the beginning after the end Chapitre 73

Une Déchue

Pendant tout le reste de la séance de shopping, j’étais étourdi, mes pensées s’attardant sur la ruelle en transformation.

Est-ce que je devenais déjà sénile ?

« Maman… Tante Tabitha… Est-ce que les rues de Xyrus… euh… bougent toutes seules ? » La déclaration semblait aussi folle que je le pensais, même si elle venait de mes propres lèvres.

« Hein ? Des rues qui bougent ? » Je pouvais presque voir la manifestation de points d’interrogation au sommet de leurs têtes alors qu’ils me regardaient d’un air perplexe.

« Ahaha…. Laissez tomber. » J’ai laissé échapper un soupir en regardant la rue où se trouvaient les élixirs Xyrus.

« Il s’est passé quelque chose à la boutique d’élixirs, Arthur ? » Tabitha a demandé.

« Tu n’as pas causé d’ennuis là-dedans, n’est-ce pas ?! » a suivi ma mère.

« Tu crois que je cause des problèmes chaque fois que je m’absente, maman ? »

« Bien sûr ! » ont répondu ma mère et ma sœur à l’unisson.

Aïe.

Je serrai ma poitrine sur mon cœur en prenant une expression blessée, ce qui fit rire tout le monde.

Le reste de la sortie shopping s’est déroulé sans aucun autre événement brisant les lois de la matière ou de la physique. Mon nouvel uniforme de DC a dû être commandé à l’école car il était différent des autres tenues de l’école, je n’avais donc rien d’autre à acheter.

Ma mère et ma sœur, ainsi que Tabitha, ont une fois de plus essayé de m’utiliser comme mannequin humain. Cette fois-ci, même les adolescents employés du magasin se sont joints à eux en jetant de temps en temps des coups d’œil à travers les rideaux des cabines d’essayage avec des regards comparables à ceux d’animaux affamés regardant de la viande fraîche.

Était-ce bizarre que je craigne plus pour ma vie dans ces occasions que lorsque je me battais dans les donjons ?

Après des heures de shopping, la quantité stupéfiante de vêtements qui remplissaient les nombreux sacs était probablement suffisante pour ouvrir un petit magasin. Heureusement, le chauffeur passait toutes les heures ou presque pour nous soulager du gros de nos achats.

Dans cette pile, les seuls vêtements qui m’appartenaient étaient un ensemble de vêtements de nuit que j’ai trouvé trop confortable pour ne pas l’acheter. Il était censé être fabriqué à partir de la laine d’un type particulier de bête de mana.

Le soleil a commencé à descendre de la périphérie de la ville, me rappelant que Xyrus était en effet une parcelle de terre flottante.

En rejoignant la voiture qui nous attendait à l’autre bout du quartier commerçant, j’ai remarqué qu’il y avait un wagon séparé attaché à l’arrière, contenant tous les vêtements et accessoires que nous (ils) avions achetés.

« Maman, je vais m’arrêter à Xyrus avant de rentrer à la maison. » ai-je dit après avoir posé le dernier des sacs que je tenais sur le chariot.

« Pourquoi ? Quelque chose ne va pas ? » Un éclair de panique a traversé les yeux de ma mère.

« Haha, non. J’ai juste pensé que ce ne serait pas bien que tout le monde se demande si je suis mort ou vivant. » ai-je gloussé.

« Ahh, c’était juste ça. Vas-y alors, bien sûr que tu dois dire à tout le monde que tu es rentré sain et sauf. Mais ne fais pas d’autres détours sur le chemin du retour. » a répondu ma mère en me pinçant le nez et en me jetant un regard sévère.

« D’accord ! » Ma voix était nasillarde quand j’ai répondu.

Sylvie et moi avons regardé tout le monde monter dans la voiture et partir. Faisant un signe de la main à ma sœur qui hurlait que je devais être de retour à temps pour le dîner, je me suis retourné et j’ai pris la direction de l’Académie Xyrus.

_________________________________________

L’Académie Xyrus n’était pas trop éloignée du quartier commerçant, mais c’était tout de même une certaine distance à parcourir à pied. Le soleil commençait à se coucher lorsque nous nous sommes dirigés vers le bureau de la directrice Goodsky, qui se trouvait au dernier étage du deuxième plus haut bâtiment de l’école, juste derrière le clocher qui servait de poste de surveillance utile pour le Comité Disciplinaire.

Alors que les tours de l’académie se rapprochaient, j’ai injecté du mana dans mon corps et j’ai sauté sur le toit d’un bâtiment voisin. En passant d’un bâtiment à l’autre, la vue autour de moi est devenue floue, la seule chose clairement visible étant Sylvie, qui courait à mes côtés, profitant de la brise.

Sur le chemin de l’école en silence, mon esprit s’est mis à vagabonder.

C’est lorsque mon esprit vagabonde que je pense à des choses auxquelles je préférerais ne pas penser.

La scène des derniers instants d’Alea m’a traversé l’esprit. Comment elle, dans toute sa gloire et sa puissance, avait encore peur de mourir… de mourir seule. Et si celle que je tenais dans mes bras n’avait pas été Alea mais Tess ?

Mon corps a frissonné à cette idée.

Comment allait-elle ? Est-ce qu’elle va bien ? Son assimilation s’est-elle bien passée ? Et si quelque chose se passait mal…

Non. Tu ne peux pas penser comme ça, Arthur. Des pensées positives…

En serrant les dents, j’ai fait passer plus de mana dans mon corps et j’ai accéléré.

Sans le sceau qui m’inhibait, je sentais la profonde influence du mana qui entourait tout. Je courais plus vite, aussi vite que possible, comme si je fuyais mes propres pensées.

Le vent se plia à ma volonté, me poussant en avant alors que les surfaces en terre des bâtiments semblaient presque résonner et me maintenir en équilibre par leur propre volonté. L’humidité de l’atmosphère me gardait au frais et même les petites flammes des lampes s’illuminaient au fur et à mesure que je les passais.

Je l’avais déjà remarqué, mais plus mon noyau de mana évoluait, plus je devenais sensible au mana. Je pourrais même aller jusqu’à dire que je m’intégrais davantage au mana qui m’entourait.

J’ai repensé à la première fois où j’avais rencontré Virion. Je n’étais pas aussi sensible au mana à l’époque, mais même moi, je pouvais dire qu’autour de lui, le mana fluctuait et bougeait pour s’adapter à sa présence. Même si Virion et la directrice Goodsky étaient tous deux des mages à attributs de vent, la façon dont ils influençaient le mana autour d’eux était très différente.

Pour la directrice Goodsky, le mana formait de légères brises de vent qui dansaient autour d’elle, pour Virion, c’était le contraire. Le mana a affecté l’air autour de Papi en expulsant complètement le vent dans son voisinage. Ce n’était pas aussi évident en temps normal, mais lorsqu’il passait en mode combat, on avait l’impression que même l’air avait peur de s’approcher de lui.

Si ce genre de phénomène se produisait naturellement à partir d’un simple mage du noyau d’argent, qu’en serait-il s’ils passaient au stade blanc ?

J’ai ressenti un pincement au cœur lorsque j’ai réalisé qu’Alea était la seule mage à noyau blanc que j’avais vue en personne jusqu’à présent. Pourtant, parce que son noyau de mana a été complètement brisé par la pointe noire qui l’a transpercée, même le mana l’a ignorée, comme si elle n’était plus aimée par la nature.

« Kyu ! » « Nous sommes presque arrivés ! »

La voix joyeuse de Sylvie m’a sorti de mes pensées et j’ai concentré mon regard sur la lumière qui sortait de la fenêtre du bureau de la directrice Goodsky.

Sylvie, viens par ici.

Mon lien a sauté dans mes bras alors que je me préparais à décoller. Le terrain de l’académie avait une barrière qui repoussait tout ce qui avait un noyau de mana ou un noyau de bête qui n’était pas autorisé à entrer. Elle n’était pas si puissante que ça puisque sa fonction principale était d’avertir si quelqu’un passait sans autorisation. J’avais mon uniforme des DC dans mon anneau dimensionnel, ainsi que le couteau utilisé pour l’autorisation, donc je ne déclencherais pas l’alarme. Sylvie, en revanche, pourrait, si elle n’était pas attachée à moi.

Concentrant le mana de mon cœur et souhaitant qu’il prenne la forme du vent sous la plante de mes pieds, j’ai sauté du bord du toit du bâtiment sur lequel je me trouvais avec toute la force que je pouvais rassembler.

« HAAAAAAAP ! »

J’ai senti que le bâtiment était sur le point de céder lorsqu’un tourbillon s’est levé et m’a propulsé plus haut. Je devais être à une centaine de mètres dans les airs lorsque j’ai réalisé que, vu la trajectoire et la vitesse à laquelle je me déplaçais, je n’allais probablement pas arriver jusqu’au bâtiment.

« TIENS BON, SYLV ! »

Alors que l’anxiété s’estompait, l’excitation m’a envahi alors que je criais par-dessus le vent qui tentait de noyer ma voix. Sentant les pattes de Sylvie s’accrocher à ma chemise, je l’ai serrée plus fort.

Me mordant la lèvre avec concentration, j’ai chassé toutes mes pensées indésirables.

En déplaçant le poids de mon corps de façon à ce que mes pieds soient juste en dessous de moi, je me suis retourné en plein vol et j’ai donné un coup de pied circulaire.

[Pression d’Air]

J’ai activé la compétence que j’avais utilisée contre Théo et qui me permettait d’accélérer ou de changer de direction en utilisant une force de vent opposée pour pousser contre mes pieds. Bien sûr, cette fois-ci, cela a consommé beaucoup plus de mana car je changeais de direction en plein vol et à une vitesse beaucoup plus grande, mais j’ai obtenu le résultat que j’espérais.

Avec l’augmentation de vitesse que j’ai obtenue grâce à la Pression d’Air, j’étais à nouveau sur une trajectoire de collision en direction du toit de l’immeuble où se trouvait le bureau de la directrice Goodsky.

«  !!!!!!!!!!! »

Que ce soit parce que j’étais ivre d’adrénaline ou parce que j’essayais simplement de me débarrasser de force des souvenirs déprimants qui me hantaient toujours au fond de mon esprit, je n’ai pas pu m’empêcher de pousser un rugissement purificateur d’âme. La sensation de voler dans les airs comme ça était différente de celle que j’avais lorsque je chevauchais Sylvie.

Au moment où je me suis rendu compte que je n’avais pas tout à fait planifié mon atterrissage, mon corps a déjà traversé l’air et s’est bruyamment écrasé contre plusieurs objets non identifiés. Malgré la destruction d’une partie du toit, j’ai réussi à atterrir sur mes pieds. Comme on s’y attendait de ma part.

« KYU !! » « C’ÉTAIT MARRANT ! FAISONS-LE ENCORE ! »

Sylvie a sautillé en cercle autour de moi tout en continuant à gazouiller pour un deuxième tour.

En tapotant la poussière de mes vêtements, j’ai levé les yeux.

Depuis le bord du bâtiment, j’ai pu voir un spectacle que je n’avais jamais pu expérimenter, même dans ma vie antérieure.

Xyrus était une ville flottante, je semblais constamment oublier ce fait. J’ai pu voir le bord de la ville où des nuages isolés flottaient à proximité. J’étais toujours fasciné par les rayons du soleil couchant qui frappaient les nuages sous un angle qui les faisait apparaître rouge feu. Contrastant avec le ciel ensoleillé en dessous, un rideau de pourpre serein – l’atmosphère.

« Kyu… » Sylvie a posé sa tête sur le rebord et regarda en silence, elle aussi.

L’expression « à couper le souffle » n’était pas seulement une expression dans ce cas. C’était comme si la ville de Xyrus flottait sur une mer infinie de rose d’Inde qui se mélangeait harmonieusement avec la nuit étoilée. Ce genre de vue, qui ne semblait exister que dans les contes de fées, n’était possible que grâce à l’altitude de la ville.

J’ai sorti un collier en métal de mon anneau dimensionnel et j’ai commencé à le tripoter sans réfléchir.

Pendant le temps où je me tenais là, appuyé contre le rebord du bâtiment, j’étais presque capable d’oublier ce qui s’était passé dans le donjon. Pendant cette brève période, le monde semblait parfait.

« Quelle vue, n’est-ce pas ? » Une voix familière et âgée a résonné derrière nous.

« C’est… » J’ai répondu sans me retourner.

« C’est mon endroit le plus précieux, tu sais… Je viens souvent ici quand je veux reposer mon esprit. » a-t-elle soufflé.

« Mm. »

« Je vois que tu as fait un sacré atterrissage. Je vais demander à Tricia de venir nettoyer tout ça. »

« Je m’excuse pour ça, je vais aider aussi. »

« J’ai entendu ton cri de guerre. Je pense que toute l’école va se demander ce qui s’est passé. »

« Haha… » Je laisse échapper un rire étouffé.

« … »

Je m’attendais à ce que Goodsky vienne nous rejoindre, mais au lieu de ça, elle est restée où elle était.

« Vous n’allez pas me demander comment je suis encore en vie ? » J’ai demandé alors que mes yeux restaient rivés sur la vue de l’horizon.

« Il me semblait que ce n’était pas le bon moment pour demander. Je suis juste heureuse que tu sois en vie et en bonne santé. » La voix de Goodsky était calme, presque faible.

« Je vais bien ? » Je me suis demandé dans mon souffle.

« Est-ce que je vais bien ? » J’ai répété, assez fort pour qu’elle puisse entendre, une pointe de tristesse évidente dans mon ton.

« … »

J’ai baissé les yeux sur le collier que je tripotais. C’était une petite ardoise de métal tachée de sang attachée à une chaîne grossière. Sur cette ardoise était gravée l’image de Six Lances formant un cercle. Sous cet insigne se trouvaient les initiales :

AT.

En traçant les lettres avec mon pouce, je me suis moqué de la ressemblance avec une plaque d’identité pour chien, comme celles que portaient les soldats dans mon ancien monde pour les identifier, au cas où leurs corps seraient mutilés au point d’être méconnaissables.

« … Que s’est-il passé exactement là-bas, Arthur ? » La voix de la directrice Goodsky était hésitante quand elle a demandé cela.

Je me suis tourné vers elle avec le meilleur demi-sourire possible et j’ai jeté la plaquette.

« C’est ce qui s’est passé. » ai-je répondu alors que Goodsky laissait échapper un léger souffle, une main couvrant sa bouche, tandis que l’autre tenait le collier.


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Evans Alley
8 mois il y a

Merci pour le chapitre!
La guerre contre les démon est imminente…

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser