the beginning after the end Chapitre 456

Parmi les Déchus III

Traducteur: Ych

Checker: Ombrya
—————

L’asura est passée devant moi, et je n’ai pas pu m’empêcher de reculer d’un pas alors que mon estomac se retournait et que mes forces s’évanouissaient sous l’effet de son aura. Malgré tous mes efforts, j’avais essayé d’éviter de tourner mes pensées vers l’intérieur pour examiner mes nombreuses blessures, mais la force écrasante de la présence de l’asura rendait mes propres douleurs inéluctables.

Chaque centimètre de mon corps était meurtri et contusionné, mes oreilles sonnaient, et une pulsation constante et furieuse provenait de l’arrière de mon crâne. Je ne pouvais même pas me résoudre à regarder ma main, dont une grande partie de la chair s’était détachée pour révéler la viande décolorée qui se trouvait en dessous.

Devant moi, le dragon a levé la tête, mais son regard était dirigé loin de la bataille bloquée au-dessus de la montagne.

Au sud, un petit groupe de formes sombres s’approchait rapidement au-dessus des pics montagneux. Ils ne prenaient pas la peine de cacher leur signature de mana, et il était impossible de les confondre avec autre chose que ce qu’ils étaient.

Chaque nerf de mon corps a commencé à s’effilocher à cette vue, et je me suis sentie vraiment désespérée pour la première fois depuis l’arrivée des dragons. “Est-ce que tout cela n’a servi à rien ?” demandai-je, les mots n’étant qu’un murmure sur mes lèvres.

Le poids du mana du dragon enfla, l’air en fut épais, sa pression palpable sur ma peau. La douleur ne cessa de m’envahir, je tombai à genoux et fixai l’entité inhumaine, persuadée que sa simple présence me détruirait complètement.

L’asura soupira.

Des larmes coulèrent de mes yeux et je me détournai involontairement, incapable de supporter la vue de la puissance brute de l’asura, seulement pour voir une traînée semblable à une étoile noire s’abattre sur nous. Incapable de pousser un cri d’alarme, j’ai senti mon corps se rigidifier, puis l’aura du dragon s’est manifestée sous la forme d’un bouclier argenté, me capturant à l’intérieur par la nature de ma proximité.

Une masse bouillonnante de pointes de métal noir nous entourait, rongeant la barrière comme un millier de dents grinçantes. Avec un grognement, l’asura poussa son bouclier vers l’extérieur. Des faisceaux de lumière argentée transpercèrent le métal froid et les pointes éclatèrent toutes en même temps, la poussière de leurs restes dérivant dans la vallée en contrebas.

J’ai eu une seconde de pure terreur à regarder le sol s’ouvrir sous moi avant de glisser en arrière, avalé par une énorme gueule de terre. Des pierres brisées, des rochers, la moitié d’un chariot et plusieurs tonnes de terre s’effondrèrent tout autour de moi.

J’ai tendu les bras, j’ai griffé l’air et j’ai regardé la femme asuran à un bras flotter dans les airs et filer vers Perhata, puis tout a disparu sauf la montagne qui s’écroulait et les ténèbres se sont refermées sur moi.

Désespérément, j’ai lutté pour conjurer une barrière protectrice d’eau autour de moi. Le mana crachotait et stagnait tandis que ma concentration brisée s’agitait, puis il se mit à gonfler, m’enveloppant d’une sphère froide mais protectrice. J’ai rebondi sur les graviers, les pierres et la terre qui me frappaient de toutes parts, seuls des éclairs de lumière intermittents étant visibles à travers les décombres en cascade, puis, avec une soudaineté qui m’a fait tourner la tête, je me suis arrêté d’un coup.

Le bruit de l’effondrement de la montagne continuait partout à la fois, le grondement à l’intérieur de ma tête, de ma poitrine, de mes tripes. Je ne voyais plus rien, je ne pouvais plus respirer. Ma barrière s’effondrait, écrasée par le poids de la montagne. J’étais piégé par mon propre sort, coincé, paralysé, ma concentration était brisée.

Le sort a éclaté. J’ai enroulé mes bras autour de ma tête, et la terre et les rochers se sont déposés sur moi. Quelque chose de lourd s’est écrasé sur ma jambe.

J’ai crié, mais la terre a englouti le bruit. Mon cœur battait vite, si vite que j’avais l’impression qu’il allait remonter le long de ma gorge.

C’était la fin. Tout ce que j’avais fait – apprendre la magie, me rebeller contre les Alacryens, survivre à la guerre – m’avait amené ici, dans ma tombe littérale. Enterré vivante. J’aurais mieux fait de mourir aux côtés de Jarrod, pensai-je avec sauvagerie et amertume. Au moins, ça aurait été rapide.

Puis, je me suis souvenu de l’homme qui descendait de la montagne avec sa famille. Je me suis souvenu du couple avec le bébé. Et le garçon.

Ils avaient lutté pour survivre, n’avaient pas abandonné pendant ou après la guerre, et avaient même continué à se battre pour leur vie alors que les divinités faisaient pleuvoir la mort et la destruction tout autour d’eux.

Les gens ordinaires – fermiers, bergers, artisans – ont traversé tout cela et ont choisi de continuer à essayer de vivre…

J’ai tortillé mes bras, en prenant soin de protéger ma tête, et je me suis fait un peu de place. Puis mes épaules et mes hanches, et j’ai fait un peu plus de place. Le sort de protection avait empêché la terre et les petits cailloux de se compacter autour de moi, mais quelque chose d’à la fois dur et lourd appuyait sur ma jambe.

Je fermai les yeux, même si cela ne changeait rien à ce que je voyais. Inspirant profondément l’air raréfié et moisi, j’ai écouté et cherché avec tous les sens dont je disposais.

J’ai repris mon souffle.

En bas, non loin de là, je pouvais sentir du mana – une grande collection de mana d’attribut d’eau atmosphérique.

Tremblant de nervosité, j’ai prudemment – très prudemment – commencé à utiliser le peu de mana qu’il me restait pour pulvériser des jets d’eau à haute pression dans le sol, creusant un petit espace.

Le sol qui se pressait tout autour de moi a cédé petit à petit. Craignant d’être imprudente tout en sachant que je n’avais pas le temps de me ressaisir, j’ai utilisé de petites rafales d’eau pour creuser vers le mana atmosphérique que je pouvais sentir, essayant de faire assez de place pour ramper dans ma petite grotte. Mais le rocher sur ma jambe la retenait fermement ; je ne pouvais pas bouger d’un pouce.

Fermant les yeux, j’ai arrêté de bouger et de lancer pendant un moment, me concentrant sur ma respiration. J’avais la tête embrumée, mon corps s’était dissous dans une agonie connectée, et mon cœur était presque vide.

En me hissant sur les coudes, j’ai rassemblé mes forces et j’ai lancé un jet d’eau sur la pierre, pour essayer de la déplacer. Quelques morceaux de roche se sont détachés, mais le rocher n’a pas bougé. J’ai rassemblé mes forces, puis je l’ai frappé encore et encore, chaque jet au même endroit, jusqu’à ce que, avec un craquement sourd, le rocher se fende. Les deux moitiés glissèrent légèrement et, réprimant un cri d’agonie, je me dégageai.

Une pluie de terre s’abattit sur moi, puis de petits cailloux, tandis que le sol tout autour de moi se déplaçait également.

Rassemblant ce qui me semblait être mes dernières forces, j’ai envoyé un jet puissant vers le bas, et le sol de mon petit trou a cédé.

J’ai plongé à l’air libre, j’ai eu une brève sensation de lumière contre mes yeux, puis j’ai heurté la roche solide avec un choc qui a coupé le souffle de mes poumons et ôté tout sens à mon crâne. Mes sens se sont mis à flotter tandis que je luttais contre l’envie de m’endormir, puis quelque chose m’a ramené à la conscience.

J’ai regardé le plafond, qui s’était partiellement effondré là où je m’étais frayé un chemin.

Qu’est-ce que c’était ? Quelque chose d’expérimenté à la limite de mes sens défaillants…

Me tourner le cou était une véritable torture, mais je devais trouver ce qui avait réveillé mes sens. À côté de moi, à quelques mètres seulement, une pointe de métal noir dépassait du sol et montait jusqu’au plafond, d’où partait un réseau de filaments qui le maintenait en place. En regardant plus loin, j’ai vu une autre, puis une troisième pointe noire.

Puis cela s’est reproduit et j’ai compris ce que c’était : une voix.

Malgré la douleur profonde, je me suis tourné dans l’autre sens, j’ai roulé sur le côté et je me suis appuyé sur un coude.

Dans une lumière faible et sans source, je pouvais juste distinguer la forme d’un homme recroquevillé en position fœtale à côté du noir vitreux d’une étendue d’eau souterraine. Des yeux rouges me fixaient, brillant dans la pénombre.

J’ai aspiré une bouffée d’air et mes côtes m’ont fait mal. En plissant les yeux, je me suis rendu compte qu’il avait de longues cornes en forme de spirale qui lui sortaient de la tête, et que ses traits étaient d’une netteté et d’une définition qui lui donnaient un air inhumain.

“Le souverain”, ai-je marmonné faiblement.

“Ah, tu me connais, bien, c’est bien…” Il a essayé de me donner ce qu’il devait penser être un sourire désarmant, mais cela n’a fait que lui donner un air encore plus prédateur.

Sauf que… quelque chose ne va pas. Il n’a pas de signature mana. En regardant de plus près, j’ai réalisé qu’il était étroitement attaché avec de lourdes chaînes et des menottes.

“Tu es un inférieur dicathien, n’est-ce pas ? Mais un mage, au moins.” Une langue sombre passa sur ses lèvres pâles. “J’ai besoin de ton aide immédiatement, comme tu peux le voir. Libère-moi immédiatement, et je…”

“Quoi ?” J’ai hurlé, sans pouvoir m’en empêcher.

L’irritation a traversé le visage de l’homme. “Ne sois pas stupide. Je ne suis plus un ennemi de cette nation. Si l’on en croit les bruits qui courent, tes alliés dragons se battent actuellement contre les soldats qui m’ont enlevé. Relâche-moi, et je me transformerai en n’importe quel lézard en charge, et tu seras une héroïne.”

J’ai cligné des yeux, incapable d’assimiler ce qui se passait à travers la douleur et l’épuisement qui me pressaient comme la montagne tombée du ciel.

“Excellent”, a-t-il soufflé. “Après tout ça, une utilisatrice de magie respiratoire me tombe dessus, pour ainsi dire, et c’est une imbécile. Ou commotionnée.” Il a plissé les yeux sur moi. ” Inférieur. Tu parles cette langue, oui ?”

J’ai dégluti et je me suis redressé en position assise. Ma main blessée sauta sur mes côtes, dont je pensais qu’elles devaient être cassées. “Oui, bien sûr”, dis-je en serrant les dents. “Mais je ne pense pas pouvoir t’aider. Tu es un…”

“Un lâche”, dit une nouvelle voix, une voix qui avait retenti sur le flanc de la montagne tout au long de la bataille.

Je me suis figée, incapable de me retourner, mais là, je n’en avais pas besoin.

“Souverain Oludari Vritra du Dominion de Truacia.” Les pieds de Perhata crissent sur les sédiments qui saupoudrent la pierre nue du sol. “Assermenté au service du Haut Souverain, Agrona Vritra, père de notre nation et de notre peuple. Traître, infidèle… raté.” Perhata s’est matérialisée en sortant de l’obscurité. “Ai-je manqué l’un de tes titres, souverain ?”

Il sembla se dégonfler en poussant un profond soupir.

Perhata s’agenouilla à côté de moi, prit mon menton dans sa main et m’attira face à elle, m’examinant attentivement. “Si ce n’est pas la fille que j’ai promis de laisser vivre. As-tu été une bonne petite fille ?”

J’ai soudain eu l’impression d’être de retour dans le trou sans lumière, piégée et attendant la mort, aveugle et suffocante. Un froid glacial tremblait dans mon corps, compensé seulement par la chaleur humide qui se répandait dans mon pantalon taché et abîmé.

Perhata m’a regardé avec dédain. “Tu as survécu, ce qui, je suppose, devrait valoir quelque chose. Et pourtant…”

Ses sourcils se pincèrent et elle serra les lèvres d’un air pensif, puis se leva et se dirigea vers Oludari. Une étincelle de mana jaillit, et elle posa un appareil sur le sol à côté de lui. ” Désolé pour le retard, souverain. Nous attendions ceci, que le groupe de combat de Khalaen a eu la gentillesse d’apporter pour nous. Avec cinq Wraiths de plus de notre côté, la bataille ci-dessus devrait être à peu près terminée, n’est-ce pas ?”

Elle aspira une grande bouffée d’air et la relâcha avec une énergie presque étourdissante. ” La seule chose positive dans ta tentative infructueuse de défection, c’est que mon but a été accompli ce jour. Le sang du dragon a coulé…” Une canine allongée se mordit la lèvre inférieure tandis qu’elle fermait soudain les yeux et tournait son visage vers le plafond, visiblement crispée.

Puis son sourire s’est évanoui, ses yeux se sont ouverts et Perhata a tourné sur elle-même, fixant la montagne comme si elle pouvait voir le ciel au-delà. Même dans la lumière incolore, je pouvais voir son visage pâlir.

Il m’a fallu un peu plus de temps pour percevoir l’intention qui s’approchait.

Une colère bouillonnante et furieuse semblait durcir l’air. Trois signatures de mana supplémentaires – encore plus puissantes que les dragons déjà présents – et parmi elles, quelque chose d’autre. Quelque chose de froid, de rageux et… de dangereux.

Perhata tournoya, plongeant vers l’appareil. Oludari se tortilla dans ses chaînes, posa un genou et fit tomber l’artefact en forme d’enclume sur le côté. Il glissa dans la terre, se balançant vers l’eau, et Perhata se démena pour le saisir, le mana s’accumulant alors qu’elle essayait de l’activer.

” Petite, le tempus warp ! ” Oludari l’exhorte. “Désactive-le…”

Perhata, qui avait un instant semblé oublier mon existence, tendit la main en signe d’irritation. Une traînée sombre fila vers moi, si vite que je n’eus même pas le temps de fermer les yeux.

Devant moi, il y a eu un éclair violet, puis quelqu’un s’est tenu entre nous, une silhouette enveloppée d’arcs de foudre violets. Dans la main de la personne, de petites étincelles de courant violet sautant autour d’elle, se trouvait la pointe qui visait ma gorge. Des flammes violettes passèrent entre ses doigts, et la pointe noire se consuma jusqu’à disparaître.

La silhouette brûlante d’un loup jaillit de lui, se lançant sur Perhata, tandis que sa tête tournait légèrement, ses cheveux blonds mi-longs ondulant comme un rideau, et un seul œil doré rencontrant le mien alors que son profil se révélait. “Va”, dit Arthur, sa voix, comme son expression, sombre et solennelle, mais en dessous, givrée d’une fureur si amère et froide qu’elle m’a fait frissonner.

Alors même que Perhata luttait contre la créature en arrière-plan, que des sorts commençaient à clignoter et à voler dans toute la caverne, j’ai tendu la main et serré son bras. “Les dragons, ils… ils s’en fichaient, ils nous ont laissés…”

Cette intention bouillante et courroucée que j’avais ressentie s’est enflammée, et les yeux d’Arthur se sont embrasés. “Je sais.”

Avant que je puisse dire ou faire quoi que ce soit d’autre, Arthur a clignoté, son bras fondant sous mon emprise alors qu’il réapparaissait de l’autre côté de Perhata, la séparant du souverain et de l’artefact. Un vif faisceau de lumière améthyste balaya la grotte obscure, et la Wraith se jeta en arrière, entraînant la bête de mana lupine avec elle.

Une gerbe de pointes de métal noir remplit la grotte, s’élançant vers l’extérieur depuis le Wraith. Mes sens n’étaient pas assez rapides pour les suivre toutes, mais au même moment, plusieurs épées moulées dans de l’énergie violette apparurent dans les airs, taillant dans plusieurs directions à la fois, chacune déviant ou détruisant une pointe.

L’un d’eux transperça le sol à côté de moi, manquant de peu ma jambe après qu’une des épées l’ait paré.

Sortant de ma paralysie, j’ai essayé de me lever pour me rendre compte que ma jambe écrasée ne supporterait pas mon poids. La douleur n’était qu’un écho lointain qui ne s’est manifesté que lorsque j’ai commencé à bouger, mais je n’avais aucune force. Au lieu de cela, je me suis retourné et j’ai rampé désespérément vers l’étendue d’eau souterraine.

D’autres projectiles fissuraient la pierre tout autour de moi, et à chaque secousse agonisante vers l’avant, je m’attendais à ce que l’un d’eux transperce ma chair et me cloue au sol. Ce fut presque une surprise lorsque mon corps glissa le long de la pente humide et entra dans l’eau froide avec une petite éclaboussure. Tirant sur le mana, je me projetai le long de l’étroite rivière, poussant le courant à m’emporter encore plus vite. Une seconde plus tard, j’ai glissé dans une fissure où l’eau s’écoulait et j’ai été rapidement éloigné de la bataille.

Le cours d’eau souterrain n’était pas grand, et je devais naviguer entièrement grâce à mon sens du mana et au courant. Il n’y avait aucun moyen de savoir s’il y avait une sortie devant moi ou si j’allais me retrouver piégé dans un espace qui se rétrécissait continuellement, mais je savais que je ne pouvais pas rester dans la grotte.

Lorsque le cours d’eau est devenu trop étroit, j’ai poussé vers l’extérieur avec autant de mana d’attribut eau que je pouvais encore gérer, brisant les affleurements de pierre qui créaient des points d’étranglement infranchissables. J’ai nagé pendant une minute ou plus, jusqu’à ce que ma tête devienne légère et que mes poumons réclament de l’air, avant d’atteindre l’extrémité de la crevasse.

De la terre et des pierres fraîchement remuées bloquaient le chemin vers l’avant. Pris d’une soudaine panique, j’ai griffé la terre avec ma main valide, mais cela n’a servi à rien. Creuser pourrait prendre des heures, mais je n’avais que quelques secondes…

Conjurant des projectiles et des faisceaux d’eau, je détruisis l’obstacle. Chaque sort était plus faible que le précédent. Je le frappai encore et encore, jusqu’à ce que l’eau se transforme en boue et que mon cœur crie à chaque sort. Réalisant que je n’y arriverais pas, j’ai essayé de me retourner et de nager en amont, mais la fissure était trop étroite. Je ne pouvais pas inverser la direction et je n’avais pas la force d’envoyer autant d’eau contre la gravité pour me ramener en arrière.

Mon besoin de respirer l’emportait sur ma capacité à retenir ma respiration. Lorsque cela arrivait, ma respiration allait s’étouffer en avalant des bouffées d’eau boueuse et je risquais de me noyer…

J’ai senti mon esprit glisser vers l’inconscience, et j’en ai été reconnaissante. Au moins, je ne serais pas réveillé.

Alors que j’acceptais mon sort, une force brutale me tira contre mon corps et je me heurtai à la paroi rocheuse. J’étais en train de bouger ! La fissure était si étroite que je raclais constamment contre les parois, mais le courant circulait à nouveau, me tirant vers l’avant à une vitesse croissante. Quelques secondes désespérées s’écoulèrent, puis les parois s’élargirent avant de disparaître. J’ai ouvert les yeux.

L’eau trouble m’entourait, mais je pouvais voir la lumière, et je nageais vers elle, mes mouvements sauvages, n’ayant plus la force de lancer un sort pour accélérer mon ascension. Elle me paraissait si loin, et j’étais persuadée que je me noierais encore, que je ne pourrais jamais parcourir une telle distance.

Ma tête sortit de l’eau et se retrouva à l’air libre, et ce fut l’inspiration la plus douloureuse de ma vie.

Quelque part, tout près, un enfant a crié.

Je toussais sauvagement et je me débattais pour garder la tête hors de l’eau. Sur le rivage, plusieurs silhouettes se sont précipitées. Il y a eu une éclaboussure, et des mains puissantes m’ont saisi, me tirant vers la terre ferme. Je me suis effondrée sur le sol mou, sans me soucier de la boue qui se moulait autour de mon visage. Tout ce que je pouvais faire, c’était reprendre mon souffle.

Il y avait des voix, plusieurs, tout autour de moi, mais je n’arrivais pas à comprendre leurs mots.

Une ombre passa au-dessus de moi et je me concentrai instinctivement sur sa source. Tout était flou, et c’était bruyant. Si bruyant…

La montagne, le souverain…

“Arthur !” Je me suis redressé d’un coup et j’ai cherché ce qui m’entourait.

Je me trouvais au bord d’une rivière trouble et lente. Des tonnes de pierres et de terre s’y sont effondrées depuis la montagne qui la surplombe, interrompant presque son cours. Je me trouvais dans la vallée au pied de la montagne. Au-dessus, elle s’effondrait encore sur elle-même, le grincement cacophonique de la pierre sur la pierre étant assez fort pour me rendre malade.

Mais c’est au-dessus, bien au-dessus, que mon regard a été attiré.

Un dragon vraiment énorme dominait le ciel. Cette monstruosité couverte de cicatrices de guerre avait des écailles d’un blanc osseux et des yeux d’un violet vibrant que je pouvais voir même depuis le sol. Ses ailes, bien qu’en lambeaux et usées, s’étendaient si largement que leur battement effaçait la poussière du ciel.

Un dragon plus petit, noir comme la nuit et presque léger par rapport au grand dragon blanc, volait à son flanc, restant en formation. Juste derrière elle, il y avait un homme – non, un asura, pensai-je – qui se déplaçait rapidement dans les airs, volant comme s’il avait des ailes.

Les trois faisaient des ravages parmi les Wraiths tout en défendant deux des trois dragons originaux qui étaient arrivés à la recherche du souverain. J’ai rapidement compté sept Wraiths, bien qu’il ait été difficile de les suivre, car ils volaient plus vite que mon œil ne pouvait le faire. Malgré sa taille, le dragon blanc balafré se déplaçait avec une vitesse et une précision incroyables, esquivant les sorts des Wraiths ou les repoussant avec ses ailes tandis qu’il tirait de sa bouche de denses faisceaux d’énergie argentés.

L’asura humanoïde n’attaquait pas mais semblait entièrement concentrée sur la protection du dragon noir, contrant tout sort qui s’approchait d’elle. Je ne pouvais pas être certaine de ce que faisait le dragon noir, seulement que sa signature de mana semblait fluctuer étrangement.

Je n’eus que quelques secondes pour tout assimiler avant que la silhouette accroupie à côté de moi ne ramène mon attention sur le sol. Un souffle douloureux s’échappa de moi. “Tanner ! Mais qu’est-ce que…”

Le cavalier de l’aile de lame, qui avait travaillé pour Vanessy Glory pendant toute la guerre, était bouffi et décoloré sur tout le côté gauche. Sa peau était marbrée de gris fumé et de vert, et des plaies ouvertes suintaient un épais liquide jaune. Avant l’arrivée des Wraiths, Tanner et son aile-lame avaient été frappés par un sort et tombés du ciel, et j’avais pensé qu’il était mort. En le regardant maintenant, j’étais encore plus surprise de le trouver en vie.

” Heureux de te voir aussi, Dame Helstea “, dit-il avec un sombre sourire, enveloppé simultanément de chagrin et de soulagement. “Comment as-tu… tu sais, peu importe. Nous devons partir.”

Quand il a dit “nous”, je me suis concentrée sur les autres personnes qui se tenaient autour.

Il y avait au moins vingt personnes recroquevillées au bord de la rivière, qui me fixaient toutes. J’ai immédiatement vu Rose-Ellen, la dompteuse de bêtes turbulente qui avait taquiné Jarrod à la moindre occasion, et son lien stoïque, une grande bête mana ressemblant à un oiseau. L’homme costaud qui avait ignoré mes appels à aider les anciens était là, tout comme sa famille, et…

J’ai failli fondre en larmes en voyant le couple avec le bébé que j’avais aidé à s’échapper de la montagne. Et j’ai ressenti une soudaine étincelle d’espoir et de fierté quand j’ai vu que le garçon que j’avais sauvé était resté avec eux.

“Il y a quelques kilomètres au nord et à l’ouest avant de retrouver la route”, m’a expliqué Tanner en me tendant la main pour m’aider à me relever. “Nous devons nous éloigner de la montagne. Tu peux voir jusqu’où s’étendent certains de ces éboulements.”

L’engrenage de mon esprit s’est soudain remis à tourner, et j’ai réalisé que, sous toute cette pierre et cette terre, pas très loin de l’endroit où nous nous trouvions, je pouvais sentir les rafales de mana alors qu’Arthur se battait contre Perhata.

J’ai attrapé Tanner et il a grimacé. “Pas au nord. À l’ouest, plus profondément dans les marais, aussi loin que possible de la bataille.”

Tanner a jeté un regard incertain sur la rivière, au-delà de moi. “Je ne sais pas si nous pouvons…”

Le sol a tremblé – encore plus qu’il ne l’était déjà – et une imposante lance d’obsidienne d’au moins quarante pieds de haut a jailli de la base de la montagne à moins de cent pieds de nous. Elle a décrit un arc dans l’air au-dessus de nous avant de s’écraser, invisible, dans la vallée. Juste derrière la pointe, une silhouette obscure est sortie du trou à une vitesse impossible.

Perhata, qui s’agrippait à son flanc, le visage tordu par une grimace de douleur et de peur, ne se dirigea pas vers la bataille au-dessus, mais se dirigea vers le sud et s’envola à toute vitesse. L’air devant elle crépita d’éclairs améthystes, et Arthur apparut comme venu de nulle part. Un cône d’énergie jaillit de sa main, et le Wraith plongea sous celui-ci, déchaînant un barrage de pics mortels sur lui alors qu’elle passait à proximité. Cependant, Arthur disparut et apparut à nouveau devant elle, cette fois-ci en conjurant et en tranchant avec une lame d’énergie pure.

Perhata hurla de frustration et de rage lorsqu’une armure de centaines de petites pointes noires apparut autour d’elle, et elle attrapa le poignet d’Arthur tout en bloquant sa lame avec le haut de son bras. Les deux restèrent suspendus un instant avant que la lame d’Arthur ne s’inverse, l’extrémité de l’épée rétrécissant tandis qu’une lame poussait depuis l’autre extrémité de la poignée et s’enfonçait dans le sternum de Perhata, faisant jaillir des étincelles à l’endroit où l’énergie violette impactait le métal noir.

Des flammes noires jaillirent autour d’elle, projetant Arthur en arrière et faisant pleuvoir des pointes de métal dans toutes les directions. Cependant, alors même que celles-ci tombaient, elles fourmillaient, se combinaient et se construisaient les unes sur les autres pour prendre forme.

Arthur disparut à nouveau, réapparaissant dans les airs à l’endroit où se trouvait Perhata, mais le Wraith n’était plus là. Au lieu de cela, Arthur était entouré de plusieurs douzaines de formes blindées, chacune identiquement moulée à partir de centaines de petites pointes noires. Alors même que le regard d’Arthur les balaie, chaque forme s’éloigne, volant dans une direction différente.

Arthur se dirigea vers l’une d’entre elles, invoqua une lame et la coupa en deux. Les pointes se détachèrent et tombèrent sur le sol comme une grêle mortelle. Il n’y avait pas de chair en dessous.

Alors que les autres formes blindées s’éparpillaient dans le ciel, deux d’entre elles descendirent plus bas et volèrent directement vers notre groupe fatigué. À côté de moi, Tanner a crié. Quelqu’un d’autre a crié, et tout le monde s’est mis à courir, s’éclaboussant dans l’eau ou sprintant le long de la rive.

Je n’ai pu que regarder jusqu’à ce que le bras de Tanner s’enroule autour de mes épaules et qu’il me tire à mes pieds, me soutenant, mais il était déjà trop tard. Tanner m’a fait tourner à l’écart de l’amalgame cauchemardesque de pointes noires, se mettant entre eux et moi.

Le temps a semblé ralentir. Je sentais les tremblements de son corps tendu, je voyais comment les pointes semblaient couler les unes sur les autres comme un liquide, pulsant d’un mana si monstrueux….

Mais mes yeux ont été attirés par Arthur au loin.

Il tombait dans les airs comme s’il plongeait dans l’eau, les yeux fermés, l’expression concentrée, pensive, presque paisible.

Ses yeux s’ouvrirent dans un éclair doré, et sa lame s’estompa dans un mouvement de balayage.

Un rayon lumineux d’énergie violette jaillit de l’air, tranchant latéralement et coupant en deux les formes blindées. Des pointes noires ont éclaté, aspergeant le sol devant nous et transformant la terre molle en paillis.

Des éclairs violets similaires sont apparus sur tout le champ de bataille, et une douzaine d’autres formes en retraite se sont détachées. La lame a changé de direction, coupant l’air devant Arthur, et j’ai vu cette fois que la lame elle-même semblait disparaître, et quelques autres armures conjurées se sont effondrées lorsqu’elles ont été frappées simultanément dans tout le ciel.

Mais certains, trop nombreux, s’échappaient encore, volant au-dessus des montagnes et à travers les marais de la plaine. Et aucune des formes qu’Arthur avait frappées ne contenait le corps vivant et respirant de Perhata.

L’expression d’Arthur se crispa de frustration juste avant qu’il ne disparaisse de la vue, en s’écrasant au sol à une certaine distance dans la vallée.

Prenant une respiration régulière, j’ai tenté de mettre du poids sur ma jambe écrasée, la renforçant avec du mana, puis je me suis éloignée de Tanner. “Allez, sortons tout le monde d’ici”.

SYLVIE LEYWIN

En dépit de tout, j’ai ressenti un pic de soulagement lorsque le poids d’Arthur a appuyé sur mon dos, l’impulsion d’éther libérée par son utilisation du God Step ondulant contre mes écailles. Je suis restée serrée contre le flanc de Charon, ne laissant pas les Wraiths nous séparer. Windsom était toujours collé à moi comme mon ombre, toute son énergie dépensée pour me protéger des attaques des Wraiths.

Mon lien avec Arthur m’indiquait qu’il se renfrognait, bien que je ne puisse pas voir son visage.

‘Va la chercher.’

Qui ? demandai-je, sentant toujours les formations de fer sanguin restantes s’échapper dans différentes directions.

Forcée de plonger vers la droite, j’ai évité un jet de mana noir verdâtre et j’ai expulsé un éclair de mana pur en direction du lanceur de sorts.

Arthur ne répondit pas, mais il n’avait pas à le faire. Il n’y avait aucun moyen de savoir, et aucune raison de poursuivre une armure vide à l’autre bout de Dicathen alors qu’il y avait plusieurs Wraiths juste devant nous, même si cela signifiait que celui-ci allait s’échapper.

Mais je n’ai pas offert à mon lien de conseils ou de réconfort. Ce n’était ni le lieu ni le moment pour des gestes aussi futiles. Jusqu’à la fin de la bataille, je savais qu’Arthur avait besoin de l’armure de fureur foudroyante dont il s’était enveloppé, et je suis donc restée silencieuse. Même les pensées de Regis étaient silencieuses alors qu’il gardait Oludari Vritra sous la montagne.

J’ai senti l’intention d’Arthur avant qu’il n’agisse. Son poids quitta mon corps, et il apparut en plein vol à trente pieds devant un Wraith. L’éther se condensa dans son poing, formant une arme. Plusieurs autres sont apparues autour de lui, se transformant en une représentation physique de la rage apoplectique qui bouillonnait à peine sous la surface de son sang-froid. Les épées flottantes s’élancèrent toutes simultanément, balayant l’air vers des points légèrement différents.

Au même moment, son épée d’éther principale, celle qu’il tenait à la main, s’élança vers l’avant. Comme on pouvait s’y attendre, le Wraith esquiva la poignée d’épées volantes, ce qui le remit en place juste au moment où une autre épée traversait les voies éthérées et se dirigeait vers sa ligne de retraite. Même pour un Wraith, il n’eut pas le temps de réagir que la lame s’enfonçait dans son épaule, son cœur et son noyau avant de disparaître une demi-seconde plus tard.

La gravité avait à peine commencé à tirer Arthur vers la terre qu’il était de nouveau sur mon dos, sa fureur froide n’ayant pas été calmée par la mort calculée.

L’arrivée d’Arthur sur le champ de bataille a finalement brisé la volonté des Wraiths restants de continuer à se battre, et tous les six se sont séparés et ont tenté de battre en retraite dans des directions différentes.

“Attrapez ces trois-là !” Charon tonna, s’inclinant brusquement à gauche et se lançant à leur poursuite. “Windsom, reste avec la patrouille !”

J’ai hésité, sachant que nous faisions exactement ce que l’ennemi attendait de nous. Windsom voulait aussi clairement argumenter, mais Charon s’éloignait déjà à toute vitesse, et l’attention d’Arthur était entièrement tournée vers nos cibles. J’ai laissé sa fureur me guider et j’ai pivoté sur moi-même, plongeant la tête et les ailes et volant à toute vitesse. L’un d’eux se dirigeait vers le sud, les deux autres vers le sud-est au-dessus des montagnes. Je sentais leurs signatures de mana disparaître à mesure qu’ils concentraient toute leur énergie à se cacher de moi.

‘Je suis prête,’ pensai-je en retenant le sort que je tissais lentement depuis notre arrivée.

‘Maintenant,’ ordonna Arthur, et je pressai vers l’extérieur le nouvel art de l’éther que j’essayais d’apprendre.

L’air s’est mis à onduler dans une nova autour de moi tandis que ma magie se répandait dans l’atmosphère. J’ai senti que tout – tout sauf Arthur et moi – commençait à ralentir. En quelques instants, les Wraiths qui avaient pris de la vitesse s’étaient mis à ramper, ressemblant à trois mouches piégées dans de l’ambre transparent.

Arthur et moi sommes descendus brusquement, et j’ai pris une grande inspiration en me rappelant de battre des ailes. Le sort m’a demandé toute ma concentration, à tel point que même la respiration – même les battements de mon cœur – m’ont semblé difficiles.

Arthur ne s’est pas téléporté à nouveau. Au lieu de cela, il s’est levé et a conjuré son arme. Je me sentis frissonner devant l’intensité de sa concentration. Il ajusta soigneusement sa position, sa forme, l’angle de sa lame.

Je savais que je ne pourrais tenir le sort que quelques secondes au total. Déjà, l’éther se battait contre moi, le temps ne voulant pas être lié de cette façon. Mais je ne l’ai pas pressé, je n’ai pas brisé sa concentration. Ce sera suffisant.

Sa concentration était si totale que je n’ai pu m’empêcher d’y être entraînée avec lui. L’éther se canalisa dans la godrune God Step qui brûlait dans son dos, et les voies éthérées s’illuminèrent dans notre vision, peignant le ciel d’éclairs d’améthyste déchiquetés. Au-delà des barrières de mana qui recouvrent leur peau, au-delà des nuages de vapeur de mana empoisonnée et des auras de flammes d’âme brûlantes, dans les points situés entre l’armure et la peau, c’est là qu’Arthur s’est concentré.

Sa concentration s’est mise en place et la lame a tranché de gauche à droite. Je l’ai senti se glisser dans les voies éthérées, d’abord une, puis une deuxième et une troisième, tout cela dans l’espace du mouvement quasi-instantané de la lame. Mortel, chaotique comme un maelström. Et les Wraiths léthargiques et suintants se mirent à scintiller d’une lumière violette.

Mon sort s’est relâché, et j’ai vacillé d’avant en arrière, luttant pour nous maintenir en l’air.

Trois traînées de sang brillant jaillirent à l’horizon devant nous.


Commentaire

5 7 votes
Note
S’abonner
Notification pour
6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Netero
8 mois il y a

Le chapitre est incroyable !
C’est trop comment Arthur a massacré les Wraiths ptdr
Maintenant, l’interrogatoire du Souverain. Il doit en savoir des choses ce petit traître.

Wyverne
8 mois il y a
Répondre à  Netero

j’ai vraiment hâte pour l’interrogatoire on va enfin savoir qu’est-ce qu’Agrona a derrière la tête en ce moment

Berkay Sert
8 mois il y a

Incroyable

Nino Nino
8 mois il y a

Un carnage j’ai adoré ce chapitre🥰😯

SØZ ŌX
1 mois il y a

Maintenant on voit à quelle point Arthur a évolué

error: Le contenu est protégé !
6
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser