the beginning after the end Chapitre 404

DES CHOIX DÉJÀ FAITS

ARTHUR LEYWIN

Les sorts explosaient dans l’air en une pluie de bleu, de vert et d’or, avec des étincelles et des éclats, sous les acclamations du sol. La brise portait le son de centaines de voix jubilatoires et les odeurs de viande rôtie et de tartes sucrées.

Une petite fille, qui n’avait pas plus de cinq ou six ans, est passée devant nous en courant, le visage rouge et le sourire grandissant à chaque pas. Juste derrière elle, un borgne – une cicatrice récente, sans doute due à la guerre – riait en se lançant à sa poursuite.

Un sourire se dessina sur mes lèvres lorsque l’aventurier Dicathien souleva la fillette de terre, provoquant un cri de joie de la part de l’enfant.

Il la plaça sur ses épaules, où elle continua à ricaner et à rire, se penchant de plus en plus en arrière pour regarder les feux d’artifice magiques qui explosaient dans un spectacle quasi permanent au-dessus de la ville.

“Je n’ai pas vu de gens aussi heureux depuis la première attaque contre Xyrus,” dit Helen Shard, appuyée contre le côté du belvédère en marbre qui abritait l’unique porte de téléportation de Blackbend.

Angela Rose était assise dans un coin d’herbe, Regis sur ses genoux, sa tête reposant sur sa poitrine.

“C’est comme si un voile avait été levé, n’est-ce pas?” dit-elle en grattant distraitement Regis sous le menton.

“Belle et sage,” dit Regis, en donnant à Angela un rapide coup de langue sur sa joue.

“Pourquoi n’avons-nous pas fait connaissance avant ? C’est un crime.”

Elle le récompensa d’un rire mielleux.

“Je ne connais pas ta bête, Arthur. Tu es sûr que ce n’est pas toi qui t’amuses à travers ton invocation ?” Elle a levé un sourcil timidement vers moi.

“Si c’était le cas, je ne serais pas aussi grossier,” dis-je en lançant un regard noir à mon compagnon.

Jasmine avait passé la nuit à écouter depuis la rue en nous tournant le dos son regard perspicace suivant sans doute les nombreuses personnes qui se déplaçaient dans les rues autour de nous.

Faisant distraitement rouler une dague entre ses doigts, elle s’est retournée.

“Ce n’est pas exactement une faveur que tu nous as fait, tu sais.”
J’ai haussé les épaules.

“Je sais. Mais je fais confiance aux Twin Horns pour garder le contrôle de la ville sans essayer de forger une sorte de cité- état contrôlée par la Guilde des Aventuriers. D’ailleurs, ce ne sera pas long,
si tout se passe bien, et tu ne seras même pas là.”

Cela a provoqué une agitation au sein du groupe, l’attention de tous se tournant rapidement vers moi. Durden, qui avait à peine dit un mot depuis son arrivée à Blackbend, a soudainement pris la parole.

“Qu’est-ce que tu veux dire ?”

“J’espérais, “ai-je commencé, en regardant de Jasmine à Helen,

“que Jasmine vienne avec moi à Xyrus”.

L’expression de Jasmine ne laissait rien paraître de la surprise, mais se transformait en quelque chose de réfléchi. Pourtant, elle n’a rien dit.

Helen, de son côté, fronça profondément les sourcils en s’écartant du pilier contre lequel elle était appuyée.

“Dans quel but ? Je ne peux pas imaginer que le fait d’avoir tout les Twin Horns, ou même toutes les forces de Vildorial, d’ailleurs, aurait fait une différence dans le résultat ici à Blackbend. Pardonne-moi de le dire, Arthur, mais le genre de batailles que tu es susceptible d’avoir… es-tu sûr de vouloir quelqu’un que tu aimes à tes côtés ?”

Bien sûr, Helen avait raison. Je ne le voulais pas, pas vraiment. Si j’avais pu le faire à ma façon, j’aurais mis tous les gens auxquels je tenais dans un trou quelque part au fond des Relictombs pour les garder en sécurité.

Mais j’avais aussi besoin de quelqu’un à mes côtés qui puisse me dire quand j’avais tort, qui puisse me retenir alors que ma propre position continuait à s’élever.

Peut-être que si j’avais su cela avant, dans ma vie antérieure, je ne me serais pas engagé dans une guerre qui a coûté des millions de vies en représailles du meurtre de la Directrice Wilbeck.

Mais je n’ai rien dit de tout ça.

“Je la protégerai,” ai-je dit à Helen. Puis, à Jasmine, j’ai ajouté, “Si tu es d’accord, bien sûr.”

Jasmine a levé le menton, et ses yeux rouges ont attrapé le reflet d’un éclat lointain d’éclats de glace.

“Bien sûr.”

Helen a regardé entre nous, ses doigts tripotant la corde de son arc, puis elle a laissé échapper un soupir et a hoché la tête.

“Bien, mais je jure” – elle a jeté son bras sur mon cou et a essayé de m’attirer dans un blocage de tête
– “si je vois un seul de ses cheveux manquer…..”

Sans effort, je l’ai soulevée de ses pieds, la berçant dans mes bras et la faisant pousser un cri de surprise. “Tu sais que les cheveux tombent naturellement, non ?”

Sa main a martelé mon épaule.

“Pose-moi, espèce de garçon ridicule !”

En riant, je l’ai remise sur ses pieds, en gardant mes mains sur ses épaules et en maintenant le contact visuel.

“Je comprends ton inquiétude. C’est une guerre, et aucun d’entre nous n’est vraiment en sécurité, pas même moi, mais je te promets que je la garderai aussi en sécurité que possible.”

Helen a haussé les épaules, essayant de cacher un sourire chagriné, sans y parvenir.

‘Eh bien, amuse-toi, je pense que je vais juste rester ici avec Angela Rose et elle-‘

‘Aucune chance,’ j’ai répondu. ‘Allez, viens. Il est temps d’y aller.’ Pendant que Regis finissait de faire l’idiot et de s’embarrasser devant Angela Rose, je suis entré dans le gazebo en pierre et j’ai commencé à
calibrer le portail de téléportation vers la cité volante de Xyrus. Jasmine a suivi sans dire un mot.

Quand le portail a bourdonné à l’intérieur du cadre, je me suis avancé devant lui, mais je me suis retourné pour faire face à Helen, Durden, et Angela Rose avant de passer à travers.

Regis a dérivé dans mon corps. Angela Rose a fait un signe joyeux. Durden s’est gratté le moignon de son bras, son regard se posant quelque part à ma droite.

“Bonne chance, Général Arthur,” a dit Helen, ses poings frappant contre le pilier en pierre sculptée.

“Nous attendrons des nouvelles de votre succès.”

J’ai fait un signe de tête à Helen et j’ai jeté un regard à Jasmine pour qu’elle lui dise au revoir avant de traverser.

Le monde s’est brouillé autour de moi, et j’ai eu un bref moment où j’ai été dissocié du temps et de la réalité physique pour réfléchir à la prochaine étape.

Au total, je n’avais passé que quelques heures à Blackbend. Le succès exigeait un rythme fébrile de ma part, et Xyrus était encore plus importante que Blackbend.

En tant que ville la plus prospère et la plus défendable de Sapin, elle était devenue le foyer d’un grand nombre de nobles qui avaient été attirés par Dicathen – ou du moins ceux qui n’avaient pas consacré leurs ressources à construire des exploitations en Elenoir pour les voir ensuite décimées par Aldir.

C’est aussi là que se trouvent la plupart des Dicathiens les plus riches, en particulier les maisons de renégats comme les Wykes.

Je craignais d’avoir à affronter moins une bataille qu’une période prolongée à déterrer les Alacryens de la ville comme des tiques de la peau d’un loup. Et plus je passais de temps à un endroit, plus la ville suivante avait le temps de se préparer.

J’avais déjà donné à Agrona beaucoup trop de temps pour réagir et contrer ma victoire à Vildorial.

Le monde s’arrêta brusquement lorsque je parvins devant une rangée de portes de téléportation identiques.

Une escouade de soldats Alacryens se tenait au garde-à-vous à proximité. Le reste de la rue était entièrement vide.

Jasmine est apparue derrière moi, sa main déjà sur ses lames. Un garde d’âge moyen avec un fort accent Truacien s’est avancé.

“Bienvenue à Xyrus, Général Arthur et”- il a regardé Jasmine d’un air entendu. Lorsque ni l’un ni l’autre ne lui a répondu, a pincé les lèvres et a terminé – “honorable invité.”

J’ai réfléchi un moment avant de répondre. Le fait qu’il savait qui j’étais et qu’il s’était manifestement préparé à mon arrivée, sans pour autant m’attaquer, signifiait que quelqu’un dans la ville voulait avoir une
conversation.

“Je suis Idir de Sang Plainsrunner,” a-t-il poursuivi, et cette fois j’ai perçu le léger tremblement dans sa voix.

“Mes hommes et moi devons vous escorter au Palais de Justice pour rencontrer les chefs de Xyrus. Si vous le
voulez bien.”

Et si je ne le fais pas ? J’ai failli demander, mais je me suis retenu.

“Et qui serait-ce ?” J’ai demandé à la place.

“Les membres de rang des cinq Hauts-sang qui ont des intérêts dans cette ville sont Augustine de Haut-sang Ramseyer, Leith de Haut-sang Rynhorn, Rhys de Haut-sang Arkwright, Walter de Haut-sang Kaenig, et Adaenn de
Haut-sang Umburter.” J’ai dû donner un signe de reconnaissance en entendant les noms Ramseyer et Arkwright, car le soldat a ajouté,

“Des sangs puissants sur les deux continents, comme vous le savez.”

“Et en quoi consistera cette rencontre ?” J’ai demandé.

Le soldat, Idir, a fait une humble révérence.

“Je ne suis qu’un messager. Je sais que vous revenez d’une bataille et que vous êtes fatigué, mais je peux vous assurer qu’aucun Alacryen dans cette ville ne souhaite croiser le fer avec l’homme qui a tué la Faux Cadell Vritra.”

Je ne doutais pas de ses paroles, mais elles ne me mettaient pas vraiment à l’aise. Ce n’était pas parce qu’un soldat ne voulait pas se battre qu’il refuserait quand l’ordre serait donné.

“Bien,” ai-je dit longuement.

“Ouvre la voie, Idir.”

Bien que les rues soient pour la plupart vides, les visages se pressaient contre les fenêtres des nombreux bâtiments que nous avons croisés. Parmi les quelques personnes qui sont restées dans les rues, toutes semblaient appartenir à la classe ouvrière Dicathienne.

Quelques-uns nous ont même interpellés, mais ont été mis en garde par notre escorte. Ce n’est que lorsqu’un homme vêtu d’une tunique incolore et tachée de sueur a crié

“Lance Arthur!” que je suis intervenu.

Une femme corpulente en robe blindée a brandi son bâton vers l’homme, mais je l’ai saisi. Tout le monde s’est figé. Jasmine, déjà tendue, avait dégainé ses dagues en un clin d’œil, mais je lui ai fait signe de se retirer.

“Je ne vous laisserai pas brutaliser des Dicathiens en ma présence,” ai-je dit en m’adressant aux soldats Alacryens, puis j’ai relâché le bâton de la femme.

L’homme avait tout juste dépassé l’âge mûr et avait des cheveux mi-longs qui s’effilochaient sur les tempes.

Il m’a fallu un moment avant de le reconnaître. “Jameson ?” J’ai demandé, certain qu’il s’agissait de l’un des hommes qui travaillaient à l’Hôtel des Ventes Helstea pour Vincent.

Il a hoché la tête avec enthousiasme, en tordant le devant de sa tunique. Il ouvrait sans cesse la bouche pour parler, mais s’arrêtait à chaque fois sous les regards hostiles des Alacryens.

“Je vous suggère de retourner au manoir, Jameson,” ai-je dit fermement, mais gentiment. J’ai également écarquillé légèrement les yeux, une communication non verbale indiquant que je pensais plus que ce que je
disais.

Il m’a jeté un regard vide et surpris, mais n’a pas bougé.

“Jasmine, tu devrais peut-être aller avec lui ?” J’ai fait une pause pour insister, puis j’ai ajouté,

“Pour t’assurer qu’il rentre sain et sauf ?”

“Mais Arthur…”

“S’il te plaît. Assure-toi que tout va bien, puis viens me trouver”, ai-je dit, l’interrompant.

Jasmine a hoché la tête, comprenant clairement.

“Je serai bientôt là.” Puis, elle a attrapé Jameson par le bras, l’entraînant subtilement à l’écart.

L’homme semblait enfin avoir compris, et il s’inclina maladroitement en rétropédalant et en se laissant traîner, avant de se retourner et de suivre rapidement Jasmine en direction du manoir Helstea.

Mal à l’aise à l’idée d’être séparé de Jasmine après avoir dit que je la protégerais, j’ai cherché à établir une connexion avec Regis, mais il avait déjà commencé à bouger.

Comme si mon ombre s’était animée, il a bondi de mon dos, atterrissant lourdement, ses griffes raclant le sol et faisant sursauter les soldats. Nous n’avons pas partagé de pensées manifestes alors qu’il trottait rapidement après eux, puisque nous avions tous deux compris ce qu’il fallait faire.

Jameson a poussé un glapissement de surprise lorsque Regis est tombé à côté de lui, mais Jasmine a rapidement réconforté l’homme.

Après les avoir vu s’éloigner, j’ai levé un regard froid dans la direction d’Idir. Il s’est raclé la gorge, a tourné sur son talon et a repris marche. Bien que j’aurais préféré avoir Jasmine et Regis à mes côtés, j’avais besoin que les Helstea sachent que j’étais en ville.

D’après Jasmine, ils avaient aidé des citoyens ciblés à quitter la ville depuis le début de l’occupation
Alacryenne. Cela signifiait qu’ils avaient des contacts, un réseau, des personnes qui devaient savoir que les choses étaient sur le point de changer.

Ce n’était pas une longue marche entre les portes de téléportation et le Palais de Justice. J’ai été quelque peu surpris de trouver la place pavée devant le bâtiment une cour ornée avec des jardins bien entretenus, des
arbres fruitiers et plusieurs statues de mages célèbres dans l’histoire de Xyrus – entièrement vide. Je m’attendais à une démonstration de force, au moins. Une centaine de groupes de combat auraient bien rempli l’espace, et lui auraient donné un air militariste approprié.

“Nos soldats à l’intérieur de la ville se sont pour la plupart repliés,” dit Idir avec raideur, répondant à ma question non posée.

“Dame Augustine ne voulait pas vous donner une mauvaise impression.”

Nous avons traversé rapidement la cour, mais les soldats se sont arrêtés au pied des marches de marbre.

Devant et au-dessus de nous, les lignes blanches et grises de l’immense édifice qu’était le Palais de Justice semblaient dominer l’horizon de la ville.

Cinq Alacryens impeccablement vêtus marchaient en une ligne majestueuse sous l’arche imposante qui s’ouvrait sur le Palais de Justice, chacun d’entre eux dégageant une autorité et un raffinement de haut niveau
à chaque pas. Une femme étonnamment jeune, à la peau brun roux et aux cheveux noirs bouclés, se tenait à un demi-pas devant les autres. ” Ascendeur Grey. Ou… Arthur Leywin, c’est ça ?” Elle m’a regardé innocemment en battant ses cils épais.

“C’est un plaisir de vous rencontrer. Mon grand-père trouvait que vous étiez un problème intéressant et complexe en tant que professeur. Je suis intéressé de mieux comprendre pourquoi.”

Au fur et à mesure qu’elle parlait, ses mots nets et bien énoncés, la ressemblance familiale devenait claire. “Vous êtes Augustine de Haute- Sang Ramseyer, alors? La soeur de Valen ?”

“Cousine,” dit-elle en haussant légèrement ses fines épaules.

“Bien que nous avons été élevés plutôt comme des frères et sœurs. Je suis diplômée de l’Académie Centrale – un fait que je considère maintenant comme une grande honte, puisque mon séjour là-bas s’est terminé avant que votre court mandat de professeur ne commence. En voyant votre performance à la Victoriade, je suis sûr que votre cours était très intéressant.”

“Vous semblez en savoir un peu plus sur moi, Dame Ramseyer, donc je suis sûr que vous savez aussi pourquoi je suis ici,” ai-je dit, balayant du regard les cinq Hauts-sang.

Elle a levé une main délicate.

“S’il vous plaît, avez-vous l’intention de discuter d’affaires ici sur le perron, comme si nous étions des marchands d’accolades louches ?” Ses sourcils fins se sont levés, et il y avait une étincelle dans ses yeux sombres.

“Retirons-nous dans un endroit plus confortable, afin que nous puissions discuter de votre objectif à Xyrus
comme des personnes civilisées.”

Les quatre autres Hauts-sang ouvraient la voie, tandis qu’Augustine se tenait à l’écart et me faisait signe de les suivre. J’ai pris un moment pour scruter la cour et ce que je pouvais voir du bâtiment du Palais de Justice. L’escadron de gardes dirigé par Idir attendait au pied des larges marches, mais il n’y avait rien d’autre – personne d’autre – à voir.

Alors que je passais devant elle, Augustine s’est approchée et a glissé son bras dans le mien. Elle était plus petite que moi d’une tête, et ses bras minces ressemblaient à de frêles bâtons à côté des miens, mais il y avait une grâce liquide et une confiance inébranlable dans ses mouvements qui ne révélaient aucune peur de moi.

Alors que nous marchions bras dessus, bras dessous dans les grands couloirs, j’ai vu mes pensées dériver vers l’Académie Centrale.

Je n’avais pas eu le temps de penser au chaos que j’avais laissé dans mon sillage. Ces enfants, ceux sur qui j’avais eu le plus d’impact – Valen, Enola, Seth, Mayla…

Ai-je fait plus de mal que de bien, en les amenant à me faire confiance pour ensuite briser cette confiance et disparaître ? Je me suis demandé
.
Qui sait quel genre de propagande Agrona et ses sbires avaient répandu après la Victoriade.

“Les enfants de ma classe,” ai-je commencé, puis j’ai hésité, ne sachant pas exactement ce que je voulais demander – ou si j’avais même le droit de le demander étant donné notre situation.

“Aucun blâme ne leur a été fait, et ils ont eu amplement l’occasion et les ressources nécessaires pour se remettre du choc,” a confirmé Augustine.

“Mon grand-père est peut-être un homme dur, mais il est dévoué à son académie et à ses étudiants.”

Ça, au moins, c’était un soulagement. Je savais qu’Alaric n’aurait pas une telle protection, mais je faisais confiance au vieil ivrogne pour se débrouiller seul.

Réalisant que je laissais la sentimentalité tirer ma concentration vers le bas, j’ai commencé à puiser dans le même puits d’impassibilité qui m’avait aidé à survivre à Alacrya.

Augustine me guida à travers plusieurs courts couloirs avant que nous n’arrivions à un grand salon. Comme le reste du Palais de Justice, le sol était en granit poli, tandis que les murs sculptés étaient en marbre blanc
brillant. Des fenêtres cintrées baignaient le salon de lumière, ce qui ne faisait que le rendre encore plus lumineux.

Des dizaines de chaises et de canapés raffinés étaient soigneusement disposés dans la pièce, entrecoupés
d’une centaine de plantes en pot. Un mur était dominé par un bar massif en marbre, derrière lequel se trouvaient des étagères et des étagères de bouteilles.

Au centre du salon, j’ai remarqué qu’une table avait été déplacée et plusieurs sièges réarrangés pour faire place à une petite table ronde surmontée d’un plateau de Querelle des Souverains.

Deux chaises à haut dossier et à coussin de velours avaient été placées de part et d’autre de la table.

Les quatre Hauts-sang silencieux se sont écartés et Augustine m’a conduit à la table. J’ai tiré une chaise et la lui ai offerte. Elle a bien caché sa surprise, souriant et inclinant la tête en signe de remerciement alors qu’elle prenait place.

Je poussai légèrement la chaise, puis m’assis moi-même.

“Vous êtes familier ?” demanda-t-elle, son index traçant une gâche ornementée.

“J’ai joué,” ai-je répondu en examinant le plateau. Les pièces étaient sculptées de manière exquise, chaque caster, shield et striker étant unique. Ses pièces étaient faites de pierre rouge sang, tandis que les miennes étaient marbrées de gris et de noir.

“Je ne suis pas ici pour jouer, Augustine. Vous le savez bien.”

Son sourire s’est élargi, mais elle était concentrée sur le plateau de jeu et n’a pas croisé mon regard.

“Vous avez fait tombé Blackbend en… quoi ? 20 minutes?” Pendant qu’elle fixait les pièces, ses doigts caressaient le contour de ses lèvres.

“Il est clair que la force des armes est un piètre contrepoids à votre pouvoir, Arthur – puis-je vous appeler Arthur ?” a-t- elle demandé, s’interrompant en me regardant pour confirmer.

J’ai hoché la tête, et elle a continué.

“Mais Xyrus est une bête différente. Des centaines d’Alacryens ont élu domicile dans la ville, et il y a cinq soldats postés ici pour chaque civil.

De nombreux Dicathiens ont déjà prêté serment d’allégeance au Haut Souverain. Prévoyez-vous de passer rue par rue, maison par maison, de défoncer les portes et d’emmener les familles – enfants, serviteurs – sans distinction ?”

Elle a pris un striker et l’a déplacé en ligne jusqu’à mon extrémité du terrain. Un mouvement agressif.
“D’habitude, les soldats se rendent après que j’ai détruit leurs chefs,” dis-je d’un ton égal, en manœuvrant un caster pour contrer son striker.

Elle s’est mordue la lèvre, puis a déplacé un de ses propres casters pour soutenir le striker.

“Quelle bravade, Arthur. Je pensais que vous vouliez discuter. Pensez-vous que je vais traiter avec vous quand vous tenez une lame sur mon cou?”

J’ai haussé les épaules, repositionnant négligemment un shield.

“Je ne suis pas venu pour négocier. Je suis venu pour reprendre la ville. Sans sang, c’est mieux, mais je suis prêt à faire ce qui doit être fait, comme à Blackbend.་་

“Alors quoi ?” Ses doigts tapotaient sur la table en bois dur.

“Vous voulez que nous” – elle a fait un geste vers les autres – “prenions notre peuple et rentrions chez nous ? C’est aussi simple que ça ?”

“A peu près. Et vous pouvez emmener tous ceux qui ont plié le genou devant Agrona avec vous.”

Elle s’est éloignée du jeu pour me scruter attentivement.

“Avant d’aller plus loin, j’ai une confession à faire. S’il vous plaît, gardez la main et écoutez.”

Augustine a partagé un regard avec l’un des autres, qui lui a fait un signe de tête tranchant.

“Tous les soldats Alacryens à notre disposition ont déjà été répartis dans la ville. Leurs ordres sont simples: si un quelconque mal est fait à moi ou à mes compatriotes, ils commenceront à massacrer le
peuple de Xyrus.” Elle a de nouveau levé la main, ses traits s’adoucissant.

“Ne vous méprenez pas, je ne suis pas un monstre. J’ai été placée en charge de l’expansion de notre sang sur votre continent spécifiquement parce que j’étais désireuse de travailler aux côtés du peuple de Dicathen, d’apprendre d’eux et de les guider au service d’Agrona.

“Mais,” a-t-elle poursuivi, et pendant un instant, son calme s’est rompu, et j’ai vu une réelle peur traverser ses traits fins,

“comme vous l’avez dit, je ferai ce qui doit être fait. Parce que, sur l’honneur de mon sang, je ne peux
pas simplement vous donner cette ville.” J’ai baissé les yeux sur le plateau de jeu, ne lui offrant aucune réaction extérieure à ses menaces.

Au lieu de cela, j’ai seulement dit, “Je crois que c’est toujours votre tour, Augustine.”

Se mordant la lèvre, elle a glissé le striker dans l’espace nouvellement formé dans ma ligne.

“Je sais que vous n’avez aucune crainte pour vous-même,” a poursuivi Augustine, plus forte et plus confiante,

“mais vous n’êtes pas insensible à la vie des autres. Même à Alacrya, entouré en permanence d’ennemis, vous avez pris soin de vous assurer que les étudiants qui vous étaient confiés étaient bien traités, des étudiants comme Seth de Haut-Sang Milview et Mayla de Sang Fairweather en particulier.”

“Rendez-vous et les habitants de cette ville seront épargnés,” ajouta l’un des autres Hauts-Sang, son baryton mielleux suintant positivement l’arrogance pompeuse.

Feignant un bâillement étouffé, je retirai mon caster avant afin de bloquer son striker sur ma sentry.

“J’ai l’impression que vous ne donnez pas toute votre attention au jeu.”

Sa mâchoire s’est contractée et elle a jeté un regard incertain aux autres Hauts-sang. Walter de Haut-sang Kaenig a hoché la tête, et elle a légèrement reculé de la table.

Plusieurs choses se sont produites au même instant : l’air de toute la pièce a violemment ondulé, et le salon était soudainement rempli de chevaliers armés et en armure; plusieurs boucliers superposés de mana translucide sont apparus entre Augustine et moi ; et, quelque part au loin, des cornes se sont mises à souffler.

J’ai entendu le sifflement d’une arme de poing qui se balançait, j’ai tendu le bras et attrapé le manche, puis j’ai tordu mon poignet pour que le bois se brise.

Mon agresseur portait le symbole de la maison Wykes sur son plastron.

J’ai reconnu les symboles de plusieurs maisons nobles parmi la foule de soldats: Wykes, Clarell, Ravenpoor, Dreyl, et, plus surprenant encore, Flamesworth.

Augustine avait alors mis sa chaise de côté et s’était retirée dans la foule des soldats Dicathiens. Les autres Hauts-sang s’empressaient de quitter la pièce comme des rongeurs fuyant une grange en feu.

Je suis resté à ma place. Personne d’autre n’a attaqué immédiatement, alors je suis retourné consulter le plateau de jeu. en armure

“Ces hommes, ces Dicathiens de naissance, sont prêts à se battre pour vous empêcher de ramener les choses à leur état antérieur !” Augustine cria par- dessus le bruit soudain d’une centaine d’hommes s’entrechoquant les uns contre les autres. “Cela ne vous donne-t-il pas à réfléchir ? Ou êtes-vous si déterminé que vous êtes prêt à tuer même votre propre peuple pour vous assurer que le monde est comme vous pensez qu’il devrait être.”

Il y avait une sauvagerie dans les yeux sombres de la jeune femme qui me rappelait une panthère de l’ombre acculée.

J’ai pris une seconde pour regarder d’un visage à l’autre, voyant en eux une certitude stoïque que je trouvais surprenante. Le simple fait de me voir évoquait une terreur abjecte chez les hommes d’Alacrya, mais ces chevaliers des maisons nobles de Xyrus semblaient si sûrs d’eux.

Comme les petits hommes sculptés sur le plateau, ils faisaient simplement ce qu’on leur disait, sans se soucier des ramifications de leurs actions ou de leurs propres vies.

“Vous pensez m’avoir déjoué,” ai-je dit en appuyant mon index sur la tête de la pièce d’un striker qui se trouvait maintenant derrière la ligne de mes shields, dangereusement près de ma sentry.

“Vous avez isolé une faiblesse et l’avez exploitée. Vous ne m’avez laissé aucune autre action à entreprendre.” Reprenant ma sentry, je l’ai déplacée à côté du striker adverse.

“Mais je ne déclare pas forfait, Augustine.”

J’ai laissé mon regard se poser lourdement sur les personnes les plus proches de moi.
“Alors, frappe-moi.”

Pas même un souffle n’a interrompu le silence qui a suivi.

Puis l’ordre a fendu le silence, résonnant sur les murs de marbre.

“Attaquez !” Un chevalier Dreyl s’est jeté en avant et a enfoncé son épée dans mon flanc.

Un pic de glace a volé vers moi de derrière Augustine, lancé par un homme aux couleurs de Clarell. Puis une autre attaque vint, et une autre, et bientôt je fus au centre d’un barrage de coups, certains magiques, d’autres d’épée, de hache ou de lance.

Mais ils s’écrasaient contre l’armure relique, qui se déployait sur ma chair en un instant. Je suis resté debout, absorbant le gros de l’assaut sans riposter.

Cinq secondes ont passé, puis dix. Au bout de vingt secondes, il y eut une accalmie dans l’assaut, les chevaliers commençant à prendre conscience de la réalité de la situation.

Dans ce moment d’hésitation, je me suis jeté sur eux comme une panthère argentée parmi les écureuils rapaces.

Arrachant l’épée des mains du chevalier Dreyl, je l’enfonçai dans la poitrine d’un autre homme, le pris à la gorge et le projetai dans la lance d’un chevalier Flamesworth. En activant Realmheart avec un scintillement
d’éther, j’ai dévié une boule de métal en fusion, l’envoyant dans le visage d’un soldat Clarell en même temps que j’ai conjuré une lame d’éther et l’ai fait tournoyer dans un large arc, coupant plusieurs autres hommes.

Pendant que les chevaliers chargeaient, Augustine battait en retraite, glissant à travers le mur de Dicathiens jusqu’à la porte du salon. Elle n’a pas fui plus loin, n’a pas couru pour sauver sa vie ou tenté de disparaître dans les rues à l’extérieur.

Au lieu de cela, elle est restée debout et a regardé.

Envoûtée ou pétrifiée, je ne saurais dire. Dirigeant l’éther dans mon poing pour former une explosion concentrée, je me suis tourné vers un groupe de conjureurs portant les armoiries de la Maison Wykes.

“S’il vous plaît, Général Arthur,” m’a supplié l’un d’eux,

“J’ai servi avec vous…”

Le plaidoyer s’est éteint, avalé par le rugissement du feu de forge de l’éther qui mettait en pièces les conjureurs.

Avec l’efficacité d’un bûcheron fendant le bois de la journée, j’ai tranché les soldats restants. Des dizaines et des dizaines d’entre eux tombèrent en tas sanglants et brisés sur le sol de granit, leur sang s’accumulant jusqu’à ce que le gris disparaisse sous un tapis rouge humide.

Le combat a duré à peine une minute avant que le dernier d’entre eux ne tombe.

J’ai essuyé le sang de mon visage et me suis tourné vers Augustine. A son avantage, elle n’a pas couru.

Lorsque j’ai avancé dans sa direction, elle m’a regardé approcher comme quelqu’un qui a accepté la mort.

La pièce était à nouveau silencieuse. Et maintenant qu’elle l’était, je pouvais entendre les sons des cris et des sorts au loin.

“Ordonnez à vos soldats de se retirer,” ai-je dit, d’une voix vide et apathique.

“Plus aucun Dicathien ne doit être blessé. Tous les Alacryens doivent se rassembler et se préparer à déménager. Si ce n’est pas fait maintenant, je n’épargnerai personne.”

Ses yeux sombres n’étaient pas focalisés, regardant à travers moi au milieu de la distance où les cadavres des chevaliers Dicathiens jonchaient le sol.

“Dame Ramseyer,” j’ai claqué des doigts, et elle a sursauté et trébuché en arrière, l’horreur apparaissant sur son visage.

Elle a commencé à reculer maladroitement en arrière, son regard incrédule fixé sur moi. Derrière elle, j’ai vu les robes virevoltantes des autres Hauts- sang disparaître dans un coin.

“Ne me provoquez pas davantage.”

En hochant la tête frénétiquement, elle a commencé à courir. Puis je me suis retrouvé seul.

Mes yeux se sont fermés, les paupières soudainement lourdes. J’étais fatigué. Tellement fatigué. Ce n’était pas la faiblesse du corps ou du noyau qui me pesait, mais une fatigue de l’esprit.

J’ai relâché ma connexion avec l’armure relique, et les écailles noires qui m’enveloppaient sont tombées dans le néant. En forçant mes yeux à s’ouvrir, j’ai vu le carnage que j’avais fait.

L’acier brillant était assombri par les taches rouge-brun du sang qui s’oxydait rapidement. Les appendices coupés étaient comme des îles horribles dans la mer écarlate. Les emblèmes colorés des maisons nobles
de Xyrus étaient indiscernables sous les taches.

Tant des nôtres étaient prêts à accueillir Agrona avant même que la guerre ne commence à se retourner contre nous, je n’aurais pas dû m’étonner qu’avec Alacrya fermement aux commandes, certains se soient entièrement
voués à son service.

La peur seule aurait conduit beaucoup de gens à cette fin, et la cupidité beaucoup plus.

Pourtant. En regardant les cadavres, je savais que ces morts étaient un poids que je devrais porter.

Je n’étais pas sûr du temps que j’avais passé là en silence, sourd à tout sauf à ma propre agitation intérieure, quand le bruit de pas précipités m’a tiré de mes propres émotions.

Jasmine est entrée dans la pièce, a marché dans du sang, et s’est arrêtée net. Ses yeux se sont écarquillés, puis se sont fixés sur moi. Elle a dû voir quelque chose dans mon apparence qui a révélé ce que je ressentais, parce que son extérieur normalement dur s’est adouci.

J’ai réalisé que Regis n’était pas avec elle et je l’ai contacté. Je pouvais le sentir dehors, aidant à briser le combat.

“Tu vas bien ?” Jasmine a demandé après un moment.

“Je…” Quand ma voix est sortie brute, j’ai retenu mes mots, hésitant à paraître faible devant elle. Idiot, me suis-je réprimandé, me rappelant pourquoi je lui avais demandé de venir avec moi en premier lieu.

“J’ai travaillé si dur pour éviter que cette guerre ne devienne un massacre,” ai- je poursuivi après un moment, “mais ces hommes…”.

Je me suis de nouveau interrompu, balayant la pièce de la main dans un geste futile.

“Je ne leur ai pas donné une chance,” ai-je finalement terminé.

Jasmine a poussé un corps avec son pied pour que le plastron soit orienté vers le haut. Il restait très peu de traits d’identification du chevalier, dont le visage avait été taillé à la hache, mais on pouvait lire clairement sur son plastron le symbole de la maison Flamesworth : une rose stylisée, dont les pétales étaient formés de flammes légèrement recourbées. Son visage est resté sans expression.

“Ils ont eu leur chance,” a-t-elle dit sans ambages. “Beaucoup d’entre eux. Et ils ont fait leur choix à chaque fois.”

Elle s’est faufilée entre les corps, chaque pas laissant derrière elle une tache vide de granit dans le sang. “Je n’avais pas réalisé que mon père avait été libéré de sa cellule sous le Mur.”

Trodius Flamesworth avait chassé sa propre fille pour avoir favorisé le mana de vent à celui du feu. Il avait prévu de se séquestrer, lui et ses amis nobles, dans le Mur pour se sauver de la guerre. Et il avait trahi la confiance de ses propres soldats lorsqu’il avait refusé d’abattre le Mur sur l’armée de bêtes de mana mutantes que les Alacryens avaient conjurées depuis la Clairière des Bêtes, un acte qui avait directement entraîné la mort de mon propre père.

Mais il n’était pas un cas isolé de méchanceté au sein d’une institution par ailleurs altruiste. Non, chaque leader de chacune de ces maisons nobles avait fait des choses tout aussi égoïstes, cruelles et traîtresses, j’en étais certain.

“Durden se sent toujours responsable de la mort de ton père, tu sais,” a dit Jasmine, apparemment sans crier gare.

Je me suis senti affaissé, et je me suis adossé au bar, poussant le cadavre d’un chevalier de la surface polie afin de faire de la place.

“Ce n’était pas sa faute. Cette bataille… même les mages les plus forts auraient pu être la proie de ces bêtes.”

“Tu as raison, ce n’était pas sa faute,” dit fermement Jasmine, faisant toujours les cent pas dans le massacre.

“C’était celle de Trodius. Il a été négligent avec la vie des hommes qui lui faisaient confiance.” Elle s’arrêta et désigna un torse qui avait été découpé de sa moitié inférieure.

“Le Seigneur Dreyl a été négligent avec la vie de cet homme. “Elle a poussé d’un pied un mage en robes de combat trempés de sang. “Et le Seigneur Ravenpoor avec celle de cet homme.” Elle s’est arrêtée, ses pieds de chaque côté d’une tête coupée. “Et Trodius a envoyé cette femme à la mort également.”

Nos yeux se sont rencontrés. Il y avait du feu derrière le rouge de ses iris.

“Ne te punis pas pour les actes des autres, Arthur.”

J’ai dû m’éclaircir la gorge avant de parler.

“Cette guerre ne sera pas terminée lorsque le dernier Alacryen quittera ces rivages. Nous avons trop
d’ennemis qui sont nés ici et se disent Dicathiens.”

Jasmine a hoché la tête, se dirigeant vers moi. Elle a traversé le bar et a pris une bouteille, faisant tourbillonner le liquide doré à l’intérieur. Il y avait quelque chose de distant et d’hanté dans son visage, puis elle a jeté la bouteille.

“Même les continents doivent affronter leurs démons, je suppose.”

D’autres bruits de pas ont annoncé l’arrivée de plusieurs personnes. La main de Jasmine s’est portée sur ses dagues, mais je pouvais sentir grâce à ma connexion avec Régis que les combats étaient terminés. Augustine et
ses cohortes avaient retiré leurs troupes, comme je l’avais ordonné. J’ai appuyé mes paumes sur mes yeux, jusqu’à ce que des parasites blancs traversent ma vision.

Puis, en reprenant mon souffle, je me suis dirigé rapidement vers la porte, ne voulant plus avoir de conversations dans ce salon devenu abattoir.

Même si j’espérais quelques retrouvailles, j’ai été surpris par les silhouettes qui s’approchaient et qui se sont toutes arrêtées en me voyant. Vincent Helstea avait l’air étrange dans son armure de cuir et son casque.

Il avait vieilli depuis la dernière fois que je l’avais vu, et avait pris un peu de poids au niveau de la taille, et il y avait une lassitude hagarde derrière ses yeux autrefois enjoués.

A côté de lui, sa fille, Lilia, était une femme adulte, féroce et belle même couverte de sang. Elle était pâle, et des larmes s’accrochaient aux coins de ses yeux alors qu’elle me fixait en état de choc.

Et derrière eux se trouvait Vanesy Glory, épargnée par les batailles à l’extérieur.

Tandis que Vincent me regardait avec une sorte d’amusement délirant, comme s’il ne savait pas trop si tout cela était un rêve ou non, Lilia mijotait avec une intensité furieuse, ses yeux se déplaçaient rapidement sur les lignes de mon visage, sauf quand ils rencontraient les miens et s’y accrochaient.

Derrière elles, Vanesy Glory s’était arrêtée et se tenait au garde-à-vous, une main derrière le dos, l’autre sur sa lame, la pointe en bas, posée sur le granit. Ses yeux brillants brillaient, et ses lèvres étaient serrées si fort qu’elles étaient devenues blanches.

“Art, mon garçon, c’est vraiment toi ?” a demandé Vincent depuis le seuil de la porte.

J’ai essayé de lui adresser un sourire chaleureux, mais mon visage était plus mélancolique.

“Surprise.”

Lilia a laissé échapper un souffle plaintif, son corps s’est tendu comme une corde d’arc tirée, et elle a bondi en avant et a enroulé ses bras autour de moi.

“Arthur… Je ne peux pas croire que tu sois vivant !”

J’ai accepté l’étreinte avec gratitude. Elle a pressé son visage contre ma poitrine, son corps tremblant de sanglots réprimés.

“Qu’en est-il d’Ellie ? Alice ? Il n’y a pas eu de nouvelles depuis si longtemps…”

“Bien,” ai-je dit pour la consoler, ma main ensanglantée caressant doucement ses cheveux.

“Elles vont bien toutes les deux, Lilia.”

Elle s’est libérée et a essuyé ses yeux, grimaçant d’embarras.

“Tant pis pour le stoïcisme du chef de la rébellion,” dit-elle ironiquement.

“Mais je suppose que c’est plus le truc de la Commandante Glory, de toute façon.”

“N’aie jamais honte de tes émotions, ma chère,” dit Vincent, glissant automatiquement vers un ton paternel.

“Tu ne peux pas contrôler ce que tu ressens, et ceux qui t’aiment et te respectent ne te jugeront pas pour t’être exprimé.”

En souriant, je me suis glissé derrière Vincent et j’ai tendu la main à Vanesy. Elle a relâché la position rigide qu’elle avait adoptée et a pris ma main fermement. La première fois que j’ai rencontré Vanesy Glory en tant que professeur à l’Académie de Xyrus, il y avait une exubérance juvénile dans toutes ses actions.

Juste après le début de la guerre, je l’ai trouvée ferme et sérieuse dans son rôle, avec une grande partie de cet air léger atténué, mais dans l’ensemble inchangé.

Maintenant, elle avait été tempérée par des années de conflit. Contrairement à Vincent, la guerre ne l’avait pas vieillie physiquement; la même Vanesy se tenait toujours devant moi, avec ses cheveux bruns tirés
en arrière et attachés, comme d’habitude. Mais le sourire facile avait disparu, tout comme le plissement amusé qui plissait habituellement le coin de ses yeux.

“Je suis désolé qu’il n’y ait pas plus de temps pour des retrouvailles en bonne et due forme,” ai-je dit,

“mais la situation ici repose sur le fil du rasoir. Je dois faire sortir ces Alacryens de Xyrus aussi vite que possible.”

Elle m’a serré la main, puis m’a lâché et a fait un pas en arrière.

“Bien sûr, Arthur.” Elle a hésité. “Je… tout le monde pensait que tu étais mort.” Elle a regardé le sol, sa mâchoire s’est contractée.

“Eh bien, je ne le suis pas,” ai-je dit légèrement.

“Je te promets que je vous dirai tout, mais pour l’instant, nous avons besoin d’yeux dans toute la ville.
Peux-tu envoyer des patrouilles ? Nous avons besoin d’une présence dans la rue pour nous assurer que les soldats Alacryens ne font pas une erreur de jugement.”

Vanesy fronçait les sourcils, et ça n’a fait que s’accentuer quand j’ai parlé.

“Je ne comprends pas. Pourquoi leur permet-on de juste…”

Je n’ai pas pu empêcher le profond soupir qui s’est échappé de mes lèvres. Elle s’est arrêtée de parler, et sa mâchoire s’est mise à aller et venir avec agitation.

C’est quelque chose dont je dois me souvenir, ai-je pensé. Alors que j’étais sur l’autre continent à apprendre à voir les Alacryens comme des personnes, ceux d’ici à Dicathen n’ont été témoins que de leurs actions les plus monstrueuses. Je ne peux pas reprocher à mes alliés de ne pas être désireux de simplement saluer la marche vers la liberté de leurs oppresseurs.

“Je sais que beaucoup de ces Alacryens ont commis des crimes qui méritent d’être punis. La guerre est la guerre, et c’est déjà assez difficile à pardonner. Je ne prétends pas savoir tout ce qu’ils ont fait à toi et aux autres depuis la fin de la guerre. Mais s’il te plaît, ce n’est pas le moment d’exercer la rage qui est en toi.”

J’ai soutenu son regard pendant un long moment. Ses gants grinçaient contre la poignée de son épée. Puis elle s’est penchée à la taille et m’a fait une petite révérence.

“Bien sûr. Général.”


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser