the beginning after the end Chapitre 59

Premier jour de travail

« Doucement… vas-y doucement. Voilà. » Elijah m’a soutenu pour me relever. Cela faisait exactement une semaine que je m’étais blessé et aussi depuis la dernière fois que j’avais marché. Même avec le mana qui circulait dans tout mon corps, renforçant mes membres, je me sentais encore assez léthargique.

« Kyu… » Sylvie me regardait avec le visage le plus concerné qu’elle pouvait avoir pour une bête de mana ressemblant à un renard. Elle marchait à côté de moi au lieu de se blottir sur ma tête, de peur que je ne sois pas capable de la soutenir.

Elijah est venu dans ma chambre d’hôpital dès que son premier cours a été terminé. J’allais commencer ma journée en tant que professeur pour le cours de Manipulation Pratique du Mana et je n’étais pas très enthousiaste dans mon état actuel. Avec mes jambes qui me lâchaient tous les deux pas et mon dos et mes côtés qui me brûlaient, j’avais à peine la force de me rendre au cours, et encore moins de l’enseigner.

Après m’être lentement habitué à marcher, j’ai cessé de m’appuyer sur Elijah et j’ai utilisé la Ballade de l’Aurore comme bâton de marche. Je n’ai pas pu m’empêcher de glousser à cause de cette ironie de mauvais goût. Je me souviens que j’avais pensé que cette épée n’était rien de plus qu’un bâton de marche alors qu’en fait, c’était une épée d’une valeur inestimable. J’ai secoué la tête en pensant que mon hypothèse de l’époque était en fait un présage de ma situation actuelle.

Elijah a enveloppé la poignée et le fourreau dans un bandage blanc, à la fois pour le confort et pour la sécurité des yeux suspects. J’avais douze ans et j’utilisais déjà une canne pour m’empêcher de tomber.

« Est-ce que ça va aller tout seul ? Peut-être que je devrais au moins t’aider entre les cours aujourd’hui ? » Le visage d’Elijah se plissa d’inquiétude tandis qu’il se colla à moi, prêt à me rattraper si je trébuchais.

« Ça va aller. » Je n’avais pas la confiance nécessaire pour dire que je ne tomberais pas, mais je ne voulais pas garder Elijah constamment à mes côtés.

Lorsque nous sommes arrivés devant la classe, les sourcils d’Elijah étaient toujours froncés sous ses lunettes, et je savais qu’il hésitait à me laisser partir seul.

« Arthur. Laisse-moi t’aider. »

J’ai tourné la tête pour voir la princesse Kathyln courir vers moi, loin de son groupe d’amis. Sans me laisser une chance de répondre, elle a placé son bras autour de ma taille en plongeant sous ma main libre pour que je ne me serve pas seulement de mon épée de marche, comme appui.

« Uhh… ok. Merci. » J’ai haussé les épaules en regardant Elijah, qui restait bouche bée. Il a levé deux doigts en marmonnant le mot « princesses » mais j’ai juste secoué la tête et fait demi-tour pour rentrer dans ma salle.

« J’ai entendu dire que notre nouveau professeur arrive enfin aujourd’hui ! »

« Oh vraiment ? J’aimais bien la professeur Glory, pourtant. »

« N’importe qui devrait être meilleur que le professeur Geist, non ? »

« On ne sait jamais, on pourrait avoir un taré encore plus dangereux cette fois. »

« Hé, ce n’est pas l’officier du Comité Disciplinaire qui a battu Geist ? »

« Pourquoi boite-t-il ? »

Les diverses discussions des étudiants se sont transformées en murmures à mon sujet dès que je suis entré.

« Je vais aller mieux maintenant, Princesse Kathyln. Merci. » J’ai retiré mon bras de ses épaules.

« Tu as besoin d’aide pour monter les escaliers… » Son visage sans expression ne correspondait pas à l’inquiétude dans sa voix. J’ai juste secoué la tête et lui ai fait signe de passer en premier.

Sylvie m’a suivi de près tandis que je me dirigeais vers le milieu de la pièce, faisant de petits bonds vers le podium mobile placé au centre du petit stade.

« Ouf… » Je laissai échapper une profonde inspiration de soulagement en mettant tout mon poids sur le podium qui se dressait un peu trop haut pour ma taille.

En levant les yeux, j’ai aperçu Feyrith dans un des bureaux avec une expression curieuse sur son visage. Dès que Kathyln a atteint son bureau, je l’ai vue regarder derrière elle, essayant de me trouver. Elle m’a également jeté un regard confus lorsqu’elle a réalisé que je n’avais pas monté les escaliers derrière elle et que je m’étais plutôt déplacé au milieu de la pièce.

À ce moment-là, les conversations entre les camarades de classe centrées sur moi ont diminué, car de plus en plus de jeunes mages ont commencé à se demander ce que je faisais appuyé contre l’estrade du professeur.

« Je ne sais pas combien d’entre vous connaissent mon nom, mais je crois que la plupart d’entre vous savent au moins qui je suis. Je m’appelle Arthur Leywin, membre du Comité Disciplinaire, fils unique de deux merveilleux mages, un frère dévoué et votre nouveau professeur. Entendons-nous bien. »

J’ai fait le compte à rebours dans ma tête, prédisant le moment où la classe allait éclater. Presque exactement en synchronisation, les élèves qui remplissaient la classe se sont levés, incrédules et certains en colère, me criant d’arrêter de plaisanter et de retourner à ma place.

« Tu veux nous faire croire qu’un morveux comme toi est notre nouveau professeur ? » s’est exclamé l’un des étudiants de deuxième année.

« Arrête de déconner et reviens ici ! Pour qui te prends-tu ? » a aboyé une petite première année.

J’ai laissé échapper un souffle douloureux en savourant l’idée de pouvoir enseigner ce cours en étant allongé.

Cela aurait été beaucoup plus facile si la professeur Glory ou la directrice Goodsky avaient fait savoir à la classe que j’allais enseigner à l’avance. Elle aurait dû au moins me donner un document officiel pour prouver que j’étais le nouveau professeur, mais la connaissant, je ne pouvais m’empêcher de me demander si la directrice Goodsky ne l’avait pas fait exprès.

En tout cas, ça semblait être quelque chose qu’elle ferait.

« Mmm… vous me croiriez si je vous disais que la directrice Goodsky m’a nommé professeur de cette classe pour le reste du semestre ? »

« Sois réaliste ! »

« Arrête de plaisanter ! »

« Tais-toi ! »

Une nouvelle série de protestations retentit dans la salle, les étudiants devenant de plus en plus bruyants.

En regardant mes collègues du comité, je pouvais voir le visage acéré de Feyrith, rempli d’un mélange d’incrédulité et de doute, tandis que Kathyln arborait une expression perplexe.

« Ne sois pas si arrogant juste parce que tu as battu le vieux professeur ! Penses-tu que tu aurais pu gagner si la Princesse Kathyln et Feyrith ne l’avaient pas fatigué ? » Un autre deuxième année a sauté et a atterri sur la scène avec un bruit sourd.

L’étudiant était plutôt costaud, et à en juger par la faible circulation du mana dans son corps, il était probablement au niveau où il ne pouvait augmenter qu’une partie de son corps.

Il a fait de grandes enjambées vers moi, se préparant à me porter hors de la scène. Feyrith s’est levé, prêt à sauter sur la scène pour arrêter le grand type, mais je lui ai juste fait un signe de tête.

Comprenant mon geste comme une raillerie, il a rugi : « Tu secoues la tête pour me regarder maintenant ? Pour qui te prends-tu ? »

La moitié des élèves étaient un peu nerveux, ne voulant pas être pris dans un autre drame pendant le cours, tandis que l’autre moitié encourageait M. Brute.

En détournant mon regard vers le garçon qui s’approchait de moi, j’ai prononcé un seul mot.

« Assieds-toi. »

Soudainement bombardé d’un grand afflux de mana, le grand étudiant s’est effondré sur ses fesses avec assez de force pour faire légèrement trembler la scène sur laquelle nous nous trouvions.

La pièce est devenue mortellement silencieuse alors que je me dirigeais en clopinant vers l’étudiant confus et embarrassé, assis sur son derrière. Debout au-dessus de lui, j’ai gardé le silence, lui laissant un moment pour se rendre compte de la position dans laquelle il se trouvait.

« La directrice Goodsky n’a pas pris la peine de me donner des documents officiels prouvant ma position, mais que ça vous plaise ou non, je vais enseigner cette classe ».

J’ai enjambé l’étudiant et me suis dirigé vers l’autre côté de la pièce silencieuse.

« Si l’un d’entre vous a un problème avec ça, il peut en parler à cette mignonne petite renarde ici présente, mais je vous garantis qu’elle va facilement essuyer le sol avec n’importe lequel d’entre vous. » J’ai soulevé Sylvie sous les aisselles et l’ai montrée à toute la classe.

Les élèves se sont regardés, ne sachant que faire, alors j’ai continué à parler. « Pour ceux qui veulent partir, je ne vous en empêcherai pas – en fait, je vous permettrai même d’être mis dans une autre classe de votre choix. Cependant, si l’un d’entre vous est un tant soit peu curieux de savoir ce que ce petit garçon boiteux peut vous apprendre, n’hésitez pas à rester. » J’ai pointé la porte du doigt et j’ai attendu quelques secondes, mais que ce soit à cause de ma petite démonstration avec le deuxième année ou parce qu’ils avaient peur, aucun des étudiants n’est parti.

« Maintenant… Si tu veux bien retourner à ta place, élève, je vais commencer ma leçon. » J’ai regardé le deuxième année qui avait sauté pour montrer avec empressement ses capacités limitées.

Son visage est devenu rouge, l’étudiant s’est rapidement levé et a regagné son siège. Pendant qu’il le faisait, j’ai pris mon temps pour boiter lentement jusqu’au centre de la scène et m’appuyer sur le podium sur lequel Sylvie avait sauté.

« Puisqu’il s’agit d’un cours pratique de manipulation du mana, je vais poser une question pratique. Quelle est la meilleure façon d’utiliser le mana dans l’atmosphère environnante ? » J’ai balayé du regard les sièges remplis d’étudiants quand, presque instantanément, une étudiante humaine au nez en forme de bec et à la queue de cheval a levé la main.

« La meilleure façon d’utiliser le mana est d’absorber le mana naturellement formé dans l’atmosphère dans le noyau de mana où il peut être condensé et purifié pour être utilisé lors du lancement de sorts ou de techniques. » Elle m’a lancé un regard suffisant, visiblement fière de sa réponse.

« Bien. Maintenant, comme vous le savez tous, la différence entre les augmentateurs et les enchanteurs réside dans le fait que les augmentateurs utilisent principalement le mana dans leur noyau via leurs canaux de mana alors que les enchanteurs absorbent directement le mana de l’atmosphère environnante via leurs veines de mana. Alors… pourquoi les deux types de mages doivent-ils méditer et absorber du mana si seuls les augmentateurs utilisent réellement le mana qu’ils absorbent dans leur noyau ? ». J’ai posé la question, sans regarder personne en particulier.

« … » La main confiante de la même fille s’est rétrécie alors qu’elle réfléchissait à la réponse.

« Alors que les augmentateurs incorporent le mana dans les attaques physiques, réduisant ainsi la quantité de mana utilisée, les enchanteurs manipulent directement l’espace dans lequel le sort est lancé, consommant plus de mana. Pour cette raison, les enchanteurs utilisent le mana purifié dans leur noyau de mana comme réserve pour éviter les contrecoups. » répondit Kathyln, le visage détendu alors qu’elle restait assise.

« Correct. Alors la dernière question de la journée : la couleur du noyau de mana d’un enchanteur ou même d’un augmentateur est-elle un moyen vraiment précis de mesurer le niveau de puissance du mage ? ». Je me suis penché en avant, déplaçant mon poids de ma jambe gauche à ma jambe droite.

Je me retins de glousser alors que le visage habituellement posé de Kathyln se plissa en une profonde réflexion. « Ce sera votre devoir pour aujourd’hui. Tout le monde, venez sur la scène et alignez-vous ! Je veux les enchanteurs à ma gauche et les augmentateurs à ma droite. »

Après quelques grognements de plaintes, tout le monde a fini par se diriger vers un côté du stade, tous alignés côte à côte, face à moi.

« Pour cet exercice, je veux que chacun lance le sort le plus basique de son affinité. Enchanteurs, pas de baguette. » ai-je déclaré.

Pour les augmentateurs, les sorts les plus basiques enseignés se présentaient tous sous une forme très similaire. Pour les augmentateurs d’affinité avec le feu, il s’agissait du Poing de Feu, qui consistait à enflammer une petite braise recouvrant leur poing. Pour le vent, il s’agit du Poing du Tourbillon. Pour l’eau, ce serait le Poing Aqua, et pour la terre, le Poing de Roche. Une fois que les mages étaient capables de manifester leurs éléments, la première étape des augmentateurs était d’apprendre à intégrer leur élément dans leurs mains, les membres qu’ils avaient le plus l’habitude d’utiliser.

Si ces mages royaux étaient autorisés à fréquenter cette école, c’est parce que, grâce à leur lignée, ils étaient très doués et avaient généralement la capacité de manifester leurs éléments très tôt. Il a fallu plus de vingt ans à mon père pour qu’il puisse manifester une flamme réelle, mais ces enfants de douze à quatorze ans en étaient déjà capables. C’était la différence entre les gènes, une chose que même moi je trouvais indéniable.

Quant aux enchanteurs, le sort le plus basique consistait à rassembler un mana élémentaire spécifique dans une sphère et à le tirer. Pour les spécialistes du feu, ce serait sous la forme du sort Boule de Feu. Pour le vent, il s’agirait de Balle de Vent. Pour l’eau, il s’agit de Balle d’Eau, et pour la terre, de Boule de Pierre.

Les enchanteurs avaient la tâche plus facile puisqu’ils n’avaient pas à former directement l’élément dans leur corps, mais à absorber les particules de mana spécifiques autour d’eux et à les utiliser pour invoquer le sort. La raison pour laquelle les enchanteurs étaient spécialisés dans différents éléments était liée à leur capacité à sentir les particules de mana élémentaire autour d’eux et à les utiliser.

J’ai appuyé ma tête sur mes paumes en regardant les deux types de mages préparer leur sort.

Les augmentateurs de la classe ont tous commencé à se concentrer avec leurs mains dominantes serrées en poings. Quelques longues secondes plus tard, leurs sorts sont devenus visibles alors que leurs éléments respectifs enveloppaient leurs poings. Le temps que cela prenait aux augmentateurs variait mais pas de beaucoup.

Les enchanteurs de la classe se mirent tous à réciter doucement tandis que l’espace devant leurs paumes se mettait à briller de différentes couleurs, en fonction de leurs affinités élémentaires. Sans surprise, le temps qu’il fallait à Feyrith et Kathyln pour former le sort devant leurs mains était beaucoup plus rapide que pour les autres.

La seule différence entre les augmentateurs et les enchanteurs dans leurs sorts était que les éléments des augmentateurs entouraient leurs poings tandis que les éléments des enchanteurs se rassemblaient devant leurs paumes.

« Maintenant, les augmentateurs, je veux que vous essayiez de lancer votre sort devant vous. Enchanteurs, je veux que vous essayiez d’absorber le sort que vous avez invoqué dans votre main. » Je leur ai fait un sourire innocent alors qu’ils me fixaient d’un air absent.

Après quelques secondes, ils ont compris que je ne plaisantais pas et, un par un, ils ont commencé à s’essayer à un concept très étranger à leur nature.

J’ai regardé les augmentateurs qui ont tous échoué dans leurs tentatives. Certains rugissaient en agitant leurs bras tandis que d’autres essayaient de réciter sans succès. C’est devenu presque comique quand un étudiant a pensé que hurler « feu » ferait l’affaire.

Les enchanteurs n’étaient pas mieux, car tous ont fini par se couper, se brûler, se mouiller ou se contusionner. Après environ dix minutes de lutte, la plupart ont abandonné et m’ont regardé d’un air accusateur, même Feyrith et Kathyln avaient des expressions de doute.

« C’est stupide. Nous savons tous que seuls les augmentateurs de haut niveau peuvent lancer des sorts à longue distance ! » s’est écrié l’un des étudiants augmentateurs.

« Ouais ! Et quel est l’intérêt de réabsorber un sort que nous avons préparé et invoqué de toute façon ? » se lamente une élève elfe en berçant sa main.

Laissant Sylvie sur le haut du podium, j’ai boitillé jusqu’au côté opposé de la scène, loin des étudiants.

Prenant un bref moment pour me concentrer, je visai un espace ouvert entre les enchanteurs et les augmentateurs.

Une rafale de vent s’est formée autour de ma main avant de passer devant les élèves. Le temps qu’elle atteigne le mur de métal derrière eux, la balle d’air s’est dissipée inoffensivement.

L’un des étudiants a rétorqué : « La belle affaire, mais la plupart des augmentateurs peuvent le faire une fois qu’ils ont atteint le stade orange. »

« C’est vrai, ce n’est pas difficile à faire, mais… » J’ai levé mon autre bras et tiré un jet d’air comprimé directement de ma paume. L’attaque a sifflé en frappant une fois de plus le mur derrière les élèves, mais cette fois, le mur s’est effondré sous la pression, formant un petit cratère. « -Avez-vous vu des augmentateurs faire ça au stade orange ? »

Les élèves, surpris par l’impact d’un sort censé être le même, ont passé leur tête d’avant en arrière entre moi et le mur.

« Je ne peux pas démontrer avec précision ce qui se passerait lorsque les enchanteurs sont capables d’absorber les sorts qu’ils invoquent, mais croyez-moi, cela ne pourra que vous aider. »

Je suis retourné en titubant vers le podium et j’ai attrapé mon lien. « C’est tout pour aujourd’hui. Essayez de trouver la réponse à la question et pratiquez ce que je viens de vous dire de faire. On se voit demain. »

Je les ai salués une dernière fois avant de quitter la pièce. Une fois dehors, je pouvais entendre les étudiants à l’intérieur éclater d’excitation.

« Comment je m’en suis sorti, Sylv ? » J’ai demandé, en lâchant mon lien.

« Pas mal. Mais je pourrais faire mieux. » a-t-elle répondu brillamment, en marchant à mes côtés.


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Evans Alley
8 mois il y a

Merci pour le chapitre, tu t’es très bien débrouiller…

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser