the beginning after the end Chapitre 429

Un rêve qui n'a pas encore eu lieu

Traducteur: Ych
———

SYLVIE INDRATH

“Arthur, tu ne vas pas t’en sortir.”

Ma voix semblait lointaine à mes propres oreilles alors que j’entrais dans les pensées d’Arthur. Il a essayé de me repousser, de m’éviter le pire, mais il était trop faible.

Je n’ai pas reculé devant le désespoir que j’y ai trouvé. Je voulais le faire, mais je ne pouvais pas, parce qu’il ne pouvait pas. Il pensait savoir comment cela devait se terminer, il croyait de tout son cœur stupide et courageux qu’il n’y avait qu’une seule façon d’avancer.

“Le portail ne va pas rester stable très longtemps, Sylv. S-s’il te plaît, je ne peux pas te laisser mourir aussi.” Au lieu de continuer à dissimuler ses sentiments, Arthur a soudain changé de cap, m’inondant de son désespoir, de sa tristesse et de sa désespérance. Et son espoir. Cela ressemblait à mon lien, de me donner de l’espoir, même s’il n’en avait aucun pour lui-même.

La dimension de poche qu’Arthur avait créée tremblait et se tordait, mais je me retenais, ne me laissant pas traverser alors qu’Arthur essayait de me forcer à franchir le même portail que Tessia et les autres.

Ne t’inquiète pas, papa. Je prendrai toujours soin de toi. J’atteignis ma véritable forme draconique et l’embrassai, me libérant et me contenant à la fois. Mon mince cadre humain rayonnait de lumière violette tandis que je m’étendais, ma peau claire se transformant en écailles sombres, jusqu’à ce que je domine mon lien.

“Sylv ? Qu’est-ce que tu…”

“Essaie de rester en vie pendant mon absence, d’accord ?” lui dis-je en lui faisant un large sourire pour essayer d’apaiser sa douleur. Pourquoi l’avais-je formulé ainsi ? me demandai-je, distante et déconnectée, au fond de mon esprit. Il n’y avait pas de retour possible. Pourtant, je me sentais… bien. Mieux qu’un adieu. Soudain, je me suis sentie plus forte, plus décidée. Non, ce n’est pas un adieu. Juste… à plus tard.

J’espère.

” Sylv, non ! Ne fais pas ça !” Arthur a tendu les bras, a appuyé ses mains sur moi, m’a poussé, mais le processus avait déjà commencé. Ses mains m’ont traversée entièrement.

Ce… n’était pas la magie qu’on m’avait enseignée. Comme si quelqu’un à Epheotus se soucierait assez d’un “inférieur” pour faire ce que je m’apprêtais à faire. Non, c’était quelque chose d’inhérent à notre lien. Il s’est déverrouillé en moi au moment où j’ai compris qu’Arthur était sur le point de mourir, comme si cette connaissance avait été le tournant d’une clé.

Tout ce qui me constituait était intrinsèquement, inséparablement lié à lui. Nous ne faisions qu’un. Mon corps, ma magie, mes arts vivum… pouvaient le sauver, mais seulement si j’y renonçais pour moi-même.

Je n’ai pas eu cette idée en un éclair, tel un coup de tonnerre au sommet d’une montagne ou le tremblement des fondations de mes croyances. Non, elle était là, comme si elle avait toujours été là. Il était mon lien, et je pouvais toujours l’aider, même maintenant.

Même maintenant.

Mon corps physique était devenu éthéré lorsque j’avais renoncé à le dominer. Des mottes d’or et de lavande de force vitale pure s’éloignèrent de moi pour se coller à Arthur, jusqu’à ce que tout son être soit rayonnant à l’intérieur et à l’extérieur.

Je pouvais encore sentir sa douleur. Son corps avait été brisé par l’usage excessif de la volonté de ma mère, et maintenant il était en train de se reforger, et chaque mote de moi lui faisait l’effet de charbons ardents et de coups de marteau. Je suis désolé, Arthur. Si je pouvais faire disparaître la douleur, je le ferais.

Alors qu’il s’affaissait, je le ramassai et le poussai vers le portail qu’il avait créé.

“Jusqu’à ce que nous nous retrouvions…” J’ai dit, ma voix déformée et en quelque sorte incorporelle, et je ne pouvais qu’espérer qu’il m’entende.

Le portail l’attira, puis commença à s’effondrer, emportant la dimension de poche avec lui. Je savais que lorsqu’il disparaîtrait, je disparaîtrais aussi, et que la dernière partie de mon essence serait emportée par le vent chaud qui soufflait à travers la ville en ruine pour se répandre dans tout Dicathen. Le fait de savoir que je serais dans l’herbe, les arbres, les feuilles et l’eau de la maison d’Arthur m’a apaisé et j’ai laissé tomber le dernier vestige de résistance qui me retenait.

Seulement… j’étais prise.

Le portail s’effondrait et ma griffe, que j’avais utilisée pour pousser Arthur à travers le portail, était entraînée dans le vide. Je n’avais pas la force de résister ni la conscience nécessaire pour comprendre ce qui allait se passer. Je ne pouvais que céder.

Une force irrésistible tirait sur mon essence, m’entraînant dans deux directions différentes…

Tout s’est transformé en poussière d’étoiles et en un univers en perpétuelle expansion. Les soleils ont pris feu, ont bégayé, puis se sont embrasés. Les constellations se sont formées, ont vacillé, puis sont tombées du ciel. Partout où je regardais, des gens apparaissaient et disparaissaient trop vite pour que je puisse les voir. Et pendant tout ce temps, j’étais attiré par tout cela, plongeant comme une étoile filante dans le ciel nocturne, insensible à l’émerveillement, trop impressionné et aliéné par mon propre point de vue pour être même confus.

L’univers en expansion n’était plus qu’un tunnel de lumière, dont chaque couleur était si brillante qu’elle brûlait mon esprit. Je me sentais à la fois en train de courir, tiré inexorablement vers une source de gravité lointaine, tout en devenant silencieux et calme, comme si je dormais.

La lumière s’est estompée.

Je me trouvais dans une petite pièce blanche et stérile. Il y avait des gens. Une femme en uniforme blanc avec un masque blanc sur le visage se tenait au-dessus du lit simple de la pièce, fixant une planchette à pince. Une femme pâle aux cheveux bruns était allongée dans le lit, respirant bruyamment en regardant la femme en blanc. Des larmes coulent sur son visage. Un homme en surpoids aux yeux tristes et fatigués était assis sur un tabouret de l’autre côté du lit.

La porte derrière moi s’est ouverte et un homme masqué vêtu d’une blouse en tissu bleu clair est entré à grands pas. J’ai fait un pas en arrière pour l’éviter, mais il se déplaçait trop vite et il m’est rentré dedans.

Ou plutôt, il m’a traversé de part en part en se dirigeant vers le chevet du malade. Il a dit quelque chose, puis a commencé à vérifier d’étranges artefacts, tandis que je fixais mes propres mains.

Elles étaient petites et pâles, comme dans mon souvenir. Je les ai passées sur mon visage, mes cheveux et mes cornes, mais rien ne semblait différent. Sauf que…

J’ai tendu la main vers un plateau posé sur une petite table roulante. Mes mains l’ont traversé.

Qu’est-ce que je suis ?

Soudain, la femme a poussé un grognement piteux et brutal, et l’homme – un médecin, ai-je compris – s’est précipité au pied du lit. Ce n’est qu’à ce moment-là que je me suis rendu compte qu’une douce lumière dorée et lavande émanait du ventre de la femme, qui était gonflé.

Le médecin a commencé à donner des ordres. L’homme en surpoids a maladroitement attrapé la main de la femme. L’infirmière semblait faire cinq choses à la fois, mais tout était si confus…

Et puis, presque avant que je ne comprenne pleinement ce dont j’étais témoin, c’était fini.

L’infirmière a tendu le petit garçon, emmailloté, nettoyé et pleurant, à la femme, qui l’a pris avec précaution et l’a niché dans son bras. Il rayonnait de la même lumière dorée et lavande.

Je me suis approchée, je me suis penchée vers lui et j’ai pris sa toute petite main dans mes doigts incorporels, qui tremblaient même si je souriais.

La femme l’a regardé longuement, tout comme moi. Puis, comme si détacher son regard de lui était aussi déchirer quelque chose à l’intérieur de son âme, elle a regardé l’homme. ” E-es-tu sûr ? On pourrait…”

Il secoua la tête, et elle fit un bruit comme si on venait de lui enfoncer un couteau entre les côtes. Il baissa les yeux, visiblement incapable de le supporter, et une larme coula le long du pli entre son nez et sa joue. “Tu sais, j’aimerais bien qu’on puisse, mais on a déjà du mal à s’en sortir. Sans allocation parentale… quel genre de vie pourrions-nous donner à un enfant. On s’occupera de lui. Il sera même formé pour se battre pour notre pays. Et puis, peut-être…” Il déglutit difficilement. “Peut-être que dans quelques années, nous pourrons réessayer ?”

J’ai vu la lumière quitter les yeux de la femme alors que quelque chose se brisait en elle, et j’ai su sans l’ombre d’un doute qu’ils ne le feraient pas, mais ils n’ont pas retenu mon intérêt. Ce n’était pas la raison de ma présence ici… c’était lui.

Mon regard s’est posé sur son visage rond et rouge, et je ne l’ai pas repris. Ni lorsque le bébé a été enlevé aux parents qu’il ne connaîtrait jamais, ni lorsqu’il dormait et était nourri dans une chambre lumineuse avec une douzaine d’autres, et certainement pas lorsqu’il s’est traîné sur le sol de l’hôpital pour la première fois – bien que personne d’autre n’ait regardé, à l’exception des autres nourrissons – ou lorsqu’il a fait ses premiers pas, en tremblant.

Je l’ai suivi lorsqu’il a été transféré de l’hôpital à un petit orphelinat, je l’ai regardé observer le monde pendant qu’il grandissait et apprenait.

Les années ont passé et je l’ai observé. Incorporelle, sans sommeil, vidée de tout désir sauf celui de veiller, j’ai vécu la vie du jeune garçon avec lui, pas à pas. J’étais à ses côtés lorsqu’il se faisait et perdait ses amis, lorsqu’il s’entraînait et était guidé pour devenir roi, lorsqu’il était manipulé pour abattre son meilleur ami, lorsqu’il faisait la guerre pour retrouver la figure maternelle qu’il avait perdue.

Je n’ai pas détourné le regard. Même lorsqu’il diminuait, perdant l’étincelle qui l’avait poussé à devenir roi, pataugeant dans un monde qui ne lui convenait pas et ne méritait pas ce qu’il deviendrait, je savais que c’était un travail nécessaire. Sans ces expériences, qu’il s’agisse de succès ou d’échecs, ce triste roi ne serait jamais devenu mon lien. Le détachement et l’affaiblissement du lien avec l’humanité qu’il ressentait maintenant définiraient sa vision du monde dans l’autre vie, puisqu’il s’y opposerait.

Mais il n’a pas eu à souffrir longtemps, car dès sa naissance, le long bras du destin s’est tendu vers lui. Et j’étais là pour cela aussi, la fin de son voyage en tant que roi Grey.

Je me tenais à ses côtés, mes doigts incorporels effleurant ses cheveux – pas encore l’auburn qu’il hériterait d’Alice Leywin – alors que je sentais le destin approcher.

Le passage rapide du temps – sans signification pour quelqu’un qui ne dort pas, ne mange pas, ne rêve pas et ne vit même pas – s’est arrêté soudainement et de manière tonitruante, et j’ai senti la présence de mon propre pouls dans ma gorge. Telle la griffe noire de la mort, la magie de mon père se manifesta, s’agrippant au roi endormi.

Je me retrouvai impuissante. Je n’étais présent qu’en tant que conscience, sans substance ni pouvoir, et je ne pouvais rien faire d’autre que de m’agripper à l’esprit qui était tiré de son corps par la griffe sombre et menaçante de la réincarnation forcée. Mais… je savais que même si j’en avais eu la possibilité, je n’aurais pas empêché ce qui se passait. Parce que ce moment rapprochait Arthur de moi, alors même que je marchais déjà à ses côtés.

Les méthodes d’Agrona étaient cruelles et horribles, et pourtant il m’a apporté Arthur. Ou… il allait m’apporter Arthur ? Après avoir passé tant de temps sur Terre, à dériver dans le sillage de Grey comme un fantôme obsédant, il était parfois difficile de garder la notion du temps. Ma vie ressemblait à un rêve qui n’avait pas encore eu lieu, ma mort était comme un début après la fin…

Accroché à l’esprit déchiré, je fus entraîné vers le haut, loin du corps abandonné, du palais au cœur duquel il reposait, du pays dont il avait été le roi, et du monde qui avait forgé l’esprit que je ne voulais pas laisser partir.

Le temps et l’espace s’ouvrirent devant nous, inversant la force qui m’avait attiré à la première naissance de mon lien. L’univers lui-même semblait se déployer, comme des rideaux d’étoiles que l’on tire sur le côté, révélant la scène derrière : notre monde, simple, endormi et calme après le bruit de la Terre de Grey.

Toujours sous l’emprise de la griffe, nous avons été attirés vers ce monde, vers le continent d’Alacrya en forme de crâne et vers un enfant qui attendait, nu et pleurant sur le crâne d’un dragon sculpté de runes.

Mais ce n’était pas le cas.

Arthur n’était pas – ne pouvait pas – naître en Alacrya.

La panique s’empara de mon essence incorporelle. Je tirai sur l’esprit, essayant de le détourner de sa course tandis que mon esprit affaibli luttait pour comprendre. Mais la force de la griffe sombre d’Agrona était inexorable. J’aurais tout aussi bien pu essayer d’empêcher le soleil de se coucher.

Mais je le ferai. Pour lui, j’empêcherai le monde de tourner s’il le faut.

En m’enroulant autour de l’esprit, je m’éloignai de l’aspect sombre d’Alacrya pour me concentrer sur le lointain Dicathen. Quelle que soit la force de ma forme actuelle, je l’épuisai entièrement. Soudain, je ne suis plus le fantôme de la petite fille aux cornes. De larges ailes transparentes se sont déployées et ont capturé le vent cosmique. De puissantes serres se sont refermées sur l’esprit. Ma longue queue fouettait l’air au rythme du battement de mes ailes.

“Tu ne l’auras jamais”, dis-je, sans voix et éternelle. “Son destin n’est pas de ton ressort.”

Notre trajectoire s’est déplacée d’un pouce. Mes ailes spectrales ont battu. Les kilomètres se sont envolés sous nos pieds. Mon long cou s’étira. Dicathen se rapprocha encore.

La griffe noire tremblait. La forme du sort d’Agrona n’avait pas pris en compte la résistance. Elle luttait pour garder le cap, mais plus je l’entraînais loin, plus sa force faiblissait.

Dicathen se précisa au-dessous de nous. Sapin passa à côté de nous. Ashber s’est précipité vers nous.

Une femme est apparue, aux cheveux auburn et pâles. Jeune, forte et enveloppée de la lumière argentée de la magie d’un émetteur. Cela me semblait juste. Je ne savais pas trop pourquoi, mais ça me semblait juste. Et à côté d’elle, un large sourire plaqué sur son beau visage à la mâchoire carrée, se trouvait l’homme dont la fierté allait construire la vie de mon lien, et dont la mort allait presque la démolir à nouveau. Mais cela n’était pas encore arrivé, et n’arriverait pas avant longtemps.

Sauf que c’est déjà arrivé. N’est-ce pas ?

Il était de plus en plus difficile de se concentrer. Il y avait une chanson comme un doux parfum dans l’air, qui m’appelait.

Dans mon moment de distraction et de faiblesse, j’ai soudain glissé vers l’arrière, m’éloignant de la famille que mon Arthur devait avoir. Dans le ventre de cette femme aux cheveux auburn se trouvait le vaisseau d’Arthur. Aucun autre ne ferait l’affaire.

Mes ailes battirent à nouveau, et je confrontai ma force décroissante à la volonté de mon père.

Mon père, pensai-je amèrement. Mais pas mon papa…

Tirant si fort que je craignais que mon essence incorporelle ne se désagrège, je traînai la griffe noire vers la maison et le bébé. Un rugissement silencieux sortit de moi et se propagea dans le tissu de la réalité. L’espace s’est à nouveau déployé entre moi et ma destination : le bébé qui naissait sous mes pieds. Le médecin s’était déjà mis au travail, donnant des instructions calmes et fermes…

L’esprit dans mes serres toucha le nimbe de lumière blanche qui infusait le bébé.

La griffe sombre d’Agrona a fondu, le brouillard noir de sa magie persistante s’est dissipé dans le vent de mes ailes battantes.

Avec une joie et une tristesse mêlées, je regardai l’esprit fort et mature de Grey prendre le dessus et absorber l’esprit infantile de l’enfant à naître. “Je suis désolé”, dis-je, mon âme soudain alourdie par le poids de ce que j’ai dû faire. “C’était la seule solution.

Je voulais rester, regarder Arthur grandir et apprendre, le voir se former, vivre cette partie de sa vie que j’avais manquée, mais…

Le doux chant des sirènes m’appelait, et je ne pouvais pas l’ignorer. Je ne sais pas quand cela s’est produit, mais j’ai abandonné à la fois mon aspect draconique et la forme féminine que j’ai conservée si longtemps sur Terre, n’existant plus que sous la forme de mon essence.

C’est avec une profonde douleur que j’ai été arrachée à ce bébé, à cette famille, à ce foyer. Mon esprit a dérivé vers l’est, en direction des montagnes. Mais alors que je les franchissais, je fus arrêté par un spectacle des plus étranges.

Une caravane de visages familiers se frayant un chemin sur les sentiers de montagne. Alice, Reynolds, les Twin Horns, le jeune Arthur…

Mais comment ? me demandai-je. Cela ne faisait que quelques instants, et pourtant des années s’étaient écoulées…

Je ne pouvais qu’assister, impuissante, à leur attaque. Je connaissais la suite, mais la voir se dérouler devant moi était différent. Plus sombre. Tellement pire.

Si mon cœur avait battu, il se serait arrêté au moment où Arthur, âgé de seulement quatre ans, a plongé du bord de la falaise pour sauver sa mère.

Plongeant à sa suite, mon esprit informe s’est accroché au sien, comme je l’avais fait auparavant, essayant de le retenir, d’arrêter sa chute. Mais mon pouvoir était épuisé. Un faible cri traversa l’espace et le temps tandis que je tombais avec lui, lui insufflant le peu qu’il restait de moi, pour qu’au moins il ne soit pas seul.

Et puis, je l’ai sentie. Si clairement présente, si étrangement opposée à mon père de toutes les façons possibles et imaginables.

Ma mère.

Son pouvoir s’est enroulé autour du petit corps d’Arthur, l’amortissant, l’amenant lentement au sol, et je me suis soudain souvenu qu’il m’avait raconté que c’était ce qui s’était passé. Pendant un instant, j’avais oublié, je m’étais perdue dans le désespoir et la peur. Il restait si peu de mon essence…

Je voulais rester avec Arthur, être avec lui quand il se réveillerait, mais la source de la chanson était si proche maintenant, et trop forte. Elle emplissait tous mes sens, me vidait de toute autre pensée en la subsumant pour ne laisser subsister que la chanson. Je suivais donc, incapable de faire quoi que ce soit d’autre.

Ses notes indéfinissables provenaient d’une grotte cachée à la frontière de la forêt d’Elshire et de la Clairière des Bêtes. Je connaissais cet endroit, et quand je l’ai vu, j’ai compris d’où venait le chant de la sirène…

La piste des notes d’invocation m’a conduit au fond de la grotte.

Mère…

Bien que je l’aie vue, que je sois consciente de sa présence, il m’était difficile de me concentrer sur ma mère. Sa forme gigantesque et démoniaque dégageait une forte aura de Vritra, mais ce n’était pas cela qui détournait mon attention. Non, c’était la chanson. Car, dans son énorme main, reposait un œuf. Mon œuf. Même dans la faible lumière, il brillait d’une teinte arc-en-ciel.

La chanson venait de l’œuf. Attirant mon esprit en son sein.

Je corrigeais le paradoxe de mes multiples existences, pensai-je en m’endormant. L’instant d’après, je ne me souvenais pas avoir eu cette pensée, ni aucun autre désir que celui d’être à l’intérieur de cet œuf, recroquevillé, en sécurité, attendant que mon lien me ramène dans le monde.

Et c’est ainsi que j’y suis entrée. Là, je me suis reposé.

Jusqu’à ce que…

Je me réveillai brusquement, désorienté par mon environnement, ne sachant plus ce qui avait été réel et ce qui n’avait été qu’un rêve.

La coquille de l’œuf qui me tenait transmettait la sensation d’une seconde peau, et j’étais consciente qu’elle se fissurait et s’ouvrait. La lumière se répandit dans l’obscurité tranquille de l’intérieur de l’œuf. Je clignai rapidement des yeux tandis qu’un visage flou apparaissait au-dessus de moi à mesure que la coquille se détachait.

Lentement, le visage est devenu clair.

Un jeune garçon aux cheveux auburn et aux grands yeux azur pleins d’espoir me fixait. Arthur. Mon Arthur. Sauf que…

J’ai cligné des yeux à nouveau. Je m’étais trompée. Arthur était plus âgé, pas le garçon qui m’a fait naître, mais le général et Lance qui m’a accompagné à la guerre, fort et sévère, mais aussi gentil et protecteur.

Son visage était encore flou, et j’ai cligné des yeux. Arthur était toujours là, mais son visage était encore plus vieux. Plus aiguisé, plus maigre. Ses yeux azur s’étaient transformés en or liquide, et ses cheveux… étaient de la même couleur que les miens.

“Kyu… ?

Un sourire ironique et tremblant se dessina sur le coin de ses lèvres.

“Bon retour parmi nous, Sylv.”

———-

Note du traducteur : hah… Sylvie est enfin de retour! Cela faisait trois volumes qu’on ne l’a pas vue. Elle nous a tous manqué. le volume 10 est enfin terminé. Le volume 11 reprendra le 12 mai. Et merci a tous pour vos commentaires😁.


Commentaire

5 4 votes
Note
S’abonner
Notification pour
12 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Rayane Confidentiel
1 année il y a

CT pas 2 chap ? 🥲

Le Ych
1 année il y a
Répondre à  Rayane Confidentiel

Salut, merci pour ton commentaire. La traduction est à jour avec l’auteur, c’est pour ça qu’il n’y a qu’un chapitre. Bonne lecture !

Rayane Confidentiel
1 année il y a
Répondre à  Le Ych

A ok merci

one ..
1 année il y a

Le groupe des corne s’agrandit 🤣🤣🤣

Mycka Icarima
1 année il y a

Encore un chapitre incroyable, merci pour la trad, dommage de devoir attendre un mois pour la suite alors que la hype est au plus haut entre le retour de Sylvie, les mouv de génie de Seris et Caera qui s’ennuie en prison.

Modeste _
1 année il y a

Rdv 12 mai, merci pour le chapitre !

Eden AKPO
1 année il y a

Pur rebondissement. Je me demande bien comment le prendra Régis quand il ne sera plus le centre d’attention 😄

Wyverne
1 année il y a

J’ai pas les mots… En tout cas vraiment un très très grand merci pour la traduction Ych vraiment merci !

Hippolyte Douis
1 année il y a

Il arrive quand le volume 11 ?
Désolé de demander mais je commence à péter un plomb
En tous cas merci pour le travail de traduction

Le Ych
1 année il y a
Répondre à  Hippolyte Douis

Salut !! Le chapitre sera ajouté dans environ une heure

Hippolyte Douis
1 année il y a
Répondre à  Le Ych

OK merci
Désolé si mon commentaire était un peut agressif

SØZ ŌX
2 mois il y a

Enfin le retour du meilleur perso

error: Le contenu est protégé !
12
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser