Supreme Magus chapitre 848

Dograth Partie 2

Traducteur: Ych
———-

“Il semble que les humains perdent espoir. Aujourd’hui, ils sont plus négligents que d’habitude, dispersant trop leurs forces pour être efficaces.” Sukhet la Banshee a dit sur son amulette de communication.

“D’accord. De cette façon, ils n’accompliront rien d’autre que d’être balayés dès que notre force principale se réveillera.” Angorn le Lamia a répondu.

Au fur et à mesure que le temps passait, la vanité disparaissait de leurs voix, remplacée par une véritable inquiétude. Les humains faisaient juste semblant d’attaquer les forteresses jumelles, profitant de ce temps pour mettre quelque chose en place.

Le problème des généraux morts-vivants était qu’ils n’avaient aucun moyen de les arrêter. Les humains employaient juste assez d’hommes pour les forcer à se mettre sur la défensive, mais rien de plus.

Si les morts-vivants désactivaient les réseaux dimensionnels scellant les villes pour déplacer leurs troupes, ils s’exposeraient également à une invasion. Il en irait de même s’ils envoyaient une partie de leur force principale à l’extérieur.

Les quelques morts-vivants d’élite capables de rester éveillés malgré la lumière du soleil seraient massacrés simplement en raison de l’avantage numérique de l’ennemi. Les morts-vivants devenaient plus puissants avec l’âge, alors même s’ils pouvaient augmenter leur nombre rapidement, la perte d’un seul ancien était plus grave que celle d’un millier de nouveau-nés.

Pour ne rien arranger, les morts-vivants capables de se déplacer pendant la journée étaient rares, et ceux qui avaient développé leurs compétences au point de ne pas être trop gênés par la lumière du soleil étaient encore plus rares.

Les humains travaillaient sans relâche, entourant complètement les forteresses jumelles de tous les côtés, construisant une sorte de dispositif trop éloigné pour qu’un quelconque sort puisse les atteindre.

Lorsque la nuit arriva, l’armée de l’Empire s’était complètement repliée derrière sa frontière, sans même essayer de tenir les terres reconquises le jour. Les généraux avaient déjà tout rapporté à Veeza, qui comprit facilement ce qui se passait.

“C’est exactement ce que vous soupçonnez. Les humains ont tendu un piège aussi évident qu’ingénieux.” dit-elle. Veeza avait laissé de nombreux dispositifs de surveillance près de tous les centres névralgiques de son empire tout juste fondé.

Elle était plus jeune que ses généraux, mais comparée à eux, sa connaissance des arts mystiques était sans limite.

Alors que la plupart des morts-vivants avaient passé la moitié de leur existence à dormir et l’autre moitié à chercher un repas ou à poursuivre leur gloire personnelle, elle avait consacré les derniers siècles à l’étude de la magie, sans prendre une seule heure de repos.

“Mes appareils de surveillance m’ont permis d’espionner le fonctionnement des humains. Ils ont construit plusieurs réseaux de Warping à longue distance.” Le doigt de Veeza pointa les quatre coins autour de chaque forteresse.

Ils étaient suffisamment éloignés pour ne pas être affectés par les réseaux de la ville, mais suffisamment proches pour permettre aux troupes de renfort de se coordonner avec l’armée de l’Empire et d’effectuer une attaque à plusieurs pincées sur Dograth.

“Si nous ignorons les Portails et que nous nous battons comme d’habitude, les armées qui sortent des tunnels dimensionnels vont conquérir la ville et notre armée finira massacrée. Si nous essayons au contraire d’attaquer les réseaux, nous offrirons notre dos à l’ennemi et nous diviserons trop nos forces pour qu’elles soient efficaces.”

“Avons-nous perdu des mois de guerre en une seule journée ?” demande Angorn le Lamia. Le vieux général serra le poing en signe d’incrédulité.

“Bien sûr que non.” Veeza ricana. “C’est un bon piège, mais il y a une raison pour laquelle plus personne n’utilise cette stratégie. Premièrement, pour réussir, l’impératrice doit mobiliser au moins deux armées, ce qui signifie qu’elle doit laisser ses propres châteaux sans protection.

“Deuxièmement, de tels portails peuvent faire basculer le cours de la bataille dans les deux sens. Si nous parvenons à conquérir et à maintenir en activité ne serait-ce qu’une seule d’entre elles, nous aurons un moyen d’attaquer l’Empire de l’intérieur.

“À ce moment-là, tout ce que nous avons à faire, c’est de détruire leurs réserves de nourriture et d’empoisonner leur eau. Les humains ont choisi d’essayer de tout miser sur cette bataille, mais il n’y a aucune raison pour que nous fassions de même.

“Nous tomberons dans leur piège, mais seulement parce que nous pouvons l’exploiter pour porter à nos ennemis un coup bien plus important que celui qu’ils nous infligeront.”

Veeza a décidé de jouer la carte de la sécurité. Après tout, le temps était du côté des morts-vivants. Plus la guerre durerait, plus elle parviendrait à lever des troupes d’élite tandis que les ressources des humains commenceraient à s’amenuiser.

Elle s’était d’abord emparée des terres les plus fertiles de l’Empire pour s’assurer que les jours plus longs du printemps ne signifieraient rien si l’armée de l’Empire n’avait pas assez de nourriture pour soutenir ses soldats pendant des combats prolongés.

Veeza utilisa son amulette de communication pour ordonner une attaque générale sur tous les fronts de bataille afin de découvrir où l’impératrice avait détourné ses troupes.

‘Si je peux exploiter le manque soudain de main-d’œuvre dans quelques secteurs clés, alors cette guerre durera moins longtemps que prévu.’ Elle sourit. Milea n’était pas la seule à pouvoir compter sur des troupes de réserve fraîches.

Les forteresses jumelles de Dograth étaient actuellement inondées par tous les bataillons que Veeza pouvait épargner. Les réseaux de la ville protégeaient ceux qui se trouvaient à l’intérieur des murs du château des effets de ceux de l’ennemi et gardaient les Portes ouvertes.

Cela permettrait à Veeza de mobiliser ses troupes partout où elle en aurait besoin ou de les faire se replier en lieu sûr au cas où les choses tourneraient mal. La liche avait affronté Milea trop souvent pour sous-estimer à nouveau l’impératrice.

Malgré sa jeunesse, Milea s’était révélée être une fine stratège et une mage encore plus puissante que Veeza elle-même.

‘Dieu tout puissant, comment quelqu’un d’aussi jeune peut-il avoir une magie aussi puissante ? Mon premier acte en tant que dirigeant sera d’envoyer des tueurs pour éliminer des gens comme Balkor, Manohar et Verhen. Ils sont trop dangereux pour qu’on les laisse en vie’. pense Veeza.

Sa série de défaites contre Milea lui avait rappelé à quel point il était dangereux de laisser la compétition s’épanouir. C’était une erreur qu’elle ne permettrait pas aux morts-vivants de refaire à l’avenir.

Veeza utilisa un puissant réseau de détection de vie pour vérifier les mouvements des humains. Leur armée se cachait toujours derrière leurs tranchées, il n’y avait pas une seule âme près de Dograth, et les dispositifs entourant les forteresses étaient toujours inactifs.

D’un côté, cela rendait Veeza heureuse, lui donnant tout le temps nécessaire pour mettre en place ses contre-mesures. D’un autre côté, cela l’inquiétait. Si Milea avait choisi d’attaquer dès que les Portails étaient prêts, elle aurait inondé le champ de bataille et pris l’initiative.

‘Bien sûr, l’avantage ne durerait pas longtemps grâce aux Portails de la ville qui nous permettent d’avoir un flux constant de renforts. Pour aggraver la situation des humains, nous n’avons qu’à nous retrancher derrière les murs pour rendre leur offensive inutile.’

‘Pour une raison ou une autre, Milea veut que nos armées respectives se battent à découvert. Je dois être prudente et ne pas bouger tant que je n’ai pas compris quel est son objectif final.’ pense Veeza.

Quelques heures passèrent, mais rien ne se passa. La Liche était inquiète, incapable de lancer son attaque tant qu’elle n’avait pas assez de troupes pour faire face à l’attaque aux multiples pincées. La pire crainte de Veeza se réalisa lorsque l’appareil humain situé de l’autre côté de Dograth s’ouvrit.

Ce qui effraya la liche, c’est que les troupes humaines ne se dirigeaient pas vers la forteresse, mais se précipitaient au-delà du goulot d’étranglement naturel comme si elles avaient un dragon sur le dos.

” Mince ! J’ai mal interprété la situation. Les portails extérieurs ne sont pas des moyens d’attaque. Les humains les utilisent pour passer derrière nos lignes et attaquer là où nos défenses sont les plus faibles.” Veeza hurla des ordres dans son amulette, alertant toutes les troupes qui se trouvaient à proximité.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser