the beginning after the end Chapitre 452

Changements

Traducteur: Ych
—————

“S’il te plaît ?”

Seris était immobile comme la pierre tandis que Oludari la frôlait, son visage expectatif et suppliant tourné vers le haut.

On aurait dit quelque chose sorti d’un cauchemar. Aucun élément de la réalité telle qu’on me l’avait fait comprendre ne correspondait correctement à ce que je voyais.

“J’ai tellement de travail inachevé…” gémit Oludari, ses doigts arachnéens pétrissant les robes de Seris. “Il y a des couches et des couches et des couches dans le monde, attendant simplement d’être dévoilées, une par une, mais pas si je disparais. Agrona pense être le seul à savoir, mais j’ai vu les ombres, j’ai ressenti la tension de surface grandissante d’une bulle prête à éclater, je…”

Le souverain s’étouffa dans ses propres gémissements et se mit à tousser, les épaules tremblantes. Une fois la crise passée, il s’affaissa comme une plante flétrie.

Clignant des yeux comme s’il se réveillait d’un profond sommeil, Seris jeta un coup d’œil à la foule figée, puis à Cylrit, et enfin à moi. Pendant une demi-seconde, il y eut une question dans ses yeux, une question à laquelle je n’avais aucune idée de la réponse à donner. “Que dois-je faire ?”, demandaient ses yeux, mais alors même qu’ils se posaient sur les miens, son expression s’est durcie et s’est transformée en résolution, tandis qu’elle trouvait une réponse de son cru.

Lentement, Seris a appuyé sa main sur la joue d’Oludari. “Calme-toi, souverain.”

Oludari prit soudain à deux poignées les robes de Seris et la tira vers le bas de quelques centimètres. “Aide-moi ! Cache-moi ! Les dragons, les Lances, toi… tu les connais ! Tu les as déjà déjoués par le passé. Je ne comprends pas comment, mais tu l’as fait ! Je t’ordonne de recommencer ! Tout comme… tout comme la Lance. Oui, emmène-moi à lui. À Arthur Leywin.”

Seris se dégagea fermement de son emprise, puis avec la soudaineté d’un coup de queue de tonnerre, le gifla durement au visage.

La tête du souverain bascula sur le côté, ses sanglots s’arrêtant net. “Comment oses-tu, Je….je…”

“Reprends-toi”, dit Seris, semblant maintenant plus maîtrisée. Elle tendit la main et Oludari la saisit, se laissant relever.

Le sort jeté à la foule se brisa, et la plupart des gens commencèrent à s’éloigner en hâte, disparaissant dans le village. Udon se précipita vers son frère, l’aidant à se relever et brossant la saleté de ses vêtements, mais Idir le repoussa, se précipitant vers l’un des autres fermiers.

Ce fermier, comme tous les autres, était couché, immobile. Je pouvais déjà le sentir à l’évanouissement de leurs signatures de mana : ils étaient tous morts.

Je détournai le regard, en colère et frustrée, mais ne sachant pas comment canaliser mes émotions. La négligence des Asura…

Plus de quelques personnes s’attardaient, s’approchant lentement, leurs regards ravis verrouillés sur le souverain, apparemment inconscients de son triste état actuel.

“Souverain. S’il te plaît, pardonne-nous…”

” – Prends-nous chez nous… ”

” -seulement ce que nous devons faire pour survivre, Souverain ! ”

Cylrit fendit l’air de sa main, les supplications décousues se turent et les gens reculèrent. Tous sauf Lars Isenhaert, qui se précipita vers le souverain.

Les yeux d’Oludari s’écarquillèrent et du mana jaillit de lui.

Isenhaert fut soulevé du sol et renvoyé à toute vitesse dans la foule, en renversant quelques autres. Cela suffit à briser leur ravissement et ils se précipitèrent les uns sur les autres pour s’enfuir, laissant Lars gémir sur le sol. Corbett, Ector et une femme que j’ai reconnue comme étant l’un des soldats de Lars se sont précipités à ses côtés.

Seris m’a jeté un regard. “Nous devons emmener le souverain dans un endroit plus sûr… pour tout le monde.” Elle s’est interrompue, son attention se portant au loin, au-delà de moi.

Je me suis retournée pour regarder, et mon sang s’est glacé.

À l’horizon, les Grandes Montagnes coupaient les Terres d’Elenoir et les Clairières des Bêtes du reste du Dicathen. Il y a quelques instants à peine, les pics enneigés se perdaient dans un épais brouillard blanc. À présent, un nuage bas et noir se précipite sur les montagnes. Alors même que je le regardais, il a dévalé les falaises abruptes, tombant en cascade sur les terres de brume en contrebas, et s’est précipité vers nous à grande vitesse.

“Non”, gémit Oludari. “Non, non, non. Il sait. Il m’a trouvé.” Oludari prit Seris par la main et la serra si fort qu’elle grimaça.

“Wraiths…” Seris souffla, se dégageant du souverain et faisant quelques pas hésitants pour se retrouver à côté de moi. Ses mains se serrèrent en poings fermés le long de son corps.

Mes nerfs à vif ont volé en éclats. Comme dans un rêve, je me détournai du nuage. Mon regard a balayé le village paniqué, prenant en compte toutes les personnes que j’avais travaillé si dur pour protéger et aider à prospérer après la guerre, des personnes que je considérais comme mes amis… de la famille, même, pour utiliser le mot dicathien.

Un meilleur mot que “sang”, me dit mon esprit presque délirant.

Parmi eux, il y avait ceux qui avaient vécu ces derniers mois dans les terres désolées, construisant des maisons ici, apprenant de nouvelles compétences, mettant leur magie durement acquise au service des fermiers, des chasseurs et des artisans plutôt que des soldats… des tueurs. Des gens comme les frères de Plainsrunner, comme Baldur Vassere. Comme les enfants qui se blottissent maintenant autour de la fille de Frost aux cheveux d’or, verts de peur.

J’ai regardé Seth, qui était toujours allongé sur le sol à mes pieds, ses lunettes de travers. Comme tout le monde ici, il ne deviendrait rien d’autre que du compost pour nourrir la terre cendrée infertile s’il était pris dans une bataille entre un basilic du clan Vritra et un groupe de combat de Wraiths.

Et il n’y avait rien que je puisse faire pour les arrêter.

J’avais du pouvoir, une magie incroyable, et pourtant, à côté de ces êtres, je n’étais pas plus dangereuse qu’une esclave sans maître….

“-yra !”

Le cri de mon nom a traversé mon brouillard cérébral, et j’ai eu un soubresaut spasmodique. Seris m’a saisi le bras, me tirant pour que je lui fasse face. “Retrouve ton calme, Lyra, ton courage. Jette le reste, il ne t’aidera pas maintenant.”

Je la fixai dans les yeux, me demandant, et ce n’était pas la première fois, d’où venait cette force intérieure qui était la sienne.

Je ne connaissais pas bien la faux Seris Vritra avant la guerre. En tant que candidat au poste d’agent de liaison, je n’avais pas fait partie de ce groupe avant d’être envoyé à Dicathen. Mais j’avais réussi à faire rentrer les Dicathiens dans le rang avec un minimum d’effusion de sang, ce qui correspondait aux objectifs d’Agrona pour le continent.

Au cours de ces quelques jours de travail aux côtés de Seris, j’avais ressenti à plusieurs reprises des élans de jalousie face à la relation qu’elle entretenait avec Cylrit. Mon propre faux, Cadell, avait été froid, distant et violent. En deux jours, j’ai eu l’impression d’en savoir plus sur Seris que sur Cadell. Ma relation avec lui avait été une question de nécessité militaire et rien de plus, même si j’avais bêtement convoité sa force et la latitude avec laquelle le Haut Souverain lui permettait de faire son travail.

Faisant comme Seris, je me suis entouré de ces pensées comme d’une couverture lestée, l’équivalent mental d’un enfant qui remonte son doudou sur sa tête pour se cacher des bêtes à mana sous le lit…

Mais ça a marché, et je me suis sentie apaisée. Seris n’était peut-être pas ma faux – abyss, elle n’était même plus une faux – mais elle m’avait déjà inspiré, étant un meilleur mentor que Cadell ou tout autre professeur ou formateur que j’avais eu au cours de mon ascension dans les rangs du pouvoir.

Je n’ai pas eu le temps de faire quoi que ce soit d’autre avant l’arrivée des Wraiths.

Le nuage se divisa en quatre formes distinctes et plusieurs sorts nous tombèrent dessus en même temps, visant Oludari.

Je projetai une barrière de vent du vide pour bloquer un jet de feu noir, dont les dommages collatéraux devaient rattraper non seulement Seris, Cylrit et moi, mais aussi une douzaine d’autres Alacrayns qui tentaient encore de s’enfuir.

Le feu de l’âme du Wraith a dévoré le tissu de mon bouclier, mais une deuxième barrière est apparue dans la mienne, et une troisième l’a soutenue, redirigeant le feu de l’âme pour qu’il roule inoffensivement au-dessus de nous avant de se répandre sur trois maisons fraîchement construites et de les engloutir instantanément.

Alors que nous luttions contre les flammes, deux éclairs ont jailli, l’un frappant le sol au milieu de la foule en fuite, projetant une gerbe de cendres sombres et jetant au sol les personnes les plus proches, y compris Corbett et Ector. L’autre frappa Oludari de plein fouet mais fut dévié par sa barrière de mana avant de s’écraser sur un arbre éloigné, le fendant en deux et faisant brûler les feuilles sèches comme autant de petites bougies.

Le bruit du bois qui éclate et des flammes qui rugissent résonnait encore dans mes oreilles lorsque j’ai senti la poussée de mana venant d’en bas. Seris et Cylrit étaient déjà en train de bouger, s’envolant dans les airs et conjurant des boucliers sur les passants qui hurlaient. J’ai attrapé Seth et l’ai tiré en l’air juste au moment où le sol autour d’Oludari s’est soulevé, un champ de pointes de fer sanguinolent traversant le sol alors que les Wraiths frappaient de toutes les directions à la fois.

Oludari serra les poings, et le fer à sang se brisa dans un cri strident. Son visage était tendu par la panique et le désespoir, et son intention se répandit dans le village comme un ouragan.

Une ombre se manifesta entre nous, et le soleil étincela sur les lames gravées alors qu’elles se dirigeaient vers le Souverain. Sa main se leva d’un geste vif, attrapant l’épée, et d’un mouvement sec de son poing fermé, il la brisa. Sa main ensanglantée jaillit vers l’extérieur, libérant un large croissant de feu d’âme qui manqua de justesse Seth et moi, mais le Wraith avait déjà disparu à nouveau.

Un calme s’installa.

Oludari regarda le ciel, où les quatre Wraiths encerclaient le village à distance, leur intention meurtrière comme quatre brasiers enragés se rapprochant de nous. Le souverain grimaça, ouvrant et refermant sa main tandis que le sang suintait de la petite coupure qu’il s’était faite. Des vrilles d’un vert maladif décoloraient sa chair pâle autour de la blessure.

“Poison”, murmurai-je pour moi-même.

Oludari grogna, balayant rapidement son environnement du regard, à la recherche d’une issue. Son attitude s’est durcie, la peur ayant cédé la place à la volonté de se battre. Grimaçant, il s’élança dans le ciel et me dépassa.

Son corps s’allongea, se gonfla de mana tandis que le monstre caché dans sa forme humanoïde éclatait. Il semblait encore plus grand qu’avant, le battement de ses ailes était si féroce qu’il me déséquilibrait, et son rugissement était à couper le souffle.

Sa queue s’enroule comme un fouet géant et un Wraith s’y enfonce. Ses mâchoires claquèrent, se refermant juste à côté d’une forme qui se retirait dans le ciel. Le troisième Wraith arriva par le côté, profitant de la distraction d’Oludari pour atterrir sur le dos du basilic, deux lames de glace noire luisant dans ses mains. Les derniers rayons du soleil brillaient sur les bords des lames qui cisaillaient la base d’une énorme aile. La glace se brise comme du verre, le basilic rugit et virevolte dans les airs, faisant s’envoler le Wraith.

De grosses gouttelettes de sang noir pleuvaient sur le campement en contrebas.

Tandis qu’Oludari se débattait et rugissait, une toile noire se tricotait dans l’air juste devant lui, de fins filaments de fer sanguin apposés à des points d’ombre condensée. Le basilic tenta de s’éloigner, mais trop tard, et s’écrasa à toute vitesse sur la toile.

Sa masse l’a fait passer au travers, brisant la construction, mais même d’en bas, je pouvais voir le réseau de fines entailles sanglantes laissées sur tout son visage et son corps serpentins. Le filet de fer sanguin s’est pris dans les ailes et la mâchoire d’Oludari, sciant d’avant en arrière à chaque mouvement, coupant plus profondément.

Une douzaine d’éclairs convergèrent vers le métal, secouant le corps transformé d’Oludari de spasmes tandis que la foudre courait le long du métal et s’enfonçait dans les centaines de petites blessures, les deux sorts travaillant ensemble pour contourner la couche de mana protectrice du Souverain. D’autres vrilles d’un vert maladif se répandaient à partir des coupures sur ses ailes, et une glace épaisse se condensait le long du métal, son poids entraînant le Souverain vers le bas.

Le sang suintant des coupures s’enflamma soudain, les flammes de l’âme brûlant le fer sanguin et la glace noire, et refermant les plaies. Au sol, partout où une goutte de sang enflammée tombait, celle-ci rugissait et embrasait tout ce qui se trouvait à proximité.

Une brume noire apparut au-dessus de la foule, se déplaçant rapidement pour absorber autant que possible le sang brûlant qui pleuvait, la magie d’annulation de Seris la dévorant avant qu’elle ne puisse se répandre davantage.

Pourtant, la moitié du village n’était déjà plus qu’un brasier.

Les rues étaient maintenant pleines de gens qui couraient, allant dans toutes les directions dans leur confusion, sans chef et sans direction, chacun étant laissé à lui-même.

Des ordres contradictoires étaient criés par une douzaine de voix disparates, des nobles impuissants réclamaient leurs gardes et leurs assistants, et à travers tout cela, on pouvait facilement discerner les gémissements des blessés et des mourants alors que le feu de l’âme de Vritra coulait dans leur sang.

Le seul chef digne de ce nom était la fille Frost, qui avait pris en charge le groupe d’enfants et les menait vers la Clairière des Bêtes, à l’écart de la bataille.

Me libérant de l’envoûtement que j’avais ressenti en regardant le souverain combattre ces Wraiths, je frappai le sol sec et dur en contrebas avec une vague de vibrations soniques, tirant simultanément sur le sol qui se ramollissait, les cendres se déplaçant comme un liquide sous mon pouvoir, et je déversai la boue grise sur autant de flammes que possible, enterrant des maisons entières où je ne pouvais sentir aucune signature de mana.

Au-dessus, Oludari s’est rapproché d’un Wraith, ses mâchoires s’ouvrant pour libérer un torrent de flammes noires.

Le Wraith s’élança au-dessus du feu, tournoya et plongea sur le basilic, des douzaines de couteaux fabriqués à partir de glace noire s’abattant sur lui.

Ceux qui n’ont pas touché Oludari se sont écrasés sur le sort de Seris, la plupart se dissolvant sans dommage, mais suffisamment pour déchiqueter les bâtiments et les gens qui se trouvaient en dessous. Je ne pouvais rien faire d’autre que regarder les corps tomber au sol, le sang coulant librement des trous percés à travers eux.

Oludari hurlait, son long cou et sa tête se tordant au hasard tandis que le feu de l’âme continuait à jaillir de ses mâchoires. En bas, une autre maison s’enflamma, puis une autre. Le vent soulevé par la bataille a fait dériver des étincelles jusqu’à la Clairière des Bêtes, et je pouvais déjà voir de petites lignes de fumée s’élever de la forêt dense.

Tout s’était passé si vite ; les gens étaient encore en train de se remettre de l’impact initial de la foudre. Ector s’est éloigné du cratère en titubant, la main plaquée sur l’oreille, les yeux décentrés. Quelque chose a explosé. Presque au ralenti, je l’ai vu être soulevé du sol, un éclat de fer à sang brisé lui transperçant la poitrine. Son corps a dégringolé sur le sol lorsqu’il a atterri, et au moment où il s’est arrêté, j’ai su qu’il était mort.

Les visages de la foule se sont brouillés, les détails se sont perdus parmi la fumée et les ombres. Quelqu’un d’autre s’est envolé dans une gerbe de flammes noires, son cri s’est étouffé alors que l’oxygène brûlait ses poumons. Un autre a été enseveli par l’effondrement d’une maison au moment même où ils passaient en courant, le mur extérieur les engloutissant.

En bordure du campement, de petites silhouettes se déversaient dans le vide gris et plat.

J’ai jeté un autre bouclier lorsqu’une rafale de vent a poussé les flammes d’un bâtiment voisin trop près d’un groupe de villageois qui battaient en retraite, leur donnant le temps de s’en éloigner en traînant les pieds.

J’ai cherché Seris dans le chaos, espérant trouver des conseils ou une direction, mais ce que j’ai vu à la place a enveloppé d’un poing glacé mon cœur qui battait frénétiquement.

Cylrit tenait Seris debout, son bras autour de sa taille tandis qu’elle continuait à canaliser son sort de néant, un bras enroulé autour de son cou, l’autre dirigeant la brume comme un chef d’orchestre, absorbant et défaisant autant d’attaques errantes qu’elle le pouvait.

Mais… elle était arrivée à Dicathen affaiblie par ses longues épreuves dans les Relictombs. Je le savais. Mais je ne l’avais pas – je le vois maintenant – vraiment compris.

Elle n’avait révélé la vérité à personne, gardant le visage qu’elle présentait au monde, stoïque et capable. Mais toute une vie d’entraînement à présenter une façade solide ne corrige pas un cœur trop tendu. Et sa technique unique de vent du néant nécessitait une quantité importante de mana pour être canalisée, à tel point qu’elle s’était déjà mise à la limite du contrecoup en contrant des sorts aussi puissants.

Et la bataille ne fait que commencer.

C’est à ce moment-là que j’ai vraiment compris la réalité de notre situation.

Oludari était puissant – un asura à part entière – mais ce n’était pas un guerrier. Je pouvais déjà sentir sa force faiblir et son désespoir grandir. Les vrilles d’un vert maladif qui décoloraient ses écailles noires irradiaient un mana inconfortable qui me donnait des frissons dans l’estomac, et je savais qu’il devait s’agir d’une sorte de poison, peut-être même fabriqué spécifiquement dans ce but…

Il était clair que les Wraiths allaient faire ce pour quoi ils avaient été entraînés. Même si Oludari en attaquait deux ou trois à la fois, le quatrième parvenait toujours à frapper le souverain, leur attaque et leur défense s’entremêlant dans un concert envoûtant de dégâts et de mort. Oludari ne pouvait pas gagner. Ils le tueraient, et nous ne pourrions rien faire pour les arrêter.

Puis ils se retourneraient contre nous.

J’ai eu envie de demander de l’aide à Arthur, mais je savais que ce n’était pas possible. Il était loin, à Etistin, et je n’avais aucun moyen de…

“Seris ! Tenant toujours Seth contre mon flanc, j’ai volé jusqu’à elle, esquivant une pointe noire brisée qui traversait l’air depuis le haut. ” Le tempus warp, où… ”

Elle a retiré une broche de sa robe et me l’a lancée. Je l’ai immédiatement imprégnée de mana et j’ai senti son contenu. Parmi une variété de fournitures et d’équipements se trouvait le tempus warp. Je l’ai sorti et j’ai plongé vers le sol, libérant Seth Milview, essoufflée, pour pouvoir me concentrer sur l’artefact.

Il était puissant, capable de s’étendre d’un continent à l’autre. Il n’aurait aucun mal à me conduire jusqu’au palais d’Etistin, où je n’aurais plus qu’à retrouver Arthur. Combien de temps cela prendrait-il ? Une minute ? Deux ? Dix ?

Y aura-t-il encore quelqu’un de vivant d’ici à ce que je…

Alors même que mon mana activait et calibrait le tempus warp, une ombre apparut devant moi, plongeant l’artefact dans une obscurité plus profonde que la couverture de fumée et de brume de vide déjà fournie.

Je n’eus qu’un seul battement de cœur douloureux pour considérer le visage étroit, pâle et semblable à une hache qui se trouvait devant moi, avant qu’il ne m’assène un coup de pied en avant dans la poitrine.

L’air entre nous s’est déformé, des lignes noires de vibrations soniques ont ondulé visiblement pendant un instant avant que son coup ne fasse mouche, brisant mes défenses.

Le monde s’est éloigné de moi – ou moi de lui – et l’espace a semblé se précipiter en un instant.

J’ai heurté le sol de plein fouet, tombant comme une poupée de chiffon.

Mon cœur a souffert de la force de l’impact et j’ai instinctivement fait appel à mon mana, saisissant le sol et tirant vers le haut et autour de moi, une barricade amortissante pour arrêter ma course effrénée. Avant même d’avoir pu comprendre ce qui s’était passé, j’étais de nouveau sur pied et je volais vers le tempus warp et le Wraith qui le surplombait.

Il leva l’index de sa main droite, le secouant d’avant en arrière comme s’il grondait un vilain enfant. Puis ses lames noires de glace conjurée se sont abattues, creusant le tempus warp aussi facilement que du beurre mou.

À quelques mètres de lui, Seth était paralysé – mais non, il n’était pas gelé. Il bougeait… il lançait des sorts, canalisant le mana dans ses runes. La lumière bleue jaillit du garçon, créant une puissante barrière magique qui s’étendait à quelques mètres dans toutes les directions à partir de son noyau. Un emblème de bouclier ? Mais cela ne semble pas correct…

La barrière frappa le Wraith alors qu’elle gonflait, le faisant reculer d’un demi-pas. Un rictus froid est apparu sur ce visage en forme de hache, puis sa lame s’est mise à osciller.

J’ai levé les mains, tiré la pierre de la cendre stérile à l’extérieur du bouclier de Seth et conjuré un champ d’absorption statique, mais la lame était trop rapide, trop forte. Elle trancha mes deux sorts à moitié formés, puis rencontra la barrière bleue.

Le sort de Seth s’est brisé, la force l’envoyant s’écraser au sol à mes pieds, le flou des lames formées de glace dans l’air à l’endroit où il se trouvait.

Dans la fraction de seconde vide que j’ai eue pour réagir, je me suis demandé si je pouvais le protéger ou non. Cela valait-il la peine de sacrifier ma vie pour retarder sa mort d’un battement de cils ? Si je fuyais, peut-être que les wraiths me suivraient au lieu de se concentrer sur le garçon, qui était insignifiant à leurs yeux.

Peut-être, autrefois, je l’aurais moi-même tué, juste pour éliminer cette distraction…

Des frissons parcouraient ma peau et je sautai par-dessus Seth, me retrouvant accroupi, levant le bras et canalisant le mana sans encore former de sort. Je déglutis difficilement, une vague d’émotion se vidant en moi. Même si je ne pouvais pas espérer protéger le garçon, je ne voulais pas rester les bras croisés. Au moins, il mourra en sachant que j’ai essayé…

Le Wraith a penché la tête et m’a regardé. Ses yeux rouges sang, sombres et sans âme, étaient remplis de… était-ce de la pitié que je voyais se refléter sur moi ? Avec un autre ricanement, il s’est élancé dans les airs et a filé vers la bataille avec Oludari.

Tournant sur mes genoux, je sentis le visage du garçon, son cou, cherchant des signes de vie mais m’attendant au pire. Il n’y avait pas de respiration, pas de pouls, pas d’élévation ni d’abaissement de sa poitrine…

La faible secousse a appuyé sur le bout de mes doigts, et j’ai fermé les yeux de soulagement. Il était vivant, mais inconscient, son cœur hurlant alors qu’il subissait le contrecoup de la canalisation d’un sort aussi puissant à travers son emblème.

Un rugissement secoua le sol, me faisant rouvrir les yeux et les entraînant vers le ciel.

Oludari tombait, plongeant dans les airs, les coupures dans le tissu de ses ailes battant contre le vent impétueux de son passage, le sang suintant d’un millier de blessures à travers son corps gargantuesque. N’ayant plus rien d’intimidant, sa forme de basilic blessé m’emplit au contraire d’un profond sentiment d’effroi, comme un drapeau en lambeaux tombant et marquant la fin de la bataille.

Lorsqu’il a touché le sol, c’était comme si un météore l’avait frappé. Une douzaine de bâtiments ont disparu sous sa masse avant qu’un nuage de poussière et de cendres ne l’engloutisse. Quatre silhouettes noires se mirent en formation au-dessus, encerclant l’endroit où le basilic avait chuté avant de dériver lentement vers le sol.

Seris et Cylrit ont fait de même à mes côtés. Cylrit semblait prendre la majorité de son poids sur lui. Sa peau grise était devenue presque blanche, et un fin voile de sueur s’accrochait à son front. Tout comme la faux qu’il protégeait, il avait repoussé ses limites.

Nous étions seuls, ou presque. Tous les autres avaient fui, du moins ceux qui en étaient capables. Beaucoup, beaucoup trop, ont péri dans les tirs croisés. D’un coup d’œil fatigué, j’ai trouvé les cadavres d’Ector Ainsworth, des deux frères de Plainsrunner et d’Anvald Torpor. Il y en avait d’autres que je ne pouvais pas identifier aussi facilement. Et ce n’était que dans l’espace qui m’entourait.

Combien de personnes sont mortes dans le campement ? me demandai-je malgré moi, avant de repousser la question.

J’ai senti le changement dans le mana alors qu’Oludari reprenait sa forme humanoïde. Sa silhouette apparut à travers les cendres alors qu’il trébuchait, toussant, pour se dégager des décombres que sa chute avait créés. Les Wraiths l’attendaient.

“S’il te plaît”, toussa-t-il, l’air tout à fait pathétique. “Je vais y retourner, je vais le faire, mais ne…ne…” Il tomba à genoux, toussant de façon spasmodique, son corps maigre se tordant horriblement. Il saignait encore d’une douzaine de blessures, son corps entièrement recouvert des vrilles vertes qui décoloraient sa chair. ” Ne me tuez pas “, finit-il faiblement.

L’un des Wraiths, une femme légère et gracieuse vêtue de cuir et de chaînes noires et grises, fit claquer sa langue. Elle écarta ses cheveux noirs de jais de son visage, les plaçant derrière l’une des cornes qui balayaient son front, et fit un pas vers le souverain. Il tressaillit et elle eut un petit rire noir.

“Ce n’est pas à nous de prendre ta vie aujourd’hui, ô grand souverain”. Sa main s’élança et saisit l’une de ses cornes. “Bien que nous ne soyons pas obligés de te rendre en un seul morceau, si tu penses à nous défier davantage.”

Des éclairs noirs crépitèrent de son poing pour danser le long de la corne et se planter dans le crâne d’Oludari. Il gémit, ses yeux se révulsèrent dans sa tête et il s’affaissa sur le sol, inconscient.

La Wraith s’est moquée et s’est détournée, ses yeux d’un rouge profond, si sombres qu’ils étaient presque noirs, ont fouillé le village et se sont posés sur Seris, Cylrit et moi. Elle s’est mise à marcher vers nous, d’un pas aussi décontracté que si elle se promenait sur le boulevard central de la ville de Cargidan.

Le Wraith à la hache qui avait détruit le tempus warp est arrivé derrière elle et a attrapé l’asura, le jetant par-dessus une épaule. Les deux autres se sont placés à ses côtés, et je les ai vus pour la première fois. Il manquait un bras à l’un d’eux et la moitié de son visage était fissurée, noircie et en sang. L’autre avait des larmes de sang qui coulaient de ses yeux et une expression vide sur son visage autrement robuste.

Au moins, Oludari ne s’est pas laissé abattre sans combattre, pensai-je vaguement, reconnaissant immédiatement à quel point il était étrange de se retrouver du côté du souverain, compte tenu des circonstances.

“Seris la Sans-Sang (the Unblooded). Les serviteurs Cylrit et Lyra.” Elle sourit, révélant des canines allongées, puis jeta un coup d’œil aux ruines fumantes du village. “C’est intéressant.”

Cylrit pointa sa lame sur le Wraith, son intention se pressant vers l’extérieur pour ajouter du poids à ses paroles, alors qu’il disait : ” Retourne à tes ombres, fantôme. Le fait que nous respirions encore me dit que ton maître ne t’a pas ordonné de mordre, mais seulement de montrer tes dents.”

Son sourire se durcit en quelque chose de plus dangereux tandis qu’elle passait sa langue sur une canine saillante. “Tu as raison, même si je ne me fierais pas à ma laisse si tu continues à aboyer, petit. La déception du Haut Souverain serait au mieux… légère si je revenais avec vos têtes fièrement montées sur les cornes du Souverain.”

“Perhata, arrête de jouer avec ta nourriture”, hurla le wraith au visage de hache. “Nous avons ce que nous sommes venus chercher, et les autres ont besoin d’être soignés.”

“Ce n’est qu’un bras”, grommela le Wraith brûlé en regardant son côté détruit. “Je pourrais encore me débarrasser de ces trois traîtres si…”

La femme, Perhata, leva une main, et les autres se turent. “La victoire a été arrachée des mâchoires de la défaite, en quelque sorte. Nous n’avions même pas entendu parler de la fuite d’Oludari d’Alacrya lorsque nous avons senti qu’il se baladait dans la Clairière des Bêtes. D’ailleurs, si votre ami dicathien, la Lance, n’avait pas interrompu notre travail précédent, nous ne serions peut-être pas arrivés ici à temps.” Son sourire s’est encore aiguisé, comme un coup de poignard sur son visage. “Vraiment, sans la Lance – Arthur Leywin – quelques dragons seraient morts, mais beaucoup plus d’Alacryens seraient en vie.”

Je me moque. “Si vous n’avez pas l’intention de nous tuer, alors vous feriez mieux de partir. Après tout, vous ne voulez pas risquer d’affronter Arthur, n’est-ce pas ?”

Seris m’a lancé un regard d’avertissement, mais mon sang brûlait trop pour que je me sente châtié. “Je reconnais votre nom, Wraith. Même Cadell l’a prononcé avec une pointe de crainte. Nommé parmi les sans noms et sans visages… vous devez vraiment être une terreur sur le champ de bataille. Et pourtant, je remarque que vous n’êtes que quatre – enfin, trois et demi. J’ai toujours pensé qu’il devait y avoir cinq Wraiths par groupe de combat ? Même vous, vous ne pourriez pas vous défendre contre Godspell ?”

Le type au visage de hache fit quelques pas agressifs vers l’avant. “Ce que tu as toujours pensé vaut moins que le chiffon avec lequel je me nettoie le cul, espèce d’ordure”.

Une fois de plus, Perhata fit un geste pour que le silence se fasse. Elle inclina légèrement la tête en regardant Seris. Lorsqu’une mèche de cheveux noirs tomba, elle la replaça à nouveau derrière ses cornes. ” Aujourd’hui, vous bénéficiez d’un répit. Ces soldats appartiennent toujours à Agrona, et vous êtes leurs généraux. Bientôt, on aura de nouveau besoin d’eux. Il n’est plus temps de jouer au fermier et au gouverneur de l’arrière-pays. Quand Agrona en donnera l’ordre, vous et vos forces marcherez. Ils se battront pour lui, car s’ils ne le font pas, Agrona brûlera les noyaux de chaque membre de tout sang traître de chaque côté du grand océan.”

Elle s’avança jusqu’à ce que la lame de Cylrit s’enfonce dans son sternum. Sa seule présence suffisait à faire trembler mes genoux.

Ses yeux se posèrent sur ceux de Seris. “Personnellement, j’espère que tu le défieras. Je supplierai pour être celle qui reviendra ici et arrachera le noyau de ta poitrine, Sans-Sang, car tu n’es plus que l’ombre de ce que tu étais autrefois. Mais en réalité, nous savons tous que tu ne le feras pas. Tu ne peux pas. Quand Agrona en donnera l’ordre, tu répondras. C’est la seule solution.” Avec désinvolture, elle tendit le bras et enroula son poing autour de l’épée de Cylrit. D’une torsion subtile, la lame se brisa.

Cylrit sursauta et laissa tomber la poignée sur les cendres durcies, fixant sa main tremblante avec incrédulité.

” Bientôt “, répéta Perhata, qui fit quelques pas en arrière avant de tourner sur elle-même et de faire signe aux autres Wraiths.

Ils s’envolèrent tous les quatre dans les airs et filèrent vers le nord au-dessus du terrain vague, disparaissant en quelques secondes. La pression de leur mana, cependant, dura bien plus longtemps, et lorsqu’elle s’estompa, il y eut le vide qu’elle laissa derrière elle.

Seris s’affaissa et Cylrit se dépêcha de la laisser tomber doucement sur le sol. Ses yeux étaient fermés, sa respiration difficile.

Les yeux de Cylrit rencontrèrent les miens. ” Va, dis à Arthur ce qui s’est passé. Je vais…”

La main de Seris s’est levée, réduisant Cylrit au silence alors qu’il s’agenouillait à côté d’elle. Elle l’ouvrit, révélant un disque d’environ un pouce et demi de diamètre. Il était de couleur jaune-blanc et une rune y avait été gravée. D’après la couleur brun-rouge rouille de la rune, elle était encrée dans du sang.

” Donne ça… à Arthur “, dit Seris, la voix enrouée par la fatigue.

J’ai pris le disque de sa main avec précaution, me souvenant de l’expression douloureuse de Seris quand Oludari a serré sa main dans la sienne. Je savais maintenant qu’il lui avait donné cela.

Debout, je me suis détournée de Seris et de Cylrit, mais j’ai failli marcher sur Seth Milview, qui commençait à peine à s’agiter. Les ondes ont vibré entre nous lorsque j’ai envoyé une impulsion de mana sonique, et il s’est réveillé en sursaut.

J’ai levé une main, prévenant toute tentative de sa part de parler. “Seth. Les gens ici ont besoin d’aide. Tous ceux qui en sont capables. Beaucoup ont fui dans les étendues sauvages ou vers les campements voisins. Certains sont allés dans la forêt. Rassemble ceux que tu peux et ramène-les pour nettoyer le village.”

Ses yeux dilatés se sont rétrécis tandis qu’il s’efforçait de comprendre. J’ai répondu par une deuxième impulsion de vibration, et il a glapi et s’est levé d’un bond.

“C’est important, Seth. Peux-tu le faire ?”

Déglutissant visiblement, il a acquiescé.

J’ai tendu la main et fixé ses lunettes, qui pendaient à moitié sur son visage. “Bien.”

Mes pieds quittèrent le sol tandis que le mana me soulevait dans les airs, et en quelques secondes, je traversais moi aussi la Clairière des Bêtes dans une course effrénée vers le portail de téléportation le plus proche, les mots du Wraith résonnant encore dans ma tête.

“Quand Agrona en donnera l’ordre, vous y répondrez.”


Commentaire

5 6 votes
Note
S’abonner
Notification pour
14 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Berkay Sert
8 mois il y a

Alors tout d’abord merci pour la traduction
Quel chapitre de dingue , comme je le pensais argona envoie c’est wraith sur les souverain. Les wraith sont très intéressant surtout la chef de cette équipe . Qui mentionné un détail comme quoi il détruisent les noyau de mana des traître
Comme Arthur avait détruit celui de nico . Les souverain qui refuse l’ordre de don de noyau d’argona son attaqué

Petite théorie : je pense que argona récupère un maximum de noyau de mana des souverain pour une utilisation encore inconnue
Peut-être pour fabriquer une arme ou renforcer les pouvoirs de Cécilia plus tard

Nous savons que argona étudie depuis longtemps les noyau des asura ( rip:silvia) dont les noyau étaient dans le sous-sol de son château quand Nico c’était réveille
Peut être que il a fait une découverte qui le rend très confiant dans sa guerre contre les dragon au point où il détruit c’est alliés pour leur voler leur force

Berkay Sert
8 mois il y a
Répondre à  ych

Merci pour l’info j’avais oublié ce passage
Je suis vraiment impatient d’avoir la suite comme tout le monde

Berkay Sert
8 mois il y a

Les wraith sont très puissants
Je me demande combien d’équipe y’a t’il .ou et comment son til formé vue que beaucoup prennent leurs existence pour des légende et n’y croient pas

Mycka Icarima
8 mois il y a

Encore un chapitre incroyable. Cependant, à moins que j’ai mal compris quelque chose, ils sont ou les dragons ? Je pensais qu’ils devaient défendre Dicathen contre toute attaque exterieur.

Berkay Sert
8 mois il y a
Répondre à  Mycka Icarima

En bleu c’est la ou il y a les dragon et Arthur
En rouge elenoir détruit ( je ne sais pas à quel point la destruction et profond donc à prendre avec des pincettes)
En jaune c’est à peu prés la ou il sont si j’ai bien compris
Moi aussi je trouve bizarre que les dragons ne soient pas venus. Peut-être Arthur après avoir battu le wraith la emmener au dragons pour une réunion ?
Car il avait réussi à détecter Arthur Sylvie chul et l’autre asura quand il avait quitté le refuge des Phoenix qui étaient si je me souviens bien dans la clairière des bêtes

Detailed_Dicathen_Map.jpg
Gamer du 92
8 mois il y a

Des théories sur l’objet que Seris a donné à Lyra ? J’ai loupé un truc ou on sait juste pas ce que c’est ?

Berkay Sert
8 mois il y a
Répondre à  ych

Imagine c’est la 3 ème clee de voûte ou une autre reliques. Si oludari veut acheter sa sécurité peut être qu’il comptais payer avec un objet ( moi non plus je ne crois pas à ce que je viens de dire mais on se rapproche de plus en plus de la fin Arthur va vraiment s’absenter encore des semaines? alors que on a bien vue que argona a de quoi frapper sans être vue

SØZ ŌX
1 mois il y a

Chapitre de fou encore une fois

error: Le contenu est protégé !
14
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser