the beginning after the end Chapitre 03

MAIS POUR QUOI FAIRE ?

JASMINE FLAMESWORTH

Je me suis avancé sur le banc en bois et j’ai appuyé mes épaules et ma tête contre le côté de la tente, luttant pour trouver une position plus confortable pendant que j’attendais le capitaine supérieur. La toile était fraîche, et le doux bruit de la pluie froide sur la tente me donnait envie de fermer les yeux.

Mais dès que je l’ai fait, des souvenirs désagréables ont fait surface dans mon esprit.

Nous étions encore sur la route lorsque la nouvelle de la chute de Dicathen nous est parvenue, par le biais d’une force de soldats alacryens qui avaient bloqué la route d’Etistin. Les Twin Horns et deux autres groupes d’aventuriers s’étaient engagés à garder les wagons d’armes et de marchandises allant du Mur à Etistin. Une partie du matériel est probablement arrivée à destination, mais pas entre nos mains.

Un rustre mage alacryen nous avait informés que la guerre était terminée, que les membres du Conseil avaient été exécutés et que tous ceux qui déposeraient les armes et retourneraient chez eux seraient autorisés à le faire. C’est Helen qui nous a convaincu de faire ce qu’ils ont dit.

Je pouvais sentir mes sourcils se creuser en pensant à ce moment.

Durden était prêt à se battre, son tempérament normalement calme s’étant envolé après la mort de Reynolds. Angela avait eu peur, mais elle aurait suivi Helen n’importe où. Helen, cependant… notre chef était toujours la voix de la sagesse. Elle nous a sortis du gouffre quand Adam est mort, et encore quand Reynolds est tombé au Mur, et elle a sauvé toutes nos vies sur la route d’Etistin. Mais pour quoi faire bordel ? me suis-je demandé pour la douzième fois.

Lorsque l’elfe Albold était arrivé au Mur en pleine nuit, à la recherche de guerriers prêts à se battre contre les Alacryens, les autres avaient été plus qu’heureux de l’accompagner.

Mais je ne pouvais pas.

Il y a eu un léger bruit alors que le volet de la tente était poussé de côté. Une jeune femme sévère a passé la tête et a dit, “Le capitaine supérieur va vous recevoir maintenant.”

Je me suis relevé et j’ai ajusté mon armure avant de sortir sous la pluie.

Le garde m’a conduit vers la grande tente où le capitaine supérieur rencontrait les autres commandants du Mur. Un nain mince et chauve était sur le point de partir. Il me lança un sourire triste sous sa barbe rêche en passant devant moi. Jerimiah Poor, l’aumônier du Mur. Il souriait souvent, mais c’était toujours une expression lasse. J’imaginais qu’être chargé de distribuer de l’argent aux nécessiteux était un travail plutôt ingrat lorsque tout le monde autour de vous avait besoin de quelque chose et que vous n’aviez presque rien à donner.

La pluie, bien que douce, était d’un froid mordant, et elle me détourna rapidement du nain. Au moins, ils m’ont laissé attendre dans une tente, même si le banc était plus dur que la tête de Durden. Un mince sourire sans humour s’est glissé sur mes lèvres à cette pensée. Je devrais lui dire ça, si jamais je revoyais le grand conjureur.

La garde m’a regardé d’un air sceptique en écartant le rabat de la tente. “Jasmine Flamesworth veut voir le capitaine supérieur, monsieur”, a-t-elle dit.

J’ai levé les sourcils vers elle et j’ai souri ironiquement, plutôt un rictus, en fait. Son regard s’est concentré juste au-dessus de mon épaule pendant qu’elle attendait que j’entre, et elle a laissé le volet tomber derrière moi après que je l’ai fait, coupant la lumière grise brumeuse et forçant mes yeux à s’ajuster.

La grande table ronde dominait toujours l’espace. En fait, la tente était presque identique à celle que mon père avait occupée, bien que la carte sur la table ait disparu, tout comme les piles de papier bien rangées. Le capitaine supérieur Albanth était assis derrière le vieux bureau orné de mon père. C’était une chose encombrante et peu maniable à avoir dans une tente, mais c’était Trodius Flamesworth…

Le capitaine supérieur regardait fixement un parchemin. Il gémit et secoua la tête en faisant rouler le parchemin, ses yeux se tournèrent vers moi.

Je suis resté debout, attendant qu’on me parle, ou peut-être qu’on m’invite à m’asseoir. Je savais qu’Albanth n’était pas aussi esclave de la bienséance militaire que mon père l’avait été, mais je savais aussi qu’il ne fallait pas croire qu’il accueillerait un manque de respect délibéré.

Le capitaine supérieur a grogné sur son parchemin. “Nous sommes en pénurie de tout, sauf de bouches à nourrir.” Le soldat à la poitrine massive s’est levé et a fait le tour du bureau pour se retrouver face à moi. Il s’est appuyé sur le bureau et a laissé échapper une profonde inspiration, presque un soupir. “Ce qui signifie que j’ai beaucoup de choses à faire en ce moment, et peu de temps pour une conversation amicale. De quoi as-tu besoin, Flamesworth ?”

“Du travail.”

Il a froncé les sourcils en me regardant et a croisé les bras.

“Du travail, capitaine supérieur”, ai-je répété, en veillant à garder un ton respectueux.

Le capitaine supérieur Albanth m’a jeté un regard d’observation avant de secouer la tête. “Il y a beaucoup de travail, Jasmine, mais il n’y a pas d’argent à gagner. Si tu as juste besoin de t’occuper, je peux peut-être trouver quelque chose…”

“J’ai besoin de manger”, ai-je dit, plus durement que je ne le voulais. J’ai serré la mâchoire pour ne pas dire autre chose en attendant la réprimande d’Albanth.

Le capitaine supérieur a froncé les sourcils, mais il n’a pas répondu tout de suite. Quand il a repris la parole, sa voix grave était douce. “J’ai entendu dire que vous aviez été le mentor du jeune Général Leywin. Est-ce vrai, Flamesworth ?”

J’ai retourné le froncement de sourcils d’Albanth mais je n’ai rien dit, incertain de ce qu’il voulait dire.

Ses lèvres se sont retroussées en un sourire ironique sous sa barbe. “J’ai beaucoup de mal à l’imaginer.”

J’ai senti mon propre froncement de sourcils s’accentuer. “Pourquoi ça ?”

“Il ne fait aucun doute que vous êtes tout à fait capable”, a répondu Albanth, en se reposant contre son bureau et en me regardant d’un air attentif. “C’est juste que je n’arrive pas à imaginer le général Leywin comme un enfant. Une telle puissance donne l’impression qu’il a dû sortir de terre comme un homme adulte.”

Puis j’ai compris pourquoi le capitaine supérieur avait parlé d’Arthur.

Sa disparition et sa mort présumée étaient un coup plus dur que la perte de n’importe quelle bataille, même la destruction du château volant du Conseil. Il était le seul Dicathien individuellement assez puissant pour faire une différence dans la guerre, plus encore que les autres Lances. Il était naturel que les gens qui comprenaient cela veuillent parler de sa perte, le pleurer de quelque manière que ce soit…

Comme je ne me lançais pas tout de suite dans le récit de mes aventures avec Arthur, Albanth a continué. “Je n’ai jamais combattu aux côtés de quelqu’un qui avait un esprit comme le sien. Je vous jure, il avait les prouesses tactiques d’un général cinq fois plus âgé que lui. J’ai entendu…” Albanth s’est interrompu et s’est raclé la gorge, comme s’il s’apprêtait à partager une rumeur peu recommandable. “J’ai entendu dire qu’il s’était éveillé à seulement trois ans ?”

Je me suis soudain souvenu qu’Arthur m’avait expliqué en détail sa technique de combat à l’épée alors qu’il n’avait que trois ans, peu après avoir embarrassé Adam lors d’un combat d’entraînement.

Mon regard est tombé sur les pieds d’Albanth et j’ai ajusté mon armure de façon inconfortable. “C’était un enfant étrange.”

Albanth me regardait avec impatience, mais je n’ai pas développé. Que voulaitil que je lui dise ?

Le silence s’est prolongé pendant plusieurs secondes de plus en plus gênantes avant que je ne dise : ” Bref, il était à peu près ce à quoi on pouvait s’attendre. Y avait-il une raison pour laquelle vous vouliez en savoir plus sur lui ?”

Albanth a semblé pris au dépourvu par le caractère pointu de ma question. Il s’est raclé la gorge et a sorti le parchemin enroulé de son bureau. “Simple curiosité, je suppose. C’est une honte, une sacrée honte qu’il ne soit plus là.” Ses yeux passèrent du parchemin à moi, puis revinrent. “Bref, vous dites que vous voulez aider ? Il y a un moyen. Le Mur a besoin de nourriture. Sans espoir d’approvisionnement continu de la part de Xyrus ou de Blackbend, ou des petits villages agricoles des environs, notre seule véritable source de nourriture est la Clairière de la Bête.”

“Et vous voulez que j’aille chasser.”

Albanth m’a donné quelque chose entre un hochement de tête et un haussement d’épaules. “C’est plus dangereux là-bas qu’avant, avec les bêtes de mana qui ont survécu à l’attaque de la horde et d’autres qui sont venues se nourrir des morts. Cela rend la chasse difficile, et dangereuse. Mais si vous pouvez ramener quelques bêtes de mana comestibles, je vous trouverai un endroit sec où reposer votre tête la nuit. Marché conclu ?”

Je me suis retourné et j’ai soulevé le rabat de la tente avant de répondre. “Il vaut mieux que ce soit un endroit où je puisse prendre un bain chaud.”


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser