the beginning after the end Chapitre 54

C’est un plaisir

Réfléchissant à ce que la directrice avait dit, je suis resté assis, les yeux fixés sur quelque chose au loin. Comme elle l’avait mentionné, il n’y avait aucun avantage réel pour elle à m’engager comme professeur, c’est pourquoi je trouvais cela si suspect. C’était tellement ancré en moi de me méfier des motivations des autres, peu importe qui ils étaient. Je suppose qu’en tant que figure d’autorité et de pouvoir, vous vous méfiez naturellement de tous ceux qui vous entourent, c’est pourquoi je ne comprenais pas pourquoi elle m’avait demandé de faire cela.

La Manipulation Pratique du Mana était un cours qui n’avait pas de travail supplémentaire à noter, ce qui rendait encore plus facile pour moi de simplement enseigner le cours. Et même si ce n’était pas plus facile, cela m’aiderait à me construire une bonne position et serait beaucoup plus intéressant. Comme je ne pouvais probablement pas échapper à l’attention des élèves de toute façon, je pouvais aussi bien faire les choses un peu différemment. Bien sûr, je n’avais pas l’intention de révéler toutes mes compétences à qui que ce soit pour le moment, mais je ne voyais pas l’intérêt d’essayer de passer complètement inaperçu, surtout après aujourd’hui.

« …Arthur ? » Je suis sorti de mes pensées pour voir que la directrice Goodsky me regardait avec une expression plutôt inquiète.

« Ah, oui. Bien que je ne sois pas sûr de mes compétences dans ce genre de rôle, j’aimerais essayer d’être professeur. » J’ai regardé le document énonçant mes devoirs et responsabilités en tant que professeur.

« Je suis sûre que tu feras un excellent travail. » a-t-elle souri.

En la regardant, j’ai demandé : « Le professeur Geist a enseigné d’autres cours que le mien ? »

« Heureusement, non. Nous l’avons engagé cette année après qu’il se soit retiré de la vie d’aventurier. Pour ce semestre, les autres professeurs et moi avons décidé de ne lui faire donner qu’un cours, comme une sorte de test. » Elle secoua la tête en voyant les résultats pitoyables qu’il avait obtenus.

« Avant de signer, j’ai une dernière question. » ai-je déclaré en relisant le dernier paragraphe du document.

« Vas-y. » a-t-elle insisté.

« Ne serait-il pas contre-intuitif que je n’aie pas le droit de faire du mal aux étudiants tout en faisant partie du Comité Disciplinaire ? ». Je l’ai questionné.

« Ah, bonne question. La règle de « ne pas blesser les élèves » s’applique à l’intérieur de la classe. Bien que la situation soit toujours étudiée pour chaque cas, tant que c’est pour la sécurité des autres élèves, comme utiliser un certain degré de force pour étouffer une bagarre ou réprimer un élève déchaîné. Quant à l’extérieur de la classe, pendant tes fonctions au sein du Comité Disciplinaire, je me fie à ton jugement sur ce point. »

Sur ce, j’ai hoché la tête et signé le document. « J’attends de grandes choses de toi, Arthur, et je suis sûre que je ne suis pas la seule ». Elle m’a donné une petite tape sur l’épaule avant de me pousser à aller déjeuner.

POINT DE VUE DE CYNTHIA GOODSKY :

« Ouf, qu’est-ce qui fait que ce garçon me tient toujours en haleine ? Négocier avec lui est plus éprouvant pour le cœur que de traiter avec les familles royales. Quel est ton avis sur lui, Avier ? » Mon lien se posa doucement sur le bras que je lui tendais, ses yeux intelligents réfléchissant à ce qu’il fallait dire.

« Il est… différent. Ne considère pas Arthur Leywin comme un enfant. Qu’il s’agisse d’acuité mentale ou de maturité émotionnelle, il est bien plus que ce que l’œil peut voir. » Les mots clairs qui sortaient de mon lien ne semblaient pas naturels au regard du mouvement de son bec.

« Qu’est-ce qui te rend si certain ? » Je me suis penché en arrière sur mon siège.

« Son lien. La vraie forme de ce renard blanc devrait être celle d’un dragon… »

J’ai bondi de mon siège. « Quoi ? ! Comment c’est possible ? Comment le sais-tu ? »

« C’est parce que nous sommes de la même espèce. Je suis peut-être d’une espèce inférieure de dragons mais les Wyverns sont toujours les descendants des dragons. » Avier est retourné se toiletter.

« Tu veux dire que son lien est plus puissant que toi ? » Je ne pouvais pas m’empêcher d’être complètement déconcertée par tout ça.

« Non, cette enfant n’a pas encore atteint sa maturité. Elle n’a dû éclore qu’il y a plus de quelques années. Cependant, je pense que lorsqu’elle se développera, ma force ne sera même pas comparable à la sienne. » a-t-il déclaré sans ambages.

Je ne pouvais pas imaginer quelqu’un de plus fort qu’Avier. Le fait qu’il soit mon lien n’était dû qu’au fait qu’il s’était pris d’affection pour moi lorsque je l’avais croisé, au fin fond des Clairières de la Bête. D’habitude, il faisait ses propres affaires et je n’osais pas le traiter comme un animal de compagnie, mais le fait que le lien d’Arthur était en fait un dragon et qu’il semblait lui être si soumis m’a fait me demander ce que ce garçon était vraiment.

« N’en fais pas ton ennemi, Cynthia. S’il est traité avec confiance et respect, il deviendra ton meilleur allié, mais s’il est trahi, il peut être la cause de la disparition de ce continent. » Sur cet avertissement, Avier s’est envolé.

Je me suis penché en avant sur mon siège, frottant mes tempes palpitantes en me rappelant ce qui s’était passé il y a quelques heures.

___________________________________________

« Directrice Goodsky, je vous demande de retirer le garçon nommé Arthur Leywin de ma classe ! » Un de mes professeurs a claqué la porte en entrant en trombe.

« Professeur Geist, vous avez l’air secoué. Qu’est-ce qui ne va pas ? » J’ai été prise par surprise par cette intrusion soudaine.

« Ce garçon n’a aucun respect pour moi, son professeur ! S’il vous plaît, n’écoutez pas les rumeurs que vous pouvez entendre. Je suis victime d’un coup monté ! » Le large visage de l’homme était rempli de désespoir et de colère.

Deux coups secs ont été frappés à la porte.

« Entrez, s’il vous plaît. » ai-je dit. Au moins cette personne avait la décence de frapper.

« Je m’excuse pour l’intrusion, directrice. » La petite Kathyln m’a fait une petite révérence avant de s’avancer à côté du professeur au visage désormais pâle.

« Qu’est-ce qu’il y a, Kathyln ? » Je me suis penché en avant, pour les regarder tous les deux.

« Cette piètre excuse de professeur doit être virée. » a-t-elle dit sans expression.

Le professeur Geist a attrapé Kathyln par le bras, la tirant près de lui. « Comment osez-vous ! Une piètre excuse ? Moi ? »

« Vous osez me toucher avec votre main dégoûtante ? » Son expression n’a pas changé, et elle semblait regarder le Professeur Geist de haut.

« Professeur, je vous suggère de retirer immédiatement votre main ou sinon, quelle que soit l’affaire, elle ne sera pas en votre faveur. » Je me suis levée à ce moment-là. Utiliser la force pour faire passer son message était déplorable.

Il a immédiatement lâché le bras de Kathyln avant de parler. « Hum… comme je le disais. Ne prenez pas à cœur les rumeurs que vous pouvez entendre. Je vous jure que tout ceci n’était qu’un malentendu et que je suis victime d’un coup monté. »

« Je n’ai pas encore entendu de rumeurs. Pouvez-vous me renseigner, Kathyln ? »

« Cette ordure ose s’en prendre aux élèves pour se sentir bien dans sa peau. Même en ignorant le fait qu’il a complètement humilié Feyrith, si Arthur n’était pas intervenu, j’aurais… » Sans finir sa dernière phrase, elle a jeté un regard noir au professeur.

Je me suis tourné vers le professeur Geist, qui niait désespérément cette accusation. « Je vous dis que c’était un malentendu. Je voulais simplement démontrer devant la classe le niveau du Comité Disciplinaire. Vous savez, pour que les autres étudiants le sachent. »

« Si c’était simplement cela, alors il n’y aurait aucune raison pour vous de venir dans ma chambre et d’insister pour qu’Arthur soit retiré de votre classe. » Je ne pouvais m’empêcher de soupirer intérieurement à l’idée de gérer ce dilemme.

Je me suis tourné vers ma secrétaire, qui avait jeté un coup d’œil pour voir ce qui se passait. « Tricia, rassemblez pour moi les informations de la classe du professeur Geist concernant cet incident. »

Mon assistante aux cheveux bruns s’est inclinée avant de partir en courant.

« Maintenant, s’il vous plaît soyez patient pendant que tout cela se règle. Je vais faire de mon mieux pour être juste à ce sujet. » Avant que j’aie pu les congédier tous les deux, la princesse Kathyln s’est approchée de moi.

« J’ai confiance en votre capacité à traiter cette affaire équitablement, mais sachez que sans Arthur, vous ne seriez pas en train de vous occuper de l’affaire d’éthique de ce professeur mais de l’affaire de blessure d’un étudiant. Mon cas de blessure. Je vous souhaite une bonne journée, Directrice. » Elle s’est retournée, ignorant complètement le professeur Geist, qui était décontenancé par sa dernière déclaration.

_____________________________________________

En me rappelant les témoignages que j’ai reçus, il semble qu’Arthur ait complètement dépassé le professeur Geist. Bien que la personnalité de ce professeur ne m’ait jamais plu, ses compétences étaient plus que suffisantes pour enseigner un cours de base sur la manipulation du mana. Même en étant un augmentateur de noyau jaune clair, et un assez bon en plus, il avait été complètement vaincu par un enfant de douze ans.

J’ai laissé échapper un soupir en regrettant de ne pas avoir mesuré le niveau du noyau du garçon alors qu’il était juste ici.

Un enfant de douze ans battant un aventurier vétéran en utilisant uniquement son mana de vent et de terre, dont je me souviens qu’il avait mentionné qu’il était le plus faible, et qui avait également un lien avec un dragon. Qu’avait-il de plus ? Si je lui demandais, me le dirait-il ?

POINT DE VUE D’ARTHUR LEYWIN :

« Art ! Par ici ! » J’ai vu Elijah me faire signe à travers la salle à manger.

J’ai remarqué qu’il était assis avec une fille quand je suis venu.

« C’est Charlotte ! Charlotte, voici mon meilleur ami et colocataire, Arthur Leywin. » Il s’est levé, nous faisant signe de nous serrer la main.

« Salut Arthur, j’ai beaucoup entendu parler de toi. » Elle a fait un sourire coquet en tortillant ses cheveux.

« Mmm… C’est un plaisir. » ai-je répondu brusquement avant de concentrer mon attention sur Elijah.

« Comment se sont passés tes cours ? » ai-je demandé à mon ami pendant que je donnais un morceau de brocoli à Sylvie.

« Kyu ! » « Noonn ! »

« Aww~ ta petite bête de mana est si mignonne ! Ça te dérange si je la caresse ? » Charlotte s’est rapprochée terriblement de moi, s’appuyant presque sur moi tandis qu’elle atteignait le sommet de ma tête.

Mais avant qu’elle ait pu caresser Sylvie grognant, j’ai attrapé son poignet.

« Désolé, elle n’aime pas que les étrangers la touchent. » Je l’ai regardée droit dans les yeux, la faisant rougir par la proximité de son visage avec le mien.

« O-Oh, je suis désolée ! » Elle s’est rétractée, se concentrant à nouveau sur la nourriture.

Apparemment ignorant de ce qui se passait, Elijah a répondu, la bouche pleine de nourriture. « Les cours étaient super ! J’ai particulièrement aimé mon cours de Base des Multi Sorts et mon cours sur l’Utilisation du Mana. Bien que pour l’Utilisation du Mana, j’ai l’impression que le professeur qui enseigne répète exactement la même chose que ce que tu m’as dit de faire. Au fait, j’ai rencontré Charlotte dans mon cours Multi Sorts ! Elle est vraiment géniale ! »

« Haha, s’il te plaît, tu me fais rougir. » Charlotte afficha un visage timide en se tortillant sur son siège.

« … »

« En tout cas, comment se sont passés tes cours ? ! J’ai entendu dire que tu avais déjà tabassé un professeur ! Qu’est-il arrivé au fait de rester cool, mec ? » Il m’a fait un sourire en coin en pointant sa fourchette sur moi de manière accusatrice.

« Oui, à peu près, du coup j’ai fini par devenir professeur pour ce cours. » ai-je répondu froidement, en enfonçant un morceau de viande dans ma bouche tout en évitant les tentatives de Sylvie pour le voler.

Elijah a craché la nourriture qu’il mâchait vers nous alors que je me suis instinctivement penché en arrière, essayant de me mettre hors de portée.

La fille nommée Charlotte a crié en recevant le choc de l’attaque de mon ami.

« Elijah, c’est dégoûtant. » J’ai essuyé quelques particules de nourriture égarées que je n’avais pas réussi à éviter sur mon visage.

« Désolé, désolé… quoi ? Tu vas être professeur ? » Il s’essuya la bouche avant d’essayer d’essuyer le visage de Charlotte, mais celle-ci rejeta l’offre.

« Hmm… J’ai fini par remplacer le professeur qui enseignait la classe. Donc tu peux maintenant m’appeler Professeur Leywin. » J’ai souri à mon ami.

« Professeur, mon cul. Mais je devrais peut-être laisser tomber mon cours un jour et aller au tien. Ce serait intéressant de te voir enseigner. » a-t-il rétorqué.

Alors que nous continuions à parler, j’étais de plus en plus agacé par les tentatives de flirt de Charlotte, et encore plus agacé par le fait qu’Elijah ne comprenait rien à tout ça.

« Oh oui ! Charlotte et moi allions au centre-ville de l’Académie pour faire du shopping. Tu veux te joindre à nous ? » a-t-il demandé nonchalamment.

« Oui ! Arthur, tu devrais te joindre à nous. » Elle s’est penchée plus près encore. Il y avait une petite allée au coin de l’académie où se trouvaient des restaurants et des cafés chics, ainsi que des cabines de shopping pour que les riches nobles puissent se gâter. Avec ça, on pouvait imaginer à quel point l’académie était énorme.

« J’ai encore trois cours, tu te souviens ? Je prends les cours de division supérieure après le déjeuner. »

Elijah a juste haussé les épaules. « Oh oui, j’avais oublié. Pas de problème ! Je suppose que ce sera juste moi et Charlotte. »

Charlotte a souri maladroitement au visage joyeux d’Elijah et a répondu : « Ah, désolée. J’ai totalement oublié que j’avais d’autres plans aujourd’hui. Je suis vraiment désolée ! Nous devrions vraiment y aller la prochaine fois, cependant ! Tous les trois ! Bye. »

Sur ce, elle est partie, laissant mon ami et moi seuls à la petite table à manger.

« Je suppose qu’elle était très occupée. » Elijah avait l’air un peu déçu.

Oh, Elijah…

Se penchant plus près, il m’a demandé d’une voix sérieuse. « Alors, qu’est-ce que tu as pensé de Charlotte ? Elle est jolie, hein ? ! Tu penses que j’ai une chance avec elle ? »

Oh, Elijah…

« Je pense que tu peux faire mieux, mon pote. » J’ai tapé dans le dos de mon ami ignorant alors que nous sortions ensemble du réfectoire.

Elijah a décidé qu’il voulait aller à la bibliothèque après que ses plans se soient soudainement envolés, donc après l’y avoir accompagné, je me suis rendu à mon premier cours de division supérieure, Mécanique du Combat en Équipe I.

La salle de classe, ou plutôt le champ, pour être plus précis, se trouvait de l’autre côté de l’académie, où se tenaient tous les cours de la division supérieure.

La « pièce » consistait en un immense champ d’herbe avec plusieurs obstacles placés au hasard, entouré de hauts murs sur lesquels étaient gravées des runes. Au sommet de l’un des murs se trouvait une petite pièce séparée, protégée par une couche de verre. J’ai supposé que cette pièce servait de plate-forme d’observation pour le reste des élèves.

J’ai vu que certains étudiants étaient arrivés avant moi, discutant entre eux, et j’ai immédiatement remarqué des figures familières.

« Ah ! Je ne savais pas que tu serais dans une classe de division supérieure, Arthur. » Curtis Glayder m’a fait signe dès qu’il a compris qui j’étais. Grawder, le lien de Curtis, était allongé les yeux fermés juste à côté de lui.

« Oui, je ne pensais pas que j’aurais un cours avec toi. Prends soin de moi. » J’ai attrapé sa main.

« C’est bon de te revoir, Arthur ! » Claire Bladeheart a passé son bras autour de mon cou tout en souriant avec éclat. « Nous devons faire de notre mieux pour ne pas embarrasser le Comité Disciplinaire, n’est-ce pas ? »

« Haha, je ferai de mon mieux. Est-ce que c’est tous ceux qui vont être dans la classe ? » J’ai répondu, en me retournant vers Curtis. J’avais entendu dire que cette classe avait un nombre assez restreint d’élèves et qu’elle était l’une des plus populaires.

« Hmmm, il devrait y en avoir quelques-uns… ah, les voilà ! » En regardant en arrière, j’ai vu plusieurs autres étudiants et je n’ai pas pu m’empêcher de sourire avec lassitude.

« La princesse Tessia est toujours aussi belle, n’est-ce pas ? » J’ai entendu un des étudiants murmurer.

Parmi le petit groupe d’étudiants qui marchait de ce côté, il y avait Tessia Eralith, mon amie d’enfance, et Clive Graves, le vice-président des étudiants.

Elle m’a remarqué et je peux dire qu’elle était sur le point de me saluer mais elle a remarqué que j’avais le bras d’une femme plus âgée autour du cou, alors à la place, elle m’a jeté un regard furieux avant de détourner la tête, en faisant la moue.

Clive, qui n’a pas compris pourquoi elle s’est mise en colère, m’a jeté un regard noir et ses yeux étroits sont devenus encore plus aigus.

« Bon après-midi, Princesse Tessia ! » Sans prendre la peine d’enlever le bras autour de mon cou, Claire sourit et fit signe à Tess.

« C’est un plaisir. » a-t-elle répondu, l’expression féroce.

Après être passée devant nous, elle m’a secrètement pincé le côté, me faisant sursauter.

« Hmm, je me demande si elle est de mauvaise humeur aujourd’hui. » a réfléchi Claire.

C’est à cause de toi !

Alors que Claire retirait son bras de mon cou, je me suis retourné pour voir quelqu’un derrière nous, à l’arrière du groupe. Dès que j’ai reconnu qui c’était, mon visage a commencé à brûler de colère tandis que mes poings serrés devenaient blancs. C’était Lucas Wykes.


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Evans Alley
7 mois il y a

Merci pour le chapitre!
Oh Elijah, pauvre Elijah, tu mérites mieux Elijah…

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser