Supreme Magus chapitre 1152

État de chagrin Partie 2

Traducteur: Ych
——-

Nalrond refusa de croire que Mogar pouvait lui faire une blague aussi cruelle et prit son envol pour rejoindre la source lointaine de ces douloureux signes de vie. Il ne se souciait pas de laisser les autres derrière lui ni qu’ils crient pour avoir une explication.

Il franchit les quelques kilomètres qui le séparaient des ruines de son village en quelques minutes, mais même tous les sorts qu’il avait tissés au cas où Aube serait revenue pour s’approprier la Frange ne pouvaient le préparer à ce qu’il trouva.

Des maisons au lieu de ruines et des gens au lieu de morts-vivants. L’épuisement dû au long voyage et au choc de trop le fit s’évanouir, plongeant sur le sol avec la grâce d’un rocher.

***

Continent de Jiera, repaire de Fenagar, à l’extérieur de la ville de Reghia.

Fenagar le Léviathan, Zagran le Garuda et Roghar le Fenrir étaient assis ensemble à une table ronde pour la première fois depuis longtemps. Tous les meubles étaient fabriqués à partir d’une seule branche morte de l’Arbre-Monde.

Des veines des sept couleurs des éléments striaient le bois, le rendant capable de supporter le poids des Gardiens et, si nécessaire, leur fureur.

Baba Yaga, sous sa forme maternelle, assistait à cette réunion en tant qu’invitée d’honneur, en compagnie d’une autre femme d’égale beauté. Ses cheveux argentés portaient des mèches de tous les éléments, ce qui faisait d’elle l’une des rares humaines à être douée pour toutes les formes de magie.

Mais ce qui la rendait digne de l’assemblée, c’était ses yeux qui portaient également les sept couleurs des éléments. Enfin, les hologrammes des trois gardiens du continent de Garlen apparurent l’un après l’autre.

Tous les Gardiens avaient pris leur apparence humanoïde respective pour mieux contenir leurs pouvoirs et empêcher les catastrophes naturelles de se produire. Ce n’est pas pour rien que les six gardiens originaux se rencontraient rarement.

Les mots se transformeraient facilement en insultes et si les choses devenaient physiques, de nombreuses cartes devraient être réécrites. C’est pourquoi ils avaient demandé aux deux femmes à la robe blanche de jouer le rôle de pacificatrices.

Grâce à leurs pouvoirs, elles pouvaient contenir la colère d’un Gardien suffisamment longtemps pour le calmer ou au moins pour empêcher la destruction qui s’ensuivrait de se propager.

“Puisque je doute que quiconque ici apprécie la compagnie des autres, passons directement aux choses sérieuses.” dit Fenagar, n’obtenant en réponse que des hochements de tête d’approbation.

Il ressemblait à un reptile humanoïde recouvert d’écailles blanches, mesurant environ deux mètres, portant une blouse de laboratoire et des lunettes rondes à monture dorée. Fenagar n’aimait pas prendre forme humaine car les gens lui disaient sans cesse qu’il ressemblait à Leegaain.

‘Il est rare que les six Gardiens originaux soient d’accord sur quelque chose, mon enfant.’ Baba Yaga gloussa à travers le lien mental tout en faisant attention à ce que personne d’autre que son compagnon ne puisse entendre ses pensées.

‘C’est la première fois que je les vois tous ensemble, alors je te crois sur parole.’ La femme ne pouvait s’empêcher de transpirer des balles rien qu’en regardant la table.

Même les hologrammes émettaient tellement de mana que l’air autour d’eux crépitait de puissance, rendant même la respiration difficile.

‘Construis-toi une tour de mage, mon enfant. Ceux qui, comme nous, ne peuvent pas puiser un pouvoir infini dans Mogar ont besoin de tous les bords qu’ils peuvent obtenir.’ Baba Yaga secoua ses cheveux roux flamboyants en signe de désapprobation tout en fixant son camarade de ses yeux émeraude.

“La raison pour laquelle j’ai demandé cette réunion est simple. Je veux discuter à la fois de la situation de Jiera et de l’anomalie. Je n’aime pas l’admettre, mais je pense que Jiera pourrait avoir besoin d’aide pour endiguer la crise actuelle.” Fenagar lança un regard à Zagran qui baillait déjà.

Elle avait l’air d’une femme volumineuse d’une vingtaine d’années, mesurant plus d’un mètre quatre-vingt, avec des cheveux bleus jusqu’aux épaules, une peau et des yeux d’un violet profond. Zagran portait une chemise sans manches qui laissait à découvert ses bras musclés couverts de cicatrices de combat qu’elle refusait de soigner.

“Contenir quoi ? L’anomalie n’a pas encore atteint une puissance qui pourrait être considérée comme menaçante et il n’a jamais montré le moindre signe de malveillance.” demande Tyris.

” L’anomalie n’est qu’une curiosité. Fenagar parle des cités perdues.” Roghar le Fenrir répondit.

Il avait l’air d’un bel homme d’une trentaine d’années mesurant environ 1,65 mètre, avec une peau gris cendré, de courts cheveux argentés et des yeux gris. Il avait la carrure maigre d’un érudit et portait une ample robe de mage dorée.

“Les bêtes font de leur mieux pour contenir tous les héritages vivants, mais certains réseaux sont plus facilement détruits qu’ouverts sans le bon mot de passe. La disparition de la race humaine sur Jiera nous a apporté beaucoup d’ennuis.

“D’un côté, nous ne voulons pas réparer le gâchis qu’ils ont fait. Détruire un héritage vivant n’est jamais facile, surtout après qu’ils aient eu des siècles pour construire leur force. Mais d’un autre côté, les survivants n’ont aucun moyen de les arrêter et n’ont rien à se reprocher dans leurs créations.

“Si nous les laissons tels qu’ils sont maintenant, la vie sur Jiera disparaîtra”.

“Vous auriez alors échoué dans votre rôle de Gardiens et tout le monde émigrera vers notre continent.” La voix de Salaark suintait une colère mal dissimulée. “J’espère que vous n’allez pas nous demander la permission de nous accompagner car je n’aime pas avoir d’invités.

“J’ai travaillé dur pour détruire tous les objets maudits du Désert de Sang et pour m’assurer que les seuls fruits que porteraient les recherches sur la magie interdite seraient ceux des arbres qui poussent sur les tombes de ceux qui sont assez fous pour enfreindre ma loi.”

“J’ai travaillé dur, tu veux dire.” Leegaain dit avec un grognement. “C’est moi qui ai dû rechercher la bonne façon de s’en débarrasser sans transformer des régions entières en friches pendant des siècles.”

Même si les héritages vivants les plus dangereux tiraient leur puissance des geysers de mana, les Gardiens pouvaient facilement s’en débarrasser par leur seule force. Hélas, les rejetons mortels de la magie interdite propageaient généralement leur fléau même dans la mort.

La libération soudaine d’énergies sauvages après leur destruction souillerait les terres, les rendant inhabitables pendant des périodes prolongées, à moins que quelqu’un ne sache comment le faire correctement comme Lith l’a fait avec l’Étoile noire.

“Non, j’ai travaillé dur. Tu te contentes de garder ton c*l écailleux collé à une chaise toute la journée alors que je dirige un pays entier et que je m’occupe de dizaines de millions de vies. Faire quelques recherches pour moi, ce n’est pas grand-chose.” Salaark répond.

“Ton jugement est aussi hâtif et injuste que d’habitude, Salaark”. Zagran le Garuda a dit.

“Nous n’avons pas échoué en tant que Gardiens car notre rôle est de maintenir l’équilibre, pas de garder une bande de sales gosses bruyants qui aiment passer la majeure partie de leur brève vie à imaginer de nouvelles façons de s’entretuer. Ce n’est pas notre faute s’ils ne survivent pas à leur propre succès.

“J’ai gardé mon territoire sous contrôle et je connais même tous les mots de passe des réseaux. Les héritages vivants font partie des rares adversaires qui ne meurent pas dès que je leur lance un regard noir. Si quelqu’un d’autre n’a pas fait de même, c’est de sa faute. Je ne vois pas pourquoi je devrais m’en préoccuper.”

“Parce qu’une fois que l’un d’entre eux se déchaînera, personne ne sera en sécurité des deux côtés de l’océan.” Fenagar dit. “Les détruire est facile, mais si un trop grand nombre d’entre eux s’échappent de leur confinement en même temps, les conséquences pourraient être terribles.”

Les Gardiens n’aimaient pas leurs homologues respectifs, mais refuser d’aider Fenagar ne ferait que mettre Garlen en danger à son tour.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
1 mois il y a

Merci pour le chapitre

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser