the beginning after the end Chapitre 04

LES TROIS LANCES

MICA EARTHBORN

“Mica est fatiguée de la Clairière de la Bête”, ai-je dit, sachant que mes plaintes allaient irriter la Lance elfe. “Mica s’ennuie. E-N-N-U-Y-É, ennuyé.”

Aya, qui méditait et raffinait son noyau, n’a pas répondu.

“Mica et ses sœurs ne seraient pas ici sans cet affreux garçon”, grommelai-je, en imaginant l’Alacryen aux cheveux noirs dont l’arrivée avait scellé notre destin à Etistin, “avec son feu noir et son métal noir…”

Aya a tressailli lorsque j’ai fait référence à elle et Varay comme mes sœurs, mais n’a pas répondu autrement.

“Mica pensait justement à la fois où Varay a lancé un glacier entier sur la Faux. Tu te souviens comment il s’est envolé de la baie comme s’il avait été lancé d’une catapulte géante ?” J’ai pris l’une des poupées de pierre que j’avais fabriquées dans ma couchette et j’ai mimé l’impact du glacier sur elle, brisant la poupée en deux avec mon poing. “Mica pensait que ça pourrait marcher, mais les flammes noires maudites ont dévoré le glacier comme…”

“Comme le feu à travers la glace ?” Aya a demandé, ses yeux toujours fermés.

J’ai fusionné les deux moitiés de la poupée. C’était une petite chose laide et en colère, modelée d’après un de mes professeurs à l’Institut Earthborn. Du moins, c’est ce que j’avais essayé de modeler. Elle ressemblait plus à une pomme de terre barbu et renfrogné.

J’ai jeté la poupée sur ma couchette où elle s’est cognée contre les autres, puis j’ai enflammé mon noyau et inversé la gravité sur moi, me faisant flotter lentement dans l’air et planer à quelques mètres du sol.

“Vous, les elfes, vous avez toujours une telle facilité à manier les mots. Mica pense que c’est peut-être la raison pour laquelle vous avez été si en retard pour arriver à Etistin. Vous écrivez des poèmes, peut-être ?”

Aya a ouvert un œil pour me fixer, puis l’a refermé en bougeant son derrière et en retournant à sa méditation. Je me suis approché un peu plus près, de sorte que le bord de ma bulle de gravité fasse flotter ses cheveux autour de sa tête.

“Mica et Varay avaient la Faux à cornes de scie dans les cordes jusqu’à ce que le garçon sans coeur arrive. Si Lance Aya avait été un peu plus rapide pour atteindre Etistin, peut-être…”

Les yeux normalement doux d’Aya étaient froids comme la glace quand ils se sont ouverts pour me fixer. “Si je n’étais pas arrivé pour t’aider à t’échapper d’Etistin, tu serais morte, naine stupide”.

J’ai levé un sourcil – ou peut-être l’ai-je baissé, puisque j’avais pivoté jusqu’à ce que je flotte à l’envers – et j’ai donné à Aya un sourire satisfait. “Tu vois ? Mica a dit que vous, les elfes, aviez un tel don pour les mots.” Le sourire volontairement irritant a glissé de mon visage alors que je pensais à autre chose. “Difficile de croire que Lance Arthur a combattu la faux et le garçon ténébreux en même temps.”

“Supposément”, a répondu Aya, les yeux à nouveau fermés. “En plus, il avait un dragon à ses côtés. Peut-être que si Arthur et Sylvie étaient restés à Etistin comme ils étaient censés le faire, alors les choses auraient pu se terminer différemment. Déjà, il ne serait peut-être pas mort en se battant tout seul.”

J’ai observé Aya attentivement. Malgré sa méditation, les lignes de son visage fin étaient tendues, ses lèvres étaient si serrées qu’elles étaient blanches sur les bords. La moue séduisante que la Lance elfe utilisait pour détourner l’attention du monde de sa force avait disparu, remplacée par un froncement constant des sourcils. La trahison du roi Eralith et la disparition de Tessia et Virion ont été difficiles pour elle.

Mais qui saurait mieux que moi ce qu’elle a traversé ?

Tendant lentement la main, j’ai touché le nez d’Aya du bout du doigt, ce qui a fait s’ouvrir les yeux de l’elfe. Elle tenta de se déplier de sa position assise croisée et de reculer simultanément, ce qui la fit tomber en arrière avec un grognement.

“Mais qu’est-ce que tu fais ?” Les yeux d’Aya étaient écarquillés, sa bouche s’est relâchée sous le choc.

Secouant la tête en signe d’exaspération, j’ai dit : “Mica est surprise qu’une elfe aussi jolie que Lance Aya soit si peu habituée au contact physique d’une autre personne. Aya a sûrement eu sa part de…”

“Oh la ferme”, a dit Aya. “Ne sois pas vulgaire, Mica. Tu ne peux pas me laisser tranquille pour que je puisse méditer ?”

J’ai juste haussé les épaules. “Mica s’ennuie.”

Aya devint tonitruante alors qu’une accumulation de mana de colère vacillait sur sa peau pâle, mais l’extrémité la plus éloignée de notre petite grotte commença à grincer et à trembler, envoyant des gouttes de terre meuble depuis le haut et nous distrayant tous les deux.

Nous nous sommes retournés pour voir le mur de terre et de roche se séparer et se soulever, révélant Varay sur fond de verts vibrants. La Lance humaine n’a même pas attendu que la porte se soulève complètement avant de se glisser sous elle pour qu’elle se referme.

Lorsqu’elle était fermée, la porte était invisible de l’extérieur, et elle ne s’ouvrait qu’en présence d’une Lance, une précaution sur laquelle Varay avait insisté. Cela me semblait exagéré, étant donné que nous nous trouvions au cœur de la Clairière des Bêtes, entourés de vastes étendues de forêts inexplorées peuplées de bêtes de mana de classe S et SS.

Aya et moi sommes restées silencieuses en attendant que Varay nous fasse un rapport sur son excursion de reconnaissance, mais la Lance humaine ne s’est pas adressée à nous immédiatement. Elle a traversé notre petite cachette et s’est rincé les mains et le visage dans l’étroite source qui coulait le long du mur du fond.

La grotte était aussi ma création. Trois couchettes moulées dans la terre meuble bordaient un mur, tandis qu’une table en pierre couverte d’une carte grossière de Dicathen occupait le milieu de la pièce. Un comptoir avec une sorte de four naturel et une dalle de pierre pour la préparation des repas sortait du mur du fond.

J’avais creusé une source naturelle dans le mur du fond, lui permettant de couler librement dans un bassin peu profond pour recueillir l’eau potable et prendre une douche occasionnelle, très froide. Varay ne semblait pas s’en plaindre, en tant que mage d’attributs glace, et Aya ne s’en plaignait pas non plus, mais j’étais une dame naine raffinée et les bains minéraux chauds de Darv me manquaient.

Tout au long des jours fastidieux qui ont suivi la chute de Dicathen, la construction et le perfectionnement de notre petit refuge dans la Clairière des Bêtes étaient devenus mon hobby. Quand ce n’était pas mon tour de faire du repérage, je passais mon temps à jouer avec les formes de nos lits, le type de pierre pour nos tables, et la conception du four. J’ai soigneusement moulé des étagères dans les murs, aplani les sols, et même fait pousser de mignonnes petites colonnes et arches qui montaient le long des murs et traversaient le plafond.

Quand le remodelage est devenu ennuyeux, je me suis tournée vers le moulage et le façonnage d’autres choses. J’ai commencé par un buste d’Aya, mais il a fini par ressembler à mon cousin Hornfels si on lui rasait la barbe. L’art n’était pas vraiment mon truc.

Après cela, j’ai essayé de créer des formes plus simples sous la forme de petites poupées, qui étaient maintenant éparpillées sur ma couchette. La chose la plus proche d’une poupée que j’avais eue dans mon enfance était un mannequin de cible pour mes sorts, et je n’avais jamais vu l’intérêt de créer des golems ou des simulacres en combat, comme l’avait fait mon ancien partenaire Olfred, mais il y avait quelque chose de méditatif à les modeler et les façonner.

Elles semblaient également ennuyer Aya, alors j’avais fabriqué des dizaines de poupées de plus en plus étranges ou effrayantes, et je les laissais régulièrement autour de la grotte pour qu’elle les trouve.

Pendant que nous attendions Varay, j’ai relâché mon sort de gravité et j’en ai ramassé une. En faisant un sourire d’excuse à Aya, j’ai tendu la poupée vers elle. “Mica est désolé d’interrompre ta méditation. S’il te plaît accepte cette offre de paix.”

La Lance elfe a baissé les yeux sur la poupée. C’était une poupée particulièrement laide, avec une tête bulbeuse et difforme, un œil manquant dans une fissure qui partait du sommet de sa tête et traversait son visage, et un corps dodu et bosselé. Je me suis rendu compte que elle aussi ressemblait un peu à une pomme de terre en colère.

Aya a posé le bout de son doigt sur le sommet de la tête et a fait apparaître un son inaudible et vibrant dans la fissure, ce qui a fait que la poupée s’est brisée en deux avec un grand bruit.

Varay s’est retourné vers nous et je lui ai lancé un regard scandalisé. “Varay, Aya a cassé ma poupée !”

La Lance humaine s’est frotté les yeux et a fait un effort visible pour m’ignorer avant de se lancer dans son débriefing. “J’ai de bonnes nouvelles. Le Mur est toujours debout et est tenu par des soldats dicathiens, pour le moment. Je pense que son manque de valeur stratégique a peu incité les Alacryens à le prendre. De plus, ils semblent avoir abandonné leurs activités dans la Clairière des Bêtes, ce qui est de bon augure pour nous.”

“Et ?” J’ai demandé, impatiente d’avoir des nouvelles concrètes.

Un des sourcils fins de Varay s’est levé alors qu’elle me regardait. “Et j’ai trouvé une cible sur laquelle tu peux déverser tes frustrations, Mica.”

En frappant les mains de la poupée brisée ensemble dans un high five, je me suis effondrée sur mon lit comme un enfant qui attend une histoire pour s’endormir.

“Il y a un puissant Alacryen, peut-être un serviteur, qui se déplace de ville en ville en agissant comme un porte-parole des Vritra, annonçant la victoire des Alacryens et l’exécution de notre Conseil, et informant les gens qu’ils sont maintenant des sujets du Haut Souverain, Agrona. Leurs forces sont encore disséminées dans tout Dicathen, et elles n’ont pas encore atteint la plupart des petites colonies rurales. Le nom de cette personne est Lyra Dreide, et j’ai suivi ses mouvements. Je pense que son prochain arrêt sera un village commercial de taille moyenne entre Xyrus et Blackbend, nommé Greengate.

“Ma suggestion est que nous allions à Greengate et capturions cette Lyra Dreide. Nous pouvons l’interroger pour en apprendre davantage sur ce que font les Alacryens et sur la meilleure façon de les perturber.”

“Oui”, ai-je répondu immédiatement. À part une poignée de petites escarmouches, nous avions évité de nous exposer depuis la défaite à Etistin. J’étais fatigué de bouder dans la Clairière des Bêtes, et plus que prêt à montrer aux Alacryens que cette guerre n’était pas terminée.

Aya, d’un autre côté, secouait la tête. “C’est un piège, n’est-ce pas ? Sinon, pourquoi cette personne rendrait-elle ses mouvements si évidents ? Avec leurs artefacts de téléportation personnels, les Alacryens pourraient simplement se téléporter de ville en ville au hasard pour éviter une embuscade.”

“Ils pensent avoir gagné”, ai-je dit rapidement, ne voulant pas que la Lance elfique fasse changer d’avis Varay. “Ils pensent que Dicathen est vaincu, qu’il n’y a plus personne pour les défier. Mica se demande pourquoi ils se donneraient la peine de cacher leurs mouvements s’il n’y a plus aucune menace pour eux.”

Aya m’a ignoré, rencontrant le regard de Varay alors qu’elle continuait. “Les Alacryens vous semblent-ils téméraires ? Ils ont eu trois coups d’avance sur nous à chaque fois. Ils ont planifié et combattu plus que nous, c’est pourquoi ils ont gagné.”

J’ai ouvert la bouche pour répondre, mais Varay a levé une main pour m’arrêter, puis a fait signe à Aya de continuer.

“Nous ne pouvons pas nous jeter sur la première occasion de bataille que nous voyons. S’ils savent que nous sommes toujours là, pourquoi n’essaieraient-ils pas de nous attirer à découvert ? S’ils ont prévu que nous pourrions essayer d’interférer avec le gouvernement naissant qu’ils installent, alors faire miroiter cette femme devant nous comme un appât est parfaitement logique.”

Varay, qui était devenu notre chef de facto depuis la chute du Conseil, avait écouté pensivement et attentivement la Lance elfique, puis s’était tu pendant plusieurs secondes frustrantes.

“Je suis d’accord avec toi, Aya” – la Lance elfe me lança un sourire victorieux “mais il y aura un danger dans toute action, et l’inaction n’est plus quelque chose dont je suis capable.”

Les yeux d’Aya se sont reportés sur Varay et son visage s’est effondré. J’ai souri en regardant le côté de sa tête.

“Bien que cela puisse être un piège, c’est aussi notre première opportunité de frapper une cible alacryenne de grande valeur. Si nous avons jamais été dignes du titre de Lance, nous ne pouvons plus nous cacher ici dans la Clairière des Bêtes. Il est temps d’agir.”

Les yeux aiguisés de Varay sont passés d’Aya à moi. J’ai hoché la tête. Aya a fait de même un moment plus tard.

“Bien. Il n’y a pas de temps à perdre alors. Je pense que nous devrions nous rendre à Greengate immédiatement et établir une base d’opérations.”


Commentaire

4.5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser