the beginning after the end Chapitre 473

Tout se met en place

Traducteur: Ych
————–

CECILIA

Tout se mettait en place.

Grâce aux générateurs de boucliers qui tenaient les dragons à distance, les Instillers ont pu travailler librement et établir un cercle d’artefacts de perturbation qui ont travaillé à déformer et à interrompre la faille entre Epheotus et Dicathen. Alors que les générateurs de bouclier nous protégeaient des dragons de Dicathen, ces artefacts de perturbation empêchaient Indrath d’envoyer du soutien depuis Epheotus, coupant ainsi efficacement les deux mondes l’un de l’autre.

Le mana ambiant dense de la brèche elle-même alimentait les deux réseaux. Si Indrath parvenait à stopper le flux de mana, nous aurions suffisamment d’énergie dans les batteries pour mettre en œuvre la prochaine étape du plan. Et si cela échoue, les Wraiths eux-mêmes deviendront la source de mana.

Instinctivement, j’attendis l’évaluation pleine de jugement de mes pensées de la part de Tessia, qui planait près de la surface de ma conscience.

‘Tu as déjà réfléchi à tes justifications sur la nécessité d’un acte aussi cruel’, dit Tessia en réponse au projecteur de mon attention. ‘Tout ce que je dirai, c’est que tu as parcouru un long chemin, Cécilia, si tu ressens de la culpabilité pour ta cruauté envers ces soldats, puisque jusqu’à présent, tu ne les considérais que comme des outils.’

Je me suis hérissée, mais je savais qu’il ne servait à rien d’argumenter contre le sentiment de culpabilité qui se frayait un chemin dans mes entrailles. Pas quand la personne avec laquelle je discutais était déjà dans ma tête. C’est peut-être désagréable, mais ça n’en est pas moins nécessaire. Et puis, c’est le plan d’Agrona, et ce sont ses soldats dont il peut faire ce qu’il veut.

J’ai soupiré alors même que les mots se formaient dans ma tête, sachant ce que cela donnait. ‘Quoi qu’il en soit, je n’ai pas besoin de ton affirmation.

Et pourtant, depuis peu, tu fouilles plus souvent dans mon esprit pour voir ce que je pense.

Ton point de vue sur ces événements est précieux,’ ai-je admis tout en repoussant avec force la raison la plus honnête, mais aussi la plus embarrassante, de mon comportement.

‘Je suis heureuse que tu reconnaisses ce fait.’ La voix de Tessia, projetée dans ma tête, était calme et sans sarcasme.

Me débarrassant de cette brève mais frustrante conversation, je reportai mon attention sur mon environnement immédiat.

Les dragons ont continué leur bombardement du bouclier extérieur pendant encore une heure, mais ils se sont arrêtés à l’arrivée de leur chef. J’ai reconnu Charon du clan Indrath d’après sa description : un grand lézard blanc comme l’os, couvert de cicatrices de combat, avec des yeux violets et des ailes en lambeaux. Il a passé un certain temps à se concerter avec les autres dragons présents, qui étaient maintenant nombreux.

C’est presque comme s’ils avaient fait venir tous les dragons de Dicathen, me dis-je.

Finalement, Charon s’est approché de la barrière, volant sous sa forme de dragon. Ses ailes battent lentement et sa voix émet un grondement profond. “L’héritage, l’espoir principal d’un basilic fou, qui a lui-même été convaincu d’être un dieu.”

Je l’ai regardé froidement, mais je n’ai pas mordu à son hameçon.

“Allons droit au but alors”, a-t-il grondé. “Que veut Agrona ? Il s’est emparé de la faille menant à Epheotus, mais il ne peut pas l’utiliser, et tu ne peux pas non plus espérer la garder, ce qui signifie qu’il s’agit d’une tactique de négociation. Dis-moi ce que ton maître te propose, et je m’entretiendrai avec le seigneur Indrath.”

J’ai haussé un sourcil. “Ne me mens pas, dragon. Pour voyager entre les mondes, il faut que cette faille soit accessible, même avec tes artefacts de téléportation. Tu es coupé du monde. Le Haut Souverain n’a pas de message pour toi, pas de requête. Tu n’as aucune importance dans ce monde et dans tous les autres.” Du coin de l’œil, j’ai vu l’un des Instillers au sol passer en revue un message, ses yeux dardant sur moi toutes les deux lignes. “N’hésitez pas à vous épuiser contre les boucliers, s’il le faut. Ou ne le faites pas. Le bruit est aussi irritant que vos efforts sont vains.”

Tournant le dos à Charon Indrath, je m’envolai vers le sol, me sentant bien après ce bref échange. Cela ne m’apportait rien d’avoir gagné la joute verbale, mais je commençais déjà à m’agacer de mon rôle de gardienne immobile du bouclier impénétrable, et le fait de libérer une partie de cette frustration sous forme de mots barbelés me rassurait un peu.

“Qu’est-ce qu’il y a ?” demandai-je lorsque mes pieds touchèrent le sol.

l’Instiller, qui m’avait regardé approcher du coin de l’œil, déglutit visiblement. “Une dépêche de Faux Nico.” Il tendit le parchemin magique, qui affichait les mots écrits sur un parchemin assorti en possession de Nico.

Je le parcourus une fois rapidement, puis me forçai à le relire, plus lentement. “Une émanation… de la mana puissante, entretenue tant bien que mal, enveloppant une poche de magie améthyste qui ne peut être que de l’éther.” Je me sentis froncer les sourcils, peinant à comprendre tout ce que Nico avait tenté d’expliquer dans ce court message.

Grey n’était pas au mur. Comme prévu, il avait soigneusement caché sa véritable localisation, même à son propre peuple. L’émanation d’éther était intéressante, cependant. La signature de mana que j’ai sentie avant la bataille…

C’était un camouflage. Un faux signal qui imitait la présence de son lien et la distorsion causée par l’éther ne pouvaient avoir pour but que de dissimuler sa véritable localisation, bien sûr. Et j’étais la seule personne sur Dicathen qui pouvait être en mesure de le sentir. À moins qu’il ne se cache également de ses propres alliés dragons…

La dépêche détaillait ensuite les efforts déployés à Vildorial et la nouvelle arme des Dicathiens qui avait été révélée. Une fusion de parties organiques de bêtes à mana avec des composants magiques et mécaniques ? Je n’arrivais pas à imaginer ce que Nico décrivait, mais j’étais certaine que même Agrona n’avait pas envisagé une telle chose.

L’ex-Faux, Seris, avait découvert un moyen de mettre fin aux combats à Vildorial et de protéger son peuple de la malédiction qu’Agrona avait cachée dans leur sang et leurs runes, mais Nico était persuadé qu’Arthur ne s’était pas caché dans la ville. De plus, l’objectif ultérieur – capturer la sœur ou la mère – avait échoué, et la faux Melzri avait disparu.

Alors que je relisais l’ensemble pour la deuxième fois, mon attention s’est portée sur la partie concernant l’émanation éthérique au Mur.

Me mordant l’intérieur de la lèvre, je me suis creusé la tête pour trouver ce que cela pouvait signifier d’autre, mais je n’ai pas trouvé d’autre façon de l’interpréter que ma première impulsion : Grey m’interpellait directement. Cette conjuration avait pour but de m’aveugler sur sa véritable position, et il voulait que je le sache et que je le comprenne aussi.

Je me suis surprise à souhaiter que Nico soit là au lieu de se contenter de sa note. J’ai envisagé de lui envoyer une réponse et d’attendre qu’il me réponde, mais je ne voulais pas lui donner l’impression que je n’étais pas capable de penser par moi-même.

De plus, je savais déjà exactement quels étaient les paramètres de ma mission. La vraie question était de savoir si je continuerais ou non à les suivre aveuglément. Après tout, la brèche est scellée. Je suis inutile ici.

Il y avait peu de place pour s’éloigner de qui que ce soit à l’intérieur de la zone blindée. Les Wraiths volaient dans un périmètre, fixant les dragons, tout aussi repus que moi, tandis que les dizaines d’Instillers veillaient à ce que l’équipement continue de fonctionner parfaitement. Je me suis toutefois installée dans un coin isolé et je me suis coulée au sol entre deux des générateurs de boucliers. En fermant les yeux, j’ai laissé ma concentration s’étendre à mon environnement.

Contenu sponsorisé

Le flux équilibré de mana qui entrait et sortait de la faille n’existait plus, laissant l’atmosphère autour du bouclier épaisse, bien qu’elle soit atténuée par la présence aveuglante de tant de signatures de mana asuran. Mais comme auparavant, j’ai continué à étendre ma portée de plus en plus loin, jusqu’à ce que mes sens atteignent le mur. Là, j’ai de nouveau senti le soupçon de mana de son lien, ainsi que cette distorsion révélatrice d’une puissante source d’éther.

Mais je ne me suis pas arrêté là. Au contraire, j’ai continué à pousser, à atteindre, à sentir même au-delà des Grandes Montagnes et à travers le désert d’Elenoir au nord.

Comme si j’étais Zeus regardant du haut du mont Olympe, j’ai vu la marée de mana se déplacer par vagues sur tout le continent qui s’étalait devant moi. Essoufflé par sa beauté, j’ai plongé mon esprit dans cet océan, laissant ma concentration être poussée et tirée non pas par mon objectif, mais par le mana lui-même. Je pensais déjà comprendre le mana, mieux que quiconque dans ce monde, mais je n’en avais jamais fait l’expérience. Je n’avais pas de mots pour décrire l’émerveillement de ce phénomène.

‘Est-ce que tu considères toujours ce monde comme… faux ?’ pensa Tessia, sa voix étant comme une pierre dans l’océan calme. ‘Une sorte de limbes qui cesseront d’exister une fois que tu seras retournée dans ton ancien monde ?’

‘Quoi ?’

‘Ce don que tu as… tu es peut-être la seule au monde à pouvoir le voir.’ Elle resta silencieuse, réfléchissant, puis continua. ‘Je vois tout cela et j’ai le cœur brisé en pensant aux troubles et aux souffrances qui se déroulent sous ces paysages. Je me suis demandé si ce spectacle t’avait affecté… mais quel genre d’impact cela peut-il avoir sur quelqu’un qui ne croit pas à la réalité qui l’entoure et, plus important encore, à l’effet qu’il a sur cette réalité ?’

Je n’ai pas répondu, parce qu’en vérité, je n’avais pas de réponse. J’avais utilisé l’idée de cette vie comme une sorte de purgatoire temporaire pour apaiser ma propre culpabilité face à ce qu’on m’avait demandé de faire, mais je n’étais pas une enfant qui s’était convaincue que ce monde n’était pas réel.

Cette pensée me sortit de ma rêverie et me ramena fermement à mon objectif. Je n’étais plus en train de flotter sur la surface toujours mouvante de cet océan de mana, mais au contraire, je luttais contre lui, me pressant vers l’extérieur, m’étendant pour couvrir de plus en plus le continent avec mes sens. Le sentiment de paix s’estompa et je fus à nouveau consciente des dragons qui se rassemblaient autour du bouclier, de mes soldats et scientifiques tendus qui remplissaient le petit espace, et de la dépêche de Nico que j’avais entre les mains.

Alors que mon esprit sans entrave traversait Sapin, Darv et Elenoir, j’ai senti les endroits où le mana était déformé par l’éther effleurer la surface de mes sens. À chaque endroit, il y avait une forte présence d’éther mêlée à la signature de mana du lien dragon de Grey. D’après ce qu’avait dit Nico, il s’agissait probablement d’une conjuration, une coquille de mana abritant un noyau d’éther très dense.

Le plus proche était le Mur, puis un endroit isolé au fin fond des Terres d’Elenoir. En comparaison, cet endroit n’était qu’une petite tache à peine perceptible dans le vide gris dû à l’absence de mana atmosphérique. Les abords du désert étaient comme des tempêtes où du mana nouveau se précipitait dans le vide, mais l’intérieur d’Elenoir en était encore presque vide.

Le troisième signal à apparaître se trouvait au centre de Darv, là où je pensais que devait se trouver le refuge des rebelles dicathiens, découvert après l’évasion d’Arthur du Victoriad. Il était plus fort et plus lumineux que celui du mur. Pas d’une manière significative, mais la différence était claire.

D’autres sont également devenus visibles, près de la ville d’Etistin et sur une île au large de la côte sud-est de la Clairière des Bêtes, puis d’autres encore lorsque ma conscience s’est élargie pour contenir le continent tout entier.

Mais la plupart d’entre eux correspondaient à l’intensité du mur, et je les ai rapidement considérés comme des leurres. Nous avions déjà des troupes qui se déplaçaient dans ces régions, ce qui correspondait parfaitement aux endroits où nous avions constaté une augmentation de l’activité militaire, et elles vérifieraient si Grey se trouvait vraiment à chaque endroit sans mon aide.

Les signatures dans les Terres désolées et à Darv étaient cependant différentes. L’une était presque cachée, l’autre brûlait plus fort que toutes les autres. Ni l’une ni l’autre n’avait été un point central de rassemblement de troupes dicathiennes ou de fortification, comme l’avait été le Mur. Les deux étaient suffisamment éloignés de la civilisation pour éviter les dommages collatéraux en cas d’attaque.

Et tous deux, je le savais d’après les souvenirs partagés par Tessia, étaient importants pour lui.

L’émanation que je pouvais percevoir d’Elenoir était très proche de l’endroit où se trouvait la capitale de Zestier. Il y avait vécu – avec Tessia – une grande partie de son enfance. Et le village enterré sous Darv est l’endroit où il s’est rendu lorsque les Dicathiens ont perdu la guerre, où il a retrouvé sa mère et sa sœur après qu’Agrona a failli les capturer.

Soit Grey essaie de se cacher là où il pensait que je ne pourrais pas le sentir – en Elenoir, où il y a peu de mana pour le trahir – soit il n’a pas réussi à reproduire parfaitement sa propre signature éthérique, qui provoque une perturbation plus forte dans le mana que ces fausses balises qu’il a créées. Dans tous les cas, il a commis une erreur. Mais de quel côté penche cette erreur ?

Je me suis efforcé de me remémorer tout ce que je savais de Grey dans notre monde et de le combiner avec ce que j’avais appris de lui dans sa vie d’Arthur Leywin.

Le village des anciens mages a du sens, si Arthur avait confiance en sa capacité à déguiser sa véritable position, continuèrent mes pensées. Fournir autant de faux positifs pour ensuite se cacher là où sa véritable signature ne pouvait pas être détectée du tout en Elenoir serait vraiment l’acte d’un lâche.

Arthur n’est pas un lâche, pensa Tessia d’un ton détaché.

Et pourtant, dans les deux cas, il se cache pendant que ses alliés se battent et meurent pour dissimuler sa position, répondis-je.

Tessia a sobrement considéré mes paroles et n’a pas répondu tout de suite.

Je suis d’accord avec toi, pensai-je à Tessia en me décidant. Ce n’est pas un lâche. Mais il a trop confiance en ses propres capacités.

Au moment où j’ai décidé d’un plan d’action, un autre problème s’est présenté à moi.

Debout, j’ai quitté la maigre couverture des artefacts de protection et j’ai inspecté le bouclier lisse qui s’enroulait autour de notre emplacement, s’étendant haut dans les airs pour contenir la faille. Un second anneau d’artefacts projetait du mana déformant directement dans la brèche, empêchant quiconque de passer de l’autre côté.

Mais j’étais maintenu à l’intérieur du bouclier aussi efficacement que la horde de dragons était maintenue à l’extérieur. Je pouvais traverser la barrière, bien sûr, mais cela m’exposerait à l’armée de Charon et ouvrirait même momentanément l’équipement à l’intérieur à leurs attaques. Ce n’est pas acceptable. J’ai ignoré le fait qu’Agrona trouverait certainement mon abandon de poste tout aussi inacceptable ; si je lui apportais Grey, cependant, je savais qu’il me pardonnerait….

J’ai fait signe à Lorcan, le Wraith chargé de me soutenir et de transmettre mes ordres à tous les autres. Balafré et pâle, avec des cornes dentelées de forme anormale, Lorcan avait un aspect désagréable, mais c’était un vrai soldat. Il n’avait pas la suffisance de tant d’autres Wraiths et poursuivait les objectifs d’Agrona avec fébrilité et sans se poser de questions. “Héritage ?” demanda-t-il, ses yeux rubis étant vides de toute autre chose que l’attente.

“La situation a changé, et on a besoin de moi sur le terrain”, expliquai-je perfidement. “Je te laisse le commandement de la brèche. Fais en sorte que les Instillers restent à leur poste et que les réseaux de boucliers fonctionnent, et je ne doute pas que tout continuera à se dérouler comme prévu.”

Si Lorcan était surpris, il n’en laissa rien paraître. “Bien sûr, Héritage. À la volonté du Haut Souverain.”

J’ai hoché la tête en guise de réponse, et il a regagné les airs pour aller prévenir les chefs de chaque groupe de combat wraith.

De retour dans la solitude relative entre deux des artefacts du bouclier, je me suis assise les jambes croisées et j’ai attendu. Cela faisait peut-être trente minutes que Charon était arrivé et que les attaques occasionnelles contre le bouclier avaient cessé. Je ne pensais pas qu’ils attendraient beaucoup plus longtemps avant de tenter un assaut en présence de leur chef.

Pendant que j’attendais, j’ai étendu mes sens à travers le sol, sentant les endroits où le bouclier émanait et se refermait sous nous, ainsi que les endroits où le sol était le plus mou. Si je devais partir, je devais le faire sans me faire remarquer si je voulais chercher Grey sans être traqué par les dragons.

Cinq autres minutes s’écoulèrent dans un silence relatif, puis d’un seul coup, l’atmosphère à l’extérieur du bouclier se transforma en une tempête de mana, l’air devenant blanc comme si nous étions pris au cœur d’un éclair. Les poils de mes bras se hérissèrent sous l’effet de la charge atmosphérique, et ma peau se hérissa de chair de poule. Le sol et le ciel se sont fendus tandis que des dizaines de sorts asuran s’écrasaient contre le bouclier.

Je me saisis du mana de l’attribut terre, et le sol coula comme de l’eau, me permettant de m’y enfoncer. En même temps, j’ai serré fermement mon mana, empêchant la moindre fuite qui pourrait être perçue comme une signature de mana en mouvement. Pour me camoufler plus complètement, j’ai effacé tout mouvement du mana atmosphérique qui aurait pu donner des indications aux dragons sensibles sur l’endroit où je me trouvais.

Le bruit de la bataille est passé du craquement aigu du tonnerre au grondement profond d’une avalanche. Le mana d’attribut terrestre me projeta vers l’avant à travers le sol lui-même, qui s’écarta avant de se refermer derrière moi comme si je nageais dans la terre battue.

La force tangible qui constituait la barrière se dressait devant moi. J’y ai tendu la main, j’ai saisi un fil de ce mana et j’ai tiré. Comme la couture d’un tissu, il s’est défait et je suis passé à travers. J’ai attendu de l’autre côté quelques instants, le temps que la barrière se guérisse d’elle-même grâce à la pression constante exercée par les artefacts qui se trouvaient au-dessus, puis j’ai continué.

Même avec mon contrôle presque parfait du mana, il était toujours plus difficile et plus lent de séparer la terre et le réseau de racines qui la traverse que de voler dans les airs. Mais comme les dragons pouvaient aller si loin et si vite, et que d’autres arrivaient encore de tout le continent, je voulais m’assurer que je ne serais pas détecté, et je me suis donc enfoncé dans le sol pendant un long moment. Des donjons et des grottes parsemaient le paysage de la Clairière des Bêtes, mais je les contournais plutôt que de ralentir davantage ma progression en les traversant.

‘Si Arthur est vraiment incapable de se défendre, alors il n’a pas d’autre choix que de se cacher. Et ses amis – tous ceux qui l’aiment – le défendent volontiers”, dit Tessia tout à coup.

Il m’a fallu un moment pour faire le lien entre ses pensées et notre conversation précédente. Et toi, tu l’aimes ? Tu l’aimes vraiment, je veux dire. Je ne pensais pas avoir besoin de demander, puisque nos esprits étaient connectés, mais les émotions de Tessia autour de Grey étaient complexes et difficiles à analyser, même lorsqu’elle n’essayait pas de me déconnecter d’elles.

‘Je l’aime depuis que je ne suis qu’une petite fille’, dit-elle après une très longue pause. ‘Il a été mon premier amour, je crois.’

‘Mais maintenant, tu sais ce qu’il est. Ce qu’il est. Qu’il t’a menti pendant tout le temps où tu l’as connu. Avec tout ce bagage, peux-tu encore vraiment l’aimer ?’

‘Je ne pense pas qu’Arthur ait jamais prétendu être quelqu’un d’autre que ce qu’il était vraiment’, répond-elle lentement, en formant chaque mot avec soin. ‘Je ne peux qu’imaginer à quel point cela a dû être difficile pour lui – la solitude, la culpabilité de devoir garder un tel secret. ‘

‘Il t’a menti parce qu’il y était obligé,’ continuai-je, ma voix mentale s’adoucissant.

‘Quel autre choix avait-il ?’ demanda-t-elle. ‘Je ne prétendrai pas comprendre ce que cela signifie de se construire émotionnellement en plus de tout cela. L’amour d’un enfant est-il réel ? Peut-être pas. Mais je sais que je tiens à lui, que je le respecte et que je veux qu’il ait une vie heureuse après tout ça. Si ce n’est pas le fondement d’un véritable amour, alors je ne sais pas ce que c’est’.

Ses mots m’ont aidée à donner un contexte à mes propres émotions complexes. Je ressens à peu près la même chose à propos des mensonges que Nico a aidé Agrona à me mettre dans la tête. Ils avaient un but, et Nico a senti qu’il devait le faire. C’était pour mon bien, comme Grey pour toi.

‘Ce n’est pas ce que je voulais dire’, dit Tessia timidement. Elle s’est arrêtée quelques secondes. ‘Arthur avait besoin de se protéger avec des mensonges. Que ce soit bien ou mal, ce n’était pas une action faite pour me contrôler.’

Il n’était pas difficile de lire le sous-entendu de ses paroles, que j’ai considérées en silence pendant un certain temps. ‘Tu penses que tu es justifiée de pardonner les mensonges de Grey, mais je suis idiote d’avoir pardonné à Nico et Agrona.’

Comme si elle avait anticipé ce que j’allais dire, elle a répondu immédiatement. ‘Je pense que tu cherches encore à savoir qui tu es, Cecilia, et que tu as du mal à prendre des décisions en toute confiance parce que tu remets constamment en question la source de chacune de tes pensées. Est-ce toi ou Agrona ? Ou même moi ? Je ne veux pas être la voix dans ton oreille qui te guide pour que tu fasses les choses à ma façon.’

Encore une fois, je n’avais pas de réponse, et nous nous sommes donc tus tous les deux, nos pensées étant comme deux nuages troubles qui se mêlent juste sur les bords. J’ai laissé la vue de la terre qui se déployait devant moi m’attirer et effacer toutes les pensées persistantes à propos de Grey ou de Nico… ou de moi-même.

Je ne me suis soulevée du sol qu’après avoir vérifié qu’il n’y avait pas de dragons à une très grande distance, puis je me suis envolée au-dessus des Grandes Montagnes. L’air froid me fit du bien après les tunnels claustrophobes de mon vol souterrain.

Les montagnes, puis le désert, défilèrent en un clin d’œil, me rappelant les portails de téléportation utilisés par les Dicathiens. Il s’agissait de reliques des anciens mages, tout comme le village souterrain que j’ai trouvé en m’abaissant à travers un trou béant dans le sol du désert, là où le plafond de la caverne s’était partiellement effondré. D’énormes tas de sable s’étaient accumulés en dessous, recouvrant la moitié de la caverne. Ce que je pouvais voir du reste était complètement démoli.

D’après les rumeurs que nos espions avaient passées au crible, Grey avait combattu un véritable asura ici. En regardant les dégâts, je pouvais le croire.

Si près, je pouvais maintenant sentir l’émanation éther-mana d’en bas, même sans étendre mes sens avec force. Malgré le réseau sinueux de tunnels qui s’étendait depuis le village détruit, l’émanation était comme une boussole, m’indiquant où je devais aller. À part quelques énormes bêtes de mana ressemblant à des rongeurs, je ne voyais rien tandis que je filais le long des tunnels sombres, mes yeux rehaussés de mana pour voir.

J’étais presque arrivé à ma cible lorsque l’effroi m’envahit soudain, éteignant mon impatience comme le vent sur la flamme d’une bougie. Mes pieds touchèrent le sol, puis je reculai instinctivement en cherchant dans le passage carré la source de mon effroi. C’était comme un miasme suspendu dans l’air, une chose intangible avec des griffes bien réelles qui voulaient s’attaquer à mes yeux, mes poumons et mon cœur, mais il n’y avait aucun sort, aucun mana que je pouvais…

J’ai réalisé qu’il s’agissait d’un effet éthéré. Une peur qui ne peut pas être traversée ou rejetée. La couche de protection parfaite.

Bien que j’aie continué à hésiter, à remettre en question ma décision de venir à Darv plutôt qu’à Elenoir, j’ai su à ce moment-là que j’avais fait le bon choix.

En serrant les dents, j’ai poussé vers l’extérieur avec du mana, à la fois mon propre mana purifié qui circulait dans mon corps sans âme et le mana atmosphérique qui persistait dans les tunnels profondément enfouis dans le sol. Des fissures couraient le long des murs et se répandaient en toile d’araignée sur le sol, et des distorsions visibles de lumière et de chaleur scintillaient dans l’air. La glace se condensait sur les murs, puis se brisait et s’écoulait sous forme d’eau pour s’accumuler sur le sol avant de se transformer en vapeur et de circuler à nouveau dans l’air, où elle était à nouveau poussée vers l’extérieur par la pression que j’exerçais.

L’effroi s’est atténué, puis a reculé, toujours présent mais distant et manquant de puissance. Je ne pouvais pas contrôler l’éther, ni rompre le sort et mettre fin à ses effets, mais en déplaçant une force de mana suffisamment puissante, je l’avais momentanément perturbé. Sans perdre de temps, j’ai accéléré, quittant rapidement la zone d’effroi.

Lorsque j’ai tourné le coin suivant, je me suis arrêté brusquement.

Un mur de pierres vivantes coupait le tunnel en deux, se déplaçant constamment de gauche à droite sur le chemin. Malgré les tonnes et les tonnes de pierres qui se déplaçaient rapidement, il ne faisait presque pas de bruit.

“Quel autre tour as-tu dans ta manche, Grey ?” demandai-je, ma voix résonnant fortement contre le bruissement étouffé du sortilège.

En le regardant bouger, j’ai remarqué les petits détails. Ce n’était pas un mur de pierre solide, mais de nombreuses plaques plus petites qui s’emboîtaient les unes dans les autres comme des pièces de puzzle, le tout s’écoulant à l’intérieur d’une rainure taillée à la perfection pour s’adapter à la machination. Il dégageait une saveur puissante et étrangère de mana. Cela, plus que tout, suggérait une origine qui n’était ni dicathienne ni alacryenne.

J’ai poussé contre le mana avec le mien, et il m’a repoussé assez fort pour que je trébuche d’un pas et que je sois obligé de reprendre mon équilibre. Un air renfrogné s’est dessiné sur mon visage. Levant une main pour m’aider à me concentrer, j’ai saisi la pierre qui se déplaçait rapidement avec le mana de l’attribut terre, essayant de l’immobiliser.

Les plaques de pierre imbriquées les unes dans les autres frissonnèrent tandis que le pouvoir qui les contrôlait luttait contre le mien. Sans relâcher la pression que j’exerçais, j’ai atteint cette puissance et j’ai essayé d’y puiser. Elle tenait bon, lourde et inexorable, aussi inébranlable que les racines du monde. Je tirai plus fort, m’efforçant de résister au poids de cette puissance jusqu’à ce que les plaques formant le mur en mouvement se fissurent, se brisent et s’immobilisent, remplissant le couloir de morceaux de roche brisés. Les murs tremblaient, et un terrible grondement menaçait d’ébranler les fondations mêmes de Dicathen.

Puis, aussi soudainement que cela s’était produit, les secousses et les grincements se sont arrêtés.

Je me suis penché pour inspecter un morceau de la pierre. Elle avait un léger éclat, plus pâle que l’obsidienne, et ne présentait pas les stries lisses révélatrices des cassures. Au lieu de cela, il y avait des couches et des couches de roches compactes pressées les unes contre les autres, un peu comme les anneaux d’un arbre.

Il était difficile de mettre le doigt dessus, mais la pierre était presque vivante. Lorsque j’ai passé un doigt sur la surface rugueuse de la cassure, la chair de poule a rudoyé ma peau et je me suis éloignée.

Le couloir se prolongeait au-delà du mur de pierres mouvantes, dans l’obscurité. En me tenant droite, j’ai regardé fixement la brèche. “Je sais que tu es ici, asura. Je suis sûr que tu peux m’entendre. Je suppose que les menaces ou les promesses seront accueillies par un silence égal, alors je ne t’insulterai pas en essayant de te faire dévier de ta route. Mais dans dix minutes, lorsque tu prendras tes dernières respirations agitées, souviens-toi de ce moment, et de la façon dont tu aurais pu choisir différemment.”

Un gloussement sourd a résonné dans l’obscurité, et un homme est sorti de l’ombre pour entrer dans le champ de vision de ma vue améliorée par la mana. Son dos était légèrement voûté, ce qui accentuait l’aspect frêle de son physique. Des yeux sombres et fatigués me fixent sous un rideau de cheveux noirs et gras. “Bravade. C’est ce qui arrive quand on donne à un enfant un pouvoir infini. Tu passes beaucoup trop d’énergie à te convaincre que tu es vraiment aussi génial que les gens te le disent, malgré le fait que tu te sentes comme un imposteur dans ta propre peau.” Il inclina légèrement la tête, laissant pendre la tignasse grasse de ses cheveux. “Enfin, sauf que tu es un imposteur dans la peau de quelqu’un d’autre, mais passons.”

Ma mâchoire s’est douloureusement serrée, et je me suis élancé avec un craquement de tonnerre et une lance de foudre. L’attaque a frappé l’asura en pleine poitrine et il a explosé, sa chair et ses os giclant sur le sol lisse avec fracas. Sauf que ce n’était pas de la chair et des os, mais seulement plus de pierre striée.

“Je ne m’attendais pas à ce qu’un asura joue à des jeux d’enfants”, dis-je en essayant, et en réussissant la plupart du temps, à garder ma voix égale. “Si je ne suis pas aussi puissante qu’on le dit, pourquoi courir et se cacher ?”.

Aucun mot ne m’est revenu, si ce n’est ma propre voix qui résonnait doucement dans l’espace exigu.

Prudemment, j’ai franchi la brèche pour entrer dans le couloir au-delà. Le tunnel se sépara presque immédiatement en forme de ‘y’ avant de tourner à nouveau peu de temps dans les deux sens, limitant la distance que je pouvais voir. Les murs étaient faits du même type de pierre. Lorsque j’ai passé ma main le long du mur, je l’ai trouvé chaud au toucher, puis je me suis éloigné lorsqu’il s’est mis à vibrer d’une sorte de pulsation, bien plus lente que les battements de mon propre cœur, mais pas moins réelle.

La signature éthérique de Grey a résonné à ma gauche, pas très loin.

La tension silencieuse de Tessia s’est installée à l’arrière de mon crâne comme une migraine imminente.

J’ai pris à gauche, et le tunnel bas et étroit a tourné à nouveau à gauche après une vingtaine de mètres, pour tourner à droite peu de temps après. Lorsque j’ai atteint la prochaine séparation, j’ai compris. Un labyrinthe…

En fermant les yeux, je me suis concentré sur la distorsion du mana que je savais être Grey. Lorsque j’ai tiré sur le mana de l’attribut terre infusé dans le mur de pierre dans cette direction, le labyrinthe tout entier a tremblé. J’y ai opposé toute ma volonté et le mur a explosé.

Le labyrinthe s’est transformé en une batteuse de plaques de pierre se déplaçant dans toutes les directions autour de moi. En me glissant sous un morceau tranchant comme une guillotine, je me suis enveloppé de mana et j’ai regardé à bout de souffle.

On aurait dit un chaos sauvage, mais ce n’était pas le cas. Non, la pierre en mouvement, sous la forme de tonnes et de tonnes de plaques imbriquées les unes dans les autres, était aussi contrôlée que les rouages d’une horloge, s’emboîtant parfaitement et glissant l’une sur l’autre avec une parfaite intégrité. C’était une véritable œuvre d’art, une utilisation du mana si inexplicablement belle que je ne pourrais jamais espérer la recréer.

Comme une pierre dans l’horloge, j’ai interrompu le mécanisme, et quelques plaques ont craqué contre mon mana, mais d’autres se sont déplacées sans heurt pour les remplacer.

En quelques instants, le labyrinthe entier s’est reformé autour de moi, me laissant dans une impasse, le mur cassé remplacé par un tout nouveau.

En fermant les yeux, j’ai senti ce qui m’entourait, traçant les lignes de mana. Le labyrinthe était épais de mana atmosphérique d’attribut terre, comme une poussière lourde qui s’accrochait à tout et étouffait l’air. La signature d’Arthur rayonnait depuis le centre du labyrinthe, mais la luminosité du mana était telle que je ne pouvais pas suivre proprement le labyrinthe uniquement avec mes sens.

J’ai reculé et j’ai heurté les murs à nouveau. À nouveau, ils explosèrent, les plaques qui les formaient tournoyant dans les airs, se reconnectant et reformant de nouveaux murs avant de se remettre en place en glissant doucement.

J’ai essayé de voir à travers le trou avant qu’il ne se referme, mais le chaos m’a aveuglé jusqu’à ce que le labyrinthe se soit reformé.

Me donnant le temps de réfléchir, de me calmer et d’absorber plus de mana – cherchant en particulier les morceaux de mana de l’asura que je pouvais arracher au grand nuage – je commençai à suivre le labyrinthe au lieu d’essayer de me frayer un chemin à nouveau.

Avançant prudemment en manœuvrant dans les méandres, j’ai essayé d’être patiente et méthodique. Malheureusement, ce n’était pas mon point fort.

“Maudit soit cet endroit”, ai-je maudit en me heurtant à une nouvelle impasse.

Petit à petit, tout au long du labyrinthe, j’ai recueilli des indices du mana de cet asura, et ma compréhension de ses attributs particuliers s’est accrue. Ce n’était pas la même chose que de vider Aurore, la phénix, de tout son mana, mais je sentais la balance pencher de mon côté à chaque instant.

“Ton contrôle est vraiment remarquable”, dit une voix derrière moi, et je me retournai pour trouver l’asura à l’allure frêle à moins de trente pieds de moi. “Comprendre le mana des titans en y puisant directement, en le forçant à s’éloigner de moi ? C’est un genre de maîtrise que je n’aurais pas cru possible.”

J’ai inspecté la silhouette de près, à la recherche de tout ce qui pourrait me dire s’il s’agissait du véritable asura ou d’un simple golem. Je ne l’avais pas remarqué avant, mais il y avait un motif subtil sur sa peau, et une netteté de ses traits, qui reproduisaient la texture du labyrinthe de pierre. “De même, c’est assez incroyable que tu puisses faire une réplique aussi convaincante de toi-même”.

J’ai poussé en avant avec mes deux mains et une tempête de grêlons, chacun vibrant d’un noyau de mana déviant à attributs sonores condensés, a sifflé dans le couloir. Un mur de plaques de pierre mobiles s’est mis en place entre moi et l’asura, et un bruit semblable à celui d’une vieille fusillade terrestre a retenti dans le couloir lorsque les grêlons et le mur ont tous deux explosé.

Le mur artificiel s’est effondré, révélant l’asura, dont la moitié du visage a été soufflée. La partie restante de sa bouche sourit, puis le golem bascula en arrière, heurta le sol et éclata en un millier d’éclats tranchants.

Instantanément, j’ai retourné la gravité contre les pierres, les faisant dégringoler sur le sol jusqu’à moi. Le mana s’échappait encore de leur surface, comme des braises légèrement fumantes. Je puisai dans le mana, en attirant autant que possible.

Un déclic s’est produit.

Je me suis mis au carré avec le mur du labyrinthe qui faisait face à la signature d’Arthur. J’ai pris le temps de rassembler mon pouvoir, laissant le mana purifié sortir de moi, s’accumuler à la surface du mur de pierre et s’infiltrer dans les minuscules fissures où les plaques de connexion se croisaient.

Au lieu de frapper d’un seul coup de ma volonté la magie qui maintient les murs en place, j’ai augmenté la pression de façon ferme mais constante, en commençant par une petite poussée, puis en appliquant lentement une force de plus en plus grande. Bientôt, les murs tremblèrent à nouveau, les forces opposées agissant sur le mana comprimant les particules individuelles comme si elles étaient prises dans un étau, les plaques de pierre se déformant pour révéler les fissures entre elles.

Enfonçant des doigts griffus de mana dans les fissures, je les séparai, me frayant un chemin à travers le mur. Cette fois, lorsque la vague de magie a commencé à reconstruire le labyrinthe alors que j’étais toujours à l’intérieur, j’ai retenu le sort. Plusieurs milliers de plaques de pierre se séparèrent, se déplacèrent, puis se figèrent dans l’air, flottant déconstruites tout autour de moi, comme les mottes de neige individuelles d’un globe de neige.

La poussière et la pierre tourbillonnèrent devant moi, manifestant à nouveau l’asura. Il s’élança en avant et un poing de pierre frappa mon sternum, me soulevant du sol et m’envoyant voler en arrière. Alors que ma concentration se brisait, mon emprise sur son sort se relâcha, et les plaques de pierre se mirent à tourner et à se tordre pour se remettre en place, reformant le labyrinthe.

J’ai percuté un mur solide, qui s’est déformé, puis je l’ai traversé en volant. Un autre mur se dressa à ma rencontre, puis un autre, et je fus enfoncé comme un clou.

Luttant pour conserver mes sens, j’ai forcé la gravité à m’attirer dans toutes les directions, m’immobilisant de force au centre d’un puits de gravité écrasant. Mes dents s’entrechoquaient tandis que je luttais pour ignorer la douleur hurlante qui s’accrochait à chaque partie de mon corps. Libérant toute cette tension, cette énergie et cette douleur dans un cri sauvage, je poussai vers l’extérieur.

Le labyrinthe s’est déchiré, un mur de gravité, de vent et de force pure née du mana emportant un arsenal de plaques de pierre loin de moi dans une marée de violence sanglante.

Je m’affaissai, posant mes mains sur mes genoux, incapable de me tenir complètement debout. La résistance semblait se rétrécir, diminuer. En regardant à travers le rideau de cheveux gris canon, j’ai vu une grande chambre plate s’ouvrir autour de moi. Elle était plus petite que je n’aurais pu l’imaginer, et presque vide à part les gravats qui jonchaient le sol.

L’asura était agenouillé non loin de là. Des entailles sanglantes couvraient son corps – des vraies, j’en étais certain. Il tourna la tête vers le centre de la chambre, où une deuxième silhouette reposait sur un épais coussin, assise les jambes croisées sous lui et les bras posés sur ses genoux, les yeux fermés. ” Arthur, réveille-toi ! “, souffle l’asura à bout de souffle.

L’adrénaline et le goût de la victoire ont fait reculer ma douleur, et j’ai foncé vers Grey. D’un geste de la main, des plaques de pierre fendirent l’air, renversant l’asura au sol. Des griffes de mana se sont dirigées vers Arthur, accompagnées d’une pointe de peur et d’incrédulité de la part de Tessia.

Les yeux d’Arthur se sont ouverts et il m’a fait un sourire ironique.

Mon estomac s’est mis à trembler lorsque le sol s’est effondré sous mes pieds. Des éclats de mana explosèrent comme des feux d’artifice devant mes yeux et se répercutèrent dans la chambre, percutant mes sens de toutes parts. Mentalement ébranlé, je m’enveloppai de mana et tentai désespérément d’atténuer mes sens et de rattraper ma chute.

Une force extérieure m’a poussé d’en haut, m’entraînant vers le bas.

Avec un cri furieux, j’ai arraché le contrôle de la gravité et je me suis bloqué sur place. Mes yeux s’ouvrirent ; la chambre obscure était en grande partie perdue sous une mer de points blancs qui scintillaient dans ma vision, mais je pouvais voir, juste en dessous de moi, une surface opaque, huileuse et faiblement brillante dans un cadre sculpté : un portail.

Une autre décharge de mana m’a percuté de haut en bas, me forçant à descendre vers le portail, qui s’ouvrait sous moi comme la gueule d’une grande bête de mana. Comprenant, j’ai poussé vers le bas dans le portail lui-même, déformant la surface et la repoussant loin de moi alors que je m’enfonçais centimètre par centimètre vers lui. Mon mana s’est enroulé autour du cadre et j’ai poussé, essayant de le déchirer et de détruire le portail lui-même.

Mais de plus en plus de mana se pressait sur moi, des raz-de-marée de mana. Je me suis retourné et j’ai jeté un coup d’œil par-dessus mon épaule.

Grey volait au-dessus de moi. Là où il se trouvait, il y avait maintenant un piédestal de pierre surmonté d’un ellipsoïde rougeoyant fait de mana blanc argenté et d’éther améthyste. Son visage, encadré par des cheveux blonds comme le blé qui ondulaient et serti d’yeux dorés, était tranchant, son expression amère et rigide.

D’une main, j’ai griffé le portail. De l’autre, j’ai tendu la main vers l’arrière et tenté de l’attraper. Si je pouvais l’entraîner avec moi dans le portail…

Les griffes paniquées de Tessia s’enfoncèrent au fond de mon esprit tandis qu’elle luttait pour s’exercer. ‘Je suis désolé, Cécilia, mais je ne peux pas te laisser faire ça.’ Des lianes d’émeraude se sont enroulées autour de mes bras et de ma gorge.

Mais après ce qui s’est passé avec Mordain, j’étais prête.

En moi, des lianes de mana pur imitaient les siennes, trouvant son essence spirituelle et s’enroulant autour d’elle, la liant, l’étouffant et l’écrasant.

Ma concentration était trop divisée. Je ne pouvais pas combattre Grey, Tessia et le portail en même temps.

J’ai croisé ces yeux dorés et j’ai relâché mon emprise sur le portail. Faisant tourner mon corps sur place, j’ai arraché les lianes au contrôle de Tessia et je les ai envoyées serpenter vers le haut. Elles s’enroulèrent autour des bras, des jambes et du cou de Grey et, d’un coup sec, le tirèrent vers moi. Les lianes se refermèrent sur les membres coincés, les épines s’enfonçant dans sa chair et produisant de petites gouttelettes de sang qui coulèrent le long de son corps.

Je le tenais ! Et mieux encore, j’avais interrompu sa concentration sur la clé de voûte. Il ne contrôlerait jamais le destin…

Le soulagement m’envahit, mais pas le mien. Distraite, je me suis tourné vers Tessia. Elle reculait, elle ne me combattait plus.

Au-dessus, des fissures s’étendaient à partir de l’endroit où les lianes se resserraient autour des membres de Grey. Là où les gouttelettes de sang coulaient, elles emportaient la couleur de sa peau, révélant un gris uniforme.

Mes yeux s’écarquillèrent, passant de Grey à l’ellipsoïde de mana et d’éther qui trônait sur le piédestal. Je pensai au mana terrestre lourd qui recouvrait toute cette caverne, aux golems légèrement imparfaits et au désespoir apparent de l’asura qui me frappait alors que j’avais contrôlé son sort. Couche après couche de tromperie, toutes parfaitement exécutées.

Grey, qui ne projetait aucune des tensions entre le mana et l’éther que j’aurais dû ressentir, me fit un clin d’œil avec un œil doré, et lorsqu’il s’ouvrit à nouveau, seule de la pierre grise fixait un visage gris. Un bras se brisa, et au lieu de sang et d’os, la pierre étincela, révélant les mêmes anneaux serrés de compactage que j’avais remarqués dans les plaques de pierre.

Alors que mon dos touchait le portail et que je sentais qu’il m’enveloppait et m’attirait à l’intérieur, Grey tomba en poussière. Derrière lui, l’asura était assis sur un trône de terre flottant, un sourcil fin haussé avec dédain tandis qu’il me fixait, une main pressée sur son flanc noirci par le sang.

Puis le monde devint violet et gris, et le portail m’emporta.


Commentaire

5 8 votes
Note
S’abonner
Notification pour
11 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Kassy B
2 mois il y a

Encore une blague de notre Titan préféré XD. Je me demande si Nico n’aide pas Arthur de manière détourné, il donne des explications vagues sur les points éthérés. Il savait que Cécilia n’allait pas le consulter et foncé tête baissé comme a son habitude. Finalement elle est tombé tête la première dans le piège.

Hippolyte Douis
2 mois il y a

Merci pour la trad

maskapitaliste john
2 mois il y a

mdrr elle s’est fait bait de A à Z

Netero
2 mois il y a

Le chapitre de fou que je viens de lire ! Masterclass de l’auteur
Je pensais que c’étais le vrai Arthur qui se battait contre Cecilia mais non ! C’était vraiment super bien vu d’utiliser les pouvoirs de Wren pour rouler Cecilia dans la farine ptdr. Arthur avait prévu tous les scénarios imaginables pour piéger Cecilia et il savait que c’était impossible pour elle de rester les bars croisés et de l’attendre. Le mec c’est devenu Aizen lol

Merci pour la traduction !

Marie Lucienne
2 mois il y a
Répondre à  Netero

J’t’assure
J’ai cru autant que Cecilia, Tessia aussi d’ailleurs, alors que j’aurais dû me souvenir que non seulement Personne ne savait où il était, mais aussi et surtout qu’il n’était pas seul, mais avec Sylvie et Régis, en mode ” sérieux ?! ” Et puis j’ai dû relire certains passages tellement je palpitais 😆😆
Arthur c’est un sur-azuza
Il réfléchit trop lol XD

Ange ANANI
2 mois il y a
Répondre à  Marie Lucienne

A tous les coups c’est le gambit du roi qui lui a inspiré ce plan de zinzin…

Ange ANANI
2 mois il y a

Dinguerie 😂.
Arthur ne pouvait compter que sur Wren Kain pour un coup pareil. Ça confirme ce que je pensais, elle a beau avoir une compréhension quasi parfaite du Mana, il existe un niveau de maîtrise qu’elle ne peut pas espérer atteindre de sitôt. Je trouvais que pour des êtres centenaires les asuras tombaient trop facilement devant elle mais Heureusement l’auteur nous a donné un vrai aperçu de l’expérience d’un Asura qui a vécu. En gros Wren n’était plus dans le labo depuis un bail.

Pour le coup je vous parie que Cécilia a été envoyée dans le seul endroit capable de la retenir un très long moment.
Les Relictombs. Chapeau bas.

Dernière modification le 2 mois il y a par Ange ANANI
Marie Lucienne
2 mois il y a

J’veux la suuiiiiiiiiiiiiiiteeeeeeee 🤩😭😭

Sigurd Goudard
2 mois il y a

Merci pour le chapitre

Miio Karteas
1 mois il y a

Énorme merci pour ce chapitre autant pour la trad que l’écriture de TurtleMe j’adore quand ça veut essayer de leurrer les lecteurs comme çaa
Excellent je m’attendais à ce que ce soit un golem mais le coup du portail ça c’est magnifiquement bien pensé elle est probablement loin dans les relictombs avec un mille pattes géant là elle pourra en bouffer du mana à gogo !

SØZ ŌX
3 jours il y a

Incroyable ce chapitre Wren qui a feinté Cecilia de A à Z

error: Le contenu est protégé !
11
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser