the beginning after the end Chapitre 74

Le dernier souffle d’une volonté

POINT DE VUE DE CYNTHIA GOODSKY :

Le Conseil avait remis cette simple plaquette adamantine, gravée des initiales du propriétaire, à chacune des Six Lances. Cette idée avait en fait été imaginée par les membres des Six Lances eux-mêmes.

Lorsqu’ils ont demandé ce collier, ils ont expliqué au Conseil qu’ils avaient besoin d’un objet fabriqué dans un matériau presque indestructible, de sorte que même si leurs corps étaient anéantis, le collier resterait intact et serait utilisé comme une sorte d’identification. Ce serait un souvenir pour eux, une sorte de rappel sinistre qu’ils peuvent mourir à tout moment.

Contrairement aux visages lugubres des Six Lances, je me souviens distinctement que le Conseil avait plaisanté avec eux, leur demandant s’il existait quelque chose capable de détruire leurs corps à tel point qu’on ne les reconnaisse plus. Je me rappelle avoir gloussé avec eux, même si je savais…

Même si je savais que… Il y avait des êtres capables d’éradiquer les Lances sacrées de la surface de cette planète.

Mais pourquoi… pourquoi je vois cette plaquette si tôt ? C’était trop tôt. Ils ne devraient pas bouger si tôt. J’avais estimé qu’il faudrait encore au moins 15 à 20 ans avant qu’ils ne commencent à bouger.

Je pensais avoir le temps.

Je pensais qu’on avait le temps…

« Directrice ? » La voix inquisitrice d’Arthur m’a fait sortir de ma torpeur.

« Ah, oui… Arthur, ça te dérange que je garde ça ? Il serait prudent pour moi de supposer que le Conseil voudrait le récupérer. » J’ai fait attention au ton de ma voix pour m’assurer que je n’éveillerais pas les soupçons d’Arthur. C’était un garçon anormalement vif.

« Les choses changent, n’est-ce pas ? » C’était censé être une question, mais d’après le ton de la voix d’Arthur, cela ressemblait à une déclaration avec une conviction implicite.

Était-il sage pour moi de lui dire ? Ou plutôt, savait-il déjà quelque chose ?

« Oui, mais ce n’est pas quelque chose dont tu dois t’inquiéter. Pas encore, du moins. » Je savais que mon sourire et mes mots réconfortants ne l’atteindraient pas.

« Arthur, tu peux oublier parfois – même moi j’ai tendance à oublier parfois – mais tu es toujours un enfant. Un enfant fort au potentiel illimité, oui, mais un enfant quand même. Laisse-nous, adultes, assumer le fardeau pour l’instant. Ton heure viendra, que tu le veuilles ou non. » En disant cela, j’ai réalisé que ce message s’adressait plus à moi qu’à Arthur.

Oui, c’était un enfant. Il ne serait pas juste qu’il s’implique dans les affaires du continent… mais s’il savait déjà…

« As-tu peut-être… vu ce contre quoi Alea s’est battue ? » Je devais choisir mes mots avec soin pour m’assurer que ma question ne laissait rien transparaître.

« Non, je ne l’ai pas vu. » La réponse a été dite en toute confiance, mais pour une raison quelconque, sa réponse m’a fait douter de moi-même.

Cependant, ça ne servait à rien de suspecter le garçon. Ça n’aurait aucun sens qu’il cache quelque chose à propos d’un événement comme celui-ci.

Quand même… j’étais content qu’il n’ait pas l’air d’avoir compris quelque chose.

« Je vois… Eh bien, assez parlé de ce sujet. Tu dois être inquiet de savoir comment tout le monde va. » Je laissai échapper un doux sourire soulagé en disant cela.

POINT DE VUE D’ARTHUR LEYWIN :

La réponse de la directrice m’avait laissé un mauvais goût dans la bouche. Elle avait presque l’air… soulagée de ma réponse.

« Ouais, comment va tout le monde ? » Finalement, j’ai décidé de passer à autre chose. Il n’y avait pas de raison d’être méfiant envers tout le monde autour de moi. J’ai supposé qu’elle n’avait pas demandé les détails par égard pour moi.

« Comme tu l’as peut-être déjà déduit, tes camarades de classe n’ont pas été trop blessés. Nous les avons envoyés à l’infirmerie de la guilde pour être soignés et heureusement, la plupart ont pu venir à l’école aujourd’hui. La professeur Glory était en fait la plus blessée, mais elle a refusé d’être soignée tant que tous ses élèves ne l’étaient pas. J’ai entendu dire qu’elle a même rendu visite à ta famille pour les informer de ta disparition après avoir ramené tout le monde. » La directrice Goodsky a gloussé.

« C’est bien, c’est bien… Et comment va Tess ? » J’ai demandé.

Le visage de Goodsky se plissa un peu alors qu’elle affichait une hésitation évidente.

« Tess… Tess va bien. » a-t-elle répondu. Je pouvais dire qu’elle choisissait ses mots avec soin.

« Que voulez-vous dire exactement ? » J’ai levé un sourcil, incitant à une réponse appropriée alors qu’un sentiment de malaise commençait à s’agiter en moi.

« Il y a eu quelques… complications… dans les étapes finales de son assimilation. Virion s’occupe actuellement d’elle mais elle ne s’est pas encore réveillée. » Sa voix était calme quand elle parlait.

« Complications ? » Ma voix est sortie un peu plus féroce que je ne l’avais prévu.

« Tu dois comprendre que la dernière étape de l’assimilation est celle où la volonté de la bête lutte le plus durement. En ce moment, Tessia et le Gardien des Bois Anciens se battent pour le contrôle. Jusqu’à présent, il n’y a jamais eu de cas où le destinataire de la volonté tombe dans le coma à ce point. D’après notre théorie, il semblait y avoir quelque chose de particulier dans la volonté bestiale que tu lui as donnée, Arthur. » a répondu Goodsky avec sérieux.

Quoi… c’était ma faute ? J’ai mis Tess en danger… ? Une flopée de pensées se sont bousculées dans mon esprit alors que j’essayais de trouver une explication à une telle chose.

Il y avait quelque chose de particulier avec le Gardien ? Qu’est-ce que c’était ? Oui, il était fort, mais était-il plus fort que les autres bêtes de mana de classe S ? Je ne pouvais pas le savoir puisque c’était la première fois que j’en combattais une.

Particulier… ?

J’ai repensé au donjon, et plus précisément à ce qu’Alea m’avait dit. Elle avait mentionné que les démons à cornes noires faisaient muter les monstres et les rendaient plus forts.

Est-ce que c’est ce qui s’est passé ? Ai-je donné à Tess un cœur de bête potentiellement corrompu ? Non, ce n’est pas possible. Je me souviens qu’Alea avait expliqué que le cœur de bête du serpent qu’elle avait vaincu avait mystérieusement disparu. N’aurait-il pas dû en être de même pour le noyau du Gardien des Bois Anciens ?

« Arthur ? Tu vas bien ? » La voix inquiète de la directrice Goodsky m’a tiré des profondes abysses de mes pensées.

« Ouais, je réfléchissais. » ai-je dit alors que mes yeux se voilaient devant la vue nocturne de la ville.

« En tout cas, Virion s’occupe actuellement d’elle dans ta salle d’entraînement. Tu veux aller les voir maintenant ? » La directrice Goodsky m’a adressé un sourire rassurant.

« Oui, j’aimerais bien. »

« Mmm… alors vas-y, car même moi je n’ai pas été mise au courant de la situation. Virion n’a laissé entrer personne, mais je pense que tu seras une exception. Je dois faire un voyage au Conseil pour les informer de ce qu’il s’est passé. » Goodsky a soudainement semblé infiniment plus vieille quand elle a mentionné le Conseil.

« Est-il possible que grand-père Virion ne soit pas présent lors de la réunion du conseil ? » J’ai demandé.

La directrice Goodsky secoua la tête avant de répondre : « Virion n’est pas en état de se préoccuper de cette question alors que sa précieuse petite-fille est actuellement inconsciente. Et d’ailleurs, sa présence auprès de Tess est la seule raison pour laquelle Alduin et Merial peuvent supporter d’être éloignés de leur fille et de rester au Conseil. »

« Je vois. Bon, eh bien j’espère que vous me tiendrez au courant de cette affaire. » Je me suis dirigé vers la porte.

« Mon seul souci est que tu devras peut-être t’impliquer beaucoup plus que tu ne le souhaiterais cette fois-ci. » La directrice Goodsky a poussé un soupir avant qu’une rafale de vent ne l’enveloppe et ne l’emporte.

__________________________________________________

Alors que je descendais par l’ascenseur, Sylvie est sortie de son sommeil.

« Je sens maman. »

Alors que je marchais lentement vers la salle d’entraînement qui m’avait été assignée, mes pieds semblaient peser beaucoup plus qu’ils ne devraient. Je ne sais pas comment je réagirais si Tess était blessée. La seule raison pour laquelle j’ai estimé qu’il n’était pas nécessaire de rendre visite à tous les autres immédiatement était que je supposais que tout le monde serait en sécurité.

« J’ai dit : ‘Je me sens maman !’ » Sylvie m’a tapé sur le front avec sa patte.

« Je sais ! » Je lui ai fait un signe de la patte avant de reporter mon attention sur la double porte géante qui se rapprochait.

« Aïe. » La peau sous mon anneau dimensionnel a soudainement brûlé comme si quelque chose voulait en sortir.

L’ignorant, car j’avais des affaires plus pressantes, j’ai posé mes deux paumes sur la surface de la porte et l’ai poussée.

Dès que la porte s’est ouverte, une aura sinistre inconnue a surgi pour tenter de me piéger. Ce brouillard sombre ressemblait à des milliers de lianes épineuses qui s’enroulaient autour de mes bras et de mes jambes.

« QUI EST L… ARTHUR ? » Au milieu de l’onde sensiblement sombre émanant d’un point focal particulier, j’ai entendu la voix rauque de grand-père Virion faire boom.

« Oui, c’est moi, grand-père ! Qu’est-ce qui se passe ? » J’ai crié au-delà du son de ce qui me rappelait le fracas des vagues d’un océan contre une falaise.

« Mon Dieu, je suis content que tu sois encore en vie, morveux. Je pense que je commence un peu à reconnaître ta ténacité de cafard, HAHA ! Viens par ici, j’ai besoin de ton aide ! » Encore confus par ce qui se passait, j’ai choisi d’ignorer la métaphore légèrement insultante de Papi et j’ai marché prudemment vers lui. L’aura devenait de plus en plus forte, et je sentais que ma peau commençait à saigner à cause de petites déchirures, qui traversaient mes vêtements.

Faisant en sorte que le mana nous protège, Sylvie et moi, je me suis dirigé vers la source de l’aura en utilisant la silhouette floue de grand-père Virion comme guide. Chaque pas me donnait l’impression de me heurter à un mur renforcé.

« Mais qu’est-ce que… Tess ?! » En m’approchant, je pouvais faiblement distinguer la silhouette, couchée devant Papi – la source de cette aura.

Quand j’ai finalement atteint grand-père Virion, j’ai grimacé à cause de la douleur vive, causée par mon anneau dimensionnel, qui semblait s’être intensifiée. Papi n’était pas en grande forme, son visage pâle était trempé de sueur alors qu’il faisait de son mieux pour supprimer l’aura oppressante émanant de Tess, sans grand résultat.

J’ai regardé de plus près et ce que j’ai vu m’a fait écarquiller les yeux de surprise. Des vrilles de lianes entouraient complètement la silhouette que je supposais être Tess. L’épaisse aura sombre m’a empêché de voir ce que c’était jusqu’à maintenant.

« Combien de temps s’est écoulé à l’extérieur, morveux ? Je crois que j’ai gardé cette aura nauséabonde pendant un jour ou deux depuis qu’elle est revenue du donjon. » Il m’a donné un petit rire fatigué.

« Qu’est-ce qui lui arrive, grand-père ? » Je ne me souvenais pas que quelque chose comme ça soit arrivé quand j’avais assimilé à la volonté du dragon de Sylvia.

« Honnêtement, je ne suis pas sûr. Typiquement, le but de l’assimilation est de permettre au corps de l’hôte de résister progressivement et de contrôler la puissance de la volonté bestiale, mais dans ce cas, cela semble être le contraire. Je commence à m’inquiéter que la volonté de cette bête essaie de prendre le contrôle du corps de Tess. » La voix tremblante de grand-père Virion était remplie de malaise.

« Comment est-ce possible ? Je n’ai jamais entendu parler d’une telle chose. » Mes sourcils se sont froncés tandis que je contemplais la cause possible. Mes pensées revenaient sans cesse aux bêtes de mana qui avaient été corrompues par les démons à cornes noires.

« Je n’en suis pas si sûr, morveux. J’ai l’impression que le Gardien que tu as combattu a pu subir une mutation. » La voix rauque de Virion indiquait qu’il était très probablement à son point de rupture.

J’étais prêt à prendre la relève de Papi, ignorant la sensation de brûlure de mon anneau qui devenait de toute évidence de plus en plus douloureuse.

Cela s’est produit avant même que mes mains ne touchent la surface du cocon dans lequel se trouvait Tess.

J’ai pu reconnaître instantanément le son de la chair déchirée et j’ai instinctivement déplacé mon corps dans l’espoir d’esquiver à temps.

« KYU !! » « PAPA ! »

« OII, ARTHUR ! »

Les voix de Sylvie et de Virion étaient étouffées par le martèlement de mes tympans.


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Evans Alley
7 mois il y a

Merci pour les chapitres!
Mais qu’est-ce qui se passe encore ?!

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser