Lord of Mysteries 2 Chapitre 342

Effroi ?

Traducteur: Ych
———

Échange ? Lumian n’avait pas prévu que Termiboros lâche un indice à un moment pareil.

Que cet ange d’Inevitabilité ait voulu profiter de l’occasion pour tendre un piège ou qu’il ait eu une autre intention, ou encore qu’il ait simplement cherché à éviter tout problème à son vaisseau à ce moment et à cet endroit précis, il était clair que ce jeu de tarte au roi apparemment banal cachait de profonds dangers. Une fois déclenché, il plongerait toutes les personnes présentes dans un abîme périlleux.

Lorsque le comte Poufer a évoqué l’aspect mystique, l’acte de sacrifier un morceau de tarte au roi à une divinité ou à un ancêtre vénéré, Lumian a soupçonné la présence d’un élément Beyonder. Cela ressemblait aux jeux de divination privilégiés par de nombreux amateurs de mysticisme. À son grand étonnement, la question s’est révélée encore plus grave qu’il ne l’avait imaginé au départ. Il avait poussé un ange à croire que lui – Lumian, un dual Séquence 7 – était incapable de le manipuler ou qu’il pouvait en souffrir.

Alors que ces pensées se bousculaient dans son esprit, Lumian s’efforçait de comprendre les motivations de Termiboros. Tout ce qu’il put faire, c’est tendre prudemment le bras et choisir nonchalamment l’une des cinq parts de tarte du roi restantes.

Cette fois, Termiboros n’est pas intervenu.

Après que Lumian, Anori, Mullen, Ernst Young et Iraeta eurent chacun acquis une part de tarte du roi, il ne restait plus que celle qui était la plus proche de Lumian.

“On dirait que c’est à moi.” Le comte Poufer se pencha, grimaça et s’empara de la part de tarte du roi. Il la porta à sa bouche et en prit délicatement une bouchée.

Lumian fit de même. La croûte était croustillante, la garniture sucrée, son arôme persistant sur son palais. La qualité était plutôt impressionnante.

Après quelques bouchées, le comte Poufer gloussa et remarqua : “On dirait que c’est moi le roi aujourd’hui.”

En prononçant ces mots, il extrait une fève de sa bouche.

À l’instant où Lumian posa les yeux sur la fève, une légère trace de sang et de rouille lui parvint.

Pendant ce temps, l’atmosphère dans le café mécanique devenait lourde, comme si chacun redoutait de recevoir une commande qu’il ne pourrait pas supporter.

Le comte Poufer se leva de son siège, le dos tourné à la fenêtre qui donnait sur la rue, occultant la lumière du soleil qui projetait une faible ombre sur son visage. Son sourire semblait quelque peu sombre.

Le regard du comte Poufer se fixa sur le romancier Anori, un sourire malicieux dansant sur ses lèvres.

” Sors du café et déclare aux passants : ” Je suis une merde de chien “.

Anori, qui était sur les nerfs, laisse échapper un soupir de soulagement et répond avec un sourire : “Bien sûr.”

L’homme corpulent se leva de son siège et se hâta vers la porte, saisissant la poignée nichée dans la paroi latérale.

Au milieu d’un grincement et de légers cliquetis, le bras mécanique se resserra soudain, sa prise “entraînant” la lourde porte de bois dans l’entrebâillement.

Anori s’est aventuré à l’extérieur et dans la rue. Il dirigea sa voix vers les piétons : “Je suis une merde de chien !”.

“Je suis une merde de chien élevée par une truie !

“Toute ma famille est une merde de chien élevée par des truies !”

Les passants le regardent avec étonnement avant d’éclater de rire.

Après s’être maudit, Anori est retourné vers Lumian et les autres avec un moral d’acier.

” Tu as une force mentale impressionnante. ” Lumian s’est contraint à reformuler ” tu as vraiment la peau épaisse ” d’une manière plus polie.

Le romancier Anori gloussa et déclara : “Chaque fois que je suis bloqué dans mon écriture, je vais me maudire sur le balcon. C’est la méthode la plus simple.”

“Vous, les écrivains, vous avez vraiment vos particularités.” Lumian se rappela sa sœur, qui se disait affligée d’un stade avancé du syndrome de procrastination.

Anori but une gorgée d’absinthe et se réinstalla. Son attention se porta sur le comte Poufer qui, dos à la lumière, jetait son regard sur Mullen, le peintre pâle et beau.

“Gifle Iraeta.”

Mullen se détendit sur son siège, choisissant de ne pas se lever. Il se pencha en avant et donna une gifle au poète Iraeta.

Iraeta, les cheveux clairsemés et les muscles du visage légèrement affaissés, resta imperturbable. Il se contenta de tirer une nouvelle bouffée de sa pipe.

Remarquant l’attention de Lumian, il lui adressa un sourire décontracté.

“En tant que poète, je dois apprendre à me délecter de la malice qui m’entoure.”

Trouver de la joie dans la malice… Quelle jeunesse poétique. Enfin, plus exactement, un homme d’âge mûr poétique… Lumian passa en revue les participants au jeu, réalisant qu’à part le comte Poufer, qui avait consommé la fève, rien d’autre ne semblait anormal.

Le comte Poufer modifia légèrement sa posture, ses traits encore ombragés par le contre-jour.

Il dit à Ernst Young : “Exprime-moi ta loyauté.”

Lorsque les Black Cats se réunissaient, ils se livraient souvent à divers actes audacieux. Selon une expression plus contemporaine, ils étaient à l’avant-garde de l’art de la performance. Ernst Young n’a donc eu aucun scrupule à s’agenouiller et à déclarer sa loyauté. Il considérait même cela comme insuffisant, estimant que cela manquait d’excitation ou d’humiliation.

Le comte Poufer se tourne alors vers le poète Iraeta et lui dicte : “Donne tout ton argent au mendiant d’en face.”

Iraeta est décontenancé. Le cœur serré, il répondit : “D’accord.

“Comme tu le sais, je suis un pauvre. Au cours des cinq dernières années, j’ai à peine gagné 3 000 verl d’or grâce à ma poésie. Chaque jour, je réfléchis à l’ami qui pourrait organiser un événement et m’offrir un verre gratuit.”

Un poète honnête… Lumian s’est demandé s’il ne devrait pas parrainer cet individu et être témoin du genre de poèmes qu’il pourrait produire. Après tout, les “frais de parrainage” ont été fournis par Gardner Martin. Ne pas l’employer reviendrait à la laisser inutilisée. À l’inverse, en parrainant certains artistes, il pourrait éventuellement en empocher une partie pour lui-même.

Avant que le comte Poufer ne puisse répondre, Iraeta éclate soudain de rire. Il fouilla dans sa poche et s’exclama avec excitation : “C’est pour ça que je n’ai apporté que 5 verl d’or !”

“5 verl d’or ? Au Vichy Café, ça couvrirait à peine une demi-bouteille d’eau minérale et deux œufs durs”, murmure le romancier Anori en regardant le poète Iraeta partir précipitamment. Il jette les 5 verl d’or au mendiant d’en face.

Le Vichy Café se trouvait dans une ruelle de l’avenue du Boulevard. Il attirait des parlementaires, des hauts fonctionnaires, des banquiers, des industriels, des financiers, des courtisanes célèbres, des auteurs, des peintres, des poètes et des sculpteurs estimés des hautes sphères de la société.

À ce stade, chaque participant a eu son tour, et Lumian est le dernier.

Le comte Poufer fixa son regard sur Lumian, son regard profond alors qu’il parlait : “C’est la première fois que tu participes à notre réunion de Black Cat. Je vais te confier une tâche simple. Prends ta part de tarte du roi et dirige-toi vers la dernière pièce du sous-sol du café. Échange la tarte contre une feuille de papier blanc.”

Cela a quelque chose de mystique… Si ça tourne mal, je vais brûler ce sous-sol… marmonne Lumian en serrant la tarte du roi partiellement mangée dans ses mains. Conformément aux conseils du romancier Anori, il a repéré un escalier menant au sous-sol, près de la cuisine.

Avant de s’y aventurer, il alluma les lampes murales à gaz qui se trouvaient à proximité. Sous leur faible rayonnement jaune, il parcourut un couloir encombré d’objets divers jusqu’à ce qu’il atteigne la dernière pièce.

La porte vermillon était hermétiquement fermée. Lumian écouta attentivement mais ne détecta aucun mouvement de l’intérieur.

Il n’y avait pas non plus de signes suspects autour de la porte.

Lumian étendit sa paume droite, saisit la poignée, lui donna une légère torsion et la poussa progressivement vers l’intérieur.

Alors que les lampes à gaz du couloir du sous-sol éclairaient l’espace, des objets apparurent.

Ces objets étaient des têtes, regroupées dans les ombres crépusculaires, leurs regards dépourvus d’émotion, fixés sur “l’intrus” à l’entrée.

Les pupilles de Lumian se dilatèrent lorsqu’il reconnut quelques têtes familières.

Il s’agit du romancier Anori, du peintre Mullen, du critique Ernst Young et du poète Iraeta !

Juste avant de conjurer une boule de feu, Lumian, expérimenté et résistant, se força à stabiliser ses nerfs et à discerner la situation.

Les têtes n’avaient pas la pâleur des défunts, et la pièce était dépourvue de l’odeur distincte des conservateurs.

Lumian maîtrisa sa première réaction et examina attentivement la scène. Il se rendit compte qu’il s’agissait de têtes de cire qui avaient été démontées.

Ressemblant à des melons, elles étaient rangées dans des compartiments sur un cadre en bois.

Cette mission est-elle destinée à m’effrayer ? Sans l’avertissement de Termiboros, comment une telle farce pourrait-elle me perturber ? Qu’y a-t-il de si mystique là-dedans ? Lumian rumine un instant avant de poser sa tarte du roi sur une étagère en bois et d’extraire une feuille de papier blanc de l’une des têtes de cire.

De retour au Café mécanique avec le papier blanc en main, il fut accueilli par les sourires d’Anori, d’Iraeta et des autres, comme s’il mesurait l’inquiétude qui subsistait.

Le comte Poufer hocha la tête en signe de satisfaction.

” Tu as exécuté la mission de façon admirable. ”

Et si je ne l’avais pas exécutée admirablement ? Qu’est-ce qui se serait passé ? Lumian simula un malaise résiduel et s’enquit,

“Ces têtes de cire semblaient si réalistes qu’elles ont failli arrêter mon cœur !”

“Haha”, s’esclaffe Anori. “C’est le geste de bienvenue du comte à l’égard de chaque nouvel arrivant. Il aime beaucoup collectionner les têtes de figurines en cire. Chaque individu qu’il reconnaît reçoit une invitation d’un sculpteur de cire pour immortaliser leur tête en tant qu’œuvre d’art et la placer dans le sous-sol du Café mécanique.”

C’est presque comme si vos têtes avaient été données au comte Poufer… Lumian a jeté un coup d’œil au cou d’Anori et des autres, mais n’a trouvé aucune trace de suture.

Après avoir approfondi diverses rumeurs circulant dans le cercle des romanciers et offert 2000 verl d’or pour parrainer le Black Cat, Lumian prit congé.

En partant, son regard balaya par inadvertance les tables à deux pieds.

Brusquement, les pupilles de Lumian se contractent.

Il remarqua que le comte Poufer, Anori et les autres avaient encore de la tarte du roi inachevée dans leurs assiettes, tandis que l’assiette en porcelaine à glaçure blanche qui contenait auparavant la tarte était maintenant vide.

Il aurait dû y avoir une part de tarte du roi destinée à l’ancêtre de la famille Sauron !

Elle avait disparu !

La perplexité de Lumian ne pouvait être dissimulée. Il fit un geste en direction de l’assiette à grignoter et fit remarquer,

“Je me souviens qu’il restait une part de tarte du roi”.

Le comte Poufer gloussa et sirota son café.

“Je l’ai mangée.”

“C’est bien ça…” Lumian sourit en réalisant.

Se détournant, il sortit du Café mécanique, le sourire sur son visage s’effaçant peu à peu.

Le comte Poufer n’avait pris que deux bouchées de sa part de tarte du roi !


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
1 mois il y a

Merci pour le chapitre

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser