Lord of Mysteries 2 Chapitre 453

Auteur disparu

Traducteur : Ych
———–

Lumian positionna soigneusement les lunettes de mystère sur l’arête de son nez, et immédiatement, la pièce sembla tourbillonner, et le sol sous lui trembler.

Réprimant ses nausées et ses vertiges, il observa la scène devant lui se fragmenter et se superposer, créant un tableau surréaliste et captivant.

Le lit se pressait contre le bureau, qui semblait s’appuyer sur le plafond. Derrière le plafond apparaissait un robinet, comme s’il était installé à l’intérieur d’une armoire. Ces scènes étaient comme des toiles translucides superposées les unes aux autres, se reflétant dans la vision de Lumian.

Un visage blanc pâle se matérialisa à côté de l’armoire.

Le visage avait des cheveux bruns ébouriffés, séparés par une raie naturelle. Des yeux bruns foncés brillaient sous des lunettes à monture noire. C’était Gabriel, l’air propre et comme s’il n’avait pas brûlé l’huile de minuit depuis longtemps.

Le dramaturge contemple Lumian avec un sourire vide, déformé, mais étrangement authentique.

Sa main droite se tendit dans le vide, s’agitant doucement avant que son visage ne rétrécisse dans les profondeurs des couches translucides, disparaissant complètement.

Lumian examina rapidement la pièce, mais Gabriel n’était pas réapparu. Il retira rapidement les lunettes de mystère, les remplaçant par l’œil de vérité sur son côté gauche.

Cet objet mystique, composé de chair blanc pâle et de vaisseaux sanguins sombres, recouvrait l’oreille correspondante, permettant à Lumian d’entendre des voix rapides provenant de l’horizon lointain. Les vaisseaux sanguins violets entrelacés formaient une lentille qui adhérait à son œil, révélant du sang pâle, des couches de couleurs et la pièce dont un tiers se fondait dans l’environnement. Un rideau invisible ressemblant à une vitre à meneaux était également discernable.

Ces deux derniers phénomènes se dissipèrent rapidement ou revinrent progressivement à la normale.

Avant que les chuchotements ne deviennent plus distincts, Lumian retira l’Œil de Vérité et massa son front palpitant.

En se basant sur les informations combinées des deux objets mystiques, il a déduit que Gabriel avait été corrompu par l’auberge, devenant une présence qui ne pouvait pas être perçue ou touchée au sens conventionnel du terme.

Cependant, le dramaturge a conservé un certain degré de rationalité. Il a reconnu Lumian et lui a même joyeusement fait ses adieux.

Le fait de remettre la tasse en porcelaine blanche à anse unique dans sa position d’origine semblait servir de salutation, une tentative de capter l’attention de Lumian.

Lumian fronça légèrement les sourcils. Pourquoi Gabriel semble-t-il accepter sa transformation en monstre et en était même ravi. Depuis quand est-il entré en contact avec l’auberge ?

Son regard se déplaça vers le manuscrit posé sur le bureau. L’histoire contenue dans le script inachevé lui semblait étrangement familière.

Lumian prit le manuscrit et le lut méticuleusement, à un rythme plus lent qu’auparavant.

Après avoir parcouru la première section, il confirma que le protagoniste du scénario était Gabriel lui-même. La personnalité du personnage, les détails de sa vie, le traitement froid qu’il a enduré et la demande de produire des œuvres vulgaires s’alignaient tous parfaitement.

En ce qui concerne le personnage principal féminin, qui s’est immergé dans le monde souterrain et a constamment encouragé les créations du personnage principal masculin, Lumian ne peut s’empêcher de penser que s’il n’y avait pas la différence de sexe, il pourrait être celui qui possède un tel profil.

Cependant, la personnalité de la jeune femme, sa façon de parler et ses mots d’encouragement étaient tout à fait différents des siens. Même dans les scènes impliquant les foules, Lumian pouvait discerner des traces de Charlie.

En substance, l’identité, le passé et les expériences de la femme principale dans la foule semblaient être un mélange de ceux de Charlie et de ma situation. C’est cependant quelqu’un d’autre qui a interagi avec le premier protagoniste masculin. Gabriel avait déjà mentionné que seuls moi et le modèle humain Séraphine l’encouragions à l’Auberge du Coq Doré. Charlie se contentait de boire avec lui sans se moquer de lui ni le taquiner. Un modèle humain… c’est ça ! Le modèle humain d’un peintre. Séraphine a passé une nuit avec Gabriel avant de déménager. Lumian a rapidement relié les points, pressentant que la racine du problème pourrait se trouver chez Séraphine, le modèle humain !

Cette femme avait autrefois accompagné un peintre dans une petite ville de bord de mer en tant que modèle. Après une longue absence, elle est revenue à l’Auberge du Coq Doré.

Peintre !

Gabriel aurait-il été corrompu en cette nuit où Séraphine est revenue ? Est-il possible que Séraphine ait déménagé à l’auberge ? Lumian parcourut méticuleusement le scénario, ne laissant aucun mot en suspens.

Puisqu’il s’agissait d’une histoire née des propres expériences de Gabriel, elle contenait sans aucun doute de nombreux détails factuels et des émotions authentiques – des indices inestimables !

Alors que Lumian continuait à lire le texte, baigné par la lumière du soleil qui filtrait à travers l’oriel, il sentit l’amour caché qui résidait dans le cœur de Gabriel. Il pouvait sentir les remords, les réticences et le désir ardent d’une relation dont Gabriel croyait pouvoir se débarrasser facilement en déménageant dans un meilleur quartier pour repartir à zéro. En fin de compte, il s’est trouvé incapable de l’oublier.

Le protagoniste, de plus en plus conscient des véritables désirs et sentiments de son cœur, a cessé de les éluder et s’est activement lancé dans une quête pour découvrir les traces de sa bien-aimée.

Il a recherché des personnes qui la connaissaient, a visité des motels et des hôtels qui hantaient parfois ses rêves, et a exploré des galeries à la recherche de nouvelles œuvres d’art inspirées de son amante…

Pourtant, ses efforts se sont avérés vains, ce qui l’a conduit à composer le monologue intérieur.

Il s’est terminé ici brusquement… Je ne peux pas dire s’il a trouvé Séraphine… Lumian a posé le manuscrit avec déception et a décidé de vérifier dans le tiroir s’il n’y avait pas de brouillons, d’ébauches ou de carnets qui pourraient contenir des informations supplémentaires ou de l’inspiration.

Malheureusement, le contenu du tiroir ne couvrait que la première moitié du scénario. Au moment où Gabriel avait atteint la seconde moitié, il semblait avoir plongé profondément dans ses émotions et rédigé son monologue intérieur d’une seule traite.

Lumian regarda les papiers devant lui, réfléchissant à la situation.

D’après le scénario et les autres éléments présents dans la pièce, il est évident que Gabriel n’a pas réussi à localiser Séraphine….

En d’autres termes, il n’est pas entré en contact avec l’auberge…

En outre, ni le scénario ni la description de Rabe ne suggèrent que Gabriel ait montré des signes de corruption ou de bénédiction jusqu’à ce qu’il cesse d’écrire. Alors qu’il souffrait sans aucun doute de la perte de son amante, il s’agissait d’une réaction émotionnelle typique….

Alors, pourquoi cette personne s’était-elle soudainement transformée en un monstre intouchable et invisible ? Le simple fait de connaître l’auberge ne devrait pas conduire à une telle situation… En plus de ma particularité, Franca et Jenna connaissent l’auberge. Anthony Reid, Theresa, le membre de la secte des démones à Trèves, Monsieur K de l’ordre Aurora, et un grand nombre de purificateurs de l’église du Soleil éternel flamboyant sont tous au courant. Il y a des gens ordinaires et des Beyonders parmi eux, mais aucun d’entre eux n’est en difficulté….

Beatrice de la Société Bliss connaît l’emplacement de l’auberge et a pour objectif de récupérer un tableau, raison pour laquelle Franca et moi avons commis une erreur. Bouvard des Pécheurs a prophétisé une catastrophe associée à l’auberge, ce qui a conduit à sa corruption en un cadavre particulier. L’organisation caritative Dreamseekers a probablement parrainé des hérétiques liés à cet auberge, comme des peintres et des auteurs, et ils ont été détruits au moindre soupçon d’exposition.

Quelle était la raison de la présence de Gabriel ?

Est-ce qu’il aurait récemment rencontré quelque chose qui aurait approfondi sa compréhension de l’auberge, ou peut-être aurait-il trouvé des traces de Séraphine ?

Lumian fit une première supposition et mena une fouille minutieuse de l’appartement loué par Gabriel avec un objectif clair en tête.

Rien.

Il quitta alors le 34 rue Saint-Michel et regagna le bar de l’Auteur de troisième ordre, où il s’installa à côté de Rabe, qui était absorbé par son verre.

“Un verre de La Fée Verte”, ordonne Lumian en tapotant le comptoir du bar.

Puis il se tourna vers Rabe et lui demanda : “As-tu une idée de l’endroit où Gabriel s’est rendu ces derniers jours ?”

Rabe désigna une petite table ronde près de la fenêtre et répondit : “Il faudra leur demander.”

En tant qu’auteur défavorisé travaillant comme ghostwriter sans nom de plume, Rabe s’estimait chanceux de connaître une étoile montante comme Gabriel et d’assister à ses réunions privées. Il devait travailler régulièrement tous les jours pour remplir les missions assignées par son patron, ce qui l’empêchait de participer à leurs activités.

Guidé par Rabe, Lumian s’approcha de la petite table ronde et fut interloqué en voyant les quatre individus qui y étaient assis.

Ne s’agissait-il pas des mêmes individus qui avaient discuté de la parodie d’art du peintre Mullen, “Café” ?

À l’interrogation de Lumian, le chef du groupe répond d’un air perplexe : “Nous avons vu Gabriel pour la dernière fois il y a deux jours. Nous sommes allés tous ensemble au centre d’art de Trèves pour assister à une exposition d’art.”

Exposition d’art… Les sourcils de Lumian se froncent.

Ville du Trocadéro.

Franca, vêtue d’une veste blanche, suivit Browns Sauron, qui portait un manteau noir, alors que les deux femmes naviguaient à travers le manoir orné de vignes.

La curiosité se lisant sur son visage, Franca, qui avait été invitée, n’a pas pu s’empêcher de demander : “Où tu m’emmènes ?”

Browns jette un bref regard dans sa direction.

“Je t’emmène rencontrer mon professeur. Tu as passé avec succès l’évaluation et tu es maintenant un membre officiel de notre secte.”

Le professeur de Browns Sauron… Une démone de haut rang ? Cette personne pourrait-elle être la chef de la secte des démonesses de Trèves ? Les pensées de Franca s’emballent alors qu’elle sourit et s’enquiert : “Cela signifie-t-il que je peux profiter des avantages liés à l’adhésion ?”

Le terme “avantages” avait été inventé par l’empereur Roselle et avait gagné en notoriété à Intis.

Browns maintient une certaine distance avec Franca et lui demande : “Qu’est-ce que tu veux en échange ?”

Sans hésiter, Franca répond : “La formule de la potion Affliction.”

Affliction était le nom de la séquence 5 de la voie des assassins, souvent appelée la démone de l’Affliction.

Browns laissa échapper une moquerie.

“C’est plutôt audacieux de faire une telle demande. Crois-tu avoir accumulé suffisamment de points de contribution pour demander la formule de la potion de l’Affliction ?”

Elle marqua une pause avant d’ajouter : “Bien sûr, si tu peux aider la secte à réaliser quelque chose, cela peut être ton avantage.”

Franca, qui avait d’abord nourri un espoir limité et ne faisait que tâter le terrain, jeta un coup d’œil à Browns.

“Et qu’est-ce que c’est que ce quelque chose ?”

Saisissant l’occasion, Browns expliqua : ” Nous avons reçu des informations selon lesquelles l’Ordre de la Croix de Fer et de Sang a discrètement fait entrer un objet à Trèves par un tunnel souterrain il y a plusieurs mois. Si tu peux découvrir ce que c’est et identifier son possesseur, tu auras droit à la formule de la potion d’Affliction.”

Il y a quelques mois… Le tunnel souterrain… La livraison secrète à Trèves… Franca s’est soudain souvenue que “Rat” Christo avait perdu son frère biologique.

En voulant aider le chef de la contrebande de la mafia de Savoie à récupérer son frère et les marchandises transportées, Lumian et elle avaient été entraînés dans un étrange monde miroir, où ils s’étaient échappés de justesse.

Au cours de leur aventure, Franca avait acquis un miroir classique en argent massif.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
1 mois il y a

Merci pour le chapitre.

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser