the beginning after the end Chapitre 63

Petits Pas

« Vous avez fait vos devoirs ? » Je me suis assis sur le haut de l’estrade pour avoir une meilleure vue sur la classe pendant que j’arrangeais mes cheveux.

J’avais dormi pendant la majeure partie de mon cours sur les Fondements de la Manipulation du Mana, alors je me sentais beaucoup mieux. En regardant autour de moi depuis le centre de la scène, j’ai vu mes étudiants se regarder désespérément les uns les autres dans l’espoir que l’un d’entre eux ait les réponses aux questions que je leur ai posées hier.

« On dirait qu’il n’y a pas d’autre choix que de répondre à la question. » a finalement soupiré Feyrith avant de se lever.

« Le noyau de mana est un excellent moyen de mesurer facilement et précisément le niveau de puissance du mage, car il est corrélé à la quantité d’efforts et de temps que ce mage a passé à condenser et raffiner le mana de son environnement dans son noyau. » Il a terminé en balayant ses cheveux tout en s’asseyant.

« Non. » J’ai sauté de la scène et me suis dirigé vers Feyrith, choqué.

« C’est certainement un moyen facile de jauger la puissance du mage mais c’est loin d’être précis. Princesse Kathyln, si tu vois un combattant ordinaire qui mesure deux mètres et pèse près de cent trente kilos pleins de muscles, quelle est ton évaluation de ce combattant ? » J’ai tourné mon regard vers la princesse qui était assise à côté de l’elfe embarrassé.

« Je peux m’attendre à ce que le combattant ait une force robuste. » a-t-elle finalement dit après avoir réfléchi à cette simple question.

« Correct ! Tout ce qu’on peut dire, c’est que ce lourdaud est probablement très fort. Est-ce que cela dit autre chose sur ses capacités de combat ? Oui, il est fort, mais pour être un grand combattant, il y a d’autres facteurs comme l’agilité, la technique, la force mentale, l’expérience, etc. Le niveau du noyau de mana d’un mage détermine seulement la quantité de « muscles » qu’il possède, mais n’explique pas grand-chose d’autre en ce qui concerne les autres facteurs. Affiner votre noyau de mana à des stades plus élevés est toujours important, bien sûr, mais si c’est le seul facteur que vous utilisez pour évaluer le niveau de votre adversaire, vous vous préparez à la défaite. » J’ai vu quelques étudiants commencer à prendre des notes, alors j’ai repris mon souffle.

L’étudiante prétentieuse à lunettes a levé la main après avoir fini d’écrire ses notes. « Question ! » a-t-elle déclaré.

« Oui, Mlle Myrte ? » Je trouvais amusant de voir à quel point son nom correspondait à son caractère.

« Si essayer de sentir le noyau de mana de l’adversaire n’est pas un moyen précis d’évaluer son niveau, que faisons-nous ? » a-t-elle demandé avec une expression qui donnait l’impression qu’elle me testait.

« Vous ne le faites pas. Supposez simplement que l’adversaire est plus fort que vous. Jauger le niveau de mana de quelqu’un ne devrait être utilisé que pour satisfaire votre curiosité, mais rien de plus. Même si la détection du niveau du noyau de mana pouvait évaluer avec précision la force de combat de votre adversaire, qu’allez-vous faire si la force de combat de votre adversaire est inférieure à la vôtre ? Vous y allez doucement avec lui ? Vous vous attaquez à lui parce que vous savez que vous allez gagner ? Que faites-vous si sa force de combat est supérieure à la vôtre ? Vous vous enfuyez ? Il y a de fortes chances que si vous vous trouvez dans une situation où vous détectez tous les deux le noyau de mana de l’autre, la fuite ne sera pas une option. » J’ai fait une pause pendant une minute.

« Être trop confiant parce que vous avez découvert que votre noyau de mana est plus élevé que celui de votre adversaire peut vous rendre négligent et avoir peur si le noyau de mana de votre adversaire est plus élevé que le vôtre peut vous faire perdre espoir. En fin de compte, la vie n’est pas aussi simple que de pouvoir savoir avec précision si vous pouvez battre quelqu’un en vous basant sur la couleur de son noyau de mana. Il y a des cas où des combattants ont battu des mages négligents parce que les mages étaient désordonnés à cause de leur arrogance. Supposez toujours que l’adversaire est plus fort que vous et faites de votre mieux. Si cet adversaire est plus faible que vous, mettez rapidement fin au combat pour lui éviter l’humiliation. Si cet adversaire est plus fort, félicitations, vous avez dépassé la limite mentale à laquelle vous vous êtes accrochés toute votre vie. » J’avais l’impression d’être un conférencier inspiré plutôt qu’un professeur.

Je suis retourné vers le podium où Sylvie faisait maintenant une sieste et j’ai continué à parler.

« Maintenant, pour le prochain devoir. L’un d’entre vous a-t-il compris ce que j’ai fait au dernier cours avec les deux sorts de vent ? » J’ai demandé, en m’appuyant sur le podium.

Un silence creux a rempli la pièce.

J’ai laissé échapper un soupir. Je suppose que le fait d’être nourris à la cuillère de réponses toute leur vie a vraiment entamé leur esprit critique.

« Je vais d’abord faire une petite démonstration pour la réponse des augmentateurs. » En faisant rouler Sylvie sur le côté, j’ai sorti deux morceaux de papier de dessous elle. J’ai froissé l’un des papiers en une petite boule et l’ai montré à la classe.

« Regardez. » J’ai posé la balle sur ma paume droite et j’ai inspiré profondément, pour faire monter le suspense.

« Fwoo ». Utilisant tout l’air de mes poumons, j’ai réussi à souffler la boule de papier froissée à environ un mètre de moi.

Les étudiants m’ont regardé avec des visages vides à cause du résultat décevant.

Levant les doigts pour faire taire les étudiants qui s’apprêtaient à discuter de l’utilité de cette idée, j’ai roulé l’autre papier que j’avais pour en faire un tube de fortune. J’ai serré la boule dans l’extrémité arrière du tube et j’ai inspiré profondément une fois de plus.

Après une nouvelle inspiration, la boule de papier froissée a été projetée à plus de cinq mètres devant moi avant de rebondir sur le sol.

Le visage de certains élèves s’est éclairé, tandis que d’autres ont exprimé leur surprise. Je n’ai pas pu m’empêcher de sourire alors que les élèves s’illuminaient et prenaient des notes. La princesse Kathyln griffonnait furieusement dans son cahier tandis que Feyrith fixait d’un regard vide la boule de papier sur le sol.

« Puisque beaucoup d’entre vous semblent avoir compris ce que je viens de faire, est-ce que quelqu’un peut éclairer le reste de la classe ? » J’ai demandé en ramassant les morceaux de papier que j’avais éparpillés.

« Il s’agit de concentrer le mana en un petit point, puis de le compresser et de le projeter, n’est-ce pas Professeur ? ». Une fille timide avec une énorme lance à côté d’elle a répondu d’un ton étouffé.

« Correct ! Les augmentateurs sont élevés pour utiliser la pléthore de canaux de mana qu’ils ont, donc nous utilisons inconsciemment une grande partie de nos canaux de mana pour beaucoup de nos sorts, ce qui les dilue. Cela n’a pas beaucoup d’importance lorsque vous l’utilisez sur votre corps, mais le sort est grandement affaibli lorsque vous tentez de lancer un sort à longue portée. » Je fis une démonstration en élargissant le tube de papier que j’avais enroulé. En soufflant par l’une des extrémités, la boule que j’ai mise à l’intérieur de manière lâche est tombée devant moi.

« Il sera difficile de s’y habituer au début, mais être capable de mieux contrôler vos canaux de mana vous aidera grandement. Maintenant, au tour des enchanteurs. » J’ai ramassé le morceau de papier froissé que j’avais tiré à nouveau.

« Comme les enchanteurs ont naturellement beaucoup moins de canaux de mana que de veines de mana, ils lancent naturellement leurs sorts sous une forme comprimée, que ce soit hors de leur corps directement, ou en affectant une zone pour que le mana la modifie sous la forme du sort souhaité. Ce que les enchanteurs doivent faire, c’est utiliser la quantité brute de mana qu’ils peuvent absorber pour compenser leur manque de canaux de mana. Fermez vos yeux et essayez d’imaginer cela. » Les élèves se sont regardés, confus, mais ils ont néanmoins baissé le regard, attendant mes prochaines instructions.

« Imaginons que les corps des enchanteurs et des augmentateurs soient des bassins d’eau. Nous dirons que les feuilles sont des particules de mana. Pour le corps d’un augmentateur, imaginez que de petits paquets de feuilles sont lâchés à différents endroits du bassin. Bien que ces paquets soient petits, comme ils sont nombreux, ils commencent à se répandre et à rejoindre les autres feuilles qui se répandent dans d’autres directions jusqu’à ce que la surface de l’eau soit couverte de feuilles. C’est l’essence même de l’amélioration du corps. Maintenant, pour les enchanteurs, imaginez qu’une seule boule gigantesque de feuilles tombe dans la mare d’eau. Comme elle provient d’un seul endroit, il lui faudra peut-être plus de temps pour se répandre, mais au final, les feuilles pourront quand même couvrir la surface de la piscine. C’est ainsi que l’amélioration du corps devrait fonctionner pour les enchanteurs. » La classe est restée silencieuse en ouvrant les yeux et en réfléchissant à ce que je venais de dire.

« La raison pour laquelle vous vous êtes tous blessés en essayant d’absorber le sort que vous avez invoqué est que vous n’avez pas utilisé le mana de votre noyau. Le seul mana auquel vous êtes complètement immunisé est le mana raffiné dans votre noyau de mana. Même cela, après que votre mana ait influencé l’environnement dans un sort, peut vous blesser. Par conséquent, les enchanteurs devront utiliser à la fois le mana de l’atmosphère et le mana de leur noyau de mana pour un sort et l’intégrer dans leur corps, ou laisser tomber le gros tas de feuilles pour qu’il se répande sur la mare d’eau. » En terminant mon explication, j’ai fait signe à la classe de descendre sur l’estrade et de commencer à s’entraîner. Pendant le reste du cours, j’ai fait le tour des élèves pour les aider tout en leur donnant des petits conseils pour mieux visualiser ce qu’ils devaient faire.

Après que la cloche géante ait sonné, Sylvie s’est réveillée et a sauté sur ma tête pendant que je terminais le cours. J’ai été surpris d’entendre certains élèves grommeler à leurs camarades que le cours était trop court.

J’ai pris le long chemin vers mon prochain cours pour prendre plus de temps pendant que je faisais une large surveillance. J’ai essayé d’envoyer de très faibles impulsions de vent pour essayer de les utiliser comme une sorte de radar tridimensionnel, mais cela s’est avéré ne pas être aussi utile que je le pensais. L’impulsion terrestre n’était pas non plus d’une grande utilité, car je ne pouvais détecter que les éléments de base, comme le nombre de personnes présentes dans la zone, mais pas si elles étaient en train de combattre ou non. Pire encore, les bâtiments et les arbres diluaient la précision.

Je suis arrivé en retard au cours de Gideon, mais il m’a juste fait signe de me dépêcher de m’asseoir avant de reprendre la conversation.

« Hey. Pourquoi es-tu si en retard ? » Emily m’a chuchoté.

« Fonctions du Comité Disciplinaire. Je dois faire le tour de l’école jusqu’à dix minutes après le début des cours. » ai-je répondu en baissant la voix pour que Gideon n’entende pas.

« Très bien ! Mettez-vous par deux et travaillez sur votre projet. Le matériel est au fond, mais n’y allez pas tous en même temps. » Il s’est assis et a commencé à lire quelque chose pendant que la classe se levait pour rassembler les matériaux nécessaires à l’artefact producteur de lumière. J’étais sur le point d’y aller aussi quand Emily m’a arrêté.

« J’ai déjà tous les matériaux dont nous avons besoin pour un APL. Commençons simplement. » Elle a fouillé dans son sac surdimensionné, trouvant les différents composants nécessaires. Après avoir étalé tout ce dont nous avions besoin, elle m’a regardé et m’a fait signe de commencer.

Construire l’APL n’était pas facile, mais Emily semblait assez impressionnée par la rapidité avec laquelle j’avais compris. Même si elle n’avait que douze ans, le fait qu’elle soit un génie et tout ça me rendait un peu heureux.

Nous avons passé le reste de la classe à bricoler avec les différentes parties des artefacts qu’Emily avait apportés avec elle, jusqu’à ce que Gideon nous congédie. Comme j’étais sur le point de partir, il m’a attrapé par l’arrière de ma chemise et m’a tiré vers lui.

« Gamin. On devrait se voir un jour. On a beaucoup de choses à se dire. » Il m’a fait un sourire sournois mais sinon il m’a juste tapé dans le dos.

« Mhmm. Nous devrions prendre du thé, Professeur. » J’ai salué en retour avant de quitter la pièce avec Emily.

« Papa, Avier m’a dit de retourner à la salle d’entraînement. » Sylvie a tapé sur mon nez avec sa patte pour attirer mon attention.

Avier est-il le hibou vert de la directrice Goodsky ? Comment peux-tu parler avec lui ? J’ai demandé à mon lien mais elle ne savait pas vraiment pourquoi non plus.

« Hey Emily, je dois aller à la bibliothèque donc je vais sauter le déjeuner. Vas-y sans moi ! » J’ai fait signe à mon amie.

« Tu veux que je vienne avec toi ? » Elle m’a regardé mais j’ai juste secoué la tête.

« C’est bon. Va chercher Elijah pour moi ! Il va se sentir seul si je ne suis pas là. » Je lui ai adressé un sourire avant de partir en courant en direction de la bibliothèque/salles d’entraînement.

« Bonjour, M. Leywin » Chloé m’a salué avec un sourire professionnel et une révérence avant de me faire signe vers la porte arrière.

« Ravi de vous revoir, Chloé. » ai-je souri en retour, en la suivant avec Sylvie qui remuait sa queue sur ma tête.

Après être passé devant l’homme effrayant, je suis descendu sans l’aide de Chloé cette fois. J’espère qu’Elijah ne s’ennuiera pas trop à traîner avec Emily, pas vrai Sylv ?

« Kyu~ » « Il va s’en sortir. » m’a rassuré mon amie.

En arrivant dans ma chambre, j’ai placé ma paume droite contre les portes froides et géantes, et une lumière vive m’a de nouveau accueilli.

« Boo ! » Tessia a sauté du côté de la porte, les mains en l’air.

« Hey, Tess. » ai-je répondu avec désinvolture.

« Aww… tu n’as pas eu peur. Pas drôle. » a-t-elle grommelé en attrapant Sylvie qui avait sauté de ma tête.

« Tu vas devoir faire mieux que ça. Viens, commençons ton assimilation. » Je l’ai poussée vers le centre de la salle d’entraînement. C’était étonnant de voir à quel point l’air était dense en mana dans cette pièce par rapport à l’extérieur. Le fait même qu’il y ait de l’herbe et une cascade m’émerveillait à chaque fois que j’y entrais.

« Comment se sent ton corps ces derniers temps ? Tu as toujours des symptômes de rejet de ta volonté bestiale ? » J’ai demandé pendant que Tess prenait un siège près de l’étang.

« Je n’en ai pas eu depuis la dernière fois que nous sommes venus ici. » a-t-elle répondu mais s’est tue ensuite.

Tess a regardé par-dessus son épaule et m’a fixé, en battant ses longs cils gris. « Hey, Art ? »

« Hmm ? »

« Je suis désolé. »

« Pour quoi ? »

« Eh bien… comparée à toi, je suis tellement émotive et donc j’ai l’impression que tu te laisses déborder et que tu finis par suivre mon égoïsme. » Le regard de Tess s’est déplacé vers le bas alors qu’elle disait cela.

« Ah, alors tu le sais. » ai-je répondu en souriant, ce qui m’a valu une claque sur le bras.

« On se connaît depuis combien de temps, Tess ? À ce stade, tu peux croire que tu as vu toutes les facettes de ma personnalité, même celles que je ne veux pas montrer. Même en sachant cela, le fait que tu m’acceptes et que tu sois patiente avec moi, je t’en suis reconnaissant. Ne pense jamais que ce que je fais est par obligation. » En ébouriffant les cheveux de la princesse abattue, nous avons commencé l’assimilation.

Le noyau de mana de Tess avait parcouru un long chemin. À son âge, être un enchanteur de stade orange uni était du niveau d’un génie. Bien qu’elle ne puisse pas raffiner son noyau de mana avant la fin de l’assimilation, cela ne devrait pas trop l’affecter. Alors que le mien avait pris des années, j’ai estimé qu’avec mon aide, cela ne devrait prendre que quelques semaines de plus pour qu’elle s’assimile complètement à la volonté bestiale du Gardien des Bois Anciens.

« Finissons-en ici aujourd’hui. » J’ai tapoté le dos de Tess pour signaler que nous avions terminé.

« Merci. » Tess m’a adressé un sourire timide alors que nous nous asseyons toutes les deux dans l’herbe, le seul son provenant de la cascade et de la douce respiration de Sylvie.

« Je sais que tu as dit de te donner du temps mais… tu penses que je peux peut-être tenir ta main maintenant ? Juste un peu ? Si non, c’est bon, je ne serai pas en colère. » Tess a détourné son regard pour éviter le mien. Alors que sa frange couvrait son visage, elle ne pouvait pas cacher ses oreilles rouges qui dépassaient.

J’ai doucement attrapé la main droite de Tess avec ma gauche et l’ai serrée doucement. Bien que nos doigts ne soient pas entrelacés, la chaleur de sa main s’est répandue sur la mienne.

« Est-ce que ça va ? » J’ai essayé de jeter un coup d’œil au visage de Tess mais elle a rapidement détourné la tête. Je n’ai pas pu m’empêcher de sourire, impuissant, quand elle a hoché la tête en réponse.

Pendant quelques secondes, le temps a semblé s’écouler plus lentement alors que nous restions assis là, les mains liées. J’étais intrigué par le fait qu’une action aussi peu pratique puisse me procurer un sentiment de calme.


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser