the beginning after the end Chapitre 437

Échelles de compréhension

Traducteur: Ych
———

SYLVIE INDRATH

La boussole du portail s’est enroulée autour de moi, m’embrassant et m’attirant à l’intérieur. La transition s’est faite sans heurt, contrairement aux anciens portails parsemés autour de Dicathen. De l’autre côté, je me suis retrouvée dans un monde pittoresque qui semblait plus proche d’Éphéotus que de Dicathen ou d’Alacrya. Des arbres gigantesques, dont la cime n’est pas visible depuis le sol de la forêt, s’élèvent au-dessus d’un vaste lac à l’eau cristalline. C’était l’une des plus belles choses que j’avais jamais vues. Comme une image.

Comme si je rentrais chez moi.

Alors même que je reconnaissais l’étrangeté de cette pensée, je perdais déjà de vue le paysage. Une brume violette est tombée sur mes yeux, comme un rideau qui s’abaisse. Mon corps se sentait raide et distant, hors de mon contrôle.

Je me suis affaissée, puis je me suis redressée d’un coup.

La forêt avait disparu. Au-dessus de moi, le vide éthérique s’étendait à l’infini dans toutes les directions. Mes pieds ne reposaient pas sur un sol solide mais sur une eau lisse, opaque avec le reflet du ciel violet.

Dès que j’ai reconnu l’eau, j’y suis descendu. Il n’y a pas eu d’éclaboussures, seulement une pression fraîche qui m’a enveloppé des pieds jusqu’en haut. J’ai essayé de nager, de remonter à la surface, mais mes membres glissaient dans l’eau sans créer la force ascendante nécessaire pour me propulser. Mes yeux me brûlaient, mes poumons me faisaient mal et la panique menaçait de me submerger.

L’eau, solide comme de l’encre, s’est séparée. Une main s’est tendue vers moi, mais elle n’était pas faite de chair et de sang. Elle ressemblait plus à du vent éthéré moulé dans l’approximation d’un bras et d’une main.

Cela n’a pas d’importance. Je l’ai prise.

Ma peau s’est hérissée comme si j’avais saisi un cristal de mana chargé à l’endroit où le membre éthéré m’a touché, puis je me suis levé, je me suis dégagé de l’eau et j’étais de retour sous le ciel vide.

Une violente quinte de toux secoua mon corps, et je luttai pour essuyer le liquide visqueux de mes yeux.

“Respire. Calme ton cœur. Reprends le contrôle.”

Clignant rapidement des yeux, j’ai essayé de regarder la silhouette devant moi, dont je tenais encore la main – ou plutôt, dont la main me tenait encore debout. Mes orteils s’enfonçaient dans l’eau, et sans leur soutien, j’aurais plongé une fois de plus.

“Ce pouvoir t’engloutira tout entier si tu le laisses faire. Prends le contrôle.”

La personne qui parlait était… un dragon, mais – non, elle était humanoïde, légèrement plus grande que moi, des cornes de vent d’un violet profond poussant sur des cheveux améthyste – et pourtant, en même temps, elle semblait être une énorme créature démoniaque qui me fixait. Les trois à la fois, peut-être, ou passant de l’un à l’autre en succession rapide, à moins que ce ne soit un tour des vents tourbillonnants qui formaient son corps, ou…

J’ai secoué la tête et me suis enfoncée un peu plus dans l’eau tandis que son emprise sur moi se relâchait. “Je ne comprends pas, je…” Un souvenir lointain, brouillé par le temps, est remonté à la surface. “Sylvia ? M-Maman ?”

Les lèvres sculptées par le vent se sont tordues, indistinctes. “Ton identité est forgée de contradictions. À la fois un dragon et un basilic, un asura lié à un humain, deux fois né et deux fois adapté à la puissance qu’est l’éther. Tu es l’ordre issu du chaos, mais la nature de cet univers est l’entropie. Ces contradictions – ces paradoxes – essaieront toujours de te séparer. Père et grand-père, dragons et humains… vivum et aevum.”

J’écoutais comme un enfant écoute une conversation entre adultes : J’entendais les mots, mais je n’arrivais pas à leur donner un sens.

“Qui es-tu ?” J’ai demandé à nouveau, et mes pieds se sont enfoncés encore plus profondément, l’eau lisse comme du verre caressant mes chevilles.

“Je ne suis pas ici. Mais toi, si. Et tu ne partiras pas si tu continues à te concentrer sur les mauvaises choses. Toi et toi seul peux t’empêcher de sombrer pour toujours.”

J’ai fermé les yeux, mais le royaume éthéré, l’étendue d’eau sans fin et la silhouette étaient encore clairement visibles devant moi. “Je suis désolée. Que dois-je faire ?”

“Tout d’abord, tu dois te tenir debout toute seule.”

“Je ne peux pas marcher sur l’eau”, ai-je protesté en jetant un coup d’œil à l’eau autour de mes chevilles.

“Il n’y a pas d’eau.”

J’avais envie d’argumenter, de montrer du doigt le liquide qui m’envahissait et de lâcher quelque réplique sarcastique. Mais je me suis retenue, me rappelant ce que la silhouette avait dit d’autre. Respire. Prends le contrôle.

C’est ce que j’ai fait, ou du moins j’ai essayé. Je n’étais pas dans une position assez confortable pour rechercher la pleine conscience, mais j’ai commencé par ma respiration. Lorsque je l’ai maîtrisée, j’ai progressé vers l’extérieur, m’emparant d’un muscle, d’un membre à la fois. Finalement, je me suis redressé pour que mes pieds soient hors de l’eau.

Considérant ce qu’elle avait dit, j’abordai d’abord la solution la plus évidente. “Si ce que je vois n’est pas réel, alors… je suis dans mon propre esprit, n’est-ce pas ?”.

Lorsque j’avais été dans le royaume éthéré avec Arthur, la seule interruption de l’espace éthéré vide était une seule zone de Relictombs vue de l’extérieur. Cet endroit était similaire, mais pas le même.

Ma respiration s’est stabilisée. Mes pieds me semblent plus solides. Je les abaissai jusqu’à ce que les semelles reposent sur l’eau fraîche. Sois stable, me dis-je, à la fois pour moi et pour l’eau.

Ma peau s’est pressée contre la surface vitreuse. Elle a tenu bon.

Je me tenais au sommet de l’eau comme je l’avais fait lorsque je suis apparu ici pour la première fois, à ce moment précis, avant que je ne reconnaisse le sol pour ce qu’il était. Ma perception du sol l’avait fait changer, prenant les caractéristiques que j’attendais de lui. Comme la façon dont le mana réagit simultanément à mon intention délibérée et à mes attentes à son égard.

“Tu as beaucoup de questions à poser. C’est à toi de mener la conversation. Pose-les. C’est en comprenant que tu prendras le contrôle. Le temps est essentiel.”

Le temps, ai-je pensé, le mot déclenchant un souvenir plus profond, quelque chose d’à moitié perdu et seulement partiellement retrouvé. Même le temps s’incline devant le destin.

“Tu… c’est ta voix que j’ai entendue dans le vide. Que voulais-tu dire ?” J’ai demandé.

“Le temps est une flèche.”

Des lignes se sont formées dans l’air tout autour, le vent rendu visible, dessinant un bombardement de flèches qui ont fusé devant nous, allant toutes dans la même direction. Je regardais fixement, incapable de donner un sens à ces paroles, mais plus je regardais, plus je remarquais les flèches. Certaines se déplaçaient légèrement plus lentement ou plus rapidement, et d’autres n’étaient pas droites du tout. Elles s’incurvaient, s’entrelaçaient et sortaient du chemin d’autres flèches.

“Ma capacité innée à influencer l’éther dans la voie du vivum a régressé”, ai-je dit, exprimant une pensée inconfortable qui grandissait en moi depuis mon retour. “Tu es en train de dire que… mon aptitude s’est déplacée vers l’aevum à la place ? D’après ce qu’on m’a appris, ce n’est pas possible.”

“Beaucoup de choses sont considérées comme impossibles jusqu’à ce qu’elles deviennent réelles. Les imbéciles insistent pour que la réalité se conforme à leurs attentes, alors que les sages savent que la connaissance de notre réalité est en constante évolution, intemporelle et sans finalité.”

Les flèches se sont arquées brusquement vers le bas et ont commencé à tomber sous forme de gouttes de pluie, et là où la pluie a atterri, elle a révélé le contour d’un bâtiment. Manquant de couleur, de contraste ou de détails, il me fallut un moment pour reconnaître la forme du château volant de Dicathen au-dessus de la dense canopée de la Clairière des Bêtes. Des nuages éthérés dérivent au-dessus de nous, soufflés par le vent et sombres. L’eau en contrebas reflétait les contours dessinés par la pluie au-dessus.

De tous les endroits où j’avais vécu – Zestier, Xyrus, le mont Geolus – le château volant était celui qui me rappelait le plus de souvenirs. J’avais apprécié d’être proche de la Clairière des Bêtes, où j’avais chassé pendant des années tandis qu’Arthur partait à l’aventure. Il y avait une magie dans cet endroit, quelque chose d’inexplicable et d’ancien, et j’avais apprécié cela aussi.

Mais surtout, c’est là que j’ai grandi.

Mes yeux se recentrèrent sur la silhouette indistincte, devenue un être imposant aux cornes immenses, tandis qu’elle s’effaçait, le vent éthéré se dispersant en bourrasques chaotiques.

“Le temps est également limité, c’est la plus limitée des ressources. Plus ton esprit s’éloigne d’ici, plus les sables s’écoulent rapidement. Tu es toujours en danger.”

“Quel danger ?” demandai-je. “Quel est cet endroit ? Est-ce que tu m’as amené ici ?”

“L’entropie.”

“Est-ce la réponse à une seule question ou aux trois ?” J’ai demandé rapidement, en essayant de me forcer à être présente, à maintenir une seule pensée dans mon esprit à la fois.

Mais le château se détruisait lentement en arrière-plan, et mon cœur se serra en y pensant. Zestier démoli, que de la poussière et des cendres, Xyrus pris par les Alacryens, et le château volant détruit par Cadell.

L’assassin de ma mère, pensai-je avec amertume.

La silhouette s’estompa davantage, les vents devenant encore plus sauvages.

“Je suis désolée”, soufflai-je en fermant les yeux et en me concentrant sur l’image. Dans mon esprit, c’était un magnifique dragon blanc aux yeux lavande. Lorsque j’ai jeté un coup d’œil à travers les paupières mi-closes, la silhouette était à nouveau stable. ” Que veux-tu me dire ? ”

“Qu’as-tu besoin de savoir ?”

J’ai secoué la tête. C’était une question trop ouverte, trop vaste. Je n’étais pas revenu depuis assez longtemps, je ne comprenais pas bien ce qui était nécessaire. Seulement…

“Qu’est-ce que le destin ?” demandai-je en retenant mon souffle.

La voix a parlé. Le bruit de ses paroles est entré dans mes oreilles. J’ai cligné des yeux plusieurs fois, ma tête se balançant de façon impuissante tandis que je fixais la silhouette. Ce n’était que cela, du bruit, mais sans signification ni compréhension.

Je secouai à nouveau la tête. “Je…je ne…” J’ai laissé tomber, luttant même pour former une pensée cohérente alors que le bourdonnement insignifiant de l’explication de la silhouette continuait à se faufiler dans mon cerveau.

“Contrairement aux djinns, tu ne peux pas construire un château dans les airs. N’ayant pas les bases nécessaires pour construire une telle vision, il n’y a aucun espoir que tu la comprennes.”

J’ai aspiré une longue bouffée d’air conflictuelle. L’air sentait les agrumes fumants et avait un goût d’ozone. À présent, le château volant, dont on ne voyait que les points de pluie éthérique qui l’éclaboussaient, n’était plus qu’une ruine de briques en orbite et de pierres cassées.

Une chose commençait à avoir du sens pour moi, au moins. “Cette conversation… c’est moi qui la façonne, n’est-ce pas ? Tu ne peux pas donner volontairement des informations. Tu n’es pas ici pour me dire quelque chose de précis. Je dois te poser les bonnes questions.”

“D’une certaine manière, bien qu’il n’y ait peut-être pas de “bonnes questions” spécifiques, seulement celles qui te rapprochent de la compréhension ou t’en éloignent.”

“Pourquoi ma capacité innée à l’égard du vivum a-t-elle changé ?” demandai-je, décidant d’une voie à suivre.

La silhouette était humanoïde à présent, son corps dessiné par le vent était mince et gracieux, les traits de son visage étaient nets mais les détails indistincts. “Seul celui qui a progressé loin sur le chemin de l’aevum dans sa connaissance de l’éther peut se trouver à deux endroits à la fois, séparant son corps et son esprit pour poursuivre la connaissance en dehors de la piste de la flèche de son propre temps. Voyager comme tu l’as fait et revenir a laissé la marque de cet aperçu sur ton esprit comme un long voyage construit des callosités sur tes talons.”

“Et quand mon corps s’est reformé, le lien de mon esprit avec aevum était plus fort que celui de mon corps avec vivum”, ai-je dit, reprenant là où la silhouette s’était arrêtée. Je pensais avoir compris, mais cette compréhension était ténue, planant à la lisière de ma conscience. “Mais… je n’ai pas l’impression d’avoir un aperçu de l’aevum. Ma capacité à guérir…”

L’averse de pluie éthérique s’est retirée, emportée par les stries visibles des rafales de vent. Les lignes tourbillonnantes du vent se redressèrent et devinrent les contours violet foncé de pointes acérées dépassant des ténèbres. Des ruisseaux d’améthyste ruisselaient le long des pointes et s’égouttaient de leurs extrémités acérées dans l’eau fraîche et vitreuse. C’était du sang, mais je ne savais pas exactement comment je le savais.

J’ai commencé à bouger, marchant dans le champ de pointes comme dans un rêve, craignant de trouver quelqu’un coincé sous celles-ci : Alea Triscan, Cynthia Goodsky, Alduin et Merial Eralith, Arthur…

La silhouette marchait à côté de moi sous la forme d’un énorme dragon, chaque pas envoyant une ondulation à la surface de l’eau. “Tu te souviens des nombreuses leçons douloureuses de ta vie, mais ce que tu as vécu au cours de ton voyage spirituel était très différent. Cette compréhension est tissée dans le tissu de ton être, elle n’est pas gravée dans tes tissus mous par une séquence spécifique de neurones en feu. Et pourtant, elle est toujours là.”

Les pointes, qui pulsaient à chaque rafale du vent éthéré qui les formait, semblaient se rapprocher de plus en plus, quelle que soit la direction que prenaient mes pieds, même lorsque je m’arrêtais complètement. Bientôt, elles m’enfonçaient presque dans la peau.

“Agrona et Kezess, ils cherchent cette compréhension, n’est-ce pas ?” Alors que je parlais, une pointe se pressa contre ma gorge. “Pourquoi ai-je pu obtenir ce que d’autres asuras ont essayé et échoué à obtenir depuis si longtemps ?”

“La peur.”

J’ai regardé les pointes tout autour de moi, mais je ne me sentais pas effrayé.

“Pas ta peur. La leur. La peur les a depuis longtemps enracinés en place. Kezess s’est rendu immuable, lui et son peuple, par peur de ce que le changement pourrait apporter, la terreur de l’au-delà. Agrona, dans sa peur, cherche à se changer lui-même aux dépens de tous les autres, à brûler les mondes pour alimenter sa propre ascension. Tous deux sont incapables de prendre des risques et de se sacrifier, et ils sont donc incapables d’acquérir de nouvelles connaissances.”

J’ai fait un pas en avant, et la pointe au niveau de ma gorge a reculé. Partout où je marchais, les pointes se déployaient loin de moi. “Mais ce sont les deux êtres les plus puissants de ce monde. De quoi ont-ils si peur ? L’un de l’autre ?”

La silhouette s’effiloche sur les bords. “Concentre-toi. C’est une histoire pour une autre fois, et sans rapport avec ce que tu dois accomplir en ce moment.”

Je fis ce que la silhouette m’ordonnait, me préparant à poser une question dont je connaissais déjà la réponse. “Si je suis en danger de me défaire à cause de toutes ces forces opposées qui me constituent, alors cette compréhension sera perdue, n’est-ce pas ?”.

“Pas seulement toi. Jamais seulement toi. Tu es lié. Trois parties d’un tout. Spacium. Vivum. Aevum”

“Ether”, ai-je soufflé. “Arthur… et Regis. Et moi.”

Le dragon a hoché son long cou gracieux. À chaque pas, elle traversait des pointes qui se défaisaient, se dissolvaient dans le vent et partaient à la dérive.

J’ai arrêté de marcher dans le champ de pointes, et les pointes ont fondu comme de la glace. “Et ceci est important – non, nécessaire. Pour la… compréhension du destin ?”

Le visage humanoïde indistinct de la silhouette affichait un sourire chaleureux. Je me suis rendu compte que nous nous tenions tous les deux dans un petit bassin d’eau. Le vent éthéré formait quelque chose entre et autour de nous, de longs bras au-dessus et des bols en dessous, contenant l’eau. Une poutre centrale entre les deux, et…

“Une balance”, ai-je murmuré en fixant le point d’appui.

La figure était à nouveau un énorme dragon. La balance était beaucoup plus basse de son côté que du mien

“Seul celui qui maîtrise les chemins de l’aevum, du vivum et du spacium peut commencer à comprendre le quatrième édit du Destin. Mais aucun être ne peut emprunter trois chemins à la fois.”

“Mais si trois ne faisaient qu’un…” Mentalement, j’ai tracé le chemin de notre conversation jusqu’à présent, et mon esprit s’est arrêté sur un point. “On en revient à l’entropie, n’est-ce pas ?”

“La nature de toutes les choses. La flèche du temps. Le mouvement de l’ordre au désordre, de la forme à l’absence de forme. La dissolution de la structure.”

“Tu suggères qu’il y a un risque qu’Arthur, Regis et moi nous nous séparions”, ai-je pensé à haute voix, en fixant les yeux vides de la silhouette dessinés par le vent. “Mais… toutes les choses ne sont pas divisées par l’entropie. N’est-ce pas aussi le processus par lequel les choses se combinent et se fixent, devenant plus homogènes ?”

“Note que les échelles de ta compréhension n’ont pas changé. Réfléchis plus profondément, plus loin.”

J’ai eu du mal à voir où cela pouvait mener ou pourquoi c’était assez important pour que je parle avec une silhouette éphémère et sans nom dans mon esprit, qui pourrait ou non être l’esprit désincarné de ma mère communiquant avec moi par l’intermédiaire du royaume éthérique. Pourtant, j’ai essayé.

” Tu dis que je dois me maintenir contre ces forces opposées, celles qui menacent de me mettre en pièces… mais je dois aussi nous maintenir ensemble. Regis est le chaos, l’incarnation vivante de l’entropie – la destruction manifeste – et Arthur est – je souris, sentant mes yeux se plisser aux coins – encore très humain. Il a déjà prouvé une fois qu’il se mettrait en pièces, cellule par cellule, pour vaincre ses ennemis, qu’il se brûlerait de l’intérieur s’il le fallait. Son sens de l’autopréservation est… insuffisant.”

La balance s’est légèrement rapprochée de l’équilibre, bien que la silhouette humanoïde me regardait toujours de plusieurs pieds de haut.

“Alors, je suis d’alignement aevum maintenant”, dis-je, sentant la compréhension venir un peu plus facilement. “Le temps est peut-être une flèche, mais je peux ralentir son vol, le courber même. Pour faire en sorte que nous restions ensemble assez longtemps pour en finir.”

Alors même que je prononçais ces mots, ils évoquèrent dans mon esprit un temps postérieur, où nous n’étions pas ensemble, et ma concentration se brisa comme une corde effilochée.

Les écailles se sont dissoutes, et une fois de plus, la silhouette et moi étions debout au sommet de l’eau. Mes pieds s’enfoncèrent légèrement, frôlant la surface, et les vents éthérés tourbillonnèrent en un chaos insignifiant, une représentation artistique de la discorde et du désarroi dessinée en lignes violettes sur le ciel d’un violet profond. J’avais le souffle coupé, et chaque battement de cœur accéléré pulsait dans l’eau et le ciel, le vent éthéré, et même la figure démoniaque géante qui m’observait avec ce que je croyais être de la sympathie.

“Tu n’es pas encore prête. Perdre ta concentration maintenant serait… catastrophique.”

Plus j’essayais de m’accrocher à ma concentration, plus elle semblait me résister violemment.

“Ce qui est trop rigide se brisera sous la force. Ce qui est trop souple et laisse trop de liberté de mouvement peut être déchiré ou arraché. Contrôle. L’équilibre. C’est ce que tu es, et ce que tu dois trouver.”

Je serrai les dents et fermai les yeux, frustrée que cela ne parvienne pas à bloquer la vision. Un moment pour s’adapter, pour récupérer, c’est tout ce que j’ai demandé, tout ce que j’ai….

Je déglutis lourdement. ” Toutes les choses ont une fin “, ai-je dit, à peine un murmure. “Mais si nous maîtrisons l’aevum, le vivum et le spacium… si nous cherchons à comprendre l’édit du destin, nous pourrons contrôler le moment de la fin.” Ma respiration s’est à nouveau calmée. J’ai ouvert les yeux et j’ai fixé le visage indistinct de la silhouette. “Et pour chaque fin, il y a aussi de nouveaux commencements. Les fins n’ont pas à être quelque chose à craindre.”

Les lignes dentelées se sont redressées et la masse informe a commencé à prendre forme. C’était un endroit profondément confortable, qui me donnait envie de me mettre en boule et de faire une longue sieste au sommet de la tête de mon ami : La chambre d’Arthur et d’Elijah dans la propriété des Helstea.

À quatre pattes, j’ai sauté sur le lit, marché en cercle autour de l’oreiller d’Arthur, puis je me suis recroquevillée dessus. Au pied du lit, la femme se reposait gracieusement et m’observait.

“Le royaume éthéré, c’est comme ça que les choses se terminent, n’est-ce pas ?”. J’ai réfléchi en m’endormant. “En tant qu’énergie pure quand tout le reste s’est désagrégé, l’univers s’est séparé jusqu’à sa base. C’est pourquoi l’éther est si puissant pour créer des choses – mais aussi la raison pour laquelle le Relictombs se dégrade. Il est contraire à la nature de cet endroit de maintenir la forme et la fonction.”

Elle acquiesça, ses yeux me quittant pour parcourir la reconstitution floue de la chambre d’Arthur.

“Mais il se souvient de ce qu’il était. L’éther. C’est pourquoi nous pouvons créer des formes de sorts. Même les godrunes. Elles sont l’expression de cette mémoire conservée, de la compréhension manifestée. La connaissance des formes de sorts se trouve dans les outils fabriqués par les djinns, mais les godrunes…”

J’ai dû m’arrêter, pour vraiment réfléchir. Cela devenait si difficile. Je voulais juste me reposer, dormir.

“Le royaume éthérique. Toute la connaissance de toutes les formes que l’éther a pu prendre. Comme… un dieu endormi. Au fur et à mesure qu’Arthur comprend mieux certains édits, l’éther se souvient et forme un godrune. Mais cela ne se produit que pour lui. À cause de son lien avec l’éther. Le vestige djinn a dit qu’il était unique, que l’éther le considérait comme un parent, d’une certaine façon.”

Encore une fois, un simple hochement de tête.

À l’extérieur de la fenêtre d’Arthur, un hibou cornu passa en volant.

“Mais si je suis en danger en ce moment même, comprendre cela ne m’aide pas.”

J’ai fait une pause, en regardant plus attentivement la silhouette. C’était à nouveau une démone géante, mais elle reposait toujours gracieusement sur le pied du lit, son large visage effrayant étant silencieux et vigilant. Mais elle s’effilochait sur les bords, et cela faisait un certain temps qu’elle n’avait pas parlé. Je m’étais laissé distraire. Le lien qui unissait nos esprits était en train de se défaire.

En me levant brusquement, je me suis débarrassé physiquement du sentiment de confort que je ressentais. Le confort signifiait la complaisance, et la complaisance était la mort de la croissance. Elle l’avait déjà dit : la compréhension exige le risque. Mais plus encore, la croissance exige de la douleur.

Le lit s’est dissous dans des fils de vent individuels et j’ai atterri à quatre pattes à la surface de l’eau. Les murs, les fenêtres et les meubles dessinés par le vent se sont dépliés et se sont envolés. Je me suis levé, reprenant ma forme humanoïde. La démone redevint un dragon, chaque écaille se déformant en rafales.

Les lignes lumineuses du vent éthéré se découpaient sur les murs de pierre rugueux d’un ravin. L’eau en dessous de moi a commencé à éclater et à bouillonner alors qu’elle brillait d’une lumière violette éclatante.

Dans un mouvement lent et contrôlé, j’ai commencé à m’enfoncer dans le sol. La sensation était une angoisse purement mentale, et elle m’a complètement réveillé de ma somnolence, enflammant mon esprit au niveau cellulaire.

Je laissai échapper une respiration sifflante et douloureuse, imaginant l’eau transformée en lave faire bouillir la perspicacité de mes os et la libérer dans l’atmosphère où je pouvais la voir se manifester dans le décor qui m’entourait.

Le dragon m’observait d’en haut, son long cou tendu vers le bas depuis les parois du ravin, son expression indéchiffrable.

“Je dois comprendre mon nouveau pouvoir ou je mourrai”, dis-je en récitant le problème comme si je le lisais dans un livre. “Si je meurs, Arthur ne parviendra pas à comprendre l’édit du Destin”. Je me suis laissé descendre plus bas, la lave éthérée remontant maintenant jusqu’à mon cou. “Le temps. Le temps est une flèche. Mais grâce au chemin de l’aevum, je peux influencer cette flèche. La plier pour éviter ou frapper une cible à volonté. La compréhension que j’ai acquise en expérimentant la vie passée d’Arthur est inscrite dans mon esprit.”

J’ai glissé entièrement sous la surface. La douleur a effacé toute pensée et toute impulsion de mon esprit, à l’exception d’une idée immédiate : la récupération de cette compréhension subconsciente de l’aevum et de l’impact de l’éther sur le temps. Je devais reconnecter mon corps et mon esprit, donner un sens à tous les nombreux aspects de moi-même qui étaient de nature contradictoire.

Je comprends que je suis à la fois un dragon et un basilic, le résultat des lignées d’Indrath et de Vritra. C’est ma lignée, mais ce n’est pas mon identité. J’ai choisi d’être quelque chose qui dépasse l’un et l’autre. J’ai choisi de ne pas avoir peur.

J’apprécie le fait d’être un asura – un soi-disant être supérieur – lié à un humain, un “inférieur”. Arthur est le troisième choix, le dernier espoir, l’ascension de l’humanité. Il n’y a pas de honte à le servir, car grâce à lui, l’idée même d’êtres supérieurs et inférieurs sera vidée de son sens.

J’accepte d’être l’ordre issu du chaos, la renaissance spontanée, le lien qui tient contre l’inévitable. Je suis ce que le reste de mon espèce n’est pas : changeant. J’ai eu mon temps, et j’ai donné tout ce que j’étais, et maintenant mon temps est revenu.

Je suis gardienne et guide, prudence et fureur, fille et partenaire.

Mais je ne suis pas l’erreur de ma mère ni l’outil de mon père. Je ne suis pas le trésor de mon grand-père qu’il faut amasser ou l’arme qu’il faut brandir.

Je rejette le rôle exigé par mes clans de naissance, et je refuse le nom d’Indrath ou de Vritra.

SYLVIE LEYWIN

J’ai jailli de la lave éthérée, me pressant contre sa surface bouillonnante en me traînant sur les mains et les genoux, puis je me suis redressée en tremblant.

Les parois du ravin s’effondraient, le vent tournait comme des pierres qui rebondissaient les unes sur les autres puis s’envolaient comme des oiseaux et des papillons.

Le sol est redevenu lisse comme un miroir et le vent s’est calmé, puis a disparu complètement. Je me tenais seul au sommet de l’étendue infinie de l’eau sous un ciel éthéré sans fin. La silhouette n’était nulle part, même si je pensais pouvoir encore la sentir, la ressentir comme un souffle sur ma nuque.

Mon reflet me regardait depuis le sol, ce cadre plus grand et plus mince dans lequel j’étais retourné, mon visage plus aigu, plus vieux, comme celui d’Arthur, nos cheveux et nos yeux nous faisant presque ressembler à des jumeaux. Je me suis penché, j’ai regardé de plus près. Il y avait plus d’Arthur dans mon reflet que dans mes souvenirs, presque comme si…

J’ai sursauté, je me suis effondrée sur mes mains et j’ai regardé fixement.

Dans mon reflet, Arthur me regardait. Gentil mais sérieux, pressant mais patient. Il parlait lentement, calmement, en m’appelant. Je ne pouvais pas entendre ses mots, mais je comprenais ce qu’il voulait dire. Ils ont besoin de moi. Il avait besoin de moi.

Le fond de l’eau s’est gonflé. Les mains d’Arthur, sa voix, sa présence pénétraient dans le monde mental dont j’étais prisonnière.

J’ai laissé mes mains s’enfoncer dans l’eau et j’ai entrelacé mes doigts avec les siens.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Wyverne
4 mois il y a

Moi je retiens une chose de ce chapitre : Arthur n’est plus le seul à s’être baigné dans de la lave

High Abs
3 mois il y a

Bon ce chapitre résumé de fait, Sylv a passé à la minister de la justice, après avoir devenu majeur pour changer de nom de famille. (Tout mes félicitations sylv)

error: Le contenu est protégé !
2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser