Supreme Magus chapitre 817

Utopie Partie 1

Traducteur: Ych
———–

“De plus, s’il voulait vraiment construire une armée, la meilleure stratégie aurait été d’envoyer des thralls comme le Treantling-Grendel que vous avez affronté et de n’infecter que le peuple végétal le plus puissant au lieu de personnes au hasard.

“Cela aurait pris du temps, mais les morts-vivants peuvent attendre. La plupart des plantes ne révéleraient pas qu’elles ont été infectées, de peur d’être mises à l’écart ou considérées comme des traîtres. Tout ce bazar, même en impliquant les trois grands Pays, est trop dangereux, même pour Erlik lui-même.

“Non seulement il s’est fait un ennemi sur tout le continent, mais même dans le cas où son plan réussirait, Erlik ne pourra jamais nourrir autant de bouches. Les morts-vivants sont beaucoup de choses, mais la stupidité n’en fait pas partie.

“Les plus stupides ne vivent jamais assez longtemps pour devenir aussi dangereux. Les morts-vivants sont quelque chose qu’on ne peut pas répandre sans précaution, surtout maintenant que la population humaine a été dramatiquement réduite.

“Je suis certain que même si Erlik gagne d’une manière ou d’une autre, il éliminera les morts-vivants nouveau-nés les plus faibles dans sa première action en tant que nouveau régent. En temps de guerre, la nourriture est plus importante que l’or.”

“Quel est, à ton avis, son véritable objectif ?” demande Friya.

“J’aimerais bien le savoir.” Jirni soupire. “Pourtant, il doit s’agir de quelque chose de sacrément important et qui peut modifier le statu quo avec les autres puissances du continent. Sinon, les cours des morts-vivants n’auraient jamais autorisé cela.

“L’une des raisons pour lesquelles le royaume les tolère à peine, c’est que les Cours sont un mal nécessaire. Ils s’occupent des morts-vivants voyous et prennent souvent le contrôle du monde souterrain criminel, évitant ainsi un chaos inutile.

“Risquer leur trêve chancelante avec les grands pays, cela signifie soit qu’ils n’ont pas d’autre option, soit qu’ils ont enfin le nombre nécessaire pour intensifier leur jeu.”

Les paroles de Jirni firent virer l’ambiance à la morosité. Le fardeau de toutes les personnes présentes venait de s’alourdir considérablement. Kamila changea rapidement de sujet, disant à Lith qu’elle avait déjà prévenu sa famille et qu’ils ne s’inquiéteraient pas de voir son amulette hors ligne.

‘Je ne comprends pas pourquoi Lady Ernas a parlé ainsi. Ses filles subissent déjà beaucoup de pression, en particulier Quylla et Phloria. La première a été présentée comme la remplaçante de Manohar, ce qui signifie trop d’attentes pour quelqu’un d’aussi jeune.

‘Quant à Phloria, je crains qu’elle ne s’intéresse davantage au sauvetage de sa carrière qu’à celui de Laruel, ce qui l’amènerait à prendre de mauvaises décisions. Dans sa situation, une seule erreur pourrait la faire renvoyer de l’armée.’ Pense-t-elle.

***

Le quartier général d’Erlik le Draugr Treant, maintenant.

Maintenant que le soleil était couché, Erlik le Draugr Treant pouvait enfin se lever et arrêter de regarder ses trésors comme un dément. Pourtant, être capable et avoir la volonté de le faire étaient deux choses totalement différentes.

Il faut toujours à un Draugr une volonté considérable pour s’éloigner de son lieu de repos. Après s’être assuré que toutes les protections étaient en place et que quiconque violerait son sanctuaire ne vivrait pas assez longtemps pour le regretter, il partit à la recherche de son second, Gremlik la Dryade Grendel.

Si d’autres mauvaises nouvelles l’attendaient, il pourrait au moins donner à cette agaçante peste une bonne raclée pour se soulager. Gremlik était trop intelligent de moitié et bien trop puissant au goût d’Erlik.

Un seul faux pas et tous ses sacrifices, tous ses complots porteraient des fruits que Gremlik récolterait après avoir utilisé Erlik comme bouc émissaire.

‘Bon sang, j’aimerais qu’il ne soit qu’un idiot sans cervelle. Jusqu’à présent, nos intérêts se sont alignés, mais nos ambitions ne l’ont jamais fait. Je ne peux pas lui faire confiance.

Erlik ouvrit la porte de la chambre de Gremlik et fut agréablement surpris. L’endroit était saccagé au point qu’il n’y avait plus un seul meuble intact, les murs étaient couverts de traces de griffes et il y avait de la lymphe éclaboussée partout.

Erlik reconnut à leur odeur les restes des plus fidèles disciples du Grendel. Il était peu probable qu’ils soient encore en vie.

“Qu’est-ce qui s’est passé ?” demanda Erlik, faisant semblant de ne pas remarquer la grimace qui tordait le visage par ailleurs très beau de la dryade.

“J’ai sous-estimé les Éveillés. Je voulais me débarrasser d’eux avant qu’ils ne puissent vérifier notre prototype et m’assurer que leur mort compromettrait davantage les relations entre Laruel et les Pays pour nous faire gagner du temps.

“Pourtant, non seulement je n’ai pas réussi à tuer un seul de ces sales humains, mais j’ai aussi perdu le thrall le plus prometteur de mon troupeau. J’ai passé des années à le préparer à affronter la fureur et la puissance d’un Grendel, mais tout cela n’a servi à rien.” Gremlik serra ses dents nacrées si fort qu’elles se fissurèrent, pour ne guérir qu’une fraction de seconde plus tard.

La perte des deux morts-vivants était négligeable, mais son thrall représentait une énorme affaire. Les Grendels étaient presque éteints parce qu’ils étaient en proie à une soif de sang irréfléchie qui consumait leurs sens une fois qu’ils prenaient leur véritable forme.

Gremlik était un maître magicien dans son corps de dryade et une machine de guerre inarrêtable en tant que Grendel, mais pour obtenir le meilleur des deux mondes, il lui avait fallu beaucoup d’entraînement.

“Cela ne me regarde pas”. Erlik sourit. “Je veux connaître notre plan.”

‘Donc mes pertes sont les miennes, alors que Laruel est “notre plan”?’ Gremlik avait besoin de ses décennies d’autodiscipline pour ne pas combattre le Draugr jusqu’à la mort.

“Tout se déroule comme nous l’avions prévu. Les infectés qui se nourrissent de tout ce sur quoi ils peuvent poser leurs lianes dégoûtantes cachent les dégâts sur les cabanes dans les arbres. Nous devrons peut-être quitter cet endroit dans quelque temps, mais j’ai déjà préparé notre prochain emplacement. Nous avons progressé à pas de géant par rapport à notre premier prototype.”

Erlik acquiesça, regardant l’écorce de la maison enchantée qui les entourait. Leur contrôle sur le moule s’était amélioré et les effets secondaires de leurs expériences ne s’étaient pas encore manifestés à l’extérieur.

Le Draugr posa sa main sur le mur le plus proche et libéra d’innombrables lianes qui lui permirent de prendre le contrôle de l’arbre agonisant. Il s’assura que tous les dégâts seraient cachés par une saine couche d’écorce, ce qui les rendrait à nouveau impossibles à repérer de l’extérieur.

‘Les morts-vivants du continent de Garlen doivent être devenus mous après avoir établi leurs Cours pour avoir manqué une telle occasion pendant si longtemps.’ pensa Erlik. ‘Si mon plan réussit et que j’arrive à ne pas me faire tuer par Gremlik, mon rêve deviendra réalité.

En tant que régent de Laruel, j’aurai accès à un aubier du monde et si ma théorie est correcte, je m’éveillerai. Cela me donnera les moyens de construire un royaume éternel pour les morts-vivants. Une utopie où nous n’aurons plus besoin de nous cacher et de nous recroqueviller.

‘Il suffit de demander à l’aubier d’enlever la rosée qui recouvre la cime des arbres pour que la ville soit plongée dans une obscurité éternelle qui nous libérera de la tyrannie du soleil. Je veux croire que la peste était un signe du dieu des ténèbres. Que toute cette souffrance après avoir perdu nos maisons a un sens.’

‘Très bientôt, les morts-vivants ne seront plus la race négligée. Nos Éveillés ne pourront pas continuer à nous ignorer. Nous ne serons plus seulement un ver qui se cache dans une pomme, mais plutôt les propriétaires du verger. Ma race prospérera, et je serai acclamé comme son sauveur.’

Il était loin de se douter de l’accident d’empoisonnement de la vie ou du fait que la moisissure était toujours là où ils l’avaient laissée. Leannan était un ennemi rusé, qui les avait bercés dans un faux état de sécurité avant de lancer une attaque tous azimuts qui les avait débusqués, et qui avait failli leur coûter tout.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser