the beginning after the end Chapitre 68

La Crypte de la Veuve IV

Après ce qui m’a semblé être des heures de chute entre les différents rochers qui étaient tombés avec moi lors de l’explosion, j’ai écarté les bras et les jambes, essayant désespérément de trouver quelque chose à saisir pour m’empêcher de devenir une tache d’éclaboussure sur le sol. La vitesse à laquelle je tombais m’empêchait de me stabiliser tout seul, mais heureusement, ma main droite a pu s’accrocher à une racine d’arbre en saillie. Malheureusement, c’était aussi le bras qui avait été disloqué il n’y a pas si longtemps, et la secousse soudaine m’a fait ressentir une douleur aiguë dans le bras qui m’a fait regretter de ne pas être tombé par terre.

Se balançant impuissant par mon bras droit qui semblait vouloir s’arracher à tout moment, j’ai envoyé désespérément une transmission mentale à Sylvie.

Sylv. Tu es là ? Je suis tombé de très haut mais je vais bien. Tu sens où je suis ?

J’ai attendu une minute mais il n’y avait aucune réponse – je ne pouvais même pas sentir mon lien. J’ai immédiatement commencé à m’inquiéter que quelque chose lui soit arrivé, mais avec la reine snarler morte et les autres piégés dans le donjon, c’était peu probable. Il était plus raisonnable de conclure que j’étais soit trop loin, soit que cette zone était protégée et scellée de l’extérieur, ou plus précisément, de la surface.

Vu l’ampleur de ma chute, je doutais de me trouver à l’un des étages inférieurs immédiats, ce qui m’a amené à me demander si l’explosion n’avait pas dévoilé un passage caché vers une pièce située quelque part dans le donjon.

En repensant à l’explosion causée par la reine snarler mutante, je ne pouvais m’empêcher de penser que c’était étrange. Le souffle était important, mais j’ai eu l’impression que l’explosion n’était pas destinée à tuer ceux qui étaient à proximité. Si c’était le cas, mon corps, ainsi que celui de la professeur Glory, seraient dans un état bien pire que maintenant.

« Aïe. » Je gémis alors que je continuais à me suspendre à mon bras mou, me sentant perdre prise. J’ai laissé échapper quelques respirations rapides pour me préparer avant d’utiliser la force restante dans mon bras droit pour me hisser juste assez pour que mon bras gauche prenne sa place.

En serrant les dents, j’ai résisté à la tentation de tout laisser tomber et de m’en remettre à Dieu ou aux dieux ou à n’importe quel Dieu, quel que soit celui qu’ils adorent dans ce monde, s’il y en a un.

Après une rapide évaluation de l’état de mon corps, qui était en assez bon état à part mon épaule droite, j’ai essayé d’examiner mon environnement, mais tout ce que je pouvais voir était l’obscurité. Ce n’était pas simplement parce qu’il faisait noir, c’était le noir complet. Cette sensation de fermer les yeux si fort qu’il semble que différentes lumières suintent dans votre vision ou cette sensation où peu importe la force avec laquelle vous plissez les yeux, vos yeux ne peuvent pas s’ajuster – c’était ce que je ressentais en ce moment.

En activant ma rotation de mana, j’ai dispersé le mana qui recouvrait mon corps sur mon bras gauche uniquement. Je devais utiliser ce « temps de pause » pour rassembler autant de mana que possible. Augmentant le peu de mana que j’avais dans mes yeux dans l’espoir de voir quelque chose, je n’ai été récompensé que par l’obscurité.

Je ne suis pas aveugle… si ? Je n’ai pas pu m’empêcher d’y penser en augmentant à nouveau mes yeux.

Pour apaiser mon inquiétude inutile, j’enfreins l’une des règles les plus élémentaires dans ce genre de situation. Je produis un petit feu sur le bout de mon index droit.

En regardant la chaude lueur rouge et orange du feu au bout de mon doigt, j’ai soufflé de soulagement avant d’éteindre la flamme.

Bien que la vision soit une chose importante, la dernière chose que je voulais faire dans un endroit sombre comme celui-ci était d’attirer l’attention sur moi. Maintenant que les ennemis ici, s’il y en avait, savaient où j’étais, je devais bouger.

Comme je ne pouvais pas voir, j’ai utilisé le vent pour sentir le type d’espace dans lequel je me trouvais en ce moment. Je n’avais aucune idée de l’étroitesse ou de la largeur du trou dans lequel je me trouvais, mais je supposais qu’il n’était pas trop large puisque j’avais heurté pas mal d’objets en tombant.

En envoyant de courtes et douces rafales de vent, équidistantes, autour de moi, j’ai compris que ce fossé, faute de mieux, avait un diamètre d’environ 10 mètres. Le plus effrayant, cependant, c’est que je ne pouvais même pas sentir à quelle profondeur je me trouvais et combien de temps je devais encore descendre avant d’avoir un sol sur lequel marcher.

Ce que je devais décider maintenant, c’était d’essayer de remonter ou de me frayer un chemin vers le bas. Vu l’ampleur de ma chute et tous les autres débris qui étaient tombés avec moi, il y avait de fortes chances que l’ouverture au sommet soit déjà couverte. Comme Sylvie ne répondait pas de l’extérieur, je n’avais aucun moyen de savoir si elle pouvait m’ouvrir une sortie.

Il ne me restait plus qu’à descendre.

J’ai soupiré.

Aussi rationnel et sensé que je sois, je ne pouvais m’empêcher de me sentir un peu anxieux dans cette situation. Plus que les dangers immédiats devant moi, une situation comme celle-ci, où je ne pouvais rien voir ni même sentir aucune forme de vie, me rendait plus nerveux. Dans le cas où l’armée de snarlers se trouvait devant nous, je savais ce que je devais faire et je pouvais réfléchir à la manière d’y faire face. Pour l’instant, je ne pouvais ni imaginer ni prévoir ce qui allait se passer dans les prochaines secondes, ce qui me rendait encore plus tendu.

En augmentant mes deux mains avec le mana de l’attribut terre, je fus capable d’enfoncer ma main dans le côté du trou géant ressemblant à un abîme, créant ainsi une prise pour moi. Je me positionnai à plat contre le côté avec mes deux mains enfoncées dans le mur pour m’empêcher de tomber.

D’un mouvement régulier, j’ai retiré mes mains augmentées du côté du mur et me suis laissé tomber avant d’agripper à nouveau mes mains dans le mur pour m’arrêter. La quantité de stress que cela mettait sur mes bras me faisait grimacer à chaque fois, mais c’était le moyen le plus rapide de descendre.

S’agripper, se laisser aller, s’agripper, se laisser aller, s’agripper, se laisser aller. Je devais garder mon corps à plat pour ne pas commencer à m’éloigner du mur. Je ne pouvais pas non plus attendre trop longtemps avant de devoir m’accrocher à nouveau au mur, car il serait beaucoup plus dangereux d’essayer de ralentir après avoir pris trop de vitesse.

De temps en temps, je laissais échapper des impulsions de vent pour essayer de voir jusqu’où je devais descendre. Même après environ 3 heures d’agrippement et de relâchement, selon mon horloge interne, je n’avais pas encore senti un sol proche sous moi.

Quelle est la profondeur de ce putain de trou ? Sans même avoir le luxe d’exprimer ma frustration à haute voix, j’ai dû fulminer dans ma tête en utilisant des mots que même le plus vulgaire des adultes trouverait inappropriés.

Je savais que tout le monde mettait en garde les aventuriers contre les dangers et l’imprévisibilité des donjons, mais les Tombeaux Sinistres et même ce donjon supposé de bas niveau m’avaient causé plus de problèmes que les fois où je m’étais aventuré avec Jasmine sans utiliser de magie.

Je veux dire, quelles étaient les chances que la seule fois où je me rende dans un donjon de classe D censé être rempli de monstres de classe E, une armée flippante décide de nous accueillir au premier étage ?

Les snarlers mineurs n’avaient même pas été si mauvais, pour être honnête. Nous étions stupides d’utiliser autant de magie de feu alors que nous n’avions pas de ventilation, mais j’avais géré la plupart d’entre eux sans même utiliser de mana.

Cette reine mutante était le problème. Comment diable est-elle devenue si forte ? C’est parce qu’elle a mangé l’autre reine ? C’était possible d’avoir des pouvoirs instantanés comme ça ?

Alors que je continuais à me remémorer les événements qui s’étaient produits plus tôt, je n’arrêtais pas de m’agripper au mur de pierre et de le lâcher, tombant encore plus bas dans je ne sais quel endroit.

J’ai lâché le mur et je suis tombé, me chronométrant avant d’enfouir à nouveau mes mains augmentées dans le mur. Cependant, contrairement à la fois précédente, ma main ne voulait pas aller à l’intérieur.

« Qu’est-ce que… »

J’ai désespérément essayé de griffer le mur, mais même avec l’augmentation de ma main, je n’ai pas pu faire la moindre égratignure sur le mur.

La surface du mur était différente maintenant. Elle était lisse, trop lisse pour être naturelle.

Je prenais de la vitesse en essayant obstinément d’enfoncer mes doigts dans le mur, sans espoir.

Ça ne marche pas.

En prenant soin de faire le moins de bruit possible pendant que je continuais à tomber, j’ai émis rythmiquement des impulsions de vent autour de moi, comme une sorte d’écholocation de fortune. En envoyant de faibles impulsions et en mesurant le temps qu’elles mettaient avant de toucher une surface, je pouvais localiser, dans ma tête, des points d’appui et des poignées potentiels pour descendre.

Plus facile à dire qu’à faire. La théorie fonctionnait très bien dans ma tête mais l’essayer sans la pratique s’est avéré plus difficile que je ne l’imaginais. Il y avait quelques poignées auxquelles je pouvais essayer de me suspendre, mais ma technique d’écholocalisation de fortune n’était pas aussi précise que je l’aurais souhaité.

J’ai fini par rater de justesse un grand nombre de supports potentiels et cela devenait de plus en plus difficile à mesure que je prenais de la vitesse.

Heureusement, je ne sentais pas encore le sol près de moi, j’avais donc du temps, mais si je tombais plus vite, même si je pouvais m’accrocher à un support, je n’étais pas sûr que mes bras seraient capables de supporter l’importance de l’arrêt brutal.

Alors que je continuais à tâtonner mes bras contre le mur à la recherche de tout ce qui pourrait ralentir ou arrêter ma chute, j’ai enfin pu sentir le sol.

Bon sang… Ce n’est pas bon.

J’avais environ 200 mètres avant que mon corps ne devienne une flaque sur le sol. Ce qui me laissait environ… six secondes ?

Bon sang de bonsoir.

En me retournant pour que le mur soit dans mon dos, j’ai rassemblé tout le mana que j’avais économisé jusqu’à présent. Cela prendra environ 4 secondes pour concentrer assez de mana dans le sort.

Balle de Vent. Tendant les bras devant moi, je déchaîne un barrage de balles d’air comprimé de la taille d’un poing vers l’autre côté du trou géant dans lequel je me trouve.

Si je parvenais à créer une force suffisante pour me repousser contre le mur, je pourrais ralentir suffisamment pour survivre à la chute. Je ne me souciais plus de faire le moins de bruit possible.

Mon corps se pressait de plus en plus fort contre le mur derrière moi à cause du recul du sort, et je ne pouvais rien faire d’autre que de serrer les dents en sentant le dos de mon uniforme et ma peau brûler à cause de la friction.

Je pouvais sentir que je m’approchais du stade du contrecoup mais j’ai juste laissé sortir désespérément tout le mana que je pouvais rassembler tout en utilisant la rotation du mana. Alors que les balles d’air continuaient à se heurter à l’autre côté, me poussant de plus en plus fort contre le mur lisse, je me suis approché du sol.

50 mètres…

40 mètres…

20 mètres…

Je vois une faible lumière !

10 mètres…

5 mètres…

« AAHH !! » Je me sentais ralentir alors que la douleur brûlante qui parcourait mon dos s’engourdissait.

Deux mètres avant d’atteindre le sol. J’ai laissé échapper une dernière grande impulsion d’air comprimé directement sous moi.

Mes yeux se sont agrandis et le seul son que j’ai pu émettre était une toux douloureuse lorsque j’ai touché le sol, une secousse s’étant propagée dans tout mon corps.

J’ai roulé en avant dès que j’ai pu, en essayant de répartir la pression autant que possible, mais ce n’était pas suffisant.

La tête tournant, j’ai lutté pour rester conscient alors que ma vision se brouillait.

Ma vision !

Lorsque j’ai levé la tête du sol, de faibles lumières ont illuminé la zone, permettant à ma vision floue d’avoir une idée de l’endroit où je me trouvais. Je semblais être dans une sorte de couloir, avec de petites lumières sur les côtés. Plus loin dans le couloir, une source de lumière plus vive est apparue.

« Qui est là ? » a résonné une voix féminine.

Quand j’ai ouvert la bouche, seuls des crachats en sont sortis.

J’ai essayé de répondre à la voix effrayée mais encore une fois, ma voix m’a fait défaut.

« S’il vous plaît… J’ai besoin d’aide. » a-t-elle murmuré.

Une fois de plus, rien n’est sorti, ma vision continuant à s’estomper. J’ai essayé de me lever mais j’ai complètement échoué.

« …Tiens….bon. » Ma voix est sortie rauque et faible mais elle m’a entendu.

J’ai entendu des respirations difficiles et forcées de sa part avant qu’elle ne réponde par un faible « Ok. ».

La volonté de dragon de Sylvia faisait des merveilles et je sentais mon corps se guérir tout seul. Mon dos était brûlant après avoir glissé le long du mur et mes jambes donnaient l’impression d’avoir été déchirées puis recollées, mais j’étais capable de me lever en trente minutes.

En regardant l’endroit où j’avais atterri, je n’ai pu m’empêcher de secouer la tête en voyant l’obscurité totale qui se profilait au-dessus de moi depuis l’endroit d’où je venais. Autour de moi, il y avait des pierres brisées et, je pense, un membre de la reine snarler qui avait explosé. Près du membre cependant, mes yeux ont remarqué un reflet venant de sous un tas de gravats.

En m’y rendant lentement, un sourire s’est dessiné sur mon visage lorsque j’ai réalisé ce que c’était. Mon épée ! La bonne vieille Ballade de l’Aurore fut bientôt récupérée et remise en sécurité dans mon anneau dimensionnel après l’avoir déterrée et sortie du tas de pierres peu profond qui la recouvrait. J’ai également mis le membre déchiré de la reine hargneuse mutante dans mon anneau dimensionnel, dans l’espoir de l’étudier si jamais je remontais.

En étant optimiste, j’ai réalisé que je n’étais pas trop mal en point. J’avais réussi à me ralentir suffisamment pour ne pas avoir d’os cassés. Le choc a traversé la colonne vertébrale et a secoué mon cerveau, me faisant presque perdre conscience, mais vu les circonstances, j’ai pensé que cela aurait pu être bien pire. Mon mana commençait à se rétablir et avec mes jambes en état de marche, je me suis dirigé vers la voix qui semblait s’être tue.

« Allô ? » J’ai traversé le passage en me servant du mur comme appui.

« Je suis… là. » La voix semblait encore plus faible qu’il y a une demi-heure.

En me dirigeant vers la lumière croissante au bout du couloir, je l’ai appelée à nouveau.

Lorsque j’ai atteint la fin du tunnel, ma vision a mis quelques secondes à s’adapter au changement de luminosité après avoir été habituée à l’obscurité totale pendant si longtemps.

« Cette… toux… voie. »

« … »

Avant que je puisse répondre, j’ai failli tomber en arrière en trébuchant d’horreur devant ce dont j’étais témoin.

La zone de guerre créée par les centaines de corps de snarlers éparpillés et empilés les uns sur les autres semblait sortir d’un livre d’images pour enfants, comparée à la scène dont je ne pouvais détacher mes yeux.

Des cadavres. Des cadavres d’humains, d’elfes et de nains gisaient, morts ou en morceaux, autour de la caverne qui aurait été considérée comme belle autrement.

La mousse verte autrefois répandue sur le sol était teintée de rouge tandis que le ruisseau traversant la caverne avait des corps flottants avec du sang répandu autour d’eux.

Il y avait environ quarante-cinq cadavres répartis dans la caverne avec leurs armes à côté d’eux. Les dommages subis par leurs corps révélèrent la torture : certains avaient les membres déchirés et d’autres avaient des coupures sur tout le corps décapité.

Je l’ai entendue tousser à nouveau. « Tu es… toujours là ? » La voix faible venait de ma gauche.

« Je ne peux pas voir… oh… » Mon cœur s’est arrêté et je n’ai même pas pu finir.

La femme qui était couchée contre le mur de la caverne était probablement dans un état pire que les carcasses éparpillées, écartelées.

La femme, une elfe, semblait-il, avait la plupart de ses membres arrachés. Là où son bras droit et ses deux jambes auraient dû se trouver se trouvaient des trous, cruellement scellés par la brûlure des blessures. Ses yeux avaient disparu, le sang séché qui coulait de l’endroit où se trouvaient ses yeux tachait ses joues. Dans l’abdomen de la femme, juste à l’endroit où se trouvait son noyau de mana, une pointe noire avait été plantée et scellée une fois de plus.

« Vous… Comment ? » Je me suis mis à genoux devant elle pour l’inspecter. En la regardant attentivement, j’avais l’impression de l’avoir déjà vue quelque part. Je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus, mais je reconnaissais son visage. Où ai-je…

Les Six Lances… Les Six Lances ! Elle était l’un des six mages les plus forts de tout Dicathen, choisi pour représenter le Continent.

« Vous êtes l’une des six lances ! » Je n’ai pas pu m’empêcher de bafouiller.

« En effet, je suis… » Elle a laissé échapper un soupir rauque.

« Quant au comment… Si vous me demandez comment je suis encore en vie dans cet état, c’est parce qu’il m’a laissé en vie. » Ses sourcils se froncèrent et la croûte de sang séché entre ses paupières s’effrita, laissant échapper un léger filet de sang frais à l’endroit où se trouvaient ses yeux.

« Il ? » J’avais l’impression de poser des questions stupides, mais j’étais tellement perdu.

« Oui, il. Il se faisait appeler Vritra. » De sa main gauche, le seul membre qui lui restait, elle a lentement attrapé quelque chose derrière elle et l’a sorti.

Dans sa main se trouvait une sorte de fragment de pierre noire lisse. En plissant les yeux et en l’analysant, je me suis soudain souvenu du temps passé avec Sylvia.

Lorsque le souvenir s’est fixé et que les pièces se sont assemblées dans ma tête, ma main s’est serrée autour de l’éclat noir tandis que mon corps entier tremblait de colère.

Je me suis rappelé pourquoi cette pierre noire me semblait si familière.

C’était une partie de la corne d’un des démons à cornes noires sous lequel Sylvia s’était d’abord déguisée, et aussi l’espèce même qui l’avait tuée.


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Evans Alley
8 mois il y a

Merci pour les chapitres!
Vritra tu vas mourir, Arthur va te tuer. Ta mort sera tellement douloureuse que tu vas chialer toutes les larmes de ton corps Saloperie!

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser