the beginning after the end Chapitre 104

Assemblée particulière

POINT DE VUE D’ARTHUR LEYWIN :

Une expression d’amusement très léger se dégageait des sourcils de Windsom. L’Asura, toujours vêtu d’un uniforme militaire et coiffé d’une coupe de cheveux assortie, a tendu mon lien.

« Sylvie ! » me suis-je exclamé. Je me suis levé brusquement de mon siège mais j’ai fait très attention en la prenant des mains de Windsom. Après une inspection minutieuse, il n’y avait aucune blessure visible sur son corps, et d’après sa respiration rythmée, il semblait qu’elle était simplement endormie.

Poussant un soupir de soulagement, j’ai soigneusement posé mon dragon endormi sur ma tête avant de regarder l’Asura qui se tenait devant moi.

« Merci. » Je lui ai fait un signe de tête significatif auquel il a répondu par un regard qu’un parent donnerait à son enfant après qu’il se soit mal comporté.

« Je savais que tu étais téméraire, mais penser que tu te ferais attraper, toi et Dame Sylvie, si tôt, et par ceux qui sont impliqués avec le clan Vritra. » a-t-il réprimandé.

« Pour être honnête, je sauvais l’académie des Vritra. » j’ai à moitié haussé les épaules, comme si cela validait mes actions.

« Tu dois comprendre que ta sécurité et celle de Dame Sylvie doivent avoir la plus grande priorité. »

« Windsom, il y avait des gens dans cette académie dont je considérais la vie plus importante que la mienne. » Mon visage est devenu sévère, reflétant la détermination dans ma voix.

Windsom m’a regardé un moment avant de reprendre la parole. « C’était pour la princesse elfe ? » demanda-t-il comme s’il connaissait déjà la réponse.

« Ce n’était pas juste pour elle. » me suis-je défendu, ma voix sortant beaucoup moins confiante que je le voulais.

« Peu importe… » soupira l’Asura. « Ce qui est fait est fait. En parlant de cela, ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi l’auteur de l’incident a pris ton ami, Elijah, avec lui. »

« Je ne sais pas non plus… » Moi aussi, j’étais désemparé, et j’avais beau réfléchir à l’intérieur de ma cellule, je ne parvenais pas à trouver une explication raisonnable. « Je ne sais pas. » j’ai répété. « Mais j’ai besoin que vous m’aidiez à sortir d’ici, Windsom. Je dois découvrir où ils ont emmené Elijah et… »

« Et quoi ? Le sauver ? » a coupé l’Asura, ses yeux profonds, froids et pénétrants. « Tu ne peux même pas t’échapper de cet endroit, mais tu penses pouvoir le sauver ? »

Après avoir laissé échapper une profonde inspiration, il baissa la voix et continua. « De plus, je sais à peu près où l’homme nommé Draneeve a emmené ton ami. »

« Vraiment ? Où ? » Sans le savoir, je me suis accroché à sa manche en disant ça.

« Après avoir enquêté sur l’artefact laissé à l’Académie de Xyrus, je soupçonne qu’il s’agissait d’un dispositif de téléportation que Draneeve avait utilisé pour s’échapper, avec ton ami… ainsi que le dispositif qu’il avait utilisé pour… »

« … pour arriver ici. » j’ai terminé la phrase, un sentiment d’effroi grandissant en moi. « Ils ont ramené Elijah à Alacrya, n’est-ce pas ? »

« Très probablement. » a-t-il répondu, la voix froide.

Je me suis affalé contre le mur, en regardant mes pieds, et aucun de nous n’a parlé pendant un moment.

« Windsom, en suivant le fil de mes pensées, j’allais suggérer de suivre Elijah jusqu’à Alacrya dans l’espoir qu’il soit encore en vie et que je puisse le sauver. Vous me répondriez probablement en me disant que je ne devrais même pas en rêver puisque je me ferais tuer dès que je mettrais le pied à terre… » Je me suis retourné vers lui et un moment vraiment rare s’est présenté à moi : je n’avais pas de réponse. « Alors qu’est-ce que je fais ? »

« Eh bien, je ne dirais pas que tu mourrais dès que tu poserais le pied. » l’Asura sourit légèrement, des soupçons d’empathie évidents dans sa voix habituellement froide. « Mais oui, ce serait du suicide. Heureusement, le pion que le clan Vritra avait envoyé est parti avant ton arrivée, sinon ils se seraient beaucoup plus méfiés de toi. Pour l’instant, ils s’intéressent suffisamment à toi pour te vouloir en leur possession, en vie, mais s’ils découvrent que tu as en fait la volonté innée de Dame Sylvia ainsi que sa fille, alors je crains que même les Asuras aient du mal à vous garder tous les deux en sécurité. »

« Que dois-je faire alors ? Abandonner mon meilleur ami ? » J’ai répliqué. « J’ai calculé la possibilité de recevoir de l’aide du roi des Elfes et je savais aussi que vous nous aideriez à nous échapper, mais même dans ce cas, il n’y aurait pas d’endroit sûr pour nous. Étant donné que le Conseil travaille pour les Vritra, je devrais soit rester caché avec ma famille, soit me terrer quelque part dans les Clairières des Bêtes.

« Si je reste caché avec ma famille, je ne pourrai pas m’entraîner sans révéler ma marque de mana aux Lances, mettant en danger ma famille et celle de Tessia. Si je choisis d’aller dans les Clairières des Bêtes, je ne survivrai probablement pas assez longtemps pour pouvoir m’entraîner raisonnablement. » J’ai pensé aux échos des bêtes mana géantes que nous avons croisées sur notre chemin, et comment même les Lances étaient assez prudentes pour ne pas les faucher effrontément.

« Tu sembles avoir une assez bonne maîtrise de la situation actuelle. » reconnut l’Asura en me faisant un signe de tête laconique. « Dans quelle mesure as-tu réussi à relier le clan Vritra au Conseil ? »

« Assez pour soupçonner raisonnablement que ceux qui sont le plus étroitement liés aux Vritra sont les Greysunders. Les humains semblent également privilégier l’opinion des nains, mais j’ai l’intuition qu’ils sont réticents. » ai-je pensé à voix haute.

« Impressionnant. » a admis Windsom. Remontant sa manche gauche, l’Asura regarda sa montre. « Arthur, il est temps que nous… »

« Qui êtes-vous ? » a interrompu une voix.

Windsom et moi avons tourné la tête pour voir que c’était Bairon.

« On dirait qu’il a fini de s’occuper des choses… » murmure doucement Windsom pour lui-même.

« Comment es-tu entré ici ? » Les yeux de la Lance se sont rétrécis tandis que son regard papillonnait entre l’Asura à côté de moi et le dragon autrefois enfermé sur le dessus de ma tête. Malgré l’attitude irréfléchie de Bairon à mon égard, je me suis rendu compte qu’il était en fait très prudent et pondéré dans des circonstances normales. Il regardait Windsom avec prudence, ne laissant aucune ouverture dans sa position, même lorsqu’ils étaient séparés par une cage renforcée.

« Je t’ai demandé comment tu étais entré ici ! » grogna Bairon, les yeux rivés sur le mystérieux visiteur. « Es-tu avec l’autre intrus ? »

« Oui. » répondit Windsom avec indifférence, en faisant un pas vers la Lance.

« Alors une explication n’est plus nécessaire. » Bairon leva son poing comme un canon chargé, tandis que de l’électricité crépitait et sautait autour de son bras.

[Rayon d’Éclair]

J’ai sauté frénétiquement hors du chemin, sachant ce qui allait se passer. Windsom avait oublié d’enlever l’artefact attaché à ma poitrine qui désactivait mon flux de mana. Si j’étais touché par ce sort, il n’y aurait même plus de cendres à enterrer.

Une sphère d’électricité condensée jaillit du poing de la Lance, désintégrant les barres métalliques renforcées comme s’il s’agissait de tissu. Cependant, Windsom est resté collé à sa position alors que le sort s’approchait rapidement de lui.

Je me suis préparé à ce que la boule d’éclairs entre en collision avec l’Asura, mais lorsque la magie de haut niveau de Bairon a atteint Windsom, l’Asura a simplement levé la main et attrapé le sort comme s’il s’agissait d’une balle en caoutchouc.

Je savais, sans aucun doute, que Windsom serait capable de faire face à l’attaque, mais même moi, je ne m’attendais pas à ce que cela se fasse si facilement.

Écrasant l’orbe de foudre condensée dans sa paume, il s’est tourné vers moi, faisant un geste de la tête. « On dirait que nous avons notre porte de sortie. »

J’ai laissé échapper un rire, mais avant que nous puissions dire autre chose, Bairon avait déjà atteint Windsom.

« Enfant. Tu n’as plus de raison de te battre contre moi. » dit froidement Windsom en esquivant facilement le barrage de coups de pied et de poings imprégnés d’éclairs. Contrairement à moi, la magie de la foudre de Bairon semblait consister principalement en des sorts externes.

[Lance de Tonnerre]

Bairon a activé un sort au milieu de ses attaques, conjurant cinq lances faites d’éclairs pour poignarder Windsom.

Je m’étais déplacé dans la cellule pour éviter le gros de leur combat, mais en continuant à observer, j’ai eu l’impression que Windsom était en fait… ennuyé.

« Assez. » D’un simple mouvement du bras qui semblait lent en comparaison de la succession rapide d’attaques de Bairon, le visage de la Lance fut enfoui dans le sol. La cellule entière a tremblé tandis qu’une toile d’araignée de fissures fendait le sol renforcé, la tête enfoncée de Bairon étant l’épicentre.

De la capture de son sort à l’enfouissement de son visage, Windsom faisait un excellent travail en humiliant l’un des plus forts mages de notre continent.

« Au pied. » dit Windsom avec impatience alors que la lance se battait pour libérer sa tête du sol. Bien que le visage de Bairon soit égratigné et un peu ensanglanté, il n’a pas été perturbé.

« Bairon, tiens ta position. » Mes oreilles se sont dressées à cette voix familière. C’était Varay, la femme Lance qui avait emprisonné Sylvie, et qui était capable de s’opposer à deux Lances elle-même.

« Je ne comprends pas. Il est avec l’intrus ! » Bairon a craché le morceau, se retournant pour faire face à son compagnon de Lance.

« C’est une divinité, pas quelqu’un à qui tu devrais t’adresser avec autant de désinvolture ! » Varay a répondu, sa voix particulièrement froide. « Mes excuses, Ô Grand Maître. Notre Roi demande humblement votre présence. »

Même si je savais ce qu’était Windsom, j’ai été stupéfait de voir Varay s’incliner devant quelqu’un. En comparaison, Bairon avait un tel air de confusion que c’était plutôt amusant.

« D-Divinité ? » bégaya stupidement la lance.

« C’est exact. Et maintenant que tu sais ce que je suis, l’ignorance n’est plus une excuse. » répondit Windsom en regardant sévèrement Bairon. « Saluez. »

Vu la façon dont la tête de Bairon a heurté le sol, il semble que Windsom ait fait quelque chose pour le forcer à s’agenouiller, mais c’est tout de même un spectacle agréable à voir.

On nous a ramenés dans la pièce où mon procès avait eu lieu, mais cette fois, je n’étais pas enchaîné. Bairon avait, à contrecœur, brisé mes chaînes et retiré l’artefact inhibant mon flux de mana après la fin de ce fiasco.

Un garde différent de la dernière fois a ouvert la porte pour nous, révélant les personnes à l’intérieur de la pièce.

« B-Bienvenue. » Le roi Blaine a été le premier à parler, se levant de sa chaise. Son teint, ainsi que celui de la reine Priscilla, était presque maladif alors qu’ils étaient assis autour d’une table ovale qui n’existait pas auparavant.

Assis à côté du roi et de la reine des humains se trouvaient les parents de Tess, Alduin et Meralith, ainsi que la Lance à capuche qui m’avait remis la note la veille. Le roi et la reine des elfes m’ont salué d’un geste malaisé, mais sont restés silencieux. La directrice Cynthia, également assise à la table, arborait une expression déconcertante pour compléter son apparence ébouriffée.

Lorsque j’ai croisé le regard de l’homme assis à côté d’elle, j’ai, sans le savoir, fait un bond en arrière. Tous les poils de mon corps se sont hérissés et chaque fibre de mon être m’a supplié de m’éloigner de cet homme âgé avec un seul œil sur le front.

« Arthur. Tout va bien. » a rassuré Windsom.

Je trouvais étrange que les Greysunders ne soient pas présents, mais le reste des personnes présentes dans la pièce, à l’exception de la personne que je ne connaissais pas, se sont levées de leur siège et ont fait une petite révérence respectueuse à Windsom.

Reconnaissant leurs gestes, il m’a fait signe de prendre place avec lui à la table. Alors que je m’asseyais à côté de Windsom, je sentais les rouages de ma tête tourner, essayant de comprendre la situation actuelle. J’étais là, assis aux côtés du Conseil et de leurs Lances, de la directrice Cynthia, qui avait été une prisonnière condamnée à mort, et d’un homme dont je ne connaissais pas l’identité.

Il y avait une tension palpable dans la pièce, suffisante pour faire transpirer et craindre une personne normale. Pendant ce temps, j’avais placé Sylvie sur mes genoux, la caressant pour la réconforter, lorsque j’ai entendu quelqu’un se lever de son siège.

De façon inattendue, celui qui s’est levé était l’homme auquel j’avais instinctivement voulu échapper. On aurait dit qu’il avait trois yeux, mais deux d’entre eux étaient fermés. Ses cheveux blancs étaient attachés dans le dos, me rappelant Virion lorsque je l’avais rencontré pour la première fois.

« Pour ceux qui ne savent pas qui je suis, » – l’œil violet sur son front s’est fixé sur moi – « je suis Aldir ».

« Windsom et moi avons été envoyés ici pour vous donner, à vous êtres inférieurs, une chance de survie dans la guerre imminente avec les Vritra. » poursuivit l’Asura sans pause.

« Donc, comme nous le craignions, il y aura vraiment une guerre… » Alduin a parlé à haute voix comme s’il exprimait simplement ses pensées.

« J’ai terminé la première étape de l’élimination des corrompus. Mon rôle ici est maintenant de superviser le reste de ce que vous, les inférieurs, appelez ‘le Conseil’ et de vous instruire sur les préparations nécessaires pour combattre le Continent d’Alacrya. »

Dès que le mot « corrompu » a été prononcé, Blaine et Priscilla Glayder se sont figés, leur teint devenant plus pâle.

« V-Votre Majesté. Si je peux dire quelque chose… » Blaine était celui qui prenait la parole, et à la manière dont il parlait, il semblait que quelque chose devait s’être passé pour que le roi paraisse si docile. « Vous nous avez clairement montré vos capacités, suffisamment pour que je croie que vous n’êtes pas quelqu’un de ce royaume. La différence entre nos capacités est telle que je ne vois pas pourquoi vous auriez besoin de nous. Ne pouvez-vous pas simplement aller sur le continent d’Alacrya et vaincre le clan Vritra ? »

« Qu’est-ce que l’autre Asura voulait dire par se débarrasser des corrompus ? » Je me suis penché vers Windsom, pour lui chuchoter à l’oreille.

« Les Greysunders ont été éliminés et leurs Lances sont maintenant sous mon contrôle. » répondit Aldir à la place de Windsom.

Tout prenait sens. Il semblait que les Asuras aient tué ceux qui travaillaient directement pour les Vritra tout en laissant les Glayders avec une sorte d’avertissement. C’est pourquoi le roi et la reine humains étaient si nerveux.

« Et pour ce qui est de votre remarque, Roi Glayder, oui, il serait assez simple de rassembler les Asuras et de combattre personnellement les Vritra. Cependant, le clan Vritra, ainsi que les trois autres clans qui sont sous leur commandement, étaient tous d’anciens Asuras qui ont enfreint notre loi. Même nous ne pouvons plus calculer à quel point ils sont devenus forts. De plus, une bataille de cette ampleur va sans aucun doute retourner le monde. Et c’est ma prédiction la plus prudente. » continua Aldir en faisant face au roi effrayé.

Le roi Glayder a répondu par un silence stupéfié alors que nous essayions tous d’imaginer l’ampleur d’une bataille qui pourrait couler des continents.

Aldir a continué à parler « Nous, les Asuras et le clan Vritra, avions convenu d’un traité selon lequel aucun être supérieur ne pouvait attaquer directement un autre ou un être inférieur en temps de guerre. Au lieu de cela… »

« Attendez. Le fait que vous ayez tué deux ‘êtres inférieurs’ ne va-t-il pas à l’encontre de vos paroles ? » Je l’ai interrompu.

L’œil violet et lumineux de l’Asura s’est rétréci en me regardant, mais après un bref instant, les lèvres d’Aldir se sont retroussées en un sourire.

« Dicathen n’avait reçu aucune aide directe de notre part, nous les Asuras, mais il est maintenant confronté à une population gouvernée directement par Agrona des Vritra. Même avec mes actions, il ne serait pas assez téméraire pour rompre le traité pour simplement égaliser le terrain de jeu. » Windsom a répondu à la place d’Aldir.

« De plus, » ajouta Aldir. « La guerre n’a pas encore été officiellement déclarée. »

« Qu’en est-il des démons à cornes noires qui envahissent nos terres depuis des années ? L’un d’eux a même été responsable de la mort d’une Lance. » ai-je rétorqué, ne pouvant toujours pas accepter l’attitude désinvolte de l’Asura.

« Tu parles du propriétaire de ce fragment ? » C’est la directrice Goodsky qui a répondu, en brandissant le fragment noir de l’être cornu qui a tué Alea Triscan.

« Mon garçon, je vois que ce n’était pas un mensonge quand Windsom a dit que tu n’étais pas simple. L’être responsable de la mort de la Lance, et ceux qui se sont faufilés sur ce continent ne sont pas des Asuras. Ces monstres étaient autrefois des êtres inférieurs comme toi qui ont subi d’innombrables expériences. » cracha Aldir, visiblement dégoûté.

« Il existe donc des monstres qui ne sont pas des Asuras capables de détruire les mages les plus forts de notre continent ? Est-il seulement possible pour nous de gagner ? » Merial Eralith a pris la parole pour la première fois.

« Oui, mais ils sont limités et constituent le précieux atout d’Agrona dans cette guerre. Maintenant qu’il connaît ma présence, il ne les dépêchera plus aussi imprudemment qu’avant. » Aldir s’est rassis, son corps tout entier tourné vers moi.

« Considérez-moi comme un général dans cette guerre à venir. Il est dans l’intérêt des Asuras que nous soyons capables de défendre ce continent. Maintenant, Windsom, n’y a-t-il pas quelque chose que vous et le garçon devez faire ? Je vais m’occuper du reste ici. Nous avons besoin d’innombrables préparatifs avant de pouvoir nous défendre. »

Faisant un signe de tête à l’Asura à trois yeux, Windsom m’a tiré vers le haut, nous conduisant, Sylvie endormie et moi, hors de la pièce.

« Quelque chose que nous devons faire, Windsom ? N’est-il pas important que nous participions à la discussion ? Ne devrions-nous pas aussi être présents dans la salle ? » J’ai demandé en suivant l’Asura.

« Ce n’est pas ton combat. Aldir sait ce qu’il fait et fera de son mieux pour vous préparer, vous les inférieurs, à la guerre imminente. Quand ce moment viendra, si tu ne veux pas être inutile, nous aurons besoin de toi plus fort. »

« C’est logique. Alors, qu’est-ce qu’on va faire ? »

« D’abord, nous allons rendre visite à ta famille. Tu devras leur faire tes adieux. » Le dos de l’Asura était toujours tourné vers moi, ce qui rendait impossible de déterminer s’il plaisantait ou non.

« Adieux ? Quels adieux ? Où vais-je aller ? » Je retirai le bras de l’Asura, surpris qu’il se retourne aussi facilement.

« Je t’emmène, toi et Dame Sylvie, dans la patrie des Asuras. Ta formation se déroulera à Epheotus. »

 


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser