Trash of Count’s Family Chapitre 347

Rupture (1)

***
Auteur : Yoo Ryeo Han

Traductrice : Moonkissed

***

« Cale-nim, pensez-vous que le chemin vers l’île du vent sera difficile ? Est-il vraiment nécessaire qu’une seule personne s’y rende ? »

Choi Han demanda calmement tandis que Raon ajoutait avec excitation dans l’esprit de Cale.

– C’est bien ça ! Je suis invisible, je peux donc y aller ! Il n’y a aucun endroit où un grand et puissant dragon ne peut aller !

Cale soupira et regarda tranquillement Choi Han.

Cale ne savait rien de ce qui s’était passé après le volume 5 de La naissance d’un héros.

Qu’aurait fait Choi Han après le tome 5 ?

‘Un bâtard malchanceux’.

Cale pensait que Choi Han était plus malchanceux que lui.

Il avait vécu heureux pendant dix-sept ans avant d’être jeté dans la Forêt des Ténèbres et de vivre une vie terrible, à se demander s’il pouvait arriver quelque chose de pire à quelqu’un.

Puis sa seconde ville natale, le village de Harris, fut détruite et ses habitants massacrés.

Après cela, il avait fait beaucoup de bonnes choses pour le bien de tous, afin de devenir plus fort. Le sang avait toujours suivi ce chemin de croissance comme si c’était une partie évidente de la croissance.

« …Cale-nim ?

– Bâtard malchanceux. »

Choi Han, qui regardait Cale avec inquiétude, ferma la bouche après avoir entendu le commentaire de Cale.

– Humain ! Choi Han est déconcerté en te regardant en ce moment même ! Je ressens la même chose ! Qui traite l’autre de malchanceux ?

Cale ignora simplement le commentaire de l’enfant de six ans.

Il préféra se concentrer sur la voix du Super Rocher dans son esprit.

– Espèce de bâtard malchanceux.

‘…Je me sens étrangement mal à l’aise d’entendre cela de la part du Super Rocher également.’

« Qu’est-ce qui me rend si malchanceux ? »

Cale commença à grommeler. Il affichait une mine renfrognée.

« Je suis le fils aîné d’un comte, je suis riche, je suis assez fort pour ne pas me faire battre à mort n’importe où, bon, je suis un peu occupé, mais… Et cette affaire me rend célèbre… merde. »

Cale décida de ne plus grommeler.

Le simple fait d’en parler le mettait en colère.

– Huuu, comme c’est mignon.

Il ignora le commentaire du Super Rocher.

Il ignora également les regards pitoyables du groupe qui secouaient la tête devant lui. Cela l’amena à regarder vers le Roi Mercenaire.

« Tu es vraiment mon ami. J’ai l’impression d’avoir trouvé l’ami de mon âme ! »

‘Qu’est-ce qui ne va pas avec ce bâtard ?’

Cale pouvait voir Bud Illis saisir sa main.

« Je suis le même ! Je suis le roi des mercenaires ! Je suis le chef de la guilde des mercenaires ! Je suis aussi riche. Et fort. Mais il y a beaucoup de travail. Et ma vie est en jeu dans ce travail. Merde !

– …Haaaa. »

Cale repoussa la main de Bud Illis avant de choisir de regarder l’océan brumeux.

C’était la chose la plus relaxante à faire.

Cependant, une fois qu’il put voir une île à travers le brouillard… alors qu’ils s’approchaient suffisamment pour qu’il puisse voir le port…

Cale commença à froncer les sourcils.

« C’est l’île de ma ville natale ! »

Il pouvait voir une grande île.

Mais ce n’était pas le problème.

– Humain ! Humain ! J’ai l’impression de sentir l’alcool !

« C’est l’odeur de l’alcool !

– Ça pue l’alcool à plein nez ! »

On et Hong, dont le Roi Mercenaire avait déjà découvert qu’ils étaient des Chats, ainsi que Raon, les trois enfants âgés de neuf ans en moyenne, se renfrognèrent et commentèrent l’odeur provenant du port.

Cale regarda la proue du navire atteindre le port tout en avertissant les enfants de neuf ans en moyenne.

« Demandez d’abord à Beacrox avant de boire quoi que ce soit ici. »

Beacrox hocha stoïquement la tête. Les chatons firent de même.

Cale donna ensuite aux enfants de neuf ans en moyenne une pièce d’or supplémentaire en guise d’argent de poche avant de débarquer du navire.

– Humain ! Tu es vraiment quelqu’un de bien ! Tu as donné plus d’argent que notre argent de poche !

« Mangeons tous ensemble !

– Je sens de la nourriture délicieuse ! »

Cale s’approcha de Choi Han qui regardait chaleureusement On et Hong et demanda.

« Combien te faut-il ?

– Excusez-moi ? »

Cale lui tendit un sac contenant dix pièces d’or.

‘Un bâtard malchanceux. Je dois au moins lui donner beaucoup de nourriture délicieuse.

On dirait qu’il a perdu beaucoup de poids, alors faisons-le grossir à nouveau.’

« C’est pour toi. »

Choi Han avait une expression choquée sur le visage, mais Cale qui s’était retourné et marchait avec On et Hong dans ses bras ne pouvait pas voir l’expression.

Cependant, l’expression de satisfaction sur le visage de Cale commença lentement à devenir étrange.

« Oh ! Bud, tu es de retour ? Le meilleur buveur est de retour !

– Wow, Bud, quand es-tu revenu ? Ton père n’a rien dit à propos de ton retour. »

Les habitants de l’île accueillent chaleureusement Bud qui se dirigeait vers le sommet de l’île.

« Glenn, ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vus. Tu vas bien ? »

Glenn Poeff. Les gens accueillèrent également le mage qui se trouvait à côté de Bud.

Le mage aux cheveux violets établit un contact visuel avec Cale. Il commença alors immédiatement à parler.

« Bud est le plus bizarre.

– …Je vois. »

Cale hocha la tête.

Le mage Glenn Poeff continua à parler.

« Produire de l’alcool demande beaucoup de concentration et d’efforts. »

Cale écouta Glenn tout en regardant les gens s’agglutiner autour de Bud.

Aucune des personnes qui souriaient à Cale et à son groupe, qui étaient des étrangers, ne semblait ivre.

Cale pouvait également voir les bâtiments autour d’eux alors qu’ils se dirigeaient vers la montagne de l’île. Il pouvait voir qu’ils brassaient tous de l’alcool.

Les habitants de cette île semblaient être des gens travailleurs et heureux.

« L’environnement, l’humidité, la température et la ventilation nécessaires à la fermentation et à la maturation de différents types de grains ou de fruits. Tout cela doit se faire sans problème. »

Cale hocha la tête d’un air satisfait après avoir entendu les explications détaillées de Glenn Poeff.

L’odeur de l’alcool provenait de partout et il y avait des gens qui semblaient empester l’alcool, mais c’étaient tous des gens qui travaillaient au brassage de l’alcool.

Glenn continua à parler.

« L’alcool est un art. »

Hmm ?

Cale tourna la tête après avoir senti que quelque chose était étrange.

« C’est beau et artistique, comme la magie. Même l’alcool rempli par une seule personne aura un goût différent en fonction de la date, de l’heure et de la température présentes au moment où elle a rempli la bouteille. N’est-ce pas magnifique ? »

Glenn semblait s’enthousiasmer peu à peu.

« L’alcool est semblable à la vie. C’est de l’art, de l’ART ! C’est pourquoi nous devons le traiter comme un bien précieux et le chérir ! »

Clap, clap, clap.

Les habitants de l’île commencèrent à applaudir.

« Notre Glenn a toujours de si belles pensées.

– Les gens intelligents savent aussi manier les mots ! Oui, l’alcool est un art ! »

– Ohhh, l’alcool est un art ? C’est incroyable, humain !

« Miaoooooou.

– Miaoou. »

Les enfants de neuf ans en moyenne se concentrèrent sur la conversation entre les habitants de l’île.

Cale commença à marcher rapidement et s’approcha de Bud avant de chuchoter derrière lui.

« Hé.

– Hmm ?

– Dépêche-toi de m’emmener là-bas. »

Bud hocha inconsciemment la tête au ton vicieux de Cale et commença à marcher rapidement.

Bud se dirigea lentement vers le sommet de la montagne de l’île.

Cette montagne qui avait un chemin étonnamment lisse était presque aussi facile à escalader qu’une colline. Bien sûr, cela n’aurait pas eu d’importance puisque Cale avait simplement utilisé le Son du Vent pour grimper facilement.

C’est bizarre.

L’odeur de l’alcool disparaissait au fur et à mesure que Cale s’élevait dans la montagne.

Cependant, Cale sentait que quelque chose était bizarre.

Swoooooooooooosh- Swoooooooosh-

Il pouvait entendre le bruit du vent au fur et à mesure qu’il montait.

Des rafales de vent de plus en plus fortes remplissaient les oreilles de Cale au fur et à mesure qu’il avançait.

Enfin, une fois arrivé au sommet, il regarda vers l’autre côté de l’île…

« Là-bas. »

Bud désigna un point au-delà de l’océan brumeux.

L’expression de Cale se raidit.

– Humain ! Ça a l’air trop dangereux ! N’y va pas !

Il pouvait entendre la voix inquiète de Raon.

Swoooooooooooosh- Swoooooooosh-

Au milieu de l’océan brumeux. Il pouvait voir l’île qui avait réussi à repousser même le brouillard pour se révéler.

Il n’y avait rien à faire.

Swoooooooosh-

Le vent.

Les tourbillons provenant de nombreuses directions, ces vents semblables à des lames rugissaient et entouraient l’île.

Honnêtement, Cale ne pouvait même pas voir l’île elle-même.

Il pouvait seulement dire que l’île était là en se basant sur les milliers, non, les dizaines de milliers de lames de vent et de tourbillons qui s’écrasaient les uns contre les autres.

« Cale-nim. »

Choi Han s’approcha de Cale avec une expression sérieuse sur le visage.

‘…Cela ne semble pas du tout artificiel.’

C’était la raison de l’expression sérieuse du visage de Choi Han.

Il ne s’agissait pas d’aura ou de mana. Ce qui se trouvait sur cette île était du vent naturel.

Ce vent rugissait comme une catastrophe naturelle.

Les Trois Zones Restreintes. Cet endroit devait être l’une des trois zones.

L’ancien dragon Eruhaben s’approcha de Cale.

« Cela fait un moment que je ne suis pas venu ici. »

Il se tourna vers Cale et continua à parler calmement.

« Tu n’as pas besoin d’aller là-bas. »

Cependant, ils avaient pu entendre la voix habituelle et détendue de Cale répondre.

« Je dois y aller. »

Il semblait confiant dans sa réponse.

Le Super Rocher fit un commentaire à ce moment-là.

– Prenons ce chemin difficile.

– Un chemin où tu n’as pas à te sacrifier ou à sacrifier les autres. Cependant, ce sera douloureux et difficile pour ton corps. Tu pourrais te blesser.

– Mais au moins, ton esprit sera tranquille.

Cale commença à parler.

Un chemin où l’esprit est tranquille.

« C’est le chemin le plus facile. »

* * *

« Tu dois aller seul à partir d’ici. »

Cale était debout sur le pont.

Il grimaçait parce qu’il avait du mal à garder les yeux ouverts à cause du vent féroce.

L’île du vent.

Le vent de l’île provoquait des vagues violentes, essayant de repousser le navire.

« Je veux venir avec toi !

– Moi aussi ! »

– Moi aussi !

Les enfants de neuf ans en moyenne se heurtèrent au corps de Cale.

Le mage Glenn Poeff avait les bras croisés lorsqu’il commença à parler.

« C’est difficile. Cette île ne montre l’artefact ancien qu’à une seule personne possédant l’attribut vent à la fois. »

Bud Illis désigna une zone de l’île difficile à voir à cause du vent.

« C’est l’entrée. »

Il poursuivit en affichant une expression soucieuse sur son visage.

« Tu te souviens de ce que j’ai dit hier soir ? »

Hier soir.

Bud Illis avait raconté à Cale comment il pouvait sortir vivant de l’île aux vents.

Cale s’était souvenu de ce que Bud lui avait dit.

Il y a un temple dans l’endroit le plus profond de l’île du Vent. Il y a un autel sur lequel se trouve une jarre.

Cette jarre se remplit d’un liquide lorsque vous la tendez à une personne blessée ou mourante. En buvant ce liquide, la personne sera guérie.

L’ancien artefact en forme de jarre.

Cependant, cette jarre semble avoir une limite, ou peut-être est-elle simplement vieille, mais elle se fissure à chaque fois qu’on l’utilise. Je suppose que cet artefact ancien a un usage limité.

La jarre finit par se fissurer jusqu’à ce qu’elle se brise.

D’après l’histoire laissée par ma famille, la jarre a été utilisée trois fois jusqu’à présent.

Tu dois également ramener la jarre à l’autel dans un délai d’une semaine.

Cale se tourna vers Bud.

L’île du vent.

La famille de Bud était arrivée sur cette île à un moment donné et y avait créé la première brasserie, qu’elle avait maintenue jusqu’à aujourd’hui.

Les gens de ma famille héritent de l’ancien pouvoir de l’attribut du vent toutes les deux générations.

Bud avait un sourire amer sur le visage lorsqu’il avait dit cela.

Je suis le gardien de l’île du vent.

C’était la volonté de mon ancêtre qui s’est installé sur cette île. Cependant, notre ancêtre n’a pas laissé la raison pour laquelle nous devons être les gardiens de l’île du Vent. Mais…’

Cale n’avait jamais vu Bud avec une expression aussi sérieuse sur son visage depuis le peu de temps qu’il le connaissait.

Mais il a dit que nous devions nous assurer que l’ancien artefact ne tombe pas entre les mains d’une personne malveillante. Il a dit qu’il fallait le détruire s’il semblait que quelqu’un de malveillant allait s’en emparer.

Cale termina en pensant aux choses que Bud lui avait dites la nuit dernière avant de regarder où Bud pointait du doigt.

Le roi des mercenaires mit une fusée de signalisation dans la main de Cale, juste au cas où il en aurait besoin en cas d’urgence.

« Tire la fusée si tu ne penses pas pouvoir le faire. Tu pourras toujours atteindre l’artefact antique la prochaine fois. Tu devrais pouvoir y arriver d’ici trois jours, même si ça te prend du temps pour y arriver. »

Trois jours.

Bud avait dit que trois jours étaient suffisants pour entrer et sortir.

Cale hocha lentement la tête.

« Jeune maître-nim. »

Cale tressaillit. Ron regarda les vêtements de Cale avant de continuer à parler.

« Veuillez utiliser la nourriture et les matériaux dans le sac de poche spatial selon vos besoins. Vous savez ce qu’il y a à l’intérieur, n’est-ce pas ?

– Oui, oui. Je sais très bien. Je sais tout ce que tu viens de me dire, Ron. »

Cale hocha rapidement la tête.

– Humain ! Lance la fusée si tu as besoin d’aide ! Je vais détruire l’île !

Il pouvait entendre les chuchotements du dragon vicieux.

« Cale-nim, j’attendrai ici à l’extérieur de l’île. »

‘…Il n’y a pas besoin d’attendre sur le navire.’

Cale fit semblant de ne pas entendre le commentaire de Choi Han.

« Cale.

– Je vais prolonger votre vie pour vous. »

Cale coupa rapidement la parole à Eruhaben avant de donner un coup de pied sur le pont et de s’envoler. Il se retourna vers le groupe et fit un signe de la main.

« Je reviendrai. »

Swoooooooosh-

C’était un bruit silencieux comparé aux vents de l’île du vent, cependant, le son du vent commença à entourer le corps de Cale.

Il s’élança alors vers l’île comme une flèche.

Swoooosh- Swoooosh-

La robe de Cale et ses vêtements en dessous flottaient.

Cependant, il vola vers l’endroit indiqué par Bud sans la moindre hésitation.

Cela faisait longtemps que je n’étais pas allé quelque part seul comme ça.

Il ne s’était pas déplacé seul depuis qu’il avait obtenu le Bouclier indestructible.

– Ce sera dangereux.

– Sois prudent.

Cale se mit à sourire.

Il pouvait entendre les voix des détenteurs des anciens pouvoirs.

Je suppose que je ne suis pas complètement seul.

Il avait encore les voix dans son esprit.

Swoooooooooooosh- Swoooooooosh-

Il put voir deux grands tourbillons s’écraser l’un contre l’autre une fois qu’il fut arrivé à l’endroit indiqué par le roi des mercenaires.

Shaaaaaaaaaaaa-

Cependant, Cale pouvait voir un petit écart entre eux.

‘Cale Henituse, ne suis que le chemin que je t’indique. C’est le seul moyen de ne pas se faire découper par les lames du vent.’

Cale pensa au chemin sur la carte que le roi des mercenaires lui avait tendue avant de foncer vers cette petite brèche.

Cale pouvait entendre la voix du voleur, le propriétaire du Son du vent à ce moment-là.

– J’étais une personne ordinaire.

La voix rauque était pleine de tristesse.

– Cependant, une fois que ma famille est morte et que notre maison a été détruite…

Cette tristesse s’était lentement transformée en colère.

– Je suis alors devenu une voleuse. J’ai fini par devenir le plus grand voleur du continent occidental.

– C’est parce que j’ai volé un ancien artefact dans un temple.

Swooooooosh-

Cale pouvait apercevoir l’île alors qu’il traversait l’espace entre les deux tourbillons.

L’île du Vent, l’une des trois zones interdites.

Il n’y a pas de vie sur l’île du Vent.

C’est ce que lui avait dit le roi des mercenaires.

C’est parce qu’il n’y a que de la terre et des rochers empoisonnés par le mana mort.

Cale pouvait voir l’île noire.

La voleuse continua à parler.

– J’étais une personne moyenne, mais je savais manier le vent et j’avais un autre pouvoir unique.

Les pouvoirs qu’elle avait dans le passé.

Le son du vent.

Il se composait de vent et de son.

– Je pouvais entendre le son du vent.

Le son que fait le vent.

– Je pouvais entendre les voix des élémentaires du vent.

Les élémentaires étaient des êtres naturels dont on disait qu’ils étaient les plus proches de la nature.

Elle n’était ni une elfe ni une élémentaliste pour pouvoir passer un contrat avec un élémentaire, mais la voleuse n’avait pu entendre que les voix des élémentaires du vent.

Elle ne pouvait ni les voir ni les sentir, mais il suffisait de les entendre.

– De toute façon, je ne pouvais pas voir depuis le début. Je n’avais besoin que du son.

Le plus grand voleur des temps anciens était aveugle. Mais elle pouvait tout sentir et tout entendre.

– Trouve le fouet de mon chef.

– Il t’apportera un certain nombre d’alliés forts mais amicaux et astucieux mais capricieux.

La femme à la voix rauque s’adressa doucement à Cale.

– J’aime ta décision. Traversons facilement le chemin difficile. Je serai avec toi.

Cale se mit à sourire en regardant l’île noire.

* * *

Une semaine plus tard. Cale n’était toujours pas sorti de l’île.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Satoru monamour
3 mois il y a

Merci pour la trad ♥

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser