the beginning after the end Chapitre 476

Des fissures dans la glace

Traducteur: Ych
————–

VARAY AURAE

“Si l’armée attaque, je ne pense pas que nous ayons les forces nécessaires pour la retenir”.

“Bien sûr que nous n’en avons pas ! Nous n’avons pas eu le temps de nous remettre de la guerre et de la bataille de l’Eau Sanglante. Sans les dragons, nous pourrions tout aussi bien ouvrir les portes et laisser l’ennemi entrer directement !”

“Tu parles comme un vrai Beynir.”

“Comment oses-tu, madame ! La maison Beynir est la plus ancienne et la plus fidèle supportrice de la maison Glayder !”

“Et pourtant, Sir Lionel, ton frère, faisait partie d’un complot de trahison visant à s’emparer du Mur et à le tenir aux côtés des Flamesworth pour son enrichissement personnel.”

“C’était…”

“Ça suffit.” Seigneur Curtis n’a pas haussé la voix sous l’effet de la colère ; au lieu de cela, il avait juste l’air fatigué.

Je lui ai jeté un coup d’œil subreptice du coin de l’œil. Il avait des poches sombres sous les yeux, ses cheveux acajou habituellement impeccables étaient ébouriffés, et il y avait une certaine douceur dans la façon dont il s’affaissait dans son fauteuil qui me rappelait intensément son père.

À côté de lui, Dame Kathyln avait l’air comme toujours : rigide, très consciente et immédiatement présente dans la conversation. Ses yeux marron foncé ne laissaient rien deviner de ses pensées et, contrairement à son frère, pas un seul cheveu noir de jais n’était déplacé alors qu’il encadrait son visage pâle et tombait en cascade le long de son dos droit.

Même le mana que les deux royaux dégageaient était totalement opposé : Le mana vacillant et enflammé de Curtis semblait fluctuer à chaque commentaire, tandis que celui de Kathyln était immobile et stoïque, tout comme elle.

De l’autre côté de la table ornée, les frères et sœurs royaux sont assis à leur conseil. Otto Beynir, un petit homme rondouillard à la peau particulièrement malsaine, lança un regard à Dame Vesta de la maison Lambert. La femme plus âgée, qui avait tout l’air de la doyenne de sa maison dans sa robe bouffante pourpre et marron et son chapeau à plumes ridicule, n’a pas jeté un coup d’œil mais a mijoté avec dérision, un sourcil haussé et les lèvres légèrement pincées.

Sir Abrham de la maison Astor, un homme d’âge mûr au ventre bedonnant et à la barbe rapiécée par la cicatrice qui lui traverse le côté gauche, se racla la gorge d’un air mal à l’aise. “J’ai du mal à voir en quoi Otto a tort ici, Vesta. Regarde les faits.” Il a poignardé le plateau de la table en acajou d’un doigt calleux, son mana vacillant sous l’effet des nerfs réprimés. “Nous avons mis tout ce que nous avions pour garantir une relation avec les dragons, mais ils se sont levés et nous ont laissés mourir. La mystérieuse stratégie d’Arthur Leywin a disséminé les défenseurs de Dicathen sur tout le continent. Nous sommes face à un adversaire qui nous a déjà vaincus une fois, et de main de maître qui plus est. Le seul élément positif que je vois, c’est que les forces alacryennes n’ont pas encore tourné leur attention vers Etistin.”

Miss Mountbatten tremblait en se penchant en avant au-dessus de la table. La voix élue des roturiers, Dee ressemblait plus à une boulangère qu’à une conseillère royale, mais elle était normalement une voix de la raison au sein de la politique du conseil. “Je ne comprends toujours pas. Vous avez promis que les dragons protégeraient le peuple !”

Jackun, de la maison Maxwell, laissa échapper un rire tonitruant, provoquant une poussée de mana qui se répercuta en lui et autour de lui. Le guerrier à la retraite était un grand homme, et lorsqu’il le souhaitait, sa voix avalait facilement celle de tous les autres. “Ils nous ont laissés dans un sale état. Il est clair que nous avons été complètement idiots de leur faire confiance.”

Un concert d’admonestations éclata autour de la table ornée, mais Jackun les balaya d’un revers de main avec son mépris habituel pour les politesses attendues.

“Cela ne sert à rien.” La salle du conseil devint silencieuse lorsque la voix glaciale de Dame Kathyln coupa court à leurs arguments. Tous les regards se tournèrent vers elle, même celui de son frère. Son regard fixe balaya les conseillers. “Vous vous oubliez tous. Notre but ici est de servir le peuple d’Etistin et tout Sapin. Cette panique, ces luttes intestines et ces plaintes fatalistes n’y contribuent guère. Nous ne sommes pas vaincus, nous n’abandonnons donc pas notre devoir.”

Elle fit une pause, invitant les conseillers à répondre, mais la chambre était la plus silencieuse que j’ai jamais entendue. Dans le silence, cependant, il y avait une tension palpable que j’ai ressentie comme une sorte de concentration des multiples signatures de mana. Un frisson d’attente me parcourut et je me déplaçai sans ménagement.

“Nous avons tous commis des erreurs”, poursuivit-elle, son ton se faisant moins tranchant. “Curtis et moi étions impatients de croire que les dragons étaient notre salut, et peut-être avons-nous laissé ce désir obscurcir notre jugement. Mais vous parlez tous comme si l’espoir était perdu alors qu’il se déroule un plan plus vaste que nous ne comprenons pas entièrement.”

Otto Beynir se moque. Lorsque Kathyln répondit par un regard perçant, le petit homme sournois eut au moins la bonne grâce de paraître s’excuser. “Ma Dame Glayder, ce serait faire preuve d’un espoir insensé que de croire qu’Arthur Leywin peut arrêter ce qui est en train de se dérouler.”

“N’est-ce pas Arthur qui nous a avertis de ne pas faire confiance aux dragons ?” Kathyln s’est interposée. “J’ai honte d’avoir laissé le mécontent de ce conseil me convaincre que c’était Arthur qui représentait un danger par rapport aux dragons.”

“Dame, n’agissons pas comme si Arthur Leywin était infaillible”, a rétorqué Beynir. “Si les messages que nous avons reçus sont corrects, les Alacryens si ignoramment ’emprisonnés’ de l’autre côté du Mur se sont retournés contre nous, et les forces alacryennes ont frappé à travers la majeure partie du Dicathen. Le seul point positif est qu’ils semblent concentrer leurs efforts sur la recherche de Leywin lui-même.”

Florian Glayder, cousin au troisième degré de Curtis et Kathyln, passa ses doigts dans des cheveux dont la couleur correspondait à ceux de Curtis avant de prendre la parole pour la première fois depuis plusieurs minutes. “Et c’est, je pense, notre stratégie. Nous avons déjà évacué la campagne environnante, en amenant tout le monde dans un rayon de cinquante miles derrière les murs. Nous avons des provisions pour tenir un siège s’ils tentent une telle chose, ce qui serait peu probable puisque Lance Godspell n’est pas dans la ville de toute façon. Il nous suffit de rester à l’intérieur de nos murs et d’attendre.”

“Il vaudrait peut-être mieux que cet homme soit capturé”, dit Vesta timidement, comme si elle testait verbalement les eaux de cette ligne de pensée.

Mon regard s’est porté sur Curtis et Kathyln. Curtis se pencha en avant et frotta son menton avec ses doigts, un petit froncement de sourcils se dessinant alors qu’il considérait les paroles de sa conseillère. Son mana sautait et étincelait comme un feu qui s’efforce de prendre dans du bois mouillé. À côté de lui, sa sœur s’était figée, la bouche légèrement ouverte, une fissure dans sa façade soigneusement gérée.

” Enfin, la dame de la maison Lambert fait preuve de bon sens “, dit Otto en levant les mains.

“C’est une chose terrible à dire”, dit presque en même temps Miss Mountbatten.

“Maintenant, Dee, cela peut sembler cruel, mais réfléchis-y”, a interjeté Abrham avec un geste de paix. “Arthur Leywin s’est montré antagoniste envers les dragons et irrespectueux envers le Seigneur et la Dame Glayder. Si l’ennemi le veut à ce point, le retrouver pourrait bien donner au gardien Charon assez de temps pour régler l’urgence à laquelle il a été appelé afin qu’il puisse balayer le reste des Alacryens du continent.”

“Les dragons vous crachent au visage, et vous ouvrez la bouche pour la boire comme une pluie de printemps fraîche”, grogne Jackun en secouant son crâne rasé. “Je ne me soucie pas beaucoup de ce type de Leywin hautain et puissant, mais les dragons nous ont montré à quel point ils nous estimaient. Combien de ces bâtards écailleux y a-t-il à Dicathen ? Et ils n’en laissent même pas un pour garder Dame Kathyln et Seigneur Curtis ? Nan, il faudrait être complètement crétin pour espérer qu’ils reviennent nous aider.”

Otto se pencha en avant, appuyant ses paumes sur le plateau de la table. “Peut-être, mais cela n’écarte pas le reste du plan. Nous savons où est caché le garçon Leywin. Nous pourrions éliminer deux menaces à la fois si nous proposions d’échanger cette information contre une promesse de paix.”

La tête de Kathyln pencha sur le côté, et ses yeux se rétrécirent dangereusement. “Alors, tu suggères d’offrir à l’ennemi ce qu’il veut et de le supplier de nous laisser tranquilles ?”

“Ce serait une voie plus raisonnable que d’utiliser les corps de ton peuple comme boucliers pour un homme qui a même refusé d’expliquer pourquoi il s’attendait à ce que nous mourions pour lui !” aboya Otto.

Il y eut un bruit de raclement aigu lorsque Kathyln repoussa sa chaise de la table et se leva brusquement. “Tu vas trop loin, Otto. Pars, maintenant, et sois heureux que je te permette de le faire au lieu de t’enfermer dans le donjon du palais.” Le regard de Kathyln était d’une froideur glaciale et vide de toute émotion. Son absence de colère ne faisait que rendre l’expression plus tranchante.

” D-Dame, je… ” Otto fixa Kathyln avec des yeux écarquillés alors que sa voix le quittait, sa bouche continuant à pouffer muettement.

“Kathyln-” commença Curtis en tendant une main apaisante vers sa sœur, mais elle fit taire tout argument qu’il s’apprêtait à donner d’un simple regard.

Curtis se racla la gorge et se leva, fit signe d’ouvrir les portes de la chambre, puis s’attarda à côté d’eux et parla brièvement à chaque conseiller avant qu’ils ne partent. J’ai suivi Florian, mais Kathyln a prononcé mon nom, m’arrêtant et m’indiquant que je devais rester. Lorsque tous les autres sont partis, Curtis congédie également les gardes et referme les portes derrière eux.

Il a regardé sa sœur d’un air méfiant. “C’était une mauvaise manipulation, Kathyln. Ces gens sont tout aussi puissants que nous, peut-être même plus, et nous leur devons une grande partie de notre succès.”

“Je n’y vois pas le bénéfice que tu sembles en tirer”, répondit Kathyln sans détour. “Ils ont dépassé les bornes, et il fallait leur rappeler leur rôle ici.”

Curtis leva les mains dans un geste de paix. “Je ne suggère pas que nous donnions suite au plan d’Otto, bien sûr, mais ils n’ont pas vraiment tort d’avoir peur.”

Kathyln prit une profonde inspiration, calmant extérieurement ses nerfs. “Je crains que le désir d’Otto ne se réalise même sans notre intervention. D’après nos éclaireurs, les Alacryens sont de plus en plus près de trouver la grotte cachée. Nos mages aux attributs terrestres l’ont bien couverte, mais nous ne pouvons pas savoir quel type de magie ces envahisseurs peuvent utiliser pour chercher Arthur.” Les yeux de Kathyln rencontrent les miens. “Lance Varay, j’aimerais savoir ce que tu penses que nous devrions faire.”

Ma voix était légèrement rauque à cause de la désuétude, et j’ai dû déglutir pour humidifier ma gorge. “J’ai une suggestion, mais je ne suis… pas tout à fait certaine qu’elle te plaira.”

Kathyln se permit le plus petit des sourires, tandis que Curtis croisait les bras et me considérait avec une inquiétude non dissimulée. “Continue”, dit Kathyln.

“Arthur nous a fait comprendre une chose”, ai-je commencé en rappelant notre dernière conversation avec lui avant qu’il n’entre dans sa cachette. “Il nous a demandé de faire tout ce qui était en notre pouvoir pour que son emplacement ne soit pas découvert. Avec les Alacryens qui fouillent les terres sauvages environnantes, cela semble n’être qu’une question de temps. Nous devons attirer leur attention dans une autre direction.”

“Qu’as-tu exactement en tête, Lance ?” Demande Curtis en se raidissant.

“Le littoral au sud-ouest est plein de grottes naturelles. Les forces alacryennes ne se sont pas encore concentrées sur elles, mais nous avons des rapports faisant état de quelques groupes d’éclaireurs se déplaçant dans cette direction.” J’ai fait une pause, sachant à quoi ressemblait la suite. “Je vais m’y rendre immédiatement et frapper, en faisant comme si je les empêchais de fouiller la côte.”

“Tu te servirais de toi-même pour faire diversion ?” Curtis a demandé, sa voix pleine d’incrédulité. “C’est absurde. Je sais à quel point tu es puissante, Varay, mais tu ne peux pas espérer combattre une armée entière à toi toute seule. Et s’ils sont dirigés par des serviteurs ou des Faux ?”

Ou même des Wraiths, ai-je reconnu, sans toutefois formuler cette pensée à voix haute. “Plus la bataille sera rude, plus elle fera vendre la diversion.”

” Tu es trop importante “, répond Curtis en secouant la tête et en faisant un pas plus près de moi et de Kathyln. “Je ne te permettrai pas de te mettre en danger pour Arthur, d’autant plus que nous avons reçu des rapports contradictoires sur sa localisation réelle.”

Les sourcils de Kathyln se sont levés. “Arthur nous a demandé de lui faire gagner du temps. S’il avait une raison de nous faire croire qu’il était dans cette grotte, alors peu importe qu’il y soit réellement ou non. Nous devons agir comme s’il y était.”

“Bien sûr que ça a de l’importance”, rétorque immédiatement Curtis. “S’il n’est pas là, alors nous n’avons pas besoin de risquer la vie de Varay ou celle des soldats derrière les murs.”

“Et pourtant, céder et laisser passer les Alacryens leur permettrait de chercher leur prochaine destination encore plus rapidement”, rétorque Kathyln.

“C’est un problème pour les défenseurs de ces lieux alors !” Curtis éclate, croisant les bras sur la défensive.

Un craquement soudain nous fit taire tous les trois, et même Kathyln sembla surprise en retirant la main qui venait de gifler le visage de Curtis. Le mana bouillonnait entre eux, se dressant comme deux serpents hades opposés qui s’apprêtaient à frapper. Mais le choc et l’hostilité fondirent presque instantanément, et Kathyln poursuivit. ” Ne sommes-nous pas censés être des leaders, l’espoir et la force de Dicathen, et pas seulement d’Etistin ? Ne perds pas de vue la situation dans son ensemble. Ne deviens pas notre père, Curtis.”

Les frères et sœurs royaux se regardèrent pendant un certain temps, la main de Curtis toujours pressée contre la joue que Kathyln avait giflée. Bien que son visage soit pâle, à l’exception de la marque rouge à l’endroit où la main de sa sœur avait frappé, son choc s’estompa pour laisser place à une sorte de cran d’acier, et il acquiesça, ses yeux se durcissant avec détermination alors qu’il rencontrait d’abord les yeux de Kathyln, puis les miens.

“Discutons des détails de ce plan. S’il te plaît, Varay, continue.”

Sans perdre de temps, j’ai fourni les détails sur l’endroit où je frapperais et sur mon plan de repli au cas où je serais débordé. Et dans l’heure qui suivit, je volais vers le sud-ouest, le long de la côte.

Je suis resté en altitude, dans la couverture nuageuse. L’humidité froide s’est accumulée sur moi, mais je n’ai pas ressenti le froid. Mon esprit restait en ébullition avec des considérations sur la façon dont l’assaut pourrait se dérouler, et au moment où j’ai senti les groupes de recherche alacryens en dessous, je me sentais confiante dans ce qui allait suivre.

En m’arrêtant au-dessus de mes cibles, toujours enveloppées d’un nuage sombre, j’ai dirigé mes sens vers les faibles signatures de mana en contrebas. Quatre groupes de combat se déplaçaient ensemble, parcourant la campagne. D’après la façon dont leur formation se déplaçait, j’étais certaine qu’au moins deux des mages étaient des sentinelles. Les sorts étaient actifs, le crépitement de leur mana présent dans l’atmosphère autour des Alacryens, étincelant comme un éclair à la surface de l’eau.

Une partie de moi, profonde et peu concentrée, se demandait ce que cela ferait de voir les particules individuelles de mana comme Arthur pouvait le faire. S’il était présent, pourrait-il me dire ce que font les sorts rien qu’en regardant la façon dont le mana se forme ? Mais si je suis ici, c’est parce qu’il ne peut pas l’être. Et je dois m’assurer qu’il reste protégé.

L’humidité du nuage s’est condensée en aiguilles de glace d’un mètre de long chacune. Ces aiguilles ont tourné autour de moi alors que je dérivais vers le bas du nuage et que j’émergeais à l’air libre. J’avais déjà une idée précise de l’emplacement de mes cibles, et il ne m’a fallu qu’un instant pour cibler visuellement les seize Alacryens. En visant très soigneusement, j’ai lancé la série d’aiguilles dans une soudaine grêle de mort.

Des cris à peine audibles montèrent jusqu’à moi, portés par le vent, tandis que la moitié des mages alacryens s’écroulaient, tués instantanément par la frappe. Des boucliers de vent, d’eau et de feu éclatèrent au-dessus des Alacryens restants juste au moment où une deuxième volée de pics de glace les frappait. Un rayon de mana d’un vert maladif traversa l’air dans ma direction, mais je le contournai facilement avant d’attraper une série de boules de feu bleues sur un lourd bouclier de glace.

J’ai riposté avec d’autres sorts, qui ont été déviés par les boucliers imbriqués les uns dans les autres. Les cris des Alacryens étaient inintelligibles, mais leur panique était évidente. Ils ne pouvaient pas faire grand-chose à part se blottir sous leurs boucliers et leurs deux derniers lanceurs de sorts lançaient de faibles sorts.

En injectant du mana dans mes yeux, j’ai regardé à travers les distorsions de l’air pour les observer de près. Une femme que j’avais identifiée comme une Sentinelle canalisait un sort, son attention tournée vers l’est, tandis qu’un Striker gribouillait rapidement sur un parchemin froissé d’une main tremblante. J’ai frappé les boucliers avec d’autres pics de glace, en veillant à ne pas dominer les mages qui les invoquaient.

Les yeux de la Sentinelle se sont ouverts et elle a crié quelque chose que je n’ai pas compris. Mot envoyé. La cavalerie ne devrait pas tarder à arriver.

Je tissai un filet de filaments de glace fins et presque invisibles et le lançai sur les ennemis restants. Quelques Strikers se sont écartés d’un coup de tête, mais les autres se sont regroupés et se sont réfugiés sous leurs barrières de protection.

Les fins filaments ont transpercé le mana et éviscéré la poignée de soldats qui s’y trouvaient, réduisant leurs sorts à néant en un instant.

Les deux Strikers se sont élancés à une vitesse impressionnante. Au lieu de les abattre, j’ai flotté dans les nuages, disparaissant de la même façon que j’étais apparu. Là, je me suis préparé pour la suite de la bataille.

Ma première série de coups avait été précise, tuant les mages les plus forts et la plupart des Casters tout en ne blessant que les autres. Le barrage suivant avait été volontairement affaibli, clouant les Alacryens au sol mais leur donnant le temps d’envoyer des renforts avec les artefacts ou la magie dont ils disposaient. En conclusion, il n’y avait aucune raison de leur laisser la vie sauve, mais laisser les deux derniers Strikers s’échapper permettait d’avoir une solution de secours au cas où les messages précédents ne fonctionneraient pas. Selon mes calculs, cela devrait également fournir un résultat suffisamment crédible compte tenu de l’image que j’essayais de dépeindre.

Le nuage dense, chargé d’humidité et déjà d’un froid glacial, constituait pour moi le terrain de manœuvre idéal pour préparer la phase suivante de cette bataille de diversion.

En puisant dans le mana atmosphérique, je l’ai senti s’engouffrer dans mon noyau et commencer à le purifier. En même temps, en utilisant la technique qu’Arthur m’avait enseignée tout en supprimant les limites imposées par les asuras à ma croissance, j’ai commencé à libérer mon propre mana purifié d’attribut de glace déviante, qui s’est accroché à la vapeur qui constituait le nuage. La sensation de rotation du mana ne manquait jamais d’évoquer la chair de poule le long de ma nuque alors que j’absorbais le mana, que je le canalisais et que je clarifiais continuellement mon noyau en même temps. Même le simple fait de clarifier mon noyau me paraissait étrange et exaltant après avoir passé tant de temps au stade du noyau blanc sans aucun changement.

Les nuages autour de moi commencèrent à se durcir, se figeant en une sorte de cocon ou de coquille, que mon mana maintenait immobile. À mesure que ce nuage gelait, l’effet s’étendait vers l’extérieur, la glace rampant sur et à travers chaque masse vaporeuse, se durcissant et s’alourdissant dans l’air.

Il faut un état d’esprit méditatif pour utiliser la rotation du mana de cette façon, et mon esprit n’était occupé que par l’acte lui-même alors que je gelais le ciel. Je n’avais aucune notion du temps lorsque je me concentrais si intensément, et c’est donc avec une légère poussée d’adrénaline que j’ai senti les signatures de mana s’approcher au loin

Au début, il n’y avait que deux auras lourdes et puissantes. Les mages qui les exsudaient étaient suffisamment confiants pour s’approcher ouvertement, sans chercher à supprimer leurs signatures. Je n’ai pas reconnu les signatures, mais d’après la force qu’elles dégageaient, j’ai pensé qu’il ne pouvait s’agir de Faux ou de Wraiths.

Aussi confiantes qu’elles semblaient l’être, les signatures en approche s’arrêtèrent bien loin de l’endroit où j’avais vaincu l’équipe d’éclaireurs. Derrière eux, une foule de mages alacryens s’est rassemblée, ce qui n’est perceptible qu’à cette distance car leur nombre a augmenté. Des centaines au moins, peut-être des milliers, pensai-je d’un air détaché. Autrefois, j’aurais peut-être rechigné à l’idée d’affronter une telle armée. Après tout, Lance Alea et tout son régiment n’avaient-ils pas été vaincus par un seul serviteur et une force beaucoup plus petite de mages alacryens ? Et pourtant, beaucoup de choses ont changé depuis cette époque.

Tendu par l’effort que représente le fait de tenir en l’air un tel poids de glace formée de mana, j’ai attendu. En continuant à utiliser la rotation du mana, j’ai fait de mon mieux pour supprimer ma propre signature de mana et dissimuler mon utilisation de mana dans le mana atmosphérique dense et lourd des attributs de l’eau et de l’air.

Les serviteurs se tenaient à bonne distance, s’entretenant probablement avec leurs sentinelles ou les chefs de leurs différents groupes de combat, à la recherche de signes de danger ou d’indices concernant l’endroit où se trouve Arthur.

Je respirai profondément et repris mes esprits. La patience est une compétence que j’ai cultivée dès mon plus jeune âge. La patience de l’iceberg, du permafrost, me dis-je en silence.

De plus en plus d’Alacryens se rassemblaient jusqu’à ce qu’une armée entière attende à l’horizon. Puis finalement, sur un ordre crié, ils se mirent en marche. J’ai été surprise de constater que les serviteurs restaient en arrière, menant la danse par derrière, mais cela convenait tout à fait à mon plan.

Plusieurs groupes de combat se sont rassemblés autour des cadavres de tout à l’heure, examinant les preuves de notre brève bataille, mais la plupart se sont dirigés vers la côte derrière moi. Ils se déplaçaient avec détermination et soin, leurs boucliers invoquant des barrières protectrices de tous les éléments et de tous les modèles, tandis que les casters et les strikers tenaient leurs propres sorts prêts, le mana se canalisant dans plusieurs centaines de runes alacryennes à la fois.

Ils étaient de plus en plus nombreux à entrer dans l’ombre des nuages gelés, mais j’attendais. L’avant-garde de leurs lignes passa en dessous de moi, et je sentis le contact du mana sondant le sort d’une Sentinelle qui me cherchait. Une onde parcourut l’armée et je sentis que leur attention collective se tournait craintivement vers le ciel.

En serrant les dents, j’ai saisi les nuages gelés dans mon pouvoir et j’ai poussé vers le bas. La glace m’a échappé en tombant, me laissant flotter au-dessus du sol gris ondulant. Les nuages dégringolèrent, leur mouvement artificiel paraissant momentanément étrange, comme un dessin d’enfant au lieu de la réalité.

J’ai senti le barrage de sorts venant d’en bas, même si je ne pouvais pas le voir au-delà de la masse grise solide. Des éclairs de feu et des jets d’acide brûlant s’enfonçaient dans les nuages et les traversaient, mais n’interrompaient guère la descente. Des centaines de boucliers s’illuminent.

Des tonnes et des tonnes de glace solide frappèrent le sol avec une onde de choc cataclysmique, et je forçai le mana à mes oreilles pour étouffer l’explosion sonore.

Les nuages gelés se brisèrent, devenant un maelström de lames de glace tranchantes comme des rasoirs qui volaient dans toutes les directions. Je tirai les éclats d’avant en arrière sur la terre brisée, et mes ennemis furent comme des tiges de blé sous les lames d’une batteuse. Les signatures de mana s’évanouissaient comme des étoiles cachées derrière des nuages d’orage.

L’attaque a duré dix secondes, pas plus. Depuis mon poste d’observation à des centaines de pieds dans les airs, le sol brillait de bleu, de blanc et de rouge : de la neige et des pointes de glace, comme si une tempête soudaine et violente s’était déchaînée, jonchée des cadavres gorgés de sang de centaines de mages alacryens.

Un éclair noir de mana se dirigea vers moi depuis la silhouette lointaine du serviteur. Je l’ai esquivé, mais il a explosé, remplissant le ciel d’une ombre obscure qui a non seulement volé mon sens de la vue, mais qui a aussi semblé étouffer mon sens du mana, m’aveuglant vraiment. Dans l’obscurité, quelque chose de dur et de froid m’agrippa les bras et me serra la gorge. La glace qui formait mon bras gauche se fissura, envoyant un frisson de douleur fantôme dans mon épaule et ma poitrine.

Une nova glacée jaillit de moi et les membres qui m’agrippaient se brisèrent. Libéré de leur emprise invisible, j’ai plongé dans les ténèbres. Le givre s’est glissé sur ma peau et mon armure, m’enveloppant d’une barrière gelée qui a dévié un glaive brûlant qui a frôlé mes côtes avant de tourner sur lui-même et de retourner dans la main de l’homme qui l’avait lancé. L’impact m’a fait l’effet d’une secousse, et mon noyau a tremblé Non, pas une douleur… un frisson… sous l’effet de la concentration que j’ai mise à maintenir mes défenses.

Un homme statufié, vêtu d’une armure de plaques noire et cramoisie, vola à une centaine de mètres seulement, et il attrapa le glaive lorsqu’il revint vers lui, faisant scintiller un feu sombre autour de son poing ganté. Des yeux gris argentés brillent sous son casque, à travers lequel dépassent deux courtes cornes d’onyx. D’après la description qui m’avait été faite, je savais qu’il s’agissait d’Echeron, le serviteur de Vechor.

Après lui, planant juste au-dessus du sol à un demi-mille ou plus de distance, enveloppée dans un manteau d’ombre qui la laissait à peine visible à l’exception d’une touffe de cheveux blancs et de deux yeux d’un jaune éclatant, se trouvait le second serviteur : Mawar d’Etril.

Echeron balaya le glaive de son corps et une vague de mana à l’attribut feu sombre se répandit dans le ciel en formant un arc.

Condensant davantage la glace autour de mon corps, je croisai les bras devant moi et plongeai dans les flammes. La glace siffla et se fissura tandis que les flammes crachotaient et se flétrissaient, et je donnai un coup de poing de l’autre côté. Mes bras se sont élancés vers l’extérieur, et deux lames de glace ont traversé l’air devant moi et se sont refermées comme des ciseaux sur le cou d’Echeron.

Il a levé son glaive brûlant, attrapant les deux attaques, et il y a eu une explosion de feu sombre. Un écho enflammé de mon sort s’est retourné vers moi. Je changeai de direction, plongeant sur ma gauche, mais les échos enflammés me suivirent comme s’ils étaient attachés à moi. Je fis une nouvelle manœuvre alors qu’une série d’éclairs noirs de mana lancés par Mawar éclataient tout autour de moi comme autant de feux d’artifice sombres.

” Casters, repliez-vous et attaquez à bonne distance “, ordonna Echeron, sa voix résonnant dans le champ de bataille en contrebas. “Strikers, boucliers et sentinelles, concentrez-vous sur la protection de vos Casters !”

Les lignes arrière de la force alacryenne avaient évité le pire de mon sort et se précipitaient maintenant vers l’emplacement de Mawar. Quelques rares survivants des nuages de glace tombés ont également réussi à se ramasser et à se traîner à travers le paysage brisé de roches et d’éclats de glace.

Je me suis arrêté net lorsque le glaive a volé juste devant moi, puis rapidement projeté une série de croissants gelés en direction d’Echeron. Un feu sombre l’enveloppa et les croissants se brisèrent sans effet sur son armure.

Chaque nerf de mon corps s’enflamma lorsque l’écho des deux lames jumelles m’atteignit par derrière. Elles ne brûlaient ni la chair ni les os, mais je les sentais traverser mon mana et brûler quelque chose que je ne pouvais pas nommer en moi. Respirant rapidement, je me suis laissé tomber sous une volée de tirs de sorts provenant d’une poignée de Casters Alacryens, puis j’ai tendu la main vers le mana atmosphérique autour d’Echeron.

La chaleur de ses flammes a repoussé tout froid ou humidité naturels dans l’air, et j’ai donc déversé le mien, voulant que l’air se fige aussi solidement que le permafrost le plus profond.

Une barrière de glace cristalline s’est formée dans l’air autour du serviteur, brillant sous la lumière du soleil qui n’avait pas encore été engloutie par une nouvelle couverture nuageuse. Mais là où le feu noir a touché ma glace, les deux forces ont craché et craqué, se brisant l’une l’autre.

Un éclair déchiqueté m’a traversé le dos, et j’ai fait une pirouette pour éviter plusieurs autres sorts qui me visaient.

Dans la cage de glace, Echeron a été momentanément distrait, son attention se concentrant sur le maintien de mon sort à distance. Mais lorsque son glaive revint à lui, il brisa la glace et lui revint dans la main.

D’un coup de poignet, j’ai fait pleuvoir des dizaines de lances de glace sur les soldats alacryens les plus proches. Certaines se brisèrent contre les boucliers, mais beaucoup d’autres trouvèrent leur cible, et d’autres signatures de mana s’assombrirent sur le sol en contrebas.

Echeron s’élança en avant, son mouvement soudain provoquant une explosion de bruit et laissant une traînée visible dans l’air. Le glaive enflammé tournoya, laissant derrière lui une image noire.

La glace de mon bras gauche s’étendit en un bouclier, tandis qu’une épée formée de plusieurs couches de glace bleue superposées apparut dans ma main droite. J’ai écarté le glaive avec le bouclier et j’ai enfoncé l’épée dans sa hanche. Les ombres émanant de la signature sombre de Mawar se condensèrent autour de lui, formant des tentacules tranchants qui se tortillaient sauvagement en attrapant et en déviant mon coup.

Le glaive tournoya et s’abattit sur le bord supérieur de mon bouclier. Le manche a fléchi et la lame a coupé les cheveux de mon crâne. J’ai poussé le bouclier vers le haut et au loin, puis vers l’avant, pour frapper ses poings gantés. Lorsque le bouclier s’est levé, j’ai dirigé la pointe de mon épée vers ses jambes, mais une fois de plus, les tentacules d’ombre ont dévié mon coup.

Echeron a repoussé mon bouclier, volant dans un saut périlleux arrière avant de s’élancer à nouveau vers l’avant avec le glaive enflammé. L’impact de la lame contre mon bouclier m’a fait basculer en arrière, et j’ai senti le coup suivant glisser sur mon flanc recouvert de glace. J’ai abaissé mon bras, coinçant le manche contre mes côtes, et j’ai dirigé le tranchant de mon épée vers son épaule. Un tentacule d’ombre s’enroula autour de mon bras, mais je tordis mon poignet et enfonçai la pointe de la lame de glace dans l’interstice entre le gorget et le casque d’Echeron. Il trembla contre son mana et fut détourné, mais je le sentis tressaillir à côté de moi et je vis du sang à la pointe de mon épée.

Pendant que nous nous battions, des dizaines de sorts lancés par les soldats au sol continuaient à siffler dans l’air tout autour de nous.

Echeron tenta de reculer et de se reprendre, mais je gardai son arme prisonnière à mon côté. Les tentacules d’ombre qui émergeaient des plis sombres de son armure claquaient et coupaient comme des fouets à lames, percutant mon bouclier et envoyant des fissures en toile d’araignée sur sa surface. Une douleur aiguë irradia mon épaule et je m’éloignai en pirouettant de l’ombre offensante, arrachant le glaive de l’emprise d’Echeron.

Plusieurs autres sorts lancés par les soldats restants me frappèrent, et je ressentis une vive tension au niveau de mon noyau alors que le mana jaillissait pour maintenir mes barrières protectrices.

Echeron recula, m’observant avec méfiance. ” Vous, les lances, êtes plus puissantes que je ne l’avais imaginé. Tu t’es bien battu et tu as mérité une mort propre.” Sa méfiance disparut, et le glaive se dégagea douloureusement de ma prise, vola dans les airs et se réinstalla dans son poing. Il sourit d’un air hautain. “Ne désespère pas. Ton peuple n’est tout simplement pas préparé à affronter la véritable puissance du continent alacryen…”

Alors qu’il parlait, le noyau de sa lance se figea, ma glace prenant le pas sur les runes incrustées dans le manche. Les flammes noires se déplacèrent par saccades, puis se figèrent sur place autour de son bras, sans que le serviteur ne s’en aperçoive. Ce n’est que lorsque le gel s’est insinué à la moitié de son bras qu’il a remarqué sa brûlure à travers ses lourds gantelets.

Echeron poussa un juron et tenta de jeter l’arme au loin, mais elle était gelée à sa main.

J’ai croisé son regard qui s’est écarquillé. Mon propre visage ne montrait aucune émotion. “Je t’offre la mort en retour, Alacryen, mais elle ne sera pas propre.”

Volant en arrière vers ses alliés, Echeron continua à s’agiter avec la lance, tentant de se libérer de la glace rampante qui recouvrait maintenant tout son bras jusqu’à ses pauldrons. Les ombres protectrices évoquées par Mawar reculèrent tandis que l’autre serviteur l’abandonnait à son sort, ce qui le poussa à se retourner et à crier : ” Aidez-moi, bon sang ! ”

Le reste de leur armée a continué à lancer des sorts, mais je les ai déviés avec un rideau étincelant de mana aux attributs de glace, qui a également enfermé Echeron, l’empêchant de battre en retraite. Sa main gauche griffait son bras droit, les gantelets de métal raclant de façon audible la couche de glace. Cette griffe se transforma en marteau lorsqu’il enfonça son poing dans l’appendice gelé. Avec un bruit de cristal brisé, son bras droit se brisa juste en dessous de l’épaule, et la lance et lui tombèrent ensemble vers le sol, une centaine de pieds plus bas.

Mais la glace était dans ses veines de mana, et de là, dans ses canaux. Normalement, la barrière de sa chair m’aurait empêché de contrôler le mana de cette façon, mais sa propre arme et ses runes ont joué contre lui, sa magie se liant à la mienne pour créer les effets d’écho qu’il avait utilisés pour m’attaquer plus tôt.

En quelques instants, la glace atteignit son noyau, puis il tomba. Les yeux gris me fixaient avec incrédulité, et je regardais le givre les recouvrir, transformant le gris argenté en un bleu-blanc aveugle.

Lorsqu’il a touché le sol, il a explosé en gros morceaux de rouge gelé et de blanc osseux.

Les tirs de sorts des Alacryens restants se sont momentanément calmés.

Prenant une profonde inspiration, je me suis recentré sur la rotation du mana. Mon noyau me faisait mal à force de dominer le mana d’Echeron, et il me restait encore un serviteur à affronter. Ce faisant, j’ai volé jusqu’au sol et ramassé le glaive gelé, qui avait survécu intact à la chute. Volant à quelques mètres au-dessus du sol, je m’approchai de l’armée alacryenne. Mawar planait maintenant à l’avant, m’observant avec une expression indéchiffrable.

Le serviteur avait des cheveux courts, d’un blanc éclatant, qui se dressaient en une série de pointes. Ses yeux jaunes prédateurs me suivaient de près hors de la chair noire comme la nuit, et la plus grande partie de son corps était indistincte, perdue dans un manteau d’ombre mouvante.

J’ai brandi le glaive d’une main, parallèlement à la ligne de soldats, puis j’ai serré avec force. Le manche gelé se brisa, et les deux extrémités dégringolèrent de ma prise. “Je vous donne à tous cette unique chance. Arthur Leywin est sous ma protection, tout comme ce continent. Quittez-le maintenant. Retournez auprès de votre haut souverain et dites-lui qu’il a échoué. Ne revenez pas.”

Mawar n’exprima extérieurement aucune émotion à ma déclaration. ” Tuez-la. ”

Ma main s’élança vers le ciel, puis se traîna vers le bas. Une grêle de pics de glace s’abattit sur la force, se manifestant à partir des lambeaux des nuages pâles qui s’étaient remplis à nouveau au-dessus de nous. Les soldats s’effondrèrent en désordre, leurs boucliers s’efforçant de résister au bombardement, tandis que les Casters et les Strikers restants se battaient pour rester en vie.

Une douzaine de fouets sombres et tordus, formés de mana ténébreux, m’attaquèrent depuis Mawar, et chaque fois qu’ils coupaient, la couleur s’échappait de la zone environnante, la laissant froide et dépourvue de mana atmosphérique. J’esquivai rapidement entre les coups, préparant mon prochain sort.

Le mana de l’attribut glace remplit un espace de la taille de mon poing, se condensant jusqu’à ce qu’il devienne visible sous la forme d’une sphère flottante transparente. Alors que je traversais le champ de bataille en esquivant les attaques de Mawar, j’ai mis tout mon mana dans cette sphère. La coque transparente s’assombrit, devient blanche, puis se densifie et prend une couleur bleue. J’y ai imprégné non seulement du mana mais aussi mon intention, donnant au sort à la fois de la puissance et un but.

Lorsqu’une ouverture entre deux attaques est apparue, j’ai libéré la sphère. Elle s’est dirigée vers le serviteur, laissant derrière elle une ligne d’air gelé.

Mawar poussa un cri d’avertissement et se fondit dans l’ombre, s’envolant. La sueur qui perlait sur mon front s’est figée tandis que je serrais les dents contre la tension du sort. Comme si je tirais sur des milliers de kilos, j’ai lutté pour tourner mon poignet, même légèrement, ce qui a fait tourner la sphère de cristal de glace brusquement et l’a fait suivre la traînée d’ombre, l’air se figeant derrière elle alors qu’elle s’envolait vers la masse centrale de la forme ombreuse du serviteur.

Mawar s’arrêta brusquement, n’apparaissant plus que comme une masse incorporelle tourbillonnante, au centre de laquelle se trouvait la sphère de cristal de glace qui tournait rapidement sur place.

La traînée d’air gelé que la sphère avait laissée derrière elle tomba au sol et se brisa.

Des traînées de glace traversèrent l’ombre comme des éclairs bleus et brillants. De la vapeur s’élevait de l’ombre en un nuage, et là où le nuage se répandait sur les soldats proches, ils hurlaient et leur peau noircissait à cause du froid.

La douleur a jailli de ma jambe lorsqu’un tentacule à lame a percé la glace de mon armure et ma couche de mana protectrice. Il a séparé la chair, fissuré l’os, puis s’est enfoncé de l’autre côté de mon mollet. J’ai mis un genou à terre, ignorant largement la blessure en me concentrant sur le sort. Les éclairs de froid arrivaient en rafales, submergeant les défenses de mon ennemi avec des pointes soudaines de puissance, et les ombres se solidifiaient petit à petit.

Soudain, l’ombre à la forme vaguement humaine éclata dans une douce bouffée de glace noire, et Mawar disparut. Au même moment, quelque chose m’a frappé de plein fouet par derrière.

J’ai été projeté sur le visage, puis tiré du sol gelé par le tentacule qui me transperçait la jambe. À l’envers, j’ai croisé le regard sans émotion de Mawar ; elle était enveloppée d’ombre, quarante pieds derrière moi, indemne de la sphère de glace qui pulsait et clignotait toujours.

Des sorts m’assaillirent de toutes parts, et je ne pus que durcir ma barrière contre eux. L’effort m’a fait trembler et j’ai senti la pointe du contrecoup couper ma concentration.

D’un coup sec, j’ai envoyé la sphère au cœur de l’armée alacryenne. Chaque impulsion gelait une douzaine d’hommes ou plus, mais ils ne poussaient aucun cri de douleur ; ils mouraient avec l’air gelé dans leurs poumons. Les sorts ont cessé d’être tirés lorsque les mages ont plongé hors du trajet, mais de plus en plus de tentacules m’attrapaient et me frappaient. Certains s’écartèrent, mais d’autres traversèrent mon armure, et des blessures commencèrent à s’accumuler sur tout mon corps.

La sphère de cristal de glace s’est incurvée, passant par l’endroit où se tenait Mawar, et elle a de nouveau disparu. Je tombai des airs, tournoyai et atterris sur mes pieds. La sphère se déplaçait en spirale sur le champ de bataille, et lorsqu’elle s’est approchée de moi, je l’ai saisie et l’ai ramenée dans mon corps, réabsorbant le mana que j’avais dépensé pour l’incantation.

Une douleur lancinante est venue de mon noyau. J’ai sursauté et je suis tombé à genoux, m’agrippant à mon sternum comme si je pouvais l’extraire de moi. Quelque chose ne va pas. Réabsorber le mana aurait dû atténuer le contrecoup, pas l’intensifier.

Levant lentement les yeux, la prise de conscience étant amère et malvenue, je regardai Mawar, une fois de plus cachée derrière ses soldats restants, lever la main et crier ses ordres. Les forces alacryennes se remirent en formation et des dizaines de sorts sifflèrent à nouveau dans l’air dans ma direction.

Ma tête bascula en arrière alors que la douleur atteignait son paroxysme. Jamais auparavant, je n’avais eu l’impression que quelque chose me déchira et me griffa de l’intérieur. Je devins froide et effrayée, sachant que la magie de l’ombre du serviteur pouvait me faire quelque chose comme ce que je venais de faire à Echeron.

Les sorts de l’armée se sont refermés sur moi.

Comme un seul homme, les sorts se sont arrêtés.

Je chassai mes larmes en fixant des dizaines de balles élémentaires, de boules de feu, d’éclairs et de rayons fumants de mana jaune et vert qui flottaient dans l’air autour de moi. Le temps semblait se figer.

Lentement, très lentement, le noyau de mon sternum s’est fissuré. Je sentais que les morceaux commençaient à se séparer les uns des autres.

Les griffes glaciales de la mort me faisaient signe, mais je les tenais à distance. Si je devais périr ici, je ne mourrais pas seul.

En utilisant la rotation du mana, je me suis battu pour continuer à aspirer et à faire tourner le mana que mon noyau n’était plus capable de manipuler correctement… en essayant de le façonner et de le condenser pour qu’il éclate comme une bombe.

J’ai senti quelque chose, une reconnaissance primitive, jaillir dans mon esprit juste au moment où mon noyau s’est ouvert.

Un cri s’est échappé de moi, et avec lui une nova de mana bleu vif.

Comme si je me voyais d’en haut, détaché de mon propre corps, j’ai regardé la nova se déplacer vers l’extérieur, consumant les sorts flottants avant d’entrer en collision avec la force ennemie. En un instant, une centaine de mages se sont figés, leurs corps étant aussi clairs que du verre.

La nova en expansion a ondulé, des fissures l’ont traversée, puis elle s’est inversée, aspirée à nouveau en moi en un clin d’œil.

L’explosion qui suivit fit voler en éclats les soldats en glace et ma conscience.


Commentaire

5 5 votes
Note
S’abonner
Notification pour
14 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Hippolyte Douis
1 mois il y a

Super chapitre, merci pour la traduction

Lina Chouchou
1 mois il y a

Chui choqué a vie….
Honnêtement au début quand g vu que ça suivait pas l’histoire darthur dans la clé de voûte gt déçu mais la vers la fin gt a fon srx… comment ça varay meurt….
Sinon ych merci pour la trad

marius sarrazin
1 mois il y a
Répondre à  Lina Chouchou

je pense pas quelle meurt je pense juste que son noyau évolue en surpassant le blanc et que elle tombe dans les pommes a cause de cette nouvelle puissance et que l’explosion qui a lieux et semblable a celle qu’on les enfant lorsque leur noyau ce forme la premiere fois.

Ange ANANI
1 mois il y a

Je me trompe peut-être mais Varay ne vient elle pas de s’éveiller au stade d’intégration comme Cécilia ?

Ange ANANI
1 mois il y a
Répondre à  ych

En soit ça me semble etrange. Tout au long du chapitre elle a démontré un contrôle excellent de son mana, couplé à la technique de la rotation. Entre les nuages gelés et sa sphère qu’elle déploie puis réabsorbe c’est prouesses magiques sur prouesses magiques, elle ne devrait pas subir de contre coup aussi vite🤔. En plus il est mentionné dans le chapitre qu’elle sentait son noyau se raffiner davantage pour la 1ere fois depuis longtemps et que ça lui faisait bizarre.. Je pense vraiment qu’elle est entrain de passer un cap..

Dans le cas de Cécilia si je me rappelle son processus d’intégration s’est déclenché tout seul suite à l’absorption du mana phénix et on sait que pendant le processus Agrona en a profité pour faire un truc avec sa table de runes mais ça n’a pas encore été expliqué je crois..

Dernière modification le 1 mois il y a par Ange ANANI
Marie Lucienne
1 mois il y a
Répondre à  Ange ANANI

Je suis d’accord
Elle est certainement en train de passer un grand cap
Une Varay au stade au dessus du stade blanc, comme ce dont Sylvia avait parlé à Arthur dans son message intelligible…….
Le dernier volume va, selon moi, très certainement répondre à toutes nos questions jusque là….

Si Cécilia est renvoyée du corps de Tessia ( très certainement par Arthur ou Kezess ou encore Agrona lui même…), où ira t elle ? Aura t elle sa vie avec Nico ? Arthur sera t il obligé de redonner sa place au véritable enfant de Reynolds et Alice ?
Arthur réussira t il à acquérir le destin à temps avant que tout le monde ne meure ? Si non, pourra t il tout réparer grâce au Requiem d’Aroa ? Que va devenir Ma Tessia ?? Arthur va t il agir dans une des dimensions de la clé de voute pour avoir un impact direct sur le monde réel ?! Et Ellie… elle devient de plus en plus forte…
Je suis teeeeeeellement impatiente

LA Fraude 19
1 mois il y a
Répondre à  Marie Lucienne

Pareil, d’après moi nico et cécilia vont retourner sur terre grace au destin, arthur il va pas redonner sa place au vrai enfant de reynold et alice car silvie a dit que quand il est né le bébé n’avait pas d’âme, aussi vu que l’auteur aime jouer avec les sentiment des lecteurs, (j’en peux plus de ca)il restera probablement plus grand monde quand il reviendra… normalement arthur il peut rien réparer grace au requiem d’aroa car il n’est pas compatible avec mais avec le destin peut etre mais je paris que l’auteur va faire un truc du genre” ah zut je n’ai pas réussi a controler totalement le destin ca ne marche que sur les personne mortes il ya 3 jours…”. Pour Tess le MC Arthur n’a pas interret à la tuer elle et cécil car sinon je vais tout casser + abandonner l’oeuvre
hâte de voir ce qu’il va se passer…

Ange ANANI
1 mois il y a
Répondre à  LA Fraude 19

En vrai Arthur et tous ces proches méritent le bonheur. Pareil pour Nico et Cecil. Ça risque de ne pas être si simple et il y aura peut-être des pertes mais j’ai bon espoir qu’à la fin tout le monde s’en sortent. L’œuvre s’appelle le commencement après la fin. J’imagine une fin où Arthur modifie la réalité et relance le monde cette fois sans Kezess et Agrona et tout repart de zéro avec les souvenirs effacés et autres, voir même dans un monde sans magie ou Éther.

Comme dernière scène on aurait, la fameuse phrase : “Félicitations, c’est un garçon..”. Le commencement après la fin. The Beginning After The End.

LA Fraude 19
1 mois il y a
Répondre à  Ange ANANI

Honnêtement g pensé à la même chose que toi

Ange ANANI
1 mois il y a
Répondre à  Marie Lucienne

En effet ce volume répondre à beaucoup de choses
..

Pour moi Cécilia et Nico ont mérité une vie heureuse mais ils ne pourront pas retourner sur terre. Je ne pense pas. La vie a continué là-bas. Ils seront réincarnés dans un autre monde.. Où ils pourront cette fois vivre heureux tour simplement..Ils le méritent

Je ne pense pas qu’Arthur cédera sa place au fils de Alice et Rey, il est justement ce fils qui devait naître je pense..
Arthur et tous ses proches méritent un Happy end, mais je ne penses pas que ce sera aussi simple connaissant l’auteur. On attend voir..
Et oui Ellie est incroyable 🤩.

LA Fraude 19
1 mois il y a
Répondre à  Ange ANANI

A propos dArthur j’ai revérifié et oui le bébé de reynold et alice navait pas d’ame et silvie a juste guidé Arthur dans un corp vide

error: Le contenu est protégé !
14
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser