the beginning after the end Chapitre 64

Sortie scolaire

Au cours des dernières semaines, rien de notable ne s’est produit, mais j’ai été suffisamment occupé pour ne pas avoir le temps de rendre visite à ma famille. Les tâches du Comité Disciplinaire ont occupé tout le temps qui n’était pas consacré à l’école et à la formation.

La classe à laquelle j’ai enseigné a eu plus de mal que je ne l’espérais lorsqu’il s’agit de « l’entraînement divergent » comme j’ai décidé de l’appeler. La concentration du mana en un seul point s’est avérée difficile pour tous les augmentateurs de la classe, tandis que la réabsorption d’un sort invoqué était une tâche encore plus ardue pour les enchanteurs.

Jusqu’à présent, parmi les augmentateurs, seul un étudiant nommé Benson avait réussi à faire quelque chose ressemblant à peu près à ce que j’avais en tête. Quant aux enchanteurs, seule Kathyln avait réussi à réabsorber son sort et à améliorer son corps. Et encore, elle n’avait réussi qu’à augmenter sa main. Feyrith n’était pas loin derrière car il était le seul autre élève sur le point de réussir.

Mon cours de Théorie de la Magie Déviante avançait lentement, car notre professeur avait explicitement expliqué qu’elle aborderait les nouvelles matières après les tests de mi-semestre. Comme un semestre dure seize semaines et que nous n’avons eu que quatre semaines de cours, il faudra encore quatre semaines avant qu’elle ne commence à aborder ce que je voulais savoir.

« Es-tu excité pour l’excursion au donjon de la classe ce week-end ? » Tess s’est penchée plus près en demandant.

Nous étions tous les deux, ainsi que Sylvie, dans la salle d’entraînement pendant le déjeuner. Je venais de finir de l’aider à s’assimiler avec sa volonté bestiale. Selon mon estimation, Tess avait besoin d’une ou deux semaines de plus pour s’assimiler complètement, ce qui m’inquiétait car, jusque-là, son utilisation de la magie serait très limitée.

« Hmm ? Eh, nous n’explorerons que les trois premiers étages, non ? Je doute qu’on trouve quelque chose qui vaille la peine de s’exciter. » J’ai juste haussé les épaules.

Ce samedi, nous devions faire une excursion d’une nuit aux abords des Clairières des Bêtes avec notre cours de Mécanique du Combat en Équipe. La professeur Glory avait reçu la permission de la directrice Goodsky à la condition que nous ne soyons pas autorisés à dépasser le troisième étage du donjon que nous avions prévu d’explorer.

Le donjon était un donjon mineur et un site populaire pour les nouveaux aventuriers puisque les bêtes de mana dans les niveaux supérieurs n’étaient que de classe E, donc la professeur Glory a pensé que ce serait un bon moyen pour que la classe s’entraîne à la mécanique du combat d’équipe dans la vie réelle.

« Pff… T’es pas drôle. Je parie qu’en fait tu es vraiment nerveux à l’idée que nous irons dans les Clairières des Bêtes. J’en ai beaucoup entendu parler par Grand-père. Il dit que c’est rempli de mystères et de merveilles, mais aussi de dangers. Grand-père dit qu’il ne faut jamais vraiment se fier à une source d’information sur les Clairières des Bêtes parce qu’elle change toujours. » Tess s’est perdue dans ses pensées, imaginant à quel point notre petit voyage allait être excitant.

« Nous allons nous battre contre de vraies bêtes de mana ! Tu peux le croire ? Je veux dire, je me suis battu contre quelques-unes dans la forêt d’Elshire pendant que je m’entraînais avec Grand-père, mais j’ai entendu dire que les bêtes de mana étaient différentes dans la Clairière des Bêtes. Tu sais, plus vicieuses. Nous allons aussi dormir dans le donjon ! C’est si excitant ! » Ses yeux se mirent à briller alors qu’elle s’imaginait camper sous terre, entourée de bêtes de mana.

En lui donnant une légère pichenette sur le front, j’ai réveillé Tess de son pays des rêves. « Rappelle-toi juste que tu n’es probablement même pas à la moitié de ta force en ce moment et que l’assimilation ne sera pas terminée à temps pour l’expédition. Ne te surestime pas. »

« Oww… Je sais, je sais ! Pff, tu n’as pas besoin de me dorloter autant. » Elle a fait la moue en se frottant le front.

« Tu te souviens quand on a dormi ensemble dans la même tente ? » Mon visage s’est transformé en un sourire diabolique alors que celui de Tess devenait immédiatement rouge.

« Kyu ? » Sylvie a incliné la tête par curiosité puisqu’elle n’était pas née quand cela s’est produit.

« Qu’est-ce que tu dis encore ? Ahh ! » Affichant un visage effrayé, je regardai mon ami d’enfance qui rougit.

« A-Arthur ? E-Eh bien ! Tu vois… les bêtes auront plus de chances d’apparaître si elles te remarquent parce qu’elles verront que tu es un enfant. Par conséquent, je propose, pour notre s-sécurité, qu’il serait mieux pour toi de r-rentrer dans la tente. » dis-je d’une voix aiguë, en me moquant de Tess.

« Uuu ! Tu l’as cherché ! » Elle a sauté sur moi et a commencé à me taper fort pendant que je continuais à rire.

« Owowowow ! Hahaha~ okay ! Je suis désolé, j’abandonne, j’abandonne ! Tess… hahaha… j’arrêterai ! » Des larmes se formaient dans mes yeux alors que je continuais à rire et à pleurer de douleur.

« Kyuu ! » « Moi aussi, je veux jouer aussi ! » Sylvie a sautillé autour de nous.

Finalement, elle s’est arrêtée alors que j’étais allongé sur le sol, haletant, reprenant mon souffle, avec Tess assise sur moi. En regardant mon amie d’enfance, j’ai remarqué que son visage était encore rouge. Réalisant presque immédiatement dans quelle position nous nous trouvions, je ne pouvais m’empêcher d’avoir chaud moi aussi, alors que Tess baissait sa tête plus près de la mienne.

« Hoho~ Je vois que vous vous entendez bien tous les deux. Virion va sûrement être heureux. » La voix nous a pris tous les deux par surprise et Tess s’est immédiatement détachée de moi tandis que nous nous éloignions l’un de l’autre, gênés.

La directrice Goodsky s’est approchée de nous d’un air amusé. Je ne sais pas comment elle a pu entrer sans que nous le remarquions, mais je n’ai pas pu cacher la gêne que j’ai ressentie lorsqu’elle m’a regardé.

Pour nous sauver la face, la directrice Goodsky a changé de sujet. « Fufu~ comment se passe l’assimilation ? »

« Ça-Ça se passe bien ! Art m’a beaucoup aidée ces deux dernières semaines et je me sens beaucoup mieux ! Je n’ai pas ressenti de douleur due au rejet depuis un moment et tant que je n’utilise pas trop la magie, je pense que ça ira ! ». La Tess agitée ripait sur ses mots en agitant les bras pour cacher son embarras.

« Elle devrait être complètement assimilée à sa volonté bestiale dans une semaine ou deux. » ai-je précisé après m’être calmé.

« Hmmm… » La directrice Goodsky m’a fait un signe de tête avant de s’agenouiller devant Tess, encore rouge. Plaçant doucement sa main au-dessus de l’estomac de Tess, la directrice Goodsky a fermé les yeux pour sentir le noyau de mana de Tess.

Après un bref instant, elle a retiré sa main et a hoché la tête, satisfaite. « Bien, bien. Je suis heureuse qu’il n’y ait pas eu de problèmes en cours de route. Je savais que je pouvais te faire confiance, Arthur. » m’a-t-elle dit avant de se relever.

« Mais où étiez-vous ces deux dernières semaines, Directrice ? Vous étiez toujours en contact d’après ce que j’ai entendu, mais j’ai remarqué que vous n’êtes pas rentrée dans l’académie depuis un moment maintenant. Vous venez de rentrer ? » J’ai dit, en inclinant la tête. Mes yeux ne pouvaient s’empêcher de se concentrer sur la petite coupure qu’elle avait sur son autre main.

« Ah, oui. J’ai été absente pour des raisons personnelles. Mais je suis de retour maintenant, alors venez à mon bureau si vous avez besoin de quoi que ce soit. » La directrice Goodsky a rapidement couvert sa main et m’a adressé un sourire doux et maternel. « Je ferais mieux d’y aller maintenant. J’ai beaucoup de travail à rattraper. Veille à ne pas te surmener, mon petit. Fais particulièrement attention lorsque tu es dans les donjons. Il ne faut jamais sous-estimer les bêtes de mana, même celles du plus bas niveau. » La directrice Goodsky a gentiment tapoté les cheveux de Tess avant de disparaître d’un coup.

« Alors, quels sont tes projets après ça ? » dit Tessia, essayant de rompre le silence gênant que la Directrice nous avait laissé.

« Après les cours, il y a une réunion d’urgence pour le Comité Disciplinaire puisque Curtis, Claire et moi allons être absents du campus pendant le week-end. Nous devrons travailler sur certains détails au cas où une urgence surviendrait pendant notre absence. Après cela, je vais probablement rentrer chez moi pour la première fois depuis un moment et y dormir. Je serai de retour au campus demain matin à temps pour partir en excursion. Et toi ? » J’ai dit en me penchant en arrière.

« Eh bien, la professeur Glory a dit qu’il n’y aurait pas de cours aujourd’hui car elle voulait que nous nous reposions avant l’excursion de demain, donc je suis libre jusqu’à la réunion du conseil des élèves. Nous devons revoir quelques points à l’ordre du jour puisque Clive et moi ne serons pas là non plus. » Tess a répondu beaucoup plus calmement maintenant. Je devais admettre qu’elle était plutôt mignonne, assise sur le sol et jouant avec les pattes de Sylvie.

Après avoir passé un peu plus de temps à parler avec Tess, j’ai finalement dû partir pour me rendre à mes autres cours. Même si nous n’avions pas notre cours de Mécanique du Combat en Équipe, mes deux autres cours semblaient s’éterniser car nous avions déjà commencé à réviser pour nos examens de mi-session.

« Ce sera tout pour aujourd’hui, la classe. N’oubliez pas de suivre vos études au lieu de procrastiner et de bachoter la veille. Je sais que vous aimez tous faire ça. » a dit le professeur Mayner avec sarcasme en distribuant des feuilles de révision sur les formations de base des sorts. Après la fin de mon dernier cours, j’ai marché péniblement vers la salle du Comité Disciplinaire, Sylvie pesant particulièrement lourd sur ma tête ce soir.

« Je suis sûr que vous serez capables de garder l’académie sous contrôle pendant que nous serons tous les trois absents. Nous avons passé en revue quelques procédures d’urgence ces deux dernières semaines, donc je suis confiante que tout ira bien. Comme vous le savez tous, Kai est aux commandes pendant mon absence. Rappelez-vous que la directrice Goodsky est de retour et sur le campus, donc si les choses tournent mal, n’hésitez pas à lui demander de l’aide, bien que, à moins que ce ne soit grave, je doute que ce soit nécessaire. Rompez ! » Claire a tapé dans ses mains tandis que le reste d’entre nous se levait.

« Abrut… Je veux dire, Arthur. Je veux un autre match d’entraînement avec toi. » Théo a posé une main sur mon épaule alors que je me dirigeais vers les escaliers.

« Non ! C’est mon tour. Tu as perdu contre lui la dernière fois, alors c’est à moi d’essayer maintenant ! » Doradrea s’est glissé entre nous et m’a regardé avec son visage masculin.

« Ça ne comptait pas ! C’était un coup de chance qu’il a juste eu, c’est tout. » Théo réfuta, le visage rouge à la fois de colère et de gêne.

« Je ne peux pas, Théo, Doradrea. Je rentre à la maison avec ma famille ce soir. Mon chauffeur m’attend déjà à l’extérieur de l’académie. » j’ai haussé les épaules, en sautant les escaliers sans leur laisser le temps de me convaincre de rester.

« Tu as l’anneau de protection que Père t’a donné, n’est-ce pas ? Utilise-le immédiatement si tu sens que tu as des problèmes. Promets-le-moi, ok ? » J’ai entendu Curtis harceler sa jeune sœur avec inquiétude. Nous devions partir tôt demain matin, donc ce soir était probablement la dernière fois qu’il pourrait la voir jusqu’à notre retour dimanche soir.

Kathyln a juste répondu par un hochement de tête silencieux, son visage étant toujours aussi inexpressif. Elle m’a surpris en train de les regarder tous les deux et a rapidement détourné la tête. Curtis a quitté sa sœur et s’est dirigé vers moi.

« Je te verrai demain matin alors, Arthur. J’ai entendu dire que la professeur Glory pensait à répartir les équipes. Rejoignons la même équipe si nous le pouvons. » a-t-il dit en me donnant un coup de poing dans le bras.

« Ouais, ça peut être bien. » J’ai fait un signe de tête amical. Avant de sortir, j’ai salué tout le monde d’un signe de la main.

Il faisait déjà assez sombre dehors, la seule source de lumière provenant de la douce lueur des orbes flottantes. Le campus dégageait un sentiment très mystique la nuit, totalement différent de ce qu’était le monde dans ma vie précédente.

En arrivant à la porte principale de l’académie, un chauffeur familier m’attendait. « Bonsoir, M. Arthur. Je suppose que vous avez tout préparé. » a-t-il dit en enlevant son chapeau et en me faisant une légère révérence.

« Oui. La réunion a pris un peu de retard, alors partons tout de suite. » Je suis monté dans la voiture après que mon chauffeur m’ait ouvert la porte.

Je me suis assoupi pendant le trajet de retour et j’ai eu l’impression que le manoir d’Helstea, qui m’était familier, est apparu bien plus vite que prévu.

« Nous sommes arrivés, M. Leywin. Passez une bonne nuit. » Ouvrant la porte, le chauffeur poli a incliné son chapeau une fois de plus alors que je descendais de la calèche. Monter les escaliers m’a rappelé des souvenirs nostalgiques de mon retour du royaume d’Elenoir et de celui des Tombeaux Sinistres. C’était probablement la première fois que je rentrais chez moi depuis longtemps sans donner à mes parents une raison de s’inquiéter pour ma vie.

Avant même d’avoir pu frapper, la porte d’entrée géante s’est ouverte et un missile Ellie en est sorti à une vitesse qui m’a surpris.

« FFRRREEERREEE ! Bienvenue à la maisooonnnnn ! » Ellie a entouré ma taille de ses bras tandis que je rassemblais mes forces pour nous empêcher de tomber dans les escaliers.

« Kyu ! » Sylvie a sauté de ma tête sur celle d’Ellie, lui léchant le visage.

« Haha~ ça chatouille, Sylvie ! » Ma sœur s’est débarrassée de moi en tenant Sylvie et en lui chatouillant le dos.

« Je me demandais quel était ce bruit, tu rentres un peu tard, fiston ! » Mon père s’est appuyé contre la porte d’entrée et m’a fait un sourire.

« La réunion a pris un peu de retard. Ça fait un bail, papa. » J’ai serré mon père dans mes bras tandis que ma sœur suivait derrière moi, toujours en câlin avec mon lien.

« Ah ! Tu es de retour, Art. Tu dois être si fatigué. » Ma mère, qui était à l’étage, est descendue en courant et m’a entouré de ses bras.

« Hé, maman. Oui, je suis de retour. » J’ai souri, acceptant l’amour familial que je chérissais tant.

« Comment va ton corps ? Tu vas mieux maintenant ? » Ma mère a examiné mon corps, soulevant ma chemise et me retournant pour s’assurer que je n’avais plus de blessure sur moi.

« Haha, je vais bien maintenant. Tu t’inquiètes trop. » Je lui ai fait un sourire réconfortant, mais je n’ai pas pu m’empêcher de me souvenir de la brève conversation que j’avais eue avec mon père sur la raison pour laquelle ma mère n’était pas capable de me guérir à l’époque. Cependant, j’ai rapidement chassé ces pensées de ma tête. J’étais sûr qu’il y avait une raison et la seule chose que je pouvais faire était d’attendre qu’elle me le dise.

« Frère, combien de temps restes-tu ? » Ellie sautait pratiquement autour de moi alors que nous nous dirigions tous vers le salon.

« Je pars tôt demain matin. » Je laissai échapper un soupir.

« Quoi ? Pourquoi ? » Le visage de ma sœur s’est visiblement attristé, ses épaules s’affaissant à ma réponse.

« Ouais, pourquoi tu pars si tôt ? » a ajouté mon père en prenant place sur le canapé.

« Une de mes classes fera une excursion aux Clairières des Bêtes demain pour une nuit. Nous partons le matin, donc je vais devoir partir très tôt à l’aube. » J’étais déjà fatigué à l’idée de me réveiller aussi tôt.

« Les Clairières des Bêtes ?! » Le visage de ma mère est devenu pâle d’inquiétude. Je n’étais pas surpris puisque j’avais failli mourir la dernière fois que j’étais là-bas. Même mon père avait un regard inquiet sur son visage.

« Ne vous inquiétez pas. Nous ne serons qu’en périphérie et notre professeur sera avec nous à tout moment. Et puis, j’ai toujours la bague. » J’ai sorti de ma poche l’anneau que la famille Helstea nous avait offert. L’anneau utilisait la circulation du mana pour indiquer à l’autre détenteur de l’anneau si j’étais encore en vie ou non. Je ne l’avais pas gardé pendant que j’étais à l’école car je n’en avais pas vraiment besoin, mais je l’avais apporté au cas où.

« Mais quand même… c’est obligatoire pour toi d’y aller ? » Ma mère a froncé les sourcils, l’inquiétude refusant de quitter son visage.

« Ça ira. C’est l’un des donjons les moins bien classés et on n’a pas le droit de descendre en dessous du troisième étage de toute façon. » J’ai réconforté ma mère.

Elle n’était toujours pas entièrement satisfaite de la situation, mais elle a gardé le silence et m’a fait un signe de tête hésitant. Nous avons passé quelques heures de plus à rattraper le temps perdu, tandis que Sylvie s’est endormie sur les genoux d’Ellie. Elle se débrouillait apparemment bien dans son école de filles, tandis que mon père et ma mère semblaient toujours en bonne santé et amoureux. Cela ne faisait que quelques semaines que je ne les avais pas vus, il n’y avait donc pas vraiment de surprise. Lorsque j’ai demandé où était la famille Helstea, Père a répondu que Vincent et Tabitha étaient partis pour quelques jours en voyage d’affaires dans une autre ville.

Finalement, mes parents nous ont fait entrer dans nos chambres, ma sœur et moi, car il était assez tard. Je me suis presque endormie en prenant une douche et après m’être séchée, je n’ai pu m’empêcher de pousser un grand soupir de soulagement en me couchant dans mon lit.

C’était bon d’être de retour à la maison.

Avant que je ne puisse être trop à l’aise, une série de coups ont retenti à ma porte.

J’ai tourné la tête, trop fatigué pour me lever, et j’ai vu une petite tête qui dépassait de l’autre côté de la porte.

« Je peux dormir avec toi ce soir, Frère ? » Ellie est entrée avec ses bras accrochés à un animal en peluche.

« Bien sûr. » ai-je souri, en soulevant la couverture à côté de moi pour qu’elle puisse se glisser dessous.

« Hehe, yay ! » Ellie a sauté dans le lit, se mettant à l’aise. Le lit était plus que suffisant pour nous deux, mais elle s’est rapprochée et m’a fait face.

« Bonne nuit. » En tapotant la tête de ma petite sœur, nous nous sommes endormies toutes les deux au rythme de nos respirations régulières.


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser