the beginning after the end Chapitre 475

Des destins qui s'entrechoquent

Traducteur: Ych
————–

Mes années d’enfance se sont écoulées sans qu’on s’en préoccupe, ma vie se déroulant sur une sorte de pilote automatique tandis que mon esprit se concentrait sur le problème de la clé de voûte et de mes compagnons disparus.

Dans cette réalité alternative présentée par la clé de voûte, même les petits changements semblaient faire boule de neige pour donner naissance à une vie entièrement nouvelle que je devais vivre. Mais au fur et à mesure que la vie simulée s’éloignait de la réalité – ou peut-être, au fur et à mesure que la personne que je devenais à l’intérieur de la clé de voûte s’éloignait de ce que j’étais vraiment ou de ce que j’avais été – la partie de mon esprit qui était consciente des événements à l’extérieur de la clé de voûte semblait s’endormir, me faisant oublier mon but et même le fait que je vivais une existence fausse et simulée.

Les souvenirs de mon enfance à Taegrin Caelum ont refait surface. Je m’en souvenais clairement, mais la personne que j’étais devenue dans ces circonstances semblait si éloignée de ce que j’étais réellement que c’était presque comme si j’avais fait le rêve de quelqu’un d’autre. Mais d’où venait ce scénario, me suis-je demandé ? Le royaume de la clé de voûte invente-t-il simplement des réponses à mes actions, ou le destin est-il impliqué d’une manière ou d’une autre ? La clé de voûte pourrait-elle savoir ce qui se serait réellement passé – ou ce qui se passera dans le futur ? J’ai pensé à l’éther et au destin, et je savais que je ne pouvais pas complètement ignorer ce fait.

La sage Rinia pouvait rechercher des lignes temporelles et des événements potentiels grâce à sa magie. Les djinns pouvaient certainement faire la même chose, grâce à leur contrôle accru de l’éther, y compris la branche de l’aevum. Pourtant, en comparaison avec le mécanisme de chacune des clés de voûte précédentes, ces mondes et ces lignes temporelles qui se déploient semblent d’une complexité inouïe. Pour comprendre le destin, faut-il voir comment toutes ces réalités se déroulent en réponse à chaque petit changement ?

Je me suis senti l’estomac serré en me demandant combien de fois je devrais revivre ma vie dans différentes permutations pour acquérir cette compréhension, et cette pensée angoissante m’a amené à une autre considération déconcertante : Depuis combien de temps suis-je ici ?

Si le monde de la clé de voûte se déplaçait à la même échelle de temps que celle dans laquelle je le vivais, alors j’étais déjà à l’intérieur depuis des décennies. Je devais supposer que le temps passé dans la clé de voûte n’était pas identique à celui du monde extérieur. Le temps ne semblait pas se déplacer à un rythme constant dans la clé de voûte, il passait à une vitesse incroyable lorsque je ne me concentrais pas sur le monde qu’elle présentait. À défaut d’autre chose, cela suggérait que le temps était très subjectif, peut-être même qu’il s’agissait entièrement d’une illusion.

Et si c’était ça ? J’ai été secouée par une scène de mon jeune âge en train de feuilleter l’encyclopédie de la manipulation du mana. Le regard confus – j’avais l’impression d’être née il y a seulement quelques minutes – j’ai essayé de me retirer de la vie et de la laisser se dérouler simplement devant mes yeux.

Mon excitation semblait m’attacher au moment présent. J’ai fermé les yeux, me concentrant sur la déconnexion avec moi-même. Quelque chose semblait me tirer par le sternum, comme si j’avais un hameçon enfoncé dans la poitrine et que quelqu’un tirait dessus. Mes yeux se sont ouverts et j’ai regardé autour de moi, me demandant ce que cette sensation pouvait bien être, mais je n’ai rien vu ni senti d’évident.

Réalisant que je me laissais aller à l’anxiété et à l’excitation, j’ai forcé mon petit corps à prendre plusieurs respirations profondes. Ma mère est entrée dans la pièce, bavardant sur le fait que je fixais toujours ces livres et que c’était mignon, et le temps a commencé à s’écouler loin de moi.

En quelques instants, je me réveillais, puis nous nous dirigions déjà vers le sentier de montagne qui nous mènerait à l’embuscade. Tout s’est déroulé comme dans ma vie et soudain, je me suis retrouvée avec Sylvia. Bien que j’aie eu des idées sur la façon dont mon temps avec elle aurait pu se dérouler différemment, j’ai évité de changer quoi que ce soit, même le plus petit détail, afin de tester ma théorie actuelle.

Le temps que j’ai passé avec elle s’est écoulé, et ma vie de garçon à Elenoir s’est accélérée. Avant même de m’en rendre compte, je revoyais ma famille, puis Jasmine et moi partions à l’aventure ensemble dans la Clairière des Bêtes. Mon séjour à Xyrus a commencé, menant à la crypte de la Veuve, à l’attaque de l’académie de Xyrus et à ma formation en Elenoir. La guerre elle-même était déjà terminée, avec en point d’orgue mon combat contre Nico.

C’est alors que mon corps commençait à faiblir à cause de la surutilisation de la volonté de Sylvia et que le sacrifice imminent de Sylvie se profilait que j’ai eu une autre prise de conscience.

En me concentrant sur le moment présent, j’ai tenté de revenir dans mon corps et de prendre le contrôle de la situation, sachant ce que je voulais changer.

Seulement, je n’y arrivais pas.

Le temps passait encore plus vite maintenant, avec la mort de Sylvie, ma première ascension involontaire dans les Relictombs, puis mon séjour à Alacrya, tout cela dans le même souffle. Soudain, j’ai fait mes adieux à Ellie, après lui avoir menti sur l’endroit où je me trouverais en accédant à la quatrième clé de voûte, et Sylvie, Régis et moi étions en train d’activer la clé de voûte et d’y pénétrer à nouveau.

J’ai attendu dans l’obscurité, essoufflé et confus à propos de ce qui venait de se passer. De nouveau, la lumière au loin. De nouveau, les mots : “Félicitations, monsieur et madame, c’est un garçon en bonne santé”.

Mon esprit est resté dans le vide pendant un bon moment. Le temps ne m’a pas échappé et n’a pas recommencé la boucle, mais je sentais le choc s’emparer de mes facultés, et au lieu de le combattre, je me suis simplement laissé faire.

J’avais peut-être pensé que la leçon de cet endroit était quelque chose de banal, comme le fait que ma vie s’était déroulée exactement comme elle était censée le faire ou que je ne pouvais pas changer le passé. Je ne m’attendais certainement pas à perdre le contrôle et à être entraînée dans la répétition exacte de ma vie, incapable d’imposer ma volonté.

C’était comme être pris dans une rivière impétueuse, me suis-je dit avec étonnement une fois que le choc a commencé à se dissiper. Mais quel est l’intérêt de cette situation ? En quoi cela nous permet-il de mieux comprendre le destin ?

J’ai eu du mal à voir comment ce nouveau point de données s’inscrivait dans mes théories précédentes. De toute évidence, il fait voler en éclats l’idée qu’il suffit de ne rien changer. En fait, cet effet de vortex suggérait le contraire : je devais explorer les nombreuses opportunités de cette vie – ou de ces vies – afin de mieux comprendre l’aspect du destin.

J’ai tourné autour de cette idée pendant un certain temps, mais je n’ai pas réussi à obtenir de nouvelles informations. Finalement, je m’en suis détourné, en considérant à nouveau un moment de la vie précédemment parcourue à toute allure. Alors que je m’approchais du sacrifice de Sylvie, une idée folle m’est venue à l’esprit. Comment puis-je exister dans cette vie si Sylvie ne se sacrifie pas pour moi, divisant son essence pour être attirée à travers le cosmos où elle observe ensuite ma vie comme Grey se déroule ? Car, si elle ne le fait pas, comment peut-elle me séparer des efforts d’Agrona pour me réincarner et me placer à l’intérieur de ce corps ?

Je regardai autour de moi, à la recherche de l’apparition fantomatique de Sylvie qui, je le savais, devait m’observer. Après avoir vécu ma vie en tant que Grey, Sylvie avait suivi mon esprit à travers le cosmos alors qu’il était entraîné dans ce monde par Agrona. Au dernier moment, elle m’avait forcé à m’écarter et m’avait amené aux Leywins. Et c’est là que cette simulation de ma vie a commencé.

C’était un paradoxe. Bien que les vies de la clé de voûte commençaient toujours à ma naissance, en réalité, ma propre vie commençait bien avant, avec ma naissance en tant que Grey sur Terre. Je m’accrochais fermement à ce fait. La présence d’un paradoxe potentiel était un point de données, une faille dans le système, une faille que je pouvais identifier et à partir de laquelle je pouvais potentiellement extrapoler des informations.

‘Je suppose que dans cet endroit, ma présence à ta naissance – et aussi tout ce que j’ai fait avant ta naissance – est comme un point fixe’, dit une voix déformée. J’ai tourné ma tête trop grosse sur le cou qui ne la supportait toujours pas, fixant le côté d’un matelas rempli de paille pour voir la même version légèrement transparente et plus jeune de Sylvie que celle que j’avais rencontrée auparavant. ‘Tu ne peux pas changer quelque chose qui était déjà gravé dans le marbre avant ton arrivée.’

‘Je te cherchais,’ dis-je en rencontrant ses yeux dorés et transparents.

‘Je sais,’ répondit-elle.

‘J’ai une idée,’ ai-je pensé, en fourrant instinctivement un poing potelé dans ma bouche. ‘Tu veux bien m’aider à faire quelque chose ?’

‘Dans le contexte de cette vie telle qu’elle se déroule actuellement, je viens de voir Grey passer d’une enfance désespérée à une royauté inconsolable. J’ai ensuite traversé une étendue inconnue à travers le temps et entre les mondes pour empêcher Agrona de te réclamer’, dit-elle d’un ton détaché. ‘J’ai déjà tout sacrifié pour toi, Arthur, et je le ferai encore. Et encore. Autant de fois que nécessaire. Alors, oui. Bien sûr que je t’aiderai. Dis-moi simplement ce dont tu as besoin.’

J’ai rassemblé tranquillement mes pensées avant de les projeter sur elle. ‘Tu es une partie de Sylvie. Tout à l’heure, tu as dit que tu étais une projection de Sylvie telle que je la concevais en ce moment, n’est-ce pas ?’

‘C’est exact,’ confirma-t-elle en m’observant avec curiosité.

‘Mais il y a aussi une autre partie de Sylvie ici,’ continuai-je. ‘Son véritable esprit conscient du monde extérieur. Sauf qu’elle est… en train de dormir, elle et Régis.’

‘C’est vrai.’

Mon visage d’enfant s’est plissé en signe de concentration. Son esprit ne s’est pas encore réveillé. Je pense que c’est peut-être parce qu’il n’a pas eu le temps et la place de le faire à l’intérieur de la clé de voûte. Même dans les vies où je me suis liée à elle, cette version de Sylvie a sa propre personnalité intacte, conforme à ce qu’était Sylvie à ce moment-là, sans les souvenirs de notre vie en dehors de cet endroit. Cela ne laisse aucune place à ma Sylvie, la vraie Sylvie, pour se réveiller.

Le visage fantomatique m’a observée avec impatience.

Mais tu n’es déjà plus qu’un morceau d’elle. Et dans quelques années, tu seras ramenée dans ton propre œuf et tu renaîtras en tant que cette version de Sylvie.

‘C’est aussi vrai.’

Si tu… t’attachais, d’une manière ou d’une autre, à l’esprit de Sylvie – la vraie Sylvie – alors peut-être qu’elle pourrait se réveiller et agir à travers toi, puis renaître en elle-même.

Il y a eu une longue pause, et j’ai dû me concentrer très fort pour garder mon esprit et mon corps de nourrisson éveillés et concentrés sur le moment.

Comment ? demanda-t-elle finalement.

Je ne savais pas vraiment comment, mais j’étais convaincu qu’il était essentiel de réveiller Sylvie et Régis pour progresser dans la clé de voûte. Ils représentaient différents aspects de l’éther qui, avec moi, permettaient d’avoir une vision plus complète du spacium, du vivum et de l’aevum dans son ensemble. J’espérais qu’en tant que consciences extérieures, ils ne souffriraient pas des mêmes effets de la déviation de ma vie normale et qu’ils pourraient en quelque sorte me rattacher à moi-même.

Ce n’est qu’une supposition à ce stade, mais je peux sentir l’esprit de Sylvie à l’intérieur du mien. Peux-tu… entrer dans mon corps ? Je pourrais peut-être servir de pont entre vous.

L’image fantomatique a hoché la tête en signe de compréhension, puis a dérivé vers l’avant, traversant le lit et pénétrant dans ma chair. Un frisson parcourut mon petit corps et je sentis une nouvelle présence réconfortante flotter juste sous la surface.

En remuant mon corps infantile, je me suis installée plus confortablement sur la paillasse et j’ai fermé les yeux.

Son esprit est quelque part en moi. Il suffit de la trouver.

Je me suis concentrée sur la présence chaleureuse du fantôme, essayant de la suivre à l’intérieur de moi-même dans sa quête de la vraie elle. Une telle pratique interne et méditative aurait été facile pendant mes années de mage quadraélémentaire ou plus tard, une fois que j’aurais eu un noyau d’éther. J’avais pratiqué la recherche à l’intérieur de moi-même avec le mana et l’éther pendant plus d’heures que je ne pouvais espérer en compter.

Mais maintenant, dans le corps d’un petit bébé sans noyau de mana, je me suis rendu compte que je n’avais pas les moyens dont j’aurais normalement besoin.

Est-ce que tu te sens proche d’elle ? Une résonance, une force d’attraction, ou quoi que ce soit d’autre ?

Non, mais ne désespère pas, m’a-t-elle assuré.

Alors que je me concentrais sur la recherche de Sylvie et sur l’établissement d’un lien entre les deux versions partielles d’elle – l’une réelle, l’autre manifestée par la clé de voûte – j’ai perdu le sens du monde extérieur. Même lorsque mon corps d’enfant dormait, mon esprit d’adulte restait concentré sur le lien entre l’apparition de Sylvie et son esprit endormi. Le temps s’écoulait de façon discordante, le monde extérieur semblant se précipiter alors que seules des minutes ou des heures s’écoulaient selon ma conscience.

Pourtant, je ne sentais rien de concret en moi, si ce n’est le mana qui se concentrait lentement à l’intérieur de mon sternum, là où mon noyau finirait par se former.

‘Ça ne marche pas’, pensa le fantôme-Sylvie, sa voix traversant le brouillard de mon hyper-concentration. Il faut en faire plus, mais quoi ? Je n’ai aucune connaissance de ce processus.

J’ai pris plusieurs respirations profondes, m’efforçant de réfléchir à la tension qui montait. Dans quelques années, ton esprit rejoindra naturellement ton corps à naître, maintenu en stase par la magie de ta mère. Et plus tard, tu renaîtras grâce à un processus naturel que je ne comprends pas entièrement, une combinaison d’une réaction magique à ton sacrifice et d’une énorme quantité d’éther canalisée dans ce deuxième œuf.

Les deux renaissances nécessitaient donc un œuf…’ dit-elle, sa voix projetée mentalement se taisant dans ma tête, presque enfouie sous le battement de mon pouls. Mais les deux ont également été influencées par une magie extérieure liée au sacrifice de mon corps pour reconstruire le tien. Nous avons besoin d’un catalyseur pour réveiller le vrai moi et me lier à cette simulation de moi-même.’

Mais quel genre de catalyseur suffirait ?

La simulation fantomatique de mon lien n’a pas répondu. Elle a disparu.

J’ai laissé le temps passer, réfléchissant à mes prochaines étapes, jusqu’à ce que j’atteigne le flanc de la falaise et que je la voie à nouveau. Mais la bataille a explosé, et j’ai suivi la nécessaire séquence d’événements qui me mènerait à Sylvia. J’ai cherché un moment ou un moyen de communiquer avec le fantôme qui m’observait, mais aucune occasion ne s’est présentée, et une fois de plus, j’ai dégringolé du haut de la falaise.

Lorsque je me suis retrouvé au bas de la longue chute, allongé à côté du cadavre brisé du bandit que j’avais entraîné dans ma chute, Sylvie avait déjà disparu.

J’ai envisagé de laisser la simulation recommencer jusqu’à son début afin de poursuivre ma tentative de réveiller Sylvie, mais l’idée de gâcher une vie entière en la regardant défiler m’irritait. Il était évident maintenant que mon objectif de réveiller la vraie Sylvie dans la manifestation fantomatique de son esprit prendrait plus d’une vie, mais il y avait encore beaucoup de choses que je ne comprenais pas au sujet de l’épreuve de la clé de voûte, et je ne voulais pas non plus gâcher l’occasion d’en apprendre davantage.

J’ai continué jusqu’à ce que Sylvie renaisse, mais elle n’est pas née avec des souvenirs, que ce soit de sa vie en dehors de la clé de voûte ou de nos discussions avant sa naissance. C’était une jeune asura, qui grandissait rapidement en intelligence et en puissance, mais c’était Sylvie telle qu’elle était à l’époque, et non ma compagne telle qu’elle dormait à présent.

Mon séjour en Elenoir, puis en tant qu’aventurier et étudiant, s’est déroulé sans changement notable, mais je suis resté attentif à chaque décision qui passait pour éviter que l’effet vortex ne m’entraîne à nouveau tout droit vers la fin. Il était difficile, alors que je vivais à nouveau les mêmes événements, d’éviter de remettre en question les nombreuses décisions de ma vie. Où aurais-je pu choisir différemment ? Quel autre pouvoir aurais-je pu acquérir ou quel savoir aurais-je pu obtenir si seulement j’avais suivi un chemin légèrement différent ?

Des années ont passé avant que le moment que j’attendais n’arrive, et j’ai sombré en moi-même, devenant pleinement présent dans les événements qui se déroulaient.

Virion me fit un signe de tête tout en fouillant dans la poche intérieure de sa robe. “Il y a une dernière chose à laquelle tu dois penser.”

Je savais déjà ce qu’il allait sortir lorsqu’il ouvrit sa main devant moi pour révéler une pièce noire de la taille de sa paume. La pièce scintillait au moindre mouvement, attirant mon attention sur les gravures complexes qui y étaient gravées.

“C’est l’un des artefacts qui m’ont été transmis. Je les avais tous deux donnés à mon fils lorsque j’ai démissionné du trône, mais après la mort d’Alea, il m’a rendu celui-ci, en me disant que je devais choisir le prochain Lance.”

Je suis resté silencieux un moment, considérant attentivement la pièce ovale qui semblait pulser dans la main de Virion. “C’est l’artefact qu’avait Alea.”

“Oui. En le liant à ton sang et au mien, tu le déclencheras, ce qui te donnera le coup de pouce qui a permis à toutes les autres Lances de franchir le stade blanc. Je sais que tu n’es pas un elfe, mais je serais honoré si tu servais comme Lance sous mes ordres.”

“Je me battrai pour toi même sans ce lien, mais je ne peux pas l’accepter. Je le regretterai peut-être, mais il ne me semble pas juste de tricher pour accéder au stade blanc. J’y arriverai par mes propres moyens.”

Ces mots m’ont fait écho depuis ce qui m’a semblé être une éternité. C’était vrai, j’avais atteint le stade du noyau blanc par mes propres moyens, mais cela avait pris tellement de temps… et lorsque j’étais enfin tombée nez à nez avec Cadell au château volant, cela n’avait toujours pas suffi.

Et peu de temps après, j’ai perdu tout ce pour quoi j’avais travaillé si dur lorsque mon noyau a été brisé.

“Ce serait un honneur pour moi de te servir en tant que Lance”, ai-je dit longuement en m’inclinant devant Virion.

Les cérémonies de la Lance – le lien réel entre le sang et le service – s’étaient toujours déroulées en secret, et il en allait de même pour moi. Seuls Virion, son fils Alduin, Lance Aya Grephin, le seigneur Aldir et Sylvie étaient présents, tous rassemblés dans une chambre dépouillée au plus profond du château volant.

Je m’agenouillai au centre de la chambre, Sylvie assise à côté de moi sous sa petite forme féline, son flanc appuyé contre ma jambe. Virion se tenait devant moi, tandis que les autres étaient à moitié dans l’ombre et nous encerclaient. Il a tendu la pièce ovale noire. Sa surface gravée reflétait la faible lumière comme les étoiles sur l’océan la nuit. Après quelques secondes, il a relâché la pièce. Au lieu de tomber au sol, elle est restée où elle était, planant dans l’air entre nous, à la hauteur de mes yeux.

“Arthur Leywin, fils de Reynolds et Alice Leywin, mage quadraélémentaire au noyau d’argent. Protecteur inattendu et petit-fils inespéré, élevé parmi les humains et les elfes à Sapin et Elenoir, un enfant de deux mondes. Le titre de Lance ne doit pas être limité par la naissance ou le statut, ni même par la race, et ne peut être gagné que par le travail, le talent et la force. En cela, tu peux te révéler sans égal.”

Virion marqua une brève pause, laissant ses paroles s’imprégner dans son esprit. “Arthur, jures-tu de me servir et de me protéger en tant que commandant des forces militaires du Tri-Union, de la famille Eralith, et par extension de tout le peuple d’Elenoir, elfique ou autre, et de ne jamais retourner ce pouvoir contre moi, ma famille ou ma nation ?”

“Je le jure”, ai-je répondu fermement et honnêtement.

‘Moi aussi’, dit Sylvie avec férocité dans mon esprit.

“En tant que Lance d’Elenoir, jures-tu de t’interposer entre moi, et par extension tout Elenoir, et nos ennemis, quelle que soit leur force ou leur origine ?”.

“Je le jure”, répondis-je à nouveau.

La voix éraillée de Virion était rauque d’émotions réprimées. “Te soumettras-tu par ton sang et ton corps à ma cause ?”

“Je me soumets.”

“Ainsi ces mots sont prononcés”-Virion a tiré un couteau et l’a fait glisser sur le bord de sa paume-“et ainsi ils sont liés par le sang.” Alors qu’il prononçait ce mot, son sang s’est mis à couler de sa main, frappant le métal noir de petites éclaboussures.

Il a tendu le couteau, que j’ai pris. J’ai essayé d’imaginer ce que j’aurais ressenti à ce moment-là, si c’était vraiment arrivé. Ce n’est pas vraiment arrivé ? La pensée m’est revenue si immédiatement, de façon si inattendue, que j’ai dû m’arrêter et y réfléchir, me rappelant que j’étais dans la clé de voûte et que je travaillais à une solution pour l’épreuve et à un aperçu du Destin lui-même.

“Continue, Art”, dit Virion, sur un ton bienveillant. “J’ai confiance en toi.”

Debout, je serrai la mâchoire et me coupai comme l’avait fait Virion. “C’est ainsi que ces mots sont prononcés, et c’est ainsi qu’ils sont liés par le sang”. Sylvie a fait écho aux mots de mes pensées, sauf que les siens s’adressaient à moi plutôt qu’à Virion.

Lorsque mon sang a rejoint celui de Virion, la surface de la pièce ovale s’est mise à onduler, et le sang a été aspiré à l’intérieur. La pièce pulsa avec une énorme fluctuation de mana, puis commença à tomber. Je l’ai attrapée avant qu’elle n’ait fait plus de quelques centimètres et je l’ai inspectée intensément.

L’artefact était lourd, lisse et chaud au toucher. Sous l’éclat noir, il y avait maintenant un soupçon de rouge profond. Il y avait une étrange résonance entre le mana contenu dans la pièce et mon propre mana purifié, comme s’ils s’appelaient l’un l’autre. Je désirais ardemment libérer le mana.

Virion m’a regardé, les yeux brillants de fierté. “Je te nomme Godspell, Lance d’Elenoir. Bienvenue, Lance Godspell, à ton service.”

Lance Aya s’est avancée, son expression est indéchiffrable. “Tu auras besoin d’un endroit calme et… loin des autres pour cette prochaine étape.”

Virion émit un faible bourdonnement au niveau de son nez. “Cela prend du temps, mais tu devrais consacrer les prochains jours à ce processus. Après cela, tu pourras l’aborder à ta guise, même si, d’après ce que j’ai vu par le passé, la plupart des Lances ont du mal à s’arrêter une fois le processus enclenché.”

Le seigneur Aldir prit la parole pour la première fois. “J’espère que vous savez tous les deux ce que vous faites. Je ne peux m’empêcher de me demander s’il n’aurait pas mieux valu qu’Arthur atteigne le noyau blanc par ses propres moyens.”

“Nous n’avons pas le temps pour ça,” coupe Alduin.

Je pouvais lire dans l’expression de Virion qu’il était déchiré. “Nous verrons bien.”

La bouche sèche, je fis une profonde révérence à Virion, puis des révérences moins profondes aux seigneurs Alduin et Aldir, puis Sylvie et moi suivîmes Aya jusqu’à une chambre qui ressemblait plus à une clairière de forêt qu’à une pièce enfouie dans les entrailles d’un château volant. “Bonne chance”, dit-elle avec un clin d’œil coquin avant de se retirer dans le couloir d’une démarche chaloupée.

‘Oh, c’est passionnant’, dit Sylvie en se glissant dans la chambre et en reniflant les plantes. Tu vas devenir un mage au noyau blanc. Combien de temps penses-tu que cela va prendre ?’

“Nous allons le découvrir”, dis-je à voix haute, en m’asseyant, en croisant les jambes et en tenant la pièce ovale devant moi.

***

Tout le monde dans la salle a retenu son souffle lorsque je suis apparu, attendant silencieusement que je prenne la parole.

Je me suis levé sans mot dire et j’ai observé la galerie extérieure du haut de la scène. Toutes les personnes présentes semblaient fascinées, mais je ne pouvais pas leur en vouloir. Baignée de lumière et posant dramatiquement à côté des deux blocs de glace, je savais que j’étais une figure héroïque.

Mes longs cheveux auburn étaient noués librement et j’étais vêtue d’une robe de soie ample de style elfique. Pour compléter cet ensemble raffiné, une riche fourrure, blanche comme la neige, était portée en bandoulière.

Il me semblait que c’était hier que je me tenais devant tout Dicathen, vêtue d’une armure extravagante qui avait ébloui le peuple. Maintenant, debout dans la colonne de lumière, dans ma tenue élégante, je savais que j’étais plus que simplement éblouissant ; je rayonnais d’un autre monde qui correspondait même à un asura comme le Seigneur Aldir.

Jaugeant bien mon timing, j’ai d’abord tourné la tête vers la gauche, regardant profondément le gardien Vritra enfermé dans la glace, puis vers la droite, répétant l’action vers le deuxième gardien.

La galerie, déjà silencieuse, s’est plongée dans un silence profond, retenu par le souffle, lorsque je me suis retournée pour faire face aux personnes présentes. En gardant ma voix basse et stable, j’ai commencé le discours que j’avais préparé. “Exposer les cadavres de nos ennemis comme s’il s’agissait de simples trophées ou de souvenirs que les masses peuvent contempler est quelque chose que je désapprouve profondément, mais ceux d’entre vous qui assistent à cet événement ce soir ne sont pas de simples roturiers. Chaque noble ici présent sait que les travailleurs, les civils et les habitants de vos terres attendent avec impatience des nouvelles concernant cette guerre. Jusqu’à présent, de vagues suppositions et des théories sans fondement étaient les seules choses que vous pouviez leur donner.”

Je fis une pause, laissant la foule silencieuse mijoter en attendant que je reprenne la parole. “Né dans un milieu modeste, j’ai pu me hisser là où je suis aujourd’hui grâce à ma famille – ainsi qu’aux amis que j’ai rencontrés en chemin. Je suis maintenant une Lance, et le plus jeune en plus, mais je ne suis pas le plus fort.” J’ai souri chaleureusement pour cacher le mensonge que j’ai dit. En vérité, j’étais le plus fort, et de loin, mais le récit exigeait une autre vision des événements. “Les Lances là-bas, dont certaines livrent des batailles en ce moment même, sont bien plus puissantes que moi, et pourtant, même moi, j’ai pu vaincre non pas un, mais deux serviteurs, les soi-disant “plus hautes puissances” de l’armée alacryenne.”

J’ai marqué une nouvelle pause, laissant les murmures excités se propager dans la foule. “Comme vous pouvez le constater, je n’ai subi aucune blessure lors de mon combat contre ces forces prétendument puissantes, et je suis en assez bonne santé pour bavarder ainsi au milieu d’une foule de nobles.” J’élargis mon sourire alors que mes propos suscitaient des rires dans l’assistance.

Posant une main sur le tombeau de glace contenant le cadavre du serviteur, Uto, je déplaçai prudemment mon regard vers l’endroit où le Conseil était assis. “Ceci n’est pas seulement mon offrande au Conseil, qui m’a accordé ce rôle, mais c’est aussi un cadeau que, je l’espère, vous pourrez tous ramener chez vous et partager avec votre peuple – au sens figuré, bien sûr.”

Des applaudissements et des rires éclatèrent lorsque je m’inclinai, signalant la fin du discours. Les artefacts lumineux se sont rallumés tandis que je descendais de l’estrade, et Virion a pris ma place. Les gens me tapaient sur l’épaule ou dans le dos quand je passais devant eux, me criant après ou essayant de m’arrêter pour leur parler.

Mais lorsque Virion prit la parole, les regards de la foule se portèrent sur lui et le brouhaha se calma quelque peu. “Le conseil remercie Lance Godspell pour ce cadeau. Il a changé à lui seul le cours de cette guerre, prouvant sans aucun doute que les forces d’Alacrya ne sont pas indestructibles, comme notre ennemi a tenté de vous en convaincre.” Virion marque une pause tandis que la foule applaudit en réponse. “Déjà, nos alliés nains assistent nos plus grands esprits dans l’ingénierie inverse de la technologie de téléportation utilisée par les Alacryens pour atteindre nos côtes, et bientôt, nous leur donnerons l’assaut !”

La foule rugit encore plus fort, les nobles s’oubliant momentanément, happés par le discours de Virion. Bientôt, un chant de “Lance Godspell, Lance Godspell” retentit dans la galerie.

À travers la foule, j’ai aperçu une paire de beaux yeux sarcelle qui brillaient de joie, et je n’ai pas pu m’empêcher de sourire en retour.

***

Les cloches d’argent remplissaient Zestier du doux son de leur tintement, se mêlant au chant des oiseaux et au murmure d’une brise légère à travers les branches. Des roses éclatantes, des pivoines, des lys et des jacinthes éclaboussaient de rouge, d’orange, de rose et de bleu la foule rassemblée de part et d’autre de la rue et embaumaient l’air d’un bouquet de douces senteurs. Des enfants elfiques ont jeté des confettis de pétales dans la rue devant nous, transformant les pavés en une route mystique de couleurs.

À côté de moi, Tessia gloussa en regardant une petite fille de trois ou quatre ans renverser un panier rempli de pétales de roses, les répandant en un tas, puis se dépêcher de remuer ses mains potelées dans les pétales pour les étaler tout en regardant autour d’elle pour voir si quelqu’un l’avait vue. Tessia s’est baissée et a légèrement effleuré la tête de la fillette avec sa main lorsque nous sommes passées.

Elle s’est retournée pour me regarder, et je me suis sentie glisser dans ces yeux sarcelle, qui brillaient d’un éclat turquoise au soleil. “Je t’aime, roi Arthur”, dit-elle doucement, mon nom à peine un murmure sur ses lèvres.

“Et je t’aime, reine Tessia”, ai-je répondu. Plus que tout, j’avais envie de me pencher en avant et d’embrasser ses lèvres peintes, mais je me suis retenu, me soumettant au décorum de la journée. En vérité, j’aurais préféré renoncer complètement à la cérémonie et à l’apparat et passer la journée rien que tous les deux, à l’abri des besoins du reste du monde.

J’admirais ma reine, qui était drapée dans une robe de mariée ajustée en dentelle blanche, la longue traîne qui traînait à travers les fleurs tissées avec des lianes émeraude et or qui recueillaient les pétales au fur et à mesure que nous nous déplacions. Ses cheveux argentés tombaient en vagues dans son dos, épinglés par des fleurs dorées incrustées de saphirs et d’émeraudes, et son visage avait été légèrement peint, ajoutant de l’ombre à ses yeux et un éclat vif à ses joues.

Mais tandis que je la regardais et que je fantasmais sur une vie en dehors de l’œil du public, je considérais aussi mon nouveau rôle de roi. À peine couronné, mon premier acte en tant que nouveau souverain de tout Dicathen a été ce mariage même, comme convenu par sa mère, son père et son grand-père. Notre union a permis d’aligner plus complètement les races humaine et elfique, mais pour moi, c’était l’aboutissement de deux vies vécues. Me réincarner à Dicathen m’avait permis de découvrir qui j’étais vraiment, d’avoir une famille qui m’aimait, mais aussi de rechercher le genre d’amour solidaire et romantique que je n’avais jamais connu en tant que Grey sur Terre.

Je serai ici le roi que je n’ai jamais pu être en tant que Grey, pensai-je en effleurant mes doigts le long du bras de Tessia, qui était tissé à travers le mien. Et ce sera grâce à toi.

J’ai gravé ces mots dans mon esprit, me promettant de le lui dire plus tard, dans la sécurité et l’intimité de nos propres chambres au sein du palais des Eraliths à Zestier. Le château volant deviendrait notre résidence permanente, mais j’avais accepté de passer deux jours entiers dans la ville natale de Tessia en signe de soutien et de bonne volonté envers sa famille et son peuple ; même si j’avais été une Lance d’Elenoir et que j’épousais leur princesse, c’était toujours un choc pour le peuple elfique de s’incliner devant un roi humain.

Je me suis forcé à détourner mon regard de ma femme. En souriant et en saluant les rangées et les rangées de spectateurs, je n’ai vu aucune des tensions que je savais couver sous la surface. Au contraire, ces gens m’ont accueilli avec des acclamations joyeuses et des jets de fleurs. Jour après jour, mon hésitation à accepter la royauté s’est estompée. Je me suis entraîné pour cela pendant deux vies, me suis-je rappelé.

‘Il n’y a personne de mieux placé pour ce rôle dans aucun des trois pays que tu gouvernes maintenant’, a pensé Sylvie, qui marchait derrière moi, et je me suis rendu compte que j’avais dû laisser mes pensées s’échapper lors de notre rencontre.

‘Merci, Sylvie. Si ce que tu dis est vrai, c’est uniquement parce que je t’ai dans ma vie. Sans toi, je ne serais pas l’homme que je suis aujourd’hui.’ J’ai pris soin de taire mon inquiétude à son égard. Mon lien, qui était comme une fille pour moi et Tessia, était infecté par la magie empoisonnée de son père. Je ne lui avais même pas encore dit qu’il pouvait prendre possession de son corps et parler à travers elle.

Notre procession a continué à travers la ville de Zestier et s’est terminée sur un balcon surélevé, haut dans les branches d’un des grands arbres. Des milliers de badauds se sont rassemblés sur des plates-formes réparties autour de nous. Tessia et moi nous tenions côte à côte, entourés de ses parents et des miens, de Virion, de Lance Aya, et de toute une suite d’ailleurs.

Feyrith Ivsaar III s’est avancé parmi la suite, prenant la demi-cloque sarcelle qui pendait sur mon épaule. Je l’ai salué d’un signe de tête et j’ai souri, en pensant à la drôlerie et à l’étrangeté de la vie qui veut que mon ancien rival soit devenu un ami et un conseiller aussi proche.

Je m’avançai et projetai ma voix avec du mana pour qu’elle porte facilement jusqu’aux plates-formes étendues qui poussaient dans les branches des arbres massifs. Avec un sourire facile et un baryton riche d’une confiance chaleureuse, je me suis adressé à mes sujets en tant qu’homme marié pour la première fois.

***

Je me suis réveillé avec une douleur aiguë au niveau du sternum. La lune répandait une lumière argentée à travers la fenêtre et sur le sol, mais laissait la plus grande partie de notre chambre à coucher dans le noir. Le bout de mes doigts s’est enfoncé dans mon sternum et je me suis réveillée en sursaut en sentant de l’humidité. En agitant la main, j’ai essayé de conjurer une flamme pour voir. La chambre est restée dans l’obscurité.

Haletant sous l’effet de la douleur et d’une prise de conscience soudaine et horrible, j’ai cherché désespérément à faire appel à ma magie.

Il n’y eut aucune réponse.

Mon corps a eu un spasme en même temps que la lanterne à côté de notre lit s’est illuminée d’une lumière orange. Tessia dormait à côté de moi, ses cheveux emmêlés autour de son visage, ses membres de travers, à moitié dans et à moitié hors de la couverture. Ses lèvres se retroussaient en un sourire secret et endormi alors qu’elle rêvait de quelque chose d’agréable.

Derrière elle, à côté du lit, un homme bricolait l’artefact d’éclairage, baissant légèrement la luminosité. On ne pouvait pas se tromper sur sa peau gris marbre, ses yeux rouges et les cornes d’onyx qui s’incurvaient sur les côtés de sa tête, suivant la ligne de sa mâchoire.

Sylvie, à moi !

Je ne sentis aucune réponse à mon appel effrayé, ce qui ne fit qu’accroître ma peur et ma désorientation.

Le Vritra – celui-là même qui avait tué Sylvia il y a tant d’années – porta un doigt à ses lèvres. Le geste semblait étrange et hors de propos, comme s’il sortait d’un rêve. “Ne crie pas pour appeler tes gardes, mon roi”, dit-il, la voix froide et dure. “Mon feu d’âme brûle en toi et j’ai détruit ton noyau. Bien que tu respires encore, tu es, en réalité, déjà mort.”

J’ai ouvert la bouche pour crier, mais la douleur a envahi mon corps, me serrant la gorge et provoquant des spasmes dans mes membres. À côté de moi, un froncement de sourcils inquiet s’est formé sur le visage de ma femme, qui s’est retournée de façon hésitante.

“Tu es victime de ton propre succès, roi Arthur”, poursuit le Vritra. “Si tu avais eu moins de succès, si tu avais été moins puissant, si tu avais été moins menaçant, peut-être que le Haut Souverain aurait tenté de négocier avec toi.” Il secoua légèrement la tête, et une expression qui était presque, mais pas tout à fait, un sourire traversa son visage. “Je vais être honnête, j’aurais aimé voir de quoi tu étais capable, mais le Haut Souverain a jugé qu’un simple assassinat était préférable.”

Malgré la douleur, j’ai de nouveau tendu la main vers Sylvie, mais je n’ai pas pu sentir son esprit. Je ne savais même pas si elle pouvait entendre mes pensées.

“Malgré tout, tu as rempli ta mission”, pensa le Vritra. “La voie est tracée pour l’Héritage.” Sa main s’est tendue vers Tessia, et je me suis retrouvé impuissant à l’arrêter alors qu’il posait ses doigts tendus sur son cou. Des flammes noires et fantomatiques enveloppèrent sa main pendant un moment qui me parut une éternité, puis s’écoulèrent en elle comme de la fumée à travers ses pores.

Les beaux yeux de ma femme s’ouvrirent brusquement, sa bouche s’élargit en signe d’agonie, mais seul un bref souffle étouffé lui échappa. Des larmes ont coulé de ses yeux avant qu’ils ne roulent à nouveau dans sa tête, et elle s’est affaissée.

“N-non…” Je gémis, tendant un bras tremblant vers elle. Le monde est devenu blanc, puis noir, puis le gris s’est lentement estompé. Le lit à côté de moi était vide, et je ne voyais plus le Vritra, mais je ne pouvais pas tourner la tête pour fouiller la pièce. Vaguement, j’étais conscient que j’étais maintenant allongé dans une piscine humide, les draps fins de mon matelas en duvet royal collant à ma peau.

“Ne t’inquiète pas, garçon.” La voix du Vritra provenait de quelque part au-delà des limites de la vue. “Ta reine vit, et continuera à vivre, après une certaine mode. On me dit qu’elle deviendra l’une des personnes les plus importantes du monde.”

Je fermai les yeux, expulsai un souffle tremblant et ne parvins pas à en inspirer un autre. Seule dans un lit plein de sang, j’ai senti le feu de l’âme brûler le reste de ma force vitale, et tout est devenu sombre.

Et puis, dans le noir, une faible lumière lointaine est apparue.

La lumière s’est rapprochée, a gagné en intensité, puis s’est transformée en un flou lumineux, me forçant à fermer les yeux. Des sons indiscernables assaillaient mes oreilles. Lorsque j’ai essayé de parler, les mots sont sortis comme un cri.

“Félicitations, monsieur et madame, c’est un garçon en bonne santé”.

Mes yeux se sont ouverts avec difficulté et j’ai pleuré. J’ai hurlé de désespoir en me réveillant et en réalisant que la vie que j’avais vécue n’était qu’un rêve. Un rêve magnifique, merveilleux et horrible.

En pleurant cette version de moi-même, de l’amour qu’on m’avait permis de partager et que je m’étais refusé dans ma vraie vie, je ne pouvais qu’implorer la clé de voûte. Assez, ai-je supplié. Je ne veux pas continuer à faire ça. Je t’en prie. Cela suffit. Laisse-moi partir.


Commentaire

4.9 20 votes
Note
S’abonner
Notification pour
12 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Nino Nino
1 mois il y a

Merci pour la trad ce chapitre était juste incroyable🤯

Ange ANANI
1 mois il y a

Merci pour la trad.
Pauvre Arthur, il finira par avoir un traumatisme à ce rythme.

Dorian Chourot
1 mois il y a

Merci pour la traduction.

Hippolyte Douis
1 mois il y a

Merci pour la trad j’ai vraiment hâte de lire la suite.

Maxime
1 mois il y a

Il va vite avoir besoin d’aller voir un psy si ça continue comme ça.

Wyverne
1 mois il y a
Répondre à  Maxime

il a besoin d’un psy depuis longtemps, on rappelle qu’il s’entrainait en brulant son corps dans la lave xD

LA Fraude 19
1 mois il y a
Répondre à  Wyverne

Ett surtout le mc il est sortit du trou dun mille patte c traumatisant de ouf( bon en vrais c plus régis qui en est sortit mais vu quil partagent leurs sensations et tt c pareil nn?)

Marie Lucienne
1 mois il y a
Répondre à  Wyverne

J’ai l’impression que depuis qu’ Arthur est devenu un asura, il a……toootaaalement changé, et d’ailleurs c’est le cas. Réalisez d’un coup comme ça que tous vos efforts, vos sacrifices depuis le début de votre deuxième vie, n’est qu’une goutte d’eau dans la mer qu’il faut pour vaincre Agrona et son armée putain de bordel de puissante. Déjà il avait sacrifié son temps en famille pour devenir plus fort, et il a dû s’entraîner sans relâche pendant des années loin de chez lui…… tout ça pour, malgré la troisième phase de la volonté de Sylvia, ne pas faire le poids contre UNE faux et son serviteur
Il a dû faire fi de lui même et de tout le reste, pour pouvoir protéger ceux qu’il aime….
Pendant des années, il a enduré tout seul, alors quand il… ressent pleinement une vie remplie de tout ce dont il s’est privé, il n’a pu qu’en finir broyé et évicéré …. c’est suffisamment cruel

The begining After the end devient une vraie torture… et je parle pas que de moi 🥺🥺💔

LA Fraude 19
1 mois il y a
Répondre à  Marie Lucienne

Ouais on est tous pareil…

LA Fraude 19
1 mois il y a

Je risque vrm de pleurer si le temp continu de passer aussi lentement et que la suite ne pop pas ……
Merci pour le chap

Mycka Icarima
1 mois il y a

J’adore ce style d’épreuve on dirait un peu Re-zero à chaque fois qu’il se réveil. Par contre, je pense qu’on va pas tarder à avoir un traumatisme des “félicitations, monsieur et madame, c’est un garçon en bonne santé”
Et comme d’hab merci pour la tard tu gères

LA Fraude 19
1 mois il y a
Répondre à  Mycka Icarima

ouais genre si il ya une good ending et qu’il a un enfant (avec tess de préférance car si c pas le cas je me pend) quand le medecin va lui dire ”félicitation c’est un garcon en bonne santé” j’ai peur qu’il fasse un meurtre

error: Le contenu est protégé !
12
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser