Supreme Magus chapitre 790

Mauvaises herbes, partie 2

Traducteur: Ych
———–

Elle lança un simple sort de niveau 3, Lame de vent, qui était censé leur couper les jambes et la poitrine en même temps. Bien que profondes, les blessures ouvertes par son sort s’avérèrent loin d’être mortelles, s’arrêtant même avant d’atteindre les os.

Les bugbears ne trébuchèrent qu’une seconde avant de ravaler leur douleur et de reprendre la charge.

“Sérieusement ? Un sort de niveau 1 ?” Friya était sidérée.

“C’était un niveau trois !” Quylla la réprimande tout en déchaînant une deuxième Lame de vent, visant exactement l’endroit où la première avait frappé.

Le sort d’air parvint à couper l’artère fémorale des bugbears et à percer leurs poumons, faisant se noyer les créatures dans leur propre sang.

“Premièrement, tu n’aurais pas dû les laisser appeler des renforts. Deuxièmement, il est impossible qu’un niveau 3 ne les ait pas tués sur place à cette distance.” Friya parlait aussi doucement qu’elle le pouvait, mais l’agacement dans sa voix était indubitable.

“Je sais que j’ai fait une erreur, mais c’est aussi à cause de tes fausses informations. Quant aux sorts, je te jure que je n’ai préparé que des sorts de niveau 3…” Quylla fut coupé dans son élan lorsqu’une des masses frappa la tête de Friya, l’envoyant s’étaler sur le sol.

Quylla se retourna juste à temps pour esquiver celle qui la visait. Les deux bugbears se relevaient, les blessures sur leurs corps étaient à peine visibles.

‘Depuis quand les bugbears ont-ils des pouvoirs de régénération ?’ pense Quylla en lançant le sort de coupeur de givre de niveau 3. Des glaçons de la taille d’un bras transpercèrent la tête et la poitrine des créatures, les transformant en gel solide par la même occasion.

Cette fois, elle a également utilisé la première magie pour modifier le sol afin qu’ils tombent sur des pointes de roche qui ont facilement pénétré à travers la viande gelée, détruisant le cerveau et le cœur en même temps.

Effrayée par les capacités de récupération des bugbears, Quylla leur a coupé la tête ce coup-ci avant de s’inquiéter pour sa sœur.

“Friya ?” demanda Quylla, incapable de faire la part des choses dans cette situation. Sa sœur portait une armure de marcheur de peau et la masse n’était qu’un morceau de bois. Elle n’était pas censée lui faire le moindre mal, quelle que soit la force qui se cachait derrière le coup.

Lith était lui aussi stupéfait, mais comparé à ses amis, il avait plus d’indices. Quylla avait raison sur toute la ligne. Les Bugbears n’étaient pas censés se régénérer, et le bois ne pouvait pas faire de mal à quelqu’un qui portait une armure enchantée, et encore moins à une armure de sa fabrication.

Le problème, c’est que ce n’était pas du bois et que ce n’étaient pas des bugbears, ou du moins pas complètement. Les deux cadavres se relevèrent, sans se soucier des têtes manquantes ou du trou béant où résidait autrefois leur cœur.

“Des morts-vivants ?” demanda Phloria en dégainant son épée.

“Non, des plantes.” Lith répondit. Une fraction de seconde plus tard, des racines et des lianes remplirent l’espace vide de la poitrine des créatures et un jeune arbre sortit de leur cou.

Quylla en avait assez de cette folie, aussi utilisa-t-elle le seul sort de niveau cinq qu’elle avait préparé. Volcan était un mélange de magie de feu et de terre qui transforma le sol sous les monstres en lave en fusion, les avalant tout entiers.

Les créatures moururent en un instant, sans avoir le temps de n’émettre rien d’autre qu’une odeur d’encens de bois de santal.

“Mais qu’est-ce qui s’est passé ?” La vision de Friya était encore floue, mais elle était par ailleurs indemne.

” Ton réseau d’information est nul ! ” Quylla répond tout en vérifiant qu’elle n’a pas de commotion cérébrale.

“Et tu es négligente !” Lith dit en jetant les massues dans la fosse encore enflammée. Le bois se fendit et germa en petites vrilles qui tentèrent d’échapper à la mort, mais la lave les transforma en cendres avant qu’elles ne puissent atteindre la sécurité du plafond.

Les cris d’agonie dissipèrent tous les doutes sur la façon dont Friya avait été assommée.

“Ces choses n’étaient pas leurs armes mais une partie de leur corps. Une fois que tu as vu que nous n’avions pas affaire à des bugbears mais à une sorte de parasite, tu aurais dû te débarrasser de tout le bois en vue.”

“Mais qu’est-ce qui se passe ?” Les trois femmes disent à l’unisson.

“Ça n’a pas de sens ! Les créatures végétales sont rares et je n’ai jamais entendu dire qu’elles étaient des parasites. Je travaille avec celles-ci depuis des années au Griffon blanc, certaines sont mes bonnes amies !” Quylla avait l’impression que son cerveau brûlait.

“Pourquoi les plantes endommageraient-elles la végétation et comment diable ont-elles pris le dessus sur les bugbears ?”.

“Je n’en ai aucune idée.” Même selon les livres de Lith, toute cette situation était tout simplement absurde. Il n’avait compris la nature de leur ennemi que parce que les gourdins avaient la même force vitale et un flux de mana qui courait sous la peau des monstres.

“Que veux-tu faire ?” Lith demande à Quylla. “Ce n’est plus une expérience d’apprentissage, mais un sacré bordel”.

“Ce qui le rend parfait en tant qu’expérience d’apprentissage.” Elle a répondu. “Rien ne se passe jamais comme prévu et je dois non seulement apprendre à gérer des sorts de haut niveau, mais aussi à garder mon sang-froid quand l’inattendu se produit.

“L’ennemi a appelé des renforts, nous n’avons donc pas beaucoup de temps. Rappelez-vous que les plantes ne sont pas faibles au feu comme le pensent la plupart des gens puisqu’elles ne sont pas faites de bois séché mais de tissus vivants riches en eau.

“En plus de cela, elles ont une capacité exceptionnelle à manipuler à la fois leur corps et la magie de la terre. Leurs véritables faiblesses sont l’eau et la magie des ténèbres. Le froid bloque leurs capacités de régénération et de métamorphose, alors concentrez-vous sur ce point.”

Grâce à son travail de professeur adjoint, Quylla en savait beaucoup sur les créatures végétales par rapport à ses compagnons, Lith y compris. Connaissant leur véritable ennemi et sa faiblesse, il ne leur fallut que quelques heures à tous les quatre pour tuer tous les bugbears infestés.

Quylla fit même quelques tentatives de communication chaque fois qu’ils isolaient un seul spécimen, mais ils se révélèrent peu désireux ou incapables d’expliquer leurs raisons.

Lorsqu’ils eurent terminé, ils avaient plus de questions que de réponses. Les plantes sensibles avaient coexisté avec les autres races de Mogar depuis des lustres, et leur existence était bien documentée.

L’apparition d’une nouvelle espèce, si agressive de surcroît, était un mauvais signe.

“Nous devons le signaler immédiatement.” dit Phloria. “S’ils peuvent prendre le contrôle des bugbears, ils pourraient faire de même avec les humains. Nous devons mettre les gens en alerte avant que le phénomène ne se généralise.”

“Oui, c’est dommage qu’on ne puisse pas examiner un corps. Cela m’aiderait grandement à comprendre ce qui se passe.” dit Quylla.

Elle avait acquis beaucoup d’expérience et son taux d’apprentissage était terrifiant. Après seulement quelques essais, elle était devenue capable d’utiliser certains sorts de niveau cinq dans des espaces confinés sans blesser ses alliés.

“Qu’est-ce que tu veux dire ?” Lith avait recueilli quelques corps précisément pour étudier leur physiologie altérée.

“Désolée, j’ai oublié de te le dire tout à l’heure. Les plantes ne laissent aucun cadavre derrière elles. Au moment où elles meurent, elles se flétrissent également, reprenant leur forme d’origine. Donc si ces choses ont commencé par être des fleurs, tu n’obtiendras qu’une fleur.

“C’est la raison pour laquelle les plantes ne peuvent pas être transformées en morts-vivants”. dit Quylla.

‘Bordel de merde ! J’aurais pu jouer un peu avec eux et utiliser Invigoration au lieu de perdre du temps à parler. Comment était leur noyau, Solus?’ pense Lith.

‘Désolé, je n’en ai aucune idée. En envahissant le corps des bugbears sous forme de lianes, ils ont également répandu leur noyau, le rendant invisible à mon sens du mana. C’est la même chose qui s’est produite avec l’abomination végétale.

‘Nous devions la forcer à se regrouper en un seul endroit pour voir son noyau. Ce que je peux te dire avec certitude, c’est qu’il ne doit pas être très fort puisque sans les massues vivantes, leur flux de mana a été parfaitement éclipsé par le faible noyau de leurs victimes.’

‘Enfin une bonne nouvelle !’ Lith soupire intérieurement de soulagement. ‘Heureusement, nous avons choisi une ville avec un portail, donc quel que soit ce que c’est, le royaume peut s’en occuper tout seul.’


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser