the beginning after the end Chapitre 481

Un dernier mot

Traducteur: Ych
———

CECILIA

Le son des pas rapides et assurés d’Agrona couvrait tous les autres bruits dans les couloirs de Taegrin Caelum. Mon propre pas me semblait traînant, timide même, alors que je pataugeais dans son sillage. À mes côtés, Nico marchait à l’aveuglette, les yeux rivés sur moi, sans prêter attention à l’endroit où ses pas tombaient. Deux fois, il a trébuché sur une marche inattendue, mais malgré tout, ses yeux se sont enfoncés sur le côté de mon visage comme deux tisonniers chauds comme la braise.

Ses doigts se serrent et se desserrent tandis que ses dents rongent l’intérieur de sa lèvre. Plusieurs fois, il a ouvert la bouche, regardé le dos d’Agrona, refermé la bouche et recommencé à mâcher sa lèvre. Il n’aurait pas pu rendre plus évident le fait qu’il voulait me dire quelque chose s’il l’avait gravé en runes sur son front, mais il ne pouvait manifestement pas dire ce qu’il voulait en face d’Agrona.

Quoi qu’il en soit, cela va devoir attendre, pensai-je, mon propre regard se posant sur le dos d’Agrona. Nous allons à Dicathen. Pour tuer Grey.

Tessia s’était enterrée profondément. Tout au long de ma conversation avec Agrona, j’avais senti des traces de ses émotions, surtout le soulagement qu’elle ressentait chaque fois que Ji-ae ne parvenait pas à localiser Grey, mais elle me cachait ses pensées.

Il s’est passé tant de choses si rapidement. Tessia m’avait libérée du piège tendu par Grey, me permettant d’échapper aux Relictombs et de retourner à Agrona. J’ai essayé de ne pas penser à la promesse que je lui avais faite. C’est pour cela que tu es silencieuse maintenant ? Tu regrettes ?

Il n’y a pas eu de réponse, mais je ne m’y attendais pas.

Nous avons atteint une chambre de téléportation que je n’avais jamais visitée auparavant. Je savais que nous étions toujours dans l’aile privée d’Agrona, alors j’ai supposé qu’il s’agissait de son tempus warp personnel. La chambre octogonale était petite comparée aux grands salons, aux bureaux et aux autres espaces de ce type qui constituaient les parties de son aile privée que j’avais vues.

La lumière descendait d’un plafond incliné et mettait en valeur un tempus warp reposant sur un pilier de granit au centre de la pièce. Dès que nous sommes entrés, le tempus warp s’est activé, des runes s’allumant sur ses côtés. Bien qu’il ait la même forme d’enclume, le tempus warp d’Agrona était lisse et argenté et plus grand que la plupart de ceux que j’avais vus.

“Rassemblez-vous”, dit-il d’un ton perfectible, en se déplaçant vers le côté le plus éloigné.

Nico se tenait à sa gauche et moi à sa droite. Au fond de moi, mes tripes semblaient se tortiller, et je n’arrivais pas à savoir si les nerfs que je sentais étaient les miens ou ceux de Tessia qui s’échappaient en moi.

Agrona n’a pas donné d’avertissement lorsque nous avons tous les trois été brusquement arrachés de Taegrin Caelum et transportés à la surface du monde. Il y eut une lointaine sensation de passage, mais la transition était si douce qu’elle en était presque inconfortable, créant une étrange vallée du mouvement. Lorsque mes pieds se sont enfoncés dans l’herbe jusqu’à la cheville, j’ai trébuché.

Nico m’a empoigné plus fort que nécessaire et m’a scruté avec inquiétude. “Cecil ? Tu vas…”

“Je vais bien”, dis-je en dégageant mon bras de ses mains et en regardant autour de nous.

Nous nous trouvions à la lisière d’un petit peuplement d’arbres. Devant nous, il y avait un amas de rochers qui formaient une entrée de grotte étroite. Je cherchai une interruption du mana qui aurait pu laisser présager la présence de Grey, mais il n’y avait rien. “Tu es sûr qu’il est là ? Ji-ae aurait-elle pu se tromper ?”

Les ornements de ses cornes tintèrent légèrement tandis qu’Agrona me regardait, les sourcils levés avec incrédulité. ” Ma chère Cecil, ne fais pas l’idiote. ”

J’ai rougi, ce qui a fait sourire Agrona qui s’est détourné et a commencé à se diriger vers les rochers.

Nico m’a pris la main, ses yeux brûlant dans le dos d’Agrona. Il a attendu un moment, laissant Agrona prendre quelques pas d’avance, puis s’est penché vers moi. “Je dois…”

” Venez “, a dit Agrona, son baryton lisse vibrant dans ma poitrine.

J’ai serré la main de Nico, puis je me suis éloignée et j’ai couru après Agrona. J’ai senti la pause de Nico avant qu’il ne me suive en hésitant.

Agrona s’est engagé dans la fissure des rochers et a flotté lentement dans l’obscurité. Juste avant de quitter ma vue, il a levé les yeux vers moi et son regard m’a saisi comme une laisse. Sans réfléchir, je l’ai suivi. Pendant une seconde, j’ai plongé dans les ténèbres, mais la sensation de chute s’est évaporée lorsque je me suis agrippé à moi avec le mana et que j’ai commencé à dériver lentement vers le bas.

J’ai atterri sur un rocher rugueux et nu à côté d’Agrona. Une seconde plus tard, Nico s’est posé de l’autre côté. Devant nous se trouvait une caverne stérile. Le seul élément visible était les restes d’un énorme trône. Il avait été brisé et les fragments étaient éparpillés sur le sol de la caverne. Pourtant, je n’ai senti aucune perturbation dans le mana, aucun signe révélateur d’une présence éthérique. Selon tous mes sens, la caverne était vide. Si Grey était vraiment là, il n’y avait eu aucune chance que Nico puisse le localiser sans aide.

“J’ai retourné cet endroit à la recherche de tunnels ou de chambres cachées”, dit Nico, le cheminement de ses pensées suivant le mien.

“Banal”, marmonne Agrona. Les mains posées sur les hanches, il regardait fixement vers le centre de la grotte. Pour autant que je puisse en juger, il ne fixait rien. “Ne t’inquiète pas pour ça, petit Nico. Ce n’est pas de ta faute. Après tout, Arthur est juste… tellement plus intelligent que toi.”

Nico a tressailli comme s’il avait été frappé et a regardé ses pieds. J’avais envie d’intervenir, mais mon esprit était trop occupé par l’énigme de la cachette de Grey. “Alors, comment trouver cette… dimension de poche ? Ce n’est pas comme ça que Ji-ae l’a appelée ?”

“L’aspect de l’éther appelé spatium est, comme on peut s’y attendre, tout à fait apte à manipuler l’espace physique”, dit Agrona, son ton changeant. Au lieu du sarcasme froid et grinçant, il avait l’air d’un professeur enthousiaste expliquant un sujet favori. “De telles dimensions de poche ont toutes sortes d’utilisations. Les artefacts de stockage extradimensionnel si communément utilisés sur les deux continents ont été conçus sur la base d’un principe similaire. Bien sûr, les djinns pouvaient faire beaucoup de choses qui sont, aujourd’hui, considérées par la plupart comme impossibles.”

Agrona marchait en cercle autour de la caverne, les yeux toujours fixés sur le même point. “Lorsqu’ils sont liés à un objet avec des runes, ces espaces sont relativement stables. Mais lorsqu’ils sont projetés en tant que tels…” Agrona a cessé de faire les cent pas et a reculé de quelques pas. Bien qu’il se tienne dans une posture détendue, des vagues de mana sombre commencèrent à rayonner vers l’avant à partir de lui. Des stries sombres apparurent dans l’air alors que son mana perturbait celui de l’atmosphère, le dispersant dans toute la caverne.

Une bulle transparente et éthérée devint visible, révélée par les vagues de mana. Elle scintillait, brillait d’une lumière interne qui était en quelque sorte contraire au mana sombre qui la bombardait. Elle était petite, ne mesurant que quelques mètres de diamètre, et planait à une quinzaine de mètres dans les airs. Ce n’est qu’à ce moment-là, en la regardant avec autant de mana, que j’ai senti la distorsion qui aurait pu révéler sa présence.

Une partie de moi était gênée de ne pas l’avoir sentie avant, tandis qu’une autre était stupéfaite – et un peu effrayée – que Ji-ae l’ait trouvée de l’autre côté de l’océan et avec les forces de recherche alacryennes si éloignées.

J’étais également curieuse de voir avec quelle facilité Agrona semblait l’identifier et la manipuler, mais comme tout cela fonctionnait ensemble, cela me montrait surtout à quel point les critiques d’Agrona à l’égard de Nico avaient été injustes. Lorsque je jetai un coup d’œil à Nico, je me rendis compte qu’il me regardait toujours, et qu’il n’examinait pas la poche dimensionnelle. Je lui adressai un petit sourire d’excuse, en espérant qu’il comprenne.

Le mana émanant d’Agrona s’est intensifié. Des cils de vent de vide frappaient la bulle encore et encore, devenant lentement plus forts. Les bords de la bulle s’effilochaient, et l’espace semblait se déformer étrangement autour de ses bords, pliant et tordant le mana.

“Reculez”, dit soudain Agrona en faisant un geste de la main.

Nico et moi nous sommes rapidement éloignés de l’endroit où les lignes dentelées de mana sombre s’écrasaient sur la bulle transparente, chaque coup frappant avec plus de puissance.

Dans une bouffée d’air, la bulle a éclaté. L’intérieur était… difficile à comprendre. Un espace tridimensionnel plusieurs fois plus grand que la bulle avait été replié à l’intérieur. J’ai vu l’espace qui avait été caché à l’intérieur comme si je le regardais à travers une vitre déformée, ses proportions complètement déréglées, les attributs physiques qui le composaient perdant toute signification, à l’exception de la présence d’une douce lueur.

Le spectacle était d’autant plus déroutant qu’il se déployait rapidement dans la caverne, passant de la dimension de poche à l’espace normal comme la voile d’un bateau qui se déploie.

Avec le grincement de la pierre et un bruit d’éclaboussures, l’espace caché s’installa au centre de la caverne. Un liquide incandescent flottait dans un petit bassin, partiellement caché par une brume rosâtre qui entourait le bassin en panneaux lisses comme des murs. Alors même que nous regardions, la brume a commencé à se disperser.

Grey était assis dans la piscine, les yeux fermés. Une fille avec les mêmes cheveux blonds comme les blés était assise en face de lui. Je ne l’avais jamais vue de mes propres yeux sous cette forme, mais je savais, grâce aux souvenirs de Tessia et à sa signature mana unique, qu’il s’agissait de Sylvie, son lien dragon sous sa forme humanoïde.

Une relique cubique sombre flottait dans l’air entre eux, claquant et étincelant de soubresauts violets d’éther.

Tous deux avaient les yeux fermés. Ils ne bougèrent pas tandis que l’eau du bassin s’installait, le léger clapotis contre leurs vêtements cessant.

Ils ne savent même pas que nous sommes là, pensai-je. Bien qu’elle soit enfouie au plus profond de moi, Tessia tremblait.

Nico déglutit fortement en s’avançant à côté de moi, les yeux rivés sur Grey. Autrefois, je suis sûre qu’il aurait déjà été en mouvement, le fer à sang s’abattant sur le cou non défendu de Grey. Mais maintenant, je ne peux plus lire son expression.

Les semelles des bottes d’Agrona crissent contre le sol recouvert de terre tandis qu’il s’approche avec précaution du bassin. Étonnamment, ses yeux sombres étaient entièrement tournés vers la jeune fille. Une fois au bord, il s’agenouilla et tendit la main, ses doigts effleurant à peine une mèche de ses cheveux. ” Ma fille “, dit-il, ses lèvres énonçant soigneusement le mot qu’il n’avait qu’à peine murmuré.

Soudain, il s’est levé. Ses poings se serrèrent, et le mana qui l’entourait sembla se retirer avec effroi. “Un tel gâchis. Une telle déception.” Il détourna le regard et commença à lui tourner le dos, mais, comme s’il était saisi par une force extérieure, il s’arrêta et regarda en arrière. “Tu penses comme un moins que rien, ma fille. Tu es myope et désespérée. L’acte de ta mère – te lier à un inférieur comme à une vulgaire bête – a détruit ton potentiel.” Il secoua la tête, et ses poings se desserrèrent.

Avec un soupir, il s’est finalement détourné et ses yeux, dont la couleur se perdait dans le reflet de la lumière du bassin, se sont fixés sur les miens. “Tue-la, chère Cecil. Prends son mana, et ensuite nous pourrons décider quoi faire de ton vieil ami Grey.”

Je me suis figée. L’effort pour détourner mon regard d’Agrona vers Sylvie – sa fille – me parut herculéen. J’avais déjà goûté à son mana pur. À l’époque, j’avais voulu à tout prix en absorber chaque goutte. Quel aperçu du mana, ou même de l’éther, le réservoir de mana d’un dragon plein, sain et puissant me fournirait-il ?

Et pourtant, mon attention s’est tournée vers l’intérieur, vers l’endroit où reposait Tessia. J’attendais ses protestations depuis l’apparition de Grey et de son lien, mais elle était restée silencieuse.

Elle s’est agitée en sentant mon attention se tourner vers elle. ‘Je suis dans tes pensées, Cécilia. Tu sais déjà ce que je dirais, parce que tu ressens la même chose.’

J’ai reculé devant le contact mental comme si elle m’avait frappée. ‘Après tout, c’est tout ce que tu as à dire ? Pourquoi me lier à une promesse si tu n’as pas l’intention de l’honorer ?’

Elle n’a pas répondu.

Je déglutis, mal à l’aise. Un léger haussement de sourcil d’Agrona m’obligea à me concentrer à nouveau sur lui.

C’était une demande injuste. C’était sa fille, et elle était sans défense. Il était cruel de me demander d’absorber son mana. Si elle doit mourir ici, pourquoi doit-elle le faire de ma main ?

Une autre partie de moi, plus profonde et plus effrayée, a reconnu autre chose. C’est sa fille, et il est prêt à sacrifier sa vie aussi facilement. La vérité, c’est que je n’avais pas essayé de voir Agrona comme une figure paternelle ? N’avais-je pas essayé d’être une fille pour lui ? Je n’ai jamais eu de famille sur Terre. Il n’y avait que Nico. Et Grey, ai-je reconnu avec difficulté. Et la directrice Wilbeck, qui a toujours été gentille avec moi.

” Ma chère Cecil… ” Agrona m’a lancé, une pointe dangereuse dans la voix.

“Je ne peux pas”, ai-je dit en contournant la boule dans ma gorge. “Je suis désolé, Agrona. S’il te plaît, ne me demande pas de faire ça.”

Agrona a fait un pas vers moi. Son visage était impassible, aussi vide que s’il avait été taillé dans le marbre. “Tu es l’héritage, Cécilia. Le chemin qui s’ouvre devant toi sera rempli d’obligations exigeantes. Tu ne peux pas te dérober à chacune d’entre elles et avoir besoin que je te tienne la main tout au long du chemin. Nos volontés – tes volontés – doivent être absolues.”

Ma mâchoire s’est mise à travailler en silence tandis qu’Agrona soutenait mon regard. Je ne pouvais pas détourner mon regard de lui. “Je mènerai tes batailles pour toi. Je détruirai tes ennemis. Je maîtriserai tous les aspects de la magie asuran, et je mettrai le monde à genoux, si c’est ce que tu souhaites.” J’ai laissé échapper une respiration tremblante. Mes jambes étaient comme de la gelée, et mes tripes se tortillaient comme des anguilles de feu. “Mais s’il te plaît, ne m’oblige pas à faire ça.”

“C’est ta réplique ?” Le visage de pierre d’Agrona s’est fissuré, mais il n’a pas éclaté. Il a regardé la distance qui nous séparait et a poussé un léger soupir qui ressemblait à un rire, mais qui n’en était pas un. Le mouvement fit tinter doucement les ornements de ses cornes. “Après toutes les morts que tu as causées, c’est ici que tu décides de ne pas tuer ? Quelle sorte de logique incohérente t’empêche de tuer ma fille ? Est-ce son lien avec Arthur ? Ou… sa relation avec moi ? Non. Tu as peur de ce qui pourrait t’arriver, sachant que je pourrais faire cela à ma propre chair et à mon propre sang.”

“Non… oui. Tout cela. Je…” J’ai regardé intérieurement Tessia, souhaitant qu’elle me supplie de ne pas tuer Sylvie ou Arthur. “Je ne ferai pas ça.”

Agrona s’est moquée, un bruit amèrement tranchant. “Sois prudente, Cécilia. Tu vois ce qui arrive à ceux qui me déçoivent.” Il fit un geste délicat en direction de la jeune fille immobile dans le bassin.

Nico s’est avancé devant moi et a brandi le bâton en bois de charpente qu’il avait conçu, ses quatre cristaux de couleurs différentes brillant d’un éclat terne. “Ça suffit !” Sa voix était plus aiguë que d’habitude, et son front était couvert de sueur. “Après tout ce qu’elle a fait pour toi… après tout ! Tu n’as pas le droit de la menacer, Agrona.”

Mon cœur fit un étrange saut en pirouette dans ma poitrine, et je désirais tendrement tendre les bras vers Nico, le tirer vers moi et le garder en sécurité. Mais alors Agrona se mit à rire. Le son de son amusement sauvage résonnait contre les murs et me clouait sur place.

“J’ai eu beaucoup de temps pour réfléchir, et j’ai compris.”, poursuit Nico, sa voix tremblant presque autant que le bâton qu’il tient dans ses mains. Il regardait toujours Agrona, mais je savais qu’il s’adressait à moi. “La table, les runes, le transfert d’énergie, tout ça”.

Le rire d’Agrona s’est éteint et il a essuyé une larme sur sa joue. Il adressa à Nico un sourire de prédateur. “Oh, vas-y. Il est clair que tu mourais d’envie d’avoir ton grand moment, héros.”

En trébuchant, Nico a commencé à s’expliquer. J’ai eu du mal à suivre tous les détails techniques. Pourtant, le but était assez clair : la table de l’artefact, en conjonction avec les runes qui marquaient mon corps, permettait de transférer des capacités magiques d’une personne à une autre.

Tentativement, j’ai tendu la main et touché l’épaule de Nico, qui s’est arrêté de parler et s’est retourné pour me regarder avec un espoir désespéré. “Nico… il me l’a déjà dit. Je suis désolé. Je sais.”

Ses sourcils se sont noués dans la confusion, et sa bouche a travaillé en silence. Finalement, il a dit : “Non, tu ne comprends pas…”

” Oui, tu m’as eu ! ” dit Agrona en levant les mains comme s’il se préparait à ce qu’elles soient menottées. “Un travail de détective étonnant, Nico la faux. Tu as compris que j’avais des plans de secours. Quel choc terrible pour toi, je le sais.”

Nico se tourna entièrement vers moi maintenant, posant une main sur mon épaule et se penchant vers moi jusqu’à ce que nos visages se touchent presque. “Ce n’est pas une option d’urgence, Cecil. C’est le plan tout entier. Il peut te prendre l’héritage. Tout ce potentiel, toutes ces connaissances… un aperçu de tous les arts du mana des autres asuras, tout.” La poigne de Nico se resserra, et ses yeux brillèrent de colère et de peur. “Il ne nous renverra jamais chez nous. Tout ça n’est qu’un mensonge. Tout.”

Derrière Nico, Agrona roule des yeux. “Comme d’habitude, Nico, tu ne vois pas ce que tu as sous les yeux. Penses-tu que toi et Cecilia pourrez retourner sur Terre et vivre une petite vie douillette et heureuse si elle est toujours l’Héritage ?”

Nico se retourna vers Agrona, brandissant à nouveau le bâton. “Tu m’as poussé, tu t’es moqué de moi et tu m’as rabaissé. Tu as encouragé ma colère tout en me privant de tout le reste, tu m’as appâté en me promettant d’amener Cecilia ici, puis de nous renvoyer sur Terre pour que nous puissions vivre ensemble. Tu n’as jamais cessé de déplacer les poteaux de but pour t’assurer que rien – rien ! – n’était jamais assez pour toi. Mais ça… c’est la limite que je ne franchirai pas. Je ne te laisserai pas faire ça à Cecilia !”

J’ai regardé entre les deux. Agrona m’avait déjà raconté ce que lui et ces mages étaient en train de faire quand je m’étais réveillé de mon Intégration, et d’après ce que Nico disait, il semblait qu’il avait dit la vérité. Mais Nico était effrayé… et en colère. Je ne l’avais jamais vu s’opposer à Agrona auparavant, et savoir qu’il risquait la colère d’Agrona pour me défendre…

“Ça suffit”, dit Agrona, tout soupçon d’humour dans son comportement disparaissant entre un battement de cœur et le suivant. Un vent froid s’est engouffré dans la grotte, projetant de la poussière sur nos visages. Ses yeux brillent d’un écarlate rageur lorsqu’il regarde Nico et moi. “Cecilia. Je suis fatigué de ce jeu. Absorbe le mana de cette asura ratée maintenant. Tue-la ou… regarde Nico mourir à sa place.”

Mes oreilles se sont remplies d’un terrible bourdonnement. Une lourde pression semblait s’abattre sur ma poitrine, écrasant l’air de mes poumons.

Nico ne semblait pas affecté. Son bâton fendait l’air, créant un bouclier composé des quatre éléments qui s’entrechoquaient, s’enflammaient et tourbillonnaient les uns dans les autres. Il a parlé, et bien que j’aie reconnu les mots comme un défi, je n’ai pas pu les assimiler au-delà du battement de tambour dans mon crâne. Je voulais l’arrêter, le protéger, supplier Agrona de comprendre, mais j’avais l’impression d’avoir été transformé en pierre.

Du plus profond de mon être, j’ai ressenti une sensation comme si je remuais mes orteils nus dans l’herbe fraîche. ‘C’est bon, Cécilia. Je suis là. Tu sais ce qui est juste, et tu as la force de le faire’.

Alors que je m’appuyais sur ces mots, appréciant vraiment Tessia pour la première fois depuis ma réincarnation, quelque chose de chaud et d’humide a giclé sur mon visage. Ce n’est que comme une sorte d’écho que j’ai réalisé qu’il y avait eu une poussée de mana.

Lentement, mon regard est passé des lumières vacillantes des pierres précieuses enchâssées dans le bâton de Nico, à ses cheveux noirs emmêlés, à son cou et à ses épaules. Là, mon attention s’est arrêtée sur ce que j’ai vu, mais je n’ai pas réussi à l’assimiler.

Nico s’est effondré à genoux.

Le bouclier se fissura, les éléments se brisant et se retournant les uns contre les autres tandis que la magie dans l’air s’estompait.

De chaque côté, Nico tenait une moitié de son bâton dans chaque main.

Je voyais tout cela d’une manière détachée, périphérique à la focalisation de mon regard, qui restait sur le dos de Nico, juste sous ses omoplates, là où une pointe noire de fer sanguin avait jailli de lui. Des dizaines de pointes plus petites ont jailli du sang qui coulait sur le métal noir, et d’autres pointes encore ont poussé à partir de celles-ci, chacune surmontée d’une goutte de sang. Ces gouttes pleuvaient comme les pétales d’un rosier pour s’accumuler sous lui.

Ma main s’est levée, frôlant mon visage. C’est le fait de regarder ma peau rouge du sang de Nico qui m’a finalement fait sortir de cette fugue d’un autre monde.

J’ai aspiré un souffle rauque et désespéré et je me suis jetée à genoux à côté de Nico juste au moment où il commençait à s’avancer. Je l’ai pris dans mes bras et l’ai ramené sur le sol. “Nico. Nico ! Nico…” Son nom ne cessait de s’échapper de mes lèvres, mon inflexion changeant à chaque fois, presque comme si je prononçais le chant d’un sortilège.

Ses yeux sombres se sont tournés vers moi, brillants de douleur. Ses lèvres remuèrent, mais aucun son n’en sortit, et j’étais trop abrutie par le choc pour les lire. Je les ai suivies, levant les yeux vers le visage d’Agrona au moment même où ses doigts s’emmêlaient dans les cheveux gris canon que j’avais toujours détestés. Avec une poignée sur mes cheveux, Agrona m’a mis sur mes pieds et m’a traîné vers le bassin. J’ai cru que je criais, mais je n’en étais pas sûre.

D’une poussée, j’ai basculé à quatre pattes à côté de Sylvie et j’ai failli atterrir dans le bassin avec elle et Grey. Le rouge s’est répandu dans le liquide, teintant lentement la lumière bleutée d’un violet furieux.

“Tue-la”, dit froidement Agrona, son intention meurtrière m’empêchant de me relever.

En tournant la tête, j’ai regardé son visage. Il n’y avait aucun signe de l’homme qui m’avait amené dans ce monde, qui m’avait donné la force et la confiance d’oser pour une nouvelle chance dans la vie, dans le regard plein d’attente mais sans émotion d’Agrona. Maintenant, tout comme les chercheurs de mon ancien monde, il me regardait comme s’il ne faisait aucun doute qu’il me briserait. Je ferais sa volonté comme je l’avais toujours fait. Ce n’était qu’un test de plus.

Je fermai les yeux contre la douleur qui enserrait mon cœur battant rapidement comme des griffes venimeuses. Acceptant ce que cela signifiait, j’ai prononcé un dernier mot, inattendu et libérateur.

“Non.”


Commentaire

5 7 votes
Note
S’abonner
Notification pour
6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Hippolyte Douis
2 mois il y a

Merci pour la traduction

Netero
2 mois il y a

Oh le chapitre de dingue! Je déteste le fait que l’auteur nous fasse des cliffhanger pareil! Vivement la semaine prochaine!

Et merci pour la trad !

Sïala Le Pottier
2 mois il y a

Merci pour la trad! Enfin la rébéllion de Cécilia! Mais j’ai quand même envie de retrouver Arthur au prochain chapitre. Hâte d’être la semaine prochaine!😆

Wyverne
1 mois il y a

Au milieu du chapitre j’ai cru que Arthur allait se réveiller mais finalement je préfère largement la rébellion de Cecilia !! Incroyable vraiment :DD

Lucifer Chrollo
1 mois il y a

Vas-y Cecilia ! Agrona n’est qu’un manipulateur égocentrique inhumain (que des qualités ma foi). Non mais sérieusement à chaque fois que tu te dis qu’il peut pas être pire, il montre une part encore plus terrible de lui.

SØZ ŌX
1 mois il y a

Cecilia la Goat franchement grâce à ce chapitre elle est bieeeeeen remonté dans mon estime

error: Le contenu est protégé !
6
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser