the beginning after the end Chapitre 479

L'ascension

Traducteur: Ych
————–

ARTHUR LEYWIN

Tout s’explique maintenant. Pour une raison ou une autre, Tess était le vaisseau de Cecilia. Peut-être était-ce à cause de notre relation dans ce monde, qui devait créer le pont, mais cela n’avait pas d’importance.

Si Nico et moi étions devenus aussi forts après nous être réincarnés dans ce monde, quelle serait la force de Cecilia, l'”héritage”, si elle se réincarnait dans le corps de Tess ?

Les échos lointains de mes pensées résonnaient au-dessus et au-dessous de mon moi présent et éveillé.

“Sylvie. Tu sais ce que Rinia a dit.” Ma voix était suppliante, mais seulement à cause de l’effet étrange de la clé de voûte qui faisait que les événements se déroulaient exactement comme ils l’avaient fait. “Nous ne pouvons pas les laisser avoir Tess.”

J’ai senti Sylvie secouer la tête contre le creux de mon dos. Elle me tenait, m’empêchant de continuer à me battre. Parce que Cadell et Nico étaient sur le point de la prendre. Et j’étais en train de mourir. “Nous deviendrons plus forts tous les deux”, a-t-elle dit, la voix étouffée. “Tant que nous sommes en vie, nous avons une chance”.

Le Requiem d’Aroa canalisé, j’ai tendu la main et pincé le fil d’or entre mes doigts. Le temps s’est figé.

Tessia était encore en train de se détourner de moi. Elle venait de prononcer les mots que je craignais être les derniers qu’elle prononcerait jamais. C’était presque drôle, d’une certaine façon ; j’étais tellement distrait que je n’avais toujours pas entendu ce qu’elle avait dit. J’ai envisagé d’inverser le temps, d’être plus attentif, mais…

Au-delà de Tessia, épuisés par la bataille et tachés de sang, Cadell et Nico l’attendaient. La ville de Telmore brûlait autour d’eux, les flammes hautes comme des vitraux dans le ciel enfumé.

C’est à ce moment-là que tout a changé.

Et c’est notre prochain défi à relever si nous voulons continuer à avancer, ai-je communiqué à Sylvie et Régis.

Le corps de Sylvie s’est détendu derrière moi alors que son moi conscient exerçait son contrôle. Ses bras se sont détendus, tombant le long de son corps, et elle a fait un pas en avant, son regard balayant le champ de bataille gelé.

Régis s’est manifesté à côté de moi, sortant des ténèbres et pénétrant dans le monde de la clé de voûte sous sa forme de grand loup de l’ombre. “Et comment faisons-nous exactement, princesse ?”

Nous avions passé un certain temps à suivre les fils du temps et du Destin dans les deux sens au cours de ces premières années de ma vie, mais nous n’avions pas débloqué de nouvelles connaissances sur les mécanismes de la clé de voûte ou sur l’aspect du Destin. Que ce soit en interagissant directement avec les fils d’or grâce au Requiem d’Aroa ou à la présence de Sylvie et de Régis, j’avais découvert que je pouvais apporter des changements et explorer d’autres événements sans m’oublier.

Alors que je pensais cela, Régis s’éloigna de moi pour se placer à côté de Nico. Avec un regard malicieux, Regis s’est redressé et a refermé ses mâchoires sur la gorge de Nico. Le fil s’est détaché de ma prise et le monde s’est remis à bouger. Il y eut une giclée de sang et Nico trébucha en arrière, tombant durement sur le sol en poussant un cri étouffé et gargouillant.

Avant que la scène ne puisse aller plus loin, j’ai de nouveau saisi le fil avec le Requiem d’Aroa et j’ai tiré légèrement, inversant le temps pour revenir avant l’attaque de Régis. “Tu te sens mieux maintenant ?” demandai-je à Régis, la voix chargée d’exaspération.

“Pas vraiment”, admit-il, ses épaules lupines se soulevant et s’abaissant tandis qu’il poussait un profond soupir.

“Concentre-toi”, le réprimande gentiment Sylvie avant de se tourner à nouveau vers moi. “Vas-y, Arthur. Je suis prête.”

Je me concentrai à nouveau sur la godrune Requiem d’Aroa, remarquant à peine la démangeaison constante dans mon noyau physique. Lentement, voulant vivre tout ce qui se passait, je nous ai fait avancer le long du fil d’or, expérimentant à nouveau ma création de la dimension de poche qui m’a permis de retirer Tessia et les autres du champ de bataille en toute sécurité grâce à un portail créé à partir du médaillon de Rinia.

Sylvie lança son propre sort – si tant est que ce soit le bon mot pour décrire ce qu’elle avait fait en me transférant sa propre énergie vitale – et nous nous regardâmes l’un l’autre alors qu’une fois de plus, elle s’effaçait.

J’ai serré le fil, nous figeant à nouveau.

Sylvie était toujours là, une personne en deux parties : un aspect fantomatique formé dans la poussière de lavande et d’or, et une étincelle argentée de sa propre force vitale qui dérivait vers moi avec le reste de son énergie, s’attachant à moi. Sylv ?

La tache d’argent étincelait tandis que l’image fantomatique restait figée. J’ai serré les poings et pompé les bras d’excitation. Ça a marché !

C’est vrai, même si… j’ai du mal à me forcer à rester consciente sous cette forme…

Bien sûr, me dis-je en me sentant stupide. Rentre en moi. Regis, guide-la.

Regis, qui avait déjà retrouvé son état incorporel, est sorti de moi et a volé jusqu’à l’étincelle d’argent. Se tournant autour l’un de l’autre comme des lucioles, le feu follet sombre et l’étincelle d’argent volèrent en dents de scie, se rapprochant à chaque virage brusque, jusqu’à ce qu’ils s’évanouissent dans ma poitrine.

‘Oh !’ pense Sylvie, son esprit se détend et me permet de relâcher une tension dont je n’avais pas conscience. C’est beaucoup mieux.

Allez, on y va.

Le fil se déplaça à nouveau entre mes doigts, et je tombai dans le portail que j’avais conjuré.

Seulement… il ne m’a pas emmené dans le sanctuaire souterrain comme prévu. Cela avait fonctionné pour Nyphia, Madame Astera et Tessia, mais alors que je tombais dedans, avançant prudemment dans le temps, je pouvais voir la trame de la magie éthérique se défaire. Lorsque le portail s’est effondré, il a laissé derrière lui une sorte de trou.

Un trou dans le royaume éthérique, me suis-je rendu compte.

De l’autre côté, il y avait une grande salle circulaire dont le plafond était soutenu par des piliers blancs et lisses, éclairés par une chaude lueur.

De l’énergie dorée suintait de la pierre solide, appuyant sur les bords du trou laissé par le portail, le maintenant ouvert alors que j’entrais. Le portail avait disparu, et le trou entre les dimensions s’est avalé lui-même au moment où je l’ai traversé. La lumière dorée a vacillé et s’est évanouie, et je me suis retrouvé allongé sur le sol, comme je l’avais été lors de mon premier réveil dans les Relictombs.

Sylvie ? Regis ?

‘Nous sommes là’, ont-ils répondu ensemble, deux nœuds de chaleur et de conscience dans mon noyau désormais brisé.

J’ai roulé sur le dos et j’ai souri au plafond vide. “Ça a marché.”

Regis s’est manifesté à côté de moi et a traversé la chambre en trottinant. Il a reniflé pendant une minute. Le truc de l’œuf. Il n’est pas ici.’

Nous ne devons donc pas en avoir besoin, pensai-je, à la fois nerveux et plein d’espoir. Sylv ? Peux-tu sortir ?

Je vais essayer.

L’étincelle argentée est sortie de ma poitrine. Elle était hésitante, parcourant l’air juste au-delà de l’abri de ma chair et de mes os. La forme de loup de Régis est devenue transparente et immatérielle, puis s’est transformée en un spectre sombre qui a zippé jusqu’au côté de Sylvie. Les deux tournoyèrent un instant l’un autour de l’autre, puis…

Régis avala l’étincelle d’argent. Du moins, c’est ce qu’il semblait. Pendant quelques secondes, Sylvie ne fut plus visible que sous la forme d’une petite quantité de lumière argentée qui s’échappait du corps incorporel du spectre sombre. Leurs pensées combinées étaient déformées et difficiles à déchiffrer, mais j’ai attendu, leur faisant confiance autant qu’à moi-même.

Regis s’est mis à briller d’une faible lumière dorée. Des particules d’or et de lavande ont commencé à émaner du feu follet et à prendre forme devant moi. Sylvie s’est dessinée en or brillant à partir de rien, ses traits sont apparus clairement tandis que le halo qui l’entourait s’estompait. Régis est réapparu à ses côtés, sombre contre sa lumière.

Realmheart étant toujours actif, j’ai observé attentivement les fils du destin. Il est intéressant de noter que la ligne temporelle n’a pas été radicalement modifiée par l’apparition de Sylvie en chair et en os.

“J’ai toujours été là, d’une certaine façon”, dit-elle en imaginant l’œuf de pierre dans son esprit. “Cette partie de moi ne t’a jamais quittée.” Elle a retourné ses mains et les a regardées d’un air interrogateur. “C’est étrange, cependant. Je ne me sens pas tout à fait… réelle.” Puis, sans prévenir, elle se dissout à nouveau dans la lumière, n’apparaissant plus que sous la forme d’une étincelle. Regarde ! Je peux…

L’étincelle s’est élancée vers l’avant, se déplaçant sans effort à travers ma chair pour dériver autour des restes ruinés de mon noyau. Mais pourquoi serais-je capable de faire ça ?

“C’est peut-être juste un problème dans la matrix”, dit Regis en s’asseyant sur ses fesses, la langue pendante. “Mais mon opinion incroyablement éduquée est que le destin se fout de notre gueule.”

Sylvie est réapparue devant moi. ” Bouche cousue, Régis “, gronde gentiment Sylvie en se retenant de sourire.

” Les lois de la réalité semblent effectivement s’effondrer au fur et à mesure que nous devenons plus puissants “, dis-je en tendant la main vers mon lien et en la serrant. “Mais cela soulève une question : que se passera-t-il quand nous partirons d’ici ? Il est logique que nous soyons toujours au courant de tout ce que nous apprenons ou de tout ce que nous découvrons grâce à la clé de voûte, mais que se passera-t-il si je – je ne sais pas – déverrouille une nouvelle godrune ? C’est juste un exemple.”

“Une question intéressante, mais la plus grande demeure”, répond Sylvie. “En quoi cela nous rapproche-t-il de la compréhension du Destin et de l’évasion de la clé de voûte ?”

Je n’ai pas pu retenir le froncement de sourcils qui s’est dessiné sur mon visage. “Les Relictombs sont l’endroit où toutes les connaissances des djinns sont conservées. Tout ce qu’ils savaient sur le destin se trouve ici, quelque part. En y repensant, le chemin que j’ai parcouru était plein d’occasions manquées. D’abord, je veux voir ce qui se passe quand je reconstruis mon noyau d’éther à l’intérieur de la clé de voûte. Ensuite… nous ferons ce que font tous les ascendeurs.”

***

La navigation dans les Relictombs à l’intérieur de la clé de voûte était différente de ce qu’elle était dans la réalité. Ma capacité à nous faire avancer et reculer dans le temps m’a permis d’explorer d’une manière que je n’avais pas pu le faire auparavant. Curieux, j’ai avancé jusqu’à ce que Caera et moi réclamions la boussole dans le reliquaire de l’Académie centrale, puis j’ai stocké la boussole dans ma rune de stockage extradimensionnel et j’ai de nouveau remonté le temps, jusqu’à la première zone dans laquelle j’étais entré.

Une fois de plus, debout à l’intérieur de la chambre sans décoration, j’ai regardé dans l’espace extradimensionnel. La boussole était là, elle m’attendait, bien que je l’aie techniquement acquise dans le futur. Sentant monter l’excitation, je retirai la boussole et la retournai dans ma main. La sphère brunie était toujours une relique morte, alors j’ai canalisé le Requiem d’Aroa et j’ai entrepris de la réparer à nouveau.

“Maintenant, nous pouvons aller n’importe où”, dit Regis en me tournant autour avec impatience, ses griffes tapant contre le sol en pierre. Le tapotement s’est arrêté, et il m’a regardé en fronçant les sourcils sur son visage lupin. “N’importe où, sauf au mille-pattes. Plus jamais…”

J’ai gloussé de bonne humeur. Il y avait un sentiment d’espoir partagé entre nous trois. “En fait, j’étais en train de réfléchir. Nous avons maintenant tout ce qu’il faut pour naviguer ensemble dans les Relictombs, mais avant, il y a autre chose que je veux savoir.”

Les sourcils de Sylvie se sont levés lorsqu’elle a compris mon intention. “Je… voudrais bien. Est-ce que tu penses…”

“Oui, je ne vois pas pourquoi on ne le ferait pas. C’est la clé de voûte, après tout. Et si quelque chose tourne mal, maintenant on peut facilement réessayer.” Je me suis tapoté le sternum. ” Vous feriez mieux de vous mettre à l’intérieur de moi, par contre. Nous allons remonter assez loin.”

Les yeux dorés de Sylvie ont brillé un instant avant qu’elle ne se retransforme en lutin, et Regis et elle se sont réfugiés dans mon noyau. Prenant une profonde inspiration, j’ai activé Realmheart et Requiem d’Aroa, j’ai pris le fil d’or dans le bout de mes doigts et j’ai tiré fort.

Ma vie s’est écoulée à l’envers, déroulant toutes mes réalisations et mes échecs en quelques instants. La guerre, Epheotus, l’Académie Xyrus, la Clairière des Bêtes avec Jasmine… et puis je me suis retrouvé à nouveau devant la grotte de Sylvia, simple garçon fraîchement séparé de ma famille. Et pourtant, ma jeune peau était marquée par les formes de sorts et les godrunes. Plus étrangement, le noyau dans ma poitrine fourmillait à la fois d’éther et de mana.

“Nous verrons ce que grand-mère a à dire à ce sujet…” Je grommelai, commençant à descendre dans la grotte où Sylvia m’attendait.

Toutes les autres fois où j’avais vécu ce moment jouaient à l’arrière de mon esprit, les souvenirs se chevauchant et se brouillant. Une prise de conscience m’a frappé. Après avoir passé suffisamment de temps ici, une vie deviendrait indiscernable d’une autre.

‘La clé de voûte t’avalerait entièrement’, a ajouté Sylvie, et un frisson m’a parcouru l’échine.

La fin est en vue. Il le faut bien.

J’atterris au bas de la longue chute, soutenant mon corps à la fois avec du mana et de l’éther et atterrissant confortablement.

“Alors enfant, nous avons enfin…” La voix retentissante de Sylvia s’est interrompue. Elle m’a regardé fixement, sa carcasse haute comme un arbre s’asseyant avec raideur sur le trône de pierre déchiquetée. Ces yeux rouges – si pétrifiants pour l’enfant que j’étais – étaient pleins d’étonnement, de confusion et… de peur alors qu’ils s’enfonçaient en moi et me traversaient. Les cornes massives qui poussent sur son visage démoniaque se sont légèrement tournées tandis que sa tête faisait de même. “Mais je ne comprends pas…”

“Ça m’étonnerait que tu comprennes”, ai-je répondu avec désinvolture. Enfonçant mes mains dans les poches de mon pantalon d’enfant, je me balançai sur la pointe des pieds et la considérai avec un sourire. “Il y a beaucoup de choses dont nous devons parler, grand-mère Sylvia”.

Une heure plus tard, Sylvia et moi étions assis ensemble par terre devant un petit feu. Au lieu de ses formes démoniaques ou de dragon, Sylvia avait l’air telle que je l’avais vue dans son portrait. C’était une belle femme, raffinée et noble, d’un âge moyen selon les normes humaines. Ses cheveux blonds clairs n’étaient pas tressés autour de sa tête comme une couronne, comme ils l’avaient été sur le tableau, mais pendaient en une seule tresse épaisse sur son épaule.

Ses yeux lavande irisés rencontrèrent les miens, toujours l’azur que j’avais hérité de mon père. “C’est toute une histoire, Arthur. Combien de fois as-tu remonté le temps pour nous amener à ce point ?”

“Aucune”, ai-je répondu de ma petite voix. “En supposant que tu me crois. Sinon…” Realmheart s’activa, soulevant les cheveux de ma tête et faisant apparaître des runes lumineuses sous mes yeux.

Elle a levé une main pour me prévenir. “Je te crois. Comment pourrais-je ne pas le faire ? Mais tu as l’assurance de quelqu’un qui sait qu’il ne peut pas échouer.”

J’ai grimacé et j’ai relâché la godrune. “Je ne peux pas échouer ici, avec toi, peut-être. Mais le grand tableau – le destin – est encore très indécis.”

“Et…” Elle hésita, ses doigts jouant inconsciemment avec sa tresse. “Et ma fille ?”

J’ai souri doucement. “Prépare-toi, grand-mère Sylvia.” Sors de là, Sylv.

Le lutin argenté s’est libéré de moi, dérivant comme une feuille au gré du vent autour de moi. Sylvia l’observait avec une intense appréhension. Après plusieurs longues secondes, la petite lumière s’est étendue, se moulant en Sylvie de la même façon que sa forme humaine s’est transformée en dragon. Elle apparut avec ses cheveux tressés et enroulés autour de sa tête, ce qui n’était pas tout à fait différent du portrait de Sylvia, et portant une robe de combat d’écailles noires.

La mâchoire de Sylvie travailla silencieusement. Grand-mère Sylvia se tenait debout, privilégiant son côté blessé. Les deux se regardent sans mot dire, une tension subtile s’installe entre elles.

Puis, au même moment, elles ont toutes deux fait un pas en avant et se sont entourées de leurs bras. Toute la tension se dissipa comme si elle était portée par une marée descendante. Sylvie a laissé échapper un rire surpris, enfantin et charmant, et sa mère a fait de même. Grand-mère Sylvia m’a regardée par-dessus les épaules de Sylvie et ses yeux brillaient de larmes.

Finalement, grand-mère Sylvia s’est retirée, tout en gardant ses mains sur les bras de Sylvie. “Tu es plus belle que je n’aurais jamais pu l’espérer. Oh, ma fille. Je pensais… Eh bien…” Elle déglutit visiblement et secoue légèrement la tête, ce qui fait qu’une seule larme s’échappe de son œil et coule sur sa joue. “Il semble que confier ton œuf à Arthur ait été la décision la plus sage que j’aurais pu prendre.”

Les deux femmes commencent à parler, Grand-mère Sylvia posant des questions et Sylvie y répondant du mieux qu’elle peut. Le récit de la vie de Sylvie jusqu’à présent n’était pas tout à fait joyeux, et Grand-mère Sylvia alternait entre rougir et pâlir pendant que Sylvie répondait à ses questions de son mieux. C’était étrange de la voir ainsi : blottie autour du petit feu, assise par terre avec Sylvie, toutes deux sous leur forme humanoïde.

Je suis content d’avoir pu la voir comme ça, même si ce n’est qu’une simulation, me dis-je, la gorge serrée par l’émotion refoulée.

Regis s’est déplacé, posant son menton sur ma jambe. ‘Arme de soutien émotionnel de destruction massive, au rapport, monsieur’, me taquina-t-il.

J’ai senti un petit sourire effacer mon froncement de sourcils et je l’ai frotté entre les oreilles. À l’aise.

La conversation entre Sylvie et sa mère n’a duré que dix minutes avant que grand-mère Sylvia n’aborde avec hésitation le sujet d’Agrona.

“Oui. Je sais qu’Agrona est mon père”, répondit Sylvie en relevant le menton et en prenant un air soudain défiant. “J’ai essayé de ne pas laisser ce fait colorer trop négativement ma vision de toi”.

Grand-mère Sylvia adressa à sa fille un sourire doux et compréhensif, mais son regard se porta vers le sol. “C’est peut-être plus que ce que je mérite, alors. Merci.”

Je me suis raclé la gorge et me suis frotté la nuque, hésitant à m’immiscer dans ce moment, mais je me suis rappelé que, aussi réel que cela puisse paraître à Sylvie, cette version de grand-mère Sylvia n’existait pas. Nous étions venues pour une raison, et j’avais besoin de ces réponses. “Quand tu t’es enfuie, comment as-tu appris l’existence des ruines djinns ? Où as-tu trouvé cette carte ?”

Grand-mère Sylvia se mordit la lèvre, une expression inattendue à voir sur ses traits royaux, et jeta un regard à Sylvie avant de reporter son attention sur moi. “Puisque tu en sais déjà beaucoup, je ne vois pas le mal à t’expliquer davantage, même si je… ne m’attendais pas à raconter cela à qui que ce soit.” Elle marqua une pause pour rassembler ses idées. “Il y avait un appareil dans la forteresse d’Agrona, une relique des djinns. Seulement, il contenait un esprit djinn.”

“Comme dans les ruines”, dis-je en sursautant. “Mais comment ?”

Les sourcils de Sylvia se sont légèrement pincés, et ses yeux étaient concentrés quelque part au-delà du feu, regardant un passé qu’elle seule pouvait voir. “Il l’a trouvée dans les premiers temps, alors que son peuple commençait à peine à explorer les Relictombs pour lui. C’était son travail d’aider à naviguer dans l’endroit, ainsi que de stocker et de cataloguer les connaissances des djinns liées à leurs créations. Mais Agrona avait déjà réussi à la retirer des Relictombs et à l’installer profondément sous sa forteresse au moment où il a été banni et où j’ai si bêtement essayé de l’avertir des plans de mon père.”

“Elle ?” demande Sylvie.

“Le djinn… l’esprit. Ji-ae”, répond Grand-mère Sylvia en détournant le regard. “C’est d’elle que j’ai appris la vérité”.

Sylvie se pencha en avant et serra ses genoux contre sa poitrine. “Quelle vérité ?”

“Quand je suis revenue pour Agrona, je l’ai trouvé une coquille de l’asura dont j’étais tombée amoureuse. Peut-être était-ce le vrai lui, et je n’avais jamais connu qu’une ombre, ou peut-être que son bannissement et sa trahison des autres asuras – y compris, pensait-il, de moi – ont brisé quelque chose en lui. Il m’a emprisonnée lorsqu’il a appris que j’étais enceinte, désireux d’expérimenter sur son propre enfant, d’en savoir plus sur la façon dont les dragons manipulaient l’éther et comment il pouvait l’utiliser contre eux. Sa propre fille, et il ne voyait en toi qu’une autre expérience.”

Ses dents se serrèrent, et un feu vif brûla dans ses yeux. “Ji-ae m’a montré ce qui t’attendait, pour nous deux. Mais elle a dit…” Sylvia hésite, prend une respiration tremblante. “Elle a dit que le destin avait quelque chose d’autre en réserve pour toi. Elle m’a montré un garçon, m’a parlé de la réincarnation d’un roi d’un autre monde, Grey, et de la façon dont il te protégerait, si seulement je pouvais le trouver.”

“Et c’est ainsi que tu as obtenu la carte des ruines djinns”. Je secouai la tête, incrédule. “Encore une fois, le destin semble jouer avec moi. Tout s’aligne parfaitement.”

Nous sommes retombés dans le silence, et j’ai regardé le petit feu crépiter joyeusement, ses flammes orange vif ignorant superbement la pression qui reposait sur mes épaules.

Même si j’avais appris ce que j’étais venu chercher, je n’en étais pas pour autant satisfait. En effet, la révélation qu’Agrona avait à sa disposition l’un des vestiges djinns, et qu’il était apparemment à la fois disposé à l’aider et doté d’une compréhension plus approfondie des connaissances du peuple djinn que n’importe lequel des vestiges que j’avais découverts, ne m’apportait pas la paix de l’esprit.

Il est temps. Nous devrions partir, envoyai-je à Sylvie.

Encore un peu, me répondit-elle, ses yeux dorés se tournant vers moi d’un air suppliant. Je n’aurai peut-être plus jamais l’occasion de lui parler.

Tu ne lui parles pas maintenant, lui ai-je répondu gentiment, en la consolant. Ce n’est pas Sylvia, ce n’est qu’une ombre d’elle créée par la clé de voûte.

Je… tu as raison, bien sûr. Sylvie se tenait raide, ne me regardant plus. Je suis en train de perdre le contrôle de mes émotions.

Debout, j’ai fait une révérence respectueuse. “Grand-mère. Je te remercie. Je… sais que cette conversation n’a probablement pas eu beaucoup de sens de ton point de vue, mais tu m’as été d’une grande aide. Malheureusement, nous devons partir…”

“Attends”, dit-elle en se serrant le côté alors qu’elle se lève. “Avant que tu ne le fasses, j’ai réfléchi. Tu as dit que je t’avais donné ma volonté et que grâce à elle, tu avais pu utiliser la technique Realmheart. Je sais pourquoi celle-ci t’a détruite, et je pense que je peux t’apporter les connaissances nécessaires pour mieux la contrôler.”

“Ce n’est pas nécessaire”, ai-je répondu en secouant légèrement la tête. “Quand tout cela sera terminé, je ne pourrai plus utiliser de mana, et même si je finirai par retrouver Realmheart, ce sera sous une forme différente.”

“Quand même”, dit Sylvia, un ton suppliant audible dans sa voix, et je me souvins du fait que, lorsque j’étais restée avec elle dans ma vraie vie, elle m’avait gardée pendant des mois plus longtemps que nécessaire. Elle se sent seule, je le savais. Elle a continué en disant : ” Peut-être que cet aperçu s’appliquera à ta version de Realmheart, alors. J’aimerais que cette connaissance perdure quand je ne serai plus là.”

L’envie de partir s’estompa, et je respirai profondément, me sentant me dégonfler. Forçant un sourire reconnaissant pour cacher les émotions compliquées que cette rencontre avait fait naître en moi, j’ai dit : “Bien sûr, grand-mère Sylvia. S’il te plaît, montre-nous.”

***

“Eh bien, le premier vestige djinn n’a pas été plus utile cette fois-ci”, note Regis d’un air grincheux alors que j’active la boussole pour nous éloigner de la première ruine.

“Il était assez serviable, mais il n’avait rien de plus à nous donner”, répond Sylvie, son regard balayant une dernière fois le laboratoire en désordre.

“Au moins, j’ai pu revoir sa technique de l’éther”, dis-je. J’avais essayé de convaincre le vieux djinn de m’enseigner, mais il était focalisé sur le test.

Le portail tourbillonna tandis que sa destination changeait sous l’influence de la Boussole, et mes compagnons se réfugièrent dans mon noyau. Je l’ai franchi.

L’entrée brisée de la deuxième ruine se trouvait derrière. Je me dépêchai de traverser jusqu’à ce que j’atteigne le portail de cristal noir, piégé dans son cycle de rupture et de reformation. Entrez, accueillez un descendant, s’il vous plaît. Les mots se sont formés dans ma tête. Comme avant, j’ai activé le God Step et j’ai sauté de l’autre côté, pour me retrouver devant le deuxième vestige de djinn.

Alors que Sylvia m’avait appris à mieux comprendre Realmheart, j’ai pris conscience d’une chose qui n’était jusqu’alors qu’à la limite de la pensée consciente.

Je ne savais pas ce que j’étais censé faire, en fait. Je ne pouvais pas m’échapper sans découvrir le destin, mais je ne savais pas exactement comment m’y prendre. Contrairement aux clés de voûte précédentes, celle-ci était complètement ouverte. Aucune énigme ne m’a été présentée, aucun objectif ne m’a été fourni. J’avais appris à naviguer et à manipuler le monde créé par la clé de voûte, et cela m’avait permis de découvrir quelques petites choses sous la forme des fils d’or, mais depuis, je n’avais pas réussi à débloquer le pouvoir que contenait la clé de voûte.

Mais cela ne voulait pas dire que je ne pouvais rien faire.

La deuxième projection djinn est sortie de derrière le pilier. Petite et mince, avec une peau rose-lavande et des cheveux améthyste coupés court, elle portait un short blanc et un plastron qui affichait les motifs imbriqués des runes qui couvraient son corps.

Elle m’a adressé un sourire faible et triste. “Quelqu’un a donc récupéré ma création après tout. En vérité, je m’attendais à ce que le sanctuaire reste intact jusqu’à la fin des temps – attends. Tu as déjà entendu ces mots. Tu m’as… déjà vu.” Le sourire s’est transformé en un froncement de sourcils méfiant. “Qui es-tu ?”

“Tu le sais déjà. Et je pense que tu sais aussi ce pour quoi je suis venu. Il n’y a pas lieu de s’inquiéter du test dont tu as été chargée. Au lieu de cela, je veux apprendre ce que toi seule peux m’enseigner.”

Ses sourcils se haussent lentement. “Je peux le voir dans ton esprit. Tu as la force de te défendre, de frapper et de faire couler le sang de nos ennemis. Tu es exactement celui que j’attendais, et je t’entraînerai à manier l’éther non seulement comme un outil de création, mais aussi comme une véritable arme de destruction.”

Une longue et fine lame d’ether courbée apparut dans sa main gauche, puis une seconde dans sa main droite. Elle les croisa devant elle, des étincelles volant dans l’air à l’endroit où elles se touchaient. “Je vais t’entraîner.”

J’ai invoqué ma propre épée d’éther, la tenant à deux mains. Puis une deuxième s’est manifestée à ma droite à hauteur d’épaule, et une troisième à ma gauche à côté de ma hanche.

La djinn m’a regardé avec surprise et ravissement. Elle fit un pas en arrière, et plusieurs autres épées apparurent autour d’elle. “Oui, tu es celui que j’attendais”.

Il est difficile de dire combien de temps nous nous sommes entraînés. Le temps est devenu un flou éthéré, l’espace s’est réduit à cette seule petite chambre. Ses mots me sont revenus pendant que nous nous battions : Ce n’est qu’une fois que tu auras compris l’éther en tant que tel que tu pourras commencer à comprendre le Destin. Je l’ai récité comme un mantra, me poussant à comprendre chaque aspect de mes capacités pendant que je la combattais. Lorsqu’elle a commencé à ralentir, n’étant plus capable de pousser ses capacités au maximum à cause de la mécanique défaillante de son habitat, j’ai tiré le fil jusqu’au début et j’ai recommencé.

Mes compagnons ne sont pas restés les bras croisés. Bien qu’ils ne se soient pas battus à mes côtés, la projection djinn a continué à leur donner des cours sur les arts aevum et vivum. Il s’est avéré qu’elle en savait beaucoup sur la nature de la Destruction, et j’ai senti que Regis approfondissait ses connaissances au fur et à mesure qu’il absorbait ses enseignements.

Cependant, à la troisième répétition, j’ai compris qu’il y avait une limite à ce que ce simple vestige de djinn pouvait nous apprendre. Je devais me pousser plus loin, plus fort – comme nous tous. C’est ainsi que nous avons continué.

Tous les trois, nous sommes passés d’une zone à l’autre, en relevant et en conquérant les défis les uns après les autres. Au lieu de passer par chaque zone, ou chapitre comme les djinns les appelaient, nous avons examiné les fondements des espaces et les épreuves qu’ils nous offraient. Après tout, c’était le but des Relictombs : abriter les connaissances éthériques des djinns, chaque chapitre fournissant un exemple réel et physique de ces arts éthériques.

La tâche s’est avérée difficile. Cela me rappelait les ordinateurs de mon ancien monde, avec des programmes codés dans un langage spécial inventé juste pour cette tâche. Étudier les Relictombs, c’était comme essayer d’apprendre ce langage en étudiant les résultats d’un programme. Je n’avais pas les connaissances sous-jacentes nécessaires pour commencer à voir l’ensemble du tableau.

Mais à force d’utilisation, de pratique et de difficultés, Sylvie, Regis et moi avons affiné nos propres capacités au cours de dizaines de chapitres et d’épreuves, contre des milliers d’ennemis. Seule une capacité n’a pas augmenté en puissance. En fait, je n’avais encore jamais pu l’utiliser.

Alors que nous nous tenions dans le dôme gelé au cœur de la zone enneigée où j’avais initialement rencontré Three Steps et les autres tribus avec Caera à mes côtés, j’ai réfléchi au Gambit du roi. La godrune était fournie par une clé de voûte ; il aurait été logique qu’elle soit un élément essentiel pour naviguer dans cette clé de voûte, tout comme Realmheart et Requiem d’Aroa. Et pourtant, il semblait ne rien faire du tout. Rien à part remplir mes pensées de brouillard et me donner mal à la tête, en tout cas.

C’est pour cette raison que j’étais retourné dans cette zone. Les tribus de la zone avaient un sens instinctif de l’utilisation de l’éther que même les dragons ne pouvaient revendiquer. Les Shadow Claws en particulier communiquaient d’une manière qui nécessitait une manipulation mentale de l’éther, et j’ai pensé qu’ils pourraient m’apporter des informations utiles.

Ce que j’ai trouvé à la place, c’est un terrain vague. Les tribus avaient disparu. Les squelettes des Shadow Claws, des Spear Beaks, des Four Fists et des Ghost Bears étaient éparpillés dans la neige comme des feuilles tombées des arbres. Des blessures gelées comme des griffes et des morsures entachaient leurs corps, et bien que nous ayons cherché, nous n’en avons trouvé aucun vivant.

“Peut-être que, puisque toi et Caera n’êtes jamais venus, les ‘choses sauvages’ se sont développées de façon incontrôlable”, songe Sylvie alors que je répare le portail de sortie.

“Où sont-ils donc maintenant ?” demanda Régis, qui fouillait dans un tas d’os au bas de l’estrade centrale.

“Ça n’a pas d’importance.”

Les mites éthériques du Requiem d’Aroa ont coulé le long de mes bras et du cadre du portail. Je n’avais pas les morceaux du cadre du portail, mais je n’en avais pas besoin cette fois. Alors que la godrune reconstruisait le portail, je me suis rappelé que ce n’était pas réel.

“Nous pourrions revenir au moment où tu viens d’entrer dans les Relictombs, puis laisser le temps avancer normalement jusqu’à ce que tu atteignes à nouveau cet endroit ?”. Sylvie suggère, son visage baignant dans une légère lueur violette provenant du portail apparu à l’intérieur du cadre réparé.

“Ça pourrait marcher. Je…” Je me suis interrompue en regardant à travers le portail.

Il était translucide, montrant une version légèrement floue de ce qui se trouvait derrière lui. Seulement… le portail ne montrait pas un endroit différent, seulement l’autre côté du cadre. De ce côté, cependant, l’usure du temps de l’estrade était différente, la pierre plus lisse. La lumière était plus chaude, et il y avait…

“C’est le même endroit, mais à une autre époque”, dis-je en haletant. “Regis !

Il a sauté du sol jusqu’au sommet de l’estrade, puis s’est fondu en moi. Sylvie a fait de même juste derrière lui, et j’ai franchi le portail.

Je n’ai pas eu l’impression de voyager à travers les portails des Relictombs comme d’habitude. C’était plutôt comme franchir une porte pour passer d’un extérieur froid à l’intérieur chaud d’une maison. Des odeurs de printemps m’ont frappé le nez, ainsi que l’odeur musquée d’une sorte d’animal. L’air était rempli de voix, certaines profondes et sonores, d’autres plus tranchantes et grinçantes.

J’ai regardé autour de moi avec étonnement.

La pierre blanche du dôme central de la zone brillait d’une lumière blanche et dorée. Des dizaines de griffes d’ombre, de becs de lance, de quatre poings et d’ours fantômes se promenaient entre les rangées de tables et d’étals d’un côté du dôme. De l’autre côté, il y avait un espace ouvert où d’autres jouaient à des jeux ou s’asseyaient pour regarder, tout en discutant de façon animée. Les bipèdes félins Shadow Claws se touchaient les pattes avec d’immenses Ghost Bears blancs, engagés dans un discours mémoriel, tandis que Four Fists et Spear Beaks échangeaient avec empressement des sacs de noix contre des fioles d’un liquide verdâtre.

“C’est incroyable, n’est-ce pas ?”

Je me suis retourné, réalisant qu’un homme était adossé à l’autre côté du cadre du portail, regardant les gens se déplacer en contrebas. Il avait la peau bleu clair avec une teinte violette autour des yeux et de la bouche, des cheveux violets assez foncés pour être presque noirs, et chaque centimètre de sa chair exposée était couvert de formes de sorts.

“Tu es un djinn”, dis-je stupidement.

Ses yeux roses et doux se sont tournés vers moi à peine un instant avant de se retourner vers les tribus qui se mêlaient. “Ils ont tous dit que j’étais fou, que j’essayais de créer une vie sensible. Et ça, ce sont les plus gentils qui l’ont dit. Ceux qui étaient plus honnêtes me comparaient aux dragons.” Il rit légèrement, d’un son doux et musical. “Tu imagines ? Tout ça, tout ce qui se passait, et pourtant un djinn aurait le culot de traiter un autre djinn un Indrath sous son souffle alors qu’elle me croisait dans les couloirs ?”

J’ai fixé l’homme djinn d’un regard vide, complètement déconcerté.

“Quoi qu’il en soit, je suis heureux que tu aies pu venir, Arthur-Grey.” Le djinn s’écarta du cadre du portail et tendit les bras. “Nous avons beaucoup de choses à nous dire, mon vieil ami. À propos de l’avenir.”

Je me frottai la nuque et le considérai avec incertitude. “Je suis désolé, comment me connais-tu ?”

Il a penché la tête légèrement sur le côté. “Nous sommes de vieux amis, Arthur-Grey. Je t’ai tout dit sur mon travail, et maintenant je dois discuter de la suite. Dans le futur. Dans un avenir très lointain, en fait. Je ne peux pas faire ça sans toi, mon vieil ami.”

‘Ça devient bizarre’, pensa Regis, son attention tournant dans tous les sens alors qu’il tentait d’observer tout le monde à l’intérieur du dôme en même temps. ‘J’ai l’impression d’être dans l’une de ces phases d’élaboration juste avant un moment de jumpscare. Je n’aime pas ça.

Je ne peux pas m’empêcher d’être d’accord. Il y a vraiment quelque chose qui n’est pas ce qu’il semble être,’ ajoute Sylvie.

“Je suis désolé, je ne te connais pas”, dis-je fermement, en faisant un pas en arrière. “Quel est ton nom ?”

“Arthur-Grey, je suis Haneul, ton vieil ami.” Le djinn me considéra non pas avec confusion ou suspicion, mais avec un doux sourire et des yeux profonds et confiants. “Tu sais tout de ma création de ce chapitre et des nombreuses épreuves que j’ai surmontées.

Je regardai autour de moi, ayant de plus en plus l’impression d’être à l’extérieur d’une blague que je ne comprenais pas.

“Ah, mais je vois mon erreur maintenant”, dit Haneul en fronçant les sourcils. “J’ai mal choisi. Ces souvenirs étaient stockés dans une sorte d’appareil. Comme l’appareil se trouve dans ton espace extradimensionnel, je n’ai pas immédiatement reconnu qu’ils étaient distincts de ta personne.” Haneul soupire. “Je pense que tu pourrais dire qu’il est humoristiquement ironique que j’ai attendu si longtemps pour me présenter à toi, et pourtant j’ai quand même réussi à faire une erreur d’une manière ou d’une autre.”

“Quel appareil ? Qu’est-ce que tu…”

Le cristal de mémoire djinn. Je me suis rappelé avoir ramassé le cristal et avoir entendu plusieurs versions de la même voix dans mon esprit. C’était la voix de Hanuel. Je n’ai jamais écouté les messages contenus dans ce cristal. Ce devait être comme un journal. Son journal de bord du travail effectué… ici, dans ce chapitre des Relictombs.

Si ce “Hanuel” peut voir jusqu’à l’espace de stockage extradimensionnel relié par cette forme de sort… Les pensées de Régis s’interrompent de façon significative. Soudain, j’ai compris.

Comme si elle répondait à ma compréhension, la réalité a commencé à se dérouler.

Cela a commencé par le cadre du portail, dont la pierre s’est transformée en une sorte de barbe à papa, qui s’est détachée et a flotté au loin. Puis le dôme s’est envolé au-dessus de nous, se dispersant comme des nuages légers pour révéler le ciel bleu au-delà. Mais des fissures traversaient le ciel pour révéler le vide noir et violet au-delà.

Lorsque j’ai regardé en bas, tous les membres de la tribu avaient disparu, tout comme l’estrade sur laquelle je me trouvais.

Seuls le djinn et le portail restaient, flottant dans le vide du royaume de l’éther.

” Le destin. ” Le mot est sorti sans que je le veuille, mais dès que je l’ai prononcé, j’ai eu la certitude que c’était vrai. J’ai activé Realmheart.

Sylvie s’est manifestée d’un côté, Régis de l’autre. Nos trois esprits connectés étaient également émerveillés par ce que nous voyions.

Le djinn n’était plus. À la place, un entrelacs de fils d’or était noué ensemble pour former une forme vaguement humaine. Des dizaines, peut-être des centaines ou même des milliers, de fils s’étendaient dans toutes les directions, disparaissant dans l’étendue sans fin du royaume éthérique.

“Arthur-Grey. J’attendais ton ascension.”


Commentaire

5 8 votes
Note
S’abonner
Notification pour
5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Mycka Icarima
25 jours il y a

Un chapitre incroyable, j’ai trop hate de lire la suite. Merci beaucoup pour la trad tu gères comme toujours.

Wyverne
24 jours il y a

Je n’ai pas compris pourquoi le djinn de la fin est fait de fils du destin et d’ailleurs pourquoi il est là ? Je suis un peu paumé sur ce qui se passe à la fin du chap mdr. J’espère qu’on aura un autre chapitre du pov d’Arthur la semaine pro car là je comprends vrm pas ça m’énerveeee xDD

SØZ ŌX
1 jour il y a
Répondre à  Wyverne

Je crois que le Hanuels c’est en faite le destin lui même parce que souviens toi ils avaient dit que le destin était peut être conscient comme l’éther

Marie Lucienne
23 jours il y a

Mon Dieu
La masterclass……
🤯🤯 XD

error: Le contenu est protégé !
5
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser