the beginning after the end Chapitre 105

Les Grands Huit

« Ai-je le droit de savoir tout ça ? » J’ai demandé, en enlevant une branche pointue de mes cheveux.

Nous étions en train de marcher dans une partie familière de la forêt d’Elshire après que Windsom nous ait téléportés à proximité. Il ne m’a fallu que quelques instants pour réaliser que j’étais déjà venu dans cette partie de la forêt avec la famille Eralith, nous nous dirigions vers la cachette de l’aînée Rinia.

« Tu as reçu la permission de rester à Epheotus, alors tu l’aurais découvert tôt ou tard. Bien qu’il ne soit pas nécessaire de mémoriser les informations que je t’ai données, il est toujours utile de connaître la culture, les manières et la politique d’un territoire inconnu. Surtout si tu dois interagir avec les personnages importants de cet endroit. » conseilla Windsom, qui ne prit pas la peine de se retourner pour continuer à écarter les branches et les lianes de son chemin. « Mais j’ai l’impression que tu connais déjà l’importance de tout cela. »

« Bien sûr. » j’ai souri. « Mais la connaissance sans la compréhension n’est qu’une épée coincée dans son fourreau. Vous m’avez dit le quoi, Windsom, mais vous ne m’avez pas encore dit le pourquoi. »

« Très vrai. » admit-il. « Ne t’inquiète pas, nous y reviendrons bien assez tôt. »

J’ai continué. « Ok, donc il y a sep… non, huit races d’Asuras à Epheotus. Chaque race est composée de plusieurs clans, mais seulement un clan de leur race respective est appelé comme l’un des Hauts Huit ? »

« Les Grands Huit. » a corrigé l’Asura immédiatement.

« Quelle était la race du clan Vritra ? » J’ai essayé d’imaginer à de multiples reprises dans le passé quel genre de créatures pouvait être le clan Vritra, avec leurs cornes et leur teint gris, mais rien ne me venait à l’esprit.

« La véritable forme du Vritra est celle d’un redoutable Asura serpentin appelé le Basilic. Il sera bon pour toi de prendre note des races et des noms de clan des Grands Huit. »

« Qu’est devenue la race Basilic après la trahison du clan Vritra et des autres clans Basilic ? » J’ai continué, en écrasant un insecte particulièrement ennuyeux qui avait probablement pensé que mon oreille ferait un bon endroit pour se reposer.

« Si l’on exclut le fait que le clan Vritra a été remplacé par un clan inférieur dans le cadre des Grands Huit, certaines des races les plus radicales ont poussé à l’anéantissement de ce qui restait de la race Basilic. Heureusement, les liens entre chaque race remontent loin dans l’histoire, les amis des clans Basilic restants les ont défendus. Finalement, des mesures aussi radicales qu’un génocide n’ont jamais été prises. Il serait stupide pour une race entière de supporter les crimes de quelques-uns, après tout. »

Je n’arrivais pas à discerner ce que Windsom pensait en me racontant tout ça. L’inflexion et le ton de sa voix ne correspondaient pas à ce qu’il disait, ses mots semblaient presque sardoniques.

« Je vois… » J’ai continué à marcher, regardant mes bottes sales crisser sur les feuilles mortes et les branches cassées. « Comment les Grands Huit ont-ils été sélectionnés de toute façon ? »

« Les clans des Grands Huit n’ont presque jamais changé. Par exemple, même si la race des dragons a le plus petit nombre de clans, le clan Indrath, le clan de mon maître et de Dame Sylvia, fait partie des Grands Huit depuis le début de notre histoire. Cependant, même à ce jour, la force des Grands Clans est supérieure à celle des autres clans. C’est à peu près ce qui se rapproche le plus d’une réponse que je peux te donner. »

Nous avons continué à échanger nos points de vue alors que nous nous dirigions vers l’abri caché de l’aînée Rinia, Windsom me posant surtout des questions sur les noms que je devais connaître. J’étais capable de traiter la plupart des informations assez rapidement, mais mon manque de sommeil et ma faim ont eu un impact sur ma capacité à retenir les informations.

« Quoi qu’il en soit, je ne veux pas passer pour un morveux, mais vous n’auriez pas pu nous rapprocher davantage ? Si vous nous avez téléportés d’un château aérien au milieu des Clairières des Bêtes à la Forêt d’Elshire, je suis sûr que vous auriez pu nous téléporter quelques kilomètres plus près… »

« La maison de l’Elfe Divinatrice dans laquelle ta famille est actuellement réfugiée est entourée d’une barrière assez large que je ne souhaitais pas agiter. Se téléporter à travers elle pourrait provoquer une ondulation dans la barrière, ce qui pourrait révéler l’emplacement de toutes les personnes à l’intérieur. »

« Ah… mes excuses alors. Je suis un peu à cran dans mon état actuel. » ai-je répondu en me grattant la tête.

Nous venions de passer la cascade qui cachait l’entrée de la maison de l’aînée Rinia quand j’ai pris la parole. « Alors, laissez-moi résumer la situation. Agrona, l’actuel chef du clan Vritra, a conduit sa race d’Epheotus à Alacrya, où il a fait des expériences sur les races inférieures, et se déclare souverain éternel ? »

« Un titre plutôt insipide à se donner mais, en substance, oui. » confirma l’Asura.

« Alors ce traité dont vous avez parlé tout à l’heure, si le clan Vritra, ainsi que les autres clans de la race Basilic, sont des Asuras, ne devraient-ils pas être interdits d’agir directement dans cette guerre à venir ? ». J’ai demandé, en essayant de garder le compte du nombre de tours que nous avions pris dans ce labyrinthe de tunnel.

« Oui, mais ça n’a jamais été le problème. » – Windsom s’est arrêté de marcher et s’est retourné vers moi – « Arthur, ne t’es-tu pas demandé un jour pourquoi les races Asura n’ont pas simplement tué le clan Vritra et les clans qui les suivaient ? Il y a sept autres races après tout. »

« Bien sûr que oui, mais n’avez-vous pas dit quelque chose sur les conséquences qui affecteraient les races inférieures qui vivaient à Alacrya ? ».

« Je l’ai fait, mais ce dont je ne t’avais pas informé, c’est que le traité n’était pas notre premier plan d’action. Après l’évasion d’Agrona et de ses partisans, les Grands Clans, à l’exception de la race des Basilics, se sont réunis pour la première fois, indépendamment des factions, et ont formé une assemblée des chefs de chaque Grand Clan. Les chefs ont décidé d’envoyer une petite division avec nos Asuras d’élite pour se débarrasser rapidement d’Agrona et de ses partisans. » Windsom s’est arrêté un instant, et même avec son expression stoïque, il était évident qu’il délibérait sur l’opportunité d’exprimer ce qu’il avait en tête.

L’Asura finit par lâcher un petit soupir et invoqua une petite barrière autour de nous. « Arthur, ce que je suis sur le point de te révéler doit rester secret. Cette information n’est connue que par quelques membres du clan Indrath. »

J’ai hoché la tête et j’ai regardé Windsom en attendant qu’il poursuive.

« Tout le monde à Epheotus croit que Dame Sylvia a été d’une manière ou d’une autre capturée et retenue prisonnière quelque part, mais c’est en fait Dame Sylvia qui est partie volontairement avec la division d’élite chargée de tuer Agrona Vritra et les clans qui le suivaient. »

« Quoi ? » Je me suis exclamé, ma voix étant beaucoup plus forte que je ne le voulais. « Comment cela peut-il avoir un sens ? Elle est partie en mission en territoire ennemi sans savoir à quoi s’attendre ? Cette mission était fondamentalement suicidaire. Votre maître, le père de Sylvia, ne l’aurait jamais laissée partir. »

« Bien sûr que Seigneur Indrath ne l’a pas autorisée à partir .» a grogné Windsom. « Ce que je veux dire, c’est que Dame Sylvia s’est cachée et a suivi la division d’élite. Le temps qu’ils se rendent compte de la présence de Dame Sylvia, il était déjà trop tard pour faire marche arrière. »

Il y a eu une longue pause avant que l’un de nous ne parle à nouveau.

« Alors qu’est-ce qui est arrivé aux Asuras envoyés par les chefs d’Epheotus ? »

« Ce à quoi aucun des chefs ne s’attendait » – le visage de Windsom se déforma de dégoût et ses mains formèrent un poing – « Agrona, ce serpent rusé, attendait avec une armée encore plus grande de Basilics et de races inférieures qui avaient les mêmes capacités magiques innées qu’eux. »

Il ne m’a fallu qu’un instant pour réaliser ce que ses mots impliquaient. « Le clan Vritra s’est croisé avec les races inférieures d’Alacrya. » ai-je murmuré.

L’Asura se contenta de hocher la tête en retour, avant de poursuivre. « Apparemment, Agrona et ses disciples se sont croisés depuis un certain temps, vu qu’il y avait bien plus de dizaines de milliers de ces bâtards qui attendaient notre bataillon. »

« Donc le groupe d’Asuras d’élite que vous avez envoyé était en sous-nombre… »

« En infériorité numérique. » a-t-il souligné. « Et l’élément de surprise dont nous pensions que nos guerriers disposaient a été rendu caduc. »

« Que leur est-il arrivé à la fin ? » J’ai murmuré, me demandant plus que j’attendais une réponse.

L’Asura secoua la tête en réponse. « La communication a été perdue peu après le début de la bataille. Bien que nous soyons certains que leur camp a subi une perte considérable en nombre, nous ne pouvons que spéculer que la brigade de nos Asuras d’élite, la fierté de leurs clans et races respectifs, a été tuée ou capturée. »

Je suis resté silencieux alors que les pensées sur la façon dont Sylvia a réussi à s’échapper remplissaient mon esprit.

Les mots de Windsom m’ont fait sortir de ma torpeur. « Le Seigneur Indrath était furieux après avoir été informé par Agrona lui-même que sa fille unique avait été tuée au combat. Si cela n’avait tenu qu’à lui, mon maître aurait sûrement fait la guerre, sans se soucier des conséquences. Cependant, le reste des Grands Clans s’y est opposé et a fait pression pour un traité. » Windsom se retourna et reprit sa marche.

« Le traité a finalement été formé entre les deux parties, interdisant aux Asuras d’agir directement en raison des dommages collatéraux que cela causerait si une guerre à grande échelle devait se produire entre les sept races Asuras d’Epheotus et l’armée du clan Vritra composée de Basilics et de bâtards métis de moindre importance. » Il y avait un dépit évident dans sa voix, mais son expression était redevenue normale.

Lorsque j’ai commencé à réfléchir à nouveau, j’ai réalisé à quel point Dicathen était désavantagé. Ce traité était en place depuis des générations, et même s’il interdisait aux Asuras et aux métis de participer directement aux batailles, qui savait combien des soi-disant « races inférieures » d’Alacrya avaient du sang d’Asuras mélangé au leur.

Je voulais demander pourquoi les autres races Asura ne faisaient pas de même et ne se croisaient pas avec les races inférieures, mais s’il a fallu des siècles au génie fou Agrona pour trouver un moyen de croiser un Asura avec une race inférieure, alors les autres races n’avaient probablement pas trouvé de moyen. Je me doutais que, même s’ils le pouvaient, la plupart d’entre eux s’opposeraient à la reproduction avec les races inférieures à cause de leur propre moralité et de leur fierté.

« Attendez. Donc les six anciens artefacts que vous avez donnés aux gens de Dicathen… »

« Oui. C’était notre façon de donner au peuple de ce continent une épée et un bouclier. Nous savions que les pouvoirs et les connaissances contenus dans ces artefacts enclencheraient une révolution pour votre peuple. Nous avions raison, mais nous n’avons découvert qu’à travers des événements récents que ce n’était pas suffisant. Le Seigneur Indrath et les autres chefs des Grands Clans souhaitent que, grâce à notre intervention directe, nous puissions doter les mages de ce continent d’une force suffisante pour défendre ce continent contre Agrona. Nous craignons que si Agrona a accès aux habitants de ce continent, le clan Vritra obtienne une puissance de combat suffisante pour renverser Epheotus. »

« Et c’est là que j’interviens. Une pièce d’échec plus forte que les Grands Clans peuvent utiliser pour prendre le dessus dans la guerre à venir. » ai-je ricané en croisant les bras.

« Je dirais plutôt que nous te formons à la défense de ta famille et de ta patrie. » a rétorqué Windsom, les lèvres légèrement retroussées.

« Meh, je préfère les bénéfices mutuels aux actes d’altruisme douteux de toute façon. » j’ai haussé les épaules.

« Je suppose que tu ne nous fais toujours pas entièrement confiance. » a déclaré Windsom, en m’étudiant d’un œil curieux avant de demander : « En passant, comment comptes-tu informer ta famille de nos… plans ? »

« Ne vous inquiétez pas, Windsom. J’ai beaucoup réfléchi à la façon dont je devais annoncer la nouvelle à mes parents pendant que j’étais en prison. » j’ai fait un clin d’œil en passant devant l’Asura et en me dirigeant vers la lumière vacillante du feu au bout du tunnel.

Alors que nous approchions de la fin du tunnel, je pouvais voir les ombres de quelques personnes entourant un feu. Je n’ai pu m’empêcher de sourire en voyant mon grand guerrier de père en train de récurer la vaisselle près du ruisseau souterrain, tandis que l’aînée Rinia, ma sœur et ma mère se concentraient sur une marmite qui mijotait sur le feu.

« Quelque chose sent délicieusement bon ! Tu en as fait assez pour moi ? » J’ai crié, et tout le monde a tourné la tête dans ma direction.

Chacun d’entre eux a eu une réaction différente lorsqu’ils ont réalisé qui avait parlé. Mon père a laissé tomber la casserole cabossée qu’il était en train de récurer, ma mère et ma sœur se sont levées en même temps de la chaise de fortune sur laquelle elles étaient assises, tandis que l’aînée Rinia m’a simplement fait un sourire significatif en continuant à éplucher la pomme de terre qu’elle tenait dans sa main. La seule personne que je n’ai pas vue était Tess, mais je ne savais pas si elle était là ou non.

En quelques secondes, j’ai été enveloppée dans l’étreinte de ma famille, tandis que ma mère et mon père vérifiaient que mon corps ne présentait aucun signe de blessure, le regard de ma sœur se dirigeant directement vers Sylvie endormie dans mes bras.

« Est-ce que Sylvie va bien ? » a-t-elle demandé, l’inquiétude dans la voix alors qu’elle tenait mon lien dans ses bras.

« Ton frère vient de s’échapper de prison et tu ne me demandes même pas si je vais bien ? » J’ai croassé, faisant semblant d’être blessé.

« Tu as toujours l’air de revenir en vie de toute façon. » a-t-elle haussé les épaules en reportant son attention sur Sylvie. Mon père s’est mis à rire et ma mère a fait de son mieux pour réprimander ma sœur tout en essayant de cacher son sourire.

J’ai ressenti une vive douleur dans ma poitrine aux paroles insensibles de ma sœur. Où était la douce enfant qui se collait à moi comme de la glu et versait des larmes chaque fois qu’elle ne pouvait pas me voir ? Est-elle déjà au stade de la rébellion ?

Il semblait que quelqu’un avait déjà informé ma famille que je leur rendrais bientôt visite, et en me fiant aux expressions, je parierais que c’était l’aînée Rinia.

Mes parents ont commencé à m’interroger sur tous les détails de ce qui s’était passé, mais ils se sont soudain arrêtés net.

Les pas doux qui résonnaient dans le tunnel se sont arrêtés derrière moi, et je n’ai pas hésité à présenter la personne.

« Tout le monde, voici la personne qui m’a aidé à tout surmonter pendant que j’étais emprisonné… et aussi mon futur maître. »

J’attendais une quelconque réaction, mais mes parents et ma sœur étaient toujours silencieux, figés sur place, les yeux toujours rivés sur la silhouette derrière moi.

« Ahem, baissez votre pression. » Je me suis tourné derrière moi pour voir Windsom me regarder avec confusion avant que ses yeux ne s’élargissent un peu pour comprendre.

« Mes excuses. » répondit-il, et l’air autour de nous redevint normal. Je m’étais habitué à la pression que l’Asura dégageait normalement, mais pour un mage normal, ce serait suffocant.

Ma mère et ma sœur sont tombées à genoux tandis que mon père a trébuché, se maintenant à peine sur ses pieds.

L’aînée Rinia, qui était un peu plus loin, s’est levée et a fait une profonde révérence à Windsom. Je n’étais pas sûre qu’elle connaissait son identité, mais elle, au moins, semblait comprendre que l’inconnu n’était pas quelqu’un d’ordinaire.

« Bienvenue dans mon humble demeure. S’il vous plaît, mettez-vous à l’aise. » La vieille elfe a parlé d’un ton bien élevé et respectueux que je ne lui avais jamais entendu utiliser auparavant.

Windsom a simplement hoché la tête en réponse, remplissant le tunnel de silence à l’exception du crépitement du feu.

Mon père a été le premier à parler. « Tout d’abord, je vous remercie d’avoir aidé mon fils. Je sais qu’il peut être difficile à gérer. »

L’Asura laissa échapper un léger sourire avant de parler. « Il semble que votre enfant vous ait causé beaucoup de soucis. »

« Et continuera à le faire à l’avenir. » a terminé ma mère alors que mon père l’aidait à se relever avec ma sœur. « Mais Arthur, que voulais-tu dire par futur maître ? »

« Alice, ton fils vient de rentrer d’un long voyage. Tu auras tout le temps de parler de ce sujet après qu’il ait mangé quelque chose. » gronda Rinia en ramenant tout le monde autour du feu.

Reconnaissant de pouvoir enfin manger quelque chose, je me suis assis, soufflant impatiemment sur le ragoût chaud pour le refroidir.

Windsom n’a pas voulu manger mais s’est assis avec nous en regardant oisivement le feu. Une fois que tout le monde eut fini son repas, mon père a commencé à nous informer de ce qui s’était passé de leur côté.

Virion avait apparemment emmené Tess et Lilia ailleurs pour soigner leurs blessures. La famille Helstea l’avait suivi pour s’occuper de leur fille, ce qui expliquait pourquoi seule ma famille était ici. L’aînée Rinia a dit que je pourrais la retrouver dans quelques jours, ce qui a fait sourire tout le monde.

Finalement, tout le monde s’est retrouvé à court de sujets de conversation, laissant la grotte silencieuse une fois de plus. Je pouvais dire que mes parents attendaient maintenant ma réponse à leur question précédente.

En tournant mon regard vers Windsom, il me fixait, s’attendant à la même chose. Je me suis gratté la tête d’un geste qui, selon moi, était devenu une habitude dans des circonstances embarrassantes depuis mon arrivée dans ce monde, et j’ai pris la parole.

« Aînée Rinia. Est-ce que je peux parler à mes parents en privé ? »

« Bien sûr. » le devin m’a fait un sourire chaleureux.

« Et moi ? » a gazouillé ma sœur, qui tenait toujours mon lien dans ses bras.

« Désolé, Ellie. » J’ai secoué la tête en me dirigeant vers l’intérieur de la tente en premier.

Mes parents sont entrés après moi, l’air un peu confus.

« Ton maître ne va pas se joindre à nous ? » demanda mon père en jetant un regard vers l’extérieur avant de refermer le volet.

« Il y a quelque chose que vous devez savoir tous les deux d’abord. » Le timbre de ma voix et l’expression de mon visage les ont empêchés de poser d’autres questions alors qu’ils s’asseyaient en face de moi.

« Avant de commencer, il y a quelque chose que j’ai longtemps pensé à vous dire depuis que je suis arrivé dans ce monde. »


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser