the beginning after the end Chapitre 482

La Providence

Traducteur: Ych
———

ARTHUR LEYWIN

À travers la cacophonie de sons indiscernables, j’ai entendu une voix étouffée.

“Tue-la.”

“Non.”

Un flou lumineux au cœur des ténèbres. La toile de fond amère des échos de dix mille aspects éclatés d’un esprit poussé au-delà de la limite de ses capacités, de sa santé mentale.

Au dos de mes paupières fermées, l’éther suintait comme le sang des pores entre les mondes. Une autre image s’interposait : des fils d’or s’étendaient au-delà des limites d’un monde et dans le suivant, à travers une faille, s’étendant loin et large à partir du point nodal qu’était un seul homme, un homme dont les mains étaient rouges du sang d’une civilisation après l’autre. Sur l’image, j’ai coupé les cordes du destin et j’ai regardé un empire s’effondrer. Sur l’image, j’ai regardé mes propres mains, et elles étaient rouges comme les siennes.

Pas comme ça. J’ai mis la vision de côté. Un petit point de lumière grandissait derrière elle.

J’ai essayé de parler. Les mots sont sortis comme un cri.

Une autre image. Une image que je considérais plus fort, plus longtemps : moi, une couronne de lumière au-dessus de mon front, les fils du Destin enroulés autour de moi comme une armure, Agrona impuissant face à moi. Dans la vision, je l’ai frappé de dix façons différentes, et pourtant chaque coup du Destin s’est répercuté à travers le temps et l’espace pour assurer l’échec et la destruction, et dix visions différentes à l’intérieur de la vision se sont effondrées autour de moi. Moi, debout à l’épicentre de l’échec.

J’ai rejeté l’image avec difficulté.

La lumière s’est rapprochée, elle est devenue plus brillante.

J’ai réfléchi à la dernière vision, la seule voie possible. C’était une porte que je pouvais ouvrir mais que je ne pouvais pas voir au-delà. Mais c’était le seul moyen.

Les visions se sont fondues dans un flou lumineux. J’ai essayé de fermer les yeux, mais ils étaient déjà fermés.

Des sons indiscernables résonnaient dans mes oreilles.

“Tue-la.”

“Non.”

“Arthur-Grey.

Un éclair derrière mes yeux. Le souffle emprisonné dans mes poumons. Un monde écrit dans le feu, vu à travers les paupières fermées.

Mes yeux se sont ouverts et un faible cri s’est échappé de mes lèvres.

Je me suis vu d’en haut, l’esprit hors du corps. J’étais assis les jambes croisées dans le bassin de liquide riche en éther, qui ondulait légèrement et projetait une lumière bleue-violette inégale à l’intérieur de la grande caverne souterraine où Sylvia s’était cachée il y a si longtemps. À côté de moi, Sylvie était assise dans la même position. Son visage était froncé, ses yeux toujours fermés, les paupières bougeant tandis que les globes oculaires en dessous se déplaçaient d’avant en arrière, comme si elle faisait un rêve torturé.

Il n’y avait aucune émotion dans ce que je voyais devant moi. La scène était encore trop détachée de moi, trop lointaine et irréelle.

Tessia – non, Cecilia – était à quatre pattes près du bassin. Ses cheveux couleur bronze pendent devant son visage. Ses yeux sarcelle en forme d’amande se sont rétrécis, fixant à travers les mèches argentées l’homme qui se tenait au-dessus d’elle. Le sang s’est accumulé autour de ses doigts et s’est répandu dans le bassin, tachant la lumière bleue faiblissante.

Je n’ai pas eu besoin de chercher la source pour savoir que ce n’était pas son sang, mais mes yeux se sont tout de même tournés vers Nico. Chaque faible battement de son cœur mourant faisait couler un peu plus du peu de sang qu’il lui restait de l’étrange épi noir ramifié qui dépassait de son dos.

Je n’avais pas non plus besoin de deviner comment on en était arrivé là. Le mana qui avait conjuré le sort fatal flottait encore autour d’Agrona, à peine contrôlé. Il avait déjà oublié Nico, je le savais. Toute sa volonté était tournée vers Cecilia, et il associait à son regard foudroyant un regard de commandement cruel et plein d’attente.

De nombreux fils d’or couraient entre les trois. Ceux qui entouraient Nico commençaient à se briser les uns après les autres. La plupart allaient de lui à Cecilia, l’entourant, et moins à Agrona. Quelques fils reliaient Nico à moi, mais ils tremblaient de tension, prêts à se rompre.

Si peu de fils reliaient Nico et Agrona, Agrona lui-même en irradiait plus que je ne pouvais en compter.

Et pourtant, j’étais couvert d’encore plus de fils d’or que les autres. Enroulés autour de chaque centimètre de mon corps, de sorte que j’étais presque caché sous eux, les fils d’or me reliaient à tous les autres, puis se répandaient dans le vaste monde, tout comme Agrona. Les fils étaient si épais que je ressemblais presque à—

“Arthur-Grey.”

À travers les fils tissés, qui brillaient faiblement autour de moi comme les enveloppes d’un ancien roi momifié, je l’ai vu. L’aspect du ‘Destin’, en moi et autour de moi, lié à moi, assis juste derrière et au-dessus de moi – non pas dans l’espace tridimensionnel, mais dans le temps et les couches pressées du tissu de l’univers qui séparaient le monde physique et le royaume éthérique dans lequel il était piégé.

“J’accepte la vision de l’avenir que tu as offerte comme étant également dans l’ordre naturel, l’avancée nécessaire de la flèche du temps”, continua l’aspect, sa voix seulement pour mes oreilles. “Mais j’offre aussi un avertissement.”

Ma vision s’est rétractée encore davantage, traversant le toit de la caverne et le sol qui la surplombait pour se retrouver à l’air libre. Au lieu de regarder la Clairière des Bêtes, je me trouvais au-dessus d’Etistin, comme dans les visions que ‘le destin’ m’avait montrées des événements passés qui s’y étaient déroulés.

Maintenant, il me montrait l’avenir.

Tout comme auparavant, des flous blancs représentant les dragons sont arrivés, et Etistin tel que je connaissais a été effacé du visage de Sapin. La baie avait l’air solitaire et délaissée sans la ville qui la surplombait, mais le temps passait vite, et bientôt une nouvelle civilisation s’y construisit. Les structures simples qu’ils construisirent ne durèrent pas longtemps avant d’être anéanties à leur tour. La vitesse de la vision semblait augmenter, si bien que je ne voyais que des flashs de chaque nouvelle ville en construction avant qu’elle ne soit détruite.

Je m’éloignai davantage, jusqu’à ce que le monde entier ne soit plus qu’une lointaine parcelle de couleur sur un vaste ciel sombre, vide à l’exception des étoiles lointaines. Tout l’univers était étalé devant moi dans des couleurs exagérées, les étoiles brillantes sur un fond tourbillonnant de violet, de bleu et de gris, comme de l’huile sur de l’eau.

Et juste sous la surface, pressant les murs de la réalité, bourdonnait la pression croissante du royaume éthérique. Un rythme régulier commença à s’échapper du royaume éthéré comme un battement de cœur, et à chaque pulsation, les étoiles s’illuminaient et se gonflaient. Les battements sont devenus plus forts, plus rapides, et j’ai soudain compris ce qui était sur le point de se produire.

Comme si ma compréhension l’avait fait naître, le monde s’est brisé. C’était comme la vision que j’avais eue auparavant – le futur que le destin tentait de faire naître à travers moi – mais le cataclysme qui en résulta ne se produisit pas à l’échelle globale.

C’est avec une profonde et vague horreur que j’ai regardé l’explosion éthérée se répandre dans le ciel, effaçant les étoiles et ne laissant derrière elle qu’un vide sans fin.

La scène s’estompa, et je regardais à nouveau vers le bas, vers moi-même et vers l’aspect du Destin qui siégeait en moi et autour de moi.

Avec la disparition de la vision, mon horreur s’estompa également. Ce qu’elle a laissé derrière elle était comme un rêve lointain dont on ne se souvient qu’à moitié dans l’obscurité profonde de la nuit. Un rêve qui empêche néanmoins le rêveur de se rendormir de peur que le cauchemar ne refasse surface.

“Tue-la.” Les mots froids sortirent d’Agrona, et il appuya sur Cecilia avec son intention de tuer, la plaquant au sol à quatre pattes.

Elle ferma les yeux, sa douleur inscrite dans les fils d’or qui les reliaient. Deux par deux, les fils qui la reliaient à Agrona se rompaient et s’évanouissaient dans le vide.

En serrant les dents, elle prononça un seul mot. “Non.”

Mes yeux se sont ouverts et un faible cri s’est échappé de mes lèvres.

La tête d’Agrona commença à se tourner vers moi, son intention s’aiguisant en une lame meurtrière. Accroupie à ses pieds, Cecilia tourna ses yeux vers moi, et à travers eux, je vis au plus profond de son cœur, une Tessia tremblante se déployer et tendre la main vers l’extérieur. Des nœuds de fil d’or s’entrecroisaient entre les deux, un désordre boueux et chaotique de passé et d’avenir les liant l’une à l’autre.

Un autre fil reliant Nico à Cecilia s’est rompu, et j’ai senti que le souffle qui quittait ses poumons était le dernier qu’il respirait dans ce monde.

“Nico !”

L’agitation régnait dans le bassin quand, à côté de moi, Sylvie s’est redressée d’un coup. Ses mains se sont déployées et un bouclier argenté, à moitié formé, a commencé à s’enrouler autour de moi.

La faux de l’intention d’Agrona l’a frappé et il a éclaté avec un son de cloche. Sylvie fut soulevée, son corps virevoltant dans les airs comme une poupée de chiffon.

La chaleur se répandit dans mon noyau vide tandis que Régis expulsait désespérément tout son éther, le forçant à traverser les portes autour de mon noyau. La force coulait dans mes canaux comme de la lave, brûlante et inexorable.

Agrona rebondit contre le bouclier de Sylvie, trébuchant d’un pas.

À côté de lui, Cecilia s’est levée.

Tout comme le destin planait au-dessus et derrière moi comme une ombre dorée, une ombre argentée s’éleva avec Cécilia. Des lianes d’émeraude se faufilaient dans la lumière argentée tandis que Cecilia et Tessia se tenaient ensemble. Les fils d’or noués qui les liaient se déroulaient. Ils ne se brisaient pas, mais se déroulaient, chaque nœud effiloché se défaisant et se redressant rapidement.

L’ombre argentée qu’était Tessia leva le bras. Un demi-battement de cœur plus tard, Cecilia fit de même.

Des lianes émeraude jaillirent de Tessia, traversant l’air entre elle et Agrona comme des éclairs verts. Elles le percutèrent de plein fouet, le faisant reculer d’un demi-pas supplémentaire et s’agrippant à ses poignets et à ses cornes.

La main de Cecilia se resserra en un poing, et les fils qui l’entouraient se plièrent et vibrèrent, pulsant d’une lumière dorée. Sa mâchoire travailla, ses yeux se fermèrent et des larmes s’en échappèrent. Sa main s’abaissa d’un centimètre.

Agrona se moqua et Cecilia fut soulevée du sol. Elle s’élança dans les airs jusqu’à ce que son dos heurte le toit de la caverne, perdant une grêle de petites pierres, puis elle retomba sur le sol, atterrissant lourdement devant moi. Une douzaine de fils ou plus ont craqué et brûlé entre Cecilia et Agrona.

L’ombre argentée qu’était Tessia avait disparu, entraînée à nouveau dans la prison de son corps.

Les yeux écarlates d’Agrona s’attardèrent sur Cécilia, ses lèvres se retroussant en une grimace déçue.

J’ai levé la main. Les yeux d’Agrona se sont tournés vers moi et se sont écarquillés.

De nombreux fils reliaient encore Cécilia et Agrona. L’éther se solidifia entre mon pouce et mon index, et je pinçai le lien d’or, cisaillant les fils du destin comme s’ils n’étaient que de la laine filée.

Une onde de choc s’est propagée dans les deux sens à partir de la coupure, s’est abattue sur Agrona et a renversé la forme de Cecilia, la jetant dans le bassin à mes pieds.

Agrona a trébuché et est tombé, mettant un genou à terre. Ses yeux se déconcentrèrent et, dans l’ondulation de l’espace et du temps, je vis brûler tous les futurs potentiels dans lesquels Agrona était capable d’utiliser l’héritage, comme une arme sous la forme de Cecilia ou comme son propre pouvoir. L’onde de choc continuait à le secouer, le frappant encore et encore alors que chaque futur potentiel s’effondrait dans son esprit.

En me penchant en avant, j’ai attiré Cecilia vers moi, la tenant face vers le haut à la surface du liquide dense, maintenant dépourvu d’éther et projetant une faible lumière violette. De nombreux fils la reliaient encore au reste du monde. J’ai ensuite tendu la main vers eux, mais même le faible bord tranchant de l’éther autour de ma main était difficile à maintenir.

J’ai tendu la main dans le vide autour de moi et j’ai saisi l’armure relique.

Des écailles noires commencèrent à apparaître sur ma peau tandis que l’armure se formait, s’étendant à partir de ma poitrine pour couvrir tout mon corps.

Mais alors que l’armure se répandait, des plaques et des arêtes blanches brillantes commencèrent à se former par-dessus, se développant en spalières et en jambières par-dessus les écailles noires. Des bottes lourdes en plaques se fondirent parfaitement dans les jambières, et des gantelets délicats poussèrent autour de mes mains entre ma peau et celle de Cecilia dans mes bras.

Je n’eus pas le temps de réfléchir aux implications de ce changement et, alors que l’armure commençait à aspirer l’éther de l’atmosphère environnante, je concentrai mon attention sur l’absorption de ce que je pouvais. Les bords de l’éther autour de mes doigts gantés se sont raffermis, et j’ai de nouveau tendu la main vers les fils d’or qui partaient de Cecilia.

Le temps sembla bégayer. Sous moi, la mare tachée de sang explosa vers le haut, se transformant en épées, en haches et en lances. Le vent noir me frappa comme un bélier et je rapprochai Cecilia de moi, la protégeant du mieux que je pouvais. Le vent a commencé à ramasser les armes et à les faire tourner, me laissant au centre d’un tourbillon mortel.

Alors que les épées et les haches liquides me frappaient, l’armure tirait sur mon maigre réservoir d’éther, luttant pour se reformer tandis que chaque coup la déchirait morceau par morceau.

À travers la tempête d’épées, j’ai rencontré les yeux d’Agrona, qui avaient maintenant la couleur du sang coagulé.

D’une main tremblante, j’ai attrapé les fils d’or. Mes doigts se sont refermés sur une poignée de fils du destin, et l’éther les a mordus.

De nouveau, des ondes de choc roulèrent le long des fils, se répandant sur l’ensemble du monde. Je les ai toutes ressenties, j’ai vu derrière mes yeux une centaine d’effets différents en cascade, alors que les vies des Alacryens et des Dicathiens du monde entier étaient changées à jamais. Mes jambes tremblaient et mes bras s’agitaient sous le poids de tout cela.

Le tourbillon s’est apaisé, les armes conjurées sont retombées dans le bassin, maintenant taché de mon propre sang. Agrona était à quatre pattes, son corps se soulevait à chaque respiration, son visage était une grimace de douleur et de persévérance désespérée.

Il ne restait que quelques fils autour de Cécilia, tandis que les lignes d’or rayonnant d’Agrona étaient innombrables. J’avais vu tant de possibilités dans la clé de voûte en cherchant la voie à suivre pour que le Destin me libère de ses liens. Je ne savais pas ce que j’aurais fait si j’avais été confrontée à ce moment auparavant. Même maintenant, c’était une décision difficile à prendre, à accepter. Je me sentais mal. C’était injuste.

Il n’y avait pas de fil partant d’Agrona que je pouvais couper pour obtenir une victoire ici. Aucun coup que je pourrais lui porter directement n’entraînerait un monde dans lequel l’avenir que j’avais montré au destin pourrait se réaliser.

Je me suis retourné vers Cecilia. Ses yeux se sont ouverts. Il n’y avait aucune trace de Tessia dans ces yeux ; elle avait épuisé ses forces et était enterrée profondément sous l’esprit plus fort de l’Héritage, liée par la magie d’Agrona et les formes de sortilèges dessinées dans sa chair.

Un autre fil entre Tessia et Nico s’éteignit. Il ne restait plus qu’une fine ligne dorée.

Le mana commençait à s’échapper du noyau de Nico et s’élevait de sa peau comme de la vapeur.

Certaines volontés sont plus fortes que d’autres. Certaines visions de l’avenir étaient si puissantes qu’elles réécrivaient les probabilités et le potentiel, forçant la réalité à changer pour manifester cet avenir. Je savais maintenant que c’était la vérité sur la façon dont on modifiait le destin : par l’action, la volonté et une croyance inébranlable. Ce n’était pas un autre pouvoir à manipuler ou à contrôler. Les clés de voûte n’avaient jamais eu pour but de contrôler le destin, mais seulement de le comprendre. Mais en le comprenant, on pouvait encore l’influencer.

Mais ce n’était pas seulement ma volonté qui avait influencé le destin.

“Je suis désolé”, ai-je dit, et tous mes nombreux regrets sur la façon dont j’avais géré les choses entre nous ont jailli avec ces deux mots.

Cecilia n’a rien dit, elle s’est contentée de me fixer. Il n’y avait pas de désespoir dans son regard, pas d’espoir, pas de peur. Ce n’était pas non plus de la confiance. En regardant dans ces yeux sarcelle, je n’ai vu que de l’acceptation. Elle savait que c’était sa fin, et elle n’avait plus la force de la combattre.

Je n’ai pas reconnu mes propres sentiments. Je me sentais coupable de mes propres actes, mais je n’avais pas l’impression que Cecilia ou Nico avaient mérité ma pitié. Aucun de mes anciens amis n’avait bénéficié d’une vie équitable, que ce soit sur Terre ou dans ce monde, et je ne les blâmais pas pour cela. Mais tous deux avaient choisi de traiter cet endroit, cette vie, ce monde entier, comme s’il n’avait pas d’importance. Alors que la Terre n’était guère plus qu’un mauvais rêve pour moi, elle était devenue leur fixation, à la fois passée et future, et ils avaient traité mon monde – ma famille – comme un tremplin insignifiant pour passer d’une vie sur Terre à la suivante.

Je n’ai pas reconnu mes propres sentiments. Mais si je le faisais, je savais que je trouverais de l’amertume et de la colère. Et de la haine. Je n’ai pas reconnu mes propres sentiments parce que je ne voulais pas réagir émotionnellement. Je ne voulais pas répéter leurs erreurs en laissant le passé détruire la possibilité d’un avenir meilleur. Ils ne méritaient pas ma pitié, et ils n’avaient certainement pas mérité la rédemption.

Mais les punir n’était pas important non plus. Pas dans l’ordre des choses. Le destin me l’avait montré.

Un rugissement secoua la caverne, et d’autres pierres et de la poussière tombèrent d’en haut. Sortant de l’ombre, la lumière violette dansant sur les écailles noires, Sylvie nous survola. La terre a tremblé lorsque ses griffes se sont abattues sur Agrona, le clouant au sol.

Une faux de mana noir transparent a creusé le bassin à côté de moi, manquant d’arracher mon bras et la tête de Cécilia.

J’ai attrapé un fil d’or qui partait de Cecilia et remontait jusqu’au plafond de la grotte. Je l’ai saisi, mais je ne l’ai pas coupé. Au lieu de cela, j’y ai canalisé le Requiem d’Aroa, renforçant le potentiel et produisant un bourdonnement résonnant à travers le fil, qui s’est répandu dans les deux directions. Tous les autres fils autour de Cecilia ont commencé à se détacher, se brisant comme de la soie d’araignée et se transformant en lumière dorée, puis en rien d’autre qu’une possibilité lointaine et inaccessible.

Les derniers nœuds qui liaient Cécilia à Tessia se défirent. Lorsque les nœuds disparurent, ces fils s’estompèrent à leur tour.

Il n’en restait plus que deux : le fil chargé de pouvoir, vibrant dans l’univers, et le fil effiloché la reliant à Nico, qui avait déjà rendu son dernier souffle sur ce monde. La dernière partie de son mana se libéra de son noyau et sortit par ses veines de mana. Un nœud de particules d’énergie améthyste flottait hors de lui.

Un petit nœud de fil d’or, hésitant et vacillant, s’étendit jusqu’à Cecilia.

“Vas-y”, ai-je dit, la voix rauque et faible.

Des larmes ont coulé des yeux de Cecilia et sa lèvre s’est mise à trembler. Pendant un instant, je n’ai vu ni Cécilia dans le corps de Tessia, ni Tessia elle-même. Au lieu de cela, j’ai vu la jeune orpheline qui luttait pour se faire des amis de peur de les blesser. Avec seulement un léger hochement de tête, elle a tourné son regard le long du chemin du fil. Même si je savais qu’elle ne pouvait pas le voir, elle pouvait sentir qu’il l’attirait.

Ses yeux se révulsèrent et l’essence de son être brûla dans la lumière dorée du fil du destin, celui qui l’attachait à la Terre. Les particules d’éther qui s’étaient élevées de Nico se dissolvaient également dans le fil, et deux petites lumières violettes s’élevaient ensemble à travers le doré. Derrière eux, le fil s’est dissous.

L’onde de choc finale jaillit d’Agrona, projetant Sylvie comme une feuille d’automne sèche. La force de l’onde s’est répandue le long des fils du destin reliant Agrona au monde, et mon esprit a été arraché de la grotte en même temps qu’elle.

J’ai vu la Clairière des Bêtes sous un portail ondulant dans le ciel. Des dispositifs de conception alacryenne évidente entouraient la brèche, la coupant du monde et la martelant de vagues de force perturbatrice. Des dizaines de Wraiths flottaient dans les airs à l’intérieur du bouclier qui les protégeait de la petite armée de dragons à l’extérieur.

L’onde de choc roulait le long des fils d’or jusqu’à ce qu’elle frappe les Wraiths et les Instillers comme un coup physique. Comme des insectes dans un ouragan, ils furent balayés dans les airs.

Lorsque le premier Wraith s’écrasa contre l’un des artefacts générateurs de bouclier, des étincelles jaillirent de l’appareil et le bouclier commença à vaciller. Puis un deuxième, un troisième et un quatrième Wraith ont atterri parmi les fragiles équipements, et une explosion a secoué la fortification alacryenne. Commençant d’abord en un seul point, le bouclier qui les entourait commença à s’effondrer de l’intérieur. Le trou s’élargit de plus en plus jusqu’à ce qu’il soit plus grand que le bouclier lui-même, puis le bouclier disparut.

Les dragons planaient sur les bords, le regard choqué. Charon, qui flottait à l’avant sous sa forme de dragon balafré, poussa un hurlement et les dragons s’abattirent sur les Alacryens à terre.

Au même moment, à travers le continent, une autre onde de choc frappa des centaines d’Alacryens emprisonnés. Des cris éclatèrent dans leurs cellules, se répercutant dans la ville souterraine. Les dos se cambrèrent tandis que les gens se jetaient sur le sol, s’agrippant aux formes et aux noyaux des sorts. Je vis parmi eux Corbett Denoir et le guerrier Arian, le protecteur de Caera, mais aussi le jeune Haut-Sang de Xyrus, Augustine Ramseyer, et bien d’autres qui m’étaient familiers.

J’ai vu Seth Milview et Mayla de la ville de Maerin s’accrocher l’un à l’autre, leurs visages tordus par la douleur et la peur alors qu’ils tremblaient contre l’impact. Seris, Lyra Dreide et Caera se déplaçaient parmi eux, semblant être les trois seuls de tous les Alacryens à ne pas avoir été paralysés par la force de collision du destin changeant.

Ailleurs, j’ai suivi l’onde de choc qui passait au-dessus d’Etistin. Elle a trouvé la faux Melzri qui cherchait dans le carnage d’un horrible champ de bataille gelé. La faux s’est penchée pour vérifier les signes de vie d’une femme à la peau pâle et aux cheveux blancs courts – le serviteur, Mawar. Lance Varay gisait à proximité, remuant légèrement. Melzri la considéra avec méfiance, puis dégaina une lame au moment où l’onde de choc l’atteignait, la soulevant du sol avant de la projeter à travers un champ de pics de glace.

D’autres fils se sont connectés à travers le vaste océan jusqu’à Alacrya. Là, ma compréhension de ce qui se passait commença à s’effondrer, car les effets de l’explosion étaient trop étendus pour que mon esprit fatigué puisse les suivre tous en même temps.

Au lieu de cela, que ce soit par une pensée personnelle ou par une ruse du destin, je me suis concentré sur Taegrin Caelum, la lointaine forteresse montagneuse d’Agrona. De nombreux fils du destin étaient reliés à des points de la forteresse, et l’onde de choc qui s’est abattue sur les murs de pierre a été si forte que la montagne a tremblé et que la pierre a commencé à se fissurer. Une haute tour éclata à la base, envoyant une avalanche de pierres brisées qui s’écrasèrent sur les niveaux inférieurs, le toit de la tour s’enfonçant dans la base en implosion dans un nuage de poussière.

Au loin, loin derrière Taegrin Caelum, un geyser de lave orange vif jaillit de la caldeira du mont Nishan. De la fumée noire se mit à bouillir pour recouvrir les montagnes Basilisk Fang d’un nuage noir impénétrable, et le sol trembla.

Comme d’une seule voix, toute la population magique du continent a crié ensemble, puis je me suis retrouvée dans la grotte de Sylvia, allongée dans le bassin peu profond et presque vide à côté de Tessia.

L’aspect du destin ne se trouvait plus derrière et au-dessus de moi. Il avait disparu, et ma vision des fils du destin qui nous reliaient tous avait disparu avec lui.

J’ai roulé sur le dos et j’ai regardé Agrona. Il était allongé sur le ventre, son dos se soulevant et s’abaissant régulièrement, mais ses yeux fixaient le vide devant lui, immobiles et sans vie.

Un battement staccato contre le sol mouillé attira à nouveau mon attention sur Tessia ; elle était en train de convulser, son corps entier tremblait si violemment que ses talons s’entrechoquaient sauvagement contre la pierre. Je l’ai traînée sur mes genoux, protégeant sa tête des convulsions de son corps.

Des yeux dorés brillaient dans l’obscurité, et Sylvie s’approcha de nous en titubant, un bras soutenant l’autre, qui pendait mollement à son côté. “Qu’est-ce qui se passe ?”

La réponse s’imposait d’elle-même.

La haute densité de mana qui était compactée dans le corps de Tessia commençait à se déverser hors d’elle, créant une sorte d’aura arc-en-ciel qui scintillait et dansait dans l’air comme l’Aurore Constellée. “Elle ne peut pas le contrôler.”

Regis, qui n’est plus qu’une masse sombre aux yeux brillants, s’est envolé de ma poitrine. Il a plané un instant devant mon visage, puis il a plongé et s’est évanoui dans le corps de Tessia. ‘Elle essaie, elle se bat. Cecilia lui a appris, ou a essayé, mais… ça n’a pas suffi. Elle est… en train de mourir.’

J’ai passé mes mains sur ses bras et dans son cou, là où les tatouages de formes magiques avaient aidé à lier Cecilia au corps et à garder le contrôle sur l’esprit de Tessia, ainsi que tous les autres dessins sombres qu’Agrona y avait tissés pour ses propres besoins. Mais ils avaient disparu. Les formes de sorts avaient été détruites par le processus de retrait de Cecilia de son corps.

“Elle n’a pas de noyau, et elle n’est pas l’Héritage”, ai-je dit en la tenant fermement pour calmer les pires tremblements. “C’est Cecilia qui est passée par le processus d’intégration”.

‘Art…’ La pensée de Régis s’est interrompue un instant. ‘Elle dit… que tout va bien. Elle veut que tu saches… que tu as fait ce qu’il fallait.’

Je déglutis et passe une main sur les cheveux de Tessia. C’était étrange de penser à nouveau aux cheveux de Tessia. Son corps. Son…

J’ai grimacé et mon noyau s’est resserré. Les blessures causées par l’attaque d’Agrona avaient du mal à cicatriser. Malgré le sacrifice de Regis et l’armure relique, mon corps manquait d’éther. Mes paupières étaient lourdes, et chacun de mes mouvements me semblait paresseux et douloureux. Je me sentais faible, plus faible que je ne l’avais été depuis très longtemps.

Mon attention fracturée revint à Tessia en un clin d’œil. Le mana se déversait toujours d’elle, créant les lumières dansantes qui l’entouraient.

Sans l’aspect du destin qui me reliait directement à la clé de voûte et à tout ce que j’avais vu à l’intérieur, les nombreux avenirs potentiels que j’avais envisagés en combinant le Gambit du roi, le destin et la clé de voûte elle-même, me semblaient flous et lointains. Tout avait été si clair auparavant, jusqu’au moment où j’avais séparé Cecilia et l’Héritage de notre monde…

Seul l’avenir du royaume éthéré restait clair. Ça, je l’avais compris. Je savais ce qu’il fallait en faire. J’espère pouvoir faire ce qui doit être fait…

“Arthur”, dit Sylvie juste à côté de moi, ce qui me fit grimacer. Je n’avais pas remarqué qu’elle s’était agenouillée à côté de moi. “Il faut qu’on fasse quelque chose.”

“Je sais, je…” J’ai fermé les yeux, les serrant fort puis me détendant à nouveau. “Je suis désolé, j’ai juste un peu de mal… à me concentrer.” Avec une petite secousse, je me suis forcée à me redresser et j’ai ajusté Tessia sur mes genoux.

‘Elle dit… ah, merde, Art. J’aimerais ne pas avoir à faire l’intermédiaire ici.’ Regis a grimacé, une expression mentale qui a fait tressaillir mon propre visage. ‘Elle dit qu’elle comprend. Ce n’est pas grave. Tu as fait tout ce que tu pouvais. Elle veut que tu saches qu’après tout… eh bien, elle est contente que tu sois là à la fin. Toi et Sylvie. Et moi, mais elle a ajouté ça comme une sorte de réflexion après coup, et je… ok, ok. Elle, euh… elle t’aime, Art. Et elle veut que je te dise… adie—’

“Arrête”, dis-je, soudainement complètement réveillé à nouveau. “Ne dis pas ça. Ce n’est pas un adieu.” J’ai regardé autour de la grotte comme si je pouvais trouver la solution à l’air libre quelque part.

Agrona est toujours dans le coma. La lumière violacée et trouble du bassin s’était éteinte, son éther s’était épuisé. Une larme avait coulé sur la joue de Sylvie et elle s’appuyait sur mon bras, le souffle court.

La lumière du mana interagissant avec l’atmosphère autour de Tessia commença à s’estomper.

J’ai essayé de soulever Tessia et de me mettre debout, mais je n’y suis pas parvenu. Sylvie s’est levée, mais elle a vacillé sur ses pieds, instable. ” Je n’ai pas la force de me transformer pour l’instant. Je… ne peux pas nous sortir d’ici, Arthur. ”

Sans même la force de soulever Tessia, je me suis efforcé de faire un inventaire mental de tous les outils à ma disposition qui pourraient l’aider. Je pouvais communiquer avec elle par l’intermédiaire de Regis, je…

“Je suis désolé”, dis-je soudain, réalisant que je ne lui avais pas vraiment répondu correctement. “Ce n’est pas un adieu, Tessia. C’est un bon retour.”

Même en prononçant ces mots, je ne savais pas s’ils étaient vrais. Je n’avais qu’une seule option, mais je n’en savais pas assez pour être certain que ça fonctionnerait. Son corps n’était pas gravement blessé. Un élixir pourrait-il lui donner la force de contrôler un corps sans âme ?

Avec le peu d’éther qu’il me restait, j’ai imprégné la forme du sort sur mon bras et arraché les deux petites perles bleu vif de ma rune dimensionnelle. “Aide-moi à la tenir.

Je me suis dégagée de Tessia, qui n’avait plus de spasmes, mais qui se tortillait encore de temps en temps. Sylvie et moi l’avons ajustée de façon à ce qu’elle soit à plat sur le dos, et Sylvie a fait de son mieux pour stabiliser Tessia malgré les spasmes. Les perles tenues dans une main, j’ai conjuré une petite lame d’éther dans l’autre. La douleur m’a traversé les tempes et le noyau alors que je forçais la manifestation à se mettre en place. La lame a légèrement vacillé, puis s’est solidifiée.

Avec beaucoup de précautions, j’ai tranché son haut, puis la peau lisse au-dessus de son sternum. La lame a séparé le cartilage et l’os aussi facilement que la peau, s’ouvrant à l’endroit où son noyau aurait dû se trouver.

Bien que ses yeux soient fermés, le corps de Tessia a tremblé lorsque j’ai enfoncé l’une des perles de deuil dans la cavité. Elle s’est installée là, comme un minuscule noyau bleu vif dans sa poitrine. Le noyau d’un bébé léviathan qui n’a jamais eu la chance de vivre sa vie… une vie maintenant donnée à Tessia. J’ai senti ma mâchoire travailler en serrant les dents, la tension étant palpable, et je me suis forcée à me détendre.

Regis s’est retiré de son corps à mon commandement ; il n’y avait plus moyen d’atteindre son esprit à l’intérieur, de toute façon. Elle était totalement inconsciente, son pouls battait à peine.

Régis et Sylvie avaient tous deux partagé mes souvenirs de l’utilisation de l’autre perle de deuil sur Chul, mais je pouvais sentir leur impatience et leur détresse alors que les secondes continuaient à s’écouler et que rien ne se produisait. “Il faut du temps”, leur ai-je assuré.

J’ai senti l’attention de Sylvie se déplacer et j’ai suivi son regard jusqu’à son père. ” L’Héritage était aussi intrinsèque à ses plans que les veines de mana le sont pour un conjureur. Le fait de l’enlever – ne serait-ce que la possibilité de le faire – a provoqué une onde de choc dans le Destin qui s’est répercutée sur l’ensemble de notre monde. C’était comme si on avait atteint sa poitrine et retiré la moitié des canaux qui parcouraient son corps.”

Sylvie a jeté un coup d’œil à la forme comateuse de son père. “J’en ai vu des parties. Je n’ai pas pu tout suivre. Qu’est-ce qu’on va faire de lui ?”

“Je n’ai jamais été capable de voir plus loin que ça”, ai-je dit en m’affaissant. L’effort de parler me vidait de mes toutes dernières forces. “L’onde de choc – je ne suis pas sûr. Elle a agi comme un éclair, m’aveuglant de tout ce qui s’est passé après. J’ai vu beaucoup d’autres possibilités, mais ce n’était pas comme voir l’avenir, vraiment. C’était plutôt comme… élaborer un plan et se convaincre qu’il ne se passerait rien d’autre que ce que l’on avait prévu. Mais je n’ai jamais trouvé un moyen de frapper directement Agrona – ou Kezess d’ailleurs – qui fonctionne.” Je secoue la tête. “Je suis désolé. Sans l’aspect du Destin ici pour me rattacher à tout ça, je ne peux pas l’expliquer.”

“Il va finir par se réveiller, quand même, n’est-ce pas ?” demande Regis, en se balançant de haut en bas et en écarquillant ses yeux brillants avec colère. “Je sais qu’utiliser ta technique des ‘ciseaux du destin’ pour le battre ne nous donnera pas l’avenir que nous voulons, mais pourquoi ne pas simplement… tu sais, lui couper la tête maintenant pendant qu’il est inconscient ? Utilise l’autre perle pour reprendre des forces s’il le faut.”

J’ai regardé entre nous trois, puis vers la dernière perle, toujours serrée dans ma main. D’une douloureuse impulsion d’éther, je la renvoie dans la rune de dimension. “Je ne sais même pas si cette perle me ferait quelque chose. J’admets que je n’ai même pas la force d’invoquer une lame d’éther maintenant, mais je ne risquerai pas de gaspiller la dernière perle de deuil.”

Sylvie lutta pour se remettre debout. Elle y parvint, mais avait l’air de pouvoir tomber d’un moment à l’autre. “J’aurai peut-être la force…de l’étrangler pendant qu’il est inconscient. Peut-être que le destin apprécie… l’ironie.”

Régis a laissé échapper un rire appréciatif, et j’ai souri de fatigue malgré moi. Sylvie avait l’air très sérieuse – et comme si elle pouvait sérieusement s’efforcer d’étouffer la vie d’un écureuil rapace blessé. Son expression s’est fissurée et elle s’est mise à rire d’elle-même. Je me suis joint à elle, chaque secousse de mes épaules faisant trembler la douleur dans toutes mes parties, mais surtout dans mes tempes et à la base de mon cou.

Il y a cependant une partie de moi qui ne me fait pas mal.

En regardant à l’intérieur de moi, je me suis rendu compte que la cicatrice que Cecilia avait laissée sur mon noyau était guérie et que la sensation de démangeaison s’était estompée.

Soudain, une lumière bleu-blanc, si brillante que j’ai dû détourner le regard, a jailli de l’entaille dans le sternum de Tessia. Au début, il n’y avait qu’un filet de lumière, mais il s’est rapidement transformé en déluge. Le mana a jailli de l’entaille et a nettoyé ses éraflures et ses ecchymoses. À l’intérieur d’elle, ce mana se durcit et forme un puits noir foncé autour de la petite perle bleue. Au fur et à mesure que le mana s’écoulait à travers la coquille noire et dure, il s’éclaircissait pour devenir rouge, puis orange, jaune et argent. Enfin, le noyau nouvellement formé devint d’un blanc éclatant et neigeux.

Sa respiration se calma et la tension de ses sourcils et de ses lèvres s’apaisa. Elle ne s’est pas réveillée immédiatement, mais un sourire rassurant a traversé son visage endormi, comme si elle faisait un rêve agréable.

Je lui lissai les cheveux, ne voulant rien d’autre que la prendre dans mes bras et la garder ainsi. Mais une partie de moi hésitait aussi, voire avait peur. Elle avait vécu dans la tête de quelqu’un qui ne voulait rien d’autre que me tuer. Elle avait appris toutes sortes de choses sur moi… et peut-être aussi été victime de nombreux mensonges. Notre histoire avait été tout sauf simple jusqu’à présent, et il serait insignifiant et irrationnel de penser que nous pourrions reprendre là où nous nous étions arrêtés au début de la guerre.

L’apparition soudaine d’une signature de mana oppressante détourna mes pensées de tout ce qui était aussi banal qu’une histoire d’amour.

Elle s’approchait à une vitesse absurde, quelque part entre le vol et la téléportation, et elle était flanquée d’un ensemble de signatures de moindre importance, mais toujours inhumainement puissantes.

Son poids était trop lourd à porter, et je n’ai pas pu m’empêcher de m’effondrer sur le sol, à plat sur le dos. Régis s’est réfugié dans mon noyau, de petits tremblements parcourant sa forme ondulée. Sylvie s’est agenouillée et a regardé la base du long puits qui était relié à la surface.

L’approche de la signature a fait jaillir de la poussière, et j’ai dû me détourner et fermer les yeux contre le nuage piquant. Lorsque je me suis finalement retourné, je n’ai pas été surpris de trouver Kezess debout. Windsom, Charon et… une personne que je n’avais pas vue depuis très longtemps sont arrivés un peu plus tard.

Charon s’est empressé de passer devant Kezess, de nous ignorer et de se diriger vers Agrona, qui n’avait toujours pas bougé. ” Vivant “, dit-il en soulevant légèrement la tête d’Agrona par une corne, puis en le laissant retomber sur le sol avec un bruit sourd.

Dame Myre, épouse de Kezess et, il y a longtemps, mon mentor, se tenait à côté de son mari avec toute la grâce dont je me souvenais. Son regard semblait traverser Agrona pour atteindre quelque chose de plus profond. “Il est… mal à l’intérieur. Brisé.”

D’une légère pression sur le bras de Myre, Kezess fit quelques pas en avant, se déplaçant d’une manière décontractée et sans hâte dont j’étais trop faible pour m’irriter. Son regard lavande me balaya, ainsi que Tessia, puis se posa sur Sylvie. ” Amenez-le. Amenez-les tous. Demandez à tous les asuras de retourner à Epheotus immédiatement. Là, nous refermerons la brèche et en aurons fini pour de bon avec cette guerre.”

—-

Note : Ce chapitre conclus magnifiquement le 11ème volume de TBATE !

L’auteur ayant annoncé une petite pause entre ce volume et le 12ème (qui sera le dernier !!) nous vous donnons rendez-vous le vendredi 05 juillet pour le début de la fin !

Cependant … soyez aux aguets il est fort probable d’avoir du contenu bonus pendant cette pause !! Il est possible qu’un épilogue au 11ème livre soit publié ou même des side story, un Q&A de l’auteur … Rien n’est officiel mais c’est TurtleMe lui même qui en à parlé.

Pour être informé directement si ce cas de figure se présente ou même pour discuter de l’œuvre, de vos théories ou d’autres histoires vous pouvez rejoindre notre discord : En cliquant-ici


Commentaire

5 12 votes
Note
S’abonner
Notification pour
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sïala Le Pottier
1 mois il y a

Noooooooooooon! Je veux pas attendre le 5 juillet! Mais bon je comprends que l’auteur veuille ce reposer. Merci pour la trad! Enfin le retour de Tessia que j’attends depuis plusieurs volumes!

Lucifer Chrollo
1 mois il y a

Agrona est vaincu ?! Pour un adversaire jamais à cours de carte à jouer, il n’aura pas résisté à la force du destin. Franchement c’est certainement le chapitre où il se passe le plus de choses. La mort de Nico, de Cecilia. Le retour de Tessia (au niveau de mage blanc neige s’il vous plaît) l’effondrement des forces d’Agrona de Dicathen jusqu’aux fondations de sa forteresse, son propre 25m2… Et Kezess qui arrive pour emporter tout ce beau monde, histoire de traduire Agrona en justice à la sauce draconienne. Et tirer à Arthur sa part du marché. J’ai grande hâte d’être le 5 juillet !

LA Fraude 19
1 mois il y a

Honnêtement, dans le chap j’ai vrm pas compris grand chose (genre comment agrona a til été mis à terre) mais le retour de tess ma mis la larme a l’oeil.
La le truc c que je comprend pas comment la série pourra durer 45 chap de plus ( un mariage entre tess et art (j’espère) ca dure pas aussi longtemp…)

Ange ANANI
1 mois il y a
Répondre à  LA Fraude 19

Arthur a retiré l’héritage qui était ancré dans son destin. Ça l’a affecté car toute influence sur le destin a une répercussion sur les 3 aspects de la réalité de toutes les personnes concernées, temps, espace et vie. C’est ce que j’ai compris

Dernière modification le 1 mois il y a par Ange ANANI
Leit Leit
1 mois il y a

Qlq peut m’expliquer comment il a vaincue agrona
surtout qu’il a été tissée comme un monstre de puissance pour au final on ne voit même pas ça puissance c’est sort ect …

LA Fraude 19
1 mois il y a
Répondre à  Leit Leit

Haha j’ai eu exactement la même question et un mec m a répndu mais meme son explication je l’ai pas compris XD
Mais par contre c vrai que le boug’ il s’ réellement fait marcher dessu par arthur alos qu’il avait genre zéro ether

SØZ ŌX
1 mois il y a

Enfin j’ai rattrapé mon retard

error: Le contenu est protégé !
8
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser