leywin au combat. Les autres sont restés sur la touche à la Victoriade, laissant tomber le meilleur et le pire d’entre vous.”

Toute la masse musculaire prodigieuse de Dragoth s’est tendue, puis le lourdaud s’est écarté, m’offrant une vue dégagée sur Agrona.

Agrona me regardait directement.

“Aujourd’hui, la moindre des Faux sera le premier à entrer dans la Voûte d’Obsidienne.”

Je me suis raidi, pris par surprise. Les moqueries et les railleries n’étaient pas nouvelles, mais dans ce cas, il semblait qu’Agrona m’offrait un compliment indirect au lieu d’une insulte directe. Une main douce s’est posée entre mes omoplates, et je me suis retourné pour regarder Cecilia, qui souriait de manière encourageante.

J’ai fait un pas en avant.

Les portes sculptées de la voûte se sont ouvertes et deux mages en robe noire ont ouvert la porte de l’intérieur.

Agrona a fait un geste vers l’ouverture tandis que les mages ont mis leur dos contre le mur et ont
attendu.

J’ai hésité. Non pas que j’aurais pu refuser même si je l’avais voulu, ce qui n’était pas le cas, mais je ne pouvais m’empêcher de me demander pourquoi Agrona m’envoyait vraiment en premier. Était-ce simplement une tactique pour allumer un feu chez les autres Faux, ou peut-être voulait-il voir quel effet une effusion aurait sur moi après que mon noyau ait été détruit puis réparé…

Un jeu dans un autre jeu, je me suis rappelé.

Me déplaçant lentement mais avec détermination, je suis entré dans la Voûte Obsidienne et suis passé entre les deux mages, qui ont fermé les portes derrière moi.

La Voûte d’Obsidienne était un endroit étrange et crépusculaire. Les murs, le plafond, et même les escaliers qui descendaient, étaient tous façonnés dans de l’obsidienne noire et brillaient de reflets violets.

Les escaliers lisses descendaient pendant un long moment. Derrière moi,

les pas doux des mages suivaient, leur murmure comme une ombre de mes propres pas plus forts. Après ce qui m’a semblé être plusieurs minutes, les escaliers se sont terminés par une ouverture en arc.

La pièce derrière l’arche n’était pas grande, mais la façon dont la lumière scintillait sur les millions de plis et de facettes du plafond donnait l’impression que le ciel nocturne s’ouvrait au-dessus de moi, brillant d’une aurore pourpre.

Comme l’Aurora Constellate de Dicathen, ai-je pensé distraitement, premier souvenir de ce phénomène lointain à refaire surface dans mon esprit en voie de guérison.

Le centre de la chambre était dominé par un autel, une dalle d’obsidienne recouverte de bois charbonneux assez grande pour qu’un homme puisse s’y allonger. Il rayonnait de puissance.

C’est bizarre, ai-je pensé. Je n’avais jamais ressenti ce pouvoir auparavant, même si j’avais été dans la Voûte plusieurs fois dans ma vie.

Quelque chose avait changé.

Mes pensées se sont immédiatement tournées vers le contenu de ma poche, l’objet que je ne pouvais me résoudre à laisser sans surveillance dans mes appartements.

Je me suis également souvenu des lumières violettes que j’avais vues lorsque je l’avais touchée, dans les donjons, et de la façon dont je les avais vues à travers le noyau, comme s’il s’agissait d’une sorte de
lentille. Bien que j’aie essayé de recréer le phénomène plusieurs fois, j’ai échoué.

Presque d’elle-même, ma main a glissé dans ma poche et a pris le noyau. Rien ne s’est produit.

La cérémonie d’effusion m’a soudain semblé banale et sans importance. Je voulais approfondir cette sensation, mais les deux mages – officiants de la cérémonie – qui m’avaient suivi dans l’escalier étaient de chaque côté de moi, attrapant ma veste, puis l’ourlet de ma chemise, essayant de m’enlever les vêtements.

L’anxiété et la peur m’ont envahi à l’idée qu’ils trouvent le noyau de Sylvia. Je voulais repousser les hommes, mais je savais que c’était inutile.

Quoi qu’il arrive ici, je devais suivre les protocoles exigés par la cérémonie.

Ces officiants ne permettraient aucune altération, et j’avais peur de penser à ce qu’Agrona pourrait faire si je les blessais de quelque façon que ce soit. Il ne s’agissait pas de simples chercheurs cachés dans les donjons, ces officiants étaient la clé de l’emprise d’Agrona sur Alacrya, et il écorcherait personnellement la peau de tout homme ou femme qui les contrarierait, même moi.

Mécaniquement, j’ai suivi leurs demandes. Un homme que je n’avais pas vu – distrait comme je l’avais été par l’autel lui-même – sortit de l’ombre et se plaça de l’autre côté de l’autel.

Un anneau de larges runes était gravé dans l’obsidienne autour de moi, et je savais qu’une caractéristique
similaire ornait le sol autour du troisième officiant.

Les deux autres m’ont guidé jusqu’au centre du cercle runique, où je me suis agenouillé. Mes mains reposaient sur la surface en bois de l’autel, placées soigneusement au-dessus de deux sigils complexes, chacun
composé de nombreuses petites runes interconnectées.

En face de moi, l’officiant a levé son bâton de l’endroit où il était appuyé contre l’autel.

Il a claqué trois fois contre le sol, ce qui était fort dans l’immobilité. Les deux autres se sont déplacés derrière moi, chacun prenant un bâton qui s’était appuyé contre les côtés de l’entrée arquée.

Il n’y avait pas de chant. Aucun mot d’ordre. Rien d’autre que la puissance silencieuse de l’autel, le poids subtil de la montagne et le mouvement doux mais sûr des trois mages encapuchonnés.

Du cristal froid a été pressé de chaque côté de ma colonne vertébrale par derrière.

En réponse, de la chaleur et une puissance vibrante, qui me donnait des frissons, se sont précipitées dans mes mains et le long de mes bras depuis l’autel, traçant sur mes épaules et faisant dresser les cheveux sur ma nuque.

Enfin, elle a descendu en cascade le long de ma colonne vertébrale pour rencontrer les deux points de froid.

Pendant un instant, j’ai eu peur. Je n’avais jamais ressenti quelque chose comme ça pendant une effusion auparavant.

Qu’est-ce qui se passe, bon sang?

La vibration s’est amplifiée, passant d’un picotement à une douleur, puis à une véritable agonie.

J’étais certain que quelque chose n’allait pas, je voulais crier après les officiants, mais ma mâchoire était bloquée, mes muscles étaient si tendus qu’ils ne répondaient pas.

Quelque part, très loin de là, ou du moins c’est ce qu’il semblait à mon cerveau en proie à la douleur, une voix rauque a prononcé une prière au Vritra.

Je me suis mis à trembler et à transpirer. Je tremblais de la tête aux pieds. Puis, comme un poing qui se relâche, la douleur a disparu.

La pièce a vacillé, et je me serais effondré si ce n’était des mains solides de deux officiants. Ils m’ont redressé et ont maladroitement remis ma chemise par-dessus ma tête, puis ont glissé mes bras dans ma veste.

Suspendu entre eux, j’ai été traîné maladroitement dans les escaliers, une marche après l’autre. Derrière moi, j’entendais le feuilletage du parchemin et le marmonnement sourd du troisième officiant.

Mon noyau a commencé à souffrir férocement. L’un d’eux me tenait tandis que l’autre s’efforçait de forcer les énormes portes de pierre tout seul.

Lorsque l’une d’entre elles finit par sortir de son cadre et pivoter lourdement vers l’extérieur, des larmes me montèrent aux yeux à cause de la luminosité, et je ne pus que cligner des yeux alors qu’elles traînaient, chaudes et humides, le long de mes joues.

On m’a tiré des escaliers jusqu’à l’antichambre. Dans un état second, j’ai regardé autour de moi un demi-cercle de visages surpris.

Lorsque mon regard instable s’est posé sur Cecilia, il s’est accroché et est resté là. L’éclat
de ses beaux cheveux et de ses vêtements turquoise se détachaient du reste comme la lune dans un ciel sans étoiles.

L’inquiétude était gravée sur ses traits, mais elle se retenait.

“Qu’est-ce qui ne va pas chez lui ?” La voix de Melzri. Une pointe d’inquiétude.

“La cérémonie d’effusion a-t-elle échoué ?” Un baryton profond. La voix d’Agrona. Rugueuse, presque ennuyeuse. Sans surprise. Comme s’il s’attendait à ce que j’échoue…

Soudain, on m’a retourné, et ma chemise a été remontée de sorte que l’air froid a mordu ma chair chaude.

Des mots. Encore des mots, mais de plus en plus difficiles à comprendre. J’ai lutté pour tourner la tête, regardant par-dessus mon épaule.

La main de Cecilia était sur sa bouche, ses sourcils étaient froncés en signe d’inquiétude.

Une série d’émotions sur des visages flous – curiosité, confusion, irritation – puis les traits d’Agrona se sont unifiés et il s’est penché en avant pour mieux voir, son expression étant impénétrable.

Un regalia, disait l’officiant, mais… quelque chose de nouveau ?

Quelque chose qui ne figurait pas dans les vieux livres.

Puis la lassitude, l’incertitude et la douleur profonde de mon noyau ont été trop fortes, et l’obscurité m’a atteint.

Avec joie, je l’ai embrassée.


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser