Trash of Count’s Family Chapitre 363

Quand la nuit vient (1)

***

Auteur : Yoo Ryeo Han

Traductrice : Moonkissed

***

« Qui sont-ils ? »

Les gens autour du premier bâtiment de la Guilde des Mercenaires étaient confus par les personnes qui surgissaient soudainement des souterrains.
Cependant, la réaction des membres principaux de la Guilde des Mercenaires était différente des autres.

« N, non !
– Comment est-ce possible ? Comment une telle chose peut-elle arriver ?! »

Leurs yeux se remplirent d’étonnement et de chaos.

Tout était en train de s’effondrer.

L’emplacement secret du Répertoire, l’héritage culturel le plus précieux de la Guilde des Mercenaires, non, peut-être même de tout le continent oriental, cet emplacement important était en train de s’effondrer.

« Chef ! »

Le chef des membres principaux de la Guilde des Mercenaires ne pouvait pas réagir à son subordonné qui l’appelait désespérément.

‘…Est-ce que ça a un sens ?’

C’était à cause de la question qu’il se posait.

‘Ils détruisent cet endroit ?’

Ils s’étaient précipités ici en sachant que des gens s’étaient infiltrés dans l’endroit.
Cependant, ils ne s’attendaient pas à ce que quelqu’un détruise cet endroit.

Il y avait une raison simple à cela.

« …Ils vont enterrer le Répertoire comme ça ? Ils vont s’en débarrasser ? Ces gens-là ? »

Pourquoi ?

Le Répertoire était un héritage culturel d’une grande valeur, quelque chose qui pouvait donner à celui qui le possédait une grande quantité de pouvoir et d’influence.

La Guilde des Mercenaires se méfiait toujours de ceux qui visaient le Répertoire.
En fait, de nombreuses personnes voulaient le voler.

Cependant, elle ne s’était jamais inquiétée de sa perte.

Quel genre de fou furieux détruirait près de 1 000 ans d’archives ?
Et tout cela en plus ?

« …Chef ! Le Répertoire, le Répertoire va-t-il disparaître ? »

Mais de tels fous étaient apparus.

« Non. »

Le Chef Assistant secoua vigoureusement la tête. Cependant, les pupilles de ses yeux tremblaient de peur pendant qu’il faisait ça.

« Je suis certain qu’ils les ont déplacés vers un autre endroit avant de détruire le bâtiment. »

Le regard du chef adjoint se dirigea vers le chef.

« C, c’est ça ? »

Cependant, la réponse vint de quelqu’un d’autre.

« Il faudrait au moins une demi-année, non, une année entière pour déplacer soigneusement tous ces livres ! »

Bien que seul le Roi des Mercenaires connaisse le chemin vers le Répertoire, les chefs de la Guilde des Mercenaires avaient une vague connaissance de l’endroit et du chemin qui y menait.
La Guilde des Mercenaires était un lieu où la force était synonyme d’influence.
Les membres principaux faisaient partie de la direction.

« …Soit ils l’ont déplacé avec de la magie. Cependant, nous n’avons détecté que quatre sorts. Personne dans ce monde ne peut téléporter ou déplacer tous ces livres dans une dimension spatiale avec seulement quatre sorts ! »

Telle était la pensée de tous les membres du noyau ici présents.
C’est pourquoi leurs yeux étaient pleins d’étonnement et de chaos.

Les membres de la Guilde des Mercenaires n’étaient pas les seuls à être dans un état de chaos.

« …Chef d’escouade-nim, ne devrions-nous pas comprendre ce qui se passe ? »

Un membre de la Seconde Brigade de Combat d’Arm demanda prudemment à son supérieur, Atures Poeff.
Le membre de l’escouade s’éloigna des forces de la Guilde des Mercenaires tout en observant la zone sans relâche.

‘…Le premier bâtiment de la guilde des mercenaires est en train de s’effondrer.’

Il regardait les membres de la guilde des mercenaires qui regardaient le bâtiment en ruine avec étonnement et incrédulité avec un regard étrange.

Les membres principaux et les mercenaires arrivés plus tard s’arrêtèrent tous et regardèrent fixement le bâtiment qui avait été le symbole de leur organisation.

C’est à ce moment-là qu’il entendit son supérieur, Atures Pacha, s’approcher de lui.
Il entendit son supérieur, Atures Poeff, prendre la parole.

« …Comment se fait-il que cette personne soit ici ?
– Chef d’escadron-nim ? »

Atures Poeff.

C’était un assassin talentueux qui occupait une position élevée dans la maison Poeff, l’une des cinq anciennes maisons d’assassins du continent de l’Est.
Le membre de l’escouade entendit Atures Poeff être anxieux pour la première fois depuis plus de dix ans.

Non, il n’était pas anxieux.

Il avait l’air effrayé.

Ce chef d’escouade froid et cruel a peur ?

Il tourna inconsciemment la tête vers l’endroit où Atures Poeff regardait.
Atures n’était pas le seul à regarder dans cette direction.
Toutes les forces en présence regardaient le bâtiment en bois en ruine et les deux individus.

Le premier était un homme d’âge moyen ou avancé aux cheveux blancs.
À côté de lui, un homme armé d’une épée grise semblait avoir une trentaine d’années.

Je peux au moins dire qu’ils ne sont pas de notre côté.

Le membre de l’escouade continua à regarder autour de lui.

‘…Ils ne sont pas non plus du côté de la guilde des mercenaires.’

Cela signifiait que ces deux hommes faisaient partie d’une autre faction.
Qui serait capable de se révéler avec autant d’assurance après avoir détruit la branche originelle de la Guilde des Mercenaires ?

C’est à ce moment-là que son chef d’escouade, Atures Poeff, commença à parler.
Au même moment, Crock, le chef des membres principaux de la Guilde des Mercenaires, prit la parole à son tour.

Leurs voix tremblaient toutes les deux.

« …Molan. »

Tous deux ne prononcèrent qu’un seul mot.

Atures avait une quarantaine d’années et Crock une trentaine d’années. Il était impossible qu’ils ignorent tous les deux l’existence de ces deux individus.
L’atmosphère dans la zone devint différente au moment où ils prononcèrent ce mot.

« Excusez-moi ? Molan ? »

Les jeunes gens semblaient confus.

« …Molan ? Est-ce vraiment Ron Molan ? »

D’un autre côté, les personnes présentes depuis plus de dix ans ne purent cacher leur étonnement en concentrant leurs regards sur l’homme plus âgé.

C’est à ce moment-là que l’on entendit

« Halte ! Reculez ! »

Les deux hommes sur le toit s’élancèrent dans les airs.

« Reculez !
– Reculez ! »

Crock et Atures commencèrent à crier.
Cependant, les autres se déplaçaient déjà avant qu’ils ne disent quoi que ce soit.
Il n’y avait rien à faire.

Booboobooooooooooum-

Une forte explosion secoua la zone.

« Aaah ! D, descendez !
– Q, qu’est-ce que… ! »

Le sol tremblait. Les gens à l’arrière s’esquivèrent rapidement. Ceux qui avaient reculé se tordirent de stupeur.

Booooooooooooum-

Il était en train d’être englouti.
Oui, on aurait dit que la base d’origine était engloutie par le sol.
Elle n’était pas seulement en train d’être détruite.

La Guilde des Mercenaires avait lentement acheté les terres autour de la base originale de la Guilde des Mercenaires.
C’est ainsi qu’ils empêchaient d’autres bâtiments d’arriver dans la zone et laissaient la zone autour de la Guilde des Mercenaires vide.

« …Leader-nim, je ne pense pas qu’il y ait une raison d’aller plus loin. »

Crock ne put rien répondre à son subordonné tout en continuant à regarder vers l’avant.
Le bâtiment en bois et la zone vide qui l’entourait.
Cette zone formait un grand cercle et s’écroulait.

« …Hein ? »

L’un des membres d’Arm regarda à l’intérieur de ce grand cercle avant de tressaillir.

« …Des meubles ? Un bureau ? »

Il regardait à au moins 10 mètres de profondeur. Il pouvait voir de la terre, des pierres et les débris du bâtiment en bois. Il pouvait également voir des centaines de gros meubles tels que des bureaux.

Ce nouveau fossé montrait tout ce qu’il y avait sous le soleil sans rien cacher.

C’était là sa raison d’être.

« Peut-être ? Chef d’escouade ! »

Le membre d’Arm avait une bonne idée de la véritable identité de cet endroit.

« …Je vois. »

Le chef d’escouade Atures, que le membre de l’escouade regardait, hocha la tête.

« C’est là qu’ils gardaient le Répertoire. »

C’était la raison pour laquelle les membres de la Guilde des Mercenaires s’étaient précipités et qu’ils étaient tous extrêmement choqués en ce moment.

Le regard d’Atures Poeff se déplaça.

« Ron Molan. »

Le membre de l’escouade qui avait également tourné son regard se mit à trembler.

Quand ?

Une partie de la Seconde Brigade de Combat qui était venue avec Atures avait reculé jusqu’à cet endroit pour éviter le sol qui s’effritait.
Une maison d’apparence moyenne se trouvait à cet endroit.

Et sur le toit de cette maison…
Un homme aux cheveux blancs regardait les membres d’Arm depuis cette maison qui n’était pas très loin d’eux.

« Patriarche-nim, tu es toujours aussi furtif. »

Le chef d’escouade Atures commença à parler à l’homme d’une soixantaine d’années de façon amicale. Cependant, son attitude changea lorsque le vieil homme le fixa sans rien dire.

« C’est grâce à ta discrétion que tu as pu t’échapper à l’époque. Comme un maudit rat. »

Il y a quinze ans.
C’est à cette époque que la plupart des membres de la famille Molan avaient été tués.

Seuls les corps de Ron Molan, le patriarche, et de son fils, Beacrox Molan, n’avaient pas été retrouvés.

« Tu t’es tellement bien enfui que nous n’avons pas pu te retrouver. »

Atures se mit à ricaner.

« Je pensais que tu avais peur et que tu te cachais. Quel vent t’a amené ici ? Es-tu fatigué de vivre ? »

Tap.

Quelqu’un sauta par-dessus les toits et atterrit derrière Ron. Atures le regarda et continua à parler.

« Ton fils semble avoir encore une longue vie devant lui. Ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vus. Je suis allé chez vous quelques fois quand tu étais jeune. Te souviens-tu de cet oncle ? »

Atures sourit de toutes ses dents.
Il entendit alors une voix bienveillante.

« Oui, Atures. C’est pour cela que tu as tué tous les membres de ta famille ? »

Le sourire disparut du visage d’Atures.

Atures Poeff.

Il avait été un membre de la maison Poeff, l’une des cinq maisons d’assassins.
C’est lui qui s’était chargé de tuer l’ami du Roi Mercenaire, la famille de Glenn Poeff.

« Vous n’avez pas de réponse. »

Atures pouvait voir le sourire bienveillant sur le visage de Ron.
Cependant, les yeux froids de Ron n’avaient pas l’air bienveillants du tout. Ces yeux froids se tournaient vers Atures qui était en bas et le regardait de haut.

« On dirait que c’est toi le bâtard de rat effrayé, pas moi. »

C’est à ce moment-là que Ron laissa échapper un petit rire silencieux.
Sa main bougea alors.

« Ugh ! »

Un petit gémissement suivit.
Le regard d’Atures se mit à bouger.

« …C, Chef d’escadron-nim. »

C’était la personne qu’Atures avait avec lui pour cette opération à la place de son chef d’escadron adjoint.

Une petite dague se trouvait juste devant le pied de cette personne.
Il se dirigeait furtivement vers le bâtiment où se trouvait Ron.

Atures pouvait voir le membre de l’escouade choqué tandis qu’il entendait le rire doux de Ron à son oreille.

« Tes subordonnés ont encore plus l’air d’être des foutus rats. »

Atures se mordit les lèvres.

Il l’avait remarqué dès qu’il avait vu Ron.
Non, il l’avait remarqué au moment où il avait vu le corps de Ron.
Le corps de Ron était en bonne santé, même s’il avait la soixantaine.

Il dégageait également une forte présence.

C’était une présence que seul quelqu’un qui avait affiné ses compétences sans relâcher la tension de son corps ne serait-ce qu’un instant pouvait avoir.

« Atures, tu n’es pas d’accord ? »

C’était la raison pour laquelle Atures ne pouvait pas foncer sur Ron dès qu’il le voyait.

« Hmm ? un rat qui n’a pas de cerveau. Comment peux-tu avoir de tels membres de l’escouade avec toi ? »

Le regard d’Atures se dirigea à nouveau vers Ron.
Ron souriait, mais ses yeux étaient froids.

« Ce n’est pas grave si vous voulez tous m’attaquer en même temps. »

Une partie des membres d’Arm se tourna vers Atures.
Cependant, Atures n’osait pas bouger, même après la provocation de Ron. Il en était de même pour ses subordonnés qui étaient avec lui depuis au moins quinze ans.

Ron Molan.

Qui était-il ?

C’était quelqu’un d’assez compétent pour se débarrasser des cinq Maisons d’Assassins et n’en créer qu’une seule.
C’est pourquoi il avait pu échapper à la formidable attaque d’Arm, à laquelle même l’Étoile Blanche avait participé.

Il l’avait fait même avec son fils, un jeune garçon qui n’avait rien appris de l’assassinat ni de la furtivité.

Cette personne était revenue.
Il était revenu pour dire ce qui suit.

« Si tu peux m’attraper. »

Viens à moi si tu peux m’attraper.

« Et tu devras être prêt. »

Cependant, au moment où vous essayez de me combattre…

« Nous viendrons vous offrir la mort quand la nuit viendra. »

Ils devraient ressentir la peur chaque nuit.

« Nous vous aurons tous sans en manquer un seul. »

Des choses cruelles sortaient de la bouche du vieil homme.
Mais ce n’était pas cela qui préoccupait Atures.

Quand la nuit viendra, “nous” ferons…

Nous.

Ce mot était inquiétant pour Atures.
Non, il le rendait anxieux.

« …Nous ? »

Cette question sortit de sa bouche et reçut une réponse douce en retour.

« Quinze ans, ce n’était pas le temps pour vous tous. »

Le dos d’Atures devint froid tandis qu’il ouvrit inconsciemment la bouche pour crier. Cependant, il n’eut pas l’occasion de dire quoi que ce soit.

« Ron Molan ! »

Ron tourna la tête.
Des gens se dirigeaient vers eux, les veines visibles sur leurs visages.

Il s’agissait bien sûr des membres principaux de la Guilde des Mercenaires.
L’esprit du chef Crock était une montagne russe émotionnelle alors qu’il chargeait vers Ron.

« Ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vus, petit. »

Crock commença à froncer les sourcils après avoir entendu ce que Ron lui avait dit.
Il était le chef des membres du noyau maintenant, mais il y a seize ans, il n’était qu’un enfant qui se lamentait chaque jour dans une ruelle.

Quelqu’un avait appris à ce garçon à se servir d’une épée.

« Cela fait longtemps. »

Crock vit Beacrox lui faire un signe de la tête.
C’était quelqu’un avec qui il avait appris pendant un an.

Crock serra la main qui tenait son épée.

Il avait appris les techniques de l’épée pendant un an avant d’entrer dans la Guilde des Mercenaires en tant que membre le moins gradé. C’était la raison pour laquelle il avait pu échapper à cette terrible situation il y a quinze ans.

Il entendit une voix froide.

« Tu as réussi à atteindre la position de leader. »

La voix était si froide que quiconque l’entendrait aurait des frissons.

Cependant, la personne qui parlait était Ron Molan.
Crock savait qu’il s’agissait du vrai Ron.

Cependant, Crock pointa toujours son épée vers Ron.
Il était actuellement la personne qui devait protéger la guilde puisque le Roi des Mercenaires n’était pas là.

« Ron Molan ! Es-tu celui qui a détruit le bâtiment de la branche d’origine ? »

Il posa une question à Ron.
Les actions de Crock allaient changer en fonction de sa réponse.

La main qu’il tenait sur l’épée ne tremblait pas du tout. Quinze années avaient fait de Crock un adulte fiable qui connaissait l’importance de la responsabilité et du devoir.

« Haha- »

Il vit Ron se mettre à rire.
Ron était plus âgé, mais il était toujours le même. Il dégageait toujours la présence d’un poignard froid.

Ron regarda Atures, Crock et les personnes qui les suivaient avant d’ouvrir lentement les bras.
Il commença alors à parler calmement.

« Détruit ? »

Les gens se tournèrent vers Beacrox à ce moment-là.
Cependant, Ron continua à parler.

« Il n’est pas encore complètement détruit. »

Les gens s’effondrèrent.
Beacrox Molan.
Ils pouvaient voir les bombes magiques dans les mains de Beacrox.

« Pas possible !
– …C, C’est ! »

Ron entendit une voix mignonne dans son esprit tandis que les gens le regardaient.

– Limonade, papy ! L’humain dit de lancer les bombes magiques quand il donnera le signal ! L’humain dit qu’il faut s’assurer qu’il ne reste pas la moindre trace si on veut le faire ! Je suis d’accord avec lui, et les autres membres de notre famille aussi !

La voix excitée de Raon emplit l’esprit de Ron.

– Bien sûr, je vais créer un bouclier pour que personne d’autre ne soit blessé. Il suffit de faire confiance au grand et puissant Raon Miru ! Compris, grand-père ?!

Les coins des lèvres de Ron commencèrent à se soulever.
Il avait un sourire froid qui était loin d’être anodin.

– Nous allons tout détruire ! Fais-moi confiance !

Ron regarda les gens qui le regardaient et commença à parler.

« Il est temps pour les Molans de revivre. »

La famille Molan massacrée.

Cette situation était tout à fait étonnante pour créer un nouveau départ.


Commentaire

1 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser