the beginning after the end Chapitre 53

Classes et Professeurs III

En marchant vers mon prochain cours, je ne pouvais pas m’empêcher d’être un peu frustré contre moi-même. J’avais été impatient là-bas, voulant seulement maîtriser le Professeur Geist pour en finir rapidement. En utilisant seulement mes attributs vent et terre, je n’ai pas pu en finir aussi facilement que je l’aurais voulu. Je suppose qu’être doté de trop de dons m’a rendu un peu trop impertinent. En réalité, je n’avais pas encore atteint le sommet de la force sur ce continent, même si j’avais suffisamment d’avantages pour y parvenir. Dans cet état d’esprit, je devais cesser de me comparer aux élèves de mon âge et voir plus grand. J’espérais seulement que les cours de la division supérieure me permettraient de mieux comprendre la manipulation du mana, ce que je ne pouvais pas faire tout seul.

J’étais plutôt intéressé par mon prochain cours, les Notions de base de l’Artifice. L’artifice était quelque chose qui n’avait jamais existé dans mon ancien monde. J’étais sûr qu’il y avait des liens pertinents avec la technologie utilisée dans mon ancien monde, mais le principe de la manipulation et de la programmation du mana pour avoir des utilisations spécifiques désignées à un objet était nouveau pour moi.

En entrant dans la salle de classe, j’ai été agréablement surpris de voir que la disposition de la pièce était celle d’un laboratoire. Des béchers, des récipients, différents types de minerais et divers gadgets remplissaient la pièce, la rendant d’autant plus authentique.

J’ai été quelque peu soulagé de voir qu’il n’y avait personne que je connaissais dans cette classe, ce qui m’a rassuré. Alors que les étudiants commençaient à s’asseoir à côté de connaissances et d’amis, une fille qui semblait avoir à peu près mon âge est passée et s’est mise derrière le tabouret à côté du mien.

« C-Ce siège est-il pris ? Si c’est le cas, je vais aller ailleurs ! » Je ne savais pas pourquoi elle avait l’air si paniquée, mais je ne pouvais pas m’empêcher de glousser devant sa personnalité innocente.

« Non, le siège n’est pas pris. Tu es libre de t’y asseoir si tu le souhaites. » J’ai dit avec un sourire accueillant, en prenant moi-même un siège.

La fille était ordinaire, c’est le moins qu’on puisse dire. Ses épaisses lunettes rondes magnifiaient ses yeux et les taches de rousseur en dessous. Ses cheveux bouclés semblaient avoir une vie propre, car ils étaient attachés de force en une queue de cheval dans son dos.

Comparée à des filles comme Tess et Kathyln, dont tout le monde se pâmait – et pour de bonnes raisons – elle était plutôt ordinaire. Mais pour une raison quelconque, c’était confortable autour d’elle.

« Me-Merci… » murmura-t-elle, la tête baissée « …mily. »

« Hein ? » Je me suis penché plus près pour entendre sa dernière phrase.

« Emily ! Je m’appelle Emily Watsken ! S’il te plaît, sois mon ami – je veux dire, je suis heureuse de te rencontrer ! » Elle écarquilla les yeux, stupéfaite par ses propres paroles.

J’ai partagé son expression avant d’éclater de rire.

« Bien sûr. Mon nom est Arthur Leywin. » J’ai saisi sa main et je n’ai pu m’empêcher d’être surpris par la grossièreté de sa paume.

« O-Oh ! Je suis désolée ! Ça doit être dégoûtant, non ? » Elle rétracta sa main calleuse tandis que son visage devenait un peu rouge, accentuant les taches de rousseur sur ses joues.

« Non, c’est très bien. J’ai aussi des callosités. Tu vois ? » J’ai tendu ma main armée pour révéler les bosses durcies sur mes paumes.

« Wow… tu as raison ! Tu dois beaucoup t’entraîner ! Ce n’est pas étonnant que tu sois dans le Comité Disciplinaire. J’admire vraiment cela ! Pour ma part, j’aime vraiment l’artifice, alors je finis par bricoler beaucoup de gadgets. Malheureusement, cela rend mes mains si rugueuses. » Elle se gratta la tête, ses phrases devenant plus rapides à mesure qu’elle se sentait plus à l’aise avec moi.

« Vraiment ? J’admire plutôt les gens comme toi. Je suis jaloux que tu aies une telle passion pour l’artifice. La seule chose à laquelle on s’améliore quand on se bat, c’est détruire et tuer, mais plus on s’améliore dans l’artifice, plus on peut créer de choses. » J’ai regardé mes propres mains calleuses.

« Woah… c’est profond. » J’ai vu Emily réajuster ses épaisses lunettes pendant qu’elle réfléchissait à ce que je venais de dire dans sa tête.

« Haha, j’ai fini par dire quelque chose de désagréable. Je m’excuse. » Le cours devenait assez bruyant alors que la salle se remplissait d’étudiants enthousiastes, dont la plupart étaient ici en tant que mages érudits.

« Non non non ! Ce n’était pas désagréable du tout ! C’est juste que ce n’est pas quelque chose qu’on entend tous les jours de la part d’un enfant de douze ans. » Elle secoua désespérément ses mains pour faire signe que tout allait bien.

« Tu dis ça comme si tu n’avais pas douze ans toi-même. » ai-je ricané en la regardant.

S’affaissant sur sa chaise, elle laissa échapper un soupir. « C’est vrai… C’est parce que je suis apparemment un génie en quelque sorte. Je ne comprends pas vraiment pourquoi les gens disent ça, mais on ne me traite plus vraiment comme une enfant depuis que j’ai créé l’artefact de projection. »

« Attends quoi ? C’est toi qui as inventé l’écran utilisé pour montrer l’annonce des rois et des reines ? » Je me suis levé de mon tabouret.

« Mhmm, enfin seulement une partie… J’ai bricolé avec certaines choses dans le laboratoire de mes parents et j’ai fait les modèles de base il y a quelques années. » Elle gratta à nouveau ses cheveux bouclés.

Je m’enfonçai dans mon tabouret et je respirai profondément. Putain de merde. Elle a construit quelque chose comme ça alors qu’elle n’avait même pas 10 ans !

« Eh bien, je dois dire que c’est un honneur d’être en présence d’un génie tel que toi. » Je lui offris un sourire en coin, en inclinant la tête en signe de fausse fidélité.

« Oh, s’il te plaît. Ne commence pas maintenant toi non plus ! En plus, tu es assez célèbre aussi, tu sais ! » Elle m’a fait un sourire en coin alors que ses lunettes reflètaient la lumière de la classe, la faisant ressembler à une scientifique maléfique.

« Vraiment ? J’ai essayé très fort de faire profil bas. Je suppose que ça n’a pas marché. » J’ai appuyé ma tête sur ma main.

« Pfft. Rejoindre le Comité Disciplinaire en tant que première année n’a pas aidé. »

« Il y a aussi d’autres étudiants de première année dans le comité. » ai-je réfuté.

« Mais pas les humains ! Toi et la princesse Kathyln êtes les seuls, et la princesse a été saluée comme un prodige depuis son éveil. Il ne reste plus que toi, un mystérieux humain de première année qui a un lien avec une bête de mana de type renard blanc et qui n’a pas d’antécédents, également capable d’écraser et de démolir complètement un professeur qui est un aventurier vétéran au stade de noyau jaune clair. » À ce moment-là, elle se penchait de plus en plus près de moi.

« Quoi ? Comment sais-tu déjà ce qui s’est passé avec le professeur Geist ? ! C’est littéralement arrivé il y a quinze minutes ! »

« Kyu ! » Sylvie fit écho en protestant contre le fait qu’on la traite de renard, bien que ce soit essentiellement ce qu’elle était.

« Ne sois pas si surpris ! C’est une académie de magie, après tout. Les nouvelles vont vite et les ragots vont encore plus vite. Je te parie que certaines personnes de cette classe savent déjà ce qui s’est passé. » Elle a souri en agitant son doigt.

« Oh mon Dieu… Tu sais, j’ai remarqué que tu es terriblement bavarde maintenant, comparé à quand tu bégayais ton salut quand tu es arrivée. » Je n’ai pas pu m’empêcher de réaliser le changement de sa personnalité.

« La ferme ! Je suis nul avec les inconnus, ok ? En plus, d’habitude, je ne m’entends pas aussi facilement avec les nouvelles personnes. Mais tu es différent ! C’était facile de se sentir à l’aise avec toi puisque nous sommes vraiment semblables. » Elle se renfrogna, croisant ses bras sur sa poitrine peu développée.

« Similaire en quoi ? » Je lève un sourcil.

Elle a fait un grand sourire « On est tous les deux des monstres ! ».

J’ai roulé les yeux en entendant ses conjectures, mais j’ai réalisé que, grâce à son intelligence, j’étais plus à l’aise avec elle qu’avec les autres enfants de mon âge.

Alors que j’étais sur le point de répondre à sa déclaration, la porte de la classe s’est ouverte et j’ai vu un visage familier.

« Salutations, plébéiens ! Soyez honorés de m’avoir moi, le professeur Gideon, en tant qu’enseignant pour cette classe ! » Le savant fou est monté sur l’estrade en patinant, tandis que la paire de lunettes qui pendait à son cou rebondissait de haut en bas.

Alors qu’il regardait la classe d’un œil condescendant, il a fini par atteindre Emily et moi.

« AH ! Eh bien, si ce n’est pas Arthur. Je n’avais aucune idée que tu serais dans ma classe ! » Il a serré ses joues d’une manière évidemment fausse, ce qui m’a fait secouer la tête.

« Et, oh là là, s’entendre avec Miss Watsken ! Je dois dire que vous feriez une sacrée équipe ! Bien ! Commençons ce premier jour de cours par une petite présentation de moi-même ! ». Il sourit, écrivant son nom en grosses lettres derrière lui.

Le cours s’est poursuivi pendant une heure et demie, avec Gideon qui n’arrêtait pas de dire à quel point il était remarquable. La plupart des élèves, moi y compris, étaient à moitié endormis, mais les yeux d’Emily brillaient tandis qu’elle absorbait chaque information qui sortait des lèvres fines de Gideon. Je supposais que même un génie comme elle respectait Gideon dans le domaine de l’artifice. Cela me donnait presque envie de l’admirer.

Pendant ce temps, Sylvie était recroquevillée sur le bureau en face de moi, utilisant mon bras comme oreiller, lorsqu’une chouette vert olive est soudainement entrée par la fenêtre et s’est posée sur mon épaule.

« Kyu ! » Sylv bondit de surprise et grogna alors que la chouette se toilettait tranquillement.

« Eh bien, on dirait que la directrice Goodsky te fait signe, morveux ! » Gideon s’est approché de moi en massant ses épaules voûtées.

« Tu ne devrais pas la faire attendre. Ouste ! Va-t’en ! » Il m’a giflé le dos tout en continuant à dire à quel point il était génial.

Emily s’est penchée, sans être surprise. « Je t’avais dit de ne pas sous-estimer la vitesse à laquelle les nouvelles voyagent ! »

« Ouais, ouais… » Je suis sorti de la classe, entendant certains de mes camarades de classe commencer leur discussion sur ce qui s’était passé.

« Bon… où était le bureau de la Directrice Cynthia déjà ? » Je me suis gratté la tête.

Comme s’il avait compris, le hibou s’est envolé de mon épaule et a commencé à voler vers la droite, nous faisant signe de suivre.

« Kyu ! » « Papa, il est dangereux ! » Sylvie m’a prévenu, sa fourrure se hérissant.

Le campus était assez vide, la plupart des étudiants étant soit en classe, soit en train de s’entraîner seuls, soit dans leurs dortoirs. Pris par le magnifique paysage de ce campus, je me suis rendu compte un peu tard que le hibou s’était posé sur une statue devant un bâtiment que j’ai supposé être le bureau de la directrice, attendant que j’entre.

J’ai ouvert la porte et je me suis dirigé vers l’intérieur tandis que le hibou à cornes se perchait à nouveau sur mon épaule, ce qui a fait siffler Sylvie et lui a lancé des coups de pattes en guise d’avertissement.

« Je vois qu’Avier t’a personnellement guidé jusqu’ici. C’est étrange… Je ne l’ai jamais vu être aussi à l’aise avec un étranger auparavant. » Le professeur Goodsky, qui était assis derrière son bureau, reposa sa tête sur ses mains en me regardant mais en étudiant Sylvie en particulier.

« Vous avez besoin de quelque chose de moi, directrice ? » Je pris place en face de son bureau tandis qu’Avier, la chouette verte, quittait mon épaule pour se percher sur le rebord de la fenêtre derrière Cynthia.

« Oui. Je t’ai fait venir au sujet de la petite « démonstration » dans la classe du professeur Geist. » Son expression est restée inchangée alors qu’elle mentionnait les problèmes que j’avais dû lui causer.

« Ah… Il y a eu quelques situations préalables à ce sujet, en fait… » Avant que je puisse expliquer, la Directrice Goodsky a levé la main pour m’interrompre.

« Nous venons de renvoyer le professeur Geist de notre académie. La princesse Kathyln a personnellement pris les devants et s’est expliquée, me racontant ce qui s’est exactement passé. Bien sûr, j’ai dû demander à certaines personnes de vérifier son témoignage, mais tout le monde était d’accord pour dire que le professeur était un danger pour les étudiants. » Elle a hoché la tête, plaçant quelques documents devant moi.

Wow, elle avait vite travaillé. Cet incident s’est produit il y a moins de deux heures, mais elle a déjà réussi à gérer et à virer ce professeur.

Comme si elle savait ce que je pensais, elle a souri et a ajouté : « Cela permet de faire avancer les choses lorsque tu as le dernier mot sur toutes les questions concernant cette académie. Je dois dire, cependant, que je n’ai jamais vu la princesse aussi énervée qu’aujourd’hui. Quand elle est entrée, elle avait une expression de colère sur le visage, ce qui, selon ses normes, est assez sérieux. Tu dois comprendre à quel point j’ai été surprise. Hoho ! » La directrice Goodsky se couvrit la bouche d’une main en gloussant doucement.

« Sérieux ? Je ne pensais pas que cette princesse pouvait montrer des émotions. » J’ai souri moi aussi.

« Oui. Tu as dû lui faire une sacrée impression, car elle t’a défendu avec ferveur, ne laissant au professeur Geist aucun espace pour se défendre. » Elle m’a fait un clin d’œil.

Lorsque j’ai secoué la tête de manière impuissante, la directrice Goodsky s’est contenté de rire et de répondre : « Tu es un homme à femmes, Arthur. Cela va être un problème si tu voles le cœur des deux princesses ! Qui sait, tu pourrais être la cause de notre prochaine guerre civile ! Hahaha ! »

Elle semblait plutôt amusée par quelque chose qui pourrait dévaster le mince équilibre que ce continent avait. Je voulais écarter cette idée, mais lorsque j’ai imaginé les deux princesses en train de se battre, j’ai frémi. Je n’avais pas la capacité mentale de gérer une seule des princesses, sans parler des deux.

« Tu sais, ce n’est pas vraiment considéré comme jeune de se marier à l’âge de quatorze ou quinze ans. Je suis sûre que Tessia sera devenue une belle jeune fille d’ici là. » Elle m’a encore plus taquiné.

« Non, merci. Je ne me vois pas m’engager dans une relation amoureuse de sitôt. De plus, ce ne sont encore que des enfants. Je commencerai peut-être à y penser quand les filles de mon âge seront un peu plus mûres. » J’ai haussé les épaules.

Se penchant en avant, la directrice m’a étudié. « Hoho, la façon dont tu le dis me fait penser que tu as déjà mûri, Arthur. »

« Eh bien, même vous, vous devez admettre que je suis beaucoup plus mature que les gens de mon âge. » ai-je répondu en m’adossant à la chaise.

« C’est vrai, mais les femmes ont tendance à mûrir plus vite que les hommes. » a déclaré la directrice Goodsky.

« Je me demande encore pourquoi j’ai été appelé ici. Je suis sûre que vous ne m’avez pas fait venir pour me dire que tout était réglé et pour me marier. » Sylvie a sauté de ma tête et a couru après Avier, qui faisait sa toilette sur la fenêtre.

« Arthur ! J’ai l’impression que tu commences à me voir comme quelqu’un qui a toujours une arrière-pensée à portée de main. » Elle m’a lancé un regard offensé.

« Haha ! C’est vrai, parce que nous sommes terriblement semblables sur ce point, directrice. » Je lui ai fait un clin d’œil, ce qui l’a fait sourire aussi.

« Mon Dieu. Si c’est le cas, alors je crois que j’ai pris la bonne décision. » a-t-elle répondu.

« Qu’est-ce que vous voulez dire ? »

« Arthur, que penses-tu d’être le professeur de ton cours, Manipulation Pratique du Mana ? » Elle a joint ses mains, étudiant mon expression.

Mes yeux se sont agrandis à ce moment-là. « Vous n’êtes pas sérieuse, hein ? »

« Oh, je suis tout à fait sérieuse, Arthur. » dit-elle, son expression inaltérable.

« Est-ce que c’est même autorisé ? Je suis un étudiant qui n’a même pas fini son premier jour d’école. Puis-je être un étudiant et un professeur en même temps ? Et mes autres cours ? » J’ai commencé à sortir des arguments pour expliquer pourquoi ça ne marcherait pas.

« S’il te plaît, pas besoin de t’énerver. C’est assez simple, en fait. Est-ce que c’est autorisé ? Oui, tant que je le dis. Bien que cette situation spécifique ne se soit jamais produite, il existe des cas d’élèves de terminale hautement qualifiés qui enseignent des cours de base. Quant à tes autres cours, ton emploi du temps ne changerait pas vraiment. Tu ne ferais qu’enseigner cette classe, pour cette période. » Elle m’a fait un sourire d’homme d’affaires.

J’ai commencé à réfléchir. La directrice Goodsky ne faisait pas ça pour son bien. Elle serait sûre de recevoir beaucoup de plaintes de parents nobles protestant contre le fait qu’un première année enseigne un cours. Moi, d’un autre côté, j’aurais beaucoup plus de temps libre, car enseigner le cours demanderait beaucoup moins de travail en dehors de la classe.

« Je ne comprends pas pourquoi vous faites ça, directrice. »

« Eh bien, une place vient de se libérer et c’est toi qui as battu le professeur précédent. Cela ne te donne-t-il pas assez de qualifications pour entrer ? De plus, je ne fais vraiment pas ça avec une arrière-pensée, Arthur. Tu n’as pas besoin d’être trop suspicieux. C’est à toi de décider. Je ne te pousserai pas à le faire, mais je pense que ce serait une bonne occasion de te construire une sorte de réputation sans avoir à partir à la conquête de professeurs. Si tu souhaites continuer à enseigner après ce semestre, je peux te donner plus de classes ! Je suis sûre qu’il y a un nombre très limité de cours qui te seraient utiles de toute façon. » a-t-elle gloussé.

Debout, Goodsky a posé une main douce sur mon épaule. « Le choix t’appartient. »


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Evans Alley
8 mois il y a

Merci pour les chapitres
Tu montes vite en grade Arthur…

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser