the beginning after the end Chapitre 72

Une Journée Déroutante

J’ai décidé de rester à la maison un jour de plus avant de retourner à l’école. J’allais revenir la semaine prochaine pour l’Aurore Constellée, mais je suppose que Mère et Ellie avaient développé une sorte de traumatisme, que j’allais en quelque sorte me blesser chaque fois que je quittais la maison.

Je savais que j’avais des gens à informer mais je leur devais d’être là.

Pour changer de rythme, j’étais déterminée à passer du temps avec ma famille, à savoir ma mère et ma sœur. Mon père est parti à l’aube pour le travail après avoir pris de mes nouvelles, il n’y avait donc que moi et les filles. Tabitha a décidé de nous suivre et après une brève discussion, elles voulaient aller faire du shopping. Il était assez évident pour moi qu’elles ne prendraient pas un non pour une réponse.

Soupir…

Je pourrais au moins profiter de cette occasion pour faire un détour, après, par l’Académie Xyrus. Je savais que tout le monde était en sécurité d’après ce que mes parents avaient entendu de la professeur Glory, mais je ne devais pas les laisser dans l’ignorance de ce qui m’était arrivé pendant une journée supplémentaire. J’étais aussi un peu inquiet de l’état d’assimilation de Tess.

J’ai perdu le compte des nombreux endroits que nous avons visités après le énième magasin, mais je n’ai pas osé montrer mon mécontentement devant les filles. En parcourant les magasins, j’ai réalisé à quel point j’étais ignorant. Le fait que la seule fois où j’ai visité les magasins, c’était un peu après ma renaissance dans ce monde, m’a frappé, ceci, ajouté au fait que je n’avais pas d’équipement notable à part mon épée, m’a fait envisager de m’équiper. Je me souviens encore de la fois où j’étais sur le dos de Mère et où j’ai pu voir toutes les petites tentes remplies de marchandises dans la petite ville d’Ashber.

J’ai passé la majeure partie de mon enfance dans le royaume d’Elenoir, plus précisément à l’intérieur du château. Même la dernière fois que j’avais fait du shopping avec les dames, nous étions allés directement dans le quartier de la mode, donc rien ne m’avait attiré. Il y avait bien quelques objets dotés de capacités de protection, soit par leur matériau, soit par les runes gravées à l’intérieur, mais rien d’assez puissant pour attirer mon attention.

« Tante Helstea, y a-t-il des magasins où l’on vend quelque chose qui puisse m’aider à m’entraîner plus vite ? » ai-je demandé alors que nous nous dirigions vers l’intérieur d’un magasin qui vendait exclusivement des écharpes.

« Hmm ? Tu veux dire des élixirs ? Bien sûr. » Tabitha m’a jeté un regard confus, comme si j’avais posé une sorte de question piège.

Je n’avais jamais utilisé les élixirs ici, mais s’ils ressemblaient aux drogues que certains praticiens utilisaient dans mon ancien monde, alors je ne voulais pas m’en approcher.

« Il y a en fait une petite boutique d’élixirs et de médicaments au coin de la rue si tu veux y jeter un coup d’œil pendant que nous achetons des écharpes… »

C’est tout ce que j’avais besoin d’entendre avant de me précipiter stratégiquement hors du magasin.

« Merci ! Je vous retrouve devant le magasin ! » J’ai crié en sortant en courant après avoir soigneusement déposé les sacs que j’étais chargé de porter.

« Kyuu ! »  « Ne me laisse pas ! »

J’ai vu Sylvie tendre une patte vers moi dans une tentative désespérée d’échapper à l’emprise ferme d’Ellie sur elle, mais je lui ai simplement jeté un regard de condoléances avant de partir en courant.

Ton sacrifice ne sera pas vain, j’ai salué.

Après avoir tourné au coin de la rue selon les instructions, mon visage s’est froissé de perplexité.

C’était un magasin ?!

Le coin où j’avais tourné me conduisit dans une ruelle étroite que des voyous utilisaient probablement pour agresser les innocents passants. Au bout de cette ruelle se trouvait une cabane miteuse que même les rats trouveraient trop répugnante pour y vivre. Les planches de bois qui constituaient le magasin semblaient avoir été peintes avec de la mousse et des champignons, tandis qu’un air vicié émanait, dérivant vers moi. Au moins, cela complétait les mauvaises herbes d’un vert maladif qui rampaient au fond du magasin, comme si elles ne voulaient pas rester là.

POTIONS ET ELIXIRS DE WINDSOM

J’ai dû pencher la tête pour lire le titre gravé sur le panneau angulaire, qui pendait à peine sur un seul clou.

Vendaient-ils vraiment des potions et des médicaments là-bas ? Je serais moins surpris s’ils vendaient des maladies et des poisons en bouteille.

« Un peu de monnaie, jeune homme ? » Une voix hagarde m’a fait sortir de mon état de stupeur.

À côté de moi était assis un vieil homme pâle dont la main était tendue vers moi, paumes vers le haut.

J’ai immédiatement fait un pas en arrière par surprise, en recouvrant instinctivement mon corps de mana.

Comment n’ai-je pas senti ce vieil homme qui était presque juste à côté de moi ?

« On dirait que tu as vu un fantôme, jeune homme. Je ne suis qu’un vieil homme qui demande un peu de monnaie. » Le visage du vieil homme se plissa alors qu’il dévoilait un sourire blanc nacré qui ne correspondait pas à son état délabré.

« Ah oui, bien sûr. » J’ai fouillé dans ma poche pour trouver une pièce de cuivre, profitant de l’occasion pour le regarder de plus près.

Avec une épaisse chevelure non peignée de couleur poivre qui tombait sur ses épaules légèrement voûtées, il me regardait avec des yeux laiteux. Le visage ridé du vieil homme ne me paraissait pas faible et fatigué, mais intelligent et brillant, pour une raison quelconque. Je pouvais dire que cet homme était probablement très beau dans sa jeunesse, ce qui m’a fait me sentir un peu découragé de le voir finir comme ça.

« Merci beaucoup, jeune homme. » Ses mains noueuses ont agrippé la pièce de ma main avec une rapidité qui m’a surpris.

Entre son majeur et son index se trouvait une pièce de monnaie en argent et non en cuivre.

Merde ! Je lui ai donné une pièce d’argent par erreur ! C’était une centaine de pièces en cuivre !

« Attends… Je voulais te donner ça… » J’ai à nouveau fouillé dans ma poche et lorsque je me suis assuré que cette fois, la pièce dans ma main était bien en cuivre, j’ai levé les yeux pour voir que le vieil homme était parti.

« Qu’est-ce que… » Je suis resté là, désemparé, pour la troisième fois en cinq minutes.

Mon argent…

Après avoir laissé un soupir d’impuissance s’échapper de mes lèvres, j’ai fait un pas en avant vers la cabane à potions de Windsom. J’ai tendu la main vers la poignée de la porte en bois qui semblait vouloir se briser au simple contact lorsque j’ai senti une concentration de mana provenant de la poignée en cuivre.

Enduisant ma main de mana, j’enroulai mes doigts autour de la poignée, m’apprêtant à la tourner, quand une violente secousse traversa ma main et remonta le long de mon bras. Heureusement, le mana qui protégeait ma main m’a aidé à ne pas m’éloigner et j’ai donc tourné la poignée avec force, ouvrant la porte.

Dès que la porte s’est déverrouillée, le choc s’est arrêté lui aussi. En poussant la porte grinçante, j’ai été accueilli par une brise de quelque chose d’indescriptiblement horrible. La puanteur était si forte qu’elle a immédiatement déclenché un flot de toux de ma part.

« Oh, un client ! Que puis-je faire pour vous ? » m’a accueilli une voix familière.

« Toi ! » Je n’ai pas pu m’empêcher de pointer mon doigt vers lui, à la fois sous le coup de la colère et de la confusion. C’était le même vieil homme sans abri qui avait disparu après avoir pris ma pièce d’argent !

« Qu’est-ce qui t’amène ici ? » Il m’a regardé avec une expression innocente.

J’ai soupiré de frustration. « Je peux juste récupérer ma pièce ? J’ai besoin de cet argent pour acheter des trucs dont j’ai besoin… et en plus, tu as dit que tu étais SDF. » J’ai tendu ma main vers lui.

« Non, non… J’ai dit que je n’étais qu’un simple homme âgé. D’après l’environnement dans lequel tu m’as rencontré, mon apparence et mon comportement, tu as supposé que j’étais sans abri. » Il a agité son doigt vers moi d’une manière grondante, comme si j’étais le seul à avoir tort. « Que dis-tu de cela, tu peux choisir un article ici gratuitement en guise de remerciement pour le cadeau. » a-t-il poursuivi d’une manière magnanime en faisant tourner ma pièce d’argent entre ses doigts, d’un air moqueur.

Mes sourcils se sont froncés en signe d’agacement, mais je me suis calmé et j’ai rapidement jeté un coup d’œil à cette excuse désolante qu’était le magasin.

« Vous êtes sûr qu’il y a des objets ici qui valent une pièce d’argent ? » Ma voix est sortie avec un soupçon de frustration.

« Bien sûr ! Je ne donne pas cette chance à n’importe qui, tu sais. Tu dois juste choisir avec soin. » Les yeux du vieil homme avaient le regard excité d’un joueur de seconde zone avec une main gagnante.

Je me suis frotté les tempes pour essayer de calmer la rage bouillonnante en moi.

Les personnes âgées doivent être respectées, Arthur.

Les personnes âgées doivent être respectées…

À ce moment-là, mon nez s’était habitué à la mystérieuse puanteur qui avait le pouvoir de faire fuir même les bêtes de mana les plus féroces. En jetant un coup d’œil sur les étagères couvertes de poussière, j’étais de plus en plus étonné de voir comment cet endroit pouvait encore marcher.

« Vous ne nettoyez jamais cet endroit, vieil homme ? » J’ai demandé en faisant glisser mon doigt le long d’une des étagères. Je pourrais probablement construire un bonhomme de neige en poussière avec la quantité collectée ici.

« Tu demandes à un homme âgé comme moi de faire un travail manuel ? » Il a haleté sarcastiquement, en prenant une expression horrifiée.

« Peu importe ». Je ne pouvais pas m’empêcher de rouler des yeux face à cet homme. Je n’arrivais pas à le jauger et cela me rendait d’autant plus difficile de lui faire confiance.

En passant devant les boîtes à moitié ouvertes qui bloquaient le chemin, je me suis dirigé vers les étagères situées près du fond du magasin.

En parcourant les différentes fioles et récipients remplis de liquide trouble ou de pilules colorées, j’ai été surpris par une silhouette assise en haut de l’étagère.

Bon sang, qu’est-ce qu’il y a avec cet endroit ?

Je ne pouvais rien sentir à l’intérieur jusqu’à ce que ce soit juste devant mon nez.

La silhouette est devenue plus apparente au fur et à mesure que je me concentrais sur elle : c’était un chat presque noir. La seule partie de son corps qui n’était pas noire était les touffes de fourrure blanche devant ses oreilles, mais ce n’était pas ce qui avait attiré mon attention. C’était les yeux captivants du chat. Des yeux qui semblaient tenir l’univers en eux. Ils ressemblaient à des ciels nocturnes reflétés avec des étoiles brillantes et scintillantes parsemées à l’intérieur, avec des pupilles blanches, verticales et fendues qui brillaient comme un croissant de lune.

Alors que je restais fixé sur les yeux ensorcelants du chat, celui-ci me regardait du haut de l’étagère avec un sentiment de supériorité évident avant de faire demi-tour et de s’éloigner.

Secouant la tête, je me concentrai à nouveau sur les différentes bouteilles et récipients quand une petite boîte noire attira mon attention.

J’ai pris la boîte, de la taille d’une boîte à bijoux, et j’ai essayé de l’ouvrir. Avec un petit clic, la charnière s’est défaite pour révéler une petite bague à l’intérieur. J’ai approché l’anneau de mon visage lorsque la « gemme » intégrée dans l’anneau a soudainement fait jaillir quelque chose vers moi.

Instantanément, j’ai tourné la tête sur le côté de sorte que le jet de liquide clair me manque et atterrisse derrière moi.

C’était de l’eau.

« Tch… tu l’as esquivé. » Je tournai la tête en arrière pour voir le vieil homme grommeler tout en continuant à tripoter ma pièce d’argent.

« … »

A ce stade, j’avais l’impression que si je restais plus longtemps, je perdrais la raison. D’abord, la poignée de porte choquante… maintenant, cet anneau gicleur. Ce vieil homme aimait vraiment ses farces… même son chat me regardait de haut.

Mais j’étais déterminé. Si je pouvais obtenir quelque chose gratuitement dans ce magasin, j’allais obtenir l’objet le plus précieux de ce magasin.

J’ai dû passer au moins une heure à l’intérieur, à passer au peigne fin des élixirs dont je n’avais pas besoin. Pourquoi un garçon de 12 ans aurait-il besoin d’un élixir pour faire pousser ses cheveux ?

« Kyu ! » « Papa ! Je suis là ! »

Un éclair blanc est passé en trombe devant la porte restée ouverte et a atterri sur ma tête.

« Kyu ! » « Papa, tu m’as abandonnée ! » Sylvie a soufflé en me donnant une claque sur le front avec sa patte.

Tu as survécu, camarade ! J’ai souri, en frottant sa petite tête.

« Vieil homme, je ne trouve rien, je… » J’ai commencé à dire mais l’expression que le vieil homme avait sur son visage m’a fait arrêter. C’est lui qui avait l’air d’avoir vu un fantôme cette fois-ci, car son visage déjà pâle était devenu plus blanc. Ses yeux laiteux qui s’affaissaient avec l’âge ressemblaient à des lunes pleines, son expression était effrayante.

« Nous avons finalement trouvé… »

« Tu vas bien, vieil homme ? » J’ai agité ma main devant lui. Le commerçant a secoué la tête et a laissé échapper une toux.

« Oui, je vais très bien. » Sa voix tremblait un peu, me déconcertant.

« De toute façon, vieil homme, je ne trouve rien qui vaille la peine d’être ramené avec moi. Vous ne pouvez pas juste me rendre mon argent ? » J’ai grommelé en parcourant une dernière fois le magasin.

« Tu n’as vraiment l’œil pour rien. » Il sortit de derrière son comptoir et se dirigea vers l’une des étagères dans le coin avant du magasin.

« Ah, nous y voilà. » Sans même se retourner, il m’a lancé une petite boule de la taille d’une bille. Elle était recouverte de poussière, mais lorsque je l’ai essuyée, elle était claire avec des taches de différentes couleurs flottant à l’intérieur.

« Qu’est-ce que c’est ? » J’ai demandé en approchant l’orbe de mon visage pour l’étudier, en m’assurant qu’il ne m’aspergerait pas d’eau.

« Ne t’inquiète pas, c’est quelque chose dont tu auras besoin. Maintenant ouste. Te taquiner m’ennuie. » Il m’a jeté dehors.

« Ok, ok. » Je suis sorti du magasin tout seul, en jetant un dernier coup d’œil à la vieille cabane.

En sortant de l’étroite ruelle, j’ai aperçu le chat noir qui me regardait, puis Sylvie, avant de se détourner comme s’il n’était plus intéressé.

N’y pensant guère, j’ai atteint l’intersection pour sortir de la ruelle et tourner le coin pour voir ma mère et ma sœur assises à une table avec Tabitha.

« Salut frère ! » Ellie a fait un signe de la main en tenant un verre de l’autre main.

« As-tu trouvé ce que tu cherchais ? » demanda Mère en posant elle aussi son rafraîchissement.

« Je… pense ? » Je me suis gratté la tête. J’ai mis l’orbe clair à l’intérieur de mon anneau dimensionnel pour l’étudier plus tard, mais je ne pouvais m’empêcher de penser qu’il n’avait rien de spécial.

« Oh vraiment ? Ce magasin est réputé pour avoir une grande variété d’élixirs et de médicaments pour aider à l’entraînement. La plupart des étudiants de Xyrus y vont pour acheter du matériel d’entraînement. » Tabitha s’est levée, ramassant tous les sacs à provisions sur le sol.

« Quoi ? Ce vieil endroit miteux ? » J’ai répondu, surpris qu’une bande de riches snobinards fasse des folies pour faire du shopping dans une cabane délabrée.

« Miteux ? De quoi tu parles ? » Ma mère et ma sœur se sont levées aussi, me tendant leurs sacs avec nonchalance.

Alors que nous nous dirigions vers la ruelle, Tabitha a tourné le coin en premier et a désigné la boutique.

« Je ne dirais pas que c’est minable. » a-t-elle dit, un peu confuse par mon commentaire.

« Vraiment ? Si ce n’est pas minable, alors je ne sais pas… »

Ma mâchoire s’est décrochée en même temps que les sacs à provisions que je tenais.

À la place de l’ancienne ruelle étroite menant à la cabane usée se trouvait une route pavée de marbre tracée vers un bâtiment de trois étages avec un panneau doré sur lequel on pouvait lire :

XYRUS ELIXIRS


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Evans Alley
8 mois il y a

Merci pour le chapitre!
Des choses très étrange se produisent autour de toi Arthur…

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser