the beginning after the end Chapitre 433

Respect et salutations

Traducteur: Ych
———

Le bourdonnement du vaisseau volant alimenté par le mana et filant dans les airs fournissait un statique ambiant apaisant alors que je m’asseyais au pied du lit de la cabine où Sylvie était allongée. À l’extérieur, la pression émanant des deux dragons restants était un rappel constant de leur présence. La troisième était partie après une brève conversation avec les autres, et je ne pouvais que supposer qu’elle faisait son rapport soit à Windsom, soit directement à Kezess lui-même.

“Tu n’as pas besoin de t’inquiéter pour moi”, dit Sylvie en se déplaçant alors qu’elle essayait, en vain, de se mettre à l’aise sur le lit de pierre. “J’ai juste besoin de plus de temps pour me remettre d’avoir été ramenée à la vie. Ces vagues de fatigue et d’inconfort… je suis sûre qu’elles passeront. Mon corps et mon esprit ont besoin de récupérer et d’assimiler, c’est tout.”

“Sylvie…” J’ai commencé, puis je me suis interrompue, ne sachant pas trop comment demander ce dont j’avais besoin. “Je continue à voir des choses, des flashs de mémoire de nos esprits liés, de ma vie, de la vie de Grey. Mais ce que je vois n’a pas de sens, parce que ce ne sont pas mes souvenirs, même si ce sont des choses qui me sont arrivées. Comment…”

Je pensais avoir accepté cette histoire de réincarnation il y a des années. Mais chaque fois que j’apprenais une nouvelle information sur la façon dont j’étais venu dans ce monde, cela compliquait encore ma compréhension.

“Je ne pense pas pouvoir t’expliquer avec des mots”, dit Sylvie en se redressant sur ses coudes. “Mais je peux te laisser entrer. J’ai déjà du mal à me raccrocher à ces souvenirs. Seule une partie de moi était là, entraînée à travers le temps et l’espace par l’effondrement du portail que tu avais déchiré dans notre univers, tandis que le reste de moi t’a suivi dans les Relictombs et est devenu cet… œuf de pierre.”

Je ne voulais pas lui causer de tensions inutiles, mais le désir de comprendre ce qui se passait l’emportait sur ma peur, et même sur mon empathie. “Si tu penses être assez forte.”

Mon lien a souri, a fermé les yeux et s’est allongé. Ouvre-moi complètement ton esprit.

J’ai fait ce qu’elle m’a demandé.

Je revivais encore une fois ces derniers moments, je la voyais se sacrifier pour moi à travers ses propres yeux, puis l’énergie diffuse de son être a été arrachée. Les souvenirs étaient troubles et déformés, mais je reconnaissais ma propre vie antérieure qui se déroulait devant moi, et je la voyais du point de vue de Sylvie, qui était restée à mes côtés pendant tout ce temps, jusqu’à ce que…

C’était difficile à comprendre.

“Nico pensait que le sort avait mal tourné. Qu’Agrona avait fait un mauvais calcul, m’amenant au mauvais endroit au mauvais moment, mais… c’était toi. Tu as interrompu son sort… tu as fait de moi un Leywin.”

Je me suis levé, frottant mes mains sur mon visage alors que je m’efforçais de donner un sens à ce que j’avais vu. Mais parmi les dizaines de questions que je me posais, une en particulier s’est imposée, et je l’ai posée presque sans en avoir l’intention. ” Le nourrisson… l’ai-je tué quand j’ai pris le corps ? Le… fils d’Alice ?”

Les bras de Sylvie étaient enroulés autour de son torse, et elle frissonnait légèrement. Le lien mental entre nous s’est refermé et elle s’est recroquevillée sur elle-même, enroulant ses bras autour de ses genoux. “Non, Arthur. Il n’y avait pas d’autre âme là-bas. Le corps… je pense que tu étais destiné à l’avoir.”

Je me suis déplacé pour m’asseoir à côté d’elle et j’ai frotté son bras pour la réchauffer. D’après le souvenir, cela n’avait pas été clair, et je n’étais pas sûr que Sylvie puisse vraiment le savoir, mais je n’ai pas insisté davantage. “Merci de m’avoir montré les souvenirs”.

Elle a acquiescé, sa fine charpente tremblant encore plus fort.

J’ai sorti une couverture de la réserve de ma rune dimensionnelle et je l’ai posée sur elle. Ne sachant que faire d’autre, je retournai au pied du lit.

Regis m’a envoyé un message depuis le pont du navire, où il surveillait nos dragons d’escorte avec Chul.

Il n’y a pas si longtemps, ma mère s’était demandé si j’étais vraiment son fils. Je ne m’étais jamais posé la question auparavant, mais maintenant que je savais que c’était Sylvie qui m’avait placé dans ce bébé, je ne pouvais m’empêcher de me demander ce que cela signifiait pour ma relation avec ma famille.

La question que j’avais posée à Sylvie n’était qu’une parmi d’autres, coincée dans mon cerveau comme un caillou logé dans un fer à cheval. D’autres réponses semblaient nécessaires pour comprendre pourquoi ma vie était devenue ce qu’elle était. Comment Sylvie aurait-elle pu savoir à quel bébé amener mon âme ?

Sachant qu’aucune réflexion personnelle n’apporterait de réponses aux questions que je me posais, j’ai fait de mon mieux pour ne pas y penser. Au lieu de cela, j’ai retiré la clé de voûte que j’avais reçue de la dernière ruine. Il s’était passé tellement de choses en si peu de temps – sans compter que près de deux mois s’étaient écoulés en un clin d’œil, bien sûr – que je n’avais pas pu accorder à la clé de voûte plus qu’une pensée passagère depuis que je l’avais ramenée des Relictombs.

Assis, les jambes croisées, je posai le petit cube sur mes genoux, examinant sa surface sombre et mate. Les deux clés de voûte précédentes, qui m’avaient aidé à mieux comprendre le Requiem d’Aroa et Realmheart respectivement, m’avaient fourni des énigmes difficiles et prolongées à résoudre. Bien que mon esprit soit troublé, j’ai ressenti une certaine excitation en me préparant à imprégner la relique cubique d’éther.

Mon excitation s’est atténuée quelques instants plus tard, lorsque je me suis retiré mentalement de la clé de voûte. Je l’ai regardée, frappé, puis j’ai tenté de l’imprégner d’éther une seconde fois. Ma conscience a été attirée à l’intérieur, comme pour les autres clés de voûte, puis… rien. Je suis simplement revenu à moi. Je n’arrivais pas du tout à atteindre le royaume intérieur de la clé de voûte.

En activant Realmheart, j’ai regardé le cube de pierre. Le mana et l’éther s’y accrochaient, mais ce seul fait ne révélait rien sur le fonctionnement interne de la clé de voûte et ne suggérait pas ce que je devais faire pour la faire fonctionner.

Ne voulant pas abandonner immédiatement, mais incroyablement frustré d’avoir échoué si rapidement, j’ai continué à essayer d’interagir avec la clé de voûte, en y poussant plus puis moins d’éther, en façonnant l’éther de manière spécifique et en utilisant l’éther pour manipuler le mana également, mais rien de ce que j’ai essayé ne m’a permis de progresser dans le royaume intérieur où, je l’espère, j’aurais pu découvrir une nouvelle godrune.

Me sentant vaincu, je rangeais finalement la relique lorsque Régis m’informa que nous avions traversé les montagnes et que nous survolions maintenant le désert. Rejoignant les autres sur le pont, j’ai regardé les dunes de sable et les rochers défiler à toute vitesse sous nos pieds.

Chul avait sorti son arme et se déplaçait lentement à travers une série de techniques de combat chorégraphiées. Ses yeux étaient fermés, mais il a dû sentir que je l’observais, car il m’a dit : “J’aurais préféré m’entraîner avec toi, mais Wren craignait à juste titre que la force de notre affrontement ne fasse voler en éclats sa construction conjurée.”

“Il y aura de vrais ennemis à combattre bien assez tôt”, ai-je dit distraitement.

Chul ricane. “Je n’ai pas l’intention de combattre les forces d’Agrona, mon frère vengeur. Je les briserai.”

Je secouai la tête, un léger sourire se dessinant sur mon visage. Ma tension s’est un peu relâchée et j’ai entamé une conversation à bâtons rompus avec Regis et Chul. Bien trop tôt, notre destination approcha, et ce qui nous attendait revint dans mes pensées.

J’indiquai à Wren une fissure dans le sol, l’une des nombreuses entrées en surface des tunnels nains entourant Vildorial, et nous commençâmes à descendre vers le sable. Sylvie était déjà debout quand je suis allé la chercher, et en quelques minutes, nous étions debout sur la pierre cuite au bord du petit ravin.

Les deux dragons ont également atterri et se sont transformés en formes humanoïdes. Le dragon vert est devenu un grand homme blond vêtu d’une armure sombre qui scintillait comme une émeraude lorsque la lumière l’attrapait sous un certain angle. La forme humanoïde du dragon rouge était plus courte et plus robuste. Ses cheveux et ses robes d’un noir de jais contrastaient fortement avec sa peau pâle, mais ses yeux ocre et sa mine renfrognée étaient les mêmes.

“Venez, le gardien Vajrakor vous attend”, dit l’asura blond avec raideur. Il prit la tête de la descente dans le ravin tandis que son congénère se plaçait à l’arrière de notre groupe.

Wren Kain congédia le vaisseau, le laissant se dissoudre et s’écouler comme du sable, puis suivit de près les talons du premier dragon.

“Ah, si seulement nous pouvions rester encore un peu sous le regard réchauffant du soleil avant de replonger sous la terre”, dit Chul, les yeux fermés et le visage tourné vers le soleil. Il affichait un large sourire.

Je n’ai rien dit, trop tendue pour faire la conversation.

À l’intérieur de l’entrée du tunnel, qui était cachée dans les ombres du ravin, nous avons été accueillis par un cadre de gardes. Les nains s’inclinèrent devant les dragons, faisant à peine attention à qui les accompagnait, et nous laissèrent passer sans problème.

Nous avons franchi plusieurs autres barricades sur la route de Vildorial. Après la troisième obstruction de ce type, où le dragon a offert un appel et une réponse rapides aux gardes avant qu’ils ne nous laissent passer, j’en ai parlé à notre guide.

“Le gardien a beaucoup fait pour accroître la sécurité de cette ville”, a-t-il expliqué alors que nous continuions à marcher rapidement. “Plusieurs des anciens tunnels ont été effondrés et de nombreux postes de garde supplémentaires ont été érigés, ainsi qu’un système de mots de passe pour s’assurer que les sympathisants et les espions alcalcryens ne sont pas en mesure de se déplacer librement à l’intérieur de Darv.”

Je n’ai pas manqué le ton d’accusation, comme si le fait que ces choses n’aient pas été faites auparavant expliquait pourquoi on avait tant besoin des dragons.

La dernière porte de Vildorial était déjà ouverte lorsque nous sommes arrivés, et une petite foule nous attendait de l’autre côté.

J’ai vu Ellie et maman avant tout le monde.

Passant devant la troupe de soldats, de conseillers et de seigneurs, j’ai laissé ma mère me serrer tendrement dans ses bras. “Je suis désolée”, ai-je dit à voix basse. “Je t’expliquerai tout, mais je n’avais pas l’intention de partir si longtemps et sans envoyer de message. Pour moi, cela ne fait que quelques jours.”

Ma mère m’a adressé un sourire que j’ai trouvé un peu raide. “Ce n’est pas grave, Arthur, tu n’es pas obligé de…”

“Crétin !” Ellie a craqué, en me donnant un violent coup de poing dans le bras. “Je n’arrive pas à croire que tu-Sylvie !”

La colère d’Ellie a fondu au fur et à mesure qu’elle se rendait compte de la situation. Elle s’est glissée autour de moi et a sauté sur mon lien, entourant Sylvie de ses bras et la serrant férocement, des larmes coulant déjà sur ses joues. “Tu-tu es vivante !”, a-t-elle crié, la gorge serrée par les sanglots qui la déchiraient.

Sylvie tapota le dos d’Ellie. “Je le suis, mais peut-être pas pour longtemps si tu continues à écraser le souffle de mon corps”. Sylvie m’a regardé par-dessus l’épaule d’Ellie et a appuyé sa tête contre celle de ma sœur.

Une forte sensation d’être chez soi m’envahit, doublée de puissance alors que je ressentais simultanément mes propres émotions et celles de Sylvie. Le moment fut alors immédiatement interrompu lorsque Daglun Silvershale, le seigneur de l’un des clans nains les plus puissants, s’interposa entre moi et ma famille.

“Ahem. Excusez-moi général Arthur, mais moi, ainsi que ces autres grands seigneurs, avons été envoyés pour vous saluer au nom du gardien Vajrakor.” Un peu tardivement, il s’inclina devant les deux dragons qui nous escortaient, l’air nerveux, puis poursuivit. “Il vous attend à l’intérieur…”

Je n’ai pas entendu ce que Daglun disait d’autre, car mon attention s’est portée sur Varay, qui attendait également avec le groupe de nains et ma famille. Cela faisait un moment que je n’avais pas vu l’autre Lance humaine, qui avait passé du temps à aider à nettoyer les villes de Sapin de plusieurs groupes d’Alacryens qui s’y trouvaient. Bien que ses cheveux blancs soient désormais courts, elle ne semblait guère avoir changé depuis que je l’avais rencontrée pour la première fois à l’académie de Xyrus, il y a des années de cela.

Elle m’observait attentivement, son regard étant un rayon glacé qui conjurait la chair de poule sur mes bras.

“Qu’est-ce qui ne va pas ?” J’ai demandé, en contournant Daglun qui parlait encore et qui bafouillait d’indignation.

Varay m’a fait un petit signe de tête en guise de salut. “Bienvenue parmi nous. C’était un moment… malheureux pour toi de disparaître.” Il y avait une note de reproche dans sa voix, mais elle était dissimulée sous le givre de son stoïcisme glacial.

“Raconte-moi.” Je jetai un coup d’œil significatif vers les seigneurs nains, qui me lançaient tous des regards désapprobateurs. J’ai remarqué que Cornélien le Terrien, le père de Mica, n’était pas parmi eux.

“Il y a une situation dont j’ai pensé que tu voudrais être informée immédiatement”, poursuivit-elle.

Daglun se racla la gorge. “Peut-être devrions-nous permettre au gardien Vajr-”

” Seigneur Silvershale “, interrompit Varay. “Ni les dragons ni votre conseil des seigneurs n’ont l’autorité nécessaire pour commander les lances.”

Les poings de Daglun se sont serrés et son visage a rougi. Il nous tourna le dos et entama une conversation chuchotée d’urgence avec les autres seigneurs nains présents.

L’asura aux cheveux noirs s’est avancé, jetant à Varay un regard féroce. “Arthur Leywin est escorté directement à Vajrakor. Tu n’as pas à nous interrompre, Lance.” Il me saisit par le haut du bras et tenta de m’entraîner à sa suite.

J’ai planté mes pieds, ce qui a fait revenir le dragon en arrière au milieu d’un pas. Il tira encore une fois, mais je restai immobile, l’éther et la colère mijotant sous ma peau, contrôlés mais toujours présents.

J’ai tourné la tête et j’ai fixé le dragon d’un regard qui l’a fait se figer. “N’avons-nous pas été clairs tout à l’heure ?”

Les yeux de l’asura aux cheveux noirs se sont rétrécis. “Qu’est-ce que tu…”

“Nous n’escortons pas de prisonniers”, a interféré l’asura blond en arrachant la main de son camarade de mon épaule. “Mais il est important que tu…”

“Il semble que des problèmes plus urgents requièrent mon attention”, dis-je formellement en leur adressant un sourire froid et courtois. “Informez-le de mon arrivée si vous le souhaitez”.

Les deux dragons échangèrent un regard incertain, puis Wren intervint. “Je vous accompagnerai à la place d’Arthur.” Du coin de la bouche, il ajouta : “Et j’essaierai d’éviter que tout cela ne nous explose à la figure.”

Après un moment d’hésitation, l’asura blond se retourna et commença à s’éloigner rapidement. Son compagnon aux cheveux noirs s’est attardé un instant, son regard suspicieux passant de Wren à moi, puis il a tourné sur lui-même et l’a suivi. Wren poussa un profond soupir et les suivit.

Les yeux bruns de Varay s’attardèrent sur les asuras avant de revenir vers moi. “Avant ton départ, une femme alacryenne est arrivée dans la ville par une sorte d’artefact de téléportation. Elle a prétendu te connaître. On m’a dit que tu…”

“Artefact de téléportation ?”

Le souvenir de mon départ précipité de Vildorial s’est écrasé sur moi comme un coup de tonnerre. Daglun avait parlé de “l’Alacryenne”, et j’avais supposé qu’il parlait de Lyra Dreide.

“Cette Alacryenne, de quelle couleur sont ses cheveux ?”

Les sourcils se relèvent très légèrement et Varay répond : “Bleus”.

J’ai retenu un juron. “Conduis-moi à elle.”

Daglun, qui avait assisté à cet échange depuis le côté, a pris un air effaré. “Mais les généraux Arthur, Varay, il faut vraiment que vous…”

“N’hésitez pas à retourner au palais, seigneur Silvershale, votre travail ici est terminé”, dit Varay d’un ton glacial.

Les nains ont répondu par un “harumph” collectif avant de se mettre en marche, ce qui m’a permis de reporter enfin mon attention sur ma famille.

Ellie se tenait aux côtés de Sylvie, les deux bras autour de sa taille et la tête posée sur son épaule. “Alors, on va tous sauver Caera ? Génial ! Allons-y.” Elle a commencé à s’éloigner de Sylvie.

La confusion de savoir comment Ellie savait qui était Caera s’est rapidement transformée en inquiétude à l’idée de la présence de ma famille en cas d’affrontement avec un dragon irrité.

J’ouvris la bouche pour trouver une excuse à la hâte lorsque mon lien me coupa la parole.

“Eleanor, on dirait que les choses risquent d’être occupées. J’aimerais passer un peu de temps avec toi et Alice avant de devoir repartir en vitesse. Tu peux me montrer où tu habites ?”

Ellie jeta un coup d’œil entre Sylvie et les niveaux supérieurs de la ville, l’air déchiré.

“Je n’ai aucun intérêt à t’aider à servir les Alacryens, pour ensuite les affronter au combat.” Chul me lança un regard noir comme si je l’avais offensé par le simple fait de connaître un Alacryen. “Je vais explorer cette cité naine pendant un certain temps.”

“Non, tu dois rester avec…”

“Et il est parti”, dit Regis en regardant Chul s’éloigner rapidement, se dirigeant vers les niveaux inférieurs et s’attirant les regards de tous ceux qu’il croisait.

“Je suis sûre qu’il va s’en sortir ?” Sylvie dit, incapable d’empêcher sa voix de s’élever en une question à la fin de sa déclaration.

Insouciant comme toujours, Régis a immédiatement oublié Chul en donnant un coup de coude à ma mère. “Alors, je viens de passer deux mois à flotter dans un espace vide de rien du tout, et je suis affamée. Aurais-tu l’amabilité de me préparer un repas maison, maman Leywin ?”

Maman gratte la tête de Régis. “Je suppose. As-tu seulement besoin de manger ?”

Regis s’est baissé pour prendre ma mère sur son dos. Elle a poussé un cri de surprise et s’est débattue pour trouver un endroit où s’accrocher, n’osant pas plonger ses mains dans sa crinière enflammée.

“Il n’y a pas beaucoup de choses dont j’ai besoin, mais il y en a beaucoup que je veux !”. Regis trottina sur la route sinueuse, entraînant ma mère avec lui.

” Au moins, si j’ai ton lien, je sais que tu ne pourras pas disparaître à nouveau “, dit Ellie avec un soupçon de moue, en laissant Sylvie l’entraîner.

‘Ne perds pas de vue la raison pour laquelle les dragons sont à Dicathen en premier lieu’, me rappelle Sylvie en descendant le long de la route. Ce Vajrakor te mettra à l’épreuve. C’est notre façon de faire, apparemment. Mais il ne sortira pas des ordres que mon grand-père lui a donnés, quels qu’ils soient.’

Je ferai attention à mes manières, pensai-je en me tournant vers Varay, qui avait regardé avec son habituelle absence d’émotion extérieure tout au long de cet échange. “Maintenant, tu peux peut-être me conduire à elle.”

Nous ne sommes pas allés à la prison, mais avons continué directement vers le palais royal des nains, la salle Lodenhold, une immense forteresse creusée dans les murs au niveau le plus élevé de la caverne.

Nous étions presque arrivés au palais lorsque Varay prit la parole. “La femme alacryenne a été bien traitée sur ordre de la Lance Mica, bien qu’elle soit restée emprisonnée pour des raisons de sécurité. L’autre, Lyra, a pu confirmer l’identité de la prisonnière mais n’avait aucune connaissance de votre relation. Les choses ont changé à l’arrivée des dragons, je le crains.”

“Qu’est-ce que tu veux dire ?” J’ai demandé, la chaleur me montant au visage.

“Lorsque Vajrakor a découvert sa présence dans les prisons, il l’a fait transférer dans une cellule de détention du palais. Il pensait lui soutirer des informations sur les plans d’Agrona. Mica, Bairon et moi avons tenté de le dissuader, l’encourageant à attendre ton retour pour vérifier son identité, mais…”

“Imbécile obstiné”, ai-je soupiré. “C’est une alliée.”

” La tienne, peut-être, mais pas celle des dragons. ” Varay s’est arrêté avant de nous conduire à Lodenhold. “Tu devrais savoir, Arthur… que les dragons semblent travailler à te saper. Ta présence risque de ne pas être bien accueillie.”

“Le seul dragon dont je dois m’inquiéter est Kezess Indrath”, lui ai-je assuré. “Il tiendra le reste de ses soldats en laisse tant que notre accord tient. Pour l’instant, si la présence des dragons empêche Agrona d’attaquer à nouveau, laisse-les me traîner dans la boue.”

Varay me regarda attentivement pendant une seconde, puis hocha la tête et continua.

Nous nous sommes déplacés rapidement une fois dans l’enceinte du palais. Je pouvais sentir l’aura pesante de la signature de mana de Vajrakor, qui rendait l’air à l’intérieur de la forteresse lourd. Contrairement à mes nombreuses visites précédentes à Lodenhold, le hall d’entrée était vide. Ceux qui avaient déjà trouvé refuge dans ses murs sculptés avaient probablement déménagé lorsque les dragons s’en étaient emparés.

Varay me conduisit à travers plusieurs tunnels, tous plus étroits, plus courts et plus sombres les uns que les autres, jusqu’à ce que nous atteignions une lourde porte en fer qui bloquait le passage. Varay frappa. Une plaque glissa sur le côté à la hauteur des yeux d’un nain, qui se trouvait quelque part autour du sternum de Varay.

” Ah, général Varay, nous n’attendions personne pour… oh ! Et le général Arthur, revenu d’entre les morts une fois de plus, à ce que je vois. Est-ce que le, euh, gardien sait que vous êtes ici ?”

“Ouvre la porte, Torviir”, ordonne Varay.

Les yeux du nain, auparavant plissés par la méfiance, s’écarquillèrent à présent. La fenêtre se referma avec un cliquetis rauque. Un échange murmuré entre les gardes fut étouffé par l’épaisse porte. Après plusieurs secondes de frustration, j’entendis une lourde barre s’écarter, puis une autre, et enfin le cliquetis d’une chaîne, et la porte bascula vers l’intérieur.

Torviir se tenait devant la porte ouverte. Il était trapu, même pour un nain, et sa peau usée par le temps portait les cicatrices de nombreuses batailles. Ses cheveux d’un rouge éclatant avaient viré au gris-rouge cendré avec l’âge, mais ses yeux étaient toujours aussi vifs que du silex, même si les coins étaient plissés par une gêne évidente. “Général, comme vous le savez bien, nous avons des ordres stricts à-General !”

Je contournai le garde, sachant parfaitement qu’il n’allait pas essayer de m’arrêter. Le second nain recula d’un pas, l’air de plus en plus nerveux.

La chambre ne mesurait pas plus de huit pieds sur dix, vide à l’exception d’une petite table et de deux chaises. Deux autres lourdes portes en fer étaient encastrées dans le mur opposé à l’entrée de la pièce. Les portes et les murs qui les entouraient étaient gravés à la rune pour les empêcher d’être assaillis par la magie.

“Général, je me dois d’insister…” dit Torviir à mi-voix.

L’ignorant, je me suis approché de la porte de droite et j’ai fait glisser le hublot sur le côté, jetant un coup d’œil dans la pénombre à l’extérieur. La cellule étroite et sombre était vide. En me déplaçant vers la gauche, je me suis préparé au pire. Lorsque la fenêtre a glissé sur le côté, un faisceau de lumière faible a atterri sur la forme couchée d’une femme en haillons. Ses yeux se sont ouverts et se sont tournés vers la lumière, luisant d’une lueur écarlate.

J’ai saisi la poignée de la porte et j’ai poussé. La série de boulons qui fixait la porte a grincé et s’est pliée, mais c’est la maçonnerie qui a cédé en premier, éclatant en une pluie de poussière de roche. La porte s’ouvrit, s’arracha à ses gonds et s’encastra dans le mur.

” Torviir, Bolgar, vous êtes renvoyés “, dit Varay derrière moi. “Je vous couvrirai quand il arrivera.”

Je n’eus pas besoin de me retourner pour savoir qu’ils avaient obéi lorsque leurs lourds bruits de pas et le cliquetis de leurs armures reculèrent dans le couloir, loin de la cellule de la prison.

Caera recula contre le mur mais se heurta à l’extrémité de la longueur de chaîne qui reliait ses entraves de suppression de mana au sol. ” G-Grey ? ” demanda-t-elle, la voix craquelée par la déshydratation et la désuétude.

Me précipitant à ses côtés, j’ai saisi les chaînes et les ai arrachées des entraves. Puis, en prenant soin de ne pas la blesser, j’ai écarté les menottes, libérant ainsi ses poignets.

Sans un mot, je l’ai aidée à se relever du sol et l’ai conduite lentement hors de la cellule.

“Grey…” Caera regardait mon visage, fouillant mes yeux si intensément qu’on aurait dit qu’elle essayait de s’assurer que j’étais bien réelle. Elle a enroulé ses bras autour de moi et m’a serré dans ses bras en tremblant.

Puis elle m’a repoussée, me jetant un regard d’une autorité qui évoquait son mentor, la faux Seris Vritra, et m’a donné une gifle sur la joue. “Comment oses-tu me laisser emprisonnée depuis…” Elle a levé les mains en l’air, frustrée. “Quel que soit le temps écoulé ! Où étais-tu ? Seris… est-elle ?”

“Je ne sais encore rien”, dis-je, la frustration, la culpabilité et la déception bouillonnant en moi. “Je viens de découvrir que tu étais ici il y a dix minutes, et je suis venue directement ici. Qu’est-ce que tu fais à Vildorial ? À Dicathen ? Seris aurait dû s’en douter, elle…”

“Elle m’a envoyé te demander de l’aide”, dit Caera, son regard glissant sur mon visage alors qu’elle s’efforçait de se concentrer. “Les choses ne se passaient pas aussi bien qu’elles auraient pu, elle voulait…” Le visage de Caera se décompose. “Les cornes de Vritra, que lui sera-t-il arrivé ? Cela fait si longtemps.”

Je l’ai tenue droite, me penchant légèrement pour pouvoir la regarder dans les yeux. “Je suis désolé, Caera”, ai-je répété, la colère commençant à éclore de l’alchimie de mes autres émotions. “Ces dragons…”

Une pression furieuse s’est accumulée si soudainement que mes mots se sont coincés dans ma gorge. Caera, déjà affaiblie par son long emprisonnement, s’affaissa dans mes bras, et Varay dut se stabiliser sur le mur, ses jambes tremblant.

L’éther inonda mes muscles, me renforçant et me stabilisant, si bien que lorsque le dragon arriva au bout de la salle, je me tenais aussi immobile qu’une statue, sans fléchir.

Sous sa forme humanoïde, Vajrakor était de ma taille, mais sa carrure légère démentait sa force asurienne. Ses cheveux noirs flottaient autour de ses épaules et ses yeux de la couleur du lilas rencontraient les miens sur toute la longueur du couloir. Il s’arrêta net, son expression passant de la fureur à la surprise. Il l’a effacée presque instantanément, mais pas assez vite pour que je ne la remarque pas.

Redressant ses robes amples, taillées dans de la soie de quartz rose et brodées d’un doux fil violet assorti à ses yeux, Vajrakor releva le menton et s’avança d’un pas plus contrôlé. “Arthur Leywin. Pendant des semaines, tu as été absent de la surface du continent que tu nous as suppliés de protéger, et pourtant la première chose que tu fais à ton retour, c’est d’aider l’ennemi. Explique-toi.”

“Le monde est une nuance de gris désordonnée, où les ennemis peuvent être des alliés et les alliés”- j’ai laissé une minute de pause briser mes mots, soutenant le regard de Vajrakor-“peuvent être des ennemis.”

Aidant Caera à se tenir droite, je m’éloignai d’un pas. Elle était forte, et elle se força à se hisser à toute sa hauteur, même sous le poids de la présence du dragon. Passant devant Varay, je m’approchai de Vajrakor, arrangeant mes traits en un sourire professionnel et tendant la main. “Avant de nous lancer dans ce que je ne peux que supposer être une discussion houleuse, pourquoi ne pas faire preuve d’un peu de courtoisie puisqu’il semble que nous allons nous voir assez fréquemment.”

Vajrakor n’a pas fait un geste pour prendre ma main. “Il n’y aura pas de dispute, surtout pas avec un inférieur qui prétend comprendre l’éther.”

“Pourtant, Kezess semble très intéressé par ce que je prétends savoir.”

“Lorsque tu parleras de lui, tu le feras de manière appropriée. Il s’agit du seigneur Indrath.”

“Alors, par courtoisie pour ton Seigneur Indrath, je laisserai passer pour cette fois le traitement inacceptable que tu as réservé à mon ami, en partant du principe que c’était par ignorance.” Je me suis légèrement rapproché, un peu trop pour être poli. “Parce que si je devais croire que les gardiens du seigneur Indrath prenaient mes amis et mes alliés en otage et les torturaient pour obtenir des informations, alors nous aurions un problème.”

Vajrakor inspira longuement, semblant se gonfler au fur et à mesure, bloquant complètement le couloir. ” Windsom m’a beaucoup parlé de toi, Arthur Leywin, mais il a eu beau essayer, il n’a pas pu exprimer toute la profondeur de ton arrogance, apparemment. Tu n’es pas mon égal dans cette affaire, ni en termes de stature politique et encore moins en termes de force brute. Je n’en ai pas encore fini avec celle-là, et tu n’as pas le pouvoir de me la prendre.”

J’ai souri, montrant mes dents. “Aucun de nous ne sait si c’est vrai, mais un seul d’entre nous est prêt à le découvrir. Nous savons tous les deux ce qui t’arriverait, même si tu te battais et me vainquais. Tu es ici parce que Kezess veut le savoir que j’ai. Ta confiance sans fondement t’autorise-t-elle à te dresser contre ton propre suzerain ?”

Sa façade d’assurance se fissura, juste un peu, alors qu’une ombre de doute passait sur son visage. “Un tel manque de respect envers les dragons présents pour te sauver d’un ennemi qui t’a déjà vaincu.”

“Respect ?” Caera demanda, le mot grinçant sous ses dents. Lentement, elle se poussa pour pouvoir se tenir droite alors qu’elle s’adressait à Vajrakor. “C’est ce que tu m’as montré ici, monstre ?”

“Monstre ? Tu portes la souillure du sang d’Agrona Vritra dans tes veines et tu me traites de monstre ?” Il ricane. “Tu ne peux même pas te voir pour la perversion que tu es, Lessuran.”

J’ai incliné la tête et rétréci les yeux sur le dragon. “Bien que j’ai apprécié notre petit débat, j’ai mieux à faire, alors permets-moi de te parler de la manière que tu comprendras le mieux : Si tu souhaites être mon allié, tu vas t’écarter. Mets-toi en travers de mon chemin et je te considérerai comme un ennemi.”

Les yeux lavande de Vajrakor s’illuminèrent de colère, mais il s’écarta, semblant rapetisser au passage. ” Le monde est fait de nuances de gris, en effet “, ricana-t-il.

En passant l’un des bras de Caera autour de mon épaule pour la soutenir, je l’ai entraînée dans le tunnel. “Vous, les dragons, vous comprenez vite.” Varay s’est déplacé comme une ombre derrière nous.

“Le seigneur Indrath sera très curieux de connaître la raison de ton hostilité inutile. Je vais l’informer de ton retour – et de ton attitude – immédiatement”, dit le dragon dans mon dos.

“Transmets-lui mes salutations.”


Commentaire

4.6 7 votes
Note
S’abonner
Notification pour
14 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Nino Nino
1 année il y a

un grand merci au traducteur hâte de voir la suite!!!

Kyaro
1 année il y a

Mrc pour la trad déjà.
Et quelle ordure ce dragon franchement.

Hippolyte Douis
1 année il y a

Merci pour la traduction

Thanatos _0173
1 année il y a

Merci pour la traduction Ych !

Mycka Icarima
1 année il y a

Faudra dire à Kezess de mettre à jour ses copains dragon sur la puissance d’Arthur parce que là ils sont tous persuadé d’être plus fort que lui alors qu’en vrai le seul dragon que Arthur craint c’est Kezess lui même

Wyverne
1 année il y a
Répondre à  Mycka Icarima

En vrai il est fort mais je pense pas qu’il puisse 1v1 tous les asuras, genre les randoms comme vajrakor peut-être mais des chefs de clans ou des perso comme wren ou windsom je pense pas encore il lui reste une clé de voute à ouvrir après tout xD

Ranga Tempest
10 mois il y a
Répondre à  Wyverne

Vajrakor on dirait pas un random et en vrai avec sa 3e couche du noyau je pense que en 1v1 il peut limite tenir tout le monde sauf peut-être Agrona et Kezess (après bien sûr je dis pas que ce serait des 1v1 faciles non plus contre n’importe qui)

Tsion Journo
4 mois il y a
Répondre à  Wyverne

Les chefs de clan peut être pas mais windsom et wren c’est possible

Wyverne
1 année il y a

CAERAAAAAAAAA !!!!!!!! enfin ;-; hâte de voir le quatuor caera art regis et sylv xDD (j’espère elle va pas se barrer direct mdrr)

Wyverne
1 année il y a

Et merci pour la trad

Kassy B
1 année il y a

Je me demande ce qui est arrivé a Serais et si elle a pu s’enfuir…en tout cas merci pour cette trad de qualité !

Wyverne
1 année il y a
Répondre à  Kassy B

Après franchement si elle a pu survivre c’est vraiment un miracle xD

Terminascout .
1 année il y a

Grand GG au traducteur pour nous avoir permit d’apprécier ce mini débat entre Arthur et le dragon qui n’a pu que repartir la queue entre les jambes tel un toutou retournant vers son maître. C’était hilarant comment Arthur lui parlait !
Vraiment merci le traducteur !

SØZ ŌX
2 mois il y a

Merci encore pour cette trad de qualité et ça fait plaisir de voir Arthur remettre en place un dragon un peu trop arrogant

error: Le contenu est protégé !
14
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser