Supreme Magus chapitre 973

Cadeaux et gratitude - Partie 1

Traducteur: Ych
———

Tandis que la famille du baron mangeait avec ses invités, Eiros utilisa les propriétés holographiques de la table enchantée pour montrer aux Verhens tous les lieux d’intérêt à l’intérieur et à l’extérieur de Jambel.

Étant une ville au milieu de nulle part, le fief du baron manquait d’œuvres d’art mais était riche en merveilles naturelles et en paysages à couper le souffle.

Après le repas, Eiros a montré aux Verhens l’endroit où ils allaient passer leur séjour.

La maison voisine de celle du baron était presque aussi grande et encore mieux meublée. Elle était également à leur entière disposition puisqu’elle était toujours vide au cas où Jambel recevrait des invités importants.

“Il y a beaucoup de chambres aux deux étages, alors vous pouvez vous loger comme cela vous fait le plus plaisir. Le roi lui-même a dormi deux fois dans cette même chambre.” Eiros dit nonchalamment à Lith tout en lui faisant visiter la maison.

Lith saisit l’allusion et prit la chambre pour lui afin de ne pas offenser son hôte.

” Amusez-vous bien à l’extérieur. Je vais rester ici et m’occuper des triplés.” Nalrond avait déjà eu assez d’émotions pour une journée. Il n’avait pas l’habitude d’être servi ni de côtoyer autant d’étrangers.

En plus de cela, Jambel lui rappelait de près son village, rouvrant des blessures qui n’avaient jamais complètement cicatrisé.

“Pas question ! Je ne ferai pas un seul pas sans être accompagné de quelqu’un d’autre. Maman a papa, Rena a Senton, et Lith a Kamila pour tenir à distance les prétendants indésirables, sans vouloir te vexer, Kami. ” dit Tista.

“Pas mal pris.” Kamila était consciente qu’entre un capitaine et un archimage, il n’y avait pas de concurrence, pourtant l’idée d’être la seule femme de la pièce à être moins désirable que son partenaire respectif, l’énervait au plus haut point.

“J’ai besoin d’un bouclier digne de ce nom ou je serai la foutue troisième roue du carrosse pendant toutes les vacances”.

“Je suis flattée de l’estime que tu as pour moi.” Nalrond ricane.

Comme tout homme normal, après un peu de temps et beaucoup de moments gênants, il s’était habitué à sa présence et était maintenant capable de la traiter comme une personne.

“Nous pourrions nous relayer pour que les enfants ne soient jamais laissés seuls et que nous puissions tous nous amuser”. Senton propose.

Contrairement à Kamila, les remarques de Tista ne le dérangeaient pas. Ses beaux enfants et le méchant crochet du droit de Rena dès que quelqu’un l’embêtait lui donnaient confiance en la solidité de leur relation.

“J’ai une meilleure solution.” Lith créa l’hologramme d’une poussette, puis le divisa en ses composants pour que Nalrond puisse l’étudier.

“C’est une conception intéressante, mais pourquoi utiliser des roues ? De cette façon, une simple bosse sur la route réveillerait le bébé.” Le Rezar agita les mains, créant des constructions de lumière dure capables de flotter toutes seules.

“Parce que je l’ai conçu pour les non-mages.” Lith mentit entre ses dents. “Garder un sort flottant actif longtemps est épuisant.”

Rena regarda les deux hommes avec admiration.

Elle aimait ses enfants et le fait qu’ils grandissent de semaine en semaine la remplissait de joie, mais cela les rendait aussi plus lourds. Entre l’allaitement et le fait de porter les enfants toute la journée, les muscles de ses bras étaient aussi toniques que ceux d’un athlète.

“Nalrond, hybride ou pas, tu feras un mari merveilleux. Selia a raison quand elle dit que la femme qui t’aura comptera ses bénédictions au quotidien. Petit frère, je n’arrive pas à croire que tu penses à avoir des enfants au point d’inventer des choses pour Kamila.” Rena, Elina et Tista avaient les yeux voilés de larmes.

‘Je ne l’ai pas inventé, je l’ai juste plagié ! L’histoire du non-mage n’était qu’une excuse.’ pensa Lith en se rendant compte de sa bévue.

Il était difficile de dire qui, de Lith, de Nalrond ou de Kamila, était le plus troublé.

Le Rezar fit en sorte que la construction ait l’air d’être en bois pour que Lith puisse la faire passer pour l’un de ses métiers de maître de forge et garder la maîtrise de la lumière secrète.

Les poussettes ont connu un grand succès lorsque le baron a fait visiter Jambel aux Verhens, renforçant ainsi la réputation de génie polymathe de Lith.

“Combien coûte une poussette ?” C’est ce qu’ont demandé à de nombreuses reprises les parents accablés par des enfants petits ou paresseux.

“Oui, combien ?” Raaz a demandé à Lith avec des yeux suppliants.

Avec leurs courtes jambes, Aran et Leria se fatiguaient rapidement. Un enfant de quatre ans était trop petit pour supporter de longues marches et trop grand pour être facilement porté, surtout ceux qui, grâce aux traitements de Lith, étaient grands pour leur âge.

Raaz et Senton soufflaient en portant leur enfant respectif sur leurs épaules. Ils se maudissaient tous les deux de ne pas avoir demandé plus tôt à Nalrond d’autres poussettes. Il ne pouvait pas les faire surgir de nulle part sans révéler son secret.

“Je ne veux pas de poussette ! Je veux Onyx ! Si tu la laissais venir, ça n’arriverait pas !” Aran geignit avec une indignation enfantine, faisant référence au Shyf qu’il considérait comme son fidèle destrier.

“Et je veux Abominus ! Il doit s’ennuyer à mourir sans moi !” Leria a dit, ce qui a fait s’inquiéter sa mère sur son sens de l’appellation.

“Mon fils, combien de fois dois-je te le répéter ? Les bêtes magiques ne sont pas des jouets. Elle aurait besoin d’un endroit où rester et de nourriture. Beaucoup de nourriture.” dit Raaz en essayant de faire entendre raison à Aran.

“Ce n’est pas un jouet, c’est mon amie. Onyx pourrait dormir dans ma chambre et je pourrais partager ma nourriture avec elle. Je ne mange pas beaucoup.” Pourtant, son estomac gargouillait déjà.

Le baron Wyalon avait amené ses invités dans le quartier du marché et la rue était remplie d’odeurs alléchantes provenant des boulangers locaux. Heureusement pour les grands, acheter des bonbons pour les enfants était un excellent moyen d’avoir quelques minutes de répit.

Ils passèrent la matinée à visiter le centre-ville de Jambel et à faire du shopping.

‘Mon Dieu, c’est la partie du voyage que je déteste le plus.’ pense Kamila.

Même après avoir été promue capitaine et malgré quelques primes conséquentes pour les affaires résolues, elle était toujours endettée jusqu’au cou. Un an s’était écoulé depuis qu’elle avait payé la procédure de sculpture corporelle qui avait donné la vue à sa sœur, Zinya.

Même avec toutes les réductions que Lith lui avait accordées en tant que guérisseur en chef, sur les trois pièces d’or et les 50 silvers, elle avait remboursé moins d’une seule pièce d’or. Même les officiers militaires comme Jirni étaient payés en argent, et il fallait 100 pièces d’argent pour faire une seule pièce d’or.

Même si Zinya n’avait plus de problèmes financiers grâce à l’argent de compensation qu’elle avait reçu de la famille de son défunt mari pour les années d’abus que Fallmug lui avait fait subir, elle n’avait aucune source de revenus et deux enfants à élever.

Prélever une telle somme sur le fonds d’affectation spéciale que le comptable de Vastor avait créé pour elle, aurait paralysé les rentes de Zinya, aussi Kamila devait-elle faire attention à ses dépenses alors que les Verhens pouvaient acheter tout ce qui leur tombait sous la main.

” Prenez tout ce que vous voulez. C’est offert par la maison.” Un marchand d’âge moyen dit en faisant une profonde révérence à Lith.

Qu’un Archimage fasse ses emplettes dans son humble boutique, c’était bien plus que ce qu’il avait imaginé.

“Nous ne pouvons pas faire ça. Tes affaires en prendraient un sacré coup.” Ayant épousé un forgeron, Rena connaissait bien les difficultés des commerçants de détail. “S’il te plaît, permets-nous de payer.”

“C’est absurde. L’archimage Verhen s’est battu longtemps et durement pour cette ville au cours des deux dernières années. Il a sauvé plus que mon commerce, il a sauvé ma maison et ma famille. Comment pourrais-je refuser la première occasion que j’ai eue d’exprimer ma gratitude ?” dit le marchand.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser