the beginning after the end Chapitre 52

Classes et Professeurs II

« Kathyln Glayder. Je dois dire que c’est un honneur d’avoir votre présence dans mon humble classe. » Le professeur Geist fit une profonde révérence exagérée. « S’il vous plaît, ne me blâmez pas pour les résultats de cette ‘démonstration’. » poursuivit-il en affichant un visage pitoyable.

Son expression froide et inébranlable, Kathyln a simplement hoché la tête, sortant son bâton de l’anneau dimensionnel qu’elle portait au petit doigt.

« Très bien ! Allons-y ! » Le professeur a frappé, le feu s’est allumé entre ses paumes.

Sans un mot, elle a levé son bâton bleu ciel. Avant que le professeur Geist n’ait eu la chance de déclencher sa boule de feu, deux javelots de glace se sont formés autour de Kathyln.

« Tirez. » J’ai entendu mon collègue du comité de discipline marmonner avant que les javelots ne s’élancent vers notre professeur.

Elle a donc décidé de passer à l’offensive pour empêcher le professeur Geist de l’attaquer.

Un léger sourire en coin se dessina sur le visage de notre professeur alors qu’il levait ses mains encore enflammées, prêtes à bloquer les lances de glace.

Dès que les javelots de glace ont touché le feu sur ses paumes, ils ont instantanément fondu, disparaissant lentement tandis qu’un sifflement aigu retentit.

« Javelot de glace. » murmura-t-elle encore, et cette fois, au lieu de deux, cinq javelots tournoyants se formèrent près de Kathyln.

« Tirez. » Son expression est restée glaciale, comme un serpent enroulé prêt à bondir.

« Haha ! Impressionnant ! Comme attendu de notre princesse ! » Le professeur Geist grimaça, la classe se penchant en avant pour avoir une meilleure vue de cette bataille intense. Comme la plupart des étudiants étaient en première année, ils n’étaient pas encore capables d’invoquer quelque chose comme ça, et encore moins presque instantanément.

Notre professeur se concentra alors que les cinq lances se dirigeaient vers lui, prêtes à le transpercer si elles ne se faisaient pas contrer.

« Brume de Braises ! » Le sort qu’il avait préparé se termina à temps alors que le professeur Geist sautait en arrière, libérant de petites orbes flottantes de flammes bleues.

N’était-ce pas le sort que Lucas avait utilisé lors de son examen de grade ?

« Brisez-vous. » murmura Kathyln. Ses cinq javelots de glace se brisent en une quantité innombrable de petits éclats de glace tranchants.

« Feu ! » Le professeur Geist, le visage moins satisfait qu’auparavant, fit en sorte que ses orbes de feu bleu se dirigent vers son adversaire. Kathyln, de son côté, était tellement concentrée sur la fin de son dernier sort qu’elle ignorait les jets de feu bleu qui allaient la frapper.

« Tornade de glace ! » Sa voix était empreinte d’une légère panique lorsqu’elle réalisa, à la fin de son sort, qu’elle était sur le point de recevoir le gros de l’attaque de Geist.

POINT DE VUE DU PROFESSEUR GEIST :

Quelle idiote ! Pourquoi ne s’est-elle pas défendue au lieu d’essayer de finir le dernier sort ?

Alors que la tornade d’éclats de glace commençait à tourbillonner autour de moi, je suis devenu nerveux. Je ne craignais pas ce sort fantaisiste, j’avais peur qu’elle soit gravement blessée par mon attaque.

N’était-ce pas du bon sens pour un enchanteur d’avoir une couche de défense dans les batailles ? J’ai choisi un sort relativement facile à contrer et le fait qu’elle soit une déviante spécialisée dans la glace lui a rendu la tâche encore plus facile. Voulait-elle tellement gagner qu’elle a choisi de s’en passer ?

J’ai annulé le sort mais seules les boules de braises ont disparu. Le jet de feu bleu qu’elles ont lancé sur cette stupide princesse se dirigeait toujours vers elle.

Bon sang. Je suis foutu.

Champ de Brûlure

J’ai créé une couche de chaleur autour de mon corps pour faire fondre les éclats de glace qui m’entouraient. J’ai été laissé avec quelques légères égratignures mais je ne m’en souciais pas. Qu’est-il arrivé à la princesse ? Je n’ai pas entendu de cris de la part des autres élèves. Peut-être qu’elle allait bien ?

Bon sang… J’aurais dû m’arrêter après avoir ridiculisé l’elfe.

Après que la couche d’éclats de glace qui me bloquait la vue ait fondu, j’ai immédiatement essayé de trouver la princesse, mais au lieu de cela, j’ai trouvé le dernier membre des trois officiers DC de ma classe, Arthur Leywin, devant Kathyln, qui se couvrait encore le visage avec ses bras, paniquée. Sa paume était étendue devant lui tandis que son autre bras s’enroulait de manière protectrice autour de la princesse.

Ses yeux… Je ne pouvais pas m’empêcher de trembler involontairement à cause du regard maléfique qui me transperçait. Il semblait encore plus tranchant que les lances de glace que la princesse m’avait lancées.

« Je pense que votre petit jeu a assez duré, vous ne croyez pas ? » Son expression est restée glaciale, la façade innocente que je savais maintenant qu’il gardait habituellement n’était nulle part en vue alors que son regard dominateur me regardait sans remords. Était-ce là son vrai visage ?

« Je te remercie de ton intérêt pour la princesse, mais ce n’était pas nécessaire, j’avais tout sous contrôle. » Il était hors de question que je perde la face ici, le premier jour, devant tous mes élèves.

« Sous contrôle ? » Le sourcil d’Arthur s’est légèrement contracté et je pouvais sentir son agacement. Etais-je le seul à ressentir cette pression ? Ce n’était pas normal. Les bêtes de mana de classe AA ne dégageaient même pas une telle pression.

« Oui. Penses-tu que moi, professeur dans cette prestigieuse académie, je mettrais un de mes étudiants en danger ? » J’ai dit calmement. Il n’y avait aucune preuve ! Aujourd’hui, ce n’était qu’une petite erreur.

POINT DE VUE D’ARTHUR LEYWIN :

Cet ingrat comptait vraiment insister sur le fait qu’il avait tout sous contrôle. Je savais déjà, en observant Lucas, qu’une fois que les sorts à distance des orbes de feu étaient lancés, ils ne pouvaient plus être annulés. Mais là encore, il n’y avait aucune preuve puisque je l’avais bloqué.

« Je vois… alors dans ce cas, permettez-moi de prendre la place de ma collègue dans cette « démonstration ». »

« Haha…bien, si tu insistes. Il semble que j’ai un peu trop effrayé la princesse avec mon dernier sort. J’aurais dû l’annuler plus tôt si j’avais su que tu allais m’interrompre. Certains de mes élèves pourraient croire que j’essayais de la blesser. »

Même maintenant, ce pathétique instructeur essayait de défendre sa position. Je pouvais déjà dire, d’après les divers murmures dans la classe, que la plupart des étudiants croyaient ce qu’il disait.

Je me suis retourné vers Kathyln. « Tu vas bien ? Tu penses que tu peux retourner à ton siège toute seule ? » Je l’ai doucement tirée de sa stupeur.

« O-Oui… Je suis vraiment désolée. » Pour la première fois, j’ai vu un changement dans l’expression de Kathyln. Elle avait l’air vraiment embarrassée, sa peau blanche comme la porcelaine rougissant d’un rouge léger alors qu’elle se détournait pour retourner à son siège.

« Alors, s’il vous plaît, montrez-moi. » Je me suis retourné vers le professeur Geist et j’ai sorti la Ballade de l’Aurore. La lame sarcelle translucide a déclenché des halètements et des murmures d’étonnement alors que même Geist regardait mon épée, les yeux écarquillés de désir.

« C’est une belle arme que tu as là. Puisque tu es un augmentateur, je suppose qu’il serait juste de te laisser choisir la méthode avec laquelle tu aimerais que je me batte. » Il haussa les épaules de manière impuissante en se dirigeant vers son épée, qui était enfoncée dans le sol.

« Ça n’a pas d’importance. » ai-je répondu simplement.

Je pouvais voir une veine se creuser en signe d’agacement chez notre professeur alors qu’il me regardait.

« J’insiste. » a-t-il rétorqué.

« Alors, s’il vous plaît, utilisez ce en quoi vous avez le plus confiance. » J’ai fait quelques pas en avant, mon visage toujours plongé dans son regard, étudiant chacun de ses mouvements et actions.

Ordure ou pas, ce professeur était toujours un vétéran du stade jaune clair. Le fait qu’il ait eu la perspicacité d’utiliser le feu bleu signifiait qu’il était assez compétent.

J’ai vu le professeur, autrefois souriant, se renfrogner et son visage devenir un peu rouge. Je pouvais dire qu’il voulait vraiment laisser une impression incroyable à sa classe, et jusqu’à présent, je ne lui avais pas donné beaucoup de chance.

« Très bien alors. Je serai sûr d’y aller doucement avec toi. » La partie supérieure de son visage trahissait son sourire enjoué.

Dégainant son épée avec aisance, Geist se dirigea également vers moi, sa lame dansant autour de lui avec grâce alors qu’il la maniait sans effort.

Il a cligné des yeux vers moi sans prévenir, balançant sa lame avec une force qui n’était pas exactement « douce ».

Son épée était imprégnée d’une couche de feu bleu, la chaleur qui s’en dégageait étant mortelle. Après avoir paré son attaque surprise initiale, j’ai utilisé le mana de l’attribut vent pour éloigner la traînée de feu de moi.

Comme je ne pouvais utiliser que le mana de vent et de terre, je devais vraiment réfléchir à la meilleure façon d’utiliser mes atouts pour vaincre un adversaire plus fort. Bien qu’il aurait été facile d’utiliser le feu bleu moi-même, je n’avais pas cette option pour le moment.

Son bombardement continuait, la force de chaque coup de poing et de chaque coup de couteau devenant plus rapide et plus forte, comme s’il essayait de tester la limite que je pouvais supporter. Chaque fois que je parais ou que j’esquivais son attaque avec facilité, ses prochaines attaques montaient d’un cran.

Je n’utilisais aucun sort pour parer ses attaques, juste le renforcement du mana et la technique de l’épée pure, ce qui semblait frustrer encore plus notre professeur.

« Je suis sûr que le Comité Disciplinaire n’est pas composé uniquement de rats qui ne cessent d’esquiver et de s’enfuir. » a-t-il dit à voix haute, en prenant un air de plaisanterie.

« Est-ce que j’ai vraiment besoin d’attaquer alors que notre estimé professeur n’arrive même pas à en placer une sur un étudiant de première année ? ». J’ai répliqué, en affichant un visage innocent.

Il n’a pas répondu, ses lèvres se sont tordues de colère. À ce moment-là, quelques élèves avaient déjà compris qu’il ne s’agissait pas d’une simple démonstration, certains chuchotant s’ils devaient appeler la directrice ou le conseil des élèves.

Les attaques du professeur Geist sont devenues plus féroces et il a commencé à utiliser plusieurs sorts en même temps que ses attaques.

« Pilier de flamme ». Un jet de feu bleu a jailli du sol sous moi alors que j’ai instantanément esquivé pour l’éviter, le contrant avec une frappe concise au cou.

Le prenant par surprise, il a fait un bond en arrière beaucoup plus loin que nécessaire, afin d’esquiver ma lame, une perle de sueur se formant sur son front.

« Même les rats deviennent mortels quand ils sont acculés, Professeur. » Je lui ai lancé un sourire narquois et j’ai immédiatement réduit la distance entre nous deux.

Apparaissant juste à côté de lui, j’ai enroulé du mana de vent autour de la lame de mon épée et j’ai préparé un sort. Chaque coup que je portais formait un chemin de vent immobile, déroutant le professeur Geist qui était encore capable de bloquer mes coups. Chaque balayage, chaque fente et chaque coup que je portais créait un chemin d’air presque transparent dans sa trajectoire.

Le professeur Geist n’essayait plus de jouer la carte de la confiance, la concentration se lisait sur son visage alors qu’il tentait de bloquer ma rafale d’attaques.

Il atteignait le bord de l’arène alors que chaque coup que je lui portais le forçait à reculer d’un pas, les flammes de son épée vacillant impuissamment à chaque attaque.

Il était temps de mettre fin à tout ça.

J’ai fait en sorte que la surface du sol où il s’apprêtait à faire un pas devienne concave, lui faisant perdre légèrement l’équilibre. Comme on pouvait s’y attendre de la part d’un vétéran de l’augmentation, il a trébuché pendant une fraction de seconde mais a pu rapidement retrouver son équilibre. Cependant, cette fraction de seconde était tout ce dont j’avais besoin.

[Tempête]

Les douzaines de traînées de vent produites par chacune de mes lames insufflées par du mana ont soudainement brillé et ont été projetées. Mon assaut atteignit son paroxysme alors que la vitesse de mes attaques augmentait, ma lame devenant à peine visible. Pendant ce temps, le sort que je venais d’activer, Tempête, suivait chacune de mes attaques, faisant de mon barrage une chaîne d’épées et de lames de vent tranchantes.

« AHHH ! » Submergé par la quantité d’attaques qu’il ne pouvait espérer bloquer complètement, il trébucha sur ses fesses et roula hors de l’arène.

La barrière protectrice qui empêchait tous les sorts de passer vacillait et se fissurait lorsque mon sort de tempête la bombardait, jusqu’à ce qu’elle se brise finalement dans un bruit sec. Elle avait été assez forte pour bloquer tous les sorts, sauf un dernier souffle de vent, qui a frôlé le cou de mon professeur, faisant couler un filet de sang.

Heureusement, le corps du professeur, imprégné de mana, était suffisamment solide pour que mes lames de vent mortelles ne fassent que l’effleurer, mais il restait quand même assis à plat sur le dos, le visage pâle d’effroi et les genoux tremblants alors que j’enfonçais ma lame dans le sol juste à côté de sa carotide.

En reprenant mon épée et en la remettant dans mon anneau dimensionnel, je regardai notre professeur. « Merci pour vos conseils. »

Comme prévu, la cloche a sonné et je suis sorti de la salle, laissant toute la classe les yeux écarquillés et les mâchoires relâchées.

« …A-Arthur. » J’ai entendu une voix douce derrière moi. C’était Kathyln qui courait vers moi avec Feyrith derrière elle.

« Je dois admettre que tu étais impressionnant là-bas, Arthur. Comme prévu de la part de mon rival. » Feyrith a croisé les bras, mais son visage semblait un peu découragé.

En posant un bras sur l’épaule de l’elfe, je lui ai dit : « Tu t’es bien débrouillé là-bas, Feyrith. Si tu avais su le type de sort que le professeur utilisait, je sais que tu aurais préparé plus de mesures préventives. »

« Bien sûr ! Si j’avais su que le sort spécifique qu’il allait utiliser était beaucoup plus fort que je ne l’avais prévu, je suis sûr que j’aurais été vainqueur à la fin ! » a-t-il dit, mais le faible sourire sur son visage montrait qu’il appréciait ma foi.

Je me suis tourné vers Kathyln, qui était encore un peu secouée. « Es-tu une idiote ? » Je lui ai dit, en lui donnant une légère pichenette sur le front.

Elle m’a regardé avec un choc total, et même Feyrith avait l’air un peu paniqué.

« Si tu avais choisi de te défendre au lieu de te concentrer autant sur le fait de battre le gars, tu ne te serais pas mis en danger comme ça. Ne sois pas si têtu et réfléchis plus attentivement. Tu sais… tu es terriblement émotive pour quelqu’un dont le visage ne change jamais. » Je lui ai adressé un sourire en coin avant de me rendre à mon prochain cours, laissant la princesse hébétée tandis que Feyrith paniquait, réfléchissant à des moyens de la consoler.

« Kyuu ! » « Ah ! Je suis plein ! Comment était le cours, papa ? » Sylvie a filé sur le dessus de ma tête et s’est installée en me décoiffant.

« Bof, c’était bien. » pensais-je simplement, en tapotant mon précieux lien.


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Evans Alley
8 mois il y a

Merci pour le chapitre!
Il s’est battue Yesss! Il a gagné Yessss!

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser