Supreme Magus chapitre 972

L'hospitalité du baron, partie 2 |

Traducteur: Ych
———

Le baron n’avait aucune idée de la raison pour laquelle tout le monde avait soudain l’air si triste, aussi tenta-t-il de leur remonter le moral.

“Maintenant que nous en avons fini avec les formalités, j’espère que vous avez faim car j’ai demandé aux cuisiniers…”

“Chefs !” geignit Mirias en corrigeant son mari.

” …nous préparer un gruau… ”

“Un petit déjeuner ! Bon Dieu, admets-le. Tu le fais exprès !” La baronne a dit, incapable d’endurer cette torture plus longtemps.

” …digne des Royaux, mais avec des portions plus importantes. Contrairement à eux, nous avons tous un vrai travail et ne passons pas nos journées assis sur notre c*l à cracher des ordres. Nous avons besoin de viande sur nos os, n’est-ce pas ma chère ?”

“Je veux divorcer !” C’est tout ce qu’elle a réussi à dire avant que le baron ne la prenne dans ses bras et ne l’embrasse passionnément.

“Mon Dieu, ma femme est un véritable dragon. Plus elle est en colère, plus elle est canon. Elle est toujours aussi magnifique que le jour où je suis tombé amoureux d’elle.” Il a dit cela en faisant rougir toutes les personnes présentes.

“S’il vous plaît, suivez-moi.” La baronne n’avait plus la force de se battre et se résignait à supporter n’importe quelle calamité que son idiot, mais cher mari, ferait subir à leur foyer. “Nous avons préparé des diligences qui nous conduiront à notre manoir.

“Jambel n’est ni Othre ni Derios, mais atteindre ses quartiers chics depuis les portes de la ville, c’est quand même un sacré voyage. Surtout pour quelqu’un qui a des petits enfants.”

“Merci de ton inquiétude, baronne, mais ce ne sera pas nécessaire. J’ai de bons souvenirs de votre maison et personne dans ma famille n’aime se déplacer à cheval.” Les deux déclarations de Lith semblaient n’avoir aucun rapport entre elles jusqu’à ce qu’il exécute un court chant qui ouvrit une marche Warp menant directement devant leur destination.

Les citoyens de Jambel eurent un sursaut d’étonnement. Beaucoup d’entre eux avaient seulement entendu parler de l’existence de la magie dimensionnelle et la considéraient presque comme un mythe.

“Ça te dérange si je passe en premier ?” demanda la baronne Mirias en serrant la main de son mari si fort à cause de sa peur de la magie inconnue au point de le faire saigner avec ses longs ongles manucurés.

Le baron n’a même pas bronché, il s’est contenté de lui caresser la main avec son pouce pour la rassurer.

“Pas du tout.” Lith se fraya un chemin et Mirias franchit la porte dimensionnelle avec la même décontraction qu’un gladiateur envoyé à la mort.

Pourtant, un seul pas lui suffit pour atteindre sa maison saine et sauve.

Le manoir du baron était un manoir à deux étages, quelque chose que l’on s’attendrait normalement à voir comme une maison digne d’un marchand, pas d’un seigneur de la ville.

Chaque étage était à peine aussi grand que la salle de bal des Ernas. Seules des briques et un petit jardin séparaient le manoir des maisons environnantes, et il n’y en avait pas de plus luxueuses.

“Qu’est-ce que…” La peur de Mirias fut remplacée par l’émerveillement.

Elle avait eu peur d’éprouver un malaise, que les Marches la laissent échouée au milieu du Désert de Sang, ou qu’un monstre en sorte. N’arrivant toujours pas à croire que cela puisse être aussi simple, la baronne frappa à sa propre porte.

La porte d’entrée s’ouvrit et le fidèle majordome de la famille, Jarnes, l’accueillit chez elle. Le couloir faisait environ 20 mètres carrés, les murs et le sol étant recouverts de bois peint en blanc.

Il y avait une armoire pour les vêtements et une petite cheminée au-dessus de laquelle se trouvait une série de cintres pour faire sécher les manteaux trempés par la neige. Un tapis moelleux menait aux autres pièces, recouvrant la majeure partie du sol et gardant la maison au chaud.

Après s’être assuré qu’il s’agissait bien de sa propre maison et non d’une farce complexe, Mirias franchit à nouveau les marches du Warp, retournant auprès de leurs invités.

“C’est incroyable ! Comment fais-tu ?” L’excitation donnait à son visage pâle une nuance de rouge qui lui donnait un air mignon et juvénile.

Elle toucha son mari à travers les Marches, puis en fit le tour, appréciant les deux paysages différents. Même si la porte dimensionnelle menait simplement à une autre partie de sa ville, pour elle, c’était comme une fenêtre menant à un monde différent.

“Mana et pratique. Tout le reste est un secret d’État, je suis désolée.” Lith répondit avec un sourire. La magie dimensionnelle n’était enseignée que par les six grandes académies et généralement, seule la moitié de leurs diplômés parvenait à l’apprendre.

“Kotu, Iriel, vous devez essayer.” En regardant les visages éberlués de ses enfants, Mirias réalisa à quel point son comportement était puéril et reprit son air sévère.

“Je m’excuse d’avoir fait perdre du temps à tout le monde. Vous avez sans doute faim et je me ridiculise avec mes pitreries.” Elle leur fit une profonde révérence, serrant sa robe avec embarras.

“Il n’y a aucune raison de s’excuser. Nous avons tous fait la même chose la première fois que Lith nous en a ouvert une.” Elina tapota l’épaule de Mirias pour la rassurer.

Lith attendit patiemment que tout le monde franchisse le Portail, laissant même quelques badauds et gardes l’utiliser à plusieurs reprises avant de refermer la porte dimensionnelle.

Le majordome, qui attendait toujours devant la porte ouverte, prit le manteau du baron pendant que le noble s’asseyait sur l’une des chaises près de la porte pour enlever ses bottes enneigées et les remplacer par des bottes propres, montrant à ses invités où se trouvaient les chaussures propres de la maison.

Lith et sa famille ont simplement transformé leurs vêtements en une tenue de jour plus légère. Le processus a également transformé leurs bottes en chaussures et les a nettoyées, laissant toute la saleté à l’extérieur de la porte.

Même le baron tressaillit de surprise cette fois, regardant ses invités avec la même curiosité qu’ils regardaient sa maison. Les meubles de chaque pièce étaient faits de matériaux de haute qualité, mais leur design n’était pas ostentatoire.

La maison du baron n’était pas géniale, mais c’était vraiment une maison. Elle était chaleureuse et confortable. Chacune de ses pièces était habitée, et pas seulement conçue pour impressionner les invités avec des ornements coûteux.

“Ça te dérange si je prends des notes ?” demanda Lith en sortant de l’encre et du papier de sa dimension de poche. “Si jamais je construis une autre maison rien que pour moi, je veux qu’elle ressemble exactement à celle-ci”.

Sans même y penser, Lith a regardé Kamila pour obtenir son approbation.

“J’adore !” Elle a répondu un peu trop vite et avec un peu trop d’enthousiasme à son goût.

‘Ressaisis-toi, capitaine Yehval. Nous sommes ensemble depuis presque deux ans, tu ne peux pas t’exciter comme une écolière lors de son premier rendez-vous pour une question insignifiante. Ce n’est pas parce que Lith semble m’inclure dans ses projets d’avenir qu’il va me demander en mariage…’ À cette pensée, le cerveau de Kamila est devenu incontrôlable.

Elle s’est mise à divaguer des absurdités et est devenue si rouge qu’Elina l’a fait s’asseoir, craignant que Kamila ne se sente mal.

“Ce serait un honneur pour moi.” Le baron et la baronne mirent une main au-dessus de leur cœur, faisant une révérence à Lith et à Kamila.

La salle à manger se composait d’une longue table rectangulaire en bois dur, entourée de plusieurs chaises confortables et rembourrées. La table avait déjà été mise. La nappe en lin était d’un blanc immaculé avec des broderies dorées représentant les exploits du baron.

Les couverts et les assiettes étaient tous en argent et reflétaient la lumière provenant des pierres magiques des lustres en cristal suspendus au plafond. Le personnel de maison était aligné contre le mur derrière la table, prêt à servir dès que leurs maîtres s’assiéraient.

Le baron Wyalon avait préparé pour les Verhens toutes sortes de mets, faisant du petit déjeuner un repas presque complet, tant par la variété que par l’abondance des portions. .


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser