Supreme Magus chapitre 816

Empoisonnement de la vie Partie 2 |

Traducteur: Ych
———–

“Des gens meurent tous les jours, Quylla.” Marth soupire. “Même si c’est horrible, cette guerre temporelle nous donnerait un ennemi commun et l’occasion d’arrêter nos chamailleries prétentieuses. Il y a tant de choses que les trois grands pays pourraient apprendre les uns des autres.

“Tu n’as pas idée depuis combien de temps je voulais parler avec mes collègues des autres nations. En outre, il est trop tôt pour désespérer. Nous savons que cette peste est artificielle et qu’elle doit donc être dotée d’un interrupteur. Nous connaissons même le remède pour son brin d’origine.

“Nous avons déjà tout ce dont nous avons besoin ici. Il s’agit seulement d’assembler toutes les pièces du puzzle. Si nous n’y parvenons pas, c’est qu’il nous en manque encore quelques-unes. Ne sois pas obsédé par le remède et concentre-toi sur la maladie.

“Une fois que nous aurons compris comment la recréer, nous apprendrons aussi à la soigner.”

Quylla voulait répondre que ce serait à ses proches de se battre en première ligne, mais elle était trop fatiguée et affamée pour répondre. Dans sa frénésie, elle avait sauté le déjeuner et s’apprêtait à sauter le dîner également.

Lorsqu’elle vit les marches Warp s’ouvrir au milieu du laboratoire, elle pria pour une bonne nouvelle.

” Vous en avez mis du temps pour une simple reconnaissance. Avez-vous trouvé nos morts-vivants ?” demande Marth. Ils n’avaient aucune idée que le parasite contenait les tissus d’Erlik et même ce petit élément de connaissance aurait changé la donne.

“Non, mais nous pouvons aussi exclure les Grendel”. dit Kalla avant de leur raconter leur rencontre avec le thrall et les découvertes qu’ils avaient faites dans la cabane.

“Tu es sûre de toi, Lith ?” Marth avait du mal à empêcher son incrédulité de s’infiltrer dans sa voix. “Tu es le Guérisseur le plus compétent que je connaisse et je prendrais ta parole pour argent comptant si ce n’était pour ton manque de compréhension des végétaux.”

“Bien sûr.” Lith a parlé en charabia tandis que ses mains effectuaient des gestes aléatoires avant de partager avec Marth ce qu’il avait vu à travers une représentation holographique en 3D de la force vitale altérée.

‘Mon Dieu, j’aimerais pouvoir faire ça.’ Pensa Marth avec envie, et avec lui la quasi-totalité de ces présents. Les membres des équipes de recherche étaient la crème de la crème de leurs pays respectifs, des experts avec des décennies d’expérience dans le domaine de la magie de la lumière.

Pourtant, aucun d’entre eux n’était capable de créer des hologrammes sans le soutien d’un dispositif magique, et encore moins de créer des constructions lumineuses dures.

“Professeur, tu pourras demander des détails à Lith plus tard. Quelqu’un doit aller là-bas et prendre des scans des traces résiduelles des artefacts avant qu’ils ne disparaissent à jamais.” dit Phloria. “Ce n’est peut-être rien, mais c’est peut-être comme ça qu’Erlik élève les symbiotes”.

“Quelqu’un d’autre, pour être précis.” Friya dit, son estomac s’était enfin calmé après avoir été assailli par les résultats du Scanner et la faim longtemps refoulée se faisait sentir.

“Nous sommes tous fatigués physiquement et mentalement. Contrairement à notre ennemi, nous avons besoin d’un peu de nourriture et de repos pour travailler correctement.” Un chœur de grognements d’estomacs lui donna raison. Lith pouvait continuer, mais Friya et surtout Quylla souffraient d’un énorme mal de tête dû au manque de mana.

Marth acquiesça et demanda à Lyta de les ramener dans leurs appartements, où la table était prête pour huit personnes et où quelques invités inattendus les attendaient. Kamila et Jirni discutaient devant une grande carte holographique représentant l’intégralité du continent de Garlen.

La carte était remplie de points multicolores et malgré l’hostilité non dissimulée dans leurs voix, elle ne s’adressait pas l’une à l’autre.

“Kami, que fais-tu ici ?” La question de Lith fit bondir les deux femmes de leur siège et étreindre leur bien-aimé respectif.

“Tu ne vas pas te débarrasser de moi aussi facilement”. Dit-elle tout en s’assurant qu’il allait bien. Kamila était habituée à ce que Lith soit confronté quotidiennement à des tentatives d’assassinat, mais cela ne voulait pas dire qu’elle était d’accord avec ça.

“Maman, c’est quoi ce truc ?” Phloria a pointé du doigt la carte encore ouverte.

“Nous sommes à la recherche de Manohar. Les points verts sont ses cachettes connues, les points jaunes sont les observations signalées, et les points rouges sont les endroits où j’ai failli l’avoir.” Elle grogne.

“Je jure qu’après avoir fait venir son cul désolé pour résoudre cette situation, dès qu’il aura fini de travailler, je le tuerai en premier et Marth en second.”

“Tu as failli l’avoir ?” Lith était sidéré. “Je pensais que c’était impossible.”

“Les Royals ne sont pas stupides et moi non plus. Nous avons suivi tous ses projets de recherche, fait des copies de ses notes pour savoir ce qui était à son programme. Grâce à cela, nous savons où chercher puisque les ingrédients qu’il recherche sont très, très rares.” Jirni répond.

“Même en ignorant la violation flagrante des droits les plus élémentaires d’un mage, comment traduis-tu ce charabia ? Son écriture est encore pire que la mienne.” dit Lith, sachant que Manohar refusait d’écrire avec la magie de l’eau pour des raisons de sécurité.

Surtout les siennes, puisqu’il utilisait la première chose à portée de main pour noter ses bouffées d’inspiration, que ce soit une serviette de table ou les vêtements de quelqu’un d’autre. Cela rendait ses notes faciles à perdre et difficiles à récupérer auprès de sa dernière victime.

“C’est plus qu’une mauvaise écriture, c’est un code. Nous avons dû engager sa mère pour qu’elle nous le traduise et crois-moi, elle n’est pas donnée. Maintenant, assieds-toi et raconte-moi tout.”

Lyta frappa dans ses mains, faisant apparaître plusieurs plats hors du stockage dimensionnel de la maison. Tout le monde était un peu gêné en remarquant que Lyta allait dîner avec eux et que plusieurs accompagnements comprenaient des légumes.

“Ce n’est pas gênant pour toi ?” Quylla avait peur que le fait de les manger ne blesse les sentiments de la dryade.

“Pas du tout. Une fois que quelque chose est mort et digéré, ce n’est plus que de la nourriture. Ne t’inquiète pas pour moi, ma chère. J’ai veillé à ce que, pour respecter vos coutumes, aucune viande humaine ne soit employée pour préparer votre dîner.” Toute la table s’est figée à ces mots.

“Vous mangez des humains ?” demande Friya.

“Pourquoi pas ? Ne sont-ils pas des animaux eux aussi ? Nous ne les chassons pas activement, exactement comme nous le faisons pour les bêtes, mais en cas de conflit, ils constituent un engrais aussi bon que n’importe quel autre cadavre.” Lyta haussa les épaules.

Il leur fallut quelques secondes pour se rappeler que, malgré le fait que leur apparence ressemblait beaucoup à celle des humains, les plantes n’étaient pas du tout des humains. Ce n’était pas seulement une question de couleur de peau ou de traditions différentes.

Laruel avait sa propre culture et ses propres mœurs, qu’ils les aiment ou non. Kalla n’avait aucun problème avec sa nourriture puisque la seule chose qu’elle ne voulait pas manger était la viande de Byk, mais d’après son nez, il n’y en avait pas.

‘Bon sang, si jamais je visite l’une de ces cités de bêtes empereurs dont m’a parlé Faluel, il faudra que je n’oublie pas de préciser que je ne suis pas cannibale.’ pensa Lith. Les bêtes partageaient ce genre de caractéristiques avec les plantes, se nourrissant indistinctement de toute forme de vie, même de leur propre famille si nécessaire.

Jirni écoutait leur histoire, essayant d’utiliser son expertise des complots humains et des jeux de pouvoir pour comprendre le plan d’Erlik. Son visage semblait taillé dans la pierre, ne trahissant jamais une émotion qu’elle n’était pas prête à exprimer, mais Lith pouvait sentir que Jirni en savait plus qu’elle ne le laissait paraître.

“À mon avis, la peste n’est qu’une diversion”. Jirni dit après avoir demandé à Lyta plus d’informations sur la taille des armées en jeu.

“Si son but était vraiment de suivre les règles et de détrôner Leannan au combat, il l’aurait déjà défiée.”


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser