the beginning after the end Chapitre 378

CHOIX

VIRION ERALITH
Mes bottes étaient comme recouvertes d’une épaisse boue, chaque pas dans les couloirs vides était lourd et traînant. Le poids de la confrontation me faisait plier les épaules et me faisait mal aux tempes. Le rassemblement impromptu, ou plutôt ma réponse à celui-ci, tournait déjà en rond dans mon esprit alors que je reconsidérais chaque mot et chaque phrase, craignant de ne pas avoir assez bien articulé mes pensées.

Lorsque j’ai atteint mes appartements privés, je me suis tourné pour fermer la porte, mais j’ai découvert que Bairon m’avait suivi depuis le rassemblement, et qu’il se tenait maintenant dans le hall et m’observait attentivement. Sa présence était un réconfort, et je ne pouvais m’empêcher de penser au chemin que notre relation avait pris. Je n’avais jamais aimé la Lance humaine, je la considérais comme égoïste et égocentrique. Il y a eu de nombreuses fois où je l’aurais renvoyé si j’en avais eu le pouvoir, ou peut-être consigné dans un purgatoire de tâches dégradantes et sans gloire.

Cependant, au cours de nos longues journées dans le sanctuaire caché des anciens mages, il m’est apparu que ces traits de caractère n’étaient peut-être pas intrinsèques à Bairon lui-même, mais qu’ils avaient été encouragés par sa famille et les Glayders. Que ce soit à cause de leur absence, de sa propre quasi- mort, ou de l’échec du Conseil et des Lances à protéger Dicathen, Bairon avait changé.

Maintenant, il était une tête droite et une main ferme à mes côtés au conseil. Toujours orgueilleux, peut-être, mais pas vaniteux comme il l’avait été autrefois.

“Commandant ?”

J’ai réagi en réalisant que je venais de le regarder comme un vieux schnock pendant plusieurs secondes. “Bairon. Vous ai-je remercié pour votre aide ces derniers mois ?”

Il m’a regardé, incertain. “Monsieur ?”

“Des choses comme un simple ‘merci’ sont si souvent oubliées dans les moments difficiles”, ai-je ajouté. “Comme je ne l’ai probablement pas assez dit, merci pour votre service envers Dicathen.”

Il a balayé d’un revers de main les cheveux blonds qui tombaient sur ses yeux verts brillants, caractéristiques de la famille Wykes. “De telles choses n’ont pas besoin d’être dites entre hommes comme nous, commandant.”

Je me suis moqué. “J’aurais peut-être pensé la même chose autrefois, mais je suis trop vieux et fatigué pour la fierté masculine.” Les lèvres de Bairon ont tressailli, mais il n’a pas répondu. “Maintenant, laissez un vieil elfe se reposer.”

Le Lance a hésité, grimaçant, puis a lâché : “Vous en êtes sûr, commandant ?”

Je n’ai pu offrir au jeune humain qu’un haussement d’épaules incertain. “Nous n’avons pas eu un roi ou une reine qui n’ait pas essayé de jeter son peuple en pâture aux bêtes de mana pour son propre profit. Pas dans cette guerre. Peut- être… peut-être que le temps des souverains est révolu. Le peuple doit choisir lui-même comment il va mourir.”

Le visage de Bairon se décomposa, il s’inclina, tourna brusquement les talons et s’en alla. En regardant son dos s’éloigner, je me suis rendu compte à quel point nos positions nous avaient séparés, voire isolés.

Bairon s’était rendu auprès de ce qui restait de sa famille peu après avoir retrouvé ses forces, dans l’espoir de les aider à fuir Xyrus pour le sanctuaire. Avec son niveau de pouvoir, cela aurait été facile, mais il n’était pas préparé à ce qu’il a trouvé à Xyrus.

Ce ne sont pas les Alacryens, qui étaient rapidement arrivés en force après avoir pris le contrôle des portes de téléportation du château volant, qui ont entravé ses efforts, mais les membres de sa propre famille.

Les Wykes étaient une maison puissante et renommée. Ils auraient pu rallier les autres maisons et organiser la défense de la ville. Au lieu de cela, ils ont été parmi les premiers à jurer de servir Agrona, probablement dans un effort à court terme pour se faire bien voir des envahisseurs. Bairon est allé aider sa famille à s’enfuir, mais au lieu de cela, il les a trouvés travaillant activement aux côtés des Alacryens pour supprimer les petites poches de résistance qui avaient survécu si longtemps.

Cela a failli le briser à nouveau de revenir les mains vides. Je me suis demandé si l’ancien Bairon, celui qu’il était avant notre défaite face à la Faux, serait revenu. Je frémis à l’idée de ce qui nous serait arrivé s’il avait suivi sa famille au lieu de moi.

Une fois qu’il eut tourné au coin du couloir et quitté ma vue, j’ai refermé la porte et me suis dirigé vers mon bureau pour m’asseoir. Les coudes posés sur le bureau en pierre, j’ai laissé mon visage s’enfoncer dans mes mains.

Apprendre que les asuras, nos alliés, avaient détruit Elenoir avait porté un coup à notre moral. Je savais en acceptant la proposition de Windsom que c’était un risque, mais j’étais d’accord avec lui pour dire que la vérité aurait pu briser entièrement notre esprit. Et je me suis tenu à cette évaluation, même si je ne pouvais m’empêcher de douter de ma décision, maintenant que la vérité avait été révélée par des ragots et des conversations à voix basse.

À travers mes doigts écartés, j’ai regardé les trois longues boîtes posées sur mon bureau. Avec précaution, j’ai fait claquer le loquet de la première boîte, puis j’ai ouvert le couvercle. Le joyau lavande de la baguette scintilla dans la lumière, et je passai mes doigts sur le cuir rouge de la poignée. Il y a eu un crépitement d’énergie, et les poils de mon bras se sont hérissés.

Ces artefacts m’avaient donné de l’espoir, et je m’attendais à ce que mon peuple
– à la fois mon peuple, les elfes, et tous ceux qui étaient sous ma responsabilité dans le sanctuaire – partage ce sentiment. Le timing de Windsom n’aurait pas pu être meilleur. Avec les artefacts en main, j’avais les outils nécessaires pour atténuer le choc et le désespoir que nous avons tous ressentis, leur montrer un avenir où nous avons la force d’être victorieux.

Peut-être étais-je myope de ne pas avoir prévu l’implication de Rinia. Mais bon, je n’étais pas le voyant.

Gloussant sombrement, j’ai appuyé mes paumes sur mes yeux pour soulager la pression qui s’y accumulait. Je me demandais déjà si mon offre de permettre un vote sur l’utilisation des artefacts avait été un acte de sagesse ou de faiblesse.

C’était une question que je m’étais déjà posée de nombreuses fois, et il était presque réconfortant de penser que je ne connaîtrais jamais la réponse.

Le jugement de la justesse de mes actions serait laissé aux générations futures. S’il y avait des générations futures. Si ce que Rinia avait dit était vrai, si elle avait prévu la catastrophe et la destruction sur le continent, peut-être qu’il n’y en aurait pas. Mais alors, quelle était l’alternative ? Il semble que le choix était le suivant : soit nous devenions assez forts pour nous auto-détruire dans les combats, soit nous étions détruits parce que nous étions trop faibles pour nous défendre.

Et cela, je suppose, est exactement la raison pour laquelle j’ai appelé au vote.

Ces personnes ne devraient-elles pas être autorisées à choisir leur propre fin ? J’étais devenu trop vieux, j’avais commandé trop longtemps, j’avais envoyé trop de gens à la mort pour supporter seul le poids de cette décision.

Prenant une clé à ma ceinture, j’ai déverrouillé l’unique tiroir du bureau et l’ai fait coulisser avec le grincement brutal de la pierre sur la pierre. Poussant les objets jusqu’à ce que je trouve ce que je cherchais, j’ai retiré avec précaution un orbe de cristal d’environ vingt cm de diamètre.

L’artefact était un objet qui m’était cher, mais que j’utilisais avec parcimonie, essayant de tourner la page sur mon passé. Mais je me suis retrouvé de plus en plus dépendant de lui, l’utilisant pour m’évader vers une meilleure époque de ma vie.

L’orbe tourbillonnait d’une lumière brumeuse, qui semblait s’agiter alors que je le posais sur le bureau, le tenant d’une main pour éviter qu’il ne roule et ne se brise.

“Lania…” J’ai chuchoté, en regardant profondément dans la lumière tourbillonnante.

Au son de ma voix, elle a commencé à se fondre en une image brillante… un visage, moulé dans la lumière liquide. C’était le plus beau visage sur lequel j’avais jamais posé les yeux, un visage que je n’avais pas vu en personne depuis de très nombreuses années.

Ma femme m’a souri de l’intérieur de l’orbe de mémoire. “Le roi des elfes ne devrait pas avoir l’air si morose. Quel est ce poids qui tire les coins de tes belles lèvres vers le bas ainsi ?”

La voix dans l’orbe était la sienne, mais il y avait un écho subtil, comme si elle avait résonné à travers les années et me parvenait de très loin et il y a longtemps.

Ma propre voix, bien que plusieurs décennies plus jeune, a résonné de l’orbe en réponse. “Je suis désolé. La guerre… elle a duré trop longtemps. Beaucoup trop longtemps. J’ai commencé à m’interroger sur le prix que nous avons payé. J’ai peur, Lania. J’ai peur que cela me rende faible.”

“Non, mon amour. Tu n’es pas faible. Tu es courageux et magnifique.”

“Magnifique, hein ?” répondit mon jeune moi avec un grognement. Bien que le souvenir soit de mon propre point de vue, je pouvais imaginer l’elfe qui avait parlé, un homme plus jeune, le visage pas encore ridé, les épaules non courbées par le fardeau du commandement. Une larme a coulé le long du chemin des rides de rire qu’elle m’avait donné. “Ce n’est pas exactement le genre de compliment que les rois espèrent entendre.”

“Mais c’est vrai, maintenant et toujours. A l’intérieur comme à l’extérieur, tu es un homme magnifique, et tu as vécu une vie magnifique. Et je te protégerai toujours.”

Mon moi passé a émis un autre grognement, mais je me suis souvenu de la façon dont mon visage s’était adouci alors que je la regardais avec amour. “Tu ne veux pas dire plutôt que je te protégerai toujours ?”

“Non, mon amour.” Sa main s’est levée pour caresser ma joue, et je pouvais pratiquement sentir la douceur du bout de ses doigts contre ma peau.

L’image s’est estompée pour laisser place à un tourbillon de lumière brumeuse.

Je me suis assis penché sur l’orbe de cristal, regardant mes mains ridées à travers sa surface transparente.

Ces mêmes mains seraient-elles ici sans les cadeaux de ma femme ? Le destin de Dicathen aurait-il été meilleur sans moi ?
Me sentant plus vide maintenant qu’avant de l’utiliser, j’ai repoussé l’orbe de mémoire dans mon bureau avant de m’éloigner.

“Maudite vision du futur”, ai-je maudit, amer que ma vie entière semble presque entièrement définie par les visions des voyants.

Qu’il s’agisse d’un don ou d’une malédiction, je pensais, comme je l’avais déjà fait à maintes reprises, qu’il valait mieux nous laisser à notre propre sort, naviguer dans notre vie du mieux que nous pouvions dans le cadre de notre propre vision et de notre propre réflexion, plutôt que de nous fier à des images de l’avenir qui pouvaient ou non se réaliser. Même les plus sages d’entre nous pourraient devenir fous en essayant de déchiffrer les impossibles chemins de traverse qui s’offrent à chaque elfe, humain ou nain.

Mais j’avais vu de mes propres yeux combien une telle prévoyance pesait sur ceux qui la possédaient. La responsabilité de la connaissance est, à bien des égards, encore plus lourde que celle du commandement. J’avais beau supplier ma femme d’arrêter de regarder vers l’avenir, d’arrêter d’essayer de me protéger au détriment de sa propre vie, elle ne pouvait pas. Si quelque chose m’était arrivé alors qu’elle était en position de l’empêcher, cela l’aurait brisée.

Mais avait-elle jamais envisagé ce que serait ma vie sans elle ?

Rinia avait toujours compris mon amertume envers son don. Lorsque la guerre entre les humains et les elfes a finalement pris fin, elle n’a pas proposé d’utiliser ses capacités pour m’aider à diriger. Après ce qui s’est passé dans le château volant, cependant… il était difficile de lui pardonner de ne pas avoir partagé ce qu’elle avait prévu plus tôt.

“Espèce de vieil hypocrite”, me suis-je marmonné, en me levant et en commençant à faire les cent pas dans la petite pièce carrée.

Des regrets ont piqué ma poitrine. Voir Rinia, qui avait l’air encore plus âgée et usée que je ne l’étais, m’a fait comprendre combien elle avait sacrifié d’elle- même au cours des derniers mois. Elle suivait le chemin de ma femme, de sa sœur, mais je ne l’en remerciais pas. Pourtant, je devais croire qu’elle l’avait fait dans un but précis, et qu’elle avait choisi de revenir dans la lumière dans un but précis également.

Je serais idiot de ne pas tenir compte de tout ce qu’elle a dit.

Je me dirigeai vers la fenêtre et m’appuyai contre le rebord avec un soupir tremblant. En bas, une famille d’elfes travaillait dans le jardin de champignons à côté de la mairie. Trois petits elfes couraient et sautillaient dans le jardin, désignant des champignons à leur père. À chacun d’eux, il se baissait pour voir si le champignon était prêt, puis le cueillait ou expliquait aux enfants pourquoi il n’était pas prêt…

Je me suis demandé ce qu’il avait fait avant de venir dans ce sanctuaire. Avait-il été soldat ? Ou un bûcheron ? Peut-être avait-il été cuisinier. J’étais curieux de savoir ce qu’il pensait des artefacts, et encore plus de savoir s’il voulait ou non être responsable de la décision qui serait prise dans trois jours.

Car, indépendamment de ses propres désirs, on attendait de cet homme qu’il prête sa voix à la décision. J’avais mis cette pression sur lui.

Était-ce un acte de sagesse qui m’avait conduit à agir ainsi ?

J’avais peur qu’au fond de moi, j’avais pris cette décision parce que j’étais simplement fatigué. Je ne voulais pas assumer ce fardeau seul, pas quand l’avenir de toute ma race était dans la balance.

Pas quand nous étions seuls entre les grandes puissances des clans Vritra et Indrath.

WINDSOM
En bas, le village sanctuaire grouillait d’inférieurs. Quelques centaines, selon mon estimation, tous entassés au centre de la ville souterraine. Si je fermais les yeux et que j’appliquais du mana à mes oreilles, je pouvais entendre leur bavardage confus, comme un champ d’aurochs meuglant.

C’est avec une certaine déception que j’avais appris la récusation de Virion dans l’affaire des artefacts qu’il avait été si désireux de s’approprier. D’un point de vue extérieur, il semblait avoir plié au moment où son peuple avait découvert la réalité de la destruction d’Elenoir par la technique du World Eater.

Le mensonge n’était pas destiné à durer éternellement, mais simplement à gagner du temps pour que la prochaine étape du plan du Seigneur Indrath commence. Un Dicathen sans espoir n’était d’aucune utilité pour mon seigneur. J’avais même offert à Virion plusieurs suggestions pour que son peuple soit le premier à recevoir l’onction des nouveaux artefacts. Il aurait pu commencer ce processus à n’importe quel moment au cours des trois derniers jours, et des mages comme les Glayders, les Earthborns, ou même la Lance Bairon Wykes auraient déjà paradé devant ces gens comme des phares d’espoir.

D’une certaine manière, cela a rendu l’effondrement immédiat de son jugement presque personnel. Toutes nos longues conversations – tous mes conseils et mes directives – ont été abandonnés en un instant.

C’est Aldir qui avait décidé de confier à Virion le commandement des forces conjointes de Dicathen, lorsque la guerre a commencé pour de bon. Aldir le voyait comme un homme digne de temps et d’entraînement, mais cet échec était un rappel brutal que tous les inférieurs ont des limites, et il semblait que Virion atteignait les siennes. De courte durée et encore moins clairvoyants, les inférieurs n’avaient aucune notion du temps qui passe ou des enjeux autres que leur propre vie.

Tant de temps perdu, pensais-je, l’irritation s’accrochant à moi comme la poussière de la route après un long voyage.

En tant qu’envoyé de Dicathen, j’avais passé une trop grande partie de ma vie à m’occuper du continent, à veiller à ce que la civilisation des inférieurs n’implose pas avant d’être pleinement établie. Bien que je n’en aie pas fait part à mon maître, j’avais hâte que cette guerre se termine enfin pour que je puisse chercher un rôle plus important à la cour.

Bien sûr, selon la décision de Virion et de son peuple, mon service pourrait prendre fin plus tôt que je ne l’avais imaginé.

Mon corps se fondit dans un noir d’encre, reprenant la forme d’un chat noir, et je sautai de la corniche d’où je regardais, bondissant de pierre en pierre jusqu’à atteindre le chemin menant à la ville.

Peut-être aurais-je dû m’occuper de la voyante il y a des années, me suis-je dit, frustré par l’intervention de Rinia Darcassan. Elle seule parmi les inférieurs comprenait clairement le but du Seigneur Indrath, bien qu’elle ait été aveuglée par le sacrifice demandé à Dicathen au lieu de voir le bien que celui-ci ferait en remplissant son rôle.

J’ai atteint les abords de la congrégation avant que la réunion ne commence. Le brouillard de la foule s’est transformé en voix individuelles à mesure que je me rapprochais. Chaque voix exprimait une opinion, chaque opinion étant contraire à toutes les autres, créant un bourbier incompréhensible et sans direction. Je ne comprenais pas comment des décisions pouvaient être prises de cette façon.

Alors que les inférieurs devenaient plus denses, je me glissai entre leurs jambes et sautai sur une petite corniche dépassant du côté d’un bâtiment en pierre moulée. J’ai immédiatement regretté mon choix de siège lorsque l’enfant en dessous a tenté de s’emparer de ma queue. Je n’ai pas eu le temps de changer de place avant de sentir un changement dans la foule.

De l’autre côté de la place, les portes de la Mairie s’ouvrirent et Virion apparut, portant l’un des artefacts en forme de tige dont le Seigneur Indrath l’avait gratifié. La Lance humaine marchait juste derrière lui, tenant un deuxième artefact, sa gemme bleue et sa poignée argentée, tandis qu’un nain blond saisissait le troisième, forgé en or et serti d’une gemme rouge, comme s’il s’agissait d’un serpent venimeux.

Les bruits de la foule s’apaisèrent par vagues alors qu’ils réalisaient, un par un, que leur commandant était désormais présent. Il se contenta d’observer les gens qui remplissaient la place et toutes les ruelles avoisinantes, certains se penchant même par les fenêtres ou se rassemblant sur les toits bas. Lorsque la caverne entière est devenue silencieuse, il a commencé à parler.

“Dicathiens. Merci d’être ici aujourd’hui. Le sujet qui nous occupe est d’une importance capitale pour chaque âme de ce refuge, et il est essentiel que chaque voix soit entendue alors que nous déterminons comment avancer en tant que collectif.” Virion a fait une pause, permettant à la conversation de s’éteindre. “Je tiens dans ma main un artefact capable de faire progresser un mage jusqu’au noyau blanc ou même au-delà. Ce pouvoir nous est donné pour que nous puissions enfin être sur un pied d’égalité avec nos ennemis.”

Il y a eu quelques applaudissements et des questions criées à ce sujet. J’ai trouvé le manque de discipline et de respect consternant, mais Virion a seulement attendu que le bruit se calme pour continuer.

“Ces artefacts ont été fabriqués par les asuras d’Epheotus et nous ont été offerts par le Seigneur Indrath. Mais, comme je suis sûr que vous le savez tous maintenant, il est vrai que le Seigneur Indrath a également donné l’ordre à l’asura connu sous le nom de Général Aldir d’attaquer les Alacryens à Elenoir, entraînant la destruction de la patrie elfique.”

“Meurtriers !” cria un humain bedonnant.

“Nous n’accepterons pas l’aide de ces démons !” hurla une femme elfe. Il lui manquait un œil, l’horrible trou où il se trouvait étant visible pour tous. “Tu es aussi mauvais qu’eux ! Traître !”

“Au-delà du noyau blanc, idiots !” a hurlé une voix profonde que je n’ai pas pu localiser. “Nous pourrions reprendre nos maisons, que votre fierté soit damnée !”

Du haut d’un toit, un jeune homme humain faisait claquer son marteau de guerre contre la pierre. “Pourquoi voter ? Commandant, laissez ceux d’entre nous qui veulent devenir forts utiliser les artefacts !”

Une douzaine de voix résonnaient dans un brouillard confus de soutien et de condamnation, et la foule semblait prête à s’effondrer dans la violence. Avant qu’elle ne puisse aller plus loin, cependant, le son d’un coup de tonnerre a secoué la grotte. L’enfant qui m’avait accosté s’est retourné vers son parent, gémissant de surprise et de peur.

J’ai examiné la Lance. Bairon Wykes aurait pu être une main ferme pour diriger les Dicathiens dans d’autres circonstances, mais il était trop proche de Virion.

Il y avait encore le reste des Lances, bien sûr. Varay Aurae en particulier aurait été une figure de proue puissante. Elle s’est montrée entièrement loyale envers Dicathen, cependant, et il est peu probable qu’elle se range de notre côté au lieu de Virion et du conseil inférieur.

“Nous aurons amplement le temps de discuter de la façon dont nous allons répondre aux asuras, ou même de ce que le peuple souhaite faire de moi,” continua Virion, sa voix résonnant dans la caverne. “Mais aujourd’hui, nous sommes ici dans un but précis, d’une importance capitale qui va changer le visage de cette résistance. Le choix est le suivant : allons-nous accepter le don du pouvoir, qui pourrait nous mener sur le chemin de la destruction, ou allons- nous refuser, rejeter le clan Indrath et peut-être opposer les maigres restes de notre nation aux asuras eux-mêmes ?”

Bien que j’aurais aimé fermer les yeux et les oreilles au cirque qui suivait, je n’avais pas d’autre choix que d’écouter attentivement alors que, un par un, les gens commençaient à dire ce qu’ils pensaient.

Certains parlaient de survie, d’autres du bien et du mal. Beaucoup pleuraient la perte de leur maison dans la forêt, tandis que d’autres prêchaient le pragmatisme. Malgré toutes leurs paroles, il me semblait que rien n’avait été accompli. Pourtant, j’ai pris note de ce qui se disait en les regardant tous, attentif à leurs paroles et à leurs actions.

Eleanor Leywin observait sa mère et son ours gardien depuis un porche à ma gauche, mais je ne laissai pas mon regard s’attarder au cas où la jeune humaine perspicace remarquerait mes yeux et ferait le lien entre cette forme et mon apparence normale.

L’inventeur Gideon était également présent, les bras croisés, un air aigre sur le visage. Ce n’était pas souvent que les asuras prenaient note des artificiers de Dicathen. Il aurait été très regrettable que le clan Vritra lui mette le grappin dessus.

Il y avait assez peu d’autres inférieurs dans le sanctuaire qui avaient été d’une réelle importance.

Une heure ou plus s’est écoulée alors qu’ils allaient et venaient comme des enfants jouant à lancer des blocs de pierre. Plus qu’assez longtemps pour que je considère l’ironie de sentir les minutes de ma vie s’écouler inutilement, bien que je sois plus âgé que le plus ancien des elfes. Juste au moment où je décidais qu’ils devaient avoir oublié la raison de cette conversation, Virion demanda le silence.

“Nous allons maintenant voter. Mes amis, je demande que tous ceux qui sont en faveur de l’utilisation de ces artefacts lèvent la main.”

Des mains se levèrent dans tout le village, mais il y avait trop de monde pour être sûr que ce soit plus ou moins de la moitié. À côté de Virion, une mage a levé les mains et a envoyé une impulsion de mana attribuée au vent qui s’est répandue dans la foule comme une ondulation dans un étang, tirant sur ma fourrure alors qu’elle passait. Elle s’est penchée vers Virion et a murmuré un nombre à l’oreille de Virion.

Il a hoché la tête. “Ceux qui s’opposent à l’utilisation des reliques peuvent-ils lever la main ?”

Les mains se sont levées à nouveau. Je remarquai très clairement qu’Eleanor était parmi eux, ainsi que Gideon. Je fus surpris de voir que Virion n’avait pas levé la main non plus, ni la Lance.

De nouveau, une impulsion de vent a volé à travers la caverne. Le mage s’est penché à l’oreille de Virion. Il ne s’est pas immédiatement adressé à la foule, mais quand il l’a fait, c’était avec un ton clair de résignation.

“Le peuple a parlé. Nous refusons les artefacts, et ce faisant, nous refusons la main de l’amitié du Seigneur Indrath. Nos mages ne seront pas liés aux asuras, et nous continuerons à chercher un moyen de résister à l’occupation alacryenne de notre continent.”

“Mais ceux d’entre nous qui le veulent devraient…” “La sagesse prévaut !”
“-exigeons un recomptage-”

“-faire des divinités nos ennemis !”

“-devraient être jugés comme des traîtres…”

Je n’ai pas pu m’empêcher de soupirer, mes petites épaules se soulevant et s’abaissant en signe de déception, alors que les inférieurs se déchaînaient, la foule se transformant immédiatement en cris et en bousculades maintenant que les politesses avaient échoué. Les gardes et certains des mages les plus forts sont intervenus, séparant les groupes qui se disputaient et criant aux gens de se disperser et de rentrer chez eux. Les femmes se cramponnaient à leurs maris, les parents serraient leurs enfants tremblants dans leurs bras, les amis échangeaient des regards incertains.

Tellement stupide, ai-je pensé. J’ai sauté de mon perchoir et je me suis faufilé entre les pieds qui tapaient.

Pendant si longtemps, ils nous ont considérés comme des divinités, nous les asuras. Ils auraient dû être plus reconnaissants pour ce que nous avions fait, nous tenir en plus haute estime.

Ou, à part ça, ils auraient dû se rappeler d’avoir peur.

Peut-être que l’histoire est destinée à se répéter après tout, ai-je considéré, préparant déjà mentalement mon rapport pour le Seigneur Indrath.


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Toto Lulu
8 mois il y a

Saleté de kezess

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser