Lord of Mysteries 2 Chapitre 343

Retour d'expérience

Traducteur: Ych
———

Alors que Lumian descendait la rue Lombar en direction de l’arrêt de calèche le plus proche, un sentiment de malaise s’installa en lui. Observant la rue déserte, il baissa la voix sur un ton feutré en marmonnant : “Temiboros, pourquoi m’as-tu fait choisir la part de tarte du roi sans la fève ?”.

Et s’il avait consommé cette fève fatidique et s’était élevé au rôle de “roi” ?

Cependant, Termiboros resta silencieux, s’abstenant de toute réponse.

Lumian réfléchit un instant, puis reformula sa question.

“Bien que l’ensemble de l’incident contienne quelques détails troublants, l’issue a semblé banale. Il est difficile de discerner si c’est lié au mysticisme ou aux pouvoirs des Beyonders.”

Après une brève pause, la voix profonde de Termiboros résonne aux oreilles de Lumian.

“La prochaine fois, tu pourrais envisager de défier les ordres du roi.”

Et si je choisissais de ne pas tenir compte des ordres du roi ? Et si je me laissais tenter par ma tarte du roi au lieu de la déposer dans la salle des figurines de cire ou même de repartir avec le papier ? L’esprit de Lumian se plonge dans la contemplation.

Plutôt que de retourner directement dans le quartier du marché, il héla une calèche publique en direction de la rue Scheer, sur l’avenue du Boulevard.

En tant que membre officiel de l’Ordre Aurora, il avait la responsabilité de rapporter rapidement l’exécution de Guillaume Bénet et les derniers développements au sein de l’Ordre de la Croix de Fer et de Sang à M. K. En même temps, il espérait leur soutirer quelque chose.

Participer à trois organisations secrètes permettait de recevoir une triple récompense, mais cela impliquait aussi de faire trois rapports par mission.

19 Rue Scheer, sous-sol du siège de Psychic’s.

Monsieur K, perpétuellement immuable, est assis dans le fauteuil rouge, écoutant attentivement Lumian raconter son utilisation stratégique des ressources de l’Ordre de la Croix de Fer et de Sang pour repérer et éliminer Guillaume Bénet, l’hérétique.

Lorsque Lumian a mentionné comment l’ancien padre de l’église de l’éternel soleil flamboyant avait embrassé l’entité connue sous le nom d’Inévitabilité dans sa quête de pouvoir et de force, M. K a baissé la tête et tracé une croix sur sa poitrine d’un mouvement délibéré de haut en bas et de gauche à droite. Sa voix, rauque et étouffée, psalmodie une prière : “Père miséricordieux, pardonne les transgressions du monde.”

Les lèvres de Lumian se contractent, reflétant la pénitence de Mr. K, bien qu’il ne puisse pas comprendre la nécessité d’un tel repentir.

Après la pénitence, il a succinctement raconté la double nature d’Aurore et la sinistre organisation des pécheurs qui soutenait Roche Louise Sanson. Enfin, il dit : “Monsieur K, je te demande de m’aider à localiser la famille d’origine d’Aurore, ou plutôt de Roche Louise Sanson. Ils pourraient bien être liés aux Pécheurs, un groupe hérétique voué à l’Inevitabilité.”

Le visage de monsieur K, dissimulé sous une volumineuse capuche, restait plongé dans l’ombre. Ses paroles, teintées de satisfaction, résonnaient de façon rauque. “Je comprends ta volonté de venger Aurore. Il n’y a aucun problème à cela. Le Père bienveillant et le Dieu omnipotent n’interdisent pas aux croyants d’assurer leur propre avenir. S’ils peuvent mêler leurs affaires personnelles à la croisade sacrée contre l’hérésie, c’est encore mieux.

“Dans cette entreprise, tirer parti de tes atouts et exploiter les ressources de l’Ordre de la Croix de Fer et de Sang pour atteindre ton objectif est une stratégie que j’admire. Efforce-toi de multiplier les exploits de ce genre.

“Je vais enquêter sur les pécheurs.”

Il accepta la demande de Lumian car elle s’alignait parfaitement sur ses propres aspirations.

En déterrant la famille de Roche Louise Sanson, il pourrait s’occuper des Pécheurs, une faction dévouée au dieu du mal, Inevitabilité !

“Merci, monsieur K”, dit Lumian avec sincérité.

Il réfléchit un instant avant de poursuivre : ” La mort de Guillaume Bénet pourrait déclencher une intensification des poursuites de la part des Beyonders officiels. Je me demande s’il existe un objet mystique qui répondrait à mes besoins, me permettant de modifier mon apparence et ma stature à volonté ?”

Il cherchait un moyen d’endosser l’identité d’Aurore, en infiltrant la Société de recherche sur les babouins à poils bouclés en tant que Muggle.

Le ton de monsieur K changea brusquement, imprégné de zèle.

“Seul le sang vital que je possède peut accomplir ce que tu cherches. Tant que tu peux maîtriser ta chair et ton sang, il est possible de modifier ta taille et ton apparence. Bien que cela ne fournisse pas une réplique exacte de tes désirs, cela suffit à voiler ta véritable identité. La mise en garde réside dans la nécessité d’une injection précoce et dans sa durée limitée. Tu n’auras pas la liberté de te transformer à ta guise.”

La précision n’est pas nécessaire ; les membres de la Société de recherche sur les babouins à poils bouclés se déguisent, masquant leur véritable personnalité lors des rassemblements… Pourtant, cela ne suffit pas. Un spectateur perspicace pourrait remarquer quelque chose dans les yeux d’Aurore ou dans le contour de son menton. Pour se faire passer pour Muggle et duper tout le monde, le visage masqué doit refléter parfaitement celui d’Aurore… De plus, les effets néfastes du sang de vie sont au-delà de ma tolérance… Les pensées de Lumian se rejoignent et il articule sa réponse.

“Je crains que l’administration du sang de vie ne me ramène à l’archétype humain le plus primordial. Malgré la protection du Seigneur qui atténue les graves conséquences physiques et mentales, l’Ordre de la Croix de Fer et de Sang pourrait facilement détecter l’anomalie et discerner ma véritable allégeance.”

Monsieur K soupire de déception.

“C’est un problème. Bien que je croie que le Seigneur te protègera, préservant ta personne pieuse de toute exposition, tes préoccupations sont fondées.”

Après avoir décliné l’offre de sang de vie, Lumian poursuivit : “Récemment, l’Ordre de la Croix de Fer et de Sang m’a chargé d’une interaction…”

Il détailla la convocation de Gardner Martin, narrant jusqu’au point culminant du jeu de la tarte du roi.

La seule omission était l’avertissement de Termiboros, la raison subtilement placée sur sa compréhension complexe du mysticisme. Un soupçon tenace l’incita à éluder la question, afin d’éviter toute anomalie potentielle.

Monsieur K a écouté attentivement, s’abstenant de toute interjection. Lorsque Lumian a conclu, Mr. K s’est levé et a fait les cent pas dans la pièce.

” Ta prochaine mission est de comprendre les raisons qui poussent l’Ordre de la Croix de Fer et de Sang à s’engager auprès de la famille Sauron. Convoitent-ils l’héritage des Saurons ou envisagent-ils une collaboration ?”

“Oui, monsieur K.” Lumian reconnut la nécessité pour lui de rester bien informé, indépendamment de l’ordre de Mr. K.

Monsieur K arrêta de faire les cent pas, fixant son regard sur Lumian.

“Ton intuition est bonne. Si une quelconque mésaventure survenait au sein de ce jeu, elle pourrait déclencher une catastrophe mystique.

“Le personnage central du sacrifice de Poufer, Vermonda Sauron, occupait une place importante au sein de la famille royale Sauron de l’époque. Né dans la lignée de Champagne, il a été adopté dans la famille principale par le roi Odo le 12e, qui a investi des ressources dans son éducation.

“Vermonda commença sous les meilleurs auspices mais connut une fin négative. Ses dernières années le virent disparaître sans laisser de traces, portant un coup dur à la dynastie des Saurons. Au cours des deux décennies qui suivirent, plusieurs membres éminents de la famille Sauron connurent une mort prématurée et mystérieuse, ou succombèrent à une folie soudaine. Le pouvoir de la famille s’amenuise, ouvrant la voie au renversement éventuel de Roselle.”

L’usurpation réussie de la dynastie des Saurons par l’empereur Roselle a été en partie facilitée par le déclin apparent de l’ancienne lignée royale ? La disparition inexplicable de Vermonda s’est étalée sur deux ou trois siècles. Comment le sacrifice d’aujourd’hui pourrait-il catalyser un dangereux changement mystique ? Les pensées de Lumian se bousculent, absorbant les détails racontés par Mr. K.

Appartement 601, 3 rue des Blouses Blanches.

Jenna, après avoir glané quelques informations auprès des Purificateurs, a cherché Franca dans l’espoir de partager ses découvertes.

Alors que son regard parcourait la pièce, l’attention de Jenna fut attirée par la porte légèrement entrouverte de la chambre principale, d’où émanait un tapotement rythmé.

“Franca ?” appelle-t-elle.

La voix claire de Franca retentit.

“Je suis là ! Entre.”

Jenna, qui n’était jamais entrée dans la chambre de Franca, hésita un instant avant de s’avancer et de pousser la porte.

Un éclat de stupéfaction illumina ses yeux bleus lorsqu’ils tombèrent sur un appareil complexe niché contre le mur, à distance de la fenêtre.

L’engin était constitué d’une myriade d’engrenages enchevêtrés autour de cylindres en laiton, reliés entre eux par des leviers, des vilebrequins et des vis.

Émerveillée, Jenna regarde l’imposant appareil et demande : “Qu’est-ce que c’est ?”

Assise devant le mécanisme élaboré, les doigts de Franca dansent sur une machine à écrire mécanique ultramoderne qu’elle présente fièrement à sa compagne : “C’est un moteur à différences de troisième génération, habilement modifié – une sorte d’analyseur. C’est une version tronquée, simplifiée et miniaturisée. Le modèle complet ne tiendrait pas dans ma chambre.”

“Tu crois vraiment au Dieu de la vapeur et des machines ?” s’exclame Jenna.

Franca a gloussé et a expliqué : “Parfois.”

Le regard de Jenna s’est attardé sur le soi-disant analyseur, révélant la connexion d’une machine télégraphique et de deux machines à écrire mécaniques métalliques à son extrémité inférieure.

Franca ne tarda pas à cesser de taper, et l’appendice mécanique de l’analyseur mit la deuxième machine à écrire en marche, produisant des lettres sur du papier immaculé. L’énergie et les informations semblaient découler de l’émetteur-récepteur radio.

“Qu’est-ce… qu’est-ce que tu fais ?” Jenna se sentait analphabète.

Franca a joyeusement pointé l’analyseur et a dit : “Quand le codage reste cohérent, cet engin peut automatiquement décoder les télégrammes et les codes pour moi. Grâce aux doigts métalliques reliés au clavier de la machine à écrire mécanique, il tape les lettres correspondantes, façonnant ainsi les mots prévus.

“En gros, je peux lire directement le contenu des télégrammes. Plus besoin de décoder laborieusement les messages cryptés que je reçois. Cela me permet d’économiser un temps et des efforts considérables.

“De même, je peux rédiger des télégrammes dans un langage standard. La machine les codera de manière autonome et les transmettra via une fréquence radio prédéterminée.”

En étudiant les engrenages qui tournaient dans leurs différents états, Jenna avait du mal à saisir l’intention de Franca.

“Mais quel est le but ?” demande-t-elle, déconcertée.

Franca est prise au dépourvu.

“Le but ? Eh bien, le but est de simplifier les conversations par télégramme. D’en faire quelque chose de banal et de routinier. Bien qu’il faut admettre que cela consomme pas mal de papier.”

“Les conversations par télégramme ?” Jenna a ressenti une pointe de perplexité.

Franca avait construit un appareil aussi complexe et s’était embarquée dans une affaire aussi élaborée simplement pour discuter ?

Les bruits de la machine à écrire, tard dans la nuit, étaient-ils le fait de Franca engagée dans un bavardage décontracté ?

“Exactement”, affirme Franca avec un sourire satisfait. “Un de mes amis dans l’armée de Loen a accepté de partager les informations qu’Anthony Reid recherche pendant cette période. Nous avons juste eu un bref échange.”

Bien que Franca puisse facilement demander les informations pertinentes à Madame Jugement, elle préférait ne pas encombrer son détenteur de carte des Arcanes majeurs, à moins que cela ne soit absolument nécessaire.

Alors que Franca finissait de parler, l’analyseur acheva sa tâche de dactylographie et le télégramme se matérialisa en Intisien.

Saisissant le papier, Franca assombrit son visage en parcourant son contenu.

La nuit, dans l’appartement 601.

Lumian, Anthony Reid, Franca et Jenna se sont rassemblés.

Agitant le papier dans sa main, Franca s’adresse à Anthony Reid en déclarant : “J’ai reçu une réponse. Le rapport officiel de l’armée de Loen sur la rencontre indique : Aucune bataille de ce genre n’a eu lieu !”

“Aucune bataille de ce genre n’a eu lieu ?” Les yeux d’Anthony Reid s’écarquillent et il se lève en sursaut.

Aucune bataille du tout ? Lumian arqua un sourcil.

Une telle réponse était indéniablement inattendue.

Franca hocha doucement la tête, le regard fixé sur Anthony Reid.

“Pour faire simple, il est fort probable que l’assaut contre toi et tes compagnons n’ait pas été exécuté par l’armée de Loen !”.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
1 mois il y a

Merci pour le chapitre

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser