the beginning after the end Chapitre 356

SON NOM

TESSIA ERALITH
Levant ma main, je me suis délecté de la réponse du mana. Les particules rouges ont sauté et dansé, pleines d’énergie. Les jaunes planaient au ras du sol, roulant et culbutant comme de petites pierres. Le mana bleu se déversait sur moi comme la marée montante et collait à ma peau comme la rosée. Mais les vertes étaient mes préférées. Elles avaient un côté coupant, comme une lame tranchante, fouettant et claquant comme le vent qu’elles représentaient, mais elles avaient aussi quelque chose de frais et de propre. Le mana du vent était à la fois dur et doux.

Je me tenais sur un plateau sans nom, haut dans les montagnes de Basilisk Fang. Pas loin de Taegrin Caelum. Il n’y avait rien à des kilomètres à la ronde que je pouvais accidentellement détruire… mais je n’étais pas ici parce qu’Agrona craignait que je perde le contrôle. Au contraire, il connaissait l’étendue de mon pouvoir, et il voulait que je me lâche.

Tendant la main vers le ciel, je me suis concentré sur le mana, l’attirant vers un point spécifique très haut. L’eau et le vent se condensèrent, s’écrasant l’un contre l’autre pour former un énorme nuage de tempête noir qui assombrit les montagnes à des kilomètres à la ronde.

Mon petit public regardait en silence. Nico était là, bien sûr, ainsi que trois des autres Faux. Draneeve, le préposé de Nico et quelques autres personnalités haut placées de la forteresse étaient également venus. Agrona n’était pas là, mais je ne l’avais jamais vu quitter le château auparavant.

Le mana de feu s’est élevé des pierres chaudes et a fusionné en éclairs blancs et ardents qui se sont écrasés pour briser des rochers et projeter des éclats sur mon terrain d’entraînement. L’eau s’est condensée en glace, qui a commencé à tomber comme des pierres catapultes pour faire des cratères dans le sol dur de la montagne.

Même au sommet de ma force sur Terre, je n’avais jamais été capable de faire quelque chose comme ça avec le ki.

Mes souvenirs étaient beaucoup plus stables depuis qu’Agrona avait promis que je pourrais quitter sa forteresse. Il a dit que je commencerais à me sentir plus proche de moi-même au fur et à mesure que je resterais dans ce corps. Les runes qui recouvrent ma chair m’ont aidé à rester uni, à faire taire l’autre voix.

Le mana du vent s’est fusionné en de larges courants coupants qui se sont enroulés autour de moi comme un dragon, me séparant des autres. Le vent, à la fois doux et dur…

Ma vie – ma vie précédente – m’avait obligé à m’endurcir pour supporter l’entraînement constant et douloureux que j’avais reçu. Mais il y avait toujours une part de moi-même que je gardais dans mon cœur, cette part où j’avais ressenti une chaleur aimante pour la première fois de ma vie, et c’est cette chaleur qui m’a maintenu jusqu’à…

Je me suis reconcentrée sur le mana, reculant devant les restes brisés de ces souvenirs. Je ne pouvais toujours pas me souvenir de ma mort, et Nico m’avait seulement dit que je le découvrirai avec le temps.

Nico…

J’ai jeté un coup d’œil à l’endroit où il se tenait, me regardant jeter des sorts, ses cheveux noirs lui fouettant le visage. Je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer qu’il se tenait à l’écart des autres. Pauvre Nico, un étranger même ici.

Draneeve frappa dans ses mains et cria dans le vent, son masque donnant à sa voix une qualité grinçante que je trouvais désagréable à écouter. Nico fit signe à Draneeve de se taire, et l’homme masqué cessa de crier, tout en continuant à applaudir lentement et de façon irrégulière.

J’ai tiré sur les extrémités de l’énorme tempête et l’ai attirée vers moi et vers le bas jusqu’à ce qu’elle plane juste au-dessus de ma tête, à peine de la taille d’un pommier. La création, il y a quelques instants une manifestation mortelle de puissance brute, était maintenant quelque chose de complètement différent. De minuscules créatures ailées faites d’air tournaient dans les nuages, tandis que de petits dauphins aquatiques sautaient et éclaboussaient en dessous.

C’était magnifique. Le mana était beau. Le ki était de l’énergie, pouvant être rassemblée et libérée mais jamais vraiment formée, pas de la même façon que le mana pouvait prendre forme. C’était de la vraie magie.

Mon attention s’est portée nerveusement sur les trois qui se distinguaient des autres : les Faux. Techniquement, Nico était l’un d’entre eux, mais ils le tenaient à l’écart, ou il gardait ses distances. Ou les deux.

Leurs différentes nuances de peau grise, leurs cornes noires et leurs yeux rouges servaient à les définir comme quelque chose de tout à fait différent. Leurs regards étaient à la fois curieux et inquiets, comme un public regardant un dompteur de lions dans un cirque. Ça m’a fait croire ce que Nico n’arrêtait pas de me dire : ils savaient que je finirais par être plus fort qu’eux.

“Très, très bien !” Draneeve a pris la parole avec sa voix volontairement grinçante. “Tu as grandi tellement plus vite que le Seigneur Nico. A peine quelques semaines dans le corps de la maigre fille elfe et tu…”

Il y eut un fort craquement.

Draneeve a redressé son masque – un truc blanc tout simple avec des petits trous pour les yeux et un sourire grossièrement dessiné – et s’est frotté le côté de la tête là où Nico l’avait giflé. J’ai froncé les sourcils en regardant Nico, qui a eu la bonne grâce d’avoir au moins l’air embarrassé. Il détestait Draneeve, je le savais, mais il ne voulait pas me dire pourquoi.

Cadell et Dragoth regardaient Nico.

Dragoth était énorme, aussi grand que n’importe quel homme que j’avais jamais vu, mais il était taillé dans un tissu familier. Quand je gravissais les échelons du tournoi de la Couronne du Roi, il y en avait beaucoup comme lui. Des guerriers arrogants et égocentriques. Prêts à rire de leurs propres blagues, et prêts à se battre à toute insulte perçue.

Cadell était plus étrange, plus effrayant. Il avait un visage froid et cruel, comme le côté tranchant d’une hache, mais ses manières étaient professionnelles. Je ne l’aimais pas.

Mais c’est la troisième Faux que j’ai trouvée la plus intéressante. Je ne l’avais rencontrée qu’une fois auparavant, et ce fut bref. Bien qu’elle ait l’air jeune – vingt ans tout au plus – il y avait une sagesse profonde et curieuse dans ses yeux, et une grande compréhension du monde. J’avais l’impression qu’elle me disséquait avec ses yeux sombres, à l’époque comme aujourd’hui. Contrairement à ses homologues, elle me regardait toujours. Pas mon sort, avec ses stupides mouettes et ses dauphins, mais moi.

En regardant dans ses yeux, c’était presque comme si je pouvais voir les engrenages derrière eux tourner, essayant de me comprendre. Me voyait-elle comme une menace ? Un outil ? Je n’étais pas sûr.

“Nico,” dit Cadell, le ton glacial et enflammé, “sois gentil avec ton animal. Après tout, c’est Draneeve qui t’a ramené de cet affreux continent.” Draneeve gigotait, son attitude indéchiffrable derrière son masque hideux…. “Il serait général maintenant, peut-être même un serviteur, s’il n’avait pas battu en retraite de Dicathen pour sauver ta misérable peau.”

Mon sort s’est évanoui, le nuage se dissolvant en brume puis en rien, tandis que j’attendais la réponse de Nico. Il a serré les poings et s’est éloigné de Draneeve d’un pas. “Ne me parle pas comme si je t’étais inférieur, Cadell. Je suis aussi une Faux, tu te souviens ?”

Dragoth grimaça, ses dents brillaient blanches comme le clair de lune à travers sa barbe. “Tu as raison, petit Nico. Tu es une Faux. Et le nom de Faux n’est plus aussi important depuis que nous te comptons parmi nous.” Il ria bruyamment de sa propre blague, mais ne s’arrêta pas là. “Peut-être que Bivrae devrait être une Faux, ou même Draneeve !” dit-il, pratiquement en criant, son sourire devenant carnassier.

Nico ricana. “Et où était le puissant Dragoth pendant la guerre ? Dis-moi, Titan de Vechor, pourquoi ton serviteur est allé à Dicathen et est mort alors que tu es resté ici en sécurité et…”

“Fais attention à ce que tu vas dire”, grogna Dragoth, son sourire s’effaçant rapidement. Il fit un pas vers Nico, ses énormes muscles se gonflant.

Le sol s’est mis à gonfler et une vigne couverte d’épines a surgi entre eux, se transformant rapidement en une barrière de ronces. Je n’avais pas l’intention de lancer un sort, mais leur combat m’a perturbée. Mon instinct de défense m’a toujours poussée vers la magie des plantes, même lorsque d’autres éléments auraient été plus appropriés.

Dragoth se pencha en avant, posant ses deux bras sur les lianes couvertes d’épines. “Tu es jeune et petite, mais déjà au sommet de ta puissance, réincarné.”

La tête de Nico s’est inclinée sur le côté. Ses yeux étaient froids comme des braises mortes. “Tous ceux qui pourraient espérer me défier sont déjà là”, a-t-il dit doucement avant de se tourner vers moi. “Il est clair que tu es prête à partir. Nous avons attendu assez longtemps, à la demande insistante du Seigneur Agrona, bien sûr “, ajouta-t-il rapidement en jetant un regard aigre à Cadell.

“Votre capacité à modeler le mana est impressionnante,” dit la Faux Seris, son regard en lame de rasoir me coupant petit à petit, “mais ne vous laissez pas aveugler par ce qui se trouve devant vous. Gardez vos yeux et vos oreilles ouverts et ne vous laissez pas dépasser par ce qui est à votre portée.”

“Elle est l’Héritage,” répliqua sombrement Nico. “Les étoiles elles-mêmes ne sont pas hors de sa portée.”

Ma première expérience de ce monde a été la forêt du peuple elfique. Son étrangeté m’a échappé. J’étais trop confuse et étonnée par ma propre réincarnation pour prêter attention à leur forêt enchantée. Même l’apparition du géant à trois yeux – un asura, me suis-je rappelé – n’avait pas réussi à me faire comprendre l’étrangeté de ma nouvelle demeure.

C’est à Taegrin Caelum que j’ai commencé à comprendre à quel point cet endroit était différent de la Terre. Mais là-bas, tout ce que j’ai appris a été filtré par Agrona. Ce n’est que lorsque Nico m’a conduit dans les Relictombs que j’ai apprécié toute la profondeur des différences étranges et merveilleuses entre les deux mondes.

Le portail privé d’Agrona pouvait se connecter à n’importe quel autre d’Alacrya, nous permettant de nous téléporter beaucoup trop près de notre destination. J’aurais aimé explorer, prendre le temps de tout voir alors que nous serpentions au deuxième niveau des Relictombs. Le ciel à lui seul me coupait presque le souffle lorsque je regardais la vaste étendue bleue. Je pensais que ma tempête avait été une impressionnante œuvre de magie, mais ça…

Je savais logiquement que le ciel lui-même était une construction magique, mais je ne pouvais pas le comprendre. Il semblait incompréhensible que quelqu’un puisse créer une telle chose. Lorsque j’ai partagé cette pensée avec Nico, il m’a ignoré, et s’est concentré sur le fait de se frayer un chemin à travers la foule d’hommes et de femmes en armure autour de nous.

” Es-tu entièrement immunisé contre les merveilles de ce monde ? ” J’ai demandé, en suivant le rythme à côté de lui. “Tu t’es peut-être habitué à tout ça, mais je ne suis arrivé ici que récemment.”

“Nous avons un endroit où aller”, m’a-t-il répondu. Il a dû me voir froncer les sourcils du coin de l’œil, car il a ralenti un peu. “Je suis désolé, Cecil. Je suis… un peu agitée. Le Seigneur Agrona a laissé entendre que ce que nous allons trouver ici pourrait être important pour moi, mais il n’a donné aucun détail et…” Il se tut, grimaçant. “Je suis désolé, ce n’est pas ta faute. Je suis juste impatient de parler à ces juges.”

“Non, je suis désolé”, ai-je dit, me sentant immédiatement coupable du choix de mes mots. Il m’avait longuement parlé de sa vie, à la fois de ce qu’elle était pour lui après mon intronisation involontaire au tournoi de la Couronne du Roi et de sa vie divisée ici. “Je ne voulais pas prendre à la légère ce que tu as traversé.”

“Je sais”, c’est tout ce qu’il a dit.

J’ai suivi en silence Nico qui nous a mené droit comme une flèche vers un grand bâtiment intimidant en pierre sombre et aux épines noires. Il ressemblait un peu à un énorme porc-épic avec une armée de gargouilles accrochées à son dos.

Une femme avec une chevelure semblable à un feu de détresse nous attendait devant le bâtiment. Elle était enveloppée dans une robe sombre brodée d’une épée et d’écailles en or. Ses yeux sont restés sur ses chaussures pendant que nous approchions, et même lorsqu’elle a commencé à parler, elle n’a pas levé les yeux.

“C’est un grand honneur d’accueillir un représentant du Haut Souverain.” Son ton était autoritaire, même lorsqu’elle essayait d’être soumise. “Bien que, je dois l’admettre, nous vous attendions plus tôt.”

Nico est passé devant elle, et elle s’est retournée pour le suivre, restant un peu plus loin de lui que moi. “Le Haut Souverain a peu de temps pour des choses aussi insignifiantes que quelques juges corrompus. Je ne suis toujours pas sûr de la raison pour laquelle une Faux était nécessaire,” dit Nico d’un ton vif.

Je voulais regarder autour de moi, mais nous marchions trop vite pour que je puisse vraiment profiter de l’endroit. J’ai presque ri quand j’ai vu une fresque géante d’un homme que je supposais être Agrona. Il semblait que les artistes ne l’avaient jamais vu, mais j’ai vite compris que c’était une possibilité. Puis nous l’avons dépassée, sans que ni Nico ni la femme aux cheveux rouges n’y prêtent attention.

Nico s’arrêta devant une porte en fer noir, tapant des doigts avec impatience en attendant que la haute justice l’ouvre. En agitant sa main enveloppée de mana devant la porte, elle nous a fait signe de nous diriger vers un escalier faiblement éclairé, fait de pierres sombres et de tuiles grises. Nico a pris la tête à nouveau, descendant les escaliers rapidement. Lorsque nous atteignîmes le bas, il marchait à une vitesse inconfortable, forçant la haute justice et moi à pratiquement faire du jogging pour le suivre.

Un labyrinthe de tunnels étroits s’ouvrait à notre gauche et à notre droite, bordé de portes de cellules à barreaux. Dans la cellule la plus proche de l’escalier, une femme en haillons s’est penchée vers la lumière de la torche, a vu Nico et s’est immédiatement réfugiée dans l’ombre, son visage se tordant comme si elle venait de voir un démon.

Nico a ignoré les embranchements des tunnels et nous a conduit tout droit vers le chemin du milieu.

Puis, quelque chose a cliqué.

Son attitude distante, la façon dont il m’ignorait pratiquement après avoir passé les trois dernières semaines à travailler sans relâche pour prouver à Agrona que j’étais prête, sa mauvaise humeur… Nico était anxieux à propos de cet interrogatoire.

Il n’était pas exagéré de dire que mon ancien fiancé était toujours anxieux, mais il était devenu rigide, chaque mouvement était raide et maladroit, et il ne voulait même pas me regarder. Il n’était pas seulement anxieux, il redoutait ce qui allait arriver.

Le couloir se terminait par une paire de larges portes en fer, noires comme la nuit et entièrement recouvertes de runes argentées. On aurait dit qu’elles pouvaient contenir un rhinocéros en furie. Malgré leur taille, elles se sont ouvertes toutes seules à l’approche de la haute justice, révélant une grande pièce circulaire de l’autre côté.

Mon estomac s’est retourné.

“Qu’est-ce que ces gens ont fait pour mériter ça ?” J’ai demandé, en détournant les yeux.

À l’intérieur de la cellule, cinq personnes étaient suspendues au plafond par les poignets et les chevilles. Des bandes de bronze couvraient leurs bouches. Bien qu’il y ait du mana dans les chaînes et les bâillons, je ne pouvais rien ressentir des prisonniers. Soit leur mana était supprimé, soit – j’ai avalé de travers – leurs noyaux de mana avaient été détruits.

“Ils se sont associés à une maison noble pour faire condamner un innocent pour un crime qu’il n’a pas commis”, a dit fermement la haute justice. “Leur abus flagrant d’autorité pour leur profit personnel mérite cela et pire encore.”

J’ai fait un pas vers la cellule, bien que je ne sois pas tout à fait sûr de le vouloir, mais Nico m’a arrêté. Il a tendu la main pour toucher mon bras, mais s’est arrêté. “Je pense que ce serait mieux si tu attendais ici.”

J’étais presque soulagé. En reculant d’un pas, j’ai hoché la tête. Une fois que lui et la haute justice furent à l’intérieur, les portes commencèrent à se fermer. Au dernier moment, alors que ses yeux se détournaient des miens, son visage a changé, se durcissant comme s’il avait été taillé dans du marbre pâle. Puis il est parti, et j’ai regardé les particules de mana jaunes courir le long des rainures entre les portes, le plafond et le sol.

Il y avait un tabouret en bois à côté des portes, alors je me suis assise. Mon esprit n’arrêtait pas de revenir aux silhouettes sans mana dans la pièce. J’avais mon propre noyau de mana depuis si peu de temps, mais l’idée de le perdre me terrifiait au-delà des mots. Découvrir que le mana existe – et apprendre à restructurer le monde physique par la pensée – pour ensuite perdre ce pouvoir…

Les Alacryens n’auraient pas pu comprendre. Même Agrona, même Nico…

Sur Terre, j’avais appris très tôt que, même si j’avais un centre ki relativement important, je ne pourrais jamais exercer ce pouvoir. J’étais l’arme. C’est ce qu’ils pensaient que l’Héritage était.

Agrona n’est pas différent.

J’ai enfoncé ma paume dans mon orbite, repoussant cette pensée irritante. Peut- être était-il vrai qu’Agrona espérait que j’utiliserais ma force pour lui, mais il m’avait réincarné en sachant que ce serait mon pouvoir. Il savait ce que j’étais vraiment. Et il voulait me montrer ce dont j’étais capable.

Ils cachent constamment des choses. Comme en ce moment. Que fait Nico qu’il ne veut pas que tu voies ?

Une fois que cette pensée avait envahi mon cerveau, je ne pouvais plus y échapper. J’étais tout aussi curieuse de savoir ce qui se passait à l’intérieur de cette pièce que j’avais été hésitante à y entrer. J’ai écouté attentivement, mais il y avait une couche de mana de vent déviant créant une barrière sonore autour de la cellule.

Lorsque je me suis concentré sur le mana, il a ondulé, et le son d’une conversation étouffée est parvenu à mes oreilles. Je me souvenais de la natation à l’académie, apprenant à concentrer mon ki dans différents environnements, et comment l’eau déformait les voix de ceux qui étaient à l’extérieur de la piscine. Ça sonnait exactement comme ça. J’ai nagé près de la surface métaphorique, et la voix est devenue encore plus claire. J’ai franchi la barrière de son, et soudainement je pouvais entendre Nico comme s’il se tenait juste à côté de moi.

“…dis-moi chaque foutue chose dont tu te souviens à propos de lui. N’oublie pas le moindre détail.” La voix de Nico était profonde et creuse, comme s’il parlait depuis le fond d’un canyon.

Un chœur de voix croassantes répondit, chacune plus désespérée que la précédente.

“Une intelligence cruelle dans ses yeux alors qu’il…”

“assis comme une statue, comme s’il n’avait jamais eu peur de…” “…pourrait être un inconnu, car nous n’avons jamais senti son mana ou…” “…exprimait une pression si terrible…”

“Stop. Stop !” Nico a grogné. La cellule est devenue silencieuse. “Si vous continuez à vous crier dessus, je vais brûler vos langues pour qu’un seul puisse parler.” J’ai reculé devant son horrible menace, mais je me suis dit qu’il faisait seulement ce qu’il avait à faire. “Vous, dites-moi comment cet ascendeur a attiré votre attention.”

Il y a eu des gémissements et des raclements de gorge avant qu’une voix nasillarde ne réponde. “Un serviteur du Sang Granbehl nous a rapporté une étrange histoire… celle d’un ascendeur sans aucun lien de sang, qui semblait inexplicablement puissant, et qui ne projetait aucune signature de mana.” L’orateur fit une pause, respirant lourdement. “Ils soupçonnaient l’Ascendeur Grey d’avoir fait passer en fraude une relique…”

La voix s’est étouffée alors que la pierre et les os craquaient. Je pouvais sentir le poids de la rage de Nico à travers les portes blindées.

Quand Nico a repris la parole, sa voix était tendue. “Pourquoi n’ai-je pas été informé du nom de cet ascendeur ?”

“C’était dans le rapport que nous avons envoyé à Taegrin Caelum,” dit rapidement la Haute-Justice, la voix tremblante.

“Cela n’a aucun sens “, grogna Nico dans son souffle, et j’entendis des pas légers alors qu’il commençait à faire les cent pas.

Debout, j’ai avancé timidement vers les portes. Les boulons d’acier se sont rétractés à mon approche, et les portes se sont ouvertes. À l’intérieur, la haute justice s’était recroquevillée contre le mur incurvé, la tête basse. Nico faisait les cent pas devant les quatre prisonniers restants. Le cinquième, un homme avec une barbichette, avait été empalé par trois piques noires. Son sang coulait en ruisseaux sombres le long des pointes avant de s’infiltrer dans les fissures du sol.

“Il est mort”, dit fermement Nico. Il a tourné sur son talon, faisant les cent pas dans l’autre sens. “Mais il est comme un putain de cafard. Si quelqu’un pouvait survivre…” Il tourna encore. “Même s’il a survécu, il n’aurait pas pu venir à Alacrya sans que nous le voyions.”

“Nico, que…”

Il a claqué des doigts et m’a montré du doigt avant de continuer à se parler à lui-même. “Il aurait pu trouver un ancien portail, toujours actif… mais même lui ne serait pas assez égocentrique pour utiliser ce nom… comme allumer un feu de signalisation dans le noir…”

Est-ce l’homme que tu aimes ?

Je tremblais alors que le vertige envahissait mon corps, commençant derrière mes yeux, puis descendant en trombe dans mes tripes. J’ai attrapé son poignet d’une main tremblante. “Nico, qu’as-tu fait ?”

Il a arraché son bras de mon emprise, montrant ses dents comme un animal. “Tais-toi !”

Un monstre a rugi à l’intérieur de moi. La volonté du gardien du bois ancien n’était que rage tordue et bouillonnante. C’était la bête piégée qui hurlait contre les chaînes qui la retenaient, mais c’était aussi l’herbe, les lianes et les arbres qui reprennent le monde lorsque les humains l’abandonnent. Ça m’a fait peur, cette chose sauvage qui sommeillait en moi. Elle ressemblait trop à mon ki dans ma dernière vie : incontrôlable, explosive, implacable…

J’avais appris à toucher toutes les sortes de mana. Même les soi-disant déviants, dont l’utilisation semblait aussi simple que des boules de neige en hiver… mais Agrona m’avait mis en garde contre la volonté de bête. Peut-être qu’un jour je pourrais l’apprivoiser, mais pour l’instant…

La lumière dans la pièce a pris le vert pommelé de la forêt sous une épaisse canopée, et une seule vigne émeraude s’est enroulée autour de mon bras, se dirigeant vers Nico.

La fureur a fondu sur son visage, le laissant pâle et teinté de vert. Il s’est éloigné de moi comme s’il avait été brûlé.

“Cecil, tu vas bien ? Je suis désolé, je suis…” Se perdant dans ses pensées, il a passé ses deux mains dans ses cheveux flottants.

La vrille s’est retirée, et la lumière est revenue à la normale. Mais je pouvais encore sentir la volonté de bête vibrer de rage. “Je vais bien.”

Nico s’est éclairci la gorge et a fait face aux quatre prisonniers. La vieille femme s’était évanouie, et le gros homme avait vomi sur le sol. Ils avaient été pris sans protection entre la soudaine poussée de force de Nico et moi.

Il va te blesser.

Cela n’avait pas d’importance. L’esprit de Nico était brisé. Il n’était pas lui- même. Mais cela ne signifiait pas qu’il ne pouvait pas être guéri avec le temps.

“A quoi ressemblait cet ascendeur ?” Nico a demandé, en s’adressant au prisonnier central, un vieil homme frêle.

“Cheveux blonds pâles…” râla le vieil homme. “Des yeux dorés, plus félins qu’humains. Vingt ans, peut-être, avec des traits aigus et fiers…”

Nico fronça les sourcils, ses yeux perdant leur concentration alors qu’il essayait d’imaginer le mystérieux ascendeur.

“Et royal”, ajouta le vieil homme. “Il se tenait comme une royauté… comme un roi.”

Nico se moqua, un son vicieux qui griffa l’air. “Comme un roi, vous dites ?” Le corps de Nico entra en éruption, sa rage soudaine ne pouvant plus être contenue par la chair et les os. Des flammes noires l’ont englouti, s’échappant de son corps comme des cendres chaudes.

“Qui est un roi ?” rugit-il. “Nous n’avons que des Souverains ici !”

Je pouvais voir le mana, noirci par l’influence de la pourriture des Basiliks, se transformer en frénésie dans la chair des prisonniers. Ils brûlaient tous à l’intérieur. A l’extérieur, ils se tordaient dans un tourment silencieux, la douleur étant trop forte pour qu’ils puissent crier.

Nico haletait lourdement, et à chaque expiration, l’air autour de lui semblait se déformer. La Haute-Justice s’était déjà précipitée hors de la cellule pour éviter le feu noir. Elle ne pouvait que regarder, incapable de prendre la parole pour défendre la justice qu’elle prétendait représenter.

“Vieux fous inutiles !” Nico a crié, sa voix s’est brisée. La chair du vieil homme commença à se boursoufler et à se craqueler, et de petites flammes noires jaillirent des blessures tandis que le feu de l’âme les dévorait.

Cela n’a pas pris longtemps.

“Ce n’était pas nécessaire”, ai-je dit, doucement mais fermement. Je ne voulais pas attirer la fureur de Nico, mais je n’avais pas peur non plus. “Ils ne méritaient pas d’être brûlés par ta peur et ta rage.”

Nico a fermé les yeux. Sa respiration s’est ralentie, et les flammes qui le délimitaient comme un halo mortel ont reculé dans sa chair et se sont estompées. “Ils ne sont personne. Ils sont totalement insignifiants.” Sa voix était totalement dépourvue d’émotion.

“Encore Grey…” J’ai dit, ma voix était à peine un murmure. “Pourquoi cet homme a-t-il une telle emprise sur toi que son seul nom provoque une réaction aussi forte ? Qui est Grey ?”

Nico, dos à moi, semblait se replier sur lui-même. “C’était notre ami…”

Il s’est tourné, et pendant un instant, je n’ai pas vu le visage de Nico, qui était celui d’un étranger. J’ai seulement vu ses yeux, bordés de rouge et brillants de larmes. Je connaissais la tristesse qu’ils contenaient. Il me regardait maintenant de la même façon qu’il me regardait auparavant, impuissant. Désespéré.

“Et c’est lui qui t’a assassinée, Cecilia.”


Commentaire

5 3 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
SØZ ŌX
2 mois il y a

Menteur elle c’est tuée elle meme

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser