the beginning after the end Chapitre 451

Une vue impossible

Traducteur: Ych
—————

LYRA DREIDE

J’ai fait une pause dans ma course d’une tâche à l’autre, aspirant une respiration profonde et fortifiante.

Le soleil était suspendu au-dessus des montagnes à l’ouest, ses derniers rayons encore chauds. La brise quasi constante qui soufflait sur le terrain vague s’était calmée, atténuant le fin nuage de cendres qui flottait toujours dans l’air. C’était une journée parfaitement agréable, et pourtant, j’avais presque du mal à me détendre, l’effort se heurtant à l’envie de mon corps de continuer à cocher les éléments de ma liste aussi vite que possible.

Mes fonctions m’avaient entraînée d’une urgence mineure à l’autre pendant deux jours d’affilée, et je n’avais pas eu le moindre répit depuis ce qui me semblait être des heures. Fermant les yeux, je tournai mon visage vers le soleil, laissant sa chaleur toucher mon visage. Un frisson m’a parcouru… la tension accumulée cherchait à se libérer.

J’ai senti mes lèvres se courber en un sourire.

C’est ça… c’est ça, être un leader. C’est ce que j’aurais pu faire toute ma vie, si seulement j’avais su…

Être admiré, respecté, et même – oserais-je dire – aimé… c’était addictif, encore plus que l’ascension constante vers le pouvoir et l’autorité ne l’avait été auparavant.

Regarder Seris travailler, travailler à ses côtés pour aider nos gens à accepter leur nouvelle vie, me satisfaisait d’une manière que je n’avais jamais comprise auparavant. Cela m’a donné de l’espoir. Cela m’a aussi, peut-être plus que tout autre chose, rendu heureuse qu’Arthur Leywin ne m’ait pas tuée à Etistin. Au début, je n’ai pas pu m’empêcher de douter de moi, mais maintenant…

Il était clair que j’avais pris la bonne décision.

Alors que je laissais le soleil embrasser ma peau, j’ai senti des yeux me brûler le dos.

En ouvrant les yeux, je me suis retournée lentement et j’ai cherché l’observateur. Il n’était pas difficile à repérer : un garçon maigre à lunettes était assis sur le bord d’un lit de ferme et regardait attentivement ses genoux.

Lentement, il a essayé de jeter un coup d’œil furtif vers le haut, m’a surpris en train de le regarder, est devenu rouge et a fixé le sol avec insistance.

Piquée par la curiosité, je me suis mise à marcher dans la direction du garçon, sans me presser, alors que je n’en avais pas l’habitude. Je me sentais un peu mal en le voyant commencer à paniquer, craignant probablement une réprimande ou pire. Il faisait partie des nouveaux arrivants, mais je ne le connaissais pas et je ne savais pas à quel sang il appartenait. Au vu de la tension avec laquelle il se tenait et du fait qu’il était isolé alors que tous les autres travaillaient dur, je soupçonnais qu’il était seul ici, peut-être même un résident de classe inférieure du deuxième niveau des Relictombs qui s’était faufilé pendant l’exode de Seris.

Je me suis placé devant lui, les bras croisés, les lèvres légèrement pincées. “Je t’ai fait du tort, mon garçon ?” J’ai demandé. “Tu me regardes comme si tu avais fait le serment de te venger de moi”. En inclinant légèrement la tête, j’ai ajouté : “Compte tenu de tout ce qui s’est passé, je suppose que c’est possible.”

Il tressaillit, me regarda brièvement, détourna le regard, puis regarda à nouveau avant de replier ses jambes contre sa poitrine, semblant se recroqueviller.

Je me suis détendue, adoucissant mon expression et ma position. “Sois tranquille, mon enfant. Je voulais seulement te faire passer un peu de bonne humeur. Pourquoi ne pas recommencer ? Je suis sûre que tu connais déjà mon nom, mais je m’appelle Lyra. Qui es-tu ?”

Il se mordilla l’intérieur de la lèvre, l’engrenage de ses pensées visible dans ses yeux, puis se leva enfin d’un bond et s’inclina. “Je suis désolée, Serviteur Lyra de Haut Sang Dreide. Je ne voulais pas te dévisager. J’ai juste…” Il déglutit lourdement. “Je suis Seth de Haut Sang Milview.”

Milview…Milview ? J’ai fait tourner le nom dans tous les sens, cherchant un lien avec lui. J’étais légèrement surprise de l’entendre se nommer haut-sang, mais moins d’apprendre que je ne connaissais rien à ce nom.

“Où est le reste de ton sang alors ?” J’ai demandé, désireuse de m’assurer que les sangs n’étaient pas séparés au fur et à mesure qu’ils étaient relogés loin de la petite colonie où ils étaient arrivés, qui ne pouvait pas tous les supporter.

Le visage du garçon s’est affaissé, et j’ai compris la vérité. “Tu es tout seul, alors ?” demandai-je. “Ton sang a été perdu pendant la guerre ?”

Il a hoché la tête, d’un très léger mouvement nerveux, puis s’est affaissé sur la bordure en bois du lit de ferme surélevé. “Ils ont tous été tués… ici.” Il fit un signe de la main vers les terres de cendres au-delà du petit village. ” Un sang récemment élevé… à cause de quelque chose que ma sœur a fait pendant la guerre. Et puis on les a éliminés, juste comme ça.”

Je me suis assise à côté de lui, considérant mes mots avec attention. “Tu n’as jamais eu l’impression d’être un haut-sang, n’est-ce pas ?”

Il a secoué la tête. “Pas vraiment. Les autres à l’académie… eh bien, ils ne me traitaient pas comme leur égal. Jusqu’à ce que…” Il déglutit lourdement. “Jusqu’à ce que le professeur Grey… Arthur.”

“Ah”, dis-je en me remémorant le peu que j’avais appris sur l’époque où Arthur Leywin était caché à Alacrya. “Tu es donc l’un de ses élèves. C’est pour cela que tu es venu à Dicathen ? Pour suivre ton mentor ?”

“Non !” dit-il, trop rapidement. Blêmissant, il m’a jeté un coup d’œil du coin de l’œil. “Je veux dire que je n’avais nulle part ailleurs où aller. La Faux Seris voulait en savoir plus sur mes effusions, moi et mon amie, et je me suis dit que peut-être, ici au moins, je pourrais faire… quelque chose ?” Il haussa les épaules d’un air plutôt impuissant. “Je ne pensais pas pouvoir retourner chez les gens de mon sang ou à l’académie. Pas après tout ce qui s’est passé.”

J’ai serré mes lèvres en un sourire crispé, sans rien dire d’autre. De toute évidence, le garçon avait besoin de parler, et j’étais prête à le laisser faire. Du moins, avec le peu de temps qu’il me restait.

Il s’est remis à sautiller et s’est éloigné de quelques pas, faisant face au terrain vague gris au nord. “Pourquoi Circé a-t-elle dû mourir juste pour… ça ? ” demanda-t-il. “Elle est morte en traçant un chemin, c’est ce qu’on nous a dit. Mais regarde maintenant. Elle est morte pour rien.”

Milview…

Le nom s’est imposé dans mon esprit, me rappelant un rapport reçu il y a des années. Un grand nombre de Sentinelles avaient été chargées de tracer un chemin à travers les forêts enchantées des elfes, et c’est une jeune et talentueuse Sentinelle nommée Circé du Sang nommé Milview qui avait finalement réussi là où ses pairs avaient échoué.

“Beaucoup sont morts inutilement dans cette guerre”, ai-je dit, toujours assise. “Les asuras ne font pas attention aux vies des inférieurs. Mais, peut-être…” J’ai fait une pause, laissant les mots en suspens. “Peut-être que leurs morts ne sont pas inutiles si elles nous montrent que le monde doit changer. S’ils nous motivent à effectuer ce changement. Cela me semble être une cause plus digne d’être défendue.”

Le garçon ne répondit pas, et mon attention fut attirée par une silhouette qui s’approchait. Les larges épaules et le cuir chevelu rasé d’Anvald du sang nommé Torpor sautaient aux yeux, même de loin.

Je me levai et m’étirai, sentant que mon bref sursis touchait à sa fin. “J’aurais besoin de l’aide d’un jeune mage motivé”, dis-je en posant légèrement la main sur l’épaule du garçon. “Si tu es d’accord. Et je suis sûre que nous pourrons trouver du temps pour que tu continues à aider Seris dans ses recherches également.”

Il me fixa du regard, les yeux grands ouverts et humides. Se raclant la gorge, il retira ses lunettes et essuya le revers de son bras sur son visage. “Euh, d’accord”, dit-il en replaçant maladroitement les verres épais sur ses yeux.

Anvald s’arrêta à quelques mètres de lui, l’air sombre. “Lady Seris a demandé ta présence, Lyra.”

Je n’ai pas pris la peine de demander de quoi il s’agissait. Le fait que Seris me demande signifie qu’il s’agit d’un conflit entre les nouveaux arrivants et les soldats alacryens que le régent Leywin a envoyés dans les Terres d’Elenoir.

” Viens donc, assistant “, dis-je, avec un peu de désinvolture. Bien que je ne me sois pas retourné, j’ai entendu les pas haletants de Seth derrière moi. “Qu’est-ce qu’il y a encore, Anvald ? Une nouvelle construction qui interrompt la vue d’un ancien haut-sang sur les interminables étendues cendrées ?”

Anvald ricane. “Ah, il vaut mieux que je ne colore pas ton point de vue sur la question.”

Curieuse, je suivis donc L’ascendeur en silence jusqu’à ce que nous atteignions la porte ouverte de la salle de réunion du village, un petit bâtiment hâtivement construit que nous avions laissé vide pour les réunions et autres, simplement pour donner une ambiance un peu plus officielle.

Anvald s’est écarté et m’a fait signe d’entrer. Il me fallut un moment pour m’habituer à la faible luminosité, mais je commençai à distinguer ce qui ressemblait à une longue dispute.

“Le sang Vassere n’a pas le droit de revendiquer l’autorité sur les soldats du sang Ainsworth”, disait la voix forte d’un homme d’un certain âge. “Nous n’en avons plus beaucoup. Je ne veux pas qu’ils soient affectés à d’autres tâches alors qu’ils devraient me protéger, moi, ma femme et mon héritier, vous comprenez ? Après tout ce que nous avons fait pour ce mouvement, tout ce que nous avons sacrifié, on nous demande maintenant de plier le genou devant ce… ce…”

Je plissai légèrement les yeux, et mon regard s’ajusta suffisamment pour voir Baldur Vassere essayer et échouer à ne pas rouler des yeux. “Je ne suis pas-ugh, sûrement, Faux Seris, tu peux voir que j’essaie seulement de-“.

“Encore une fois, je tiens à rappeler à tous que le statut de sang n’a aucune importance dans cette nouvelle nation des Alacryans”, interrompit Corbett de Haut sang Denoir.

Non, juste Corbett Denoir, me suis-je rappelé, cette pensée étant renforcée par les propres mots de l’homme.

” Depuis deux jours, nous sommes tous d’accord pour avancer d’égal à égal “, termina-t-il.

Je me suis placé sur le flanc de Baldur, avec qui j’avais travaillé en étroite collaboration depuis la création de cette prison devenue refuge pour les soldats alacryens. Arthur lui-même avait chargé Baldur de rassembler les premiers Alacryens des armées autour de Blackbend et de les guider dans les terres désolées.

Seth est resté près de la porte sans suivre.

Les sourcils de Seris se sont légèrement relevés alors qu’elle s’adressait à mon arrivée. “Certains de ceux qui sont venus avec moi ont remis en question le leadership de Baldur Vassere, Lyra. Je crois qu’Ector a suggéré qu’un ‘cousin de second rang d’un haut sang de second rang’ n’avait pas le droit de donner des ordres à des hauts sangs aussi puissants que Frost et Ainsworth. Il me semble que c’est peut-être exactement le bon moment pour voir la preuve de ce nouveau concept sociétal qui est le nôtre… un concept dans lequel la “pureté” du sang, telle qu’elle est déterminée par les Vritra, n’est pas en fait le critère ultime de la valeur d’une personne.”

J’ai hoché la tête en signe de compréhension. “Les dirigeants de cette société doivent être des personnes qui ont gagné le droit par l’action, que leurs pairs considèrent volontiers comme des dirigeants, avec acceptation, espoir et, surtout, confiance. Baldur Vassere a été ce leader ici. C’est lui qui a jeté les bases des premiers campements, rassemblant les restes vaincus, découragés et furieux de l’armée alacryenne et les empêchant d’imploser assez longtemps pour former un pipeline pour la nourriture et l’eau, ainsi que pour construire une poignée de structures délabrées pour empêcher le soleil de les brûler.”

J’ai croisé le regard de ceux qui m’entouraient à tour de rôle : Ector Ainsworth, Lars Isenhaert, Corbett Denoir, un mage du nom d’Udon Plainsrunner qui travaillait en étroite collaboration avec Baldur, et Baldur lui-même, qui s’est retourné pour m’adresser un faible sourire.

“Pendant toute votre vie, vous avez brandi des boucliers d’inquiétude et de paranoïa, considérant les implications de la moindre interaction avec d’autres hauts sangs alors que vous luttiez pour faire de la place pour vous-mêmes et vos sangs – vos familles – au milieu de la frénésie alimentaire sans fin qu’était la politique d’Alacrya.

“Il est temps de déposer ces boucliers, messieurs. Vous n’êtes plus en train de vous battre pour une position parmi vos pairs, mais vous travaillez pour assurer notre survie collective”, ai-je terminé.

J’ai jeté un coup d’œil à Seris pour jauger sa réaction, un mouvement réflexe que je ne pouvais pas empêcher malgré le message que je venais de délivrer aux autres. Il nous faudrait à tous plus de quelques jours pour mettre de côté toute une vie de hiérarchie.

Ector Ainsworth croisa les bras et détourna le regard. Lars semblait s’inspirer d’Ector, tandis que Corbett Denoir avait l’air à la fois impatient et profondément fatigué. Udon et Baldur, deux soldats qui n’étaient pas habitués à ce genre de politique, traînèrent des pieds, mal à l’aise.

“Nous pourrions peut-être mener cette conversation dans le village”, suggérai-je en me dirigeant vers l’embrasure de la porte. Je fis signe à Seth de passer devant moi. “Il y a d’autres personnes que j’aimerais vous présenter, des leaders parmi les gens d’ici. Non pas en vertu de leur statut militaire ou de leur lignée, mais grâce à leur travail acharné, leur talent et leur sacrifice.”

Bien que la tension soit encore manifeste, surtout de la part d’Ector, ils nous ont tous suivis, Seth et moi, au soleil.

“Nos mages dotés de runes de type affinité avec la terre ont été d’une valeur inestimable”, dis-je en faisant un geste vers le bâtiment que nous venions de quitter. “De même que la poignée de mages dans les terres désolées qui avaient déjà de l’expérience dans la construction et la conjuration de bâtiments. Vous ne le reconnaissez peut-être pas maintenant, mais le simple fait de construire quelques maisons a été tout à fait essentiel à notre réussite ici, et nous devons beaucoup à ceux qui ont joué un rôle déterminant dans ce processus.”

Ector, Lars et Corbett examinèrent la structure sans enthousiasme, visiblement peu captivés par l’explication. Je devais admettre que le simple bâtiment carré, formé de briques grises fabriquées à partir du frêne, soutenu par des madriers provenant de la Clairière des Bêtes, et couvert de tuiles ondulées et imbriquées d’argile incolore ne donnait pas une image idyllique, surtout pour ceux qui venaient d’immenses manoirs conçus par les meilleurs architectes et Imbuers d’Alacrya, mais la fonction, dans ce cas, était plusieurs fois plus importante que la forme. En fin de compte, j’espérais seulement qu’ils verraient le but des structures et l’importance des personnes qui se trouvaient derrière elles.

Après leur avoir laissé un moment pour examiner le bâtiment, je les ai conduits vers une parcelle de terre agricole toute proche, leur présentant le frère d’Udon, Idir, un soldat précédemment en poste à Xyrus qui était maintenant l’un de nos plus compétents cultivateurs de terre fertile apportée de la Clairière des Bêtes.

“Une armée entière à notre disposition, et pourtant nous souffrons d’un manque de bâtisseurs et d’agriculteurs”, murmure Lars à Ector.

“Au contraire,” répliquai-je, “nous avons plus qu’assez des deux. Ils ne manquent que d’entraînement et de pratique. Heureusement, il y en a beaucoup pour tous ceux qui veulent s’essayer à quelque chose de nouveau.”

Lars se traîna mal à l’aise et se racla la gorge, mais il n’avait apparemment rien d’autre à dire.

C’est lorsque nous nous sommes détournés de la parcelle de terre agricole que quelque chose a changé dans l’air.

Seris l’a senti en premier et a tourné la tête vers le sud. Cylrit, qui l’accompagnait comme une ombre, s’est rapidement mis en position de défense devant elle. J’ai suivi la ligne de leurs regards sérieux jusqu’aux arbres de la Clairière des Bêtes. Un instant plus tard, j’ai été atteint à mon tour.

Une signature de mana extrêmement puissante, accompagnée d’une intention désespérément écrasante, se précipitait vers nous, survolant l’enchevêtrement sauvage de la forêt et se renforçant d’instant en instant.

Une onde a traversé les mages rassemblés, effaçant toute pensée de la conversation que nous avions eue. Mais nous n’étions pas les seuls à être présents. Idir et trois autres personnes s’occupaient des terres agricoles tandis que des dizaines d’Alacryens se promenaient, certains transportant du bois pour de nouvelles constructions, d’autres des seaux d’eau, d’autres encore flânant, ne sachant pas trop quoi faire. Non loin de là, une poignée d’enfants étaient assis avec une fille aux courts cheveux dorés qui leur enseignait la magie.

Ils l’ont tous ressentie.

À côté de moi, Seth Milview a attrapé ma manche, ses mains tremblant.

Alors que la pression augmentait, certains ne purent s’empêcher de reculer, chancelant sous le poids même à cette distance. D’autres, ce qui m’inquiétait de voir, se précipitèrent vers la signature, la mâchoire pendante et le visage empreint d’attentes, presque empreint de révérence. Pleins d’espoir.

Imbéciles, pensai-je distraitement, ma propre voix intérieure étant distante et silencieuse, comme si mon esprit s’était déjà éloigné de la puissance qui s’approchait.

Seris entra en action, prenant le commandement et donnant des ordres. “Ainsworth, Denoir, commencez à rassembler les sangs. Veillez à ce que les gens restent ensemble, maintenez l’ordre, ne laissez pas une panique balayer notre nombre. Ceux qui se préparent déjà à quitter le village, faites-les bouger. Vassere, organise une retraite dans les terres désolées. Quiconque reste ici peut représenter un danger pour nous ou pour lui-même. Séparez le village à l’est et à l’ouest, vers les prochaines villes en ligne. Allez !”

Je fis quelques pas en avant, entraînant Seth avec moi tandis que je scrutais les arbres à la recherche de la source de la signature. ” Là-bas “, ai-je dit, même si c’était à peine un murmure.

Une créature ailée, massive et noire comme le ciel nocturne, est apparue, survolant les arbres en contrebas. En quelques secondes, elle tournoyait au-dessus de nous, un cri rauque s’échappant de son énorme gueule.

Mon esprit s’emballe. Un Vritra, dans son état complètement transformé…

Voir un basilic voler dans le ciel de Dicathen… je n’avais jamais vu une telle chose en Alacrya de mon vivant. En voir un ici, maintenant… c’était le comble de l’impossibilité.

Tout ce que je pouvais penser, c’est que l’évasion de Seris des Relictombs avait finalement incité Agrona à prendre des mesures extrêmes et à mettre fin à notre jeune nation de soldats et de rebelles.

Avec la soudaineté d’une pierre de catapulte qui tombe, le basilic descendit, atterrissant à moitié dans l’un des lits de la ferme, ses pattes griffues martelant le sol, arrachant les récoltes et envoyant les fermiers s’étaler, leurs cris se perdant presque dans le bruit des énormes ailes battant l’air chaud de la fin de l’après-midi.

Seth a trébuché et est tombé à la renverse, mais je n’ai pas pu détacher mon regard du basilic qui se trouvait devant moi.

Malgré ma peur, c’était vraiment un spectacle à voir.

Son corps était une longue et serpentine enchevêtrement de plaques d’écailles d’un noir de jais, garni d’épines depuis l’extrémité de sa queue fouettante jusqu’à la base de son épais cou. Six puissantes pattes émergeaient de ce long corps, chacune se terminant par une griffe pointue telle une faux, et quatre ailes minces et membraneuses poussaient au-dessus des membres antérieurs, maintenant enroulées autour du corps tordu du basilic comme un bouclier protecteur.

La tête reptilienne se balançait de gauche à droite, lançant des regards menaçants sur le village. Sa gueule s’ouvrait et se refermait, révélant le vide sombre de sa gorge, le claquement qui l’accompagnait déchirant l’air comme le bris d’une pierre. L’odeur de viande crue et de soufre me donnant des frissons dans l’estomac.

Sa queue se déplaçait d’avant en arrière, faisant éclater un arbre desséché et passant au-dessus de la tête des enfants paralysés.

Ses yeux rouges flamboyants, quatre de chaque côté du visage allongé, fouillaient chaque personne présente.

Comme s’il décidait lequel d’entre nous il dévorerait en premier, ne pouvais-je m’empêcher de penser.

Mais l’aura du basilic était frénétique et punitive, nous frappant comme la marée montante un matin de tempête. Elle était incontrôlée et sauvage, non pas l’intention armée d’un être plus grand, mais une manifestation indomptée de… terreur abjecte ? C’était difficile à concevoir, surtout avec le poids qui m’écrasait sur place.

Les ordres de Seris n’avaient pas survécu à l’atterrissage soudain du basilic, et je ne pouvais plus faire la différence entre la révérence et l’horreur sur les visages de ceux qui m’entouraient. Tous étaient figés, chaque paire d’yeux verrouillée sur l’asura. Personne ne bougeait.

Personne à l’exception de Seris, qui s’avança, d’une manière ou d’une autre, sans se laisser abattre par la pression.

La tête reptilienne, assez grande pour avaler dix inférieurs d’un seul coup, s’est retournée, les huit yeux se concentrant sur elle. “Faux…” Sa voix ressemblait aux lames d’une scie déchirant du bois dur et au cisaillement du métal sous le vent d’un ouragan.

Même Seris ne parvint pas à dissimuler entièrement sa peur alors qu’elle faisait face au basilic, sa position trop rigide, son menton levé trop haut. “Souverain Oludari Vritra…”

J’ai senti mon estomac se serrer douloureusement. Pas n’importe quel basilic, mais le souverain de Truacia. Je l’avais déjà rencontré, mais je n’avais pas reconnu son mana sous cette forme. Mais ce n’est pas ce qui m’a fait me sentir au bord de la maladie.

Il n’y avait aucune raison pour qu’un souverain apparaisse à Dicathen. Le Haut Souverain n’aurait pas envoyé Oludari pour nous éteindre, et Oludari n’aurait pas non plus décidé de se charger lui-même d’une telle tâche. Ce n’était tout simplement pas dans l’ordre des choses. Les souverains ne quittaient presque jamais leurs propres territoires. Ils étaient paranoïaques et possessifs, toujours vigilants et gardés. Oludari étant le dernier des souverains, il aurait dû prendre toutes les précautions nécessaires pour…

Le dernier des souverains… fuyant vers Dicathen…

Qu’est-ce que ça veut dire ? me demandai-je, en m’efforçant de garder le sens de la mesure.

Il commença à se transformer, se rétrécissant tandis que les puissantes pattes se transformaient en bras et en jambes, son corps serpentin se redressant pour prendre la forme d’un homme. Les ailes retombèrent derrière son dos courbé, se fondant dans les sombres robes de combat qui épousaient sa fine silhouette. Son visage pointu, à la mâchoire béante, s’aplatit jusqu’à ce que le visage pâle d’Oludari devienne reconnaissable, ses yeux rubis nous fixant, deux cornes spirales pointant vers le ciel au-dessus d’eux.

Oludari, lors des rares occasions où je l’avais vu en personne, avait toujours été impassible et concentré. Maintenant, il y avait une folie déchaînée dans ses yeux que je n’aurais jamais pu imaginer chez un asura, et son visage était tordu par une peur si palpable et inattendue qu’il était difficile de le regarder, car cela me donnait envie de m’enfuir dans les terres désolées et de ne jamais regarder en arrière.

Oludari bondit en avant, et je ne pus m’empêcher de reculer, incapable de garder mon calme.

Mes sens me quittèrent alors que je luttai pour comprendre ce que je voyais. À mes yeux, il semblait que le Souverain se jetait aux pieds de Seris, ses mains pâles et tremblantes agrippant les jambes de sa robe. Des mots balbutiés grattaient sa gorge et s’échappaient entre ses dents, mon esprit assemblant leur signification avec toute l’efficacité d’un œuf à la coque.

” Faux Seris… le dernier, je suis le dernier… il va me tuer aussi, je le sais ! Tu dois m’aider. S’échapper, retourner à Epheotus, mais je ne peux pas…le portail, la faille, je peux le sentir, mais je ne peux pas le trouver ! Tu dois m’aider, je… je l’ordonne ! S’il te plaît ?”


Commentaire

4.8 11 votes
Note
S’abonner
Notification pour
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Max Igo
9 mois il y a

Mais… mais… WFT cette fin… le souverain qui pleure dans les jupes à maman 🤣 !
Par contre, ça va peut être nous permettre d’enfin savoir qui a tué (et comment) l’autre souverain…
Même si nous avons peu de réponse ici, j’ai bien aimé voir un peu de politique interne aux réfugiés Alacryen… et la fin… voilà quoi 😁

Wyverne
9 mois il y a
Répondre à  Max Igo

mdrr je pensais que le chapitre allait être que sur la politique des réfugiés alacryen et là d’un coup y a un souverain qui spawn au calme xD

Mycka Icarima
9 mois il y a

Information annexe mais toujours sympa à avoir, maintenant on sait à quoi ressemble un Vritra : un gros serpent avec 4 ailes, 6 pattes et 8 yeux ils aiment le nombres eux

Berkay Sert
9 mois il y a

Je pense que argona entraîne ces wraith à ce battre contre des asura ,je ne vois pas qui pourrait tuer les souverain sinon, Cécilia peux pompée le mana des autre mais comme elle avait été gravement surpris quand Arthur était à côté du souverain morts l’autre fois .je ne pense pas que ce soit elle déjà que sa fait pas longtemps qu’elle a pris le corps de tess si elle et capable d’enchaîner des souverain au petit déjeuner sa serait pas logique

Berkay Sert
9 mois il y a

Merci beaucoup la trad ,
C’est pas trop le moment d’avoir un intrus sur continent. Sa va sans doute partir en bordel, Arthur vient juste de prévenir les dragons que il allait y avoir une attaque. C’est dernière vue comme il son bête vont sûrement mal comprendre pourquoi un basilic vient de pop comme sa , peut être grosse bataille entre( dragons/ Basilic/series et les hauts sang/ les lance * que l’on a pas vue depuis longtemps/ Arthur) et les wraith profitant de cette évènement pour foudre encore plus le chaos

SØZ ŌX
1 mois il y a

Comment il a perdu tout sont Charisme d’un coup 🤣🤣

error: Le contenu est protégé !
8
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser