the beginning after the end Chapitre 96

Le calme précédent

POINT DE VUE DE LUCAS WYKES :

En regardant les professeurs qui luttaient pour se relever – ces mêmes mages que je m’efforçais de devenir – il était clair pour moi que leurs vies étaient entre mes mains. Avec mes nouveaux pouvoirs, ces soi-disant « élites » n’étaient plus que des fourmis pour moi.

Capacités de traitement cognitif améliorées pour des niveaux plus élevés de lancement de sorts.

Une réserve presque illimitée de mana à laquelle je peux accéder et que je peux utiliser.

Réflexes accrus, prouesses physiques et dextérité renforcées.

L’élixir que Draneeve m’avait donné a vraiment rempli son rôle. Comme il l’avait promis, il a vraiment fait ressortir tout mon potentiel.

Il était évident dès le début que j’étais un mage doué. Cependant, étant éclipsé par mon frère aîné, Bairon, mes réalisations n’ont jamais pu satisfaire les attentes de ma famille. J’avais passé mon enfance à courir après son ombre insurmontable, mais plus maintenant. J’avais l’impression de l’avoir enfin dépassé.

En éliminant facilement les éminents professeurs de cette académie, j’avais l’impression d’avoir réellement transcendé le royaume des mortels, incomparable même aux plus grands mages humains, elfes et nains.

… alors pourquoi je me sentais comme ça ?

Cette sensation d’une griffe glacée qui s’agrippe à mes entrailles, qui les tord lentement, qui les gèle lentement.

La pression palpable dans l’air semblait accentuer la force de gravité dans les environs à mesure qu’il s’approchait.

Des perles de sueur froide ont commencé à se former, trempant mes vêtements, alors que je faisais sans le savoir un pas en arrière.

J’avais peur ?

C’était impossible.

Avec mes nouveaux pouvoirs, j’étais invincible. J’étais tout-puissant. J’étais parfait.

« Bienvenue à la fête, Arthur. Tu arrives juste à temps. » raillai-je, satisfait du timbre calme de ma voix.

Il n’a rien dit et a continué à avancer vers moi à une vitesse lente et pleine de suspense.

Mon regard est passé d’Arthur au dragon d’obsidienne derrière lui. J’avais lu dans un livre que la race des dragons s’était déjà éteinte à force d’être chassée. Normalement, j’aurais été plus surpris, mais à ce stade, comparé à l’intensité terrifiante émanant d’Arthur, son dragon ne semblait pas plus menaçant qu’un simple lézard.

Ses pas ne se sont jamais relâchés, n’ont jamais oscillé, alors qu’il s’approchait du clocher. Je ne pouvais pas distinguer son expression, ses yeux étaient couverts par sa frange.

L’atmosphère était mortellement silencieuse, car même les bêtes de mana insensées que Draneeve contrôlait savaient instinctivement se prosterner en signe de soumission.

« Impressionnant animal de compagnie. Tu pensais qu’il pouvait t’aider maintenant ? Regarde autour de toi ! Tout ça, c’est moi qui l’ai fait ! Les professeurs qui étaient si bien considérés ? Je les ai écrasés comme des insectes malades. » ai-je gloussé en faisant quelques pas vers le garçon que je considérais autrefois comme mon égal.

Le dragon derrière lui a poussé un rugissement assourdissant qui a fait grimacer de peur le public environnant, mais pas moi.

Non. Même si je détestais l’admettre, ce n’était pas le dragon qui me donnait ce sentiment de malaise, c’était Arthur.

Insensible à mes railleries, il s’est dirigé sans dire un mot vers moi.

Certains des étudiants avaient déjà vaincu les sbires de Draneeve, seules quelques bêtes de mana restaient de mon côté. Cependant, elles étaient pétrifiées de peur, que ce soit à cause d’Arthur ou du dragon, je ne le saurai jamais.

Comme il se rapprochait, j’ai compris…

Il ne me regardait même pas. Son regard n’avait jamais été dirigé vers moi !

Mes pieds sont restés collés au sol, stupéfaits, alors qu’il est simplement passé devant, m’ignorant moi et tous les autres ici.

Comment ose-t-il ?

Je pourrais facilement l’écraser en ce moment. Il devrait me supplier, me supplier de l’épargner, lui et ses amis.

Mais au lieu de cela, il a eu l’audace de me traiter comme de l’air ?

Mes poings serrés sont devenus blancs.

Sans tenir compte de tous ceux qu’il connaissait, sans tenir compte de ses pairs et amis morts ou mourants, Arthur s’agenouilla devant la princesse elfe. Son dragon pencha son cou vers elle également, et pendant ce long moment, il n’y eut que le silence.

Sachant exactement quoi faire, mes lèvres se sont retroussées en un sourire en coin. Voyons s’il va ignorer ça.

« Elle pleurait pour toi, tu sais. » je me suis moqué.

Aucune réaction.

« Oh bien sûr, elle est restée forte au début. C’était d’autant plus satisfaisant de la voir craquer. » ai-je gloussé.

Ses épaules se contractèrent un peu.

Son dragon m’a regardé en retour, ses yeux me transperçant avec une férocité qui aurait pu m’effrayer auparavant.

« Tu vois, je voulais jouer davantage avec ta petite princesse elfe, mais Draneeve m’a dit de ne pas lever la main sur elle. Je n’étais pas d’accord au début, mais une idée m’a traversé l’esprit : quel meilleur moyen de te briser que de t’allonger sans défense sur le sol en me regardant estropier la fille que tu aimes tant ? ». Mon rire a résonné dans toute l’académie tandis que tous les autres observaient, sans même trouver le courage de prononcer un mot.

Le dragon a émis un grognement et semblait sur le point de me charger quand il s’est brusquement figé.

Mon visage s’est crispé de rage tandis qu’Arthur continuait à s’accrocher sans mot dire à sa petite amie elfe. Il choisit toujours de m’ignorer ?

« Arthur Leywin ! Tu oses m’ignorer ? » J’ai rugi. « Tu te crois tellement meilleur que moi ? Voyons voir si tu es gentil avec moi maintenant ! Je vais briser tous les os de ton corps pour que tu ne puisses que pleurer d’impuissance pendant que je profane Tessia juste… »

Mes mots sont restés bloqués dans ma gorge lorsque le sol s’est brusquement fendu et s’est froissé sous Arthur comme une feuille de papier, me faisant trébucher.

J’ai retrouvé mon équilibre et j’ai levé les yeux vers Arthur, dont le dos était toujours tourné vers moi tandis qu’il reposait délicatement la princesse elfe sur le sol. Tout d’un coup, j’ai été frappé par la même sensation que tout à l’heure – la poigne glaciale et sans émotion d’un démon, qui me tordait les entrailles, arrachant l’air de mes poumons.

Comme si on m’avait coupé le souffle, l’air s’échappait de ma gorge sous forme de halètements hachés et superficiels.

Incapable de me ressaisir, j’ai regardé mes mains pour voir qu’elles tremblaient.

J’ai réalisé que ce n’était pas seulement mes mains, mais que tout mon corps tremblait de manière incontrôlable depuis le centre.

Que se passait-il dans mon corps ? Pourquoi est-ce que je réagissais de cette façon envers un garçon de mon âge ? Il devrait être impossible pour lui d’être plus fort que moi, pourtant… quel était ce sentiment de…

Il s’est retourné.

Je n’aurais jamais pensé que quelque chose d’aussi simple qu’un contact visuel pouvait être aussi terrifiant jusqu’à ce que ses yeux bleu pâle, aiguisés comme un couteau, rencontrent les miens, et que l’air qui restait dans mes poumons soit aspiré.

Et soudain, j’ai réalisé ce que je ressentais depuis le début, le mot pour décrire les émotions que je ne pouvais pas saisir…

Non ! Je refuse de l’admettre !

J’ai ignoré le cri de protestation inaudible au fond de mon esprit qui me suppliait de fuir, de m’échapper dans la direction opposée à la sienne.

« Oh, suis-je enfin digne de ton attention ? » J’ai craché d’un air moqueur, luttant pour empêcher ma voix de trembler.

« Lucas. » Arthur était un paysan au parcours si banal que son existence devait normalement se résumer à moins d’une mule à la retraite, tandis que j’étais issu de la famille Wykes, qui avait enfanté les mages les plus talentueux que ce continent ait connus. Pourtant, sa voix résonnait avec une autorité si flagrante qu’elle me fit presque m’agenouiller par impulsion.

« Je ne voyais en toi rien d’autre qu’une simple guêpe que je n’avais pas besoin de tuer. » poursuivit Arthur avec un ton glacial dans la voix, alors qu’il se remit à marcher vers moi.

« Mais même le plus saint des saints l’écraserait sans hésiter si cette guêpe osait le piquer. » Ses yeux froids et sans émotion, vides et gelés, n’ont jamais quitté les miens alors qu’une soif de sang tangible s’est emparée de mes membres comme des chaînes.

Il me comparait à un insecte. Non, il me voyait vraiment comme un insecte. Pourtant, aucun mot de réfutation ou de protestation ne voulait sortir de ma bouche.

Pourquoi…

Ce n’était pas censé être comme ça. Mes pouvoirs devraient maintenant être plus grands que les siens. Alors pourquoi cela s’est-il produit ? Comment un garçon d’un an plus jeune pouvait-il m’effrayer plus que Draneeve ? Combien de légions d’hommes et de bêtes a-t-il dû tuer pour posséder une intention de tuer aussi étouffante et oppressante ?

Même la terre semblait tenir compte d’Arthur, car le sol s’enfonçait à chaque pas qu’il faisait.

Mon cœur battait de plus en plus fort contre ma cage thoracique, comme s’il voulait s’échapper. Ma vision se brouillait tandis que des perles de sueur froide roulaient de mon front vers mes yeux.

Détachant mon regard d’Arthur, je me suis concentré sur Tessia. Le dragon s’était enroulé de manière protectrice autour de la princesse elfe, ne me laissant aucune ouverture pour me servir d’elle.

Silencieusement, alors qu’Arthur s’approchait, je l’ai vu. Dans ses yeux, il y avait une tempête furieuse, si avide de créer le chaos, à peine contenue.

Mais j’étais Lucas Wykes, second né d’Otis Vayhur Wykes ! Les mages d’élite de l’Académie Xyrus avaient été mis à genoux par ma force écrasante. Arthur n’était rien d’autre qu’un simple paysan – sa seule chance était d’être né avec un certain talent pour la magie !

Mon esprit s’est mis dans un état de désespoir et de frénésie tandis que je combattais le désir brûlant de fuir. Lui, me faire peur ? Jamais. Je préfère mourir que de plaider pour ma vie.


Commentaire

4 4 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser