the beginning after the end Chapitre 89

Une promenade

Chapitre 89 : Une promenade 

POINT DE VUE D’ARTHUR LEYWIN :

Alors que nous nous rendions au chalet de Rinia, je ne pouvais m’empêcher de soupirer d’admiration devant la perfection de cette matinée de printemps – une de ces scènes que l’on ne peut s’empêcher d’apprécier. Alors que l’aube venait de se lever, l’air matinal était encore frais et vivifiant. Des deux côtés de la route, la rosée du matin sur les rochers couverts de mousse scintillait sous l’effet des rayons du soleil qui perçaient à travers les vieux arbres nous dominant.

La calèche dans laquelle nous nous déplacions tremblait à peine sur les chemins réguliers, semblables à du marbre, lissés par des siècles d’utilisation. Sylvie était une boule d’excitation et j’ai dû l’attraper par la queue à plusieurs reprises pour l’empêcher de sauter hors de la voiture pour attraper les papillons et les oiseaux qui passaient.

« Arthur, je dois dire que ton lien continue de m’intriguer. » Alduin Eralith a levé un sourcil amusé alors que Sylvie s’est promptement élancée et a attrapé un oiseau qui passait avec sa mâchoire.

« Allez, laisse le garçon et son animal tranquille. Dans un pays aussi vaste et mystérieux que le nôtre, tu ne peux pas être aussi surpris par ce genre de choses. » a réprimandé Virion à son fils en agitant le doigt.

« Je serais normalement d’accord avec vous, Grand-père, mais le lien d’Arthur est vraiment unique par rapport à toutes les autres bêtes de mana que j’ai vues. Même si c’est un nourrisson, son regard pétille d’intelligence. » Merial se rapprocha de Sylvie, qui mâchonnait encore l’oiseau qu’elle venait d’abattre.

« N’oublie pas que Sylvie est super mignonne aussi ! » Au moment où Sylvie laissa échapper une éructation de satisfaction, Tess la prit dans ses bras et la serra.

« Bahaha ! Je ne peux m’empêcher de craindre que ma petite-fille choisisse un jour son précieux lien, non pas en fonction de sa force mais de son apparence ! » Virion hurla de rire, ce qui fit ricaner tout le monde sauf la princesse.

Le voyage fut assez long, même avec une bête de mana tirant le chariot. Tess s’est rapidement endormie, la tête contre l’épaule de sa mère, tandis que Merial dormait à côté de sa fille, la tête appuyée contre celle de Tess.

« Arthur, je l’ai déjà dit à mon fils mais là où nous allons, ce n’est pas une chaumière normale. Rinia a choisi de s’isoler près de la frontière du royaume. Quant à savoir pourquoi, elle n’a pas voulu me le dire, mais la dernière fois que j’ai choisi de faire une visite inopinée, j’ai failli mourir à cause des pièges et des défenses qu’elle avait mis en place. » dit Virion à voix basse.

J’ai haussé un sourcil devant le ton sérieux de Virion. « Pour quelle raison l’aînée Rinia a-t-elle besoin de se protéger à ce point ? »

« Ma supposition est aussi bonne que la tienne. Je lui ai dit que nous étions en visite cette fois-ci, donc ça devrait être sûr, mais je veux que tu sois attentif à tout signe d’intrusion. Le fait qu’elle ait eu besoin de mettre en place toutes ces précautions signifie qu’il y a des gens dehors dont il faut se méfier. »

J’ai immédiatement pensé à ses capacités uniques en tant que déviante, mais personne, à l’exception d’une poignée de personnes de confiance, n’aurait dû le savoir.

« D’accord. » J’ai hoché la tête solennellement.

Peu de temps après la conversation, Papi s’était lui aussi endormi, les bras croisés et la tête remuante, laissant seuls mon lien, le chauffeur, le père de Tess et moi-même, éveillés.

Sylvie avait ses pattes avant contre la fenêtre de la voiture dans l’espoir d’attraper d’autres oiseaux malchanceux, sa queue remuant en rythme.

Alduin avait un air détendu sur son visage âgé et regardait d’un air absent la scène en mouvement à l’extérieur de la voiture. Je savais que chacune de ces rides et de ces plis provenait du fardeau d’être un roi et maintenant une figure de proue du continent.

« J’ai l’impression de n’avoir jamais eu l’occasion de te remercier correctement. » a-t-il dit alors que ses yeux restaient toujours fixés à l’extérieur de la voiture.

« Pour quoi, monsieur ? » J’ai répondu.

« Pour avoir si bien pris soin de ma fille. D’après ce qu’elle et mon père me disent, Tessia s’est sortie de certaines situations dangereuses grâce à toi. » Alduin a tourné la tête et m’a regardé un bref instant avant de dévoiler un sourire las.

« Ce n’est rien, monsieur. Tessia m’a souvent aidé aussi. »

« Oh ? Comment ? » Il a incliné la tête.

J’ai dû réfléchir une seconde avant de répondre. « En me gardant sain d’esprit parfois. »

« Ce n’est pas exactement ce que j’attendais d’un garçon de treize ans, mais quand il s’agit de toi, je ne peux m’empêcher de te voir comme un adulte. » L’ancien roi a souri avant de reporter son regard à l’extérieur.

« Vos mots sont gentils. »

« Je suis convaincu que tu seras capable de protéger ma fille à ma place et à celle de mon père. »

Mes yeux se sont rétrécis en pensant à la signification de sa déclaration, mais avant que je puisse dire quoi que ce soit, Alduin a juste gloussé et a fait un geste dédaigneux de la main.

« Juste les pensées d’un père surprotecteur qui se déchaînent. Ne fais pas attention à moi, Arthur… mais dis-moi, as-tu déjà pensé à épouser un jour Tess ? »

« Monsieur ? » J’ai dit, décontenancé par le changement soudain du cours de cette conversation.

« Je veux dire, bien sûr, elle est un peu brute sur les bords et Merial et moi l’avons peut-être un peu gâtée, mais c’est une bonne fille ! Je parie qu’elle sera très belle dans quelques années. »

« Je pensais que traditionnellement, les elfes sortaient et se mariaient beaucoup plus tard… »

« Ha ! La tradition ? A la vitesse à laquelle Dicathen change, il n’y a pas de place pour la tradition. » se moqua Alduin. Il se pencha alors en avant, appuyant ses bras sur ses genoux. « Arthur, ma fille te plaît-elle ? »

Il y eut un silence prolongé alors que je réfléchissais soigneusement à mes mots. Malgré son attitude aimable et l’atmosphère décontractée à l’intérieur du carrosse, Alduin était toujours le roi en exercice d’Elenoir. Je ne pouvais pas nier que mon attitude et mon attention envers la princesse elfe étaient différentes de celles des autres, mais il m’était encore impossible d’agir de manière assurée sur ces sentiments à ce stade. Il y avait des moments où j’étais surpris par mon propre reflet à cause de mon jeune âge. Pour pouvoir dépasser la limite mentale de l’âge que je m’imposais inconsciemment, il faudrait que je cesse de voir Tessia comme une fille et que je la voie comme une femme.

En croisant le regard du père de Tessia, j’ai répondu avec confiance. « Oui, mais je ne suis pas non plus en mesure d’affirmer avec assurance que je sais ce que signifient les mots « apprécier » et « aimer ». J’espère que la réponse viendra avec le temps, mais en attendant, j’aimerais m’améliorer avant de penser à demander la main de votre fille. »

« Bonne réponse. » Le roi a hoché la tête pensivement. « Tu as la tête au bon endroit malgré le manque d’années à ton actif. »

« Plus que toi quand tu avais son âge. » a dit une voix douce à côté d’Alduin.

« Tu étais réveillée, ma chère ? » demanda le roi avec une expression comme s’il avait été surpris en train de se faufiler dans l’armoire à desserts.

« Juste pour la dernière partie de ta petite conversation d’homme. » a-t-elle souri.

« Hé, je savais que papa aimait bien maman. » La voix de Sylvie résonna dans ma tête et me surprit.

Je me suis tourné vers la reine, craignant que Tess n’ait également entendu, mais heureusement, il semble que contrairement à sa mère, Tessia ait un sommeil plutôt lourd.

POINT DE VUE DE TESSIA ERALITH :

Il l’a admis ! J’ai presque crié à haute voix d’excitation.

Arthur l’a enfin dit ! Il a dit qu’il m’aimait bien. Enfin… il a dit « je t’aime » après qu’on lui ait demandé, mais c’est déjà bien !

Bien joué, papa !

Oh non, garde tes yeux fermés, Tess… garde tes yeux fermés.

Ralentis ta respiration.

Mince, je me demande s’il peut entendre à quelle vitesse mon cœur bat. Son audition ne peut pas être si bonne, n’est-ce pas ?

J’étais si heureuse de m’être réveillée à ce moment-là. Au début, je ne voulais pas faire semblant de dormir, mais j’ai eu peur quand j’ai entendu Père parler de moi.

Il est si cruel… comment peut-il dire que je suis brutale sur les bords…

…et que je suis gâtée ! Je ne suis pas gâtée !

Ça aurait été gênant de se réveiller à ce moment-là, alors j’ai gardé les yeux fermés, mais qui aurait pensé que mon père demanderait si Arthur m’aimait bien… et qu’Arthur l’admettrait !

Il ne l’avait dit qu’une fois, et c’était après que je me sois mise en colère contre lui. À ce moment-là, il m’a surprise en m’embrassant tout d’un coup.

Hehe…

Oh non, ne souris pas, Tess.

« Nous sommes là, Tess. Allez, réveille-toi. » La voix de mon père m’a sauvée en secouant doucement mon épaule.

« Mmm… On est déjà là ? » J’ai rendu ma voix plus vaporeuse, essayant de donner l’impression que je venais de me réveiller.

Je n’ai pas pu regarder Arthur dans les yeux lorsqu’il a tourné son regard vers moi, alors je suis rapidement sortie de la voiture et je me suis étirée.

« Ahhh ! C’était une bonne sieste ! » J’ai dit un peu plus fort que nécessaire.

Sylvie a sauté de la voiture après moi et s’est étirée elle aussi, ouvrant la bouche dans un bâillement audible avant de tourner la tête, observant son nouvel environnement.

J’ai également regardé autour de moi, mais j’étais confuse quand je n’ai pas vu de chalet, ou n’importe quelle sorte de signe qu’une personne vivait ici. Tout ce qui nous entourait était des arbres et de l’herbe, avec des buissons épais qui bloquaient toutes sortes de chemins qu’il aurait pu y avoir.

« Umm, Grand-père, tu es sûr qu’on est au bon endroit ? » J’ai demandé en continuant à chercher tout ce qui ressemblait de près ou de loin à une maison.

« Nous devons marcher un peu plus loin, mais c’est tout près d’ici. Allons-y. » Grand-père prit la tête, mon père et Arthur suivant de près, tandis que mère me fit également avancer.

Sylvie s’est mise à courir à côté de moi, sa tête allant d’avant en arrière dans différentes directions, comme si elle sentait quelque chose, ce qui me rendait un peu nerveux.

Plus nous nous enfoncions dans la forêt, plus le nombre de branches que nous devions contourner et de rideaux de lianes que nous devions écarter augmentait. Je voulais demander si nous allions vraiment dans la bonne direction, mais le regard déterminé et sérieux de chacun m’a fait ravaler mes plaintes.

« Chéri ? Quelque chose ne va pas ? L’atmosphère est un peu froide… » La voix de Mère s’est éteinte alors qu’elle suivait avec hésitation Père et Grand-père à côté de moi.

« Mm ? Ah, oui. Tout va bien ! Je suis juste prudent, c’est tout. » Mon père semblait être sorti de ses pensées en entendant les mots de ma mère.

« Stop. » Arthur a brusquement levé la main, son autre main agrippant la poignée de son épée que je n’avais même pas remarqué qu’il avait jusqu’à présent. Grand-père, qui était à ses côtés, s’est figé, se baissant tandis que Père avançait prudemment vers nous.

Je pouvais l’entendre maintenant dans le silence de mort.

Le léger bruissement des feuilles qui semblaient se rapprocher de nous.

*Craque*

Grand-père a bougé son corps dans la direction du son.

J’ai remarqué que je me dirigeais vers ma mère pour me protéger. Avec mon noyau de mana instable à cause de ma volonté bestiale, je me sentais sans défense pour la première fois depuis longtemps.

Ma mère était également méfiante à ce moment-là. Elle et mon père avaient tous deux sorti leurs armes et les tenaient prêtes. La fine baguette de ma mère brillait d’une teinte d’or rose alors que le sabre préféré de mon père était déjà dégainé.

*Craque*

Le son était beaucoup plus proche cette fois-ci et il semblait venir de notre droite. Sans le savoir, j’ai jeté un coup d’œil à Arthur pour trouver ses yeux posés sur moi, probablement pour s’assurer que j’allais bien. Sylvie était juste à côté de lui avec sa fourrure blanche sur ses extrémités, la faisant paraître plus grande.

Et puis nous l’avons tous vu. Le rideau de vignes à notre droite a commencé à bruire et une silhouette voûtée couverte d’ombre est sortie de la forêt dense.

Je pouvais voir que tout le monde était sur le qui-vive, prêt à riposter à tout ce qui sortirait, mais avant que quiconque n’ait eu la chance de le faire, une voix claire a retenti de la silhouette ombragée.

« Qu’est-ce que vous faites ici, à avoir l’air d’idiots ? Allez, vous êtes en retard ! »

La silhouette ombragée s’est finalement avancée dans un rayon de lumière qui perçait à travers les arbres, révélant une silhouette bien trop familière.

« Grand-mère Rinia ! » Je n’ai pas pu m’empêcher de m’exclamer de soulagement.

 


Commentaire

3.7 3 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Evans Alley
8 mois il y a

Merci pour le chapitre!
Ça me semble louche tout ça…

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser