Trash of Count’s Family Chapitre 184

Jeune maître-nim, vous êtes vraiment... (3)

***

Auteur : Yoo Ryeo Han
Traductrice : Moonkissed

***

Antonio Gyerre regarda autour de lui.
Il pouvait voir les soldats du territoire approcher rapidement au loin. Il y avait aussi des citoyens qui se tenaient de l’autre côté du pont, dans le quartier commerçant.
Et surtout, il y avait les habitants des bidonvilles qui se cachaient dans leurs maisons mais qui avaient les oreilles ouvertes.

« Jeune maître-nim ! »

Le capitaine de la garde et l’administrateur s’approchèrent d’Antonio. Cale tendit un morceau de papier à Antonio. Dix maisons au total y étaient indiquées.

« Ce sont les maisons où les trafiquants d’êtres humains ont emprisonné des personnes.
– …Merci beaucoup, jeune maître Cale. »

Antonio en était certain après avoir vu Cale le regarder clairement.
Cette personne n’était pas du tout ivre. Il avait clairement procédé à ce plan avec un esprit clair.
Cale lui tendit un autre document.

« …Cet écusson… »

Antonio vit l’écusson sur le dessus du document.
C’était l’emblème du baron Chryshi, l’un des vassaux de la maison Gyerre. L’expression d’Antonio devint sérieuse. Il remarqua alors que le vice-capitaine Hilsman traînait une personne vers lui.

« C’est le majordome de la maison Chryshi.
– …Jeune maître Cale. »

Antonio appela Cale presque en gémissant. Une pensée terrible lui traversait l’esprit. Il y avait de fortes chances que cette pensée devienne réalité.

« Jeune maître Antonio. »

Cale s’approcha d’Antonio. Il regarda Antonio, qui le regardait avec une expression rigide, et commença à parler.

« Je n’ai pas le talent de tourner autour du pot. »

Antonio avait l’impression que sa bouche devenait sèche. Le noble à l’air innocent, le noble à l’air stupide qui avait dit qu’il allait boire, cette personne n’était plus devant lui.
Cette personne en face de lui était le Cale Henituse qui était connu pour être le confident proche du prince héritier.

« Je n’ai pas fait exprès de faire ça discrètement. »

Cale l’avait dit très clairement à Antonio et au domaine Gyerre.
Il avait fait cela ouvertement, volontairement. Il y avait aussi une signification cachée.

Si Cale avait donné cette information aux Gyerres à l’avance, ils se seraient occupés de tout furtivement.

Cela aurait été préférable pour la succession Gyerre.
Ils auraient pu cacher le fait que de telles atrocités s’étaient produites au centre du territoire des Gyerre, là où se trouvait le château de Gyerre.
Cependant, il était impossible de régler ce problème discrètement maintenant.

Pourquoi ?

Antonio s’interrogea sur les actions de Cale. Il n’aurait pas eu d’autre choix que d’accepter toutes les conditions de Cale si ce dernier avait utilisé le fait qu’il garderait cet incident secret comme moyen de pression.

Antonio pouvait voir la bouche de Cale commencer à s’ouvrir comme s’il allait répondre à cette question.

Cale avait fait exprès d’étaler cet incident au grand jour.
Il y avait une raison à cela.

« J’ai besoin de la région sud-ouest. »

Le prince héritier.
Antonio pensa soudain à cette personne. Cependant, Cale n’expliqua rien d’autre.

« Je suis sûr que vous êtes occupé maintenant, alors discutons plus tard. »

Cale passa devant Antonio et retourna tranquillement au château.
Antonio observa Cale qui s’éloignait avant de soupirer et de se retourner.

« Quelques chevaliers vont m’accompagner au domaine de Chryshi à l’instant même ! »

Antonio devait d’abord s’occuper de cette tempête soudaine.

Cale demanda à Ron, qui était apparu furtivement à côté de lui.

« Ils ne me suivent pas, n’est-ce pas ?
– Oui, jeune maître-nim. Le jeune maître Antonio semble se concentrer sur la résolution de cet incident en premier. »

‘Il est autoritaire et met beaucoup l’accent sur les qualifications d’une personne, mais au moins ses fondations sont solides.’
Cale porta un jugement sur le caractère d’Antonio avant de retourner lentement vers le château pour que les gens le voient.

‘Je dois faire cela pour que les gens en parlent.’

Cale espérait que l’influence de la région du sud-ouest diminuerait un peu à la suite de cet incident.
Le nord serait chaotique au printemps, alors le sud ne devrait-il pas au moins être calme ?

Le sud-est devait être très actif car il était limitrophe du royaume de Whipper, dirigé par le commandant Toonka. Ils étaient probablement nerveux parce qu’ils s’inquiètaient de savoir si et quand Toonka pourrait refaire quelque chose de fou.

‘…Le fait que Toonka soit silencieux ces jours-ci est également étrange.’

Toonka était devenu silencieux après la guerre avec l’Empire.
Cale décida de ne pas s’en préoccuper pour le moment.

« J’ai faim. »

C’était parce qu’il avait faim.
Il était devenu affamé après l’utilisation de la Vitalité du Cœur. Cale commença à marcher un peu plus vite.

« Jeune maître-nim, assurez-vous d’avoir un dîner copieux ce soir.
– Oui, je le ferai. Dommage que Beacrox ne soit pas là. »

Cale, qui répondait à Ron par ce qui lui passait par la tête, regarda vers Ron après avoir entendu les mots suivants de ce dernier.

« Jeune maître-nim, je suis très fier de vous. »

L’expression de Cale devint étrange.
C’était un contraste frappant avec Ron qui avait toujours un sourire bienveillant sur son visage.

Cale n’avait pas oublié que Ron avait l’air heureux tout à l’heure en serrant le cou du majordome. Il semblait être le plus énergique qu’il ait vu depuis longtemps. Quelqu’un pourrait même penser qu’il était redevenu jeune.

‘Quel vieil homme effrayant !’
Cale s’éloigna lentement d’un demi-pas de Ron et se précipita vers le château. Ron regarda Cale s’éloigner de lui avant de marmonner pour lui-même.

« Il ne change jamais. »

Le jeune maître qui était maintenant un chiot adulte, non, le jeune maître qui était devenu un tigre ne savait toujours pas comment contrôler ses expressions faciales.

« Miaooooou.
– Miaoou. »
Ron prit les deux chatons qui s’approchaient furtivement de lui et suivit Cale.

* * *

Antonio Gyerre regarda par la fenêtre en marchant dans le couloir au milieu de la nuit.
Le château des Gyerre. Il y avait beaucoup de gens qui se promenaient avec des torches à l’intérieur du château. Il regardait ces gens qui se déplaçaient avec urgence et pensait à sa grand-mère, la duchesse Sonata.

‘Cale Henituse. Découvre ce qu’il veut, lui et le prince héritier derrière lui.’

Pour la première fois depuis longtemps, il avait vu de la colère sur le visage de sa grand-mère.
Cette colère était dirigée contre elle-même.

La maison Chryshi.
Les documents que le chevalier de la garde de Cale avait apportés, ainsi que les informations qu’ils avaient obtenues en prenant d’assaut le domaine du baron, donnaient à la duchesse un sacré mal de tête.

‘Bâtard fou.’

Un noble était impliqué dans le commerce d’esclaves.
Même si elle ne disposait pas encore d’informations détaillées, cela suffisait à mettre la maison Gyerre dans l’embarras. De plus, les citoyens avaient été témoins de tout cela.

Il y aurait forcément une punition de la part de la couronne, une perte de confiance de la part des citoyens et un jugement de la part des autres nobles.
Tout cela donnait également des maux de tête à Antonio.

Cependant, il devait encore rencontrer Cale Henituse ce soir. C’était la montagne qu’il devait escalader en ce moment.
Bien sûr, la véritable montagne qu’il devait escalader était le prince héritier, car Cale Henituse travaillait pour le prince héritier.

Le prince Alberu était le prince qui était sur le point de devenir le prochain roi. Il n’était pas question qu’il laisse passer ça.

‘Et Cale Henituse est aussi un noble. Il essaiera de nous faire chanter pour son propre compte.’

Antonio avait vu beaucoup de gens cupides se cacher sous le titre de noble. Tous ceux qu’il avait croisés étaient dans le même cas.
C’est pourquoi il avait toujours fait de son mieux pour être un noble digne de ce nom. Il ne voulait donner à personne la possibilité de trouver quelque chose à utiliser contre lui. C’était aussi la raison pour laquelle il classait les gens selon ses propres critères. Il était ainsi plus facile de traiter avec eux.

« Mm. »

Antonio fit un bruit à l’extérieur de la salle de réception des invités. Le chevalier de garde de Cale Henituse s’inclina pour le saluer.
Antonio indiqua la porte et Hilsman frappa prudemment à la porte.

« Jeune maître-nim, le jeune maître Antonio est arrivé.

– Dis-lui d’entrer, s’il te plaît. »

Antonio arrêta le chevalier de garde et tourna la poignée lui-même après avoir entendu la voix de Cale.

« Je vais entrer par moi-même. »

Antonio ouvrit la porte.
C’était la première fois qu’il se sentait nerveux en entrant dans la salle de réception de ses propres invités.

‘Est-ce que c’est ce que l’on ressent quand quelqu’un d’autre s’empare de notre faiblesse ?’

‘Je suis curieux de savoir ce qu’il va exiger de moi.’

Qu’est-ce que Cale Henituse allait exiger de lui ?
Voilà ce qui intriguait Antonio.

Mais il pensait que le plus important pour Cale était d’avoir le pouvoir de soutenir le prince héritier. C’est pourquoi il ne semblait pas nerveux lorsqu’il franchit la porte.

Screeeech-
Dès qu’il ouvrit la porte, il remarqua que Cale Henituse regardait par la fenêtre.
Antonio, l’héritier des Gyerre, avait l’impression que cela faisait longtemps qu’il n’avait pas vu le dos de quelqu’un. La frustration et l’agacement envahissaient son esprit.

« Jeune maître Antonio. »

Cale l’appela et se retourna lentement à ce moment-là.
Il demanda alors d’un ton décontracté.

« Les gens vont bien ? »

Antonio, qui était entré, s’arrêta soudainement de bouger. Il regarda vers Cale, qui demanda une fois de plus après qu’Antonio ait semblé ne pas comprendre sa question.

« Les personnes qui ont été kidnappées vont-elles bien ?
– …Je ne pensais pas que vous poseriez une telle question.
– Excusez-moi ? »

Cale regarda vers Antonio, qui marmonnait tout seul avec confusion. Antonio soupira avant de refermer la porte.

« Nous avons réussi à tous les sauver.
– C’est un soulagement. »

Antonio vit Cale sourire avant de reprendre son expression stoïque après avoir entendu ses mots. Antonio commença à se sentir bizarre.

Poser des questions sur les citoyens était-il une autre manœuvre stratégique pour faire plier la maison Gyerre ?
Ou bien Cale était-il vraiment inquiet ?

‘Je suppose que je le découvrirai en fonction de notre conversation.’

Tout se révélerait en fonction de ce que Cale Henituse lui demanderait.
Antonio avait beaucoup de choses à faire en ce moment, mais il ne perdit pas son calme. Il s’assit sur un canapé et indiqua à Cale le côté opposé.

Mais ce dernier ne s’assit pas.

« Je suis sûr que vous êtes occupés avec le travail pour le territoire, alors je vais faire court. »

Cale ne voulait pas prolonger cette conversation sans raison.

« J’ai déjà dit que je n’étais pas doué pour tourner autour du pot, alors je vais aller droit au but.
– Je suis curieux d’entendre ce que vous avez à dire. »

Qu’est-ce qu’il allait demander ?
Antonio était appuyé sur le canapé, l’air détendu, mais son dos était raide alors qu’il regardait vers Cale.
Cale sortit un document de sa poche de poitrine et le posa sur la table.

Clac !

C’était une épaisse pile de papier.
‘Ce sont ses conditions ?’
Cale commença à parler alors qu’Antonio avait cette idée en tête.

« Il s’agit d’un document détaillant comment la famille Chryshi a engagé une guilde d’assassins pour kidnapper un enfant dans le passé. »

Le visage d’Antonio se figea.
Ce n’était pas le commerce d’esclaves.
Il y avait autre chose.

Cale Henituse avait deux cartes dans sa manche et Antonio venait de découvrir la seconde.
Il vit Cale lui sourire.

« Je ne l’ai pas dit aux citoyens tout à l’heure. Je suis le seul à être au courant. »
Antonio se passa les yeux dans les mains. Cette journée lui avait apporté beaucoup de fatigue.

« …Je ne suis pas non plus doué pour tourner autour du pot. Je n’ai pas non plus le temps de le faire. »

Il demanda à Cale d’aller droit au but.

« Qu’est-ce que vous voulez ? »

Clac !

Au lieu d’une réponse, une nouvelle pile de papier fut jetée sur la table. Antonio regarda la pile de papier.

« C’est l’information sur la guilde marchande à laquelle la famille Chryshi a vendu les esclaves. »

Mm.
Antonio se retint de gémir.
Il pensait que Cale était célèbre pour ses actions justes, mais il était plus méticuleux qu’il ne l’aurait cru. Cale disposait d’informations que le Domaine du Duc n’avait pas, car l’incident venait de se produire aujourd’hui. Antonio n’avait d’autre choix que de se laisser entraîner par Cale.

Antonio faillit s’évanouir en entendant les mots suivants de Cale.

« Il s’agit d’une guilde marchande de l’Empire. »

Antonio ferma les yeux.

‘…Ce putain de taré !’

Il ne put s’empêcher de jurer contre le baron Chryshi.

Non seulement il avait réduit ses concitoyens en esclavage, mais il les avait aussi vendus à une guilde marchande de l’Empire. Il était déjà difficile pour une personne de se déplacer d’une région à l’autre du royaume, mais il les avait fait passer en contrebande à une nation étrangère.

Ce serait mauvais pour la famille Gyerre si cela se savait.

Antonio était reconnaissant à Cale d’avoir été le premier à leur communiquer cette information. Cependant, il se sentait en même temps étouffé.

Sa faiblesse avait été parfaitement saisie.

‘Antonio, ces soi-disant nobles sont prêts à se poignarder les uns les autres pour leur propre cupidité. C’est pourquoi tu dois aussi savoir manier l’épée.’

Il se souvint des paroles de sa grand-mère.
Une épée était sur son cou en ce moment même.
Il était dans une situation désespérée.

« Jeune maître Antonio. »

Antonio ouvrit les yeux.
Il regarda Cale Henituse.

« Veuillez garder la porte de la région sud-ouest. »

Quoi ?
Une histoire inattendue sortait de la bouche de Cale. Il ne put éviter le regard de Cale.

« Veuillez faire en sorte qu’une guilde marchande de l’Empire n’ose pas venir dans notre Royaume de Roan pour y commettre à nouveau des actes aussi terribles. »

C’était tout ce que Cale attendait de la maison Gyerre.

« Ne laissez pas entrer un seul de ces maudits rats. »

Cale voulait qu’Antonio fasse en sorte que l’Empire ne puisse pas frapper le royaume de Roan pendant que la guerre se déroulait au nord.
« En tant que gardien de la porte, demandez à la famille Gyerre d’assurer la sécurité de la porte sud-ouest. »

Antonio sentait ses mains s’engourdir sous le regard ferme de Cale.

« C’est ce que j’attends de vous. »

La demande de Cale était que la maison Gyerre fasse son travail correctement.
Antonio ne put s’empêcher de déglutir.

Tout ce que Cale lui demandait, c’était de faire correctement son travail de noble.
Cependant, Antonio avait l’impression que ces mots étaient très lourds.

Il n’avait jamais vu un noble souhaiter sincèrement quelque chose d’aussi évident.

Alcool. Déchet. Avarice.
De nombreux mots traversèrent son esprit en même temps. Il réalisa qu’il s’était fait une fausse idée de Cale.

Cette personne était différente. Il ne recherchait pas le pouvoir et n’était pas avide.

Il n’était pas un imposteur prétendant être un noble.

« …Jeune maître Cale-
– Et. »

Cependant, Cale n’avait pas fini de parler.

« Quand le royaume le demandera. »

Il y avait quelque chose d’autre que le prince héritier voulait.

« S’il vous plaît, ouvrez les portes. »

L’Empire ne supporterait pas l’alliance des quatre royaumes et de la tribu de la bête unique.

« C’est ce que nous voulons. »

Cale s’arrêta alors de parler.

Noble.
Antonio regarda Cale et pensa qu’il s’agissait d’un “vrai noble”. Antonio, qui voulait lui aussi devenir un vrai noble, serra les poings.


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Satoru monamour
3 mois il y a

Cale a la grande classe !!!
Merci pour les chapitres !

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser