the beginning after the end Chapitre 60

Confrontation

J’ai pris une profonde inspiration en m’asseyant dehors sur un banc voisin. Réalisant que j’avais terminé les cours un peu trop tôt, j’ai remarqué que le campus était plutôt calme, la plupart des étudiants étant encore dans leurs salles de classe. Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas senti aussi faible, mais le fait de me lever et de marcher m’a vraiment aidé.

J’étais assis sans rien faire, regardant Sylvie courir après un papillon sur la pelouse devant moi, quand j’ai entendu des pas s’approcher sur la droite.

« Ce siège est-il pris ? » J’ai tourné la tête pour voir la princesse Kathyln se pencher en avant pour que son visage soit au même niveau que le mien.

« Non, vas-y. » J’ai dit en me déplaçant lentement un peu sur ma gauche pour lui faire de la place. Elle a soigneusement posé son mouchoir sur le banc et s’est assise dessus, redressant sa jupe froissée. Nous sommes restées assises là, en silence, à regarder Sylvie capturer le papillon agile qui se débattait dans ses pattes.

« J’ai appris ce qui s’est passé par mon frère… Je suis désolée. » Sa voix s’est tue à la fin de sa phrase.

J’ai gardé les yeux fixés sur Sylvie mais j’ai répondu par un léger gloussement. « Pourquoi tu t’excuses aussi ? Même si c’était la faute de ton frère, ce qui n’est pas le cas, il s’est déjà excusé. »

« C’est juste que… je sens que ma famille te doit de nombreuses excuses. Pour ce qui s’est passé avec Sebastian et mon père aussi. Cette fois-là, à l’hôtel des ventes… il n’est pas comme ça d’habitude, mais il a été choqué aussi par la tournure des événements et il avait besoin de garder son image et… » Pour la première fois, j’ai vu Kathyln s’agiter, son visage habituellement calme s’est mis à rougir, son expression était paniquée alors qu’elle essayait de m’expliquer.

« Je crois que c’est la première fois que je vois une réelle différence dans ton expression, Princesse. C’est un changement agréable. » J’ai ricané alors qu’elle rougissait encore plus, détournant son corps de moi.

« …S’il te plaît, ne te moque pas de moi, Arthur. Je ne m’attendais pas à ce que tu sois ce genre de personne. » dit-elle, la tête toujours tournée.

« Oh ? Quel genre de personne t’attendais-tu à ce que je sois ? » J’ai incliné la tête par curiosité.

« Eh bien, quand je t’ai rencontré pour la première fois à la vente aux enchères, j’ai remarqué que tu te tenais avec beaucoup de maturité… » murmura-t-elle, sans se retourner.

« Tu as remarqué comment les gens se tiennent quand tu avais à peine huit ans ? » Lire la posture d’une personne était quelque chose que les adultes enthousiastes apprenaient à peine à faire plus tard, avec des années de rencontres avec de nombreux types de personnes différentes.

« Oui… en étant la seule princesse d’un royaume, on finit par acquérir cette compétence assez rapidement. De plus, mon père et mon frère étant des personnages à part, j’avais parfois l’impression que ma mère et moi étions les seules à être normales. » À ce moment-là, la princesse Kathyln s’est retournée pour me faire face.

« Oh ? Je n’ai rien trouvé d’inhabituel chez ton frère. Il semblait assez charismatique. » Je me souviens avoir rencontré Curtis pour la première fois à l’hôtel des ventes. Comparé à cette époque, il avait beaucoup mûri.

« Oui, il s’est beaucoup amélioré, vu qu’il est capable de s’excuser auprès de toi. Cela aurait été très difficile pour lui il y a quelque temps à cause de sa fierté. » Elle laissa échapper un soupir alors que nous étions tous les deux spectateurs de la petite bataille de Sylvie contre un autre insecte. « Quand je t’ai vu pour la première fois, j’ai tout de suite remarqué que tu étais très différent des autres. Comment dire ? J’étais très intriguée par toi… » Elle baissa un peu la tête tout en continuant à parler.

« Haha… c’est vrai ? Je pensais le contraire puisque ton visage n’a eu aucune réaction ou changement pendant tout ce temps. » Je laissai échapper un léger rire en souvenir, me rappelant l’événement qui s’était produit quatre ans auparavant.

« Je m’excuse. Je ne suis pas la plus douée pour utiliser efficacement mes muscles faciaux. » Je trouvais ça mignon qu’elle pousse ses joues de haut en bas avec ses doigts pour essayer de forcer différentes expressions.

« Parle-moi de ça. Je commençais à penser que tu portais un masque vu la rigidité de ton visage. » Je sentais son regard sur mon visage lorsque je souriais, ce qui me mettait un peu mal à l’aise.

« …je vais m’entraîner. » La princesse Kathyln a soudainement hoché la tête pour elle-même alors que je remarquais que son expression semblait légèrement plus déterminée que d’habitude.

« Pfft ! Je ne suis pas sûr que ce soit quelque chose que tu puisses pratiquer. Ne force pas tes émotions et laisse ton visage bouger comme il le souhaite en fonction de ce que tu ressens. Quand tu es triste, ton visage va naturellement vouloir se froncer. Quand tu es heureuse, ton visage aura naturellement envie de sourire. Comme ça ! » J’ai exagéré les expressions de mon visage en passant d’un affreux froncement de sourcils à un sourire éclatant, ce qui l’a fait se détourner brusquement de moi.

Oups. J’en ai trop fait ?

POINT DE VUE DE KATHYLN GLAYDER :

Je ne pouvais montrer aucune faiblesse. En tant que seule fille de la famille royale, à part ma mère, j’avais un devoir à remplir. Lorsque les hommes venaient me rendre visite, espérant gagner mes faveurs, je ne montrais aucune faiblesse qu’ils pourraient utiliser contre moi. C’était mon combat.

Je ne pouvais pas lire dans les pensées, mais il n’était pas difficile de voir que tous les mâles qui venaient à moi, qu’ils aient mon âge ou beaucoup plus âgés, avaient des arrière-pensées. La lignée royale, les capacités supérieures et l’apparence physique… les choses qui, selon tous les gens, rendraient leur vie plus facile étaient des entraves qui me privaient de la liberté que je souhaitais avoir.

Pourtant, j’étais là, avec un garçon de mon âge qui était tellement plus talentueux et recherché, mais toujours aussi… brillant. Il brillait d’un éclat qui me donnait envie d’être comme lui. Qu’est-ce qui le rendait si différent de moi ? Comment était-il encore capable d’exprimer librement ses émotions sans avoir peur du regard des autres ?

Je n’ai pas pu me retenir de laisser échapper un rire en voyant Arthur déformer son visage comme ça. Il avait l’air si stupide.

J’ai immédiatement couvert ma bouche après avoir gloussé, essayant de cacher mon sourire.

« Tu vois ! Ce n’était pas si difficile ! » Son sourire exagéré est devenu doux, me réconfortant.

« Je devrais enseigner des trucs comme ça au lieu de la Manipulation Pratique du Mana, non ? » Il laissa échapper un rire douloureux en se penchant pour caresser son lien qui était assis entre ses jambes.

« Cela me rappelle. Le sort de balle de vent que tu as utilisé pour ta démonstration semblait presque être un sort d’enchanteur comparé au second que tu as utilisé. Comment l’as-tu fait exactement ? Je suis également curieuse de savoir pourquoi tu as fait en sorte que les enchanteurs essaient de réabsorber le sort dans leur corps. Je n’ai jamais entendu parler d’enchanteurs faisant cela. » Je continuais comme un enfant excité par les questions qui remplissaient mon esprit, ce qui me mettait dans l’embarras.

« Whoa ! C’est pour ça que tu es venu me voir ? C’est ce que tu cherchais ? » Il s’est éloigné de moi, choqué.

« N-Non ! Bien sûr que non ! Cela n’a jamais été mon intention ! » Oh non ! Je n’étais pas comme les hommes qui me poursuivaient avec un quelconque motif. Je l’ai juste vu assis là et j’ai voulu… pourquoi ai-je demandé à m’asseoir à côté de lui ?

J’ai réalisé que ma main touchait légèrement son bras, alors je l’ai rapidement retirée.

« Heh, je plaisantais évidemment, Princesse. Je ne suis pas sûr que je doive te le dire. Ce ne serait pas très juste de ma part de te donner l’avantage comme ça, non ? ». Il m’a fait un petit clin d’œil qui a soudain rendu ma poitrine lourde. Qu’est-ce que c’était ?

« Je suppose que tu as raison. Il serait injuste de me donner les réponses aux devoirs que tu m’as donnés. » ai-je répondu calmement.

« Mmm… eh bien, je suppose que je peux donner une petite indication pour une collègue membre du Comité Disciplinaire. Regarde maintenant. » Je lèvai les yeux pour le voir se concentrer en levant ses deux mains, paumes vers le haut.

Sa main gauche s’est mise à briller tandis que des vents doux tourbillonnaient, entourant sa main. Quant à sa main droite, seule une petite partie au centre de sa paume a brillé. Le vent qui s’est rassemblé vers cette main n’a pas entouré toute sa main, mais a plutôt tourbillonné en une sphère juste au-dessus de sa paume. D’un bref mouvement des poignets, il a projeté les petites rafales de vent dans ses deux mains vers l’avant.

Le vent qui entourait sa main gauche s’est dissipé après quelques mètres, mais le vent sphérique qu’il a invoqué avec sa main droite s’est projeté beaucoup plus loin avant de se dissiper avec un doux « pa » !

« Voilà ton indice pour le devoir de l’augmentateur. Quant à ce que j’ai assigné aux enchanteurs, pense à l’envers. » Il s’est levé pendant que je contemplais ce qu’il venait de faire.

« Je devrais y aller maintenant. Fais-moi savoir si tu as besoin de plus de leçons sur les expressions faciales. » Il m’a fait une grimace exagérée, puis un sourire pervers, me faisant presque rire à nouveau.

« Aww… tu n’as pas ri cette fois. Dommage. » Il s’est éloigné lentement avec son lien qui trottait à côté de lui. Je ne pouvais pas m’empêcher de me sentir un peu vide alors que j’étais assise seule sur le banc qui semblait maintenant trop grand pour que je puisse m’y asseoir.

POINT DE VUE D’ARTHUR LEYWIN :

« Psst. J’ai entendu dire que tu t’étais blessé le premier jour de cours. Est-ce que tu vas bien ? » Les lunettes épaisses d’Emily se sont abaissées et elle s’est penchée à côté de moi pour chuchoter au milieu du cours. Nous apprenions les éléments de base qui composent différents types d’artefacts.

Tout à coup, un morceau de craie a volé droit sur Emily, disparaissant quelque part dans ses cheveux bouclés.

Gideon a toussé légèrement, la main encore tendue après avoir jeté la craie sur elle. « Mlle Watsken, veuillez éclairer la classe sur les différents composants d’un artefact de base produisant de la lumière. »

« L’artefact de base produisant de la lumière est composé d’un cristal de base, la Florenite, que l’on trouve en abondance près de la périphérie de Sapin et aussi dans le Royaume de Darv. Une fois la Florenite raffinée, elle émettra constamment une faible lumière afin de contrôler le rendement du minerai… »

« Ok ok, ça suffit. Tss, j’ai juste demandé pour le matériau. » Gideon grommela quelque chose sous sa respiration en coupant Emily à mi-explication.

Avec un léger haussement d’épaules, elle a pris du papier pour écrire, tout en essayant vainement de récupérer le morceau de craie enfoui quelque part dans ses cheveux.

Nous avons échangé des notes pendant un moment, nous écrivant mutuellement ce qui s’était passé. J’ai essayé de survoler les détails, mais ça n’a pas semblé fonctionner avec elle.

Finalement, à cause du manque de détails de ma part, elle n’était pas vraiment capable de reconstituer quoi que ce soit, ce qui la laissait frustrée et curieuse.

« Il y a quelque chose qui cloche… » Elle m’a regardé alors que nous quittions la classe après avoir rangé nos affaires. Pour les devoirs, on nous avait déjà assigné une sorte de mini-projet où nous devions assembler un artefact produisant de la lumière, ou APL pour faire court.

« Tu réfléchis trop, Emily. Je suis plus préoccupé par le projet que Gideon nous a déjà assigné. Je suis tellement perdu après avoir manqué la première semaine. » C’était en fait vrai. Mes capacités d’esprit critique et mes vagues connaissances en technologie m’ont permis de faire des liens et de comprendre plus que la plupart des premières années, mais tout le monde se plaignait que ce cours était l’un des plus difficiles. Laissons à cet excentrique Gideon le soin d’enseigner un cours de base comme s’il s’agissait de plusieurs niveaux supérieurs.

« Meh, j’ai déjà quelques APL que j’ai fabriqués qui traînent dans mon dortoir de toute façon. Autant les utiliser. » Elle a ajusté son sac à dos trop grand et nous nous sommes dirigés vers le déjeuner.

« Wow… tu pourrais probablement réussir ce cours dans ton sommeil. » J’ai secoué la tête en prenant un plateau et en prenant de la nourriture.

« Kyu ! » « Prends plus de viande, papa ! » Sylvie a sauté sur ma tête en signe de protestation lorsque j’ai ramassé des légumes.

« Ok ok. » Je suis retourné et j’ai ramassé quelques morceaux de viande supplémentaires quand Emily m’a regardé avec une expression bizarre sur le visage.

« Peux-tu comprendre ce que dit ton lien ? » Elle a relevé ses lunettes en place en regardant Sylvie.

« Ce n’est pas pareil pour tous les liens ? » J’ai demandé.

« Non, pas du tout, en fait. Ils peuvent comprendre leurs émotions dans une certaine mesure, mais pas… les signaux verbaux. » Elle a plissé les yeux en regardant Sylvie de plus près.

Poussant sa tête en arrière avec mon doigt sur son front, j’ai répondu : « C’est ce que je voulais dire. Je n’ai senti que mon lien se plaindre et j’en ai juste déduit que c’était parce que j’ai ramassé des légumes. Tu réfléchis encore trop, Emily. »

« Ouais, je suppose que tu as raison. Mais elle est mignonne. » Elle a juste haussé les épaules et a pris plus de nourriture pour elle.

« Ah ! Te voilà, Art ! La directrice Goodsky veut… Oh, bonjour » Elijah s’est arrêté dans son élan en réalisant que j’étais avec une amie.

« Hé, Elijah. C’est Emily. Emily, Elijah. » J’ai dit avec ma bouche à moitié pleine avec un morceau de ragoût de bœuf.

« Enchantée de te rencontrer ! » Emily sourit et tend la main qui ne porte pas son plateau de nourriture.

« C’est un plaisir de te rencontrer. » a répondu Elijah en lui serrant la main, un air de curiosité sur le visage. « Quoi qu’il en soit, Art. Tu dois… euh… te rendre dans ta salle d’entraînement. Directrice Goodsky, tu t’en souviens ? » Il m’a jeté un regard, signalant que c’était urgent.

« Oh… attends, maintenant ? » J’ai regardé ma nourriture.

« Oui. Maintenant. » Il m’a gentiment poussé vers la porte tandis que j’essayais d’engloutir le plus de nourriture possible. Sylvie a balayé une grande partie de la viande avec sa langue alors que nous déposions le plateau à côté de la poubelle.

« Vous deux, faites connaissance ! Je vais partir en premier ! » J’ai fait signe à mes amis qui m’ont répondu par un signe de la main.

Je me souvenais que la directrice Goodsky m’avait dit où se trouverait ma salle d’entraînement privée lorsque j’étais dans la chambre d’hôpital. Apparemment, la densité de mana était censée y être beaucoup plus élevée, ce qui rendait l’entraînement plus facile.

« Je me demande ce que veut la directrice Goodsky. Je devrais lui faire une remarque sur le cours d’aujourd’hui. » ai-je dit à personne en particulier alors que Sylvie et moi nous dirigions vers la salle.

Toutes les salles se trouvaient sous la bibliothèque, où un membre du personnel devait vous conduire. Habituellement, les élèves de la classe supérieure étaient autorisés à emprunter une salle pendant quelques heures pour s’entraîner, mais j’ai eu la chance d’avoir une salle privée pour moi tout seul.

Il y avait deux entrées dans le bâtiment de la bibliothèque : l’une menant à la bibliothèque proprement dite, l’autre à une sorte de salle d’attente pour toutes les installations de formation. Ouvrant l’entrée de la salle d’attente, je suis passé lentement devant quelques élèves de terminale avant d’arriver à l’accueil. « Bonjour, mon nom est Arthur Leywin. » Je ne savais pas exactement ce que la directrice Goodsky voulait, alors j’espérais que la dame à l’accueil saurait quoi faire une fois que je lui aurais dit mon nom.

« Ah, oui ! Aujourd’hui, c’est votre première fois que vous visitez cette pièce, n’est-ce pas ? » La dame avait un costume très raffiné, me faisant penser à une concierge d’un hôtel de luxe.

« Oui. » J’ai hoché la tête en réponse alors qu’elle se baissait et ouvrait un tiroir.

« Veuillez placer vos deux paumes sur cette pierre. Assurez-vous que toutes les extrémités de vos doigts sont plates. » Dans ses deux mains, elle tenait une tablette plate sur laquelle étaient gravées diverses inscriptions.

Faisant ce qu’on me disait, j’ai senti une brève sensation d’engourdissement se répandre sur mes mains alors qu’elle activait la tablette.

« Parfait ! Je vais vous montrer votre salle. Veuillez me suivre. » Me conduisant à une pièce au fond où un homme balafré d’environ deux mètres de haut et tenant une lance gardait la porte, la dame de l’accueil m’a fait avancer.

La pièce que gardait l’homme à la cicatrice était en fait une sorte d’ascenseur composé de divers engrenages, dont j’ai supposé qu’ils étaient alimentés par des noyaux de mana ou un autre minerai produisant du mana.

« Wow. C’est la première fois que je monte dans quelque chose comme ça. » J’ai dit avec admiration, me rappelant la dernière fois que j’ai pris l’ascenseur.

« Fufu, oui. Il n’en existe pas encore beaucoup. Le génial artificier Gideon, qui est actuellement professeur ici, a construit cet appareil. Je suis sûre que vous avez entendu parler de lui ? » dit-elle, en admirant elle-même l’ascenseur.

« Plus qu’entendu parler de lui. C’est en fait l’un de mes professeurs. Avec la façon dont il enseigne sa classe, j’aimerais qu’il ne soit pas un tel génie. » Je lui ai fait un clin d’œil, ce qui l’a fait ricaner.

« Nous y sommes ! N’oubliez pas comment vous rendre à votre salle. Puisque je vous y ai inscrit, vous êtes autorisé à entrer quand vous le souhaitez. » a-t-elle dit en me guidant dans les couloirs.

« Cet homme effrayant et balafré ne va pas m’arrêter ? » J’ai demandé, en pointant mon épée au fourreau.

« Hoho, non. Il ne vous arrêtera pas. Ah ! Nous sommes arrivés. » Nous sommes arrivés au bout du couloir où il y avait un grand ensemble de portes doubles sans poignées.

« Cette porte semble différente de toutes les autres. » J’ai retourné ma tête pour comparer.

« Oui. La directrice Goodsky semble accorder une grande importance à votre formation. » Elle m’a fait un charmant sourire.

« Pourtant, elle ne prend même pas la peine de dire à ma classe qui est leur nouveau professeur. » ai-je marmonné dans mon souffle.

« Excusez-moi ? » La dame a incliné la tête en signe de confusion.

« Ce n’est rien. Alors comment j’ouvre ça ? » J’ai répondu tandis que Sylvie sautait de ma tête et se mettait en place avec excitation devant les doubles portes.

« Si vous placez l’une de vos paumes contre la porte, elle s’ouvrira automatiquement. Si vous avez besoin d’une aide supplémentaire, il y a un dispositif de communication à l’intérieur où vous pouvez me contacter. Si vous avez faim, je peux aussi envoyer quelqu’un pour vous apporter de la nourriture. » Elle s’est inclinée, attendant que j’ouvre la porte.

« Merci. Quel est votre nom ? » J’ai tourné la tête, la main levée, prêt à ouvrir la porte.

« S’il vous plaît, appelez-moi Chloé. Je vous souhaite un entraînement fructueux. » Elle a dit, sa tête toujours baissée.

« D’accord. Merci encore, Chloé. » Je me suis retourné et j’ai placé ma main droite sur les doubles portes. Avec un fort bruit de moteur, la zone où j’ai placé ma paume s’est mise à briller comme des courants de lumière se ramifiant. Finalement, la lumière a diminué et la porte s’est ouverte pour révéler une pièce très différente de ce que j’avais imaginé.

J’ai tourné la tête en arrière mais Chloé était déjà partie. Sylvie s’est enfuie avant même que je puisse faire un pas en avant et, lorsque j’ai regardé à l’intérieur de la pièce, la luminosité soudaine comparée à celle du hall m’a fait plisser les yeux. Ma vision s’est rapidement ajustée et, alors que je baissais ma main, mes yeux ont repéré une silhouette familière, qui s’agitait sur place tandis que Sylvie se précipitait sur sa jambe.

Je ne sais pas si c’est à cause de la luminosité étincelante à l’intérieur de la pièce ou du fait que cette pièce ressemblait plus à une immense merveille naturelle qu’à un centre d’entraînement, mais mon amie d’enfance était éblouissante. Tess, qui blottissait sa joue contre Sylvie sur son épaule, se tenait devant moi, vêtue d’une robe d’entraînement blanche très ample.

« S-salut. » dit Tess, la tête baissée et les yeux levés vers moi.

J’ai fait un pas en avant alors que la porte se refermait derrière moi. Le sol sous moi était recouvert d’herbe, et il y avait un assez grand étang avec une chute d’eau également. D’énormes rochers et arbres nous entouraient, me donnant l’impression d’être dans un rêve. Sortant de mon étourdissement momentané, je me suis gratté la tête avec la main qui ne tenait pas la Ballade de l’Aurore.

« Hey, Tess. » Je lui ai fait un sourire gêné.

« O-On peut commencer ? » Tess a posé Sylvie sur le sol avant de commencer à enlever timidement sa robe.

« A-Attends, quoi ? Commencer avec quoi ? » J’ai failli trébucher en arrière en voyant ses épaules nues.

« L’assimilation ! Grand-père m’a dit que ça marche mieux si tu m’aides à travers la peau nue ! » Son visage était rouge vif quand j’ai réalisé qu’elle avait la poitrine couverte de gaze.

Ah oui… l’assimilation…

Attends, quoi ?

Putain de papi, qu’est-ce que tu fais faire à ta petite-fille ? !

« Papi t’a dit ça ? T-Tu n’as pas besoin d’enlever tes vêtements pour l’assimilation, idiote ! Il se moquait de toi ! » J’ai couvert mes yeux avec ma main.

Calme-toi, Arthur. C’est juste une enfant de 13 ans. La regarder comme ça est un crime !

« T-Tais-toi ! Comment j’étais censée… » Tess est tombée à genoux avant d’avoir pu soulever à nouveau sa robe.

J’ai couru aussi vite que mon corps blessé me le permettait en remettant la Ballade de l’Aurore dans mon anneau dimensionnel. Je me suis agenouillé près d’elle et j’ai posé ma paume sur son dos chaud et pâle. Sa robe était baissée, révélant tout à partir de la taille, à l’exception de ses seins et d’une partie de son dos, qui étaient couverts par la gaze. Alors que je sentais son corps trembler de douleur, je ne pouvais m’empêcher de remarquer à quel point elle semblait fragile. Je suppose que c’est parce que je savais à quel point elle était forte en tant que mage. J’avais oublié qu’elle n’était encore qu’une jeune fille – physiquement, du moins.

Enlevant le sceau sur mon poignet, j’ai envoyé du mana à mon amie d’enfance. En utilisant les quatre éléments, j’ai contrôlé le mana pour qu’il se répande dans tout son corps, contrecarrant le mana provenant de la volonté bestiale du Gardien des Bois Anciens. Ce que Papi a fait pendant que j’assimilais ne faisait que soulager ma douleur, mais en utilisant un mélange équilibré de mana des quatre éléments, j’ai pu aider son corps à combattre la volonté bestiale.

Je n’ai jamais testé cela mais c’était basé sur les mêmes principes que j’avais utilisés pour aider à éveiller Lilia et ma sœur.

Sa respiration irrégulière s’est vite calmée, ses tremblements ont disparu et elle a commencé à haleter de soulagement. Tout en soulevant délicatement sa robe sur son corps frêle, je me suis dirigé vers l’étang et me suis aspergé le visage avec son eau froide.

J’avais besoin de me calmer.

Après quelques instants, j’ai senti les battements de mon cœur ralentir mais j’ai réagi à nouveau lorsque j’ai entendu Tess se diriger vers moi, Sylvie trottant derrière elle.

S’asseyant sur ses jambes à côté de moi, elle m’a regardé fixement, son visage rougi et fatigué toujours étincelant, comme si elle voulait dire quelque chose. Après un moment d’hésitation, elle m’a parlé d’une voix ferme.

« Art, on peut parler ? »


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Evans Alley
8 mois il y a

“Non”, “ok bye”…
Merci pour les chapitres

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser