Lord of Mysteries 2 Chapitre 452

Manuscrit

Traducteur : Ych
———–

Le lendemain midi, Quartier 2, Rue Saint-Michel.

Lumian se rendit rapidement compte qu’elle n’était qu’à quelques pas de la rue Saint-Varro, où se trouvait l’organisation caritative Dreamseekers, à un pâté de maisons et une place de là.

Lumian haussa les sourcils, sentant qu’il se rapprochait de la vérité et des réponses qu’il cherchait.

Il détourna son regard de l’obélisque du soleil qui se dressait fièrement au centre de la place et flâna le long de la rue Saint-Michel, traçant le chemin qui serpentait le long des bâtiments anciens et patinés par les intempéries.

Il ne put s’empêcher de remarquer des peintres pauvres penchés sur leur bloc-notes au bord de la place et des deux côtés de la rue. Des musiciens jouaient leurs divers airs avec des guitares, des violons et des flûtes. De temps en temps, des pigeons voyageurs blancs planaient gracieusement à côté d’une fontaine qui envoyait de l’eau en cascade en synchronisation avec la musique.

Le chaud soleil d’automne conférait un charme poétique à la scène.

Ayant passé un temps considérable dans le quartier du marché, souvent consumé par des pensées de vengeance, absorbé par des enquêtes ou participant à des banquets, Lumian s’était rarement immergé dans la vie quotidienne du quartier central de Trèves.

Insensible à la lumière du soleil et à l’ambiance langoureuse, habillé d’un chapeau rond marron, d’une chemise bleu clair et d’un costume jaune marron décontracté, il se rend dans un bar nommé “Auteurs de troisième ordre”.

Ici, la plupart des clients arborent des tenues bien usées, sirotent des alcools abordables et se livrent à des discussions animées sur divers sujets. À l’occasion, lorsque l’inspiration leur vient, ils sortent des carnets bien remplis et notent leurs pensées à l’aide des stylos à plume qu’ils portent sur eux.

Alors que Lumian s’approche du comptoir du bar, il ne peut s’empêcher d’entendre une discussion animée entre certains clients au sujet de la dernière exposition d’art.

“Cette œuvre intitulée ‘Café’ est incroyablement controversée. Certains la louent pour ses couleurs vibrantes et sa composition audacieuse, y voyant une protestation silencieuse livrée sous une forme absurde. D’autres pensent qu’il s’agit d’une tentative délibérée d’art abstrait, une ruse pour tromper l’intellect du public.”

“Je le trouve fascinant. Les idées de l’artiste sont vivement dépeintes à travers ces couleurs qui se chevauchent. Réfléchis un peu. N’est-ce pas ainsi que sont les cafés ? Bruyants, animés, avec des gens d’origines diverses qui s’entrechoquent et se mêlent comme un mélange chaotique…”

“Je suis prêt à dire que c’est un chef-d’œuvre révolutionnaire de l’art abstrait !”.

“Tu parles du genre d’art abstrait qui n’a jamais été reconnu ou vendu ?”

Lumian ne put s’empêcher de penser : Café… N’est-ce pas le tableau que Mullen a créé en utilisant ses fesses ? Quelqu’un le tient véritablement en haute estime ? Pourrait-il devenir l’œuvre la plus renommée et la plus précieuse de sa vie ? Il se pinça les lèvres, soupirant intérieurement. Vous, les Treviens…

En arrivant au comptoir du bar, Lumian passa huit licks sur un verre d’absinthe et éleva la voix.

“Tout le monde, j’ai une question à vous poser. Si quelqu’un peut m’apporter la réponse, ce verre est à mes frais !”

Alors que tous les regards du bar se tournent vers lui, Lumian prend la parole :

” Je cherche le dramaturge, Gabriel.

“J’ai besoin de lui pour écrire un scénario.”

Dans la rue Saint-Michel, presque tous ceux que l’on croisait sur la route pouvaient être auteurs ou peintres, à plus forte raison dans un bar connu pour ses discussions littéraires et sa créativité artistique.

Gabriel rencontrait fréquemment des collègues écrivains et pouvait même organiser des réunions privées dans l’appartement qu’il louait. Après tout, ” “Chercheur de lumière ” avait connu des projections à succès et était assez populaire, ce qui lui apporterait des avantages non négligeables.

“Il ne s’est pas montré depuis quelques jours. Il prétend qu’il s’enferme pour terminer une histoire”, répond avec un sourire un homme d’âge moyen près du comptoir du bar à la demande de Lumian. “Il est probablement submergé par les scénarios. Est-ce que tu envisagerais d’autres dramaturges ? Il y a plusieurs jeunes gens tout aussi talentueux dans le coin.”

Il ne s’est pas montré depuis quelques jours… Lumian fronce momentanément les sourcils avant de se détendre.

“Comment le saurais-je si je ne fais pas un essai ? Je viens avec beaucoup de sincérité.”

” D’accord “, murmure l’homme d’âge moyen au manteau formel en lambeaux. “J’espère que tu ne seras pas déçu.”

Il conduisit Lumian au 34 rue Saint-Michel et monta les escaliers jusqu’au cinquième étage, près du grenier.

Les murs extérieurs et les escaliers avaient un aspect un peu désuet mais toujours bien entretenu, et c’était notamment plus propre et plus spacieux comparé à l’Auberge du Coq Doré.

“C’est ici que réside Gabriel”, informa le barbu d’âge moyen à Lumian, en frappant sur la porte en bois brun de la chambre 503.

Un son étouffé a résonné, mais il n’y a pas eu de réponse.

“Peut-être est-il à la recherche de nourriture, ou peut-être a-t-il achevé son œuvre et est-il allé voir le directeur du théâtre qui l’a commandée”, suggéra l’homme d’âge mûr avec un sourire forcé. ” Veux-tu retourner au bar pour prendre un autre verre ? Je suis moi-même un écrivain expérimenté, bien que je ne me sois jamais aventuré dans l’écriture de scénarios. Mes romans se vendent plutôt bien sur le marché clandestin.”

” Tu as écrit quoi ? ” Demande Lumian en jetant un coup d’œil à la porte brune fermement fermée, ne montrant aucun signe d’anxiété.

L’homme d’âge moyen soupira et dit : ” J’ai écrit ‘Moine à la poursuite du chien’ et sa suite, ‘Chien à la poursuite du moine’, mais ils n’ont pas été publiés sous mon nom. D’une part, cela aurait conduit à mon arrestation par des espions, et d’autre part, mon patron ne l’aurait pas permis.”

“Une suite ?” Lumian n’avait pas visité de marché aux livres clandestins ni de librairie interdite depuis un certain temps. Sa dernière visite avait été pour acheter “Les chroniques secrètes de l’empereur Roselle”.

En regardant l’homme d’âge moyen un peu délaissé et légèrement gras, sa perspective a changé.

Il pouvait être considéré comme l’un de ses initiés au monde des adultes !

“C’est sorti le mois dernier”, a répondu l’homme d’âge moyen en hochant doucement la tête. “Ces deux romans ont fait la fortune de mon patron, mais je n’ai même pas reçu un dixième de cette somme, non, même pas un centième !”.

“Patron ?” Lumian s’est enquis, se rappelant que Bard, un membre clé du poisson d’avril, avait déjà été l’auteur des “Chroniques secrètes de l’empereur Roselle.” Il voyait là une occasion de mieux connaître les rouages de cette profession et de se préparer à une future traque.

L’homme d’âge moyen soupira à nouveau.

“Nous n’avons pas de droits d’auteur, juste des outils d’écriture pour le patron. Il nous verse un salaire fixe mais minuscule pour nos manuscrits, précise l’orientation et les exigences de nos écrits, puis les vend par ses propres canaux.

” Dans la rue Saint-Michel, il y a beaucoup d’auteurs de troisième ordre comme moi qui n’ont même pas de nom de plume. Nous sommes comme des ouvriers à la chaîne.”

Lumian, faisant preuve de respect, demande : “Puis-je connaître ton nom ?”

L’homme d’âge moyen a répondu : “Rabe.” Ses yeux étaient remplis d’espoir alors qu’il fixait Lumian.

Lumian a sondé davantage le monde de la littérature clandestine, gagnant en compréhension, et a finalement dit : “Si ma tentative de parvenir à un accord avec Gabriel échoue, j’envisagerai de t’offrir une opportunité.”

La joie de Rabe était palpable lorsqu’il a répondu : “Tant que le patron ne me confie pas de nouvelles missions, tu me trouveras ici, chez les auteurs de troisième ordre, tous les jours !”

En regardant l’auteur clandestin, initié pour de nombreux jeunes d’Intis, descendre les escaliers, Lumian sortit un fil de sa poche et déverrouilla la porte de Gabriel.

Comparé à la chambre du dramaturge à l’Auberge du Coq Doré, cet espace était considérablement plus étendu, englobant une salle de bain et une petite chambre à coucher. En outre, il servait de salon, de bureau, de salle à manger et de cuisine. Un poêle à charbon pour cuisiner était soigneusement disposé dans un coin.

Lumian arpenta rapidement la pièce et remarqua une pile de papiers en désordre qui ressemblait à des manuscrits sur le bureau près de la fenêtre.

Il referma la porte en bois derrière lui et se dirigea vers le bureau.

C’est l’écriture de Gabriel. Rabe disait la vérité. C’est définitivement la résidence de Gabriel… songea Lumian en tenant la pile de papiers et en commençant à les parcourir.

En entrant dans la chambre à coucher, il remarqua une paire de salopettes noires négligemment drapées sur le lit. Cette vue confirma ses soupçons – il était au bon endroit.

Il s’agissait d’une paire de pantalons que Gabriel avait souvent portée par le passé.

Cependant, le dramaturge lui-même brillait par son absence.

Se rappelant la déclaration de Rabe selon laquelle Gabriel n’avait pas été vu depuis plusieurs jours, Lumian redoubla de prudence.

Il examina méticuleusement chaque objet de la pièce, un peu comme un chasseur traquant les mouvements de sa proie.

Au bout de quelques minutes, Lumian ramassa sur le bureau une tasse en porcelaine émaillée blanche munie d’une seule anse. Il remarqua qu’environ un tiers de celle-ci contenait encore de l’eau froide, avec de la poussière flottant à la surface, trop subtile pour que des yeux ordinaires puissent la discerner clairement.

Au moins une journée. Le cœur de Lumian se serra d’inquiétude.

Qu’est-ce qui a bien pu arriver à Gabriel ?

Est-il possible que sa notoriété ait attiré l’attention d’espions du gouvernement en quête d’une “conversation” ? Ou peut-être était-il devenu sans le vouloir la cible de kidnappeurs en quête d’argent ?

Posant la tasse de porcelaine à côté du manuscrit, Lumian passa méticuleusement la pièce au peigne fin, à la recherche d’indices ou de signes d’intérêt. Ses recherches n’ont rien donné de notable.

Revenant au bureau, il prit la pile de manuscrits, impatient de se plonger dans le travail de Gabriel avant son absence inexpliquée.

Le scénario racontait l’histoire d’un auteur en difficulté qui croisait le chemin d’une femme contrainte de rejoindre une organisation criminelle. Ensemble, ils ont trouvé du réconfort dans le désespoir, la douleur, les tourments et la dureté de la vie quotidienne qu’ils partagent. Ils s’encouragent mutuellement et se réchauffent l’un l’autre, ce qui permet à l’auteur d’être reconnu par le rédacteur en chef du journal et d’obtenir un revenu régulier. Sa réputation n’a cessé de croître, tandis que la femme, toujours prisonnière de sa situation, a choisi de disparaître.

Avant que l’histoire ne puisse se conclure, elle s’est achevée par un passage sur la disparition de l’amante et les réflexions introspectives de l’auteur :

“Elle est là ;

“Ma bien-aimée est arrivée de la nuit.

“Elle est partie ;

” Ma bien-aimée s’est dirigée vers l’auberge lointaine… ”

La mention du mot “auberge” a fait tressaillir le front de Lumian.

Bien qu’il s’agisse d’un mot ordinaire dans un texte, il se démarquait de lui en raison de ses contemplations et associations quotidiennes, suscitant des connexions dans son esprit.

Son regard passa soudain du manuscrit au bureau.

À un moment donné, la tasse en porcelaine vernissée blanche avec une seule anse, qu’il avait déplacée vers le manuscrit, avait en quelque sorte retrouvé sa place d’origine !

Les yeux de Lumian se rétrécirent et les muscles sous ses vêtements se tendirent.

En tant que chasseur, il avait une mémoire inébranlable de toutes les modifications qu’il apportait à son environnement – c’était une partie fondamentale de lui !

Une créature qu’il est difficile de détecter à l’œil nu et qui ne peut être confirmée que par certaines traces. Lumian se remémora en silence les informations que Jenna avait relayées auprès des autorités.

Soudain, il fouilla dans sa poche et en sortit une paire de lunettes.

Il s’agissait de lunettes brunes à monture dorée – les lunettes indiscrètes du mystère !


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
13 jours il y a

Je ne sais pas si c’est moi qui ai problème, ou si c’est normal, mais le chapitre ne fait qu’un paragraphe.

Someone
13 jours il y a
Répondre à  ych

Vive Ych !!

error: Le contenu est protégé !
5
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser