the beginning after the end Chapitre 474

Le bilan

Traducteur: Ych
————–

ARTHUR LEYWIN

Nico m’a regardé et m’a adressé un sourire malicieux. ” Il va y avoir un nouveau aujourd’hui. Une autre fille. Draneeve l’a laissé échapper ce matin.”

J’ai seulement secoué la tête en procédant à mes étirements pour me préparer.

“J’espère qu’elle est aussi mignonne que la fille Maylis.” Nico me regardait avec impatience, sachant que parler de ce genre de choses me faisait toujours rougir. J’ai essayé de le cacher mais j’ai quand même senti la chaleur monter dans mon cou. Nico a ri, me regardant m’étirer sans faire d’effort pour le faire lui-même. “Je crois que celle-là t’aimait bien.” Le sourire est devenu forcé. “Plus qu’elle ne m’aimait, en tout cas.”

Je me suis frotté la nuque et j’ai écarté une mèche de cheveux auburn de mon visage, en marmonnant : “Je crois que tu n’as pas compris.”

Je détestais qu’il me tourmente de la sorte. J’avais l’impression qu’il avait toujours été comme ça, même dans notre vie antérieure, mais mes souvenirs de la Terre et de mon statut de roi n’étaient plus très clairs. Certains trucs, comme tout l’entraînement physique que j’avais fait, ressortaient clairement, mais ma vie elle-même semblait toute floue.

“Oui, oui, je sais”, dit Nico en roulant des yeux avant de jeter un regard vide sur la chambre d’entraînement. “Nous sommes à la recherche d’un mythique troisième mousquetaire pour notre duo dynamique.” Nico fronça soudain les sourcils, une expression que je me sentis reprendre à mon compte.

“C’est quoi un mousquetaire ?” demandons-nous tous les deux en même temps.

Nico a haussé les épaules en gloussant, mais je n’ai pas pu relâcher la question aussi facilement. Nous nous sommes souvent retrouvés à puiser dans un fait commun ou un morceau de mémoire culturelle de nos vies sur Terre, mais ils n’avaient tout aussi souvent aucun sens pour aucun de nous deux. Je ne pouvais m’empêcher de me demander s’il en avait toujours été ainsi depuis ma réincarnation, mais comme les souvenirs de la Terre, ma vie avant que la faux Cadell ne me sauve de ce dragon et ne m’amène à Alacrya était également floue.

Je suppose que c’est le cas, me dis-je. Je n’avais que quatre ou cinq ans quand c’est arrivé.

Mes pensées s’attardèrent sur ce sujet, piochant futilement dans la trame de ces souvenirs sans en tirer de nouvelles informations tandis que je terminais mon échauffement pré-entraînement. Ce n’est que lorsque les Faux Melzri et Viessa sont apparus que Nico s’est empressé de me suivre. Les deux Faux nous observaient en silence, Melzri semblant s’ennuyer tandis que Viessa dégageait une constante déception.

Lorsque la Faux Cadell est arrivé peu après, je me suis levé d’un bond et me suis mis au garde-à-vous. Il était accompagné d’une fille qui semblait avoir à peu près mon âge. Elle avait des cheveux bleu marine de la couleur de l’eau profonde de l’océan que j’avais vue en visitant la côte de Vildorial avec Cadell, mais ce sont ses yeux qui se distinguaient vraiment. Ils étaient comme deux rubis brillants enchâssés dans son visage légèrement rond.

Cadell a claqué des doigts et je me suis réveillée en sursaut, réalisant que je l’avais regardée fixement. À côté de moi, Nico n’arrêtait pas de me lancer des regards d’attente, mais je l’ai ignoré du mieux que j’ai pu.

“Grey. Nico. Voici Caera de Haut Sang Denoir.” Cadell nous observait attentivement, ses yeux rouges sombres par rapport à ceux de la jeune fille. À part ses lèvres et ses yeux, pas un muscle ne tressaillait. Il restait si immobile qu’il aurait pu être sculpté dans la pierre. “Elle est issue du sang de Vritra, bien qu’elle ne se soit pas encore éveillée. Elle s’entraînera avec vous pendant les prochains jours. Cette opportunité est un grand honneur pour le sang Denoir.” Son ton changea lorsqu’il dit cette dernière partie, montrant clairement qu’il s’adressait à la jeune fille sans même la regarder.

Elle s’inclina profondément, ses cheveux couleur marine tombant sur son visage. “Bien sûr, Faux Cadell Vritra ! Je te remercie pour cette incroyable opportunité. Haut Sang Denoir prouvera sa pureté au Haut Souverain.”

Ils sont tous pareils, pensai-je en me souvenant de tous les autres jeunes enfants adoptifs de sang Vritra qui avaient été amenés à s’entraîner avec nous au cours des deux derniers mois. Il était difficile de voir le monde de leur point de vue. Pour eux, le Haut Souverain était une force mystique et inconnaissable, un dieu parmi les hommes. Et il était un peu intimidant – et tellement bizarre – mais surtout, il n’était que l’oncle Agrona.

Cadell me lança un regard significatif, me forçant à me redresser encore plus, puis reporta son attention sur les autres Faux. “Je vous laisse vous occuper des détails de l’entraînement d’aujourd’hui.”

“Comme toujours”, dit Melzri sous son souffle tandis que Cadell s’éclipse de la pièce. Je savais qu’il avait une ouïe folle et qu’il avait dû l’entendre, mais Melzri était toujours narquoise et il l’ignorait toujours. J’aimais bien Cadell, mais je n’arrivais pas à m’imaginer en train de faire le malin devant lui – ou d’être autre chose que parfaitement respectueux, en fait. D’une certaine façon, il était bien plus effrayant que l’oncle Agrona.

Viessa s’avança et nous fit signe de nous mettre en ligne tous les trois. Melzri sortit trois lames d’entraînement imprégnées de leur support et en tendit une à chacun d’entre nous. Elles étaient faites de bois de char, un bois noir dur, dense et difficile à travailler, mais qui retenait facilement la magie.

“Nico, Grey, vous allez commencer”, dit Viessa, sa voix me faisant frissonner, comme toujours. “Montrez à Caera la vitesse et l’intensité du combat que nous attendons. Concentrez-vous sur la forme et le bon déroulement de vos coups. Votre équipement sera réglé pour corriger les négligences.”

Je sentis mes muscles se tendre, et Nico se raidit derrière moi. Les runes gravées sur les lames et les poignées de nos épées d’entraînement permettaient de suivre la vitesse, la force et la précision de nos mouvements. Elles pouvaient également être réglées pour délivrer des chocs douloureux soit à la cible, soit au porteur, en fonction des performances des deux parties. Lorsque Viessa dirigeait l’entraînement, c’était souvent les deux, et le caractère douloureux de la “correction” était toujours intensifié.

“Caera, nous attendons de toi que tu sois capable de suivre le rythme de ces petits idiots sans l’aide d’aucune utilisation de mana”, dit Melzri à la jeune fille. “Sois attentive. Intériorise leur vitesse et leur style. N’oublie pas que nous cherchons à savoir si vous pouvez vous entraîner ensemble de manière efficace, ce qui implique de reproduire leurs efforts en douceur.” Elle a jeté un regard significatif à Nico. “À moins qu’ils ne se relâchent, alors ne te retiens pas, et ne t’inquiète surtout pas de les blesser.”

Les yeux de Caera se tournèrent vers Melzri avec incertitude pendant un battement de cœur avant que son expression ne se stabilise à nouveau. “Oui, faux Melzri Vritra !”

“Allez”, grommela Nico, en s’efforçant de ne pas faire la moue sur son visage. Même s’il était heureux de jouer les taquins, il détestait que Melzri s’en prenne à lui, ce qui ne faisait que l’inciter à le faire encore plus.

Il se dirigea vers le centre de la zone d’entraînement, tourna sur lui-même et se mit en position de queue, la lame de son épée tournée vers l’arrière, les bras en travers du corps. J’ai haussé un sourcil d’un air interrogateur et il a fait un petit signe de tête. Il prend ça au sérieux aujourd’hui, je suppose. Mais son regard n’arrêtait pas de passer de moi à la fille, et je m’étais entraînée suffisamment de fois avec Nico pour savoir que c’était déjà fini.

J’ai avancé ma propre jambe gauche, j’ai laissé la pointe de mon épée s’enfoncer dans la posture du fou et j’ai respiré, laissant la majeure partie de mon corps se détendre. Puis j’ai attendu. Nico n’était jamais très patient, mais il était beaucoup plus impatient lorsqu’il avait l’impression de devoir prouver quelque chose. Comme lorsqu’il y a une fille dans les parages. Nous sommes restés ainsi pendant quelques secondes seulement avant qu’il ne se crispe.

Il a ouvert le bal avec une coupe ascendante, que j’ai évitée d’un pas rapide en arrière, sans même brandir mon arme. L’épée de Nico a pivoté de droite à gauche, conservant l’élan du lourd bois de charpente, puis a tranché vers mon épaule. Au lieu d’esquiver vers la gauche, ce qui aurait été la direction naturelle, j’ai baissé la tête et j’ai fait un pas vers la droite, passant sous sa lame et amenant la mienne dans son flanc avec un bruit sourd.

Il a grogné et a reculé en serrant les dents.

Mon épée d’entraînement a fait jaillir une décharge de mana, qui m’a infligé une douleur fulgurante au niveau des bras et de la poitrine. Je serrai les poings, essayant de ne pas laisser transparaître la douleur en regardant les Faux d’un air interrogateur.

“Si ton adversaire portait une armure et bénéficiait de la protection du mana, il n’aurait même pas été blessé par la force de ta frappe”, expliqua Viessa de sa manière froide. ” Ne fais pas faux bond à la jeune dame Caera en faisant preuve de faiblesse devant elle. Tu sais bien qu’il ne faut pas penser que ce niveau de force serait acceptable, mon garçon.”

Frustré, j’ai hoché vivement la tête et j’ai remis les pendules à l’heure. Cette fois, Nico a été plus patient, et je suis passé à l’offensive en premier. Les lourdes lames en bois de charbonnier se sont entrechoquées bruyamment à plusieurs reprises, suivies d’un bruit sourd prononcé et d’un grognement de douleur de la part de Nico. Et nous nous sommes replacés à nouveau.

“Mieux. C’est la vitesse à laquelle nous nous attendons.” Viessa s’adresse à la jeune fille. “Toutes les formes traditionnelles sont acceptables. Il y aura plus tard une occasion d’entraînement qui t’encouragera à te libérer des positions établies, mais aujourd’hui, nous souhaitons voir si tu es suffisamment bien entraînée pour identifier et contrer les styles utilisés par Nico et Grey.” S’adressant à nouveau à nous, elle a claqué : “Alors ? Qu’est-ce que vous attendez ? Ne me faites pas perdre mon temps.”

Nico et moi avons fait du sparring pendant vingt minutes, échangeant trois fois plus de coups. Sur chaque coup porté, trois sur quatre étaient les miens, et mon sabre d’entraînement ne m’a pas “corrigé” une nouvelle fois. Nico, en revanche, a commencé à tressaillir à chaque pause après la cinquième fois que son épée l’a choqué.

Après cela, Viessa a demandé une halte et a fait avancer la fille, et Melzri m’a tirée sur le côté. Elle m’a forcée à me tenir debout, dos à la séance d’entraînement, les yeux fermés. Avec sa puissante signature de mana si proche et à peine contenue, il était difficile de se concentrer sur un autre sens que celui de mon noyau de mana. “Raconte la séance d’entraînement, ordonna-t-elle.

J’ai aiguisé mes sens naturels vers les sons et les mouvements des signatures de mana beaucoup plus faibles de Nico et de la fille. Leurs chaussures à talon glissent sur le sol. La peau de leurs mains craquait alors qu’ils tenaient fermement les poignées enveloppées de cuir de leurs épées d’entraînement. La respiration de Nico était plus lourde et plus rapide que celle de la fille.

“Caera a frappé en premier”, ai-je commencé à raconter, en faisant de mon mieux pour imaginer leur combat dans mon esprit. Une série de craquements de bois contre bois a résonné dans la chambre. “Nico se bat de façon défensive, il ne riposte pas. Il ” – il y eut une impulsion de mana suivie d’un gémissement étouffé – ” se retient. ”

“Bien”, dit Melzri, l’air légèrement ennuyé. “Continue.

J’ai continué à raconter la séance d’entraînement pendant les vingt minutes suivantes, recevant un coup sec contre une cuisse ou un biceps chaque fois que j’avais raté quelque chose ou que je m’étais trompé dans le déroulement du combat.

Mais en écoutant, j’ai senti que mon attitude commençait à changer.

Cette fille s’était manifestement beaucoup entraînée. Le problème avec les sangs Vritra – d’après ceux que j’avais rencontrés – c’est qu’on les traitait à la fois comme des armes et comme s’ils étaient en verre. Hautains et remplis de suffisance et de pouvoir social non mérité, aucun d’entre eux ne s’était concentré ou n’avait travaillé. Naturellement talentueux, oui, mais bien formés, non.

À l’exception de cette fille. Légèrement plus lourde, elle était plus forte que les garçons avec lesquels nous nous étions entraînés, mais toujours rapide. Elle n’a raté que quelques pas pendant les vingt minutes qu’a duré l’entraînement, car elle est entrée et sortie sans problème d’une douzaine de positions. Nico n’était pas vraiment le plus travailleur de Taegrin Caelum, mais il était tout de même bien meilleur que tous les autres enfants avec lesquels nous nous étions entraînés, et de loin, mais cette fille n’a pas lâché le morceau, réussissant un coup pour chaque coup que Nico lui donnait.

Lorsqu’ils ont eu fini, je me suis surpris à reconsidérer ce que j’avais pensé plus tôt. Peut-être qu’ils ne sont pas tous pareils après tout.

“Nico. À moi”, dit Melzri, mettant fin au combat entre Caera et Nico. ” Grey. Vas-y. Ne me déçois pas.” Elle a regardé mon épée d’entraînement d’un air significatif alors qu’elle me la remettait.

Ayant étudié Caera avec attention au cours des vingt dernières minutes, j’ai supposé que je savais à quoi m’attendre lorsque notre tour de s’affronter a commencé. Elle m’a immédiatement surpris, imitant la position de fou que j’avais adoptée plus tôt contre Nico pour feinter son premier coup vers l’avant, reculer en position de queue, tourner et m’asséner un coup de taille vers le bas sur mon bras gauche. J’ai tout juste levé ma propre lame à temps, rattrapant son coup et avançant pour que sa propre lame soit repoussée vers elle. Elle a pivoté dans les airs, ses pieds ont volé vers l’avant et elle s’est écrasée sur le dos, sa tête rebondissant sur les dalles de pierre.

Nico a poussé un juron et s’est retourné pour voir ce qui s’était passé, mais Melzri lui a asséné un coup à l’arrière des genoux. J’ai instinctivement avancé pour tendre la main à Caera et m’assurer qu’elle allait bien, mais un regard glacial de Viessa m’a stoppé net.

Caera a roulé sur elle-même, s’est redressée et s’est frotté l’arrière du crâne avec précaution. Ses doigts en ressortent tachetés de rouge.

“Tu as besoin d’un guérisseur, jeune fille ?” dit Viessa, la question ressemblant plus à une menace.

“Non”, dit Caera immédiatement en se redressant. Elle a essuyé le sang sur son pantalon, puis s’est retournée vers moi, son épée d’entraînement tenue fermement à deux mains. “Bien joué. Je pensais te prendre au dépourvu avec le saut, mais…”

“Mais tu as sacrifié ta capacité à ajuster ta position et à absorber la force de poussée d’une manœuvre défensive puissante”, l’ai-je interrompue.

Elle s’est contentée de hocher la tête. Sur un ordre de Viessa, nous avons recommencé.

Nos vingt minutes se sont écoulées en l’espace de quelques instants, et je me suis rendu compte à la fin que je m’étais en fait bien amusée. Caera était expérimentée, mais elle était aussi très intuitive. Que ce soit en raison d’un équilibre entre nos talents ou de sa propre capacité à jauger un adversaire et à s’adapter, elle nous a fait correspondre Nico et moi presque parfaitement, bien mieux que n’importe lequel des autres. Avant même la fin de la première heure, je savais que ce serait elle.

Cette idée m’a rendu inexplicablement nerveux. Mais qu’est-ce qu’elle fait vraiment ici ?

“Pas mal, petites bêtes”, dit Melzri en nous toisant d’un regard de prédateur qui met mal à l’aise. “Buvez. Prenez quelques minutes pour vous reposer et discuter. Nous avons encore plusieurs heures d’entraînement terrassant et passionnant devant nous aujourd’hui.” Elle s’est éloignée, emmenant Viessa avec elle.

J’ai rempli trois gobelets en pierre de la fontaine qui coule le long d’un mur de la salle d’entraînement et je les ai tendus aux autres. Nico ne fit que grogner, mais Caera prit la coupe à deux mains et s’inclina légèrement en signe de respect. “Merci.”

“Alors, où as-tu appris tout ça ?” Nico éclata, ne parvenant pas, comme d’habitude, à se composer. “Tu es meilleur que tu ne devrais l’être.”

La tasse à mi-chemin de ses lèvres, Caera s’est hérissée. Elle baissa lentement la tasse et considéra Nico avec une irritation mal voilée. “Et comment devrais-je être meilleure, exactement ?”

Les yeux de Nico s’écarquillèrent et il faillit faire un pas physique en arrière. “Ce n’est pas… je voulais juste dire…” Il m’a demandé de l’aide, mais j’ai fait semblant de ne pas le voir en buvant une grande gorgée et en vidant ma tasse. “Je voulais juste dire que tu es vraiment douée, c’est tout.”

“Bien sûr que je le suis, je suis de sang Denoir”, dit-elle en relevant le menton. Bien qu’elle ait été parfaitement entraînée, il y avait un soupçon de forcé qui atténuait son caractère hautain. Plus doucement, et avec moins d’attitude, elle ajouta : “Un jour, je serai un ascendeur. Je dois m’entraîner pour être prête.”

Les yeux de Nico se sont illuminés, et la tension s’est dissoute lorsque la conversation s’est orientée vers l’association des ascendeurs, les Relictombs, et les accolades que l’on pouvait y trouver. Je me suis surpris à sourire tout au long de la conversation, et de plus en plus, je ne pouvais détacher mes yeux de Caera du Haut Sang Denoir.

Le temps passait vite, et tout ce qui n’était pas nous trois disparaissait. Alors que je me perdais dans un flou de combats, d’entraînements et de cours, le visage de Caera restait toujours dans mon champ de vision. Au fur et à mesure qu’elle était tempérée par le rythme éreintant de l’entraînement de l’oncle Agrona au cours des années suivantes, son visage s’est aminci, sans jamais perdre entièrement sa rondeur, mais en devenant plus défini, plus mûr. Plus belle.

Sa main était moite lorsqu’elle a serré la mienne. Elle ne me regardait pas du coin de l’œil, mais je pouvais sentir son attention sur moi, son désir de réconfort et de soutien. Ce n’était pas son genre d’être aussi nerveuse, mais là encore, ce n’était pas vraiment une journée normale.

Nico, Caera et moi nous tenions ensemble en silence dans le foyer extérieur de l’aile d’Agrona à Taegrin Caelum. Ne voulant pas rompre la tension, j’ai simplement regardé devant moi. Une immense aile couvrait une grande partie du mur en face de moi. L’épaisse membrane qui reliait la charpente osseuse avait été déchirée puis réparée à plusieurs endroits, et les écailles blanches paraissaient ternes et décolorées dans la faible lumière. Je me suis demandé si l’aile avait appartenu au dragon qui m’avait enlevé à ma famille alors que je n’étais qu’un enfant, celui dont Cadell m’avait sauvé.

J’ai senti des regards sur moi et j’ai jeté un coup d’œil à Nico. Il a détourné le regard, mais pas avant d’avoir vu l’expression de son visage lorsqu’il a vu la main de Caera tenir la mienne.

J’aurais bien soupiré, mais je ne voulais pas briser ce silence tendu.

Il y a toujours eu une rivalité entre Nico et moi. Je progressais plus vite, je m’entraînais plus dur et je recevais des runes de plus haut niveau ; il était tout à fait naturel qu’il soit parfois frustré d’arriver toujours en deuxième position. Je ne lui en voulais pas. Il avait été mon meilleur ami pendant deux vies. Nous étions liés par le destin, du moins c’est ce que je pensais. Mais la dynamique entre nous avait changé à l’arrivée de Caera. Elle était… tout ce que l’oncle Agrona recherchait. Talentueuse, motivée et en parfait équilibre, socialement, entre Nico et moi. Du moins, jusqu’aux sentiments mentionnés précédemment.

Il n’y avait pas beaucoup de place pour comprendre des choses comme les relations dans la façon dont nous vivions, et je n’ai pas vraiment reçu de conseils de personnes comme Faux Cadell, Melzri et Viessa, qui étaient nos principaux professeurs, parmi des dizaines d’autres mages puissants au service d’Agrona. Et je n’ai jamais rien prévu de tel. Nous sommes tombés dessus par hasard, lorsque l’attirance mutuelle entre nous a commencé à envahir nos entraînements et nos études. Nous passions presque toutes nos heures d’éveil ensemble, après tout. C’était peut-être inévitable.

Mais les sentiments de Nico l’étaient tout autant. Je savais qu’il s’était épris de Caera dès qu’elle avait franchi la porte de la salle d’entraînement, il y a des années. Il ne pouvait pas s’en empêcher, Nico était comme ça. Malheureusement, il ne pouvait pas non plus s’empêcher d’éprouver de la rancœur à l’idée de toujours passer après moi. Et il s’est éloigné de nous presque immédiatement la première fois qu’il nous a surpris à nous regarder dans les yeux un peu trop longtemps.

La pression de l’air dans la pièce a changé et j’ai réalisé que les portes s’étaient ouvertes. Oncle Agrona, vêtu simplement d’une tunique ample, mais avec ses ornements habituels drapés sur les cornes en forme de bois qui dépassent de sa tête, nous a regardés tous les trois avec un sourire satisfait. “Ah, les voilà, les trois personnes les plus importantes du monde. Entrez, entrez, nous avons beaucoup de choses à nous dire.”

Caera serra à nouveau ma main puis glissa la sienne libre, suivant d’abord Agrona. Nico haussa les sourcils et haussa les épaules, se laissant entraîner à mes côtés.

Nous avons traversé une série de couloirs et de pièces somptueusement décorés jusqu’à ce que nous atteignions une chambre que je ne me souvenais pas avoir visitée auparavant. L’odeur enivrante d’une terre riche et d’un mélange de différentes sortes de plantes s’échappait d’une porte entrouverte qui menait à une sorte de jardin intérieur. La lumière du soleil pénétrait à travers un plafond de verre et l’eau ruisselait en petits ruisseaux le long des murs et dans des bacs creusés dans le sol.

Les plantes sortent du sol de façon désordonnée, s’enroulant les unes dans les autres comme si elles luttaient pour leur propre survie. Des fleurs qui semblaient trop délicates pour rivaliser avec les autres poussaient à travers d’épaisses ronces couvertes d’épines. Des lianes agrippantes pendaient le long des murs, et elles ont visiblement reculé lorsque nous sommes entrés.

Agrona a gloussé et a tendu la main pour caresser l’une des lianes. “Tu as beaucoup de chance, Caera”, dit-il. Il nous tournait le dos, mais je pouvais entendre le sourire dans sa voix. “Très peu de gens dans ce monde auront jamais l’occasion d’accomplir leur but aussi complètement que toi.”

Caera déglutit lourdement. “Quel est mon but, Haut Souverain ?”

Agrona fit une pause et se tourna pour la regarder, un sourcil plus haut que l’autre.

“Oncle Agrona”, corrigea-t-elle avec une petite révérence.

Il reprit son déplacement dans la pièce, se penchant pour sentir une fleur ici ou cueillir un pétale là. ” Tu es le vaisseau, Caera “, a-t-il dit, comme si cela expliquait tout.

Je me suis sentie froncer les sourcils, mais je savais qu’il valait mieux ne pas intervenir. Un vaisseau, c’est quelque chose dans lequel on met quelque chose d’autre…

“Tes amis ont admirablement rempli leur rôle d’ancre, en forgeant pour moi le vaisseau parfait”, a dit Agrona, ce qui n’a pas vraiment clarifié quoi que ce soit. “Tu vas changer le monde, ma chère.”

Caera m’a lancé un regard légèrement paniqué. “Je suis désolée, oncle. Je ne comprends pas.”

Agrona s’est retourné d’un coup, les mains tendues sur le côté. “Mais bien sûr que tu ne comprends pas ! Comment le pourrais-tu ? L’Héritage est au-delà de ta compréhension, mais pas pour longtemps. Bientôt, tu comprendras parfaitement.”

Mes yeux se sont tournés vers ceux de Nico à la mention de l’héritage par Agrona. Nos expressions étaient si identiques que c’était presque comme se regarder dans un miroir.

Cecilia…

Une fureur froide comme des charbons ardents s’est installée au fond de mon estomac alors que je comprenais enfin. J’ai détourné le regard, incapable de croiser les yeux de Caera, incapable d’accepter ce que je lui avais fait. Je n’ai pas vraiment écouté Agrona continuer, et lorsqu’il nous a congédiés, je suis retourné directement dans ma propre chambre et je n’ai pas répondu à la porte lorsque Caera est venue frapper plus tard. Je ne pouvais pas la regarder en face. Je ne voulais pas lui tenir la main, la regarder dans les yeux et savoir que je l’avais tuée.

Au lieu de cela, je me suis lancé dans notre entraînement. Je vivais pour cela – la progression, le pouvoir qu’il procurait. Je ne m’étais jamais sentit impuissant dans cette vie jusqu’à ce que j’apprenne ce qu’Agrona réservait à Caera. Je détestais ce sentiment plus que tout, et j’ai donc décidé de ne pas être impuissant. Un jour, je serai plus fort qu’eux tous.

Le bois de charpente se heurta lourdement à l’acier en une succession rapide. Le mana qui imprègne les deux lames crépite et fait voler des étincelles autour d’elles. Nico était sur la défensive, tous ses efforts épuisés rien que pour garder ma lame loin de lui, mais ses mains seules n’étaient pas assez rapides, et il était forcé de reculer d’un demi-pas à chaque coup.

J’ai varié mes attaques, frappant rapidement en alternant les directions tout en continuant à avancer, en attendant.

Il a raté sa prise d’appui et sa lame s’est tordue hors de sa position. Le bois de charpente – réduit à un tranchant mortel – le frappa au niveau du bras. Le mana accroché à sa chair exposée et à la surface extérieure de son armure s’est brisé, découpé par mon propre mana, qui a également tranché le cuir de la bête de mana qui se trouvait en dessous. Nico tressaillit de douleur lorsque ma lame rencontra la chair, marquant une coupure peu profonde le long de son bras. Au lieu de reculer et de se regrouper, il a poussé son épaule vers l’avant, enfonçant le tranchant de la lame plus profondément et me forçant à retirer mon coup sous peine de lui causer un réel dommage.

Je n’ai vu venir le coup de poing que trop tard.

Le poing de Nico, enveloppé de flammes, s’est écrasé sur ma joue. Mon propre mana a amorti le coup, mais le feu de l’âme a provoqué une agonie qui a traversé ma joue et m’a atteint l’œil. J’ai trébuché en arrière avant de mettre un genou à terre, puis j’ai posé mon arme en signe de reddition pour mettre fin au combat. “C’est quoi ce bordel, Nico…” J’ai grommelé en frottant mon œil qui larmoyait et s’est immédiatement irrité, brouillant ma vue du côté droit. “C’était censé être uniquement une infusion. Pas d’arts du mana.”

“Surtout pas de sorts à base de Vritra”, glissa Melzri, amusée. “Pourtant, c’était une bonne tactique. Sacrifier une petite blessure pour délivrer une – s’il s’agissait d’une vraie bataille contre un adversaire différent – attaque fatale. Bien joué, Nico.”

Je me suis retourné pour lancer un regard à Melzri. C’était loin d’être “bien fait”. Nico a profité de mon adhésion aux règles établies de notre combat pour porter un coup injuste.”

“Suivre les règles d’engagement au combat est un paradoxe”, répond Melzri en m’observant attentivement. “L’adhésion servile à de telles règles ne fait que servir ton ennemi.”

“Mais nous ne sommes pas des ennemis.” Debout à côté de Melzri, le visage de Caera jetait un regard pensif entre Nico et moi.

Cela fait des mois, et je fais encore ça, ai-je pensé, frustrée par la situation et par moi-même. D’une certaine manière, il était toujours aussi difficile de penser que la personne qui se cachait sous ces cheveux bleu marine, ces yeux rouge rubis et sa couronne de cornes n’était pas Caera. Et pourtant, il était impossible de la considérer comme Caera, car les deux étaient si différentes. J’ai donc pensé aux mains de Caera, à son visage, à ses bras maintenant couverts de tatouages runiques qui remontaient le long de son cou, au lieu de penser à son nom.

Cecilia, me suis-je dit en me levant lentement. Elle s’appelle Cecilia.

” Tu… vas bien ? ” demanda Nico, croisant enfin, quoique fugitivement, mon regard.

“Très bien”, répondis-je fermement, le fixant sur le côté de la tête jusqu’à ce qu’il se racle la gorge et fasse mine de me tourner le dos pour s’éloigner, agissant comme s’il ne faisait que réinitialiser le champ de bataille.

Melzri gloussa en rejetant ses cheveux blancs en arrière, les fixant autour de ses cornes. “Je pense que c’est assez de jeux d’épée pour le moment. Grey, Cecilia. Des sortilèges seulement. Pas de mouvement.”

Nico envoya sa lame dans un dispositif de stockage extradimensionnel autour de son poignet et s’éloigna précipitamment de moi. Je baissai les yeux sur l’épée en bois de charpente que je tenais dans ma main. Ce n’était pas une arme d’entraînement, même si elle ressemblait surtout aux bâtons émoussés avec lesquels Nico et moi nous frappions depuis notre enfance. Son tranchant avait été taillé pour être aussi aiguisé qu’un rasoir, et le plat était imprégné de plusieurs runes qui liaient l’arme à moi, la rendant difficile et douloureuse à utiliser pour quelqu’un d’autre, mais qui fortifiaient également le bois de char. En fin de compte, l’arme n’était toujours pas aussi durable qu’une épée en acier, mais le bois de charpente canalisait le mana bien mieux que n’importe quelle arme en métal que j’avais jamais tenue. En y appliquant suffisamment de mana, il serait bien plus fort que la simple lame que Nico maniait.

À regret, j’ai aussi cherché le mana qui ouvrirait mon anneau dimensionnel, puis j’ai rangé la lame. Je savais ce qui m’attendait, et je n’avais pas vraiment hâte d’y être.

Lorsque Nico et Cecilia se sont croisés, elle lui a tendu la main et l’a serré, puis l’a attiré à elle et lui a rapidement embrassé la joue.

Mon regard s’est posé sur le sol.

“Hé, pas de ces conneries sous ma surveillance”, a aboyé Melzri. “Tu es l’Héritage, pas une écolière en mal d’amour. Je me fiche que vous soyez morts et séparés depuis un certain temps.”

“Désolée, faux Melzri Vritra”, dit Cecilia en rougissant et en offrant à la faux une rapide révérence avant de se précipiter pour se mettre en place en face de moi.

J’ai essayé de faire le vide dans ma tête, mais les élancements sur le côté de mon visage n’ont fait que s’intensifier tandis que je regardais Cecilia s’approcher. En canalisant le mana de l’attribut vent, elle a fait apparaître un coussin d’air sous elle, a soigneusement croisé ses jambes et s’est installée dessus, planant à environ deux pieds du sol.

Je n’ai pas pu m’empêcher de grincer des dents. Quelques mois et elle est déjà capable de faire quelque chose comme ça.

La purification rapide de son noyau et l’expansion de ses capacités ont été bien au-delà de tout ce à quoi j’aurais pu m’attendre. Elle semblait défier toutes les lois de la magie que j’avais apprises dans ce monde. J’avais moi-même un régalia, deux emblèmes et un écusson, ce qui me donnait des aptitudes pour trois des quatre éléments traditionnels. J’ai également appris certains des arts du mana de Vritra, en me concentrant sur l’eau biliaire et le vent du vide pour compléter – ou contrer – la spécialisation de Nico dans le feu de l’âme et le fer du sang.

Mais Cecilia n’avait eu besoin que d’un peu de temps pour se familiariser avec le corps qu’elle habitait maintenant avant de montrer presque immédiatement une affinité avec les quatre éléments et chacune de leurs déviations possibles, et ce sans aucune rune supplémentaire accordée après sa réincarnation.

C’est une autre chose que je faisais souvent : Je ne pouvais pas me résoudre à reconnaître la pleine vérité de la présence de Cecilia dans ce monde avec nous. Parce qu’il ne s’agissait pas simplement de sa réincarnation ; elle n’avait pas habité un corps au hasard, ni ne s’était réincarnée dans le sien. Non, son esprit avait besoin d’un vaisseau. Et celui de Caera a dû être déplacé dans le processus, pensai-je avec une colère grandissante. Agrona l’a tuée. Cecilia l’a tuée.

Melzri a dit quelque chose que je n’ai pas saisi, puis le mana s’est mis à tourbillonner pour former un sort visible autour de Cecilia.

Sortant de ma stupeur, j’ai formé une barrière autour de moi, déjà en retrait à cause de ma mauvaise concentration.

Un éclair bleu s’est écrasé contre mon bouclier, suivi d’un coup de tonnerre concentré. Le mana déviant à l’attribut sonore, purifié dans le noyau de Cecilia, a tremblé à travers la barrière qui me protégeait, commençant au point de l’éclair et ondulant vers l’extérieur, comme une pierre jetée dans un étang.

Je me suis appuyé sur la barrière, la renforçant avec tout le mana que je pouvais rassembler. Je sentis Cecilia pousser au centre de l’ondulation avec sa volonté, ne lançant pas de sort mais poussant simplement sur le mana directement en s’opposant au contrôle que j’exerçais sur ce dernier.

Le bouclier fondit soudain, et un poing de vent concentré me frappa à la poitrine, me soulevant du sol seulement pour me plaquer sur le dos et m’envoyer valser.

“Grey, tu as bougé.” La voix de Melzri fut suivie par l’embrasement du mana, puis un fouet de flammes noires lécha mon dos.

Ma vision devint blanche pendant plusieurs secondes alors que la douleur me submergeait.

“Je crois que c’était un nouveau record, Cécilia”, poursuivit Melzri, sans tenir compte du fait que je me tordais sur le sol. “Mais ton utilisation du mana est paresseuse. Même s’il est impressionnant que tu aies pu faire éclater son bouclier presque entièrement en t’opposant à son contrôle sur le mana, cette capacité est une béquille. Si tu n’apprends qu’à submerger tes adversaires par la seule force du mana, tu ne parviendras pas à développer la créativité nécessaire à l’utilisation de toute ta panoplie. Tu es la seule mage d’Alacrya à pouvoir contrôler tous les attributs de la magie. Sers-t’en.”

“Oui, faux Melzri Vritra !”

“Grey, lève-toi. On recommence. Et concentre-toi cette fois !”

Je fermai les yeux, pris une grande inspiration et me poussai vers le haut en tremblant des bras.

La vie est devenue une brume malheureuse de répétitions à mesure que l’écart entre Cecilia, Nico et moi se creusait. Mon sentiment d’impuissance n’a fait que s’approfondir, un puits sombre et vide qui baillait sous mes pieds. Et si je regardais en bas, je savais que je risquais de tomber et de ne jamais me relever. Si Agrona n’avait pas insisté pour que nous vivions, étudiions et nous entraînions en groupe, je n’aurais pas pu le supporter.

“Tu es en colère, Grey. C’est bien.”

Ma mâchoire s’est serrée jusqu’à la douleur, et j’ai essayé de ne pas lancer un regard noir au Haut Souverain.

“Utilise-la, mon garçon. Ne te retiens pas. Ta rage est un mécanisme de survie, destiné à te faire dépasser le seuil de tes capacités. La contenir, c’est te mettre des bâtons dans les roues. Si tu fais moins bien que ce que tu pourrais être, alors tu ne fais qu’attendre la mort.”

J’ai pris position et j’ai lancé un regard à Nico qui se trouvait en face de moi. Un poids lourd s’installa sur mes membres alors que Cecilia supprimait mon mana, nous obligeant, Nico et moi, à ne compter que sur notre entraînement au combat. Du coin de l’œil, je l’ai vue dire “Désolé”. Si seulement Agrona pouvait m’affronter contre elle sans notre mana. Ainsi, je ne serais pas aussi impuissant face à elle.

J’ai chassé cette pensée et me suis concentrée.

“Commencez.”

Cette fois, Nico s’est élancé sur ma droite, ouvrant agressivement. Sa lame s’est heurtée à la mienne. Je me suis jetée dans l’attaque, j’ai écarté sa lame et j’ai planté mon pied entre les siens. Mais son élan n’était qu’une feinte, et il m’a contourné en pirouettant, sa lame se transformant en une prise inversée et se jetant sur mon estomac.

Je frappai le plat de son arme avec ma paume et me plaçai à nouveau dans son attaque, trop près pour que les épées soient pleinement efficaces. Mon coude s’est levé vers sa bouche, mais il s’est tordu et a reçu le coup sur la mâchoire en ramenant son épée vers lui et en me tailladant le corps. Ma propre épée se mit à tournoyer, détournant le tranchant de ma peau. Sans mana pour imprégner le bois de charpente, je sentis l’acier mordre le tranchant de mon arme, entaillant la lame.

Feignant de reculer d’un pas, comme si je corrigeais ma position, j’ai donné un coup de pied vers l’avant sur le côté de son genou. Trop tard, Nico a tenté de corriger sa position, mais ma botte s’est heurtée fermement, pliant sa jambe sur le côté avec un bruit sec.

Nico grimaça et brandit son arme pour se défendre, créant une barrière entre nous, mais il y avait du sang dans l’eau maintenant, et je pouvais le sentir. J’ai bondi sur mon pied arrière, je me suis élancé vers l’avant et j’ai frappé directement la garde de son épée. Sa tentative de blocage fut maladroite et la lame fut déséquilibrée. J’ai poussé vers l’avant, enfonçant le tranchant de mon épée en bois de charpente dans ses côtes.

Il s’est rapproché de la blessure et a abattu sa tête sur mon genou, qui s’est connecté avec le craquement d’un cartilage qui se brise.

Nico a trébuché et est tombé en arrière, son arme roulant sur le sol avec un bruit sourd de raclement.

Je me suis tourné avec colère vers Agrona. “Nous savons tous que je suis le meilleur épéiste. Quel est le but de cet exercice ?”

Le sourire d’Agrona s’est aiguisé. “Guérisseur, remets Nico sur pied. Ensuite, on recommence.”

Mon mana revint en trombe tandis que Cecilia relâchait la suppression afin d’aider à la guérison de Nico. Nico est resté silencieux pendant que le guérisseur atténuait l’enflure de son genou, réglait son nez et arrêtait le saignement de la coupure en travers de ses côtes, mais je pouvais le sentir fulminer. Cecilia observait tout nerveusement. Elle essayait d’attirer mon attention, mais je l’ignorais.

Lorsque Nico fut de nouveau sur pied, nous retournâmes à nos positions de départ et tombâmes dans nos positions d’ouverture, attendant le mot d’Agrona.

“Commencez.”

Nico s’est avancé en position haute. J’ai commencé par un blocage aérien, mes pieds étant déjà alignés sur ma trajectoire à travers la frappe et derrière Nico, où j’allais délivrer une entaille à l’arrière de ses jambes.

Nos deux armes se sont rencontrées. L’acier mordit à nouveau dans le bord non protégé du bois de charpente. Les armes s’accrochèrent avec la résistance attendue, tressautèrent, puis continuèrent à avancer l’une dans l’autre.

Une ligne de douleur brillante a traversé mon épaule et l’extérieur de mon bras.

Les deux derniers pieds de bois noir se sont écrasés sur le sol en rebondissant. Dans mes mains, je ne tenais que le manche avec un pied de lame, tranché net à l’extrémité.

J’ai gardé mon mouvement initial, mais au lieu d’attaquer l’arrière des jambes de Nico, que mon arme n’était plus assez longue pour atteindre, j’ai tourné et relâché la poignée.

Nico avait franchi son élan et s’était à moitié retourné, hésitant en regardant la lame de bois de charpente qui rebondissait une seconde fois, tournant comme au ralenti.

La longueur restante de la lame frappa son sternum non protégé, s’enfonçant dans la poignée. Les yeux de Nico s’écarquillèrent de surprise, sa bouche formant un “Oh” sans consonance. Il trébucha une fois en arrière, trébucha sur la lame de bois de char encore rebondissante, et tomba au sol avec fracas.

Il y eut un moment où personne ne bougea, puis le cri de Cecilia, “Nico !”, fendit l’air comme un coup de tonnerre.

Elle courut à ses côtés et tendit la main vers la poignée, mais ses mains planèrent au-dessus d’elle avec crainte. “Au secours !” appela-t-elle en jetant un regard effrayé au guérisseur, mais celui-ci observait Agrona, attendant l’ordre du Haut Souverain.

Alors que les émotions de Cecilia déferlaient avec agitation, sa volonté écrasant mon mana s’agitait d’avant en arrière comme un loup déchirant sa proie. “Libère mon mana, Cecilia.”

“Agrona !” Cecilia a crié, fixant le haut souverain avec une sorte de confusion suppliante.

“Cecilia, libère mon…”

“Tais-toi !” Cecilia a hurlé, et quelque chose en moi s’est déchiré.

Je me suis effondrée comme une marionnette dont on aurait coupé les fils, mes mains griffant mon sternum. Le mana, auparavant contraint à mon noyau par le pouvoir de Cecilia, s’échappait et devenait de plus en plus faible. À l’extérieur de mon corps, la chaude sensation de mana qui irradiait de toutes les personnes présentes dans la pièce se refroidissait. Je haletai, incapable de respirer, m’étouffant dans ma propre frayeur, me noyant dans ma peur.

“Guérisseur, vois si Nico peut être sauvé.”

Mes yeux se sont fermés. Mes oreilles sonnaient si fort que les mots devenaient presque inintelligibles.

“Et l’autre, Haut Souverain ?”

“Le but de ce garçon est terminé. Laisse-le.”

Mes doigts se sont engourdis, et je ne les sentais plus s’enfoncer dans ma peau, cherchant désespérément à atteindre la douleur à l’intérieur de mon sternum. La bile a envahi le fond de ma gorge.

“Ne t’inquiète pas, ma chère Cécilia. N’oublie pas que si une ancre peut te donner de la stabilité, elle te retiendra aussi. Je pense que tu as atteint le point où le poids de telles relations doit être relâché. Il est temps pour toi de voler de tes propres ailes.”

Les sanglots de Cecilia sont la dernière chose que j’ai entendue avant que le monde ne devienne noir.

Et puis, dans le noir, une faible lumière lointaine.

La lumière s’est rapprochée, a gagné en intensité, puis s’est transformée en un flou lumineux, me forçant à fermer les yeux. Des sons indiscernables ont assailli mes oreilles. Lorsque j’ai essayé de parler, les mots sont sortis comme un cri.

“Félicitations, monsieur et madame, c’est un garçon en bonne santé”.

Tout s’est précipité, et je me suis souvenu de l’endroit où j’étais et de ce que je faisais. Le contexte de la vie que je venais de vivre s’est mis en place, tout comme les tentatives précédentes. Tout cela ressemblait à un rêve horrible, mais il ne s’est pas estompé à mon réveil.

Parce que je ne suis pas vraiment réveillée.

J’ai forcé mon corps de nourrisson à se calmer et j’ai ignoré l’agitation qui régnait autour de moi en me concentrant sur le puzzle de la clé de voûte. Je ne peux pas me perdre à chaque fois que j’essaie de faire quelque chose de différent, pensai-je avec frustration. Comment puis-je résoudre un puzzle si j’oublie ce que je fais chaque fois que je ramasse une pièce ?

Plein du frisson de cette existence triste et non désirée à Alacrya, un frisson m’a parcouru. Pour la première fois, j’ai ressenti la peur d’être vraiment piégée dans la clé de voûte pour toujours. Je m’accrochais à la chaleur de ma mère avec un réel besoin, mais je ne pouvais pas échapper au sentiment de solitude mélancolique qui subsumait tous les autres sentiments. À bien des égards, j’avais oublié ce que c’était que de se sentir seul, d’être seul dans sa tête. J’aurais aimé trouver du réconfort auprès de ma mère et de mon père, mais à ce moment-là, avec la vie de Grey à Alacrya encore si fraîche dans mon esprit, je ne pouvais pas tout à fait les accepter comme étant réels.

Sylvie, Régis, où diable êtes-vous ?


Commentaire

5 7 votes
Note
S’abonner
Notification pour
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
1 mois il y a

Merci pour le chapitre

Dorian Chourot
1 mois il y a

Merci pour la traduction. C’est vraiment sadique comme épreuve

Ange ANANI
1 mois il y a

Merci pour la trad.
Un peu triste le chapitre quand-même. J’ai une petite théorie.
On sait que pour comprendre le destin, il faut comprendre l’espace ou Spatium (via la godrune de GodStep), le temps ou Aevum (via le requiem d’Aroa et la clé pour ça c’est sylvie) et la vie ou Vivum (via la rune de la destruction et la clé pour ça c’est Regis)..

Il faut aussi comprendre les interactions entre Éther et Mana, car les 2 façonnent le monde et pour ça il a Realmheart

On sait que sa Godrune du requiem est incomplète car il n’a pas pu s’imprégner de la connaissance nécessaire pour s’en servir. Peut-être que pour s’en servir pleinement il a besoin comme pour la rune de destruction de la présence de Sylvie, qui n’était pas là lors de l’acquisition.

Donc je pense qu’au lieu d’essayer de vivre différemment dans la clé de voûte il doit reproduire sa vie réelle cette fois en corrigeant ce qui a été mal fait. Et ainsi quand il arrivera au moment de leur naissance à chacun Sylvie et Régis pourront le rejoindre dans la clé de voûte. Sylvie ne devrait plus avoir besoin de se sacrifier pour qu’il ait un corps compatible avec l’éther car rappelons que dans la clé de voûte il voit l’éther même étant bébé.

Miio Karteas
1 mois il y a
Répondre à  Ange ANANI

Jpense aussi que c’est ce qu’il doit faire pour comprendre le Destin mais ça a l’air trop évident trop simple pour une clé de voûte, à part si dès qu’il “nait” il oublie tout de sa vie avant son entrée dans la clé de voûte vu qu’on le voit à Alacrya dans ce chapitre. Seulement dans le premier où il entre dans la clé on suit ses pensées et il a encore ses souvenirs mais jusqu’à Sylvia et après plus rien donc peut être qu’il doit pas refaire sa vie entière et ça se joue sur sa rencontre avec elle ?

Ange ANANI
1 mois il y a
Répondre à  Miio Karteas

En effet le moment clé de son énigme dans la clé de voûte c’est Sylvia, ou plutôt sa rencontre avec elle. C’est après ce moment que ces souvenirs dans la clé de voûte disparaissent. D’ailleurs dans le chapitre il semble ne pas l’avoir rencontrée mais plutôt Cadell. Si je ne me trompe pas l’emplacement des clés de voûte était connu de Sylvia et elle avait intégré le message dans son noyau. Peut-être qu’en la rencontrant à nouveau il pourra acquérir des infos qu’il n’avait pas. Elle semble étonnamment informée, c’est d’ailleurs elle (même si c’est pas confirmé), qui explique à Sylvie comment acquérir la compréhension du destin.

Miio Karteas
1 mois il y a

Merci pour le chapitre les traducteurs !

SØZ ŌX
1 jour il y a

Le chapitre est vraiment fou

error: Le contenu est protégé !
7
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser