Supreme Magus chapitre 847

Dograth Partie 1

Traducteur: Ych
———-

“Veeza a résolu le problème de l’alimentation avec la guerre et s’est assurée de la loyauté de ses adeptes en leur offrant un nouveau foyer. Les morts-vivants de Jiera sont suffisamment désespérés pour continuer à frayer et à laver le cerveau de leurs propres nourrissons pour que la guerre continue.

“Jusqu’à présent, il n’y a jamais eu une population de morts-vivants aussi importante. Ils sont tellement égoïstes qu’ils peuvent à peine s’unir sous la bannière des Cours des morts-vivants, et encore moins travailler ensemble dans une armée.

Sans Veeza, la bataille n’aurait duré que le temps du premier lever de soleil.” dit Leegaain.

Les morts-vivants ne pouvaient se déplacer et se battre librement que pendant la nuit, mais pendant ces quelques heures, ils étaient presque inarrêtables et, peu importe s’ils étaient blessés ou mutilés, ils retrouvaient toutes leurs forces rien qu’en mangeant, alors que les hommes de Milea avaient besoin de se reposer et de récupérer après chaque bataille.

“Tu es un Gardien et le protecteur de l’Empire en plus. Pourquoi refuses-tu toujours de m’aider ? Tous mes projets concernant les académies, tous les préparatifs pour coloniser Jiera, diable, même mes projets de trouver un compagnon pour soulager ma solitude ont été retardés.” Milea demande.

“C’est une idée fausse très répandue chez les humains. Les gardiens ne sont les protecteurs d’aucune race, seulement de l’équilibre. Sinon, nous devrions protéger les humains contre les morts-vivants, les bêtes contre les humains et les monstres contre les bêtes.” Le père de tous les dragons répondit.

“Pourquoi penses-tu que Tyris n’est pas intervenu alors que Laruel se trouve dans sa zone d’influence ? Pourquoi crois-tu que je reste apparemment les bras croisés pendant que ton peuple se fait massacrer ?

“Parce que, que Laruel tombe ou survive, que Veeza triomphe ou non, cela ne ferait que faire pencher la balance, pas la rompre. Tout comme les carnivores ne peuvent pas être trop nombreux par rapport aux herbivores sans mourir de faim, il en va de même entre les vivants et les morts-vivants.

“De plus, si nous intervenions, ni les dirigeants des pays ni leurs sujets ne retiendraient la leçon. Ils se contenteraient de commettre toutes les atrocités qui leur viennent à l’esprit et qui leur accordent des avantages à court terme, en pensant qu’en cas de problème, nous, les Gardiens, réglerons les choses à leur place.”

“Je comprends, mais cette crise est arrivée à cause de Jiera, pas de nous. Pour une fois, nous sommes innocents.” Milea répond.

“Je suis d’accord, mais regarde les choses de mon point de vue. Maintenant, tout Mogar est au courant de la chute de Jiera et s’efforcera de ne pas faire la même erreur. Les événements de Laruel ont permis aux trois grands Pays de travailler côte à côte pour la première fois depuis des siècles.

“Le succès militaire de Veeza a démontré à chacun d’entre vous le danger que représente une migration de masse. Dans ton histoire, tu es le héros qui défend des innocents, mais aux yeux des morts-vivants, c’est Veeza qui se bat galamment pour leur donner un foyer et un avenir, tandis que tu es le méchant qui veut les exterminer simplement à cause de ce qu’ils sont.

“Si tu parlais avec l’un des morts-vivants, il te dirait qu’il est innocent lui aussi et qu’il veut juste se trouver une nouvelle place. Vous avez tous les deux raison, vous avez tous les deux le droit de vivre, et pourtant quelqu’un doit mourir.” Leegaain dit.

“Es-tu en train de dire que je devrais demander une trêve ? Leur donner quelques terres ?” La voix de Milea était pleine de sarcasme.

“Par la Grande Mère, non. Veeza est complètement folle, négocier est impossible. De plus, toute forme de compromis exigerait que tu donnes des humains aux morts-vivants comme du bétail et que les morts-vivants maintiennent leur nombre à un niveau contrôlé.

“Un sacrifice que je doute qu’aucune des deux parties ne soit prête à faire pour la paix, alors qu’elles le feront volontiers pour la guerre. Après tout, ton armée n’est-elle pas en train de se réduire ? Les morts-vivants ne sont-ils pas déjà en train de capturer des formes de vie pour assurer leur existence ?”

“Alors que dois-je faire ?” Demande-t-elle.

“Gagne, et fais vite. Ce n’est qu’en vainquant Veeza que tu prouveras aux autres Liches qui observent la guerre, attendant de passer à l’action, qu’il n’y a pas de victoire à la guerre, seulement de la destruction.”

“Comment suis-je censé faire ça ? Je peux la combattre, je peux la battre, mais je ne peux pas la tuer !” Milea abattit à nouveau ses poings, faisant s’effondrer la table sous le poids de son coup.

“C’est là que j’entre en jeu. Je ne t’aiderai pas directement, mais je partagerai avec toi mes stratégies.” Leegaain répond.

“Pourquoi maintenant ? Cette fichue guerre dure depuis des mois.”

“Parce qu’elle vous a permis, à toi et à tes généraux, d’acquérir beaucoup d’expérience dans la gestion des morts-vivants. Elle vous a montré où sont les points faibles de vos défenses intérieures, et surtout, elle a tué dans l’œuf le fossé qui s’ouvrait entre les mages et les citoyens normaux de l’Empire.

“Cela les a forcés à mettre de côté leurs différences et à se battre ensemble. De plus, cela a fait de toi et de tes aides de meilleurs gouvernants. Tôt ou tard, une fois que tu auras quitté le trône, ton héritage permettra à l’Empire de prospérer, comme l’a fait le Royaume.

“Une fois que Salaark aura quitté le pouvoir, au contraire, le Désert de Sang sombrera dans le chaos. Ils sont trop dépendants d’elle, obligeant leur chef à tenir tout un pays sur ses épaules.” Leegaain explique.

Milea pouvait comprendre son point de vue et combien ces leçons étaient précieuses. Pourtant, elle n’était pas une immortelle. À ses yeux, le prix que le présent devait payer pour assurer aux habitants du continent de Garlen un avenir meilleur était énorme.

“D’accord, ô grand seigneur. Éclaire-moi.”

***

Quelques jours plus tard, Milea en avait fini avec les préparatifs et était prête à exécuter le plan de Leegaain.

Tout s’était déroulé sans accroc car, en raison de la guerre, l’armée et le Conseil magique de l’Empire avaient été purgés de ceux qui n’avaient atteint leur position que grâce à l’influence de leur famille plutôt qu’à leur propre talent individuel.

La guerre avait mis à l’épreuve tous les échelons supérieurs de l’Empire, et l’incompétence ne pouvait être tolérée lorsqu’elle coûtait des milliers de vies ou faisait perdre à l’Empire des dizaines de kilomètres de terres fertiles.

Le lieu choisi pour l’attaque était, comme d’habitude, les forteresses jumelles de Dograth.

Elles marquaient un goulot d’étranglement géographique qui avait empêché l’armée humaine d’avancer depuis que Veeza s’était personnellement emparé des deux forteresses au cours des premiers jours de la guerre.

Les morts-vivants étaient au plus faible pendant la journée, mais ils parvenaient tout de même à tenir leurs forts grâce aux membres de leur parenté qui n’avaient pas ce genre de problèmes, à leurs thralls vivants qui ne partageaient que les avantages de la non-mort, et aux personnes qui servaient les morts-vivants parce que leurs familles étaient retenues en otage.

Le jour où Milea a mis le plan de Leegaain à exécution, les morts-vivants qui contrôlaient les villes jumelles n’ont rien remarqué d’anormal.

L’armée de l’Empire a attaqué Dograth à l’aube, essayant de capturer le plus grand nombre de forteresses possible avant le coucher du soleil. Ce fut une bataille effroyable, car les murs des châteaux n’avaient pas besoin de beaucoup de monde pour les défendre.

Pas avec toute la puissance des réseaux de villes sous le contrôle des morts-vivants. Veeza avait commencé la guerre en hiver parce que les jours étaient courts et les nuits longues. Les hommes de Milea n’avaient donc que quelques heures devant eux avant que l’armée implacable de Veeza ne les balaie, les forçant à se mettre sur la défensive.

Les lignes de front se déplaçaient d’avant en arrière en fonction du cycle solaire. Si une forteresse n’était pas conquise avant le coucher du soleil, tous les gens qui étaient morts du côté des humains s’étaient sacrifiés pour rien.

Les généraux morts-vivants observaient le déroulement des événements avec un mélange d’ennui et de vanité.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser